Chérie, et si on déléguait nos rénos?

Du plus loin que je me souvienne, rénover (réaménager, redécorer) a toujours repr

Du plus loin que je me souvienne, rénover (réaménager, redécorer) a toujours représenté un défi de taille pour mon conjoint et moi. Ne vous y méprenez pas, j’aime mon conjoint plus que tout, mais la vie a fait en sorte de me faire comprendre qu’aussitôt qu’un marteau entre dans le décor, je ne fais pas le poids devant l’instinct primitif de mon castor bricoleur du dimanche.

Pensons simplement au classique meuble Ikea. Eh bien, si j’avais été mariée, il est clair que je me serais divorcée à chaque fois qu’on en a monté un! Pourquoi? Le plan! Sérieusement, qu’est-ce qu’il y a de compliqué dans «suivre le plan»? Mon cher amoureux, lui, n’a pas besoin de plan, il sait! Ça fait partie de son ADN! La seule chose, c’est que son ADN ne semble pas le savoir. Résultat: une fois le meuble presque terminé, il faut invariablement le défaire parce que, soudainement, les trous ne sont pas alignés. La raison? Mes indications n’étaient pas assez claires! Un classique!

En fait, je crois que les petits travaux sont pires parce qu’ils semblent accessibles. Prenons, par exemple, la pose de tablettes. Il y a d’abord la demande initiale. Entre celle-ci et la pose complète, il faut calculer un bon six mois de délai. Assumant pleinement mon incompétence en matière de travaux manuels, je vis habituellement bien avec ce temps d’attente. Reste qu’il faut généralement que je le menace d’engager quelqu’un de compétent pour que l’homme ressorte son ADN de bricoleur. Toutefois, pour poser des tablettes, il n’est jamais seul! C’est qu’il y a aussi un architecte et un ingénieur en lui. On n’a jamais trop d’experts pour que les tablettes soient droites! Mais comme je ne touche à rien, je ne dis rien! On ne va quand même pas créer une guerre interne pour chaque tablette posée croche, puis reposée en laissant des trous. Martin Matte dans Les beaux malaises, ça vous dit quelque chose?

Une chose est certaine, j’ai toujours admiré mon homme pour sa ténacité à prouver qu’il y a bel et bien un fin bricoleur en lui. Il aura toutefois fallu une salle de bain qui avait vraiment besoin d’être refaite pour achever toutes ses ambitions…

Se disant que ça serait simple d’installer une douche, il s’est attelé à la tâche si bien qu’il en a sectionné un tuyau! Un appel d’urgence et une facture de plombier plus tard, la douche était installée selon les normes. Mais, ça n’a pas découragé mon homme, loin de là! Il voulait réussir! Il s’est donc mis en tête de poser le plancher de tuile:

– Euuuuuh, chéri, on devrait peut-être déléguer cette partie des travaux…

– Mais non voyons! C’est facile, Mike Holmes montre comment faire à la télé!

Mmmm, comment vous dire… Mon chéri devait être excellent pour jouer à Tétris. Je n’ai jamais vu autant de petits morceaux de tuiles sur une aussi petite surface! J’avais beau essayer de me convaincre, ça ne passait pas au conseil de l’esthétisme élémentaire. Il m’a donc fallu le lui faire comprendre. On a fait venir un expert qui a tout recommencé pour que ce soit fait dans les règles de l’art. Mon homme en a eu pour quelques temps à assumer qu’il n’avait pas une once de bricoleur en lui. L’orgueil… vous savez ce que c’est!

Dernièrement, nous avons eu à faire des travaux dans la cour arrière. Ayant enfin compris la leçon, mon castor bricoleur du dimanche a troqué ses outils pour un casque de contremaître. Il m’a regardé très sérieusement et m’a dit : «Chérie, et si on déléguait nos rénos? »

À cet instant s’il m’avait demandé en mariage, je lui aurais dit oui!