Archives juin 2021

Le poids de l’inconscient

Prendre du poids. Perdre du poids. Avoir de l’acné, ou pas. Être jolie et bien dans sa peau. Êt

Prendre du poids. Perdre du poids. Avoir de l’acné, ou pas. Être jolie et bien dans sa peau. Être jolie et mal dans sa peau. Se sentir moche. Être gênée et peu parler ou au contraire, être volubile et parler fort.

Je pourrais passer des heures à vous énumérer des aspects physiques et psychologiques qui font de nous des êtres uniques, mais qui peuvent aussi faire de nous des êtres complexes et complexés.

La vie c’est ça, la recherche d’un bonheur qu’on croit connaître, mais qui ne nous convient pas toujours une fois obtenue.

Pour toi qui me lis, j’aurais une petite question. Une toute petite et simple question. Au plus profond de toi, t’aimes-tu à 100 % ? Es-tu ce que tu as toujours souhaité être ?

Peu de gens admettront haut et fort que la réponse est non.

Maintenant, mon autre question est celle-ci : te sens-tu jugée par les gens autour de toi ? Peu importe la situation.

 

Vous devez vous demander où je veux en venir hein ? Je vous explique.

Depuis quelque temps, je remarque une tonne de citations concernant notre droit à être ce que nous sommes sans jugements des autres.

  • Cessons de juger les gens avec un surplus de poids, ils ont le droit de s’habiller comme ils veulent.
  • Cessons les filtres, vous avez le droit de vous montrer sous votre propre jour sans jugement.

 

Aujourd’hui, je me suis demandé comment je me sentais face au regard des gens, et ce, depuis toujours.

Quand j’étais plus jeune et plus mince, je détestais m’arranger. J’avais toujours peur que les gens se disent « Check l’autre guidoune qui s’arrange ben trop ». Je ne portais pas de talons hauts (sauf pour mes émissions de Vendre ou rénover), je ne me maquillais presque pas. Quand ça arrivait et que j’avais un compliment, je le prenais comme une remarque pas si positive. Je ne me baignais pas, parce que j’avais un peu de cellulite et que je ne voulais pas que les gens le remarquent et en parlent.

 

Avec les années, mes trois grossesses et… le fait que j’aime manger, j’ai pris 40 livres. Je ne porte pas de jeans, parce que… les jeans, c’est pour les femmes minces.

Je porte des chandails toujours très lousses pour que les gens ne me jugent pas en disant que les chandails serrés ne sont pas faits pour les femmes plus dodues.

 

Etienne m’a invitée à de multiples reprises sur son podcast pour animer avec lui les entrevues, parce qu’il ne cesse de me dire que je suis excellente. J’y suis allée deux fois et en me voyant à l’écran, je n’ai pas reconnu la Maïka d’avant Livia, d’avant mes 40 livres. J’ai donc commencé, subtilement à refuser ses invitations à faire partie du podcast. Je ne voulais pas que ses invités me voient et se disent « Eh boy, elle a pris du poids ».

 

Quand on reçoit à la maison, je porte des robes lousses, parce que je sais que les gens qui me connaissaient d’avant vont voir le changement et se dire que j’ai vraiment pris du poids.

Je m’occupe à faire plein de choses pour qu’ils ne puissent pas s’attarder à ce que je suis devenue.

Pendant que les gens se baignent, peu importe leur âge, leur poids… Moi, je reste assise en disant que je n’ai pas chaud. Je regarde mes amies et ma famille s’amuser dans la piscine avec mes enfants, alors que j’aimerais moi aussi faire partie de ce beau moment. Mais s’ils me voyaient sous ma robe…

 

Et puis, je réalise que les gens n’en ont rien à faire. Oui, ils vont probablement se dire que j’ai pris du poids, mais c’est vrai après tout. Après cette réflexion, ils vont continuer leur vie et se contreficher de ce que JE pense de moi.

Je suis ma pire critique. Je suis celle qui m’empêche de vivre ma vie par peur du regard des gens.

 

Où je veux en venir, c’est que plusieurs d’entre nous avons un travail à faire sur nous-mêmes.

Cessons de penser que les gens nous jugent constamment. OK soyons francs, il y a des tatas partout qui passent leur temps à juger haha ! Ceux-là, mettons-les dans une classe à part, genre la classe des idiots à ignorer.

 

Vous êtes votre pire critique. Vous êtes en train de passer à côté de plein de belles choses simplement parce que VOUS vous autocritiquez en pensant que ce sont les autres qui le font.

Chaque fois, donnez-vous le défi de faire quelque chose que vous n’auriez JAMAIS osé faire avant.

Apprenez-vous à vous aimer. Et si vous n’en êtes pas capable, travaillez à améliorer les points qui vous rendent heureux.

 

Mais cessons de toujours tout mettre sur le dos des autres, le fait que leur regard nous gêne.

Une personne peut vous regarder en se disant « Oh wow, sa robe est vraiment belle », et automatiquement notre cerveau se met à paniquer en imaginant le pire.

Non, les gens ne vous jugent pas toujours négativement.

On se juge déjà assez soi-même…

 

Sur ce, je vais retourner mettre mes chandails lousses et continuer à faire des stories en ne montrant que le haut de mon corps.

Par contre, je vais aller magasiner un maillot. Parce que je n’en ai pas. Et j’irai me baigner avec mes enfants. Parce que je n’ai qu’une vie.

Un pas à la fois, les filles…

 

Qui sait, demain je porterai peut-être un jean ! 🙂

 

Apprenez à vous respecter et à vous aimer, tout comme vous le faites pour de purs étrangers.

 

Xxxx

Maïka

 

Le temps qui rend tout croche en dedans- Texte : Sophie Barnabé

Depuis la dernière année, je les ai vus mes jeunes, perdre trop so

Depuis la dernière année, je les ai vus mes jeunes, perdre trop souvent leur sourire. S’isoler en attendant que le temps revienne comme avant. Je les ai encouragés tant bien que mal, je leur ai fait leur déjeuner préféré, je leur ai flatté les cheveux en regardant la télé, je leur ai ouvert mes bras pour qu’ils viennent y pleurer tout bas. Bien sûr, on a eu de bons fous rires, tout n’est pas noir, mais l’étincelle dans leurs yeux a parfois du mal à m’éblouir.

Après une année éprouvante sur tous les plans, je côtoie trop de jeunes qui sont à boutte ! Trois fois plus de jeunes du secondaire disent que leur santé mentale s’est grandement détériorée depuis un an. La détresse fait mal. Très mal. Au Québec, dans les dernières années, le taux de suicide a doublé chez les jeunes de 15 à 19 ans. Doublé ! La détresse fait peur.

 

Toi et moi, on l’sait bien que les mauvaises passes, ça finit toujours par finir. Que tout reviendra comme avant dans quelque temps… Quelque temps… Ce soir, bien calée sous mes couvertures, j’essaie de comprendre. Quand nos jeunes ont le moral dans les talons, qu’ils vivent des défis ou des épisodes de dépression, on leur dit que les choses vont finir par s’arranger, qu’il faut laisser le temps au temps… Et si c’était ça, le temps qui les rendait tout croches en dedans ?

Penses-y un instant… pas longtemps…

Qu’y avait-il de différent quand j’étais jeune ? Internet… Facile de mettre le blâme sur la technologie. Elle a le dos large, la pauvre. Le petit sablier qui marque le temps sur l’écran n’est pas si anodin qu’il en a l’air… Et si la technologie avait donné une nouvelle dimension au temps ? Cette ressource précieuse qui laisse retomber la poussière et qui guérit les blessures. Ce temps qu’on voudrait parfois arrêter pour savourer le moment…

Je ne sais pas si c’était comme ça pour toi, mais au secondaire, je passais des heures à la bibliothèque à chercher l’information, à photocopier, à séparer le mauvais du bon, à surligner. C’était long ! Baptême que c’était long ! Depuis qu’ils sont tout petits, mes jeunes tapent un mot-clé sur Google pour recevoir, en quelques secondes, une tonne d’informations déjà prémâchées. Ils font l’effort de chercher avec les outils à leur disposition. J’aurais fait pareil si j’avais pu. Faire une recherche en quelques minutes plutôt qu’en trois jours… Je ne peux leur en vouloir de s’impatienter quand le petit sablier sur l’écran tourne un peu trop carré.

Quand je voulais parler à mes amis, c’était parfois long. Je savais ce qu’était l’ennui. Ce feeling qui crée l’urgence en dedans quand t’as besoin d’un câlin qui arrête le temps. Mes ados communiquent par vidéo à la minute où ils en ont envie. Pourquoi attendre quand on peut le faire tout de suite ? À l’époque, suivre une série demandait une saison, une vraie… Aujourd’hui, une saison peut se résumer en une nuit. Pourquoi attendre quand ça peut se faire si vite ?

Nos jeunes sont nés à l’ère de l’efficacité, de la rapidité, des résultats immédiats… Habitués de comparer le temps au sablier qui tourne sur l’écran, nos jeunes sont probablement dépassés quand on leur dit que ça prendra six mois, une année ou cinq ans pour guérir un mal à l’âme, pour obtenir un diplôme ou avant de revoir grand-papa. Pour eux, c’est une éternité ! À leur place, je serais découragée. Bien trop long pour persévérer. Une montagne qui leur semble impossible à gravir. Ce doit être pour ça que certains pensent même à en finir.

Quand le mal-être fait trop de dommages, quand laisser le temps au temps demande trop de courage, certains jeunes lancent un ultime crime du cœur. Celui qui me fait si peur. Le suicide, c’est la mort qu’on a décidé de précipiter sans avoir donné le temps à la vie de nous prouver que ça vaut la peine de s’accrocher. Parce que toutes les émotions sont temporaires, parce que les nuages finissent toujours par passer. Parce qu’il n’y a jamais personne qui a dit que la vie était facile, mais il y a toujours un p’tit quelque chose qui fait qu’elle est belle.

Si tu connais quelqu’un qui t’inquiète, rends-lui visite. Impossible ? Prends le temps de lui téléphoner parce que les choses anodines entrent par texto. Quand on téléphone, c’est pour jaser de ce que les pouces ne peuvent communiquer. Ose en parler, ne passe pas par quatre chemins. Demande-lui : « Comment vas-tu ? Vraiment ? ». En cas de doute, prends une grande respiration et lance-lui : « As-tu des idées noires ? » BAM ! Direct de même ! Et si tu as besoin d’aide, compose le 1-866-appelle.

Sophie Barnabé

Du temps pour soi… Texte : Claudie Castonguay

La première fois où je me suis permis du temps pour moi… Quand tu deviens parent, on te parle

La première fois où je me suis permis du temps pour moi…

Quand tu deviens parent, on te parle de lâcher prise. D’apprendre à séparer la pizza, en 3 et ensuite en 6. 3 pour toi, ta vie professionnelle et ton couple. Et 6, parce que tu divises à nouveau pour le bébé.

Dès la naissance de bébé 1, j’apprenais mon nouveau rôle de mère. Le rôle qu’on apprend au travers de ce qu’on a vu, vécu. Mais sur lequel il n’y avait aucune notion scolaire (aujourd’hui, mes notions de flûte à bec servent ! Oui ! Oui !).

23 mai 2010 : le téléphone sonne, c’est ma grand-mère maternelle. « Ta mère est à l’hôpital. (…) Allô ? »

À partir de ce moment‑là, je ne comprenais plus rien. La notion du mot maman n’était soudainement plus la même. J’avais oublié que le mot maman, c’était non seulement moi qui apprenais à nourrir, à cajoler, à essayer d’endormir. Mais aussi celle qui l’avait fait pour moi.

J’ai donc appris à conjuguer mon rôle de maman, de fille, de conjointe et d’amie. Mais jamais celui de femme.

À travers la vie et les rendez-vous médicaux arrive notre deuxième bébé.

Une nuit, le téléphone sonne et ma mère vient de pousser son dernier soupir.

En moins de 24 mois, on était devenus parents (2x), on avait construit une maison et j’avais accompagné ma mère dans la maladie et dans la mort. Deux concepts de vie tellement opposés.

Après cette tornade et au bout de 18 mois, je me suis permis un temps à moi. 20 jours à l’autre bout du continent. On m’a dit que j’étais égoïste, que j’abandonnais mes enfants. Et certains m’encourageaient.

Ça m’aura pris cette occasion de partir sur un coup de tête, pour décrocher et faire le vide. Me rappeler que la vie est belle malgré les épreuves. Qu’on peut se permettre, un bain, une sortie, un off de ménage sans nécessairement être lâche.

J’ai appris à ce moment‑là que le lâcher-prise à certains moments était une question de survie. Ma pizza est coupée toute croche. Je conjugue maintenant les rôles de femme, conjointe, maman, amie et fille.

Claudie Castonguay

 

J’ai marché ! – Texte : Mélanie Paradis

Je prépare ma petite gang, nous allons marcher. Marcher pour la Semaine des services éducatifs à

Je prépare ma petite gang, nous allons marcher. Marcher pour la Semaine des services éducatifs à l’enfance. Toute mon installation y participe, c’est fou, comme nous, mais tellement beau.

 

J’ai marché pour célébrer ma profession. Cette profession que j’adore. J’ai le plus beau métier du monde.

 

J’ai marché pour chacune des éducatrices du Québec, parce que je voulais nous dire merci. Parce que c’est le thème de cette magnifique semaine. Nous changeons la vie de chacun des mini-humains que nous accueillons.

 

Merci la vie de me permettre de faire le plus beau métier du monde.

 

Aujourd’hui, j’ai marché pour célébrer et non pour revendiquer…

 

Et pourtant, je suis affolée de voir les statistiques. 36 % de diminution d’inscriptions au Diplôme d’études collégiales (DEC). Et ce n’est pas le pourcentage de celles qui le compléteront.

 

Une éducatrice sur deux, 50 % de mes collègues, songe à quitter le métier. C’est triste, décourageant, à la limite épeurant.

 

Chacune de nous co-éduquons (avec les parents), enseignons à chacun de ces mini-humains. Nous y mettons toutes nos connaissances, tout notre cœur, toute notre passion.

 

Mais nous ne sommes pas reconnues. Notre travail est encore sous-estimé, méconnu.

 

Nous faisons partie de la profession la moins payée à la suite de l’obtention de notre diplôme d’études collégial.

 

Mais aujourd’hui, j’ai marché… en chantant, en riant, en répondant à mille et une questions. « Mélanie, pourquoi il y a des roches de prises dans le trottoir ? »

 

Aujourd’hui, j’ai marché… Nous avons marché par passion.

 

Aujourd’hui, j’ai célébré mon métier.

 

Mélanie Paradis, éducatrice

Cette photos jamais prise – Texte : Nathalie Courcy

Si des vidéos existent de mon enfance, elles ne se sont pas rendues jusqu’à moi. Je n’ai pas d

Si des vidéos existent de mon enfance, elles ne se sont pas rendues jusqu’à moi. Je n’ai pas d’enregistrement de la voix de mes grands-parents ou de mon père. J’ai quelques photos, heureusement, puisque mon père aimait bien photographier notre quotidien quand il revenait de sa nuit de patrouille. Mais lui était derrière l’appareil, pas devant.

J’ai des tonnes de photos de mes enfants. Tous les anniversaires, toutes les premières fois, les sourires « pas de dents », la rentrée scolaire, la visite chez le dentiste. Comme si je m’étais vengée en documentant à outrance leur enfance.

Mais plus le temps passe et plus je me rends compte que je suis rarement sur les photos. Bien sûr, puisque je suis derrière l’objectif. Je me disais qu’eux grandissaient, contrairement à moi qui restais la même (vraiment ?). Un beau bébé joufflu cache si bien une maman un peu bedonnante et honteuse ! J’apprends tranquillement à me laisser photographier, à être le centre de l’attention d’une lentille.

Quand je suis montée sur la scène de l’auditorium de l’Université Laval pour recevoir mon doctorat en littérature, je me sentais fière, nerveuse (ne pas trébucher, ne pas faire de sourire niaiseux, ne pas dire d’imbécilités au recteur…), accomplie. Réussir des études doctorales prend des années, mais recevoir le diplôme ne prend qu’un instant. « Nathalie Courcy », le nom est nommé, félicitations, poignée de mains, merci. That’s it, on passe à un autre appel.

Les lumières devant la scène m’aveuglaient, le reste de la salle était plongé dans la noirceur, il y avait des centaines de personnes, placées en ordre alphabétique. Un vrai troupeau. Mais dans le troupeau, il y avait ma toge, mon diplôme et moi. Et mon bébé de quelques semaines que j’ai allaitée à 42 degrés Celsius sous ma toge (doctorat ou pas, bébé avait faim !).

J’aurais aimé qu’on immortalise ces moments. Je crois vaguement qu’une ou deux photos ont été prises, de piètre qualité. Floues, sombres, prises à la va-vite. Disons que ça ramène les deux pieds sur terre quand tu as l’impression que ce moment grandiose pour toi ne l’est pas pour les autres. À bas tout snobisme potentiel.

J’aurais aimé offrir mon plus beau sourire de femme qui a vaincu l’Everest des études et de l’infertilité. J’aurais aimé que cette photo témoigne de la force de la persévérance et du travail. J’aurais aimé qu’il reste une image de mon bébé dans sa plus jolie robe et de moi dans ma plus jolie toge.

J’ai un vague souvenir, aussi, d’une fête organisée à la maison après la cérémonie de remise des grades. Je ne me souviens pas trop si c’était en mon honneur ou en l’honneur de ma fille. Quelques amis y étaient, ma mère, mon mari, mes enfants, ma belle-famille. J’hallucine peut-être, mais je ne crois pas que des photos aient été prises. J’utilise volontairement le mode passif parce que je ne pouvais pas prendre ces photos. Entre un allaitement et un remerciement, j’étais probablement trop occupée, et la mode des égoportraits n’était pas encore lancée.

J’aurais aimé conserver des photos de toutes les personnes présentes. J’aurais aimé avoir une preuve concrète que j’étais aimée et entourée. J’aurais aimé ne pas devoir me demander si j’avais rêvé ou si c’était vraiment arrivé.

J’ai compris une année plus tard qu’au moment de recevoir mon doctorat, j’étais déjà en dépression. Je ne le savais pas, personne ne s’en doutait. Je ne sais pas si cet état aurait été visible sur la photo ou si ma fierté du jour aurait tamisé la noirceur qui me grugeait. Je sais par contre que ma perception du monde commençait déjà à être altérée et que des pans de ma mémoire ont été affectés. Je sais aussi que mon sentiment de ne pas être assez importante pour mériter une photo a joué un rôle dans la chute de mon estime personnelle. Tout ça pour une photo jamais prise.

 

Nathalie Courcy

http://nathaliecourcy.ca

Mes hommages, petites abeilles du système de santé – Texte: Nancy Pedneault

Toi, ma chère infirmière. Je le dis au singulier mais ça pourrait être au pluriel et même au ma

Toi, ma chère infirmière. Je le dis au singulier mais ça pourrait être au pluriel et même au masculin. Dans les derniers jours, j’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital, avec mon père. J’ai eu du temps pour t’observer. Et j’avoue, ce que j’ai vu m’a vraiment touchée.

 

D’abord, je dois t’avouer que j’ai remarqué un grand écart entre l’image de ton métier telle que véhiculée dans les médias et celle que j’ai vue au cours des dernières semaines.

 

L’image que j’avais, à tort, était celle d’une femme fatiguée, impatiente, centrée sur la trop lourde tâche. Mais tu m’as démontré tout le contraire.

 

Jamais au grand jamais tu ne m’as fait sentir la lourdeur de ton travail. Pourtant, je t’ai vue courir dans le corridor pour répondre à un appel, remplir des documents, discuter avec les médecins et même pleurer discrètement dans un coin. J’ai entendu des gens vulnérables t’insulter et te demander sans cesse.  Je t’ai vue bourdonner.

 

Mais quand tu entrais dans la chambre, tout ce fardeau, tu le laissais dans le corridor. Tu prenais le temps de nous parler, de nous expliquer. Tu traitais toujours mon père avec tendresse et dignité.  Nous n’avions jamais l’impression de te déranger.

 

Pour toi, c’est une journée de travail normale. Malgré la fatigue physique et émotionnelle, réussir à faire sourire un patient, lui administrer des médicaments pour assurer son confort, l’installer pour qu’il soit bien et créer un lien de confiance avec lui, c’est un tour de force.

 

Alors toi, petite abeille du système de santé, je te lève mon chapeau. Je me trouve privilégiée d’avoir croisé ton chemin et te remercie sincèrement pour tout ce que tu as fait et ce que tu feras encore.

 

Je ne t’oublierai pas et je vanterai tes mérites.

 

Nancy Pedneault

 

Les poussières de liberté — Texte : Sophie Barnabé

Je me rappelle mes souvenirs d’enfance. Les étés parsemés de poussières de liberté. Tu t’en

Je me rappelle mes souvenirs d’enfance. Les étés parsemés de poussières de liberté. Tu t’en souviens ? Le plaisir d’une journée de vacances se mesurait à la noirceur des pieds, au contour de la bouche tachée par le Mr. Freeze à l’orange et à l’intensité de la démarcation rouge/blanc sur la peau.

 

Cet été, je sais d’avance que je devrais répéter mille fois à mes enfants d’aller jouer dehors… Pourquoi ? Pourquoi ne sont-ils pas attirés par la chaleur du soleil sur leur peau, le souffle du vent dans leurs cheveux ? Les jambes allongées sur le nouveau sofa sous la pergola, je me demande ce qui manque à leur bonheur. Je regarde autour de moi, tout est là. Notre cour Pinterest est magnifique…

 

L’été » 85… Que j’en ai fait des bouquets de pissenlits ! Je passais de longues minutes les pieds sur la première marche de la piscine et j’observais la peau de mes orteils devenir ratatinée. Ça. Je faisais juste ça…

 

Je mangeais des Revello qui fondaient le long de mes avant-bras et je m’essuyais dans l’herbe. Ça restait collant. Longtemps.

 

En jasant avec mes copines, je faisais glisser des bouts de gazon entre mes dents et pour passer le temps, je mettais mes mains en triangle pour emprisonner des fourmis. Que j’en ai fait des vœux à la vue de trèfles à quatre feuilles !

 

Le temps filait lentement. L’été, l’agenda n’existait pas…

 

J’ai encore des cicatrices laissées par les roches qui m’ont brûlé les mains et les genoux les quelques fois où j’ai fait des jumps sans casque avec mes patins à quatre roues. Je me souviens d’avoir marché deux heures, toute seule avec mon vélo, parce que la chaîne avait débarqué. La grosse misère ! J’ai eu les orteils en sang après avoir perdu ma gougoune tombée du pédalier… Orgueilleuse, pas une larme, mais la gorge nouée.

 

J’ai rencontré mon premier p’tit chum au parc. J’avais osé lui parler même si c’était un étranger. Mon premier french… Une vraie machine à laver !

 

Les vacances me donnaient l’envie d’oser, de tester, d’expérimenter. Je devais prendre des initiatives et il fallait que j’use de débrouillardise.

 

Quand j’y pense, je comprends un peu pourquoi je dois me battre avec mes enfants pour qu’ils sortent jouer dehors. Peut-être qu’il n’y a que dans mes souvenirs que l’été est si cool… Regarde autour de toi. Vois-tu la même chose que moi ?

 

À commencer par la piscine… Mes enfants doivent demander la clé pour aller se tremper les pieds, un petit geste qui, pour moi, était spontané.

 

Souffler sur les pissenlits ou chercher des trèfles à quatre feuilles… J’observe à gauche, puis à droite… Rien de tout ça. C’est vrai que sur un gazon digne d’un circuit de la PGA, ça ne pousse pas.

 

Et les fourmis capturées ? Oublie ça, je les ai fait exterminer !

 

Déguster un bon Revello. D’accord, mais pas sous la pergola au risque de tacher les coussins du nouveau sofa. Et si surgissait l’envie de se faire une cabane avec les chaises de jardin ? Jamais ! Ça pourrait défoncer le rotin !

 

Pas question non plus de mâchouiller de l’herbe et les Popsicle trop sucrés, je les ai sagement remplacés par des yogourts glacés. Ceux qui ont le même goût que les yogourts que j’ai mis dans les lunchs toute l’année. Ouin… mais c’est pour leur bien.

 

Puis, quand mes enfants désirent enfin sortir, je leur impose de mettre leur casque pour faire du vélo même quand il fait hyper chaud. Porter des protecteurs pour faire du roller, se badigeonner de crème solaire aux deux heures pour éviter de brûler et de chasse-moustiques pour ne pas que ça pique ! C’est plate en bibitte !

 

Les enfants doivent traîner leur bouteille d’eau pour éviter de boire au boyau, et sans téléphone, ils doivent lâcher leur partie de basket et revenir aux heures pour m’informer qu’ils n’ont pas été kidnappés.

 

Au parc, il n’y a plus d’enfants et si par miracle il y en a un, je répète aux miens d’être prudents parce qu’il pourrait être méchant. Bon… j’exagère un peu. Pas tant que ça…

 

Au fond, tout ce qui me fait craindre le pire pour mes enfants aujourd’hui me faisait tellement sentir en vie à l’époque. Je réalise que les étés de mon enfance étaient spéciaux parce qu’ils étaient propulsés par des élans de créativité, parfois freinés par excès de témérité. Sans agenda ni trop d’encadrement, ils étaient tout le contraire de la routine de l’année scolaire.

 

Les temps ont changé. Pour le mieux ? Pour le pire ? Le spa, la piscine, la pergola. Travailler comme des fous pour pouvoir se payer tout ça… Pour qui ? Pourquoi ? Cet été, dans notre magnifique cour aseptisée, mes enfants, je promets de vous souffler des poussières de liberté.

 

Sophie Barnabé

Pas de bal, pas de trouble ! Texte: Nathalie Courcy

Maintenant que juin est là, on commence à avoir une meilleure idée de ce que nos jeunes vivront c

Maintenant que juin est là, on commence à avoir une meilleure idée de ce que nos jeunes vivront comme fin d’année scolaire. Après quinze mois de yoyo entre l’enseignement virtuel et les cours en classe, personne ne se plaindra d’entendre la dernière cloche de l’année sonner. Vive les vacances !

Comme l’an dernier, nos finissants paient cher le prix de la pandémie. Un peu comme si toutes leurs années d’efforts, d’apprentissages, d’évaluations, d’échecs et de réussites, d’amitiés, de matières plates et de cours trippants, s’apprêtaient à faire un gros flat dans une piscine. Ça fesse, mais on s’en remet.

Quels sont les plans dans l’école de vos enfants du primaire et du secondaire ?

Quelles sont vos idées originales pour célébrer ce passage à la prochaine étape ?

Une parade des finissants sur la rue principale avec concert de klaxons et feux d’artifice ?

L’affichage des photos des finissants sur les pancartes illuminées au centre-ville ?

La livraison d’un déjeuner spécial pour remplacer le souper gastronomique habituellement associé au bal ?

Comment se déroulera la remise des diplômes pour vos grands de 6e année ou pour vos très grands de 5e secondaire ? La tenue chic est-elle de mise pour la dernière journée d’école ? Ou si les jeunes quitteront la salle de leur dernier examen dans le silence et la platitude les plus complets ?

Connaissez-vous des enseignants, des directeurs d’école ou des comités qui ont mis les bouchées doubles pour organiser un semblant de fête extraordinaire malgré toutes les règles changeantes des derniers temps ? On veut en entendre parler !

Des collaboratrices de Maïka m’ont parlé de célébrations à l’auto (un genre de drive-through comme au Parc Omega, sauf qu’à la place d’aller voir les ours, les amis et la parenté circulent devant la maison ou l’école pour admirer les finissants). Si on est crinqués le moindrement, on peut décorer le terrain et les voitures !

On peut aussi offrir à nos jeunes une séance photo, peut-être même avec leurs amis (2 mètres de distance et à l’extérieur, bien entendu) ou en famille, pour immortaliser la fin de ce cycle d’études. Et pour rentabiliser la robe ou l’habit de finissant ! Go les confettis et les bombes de lumières ! Il faut que ça sente la magie !

Ça va de soi, les soupers au resto ou la commande du repas préféré sont au menu. Pourquoi pas une fin de semaine à l’hôtel ou une soirée au spa ? Et ceux qui sont en zone plus jaune que rouge, profitez-en pour regrouper quelques amis. Une boule disco, ça s’installe dans un arbre, t’sais !

Et bien sûr, on n’est pas tous obligés d’être hyperactifs et de se prendre pour des G.O. On peut y aller plus simplement et que ce soit tout aussi touchant. Une boîte remplie de lettres et de cartes des personnes qui ont accompagné notre jeune, une présentation des meilleures photos depuis l’enfance (allez-y, c’est le temps de ressortir des boules à mites toutes les photos compromettantes prises en disant « OMG! Je vais tellement te faire honte avec ça quand tu vas être plus vieux ! »), un discours listant toutes vos raisons d’être fiers de votre protégé(e)… Les possibilités sont infinies, tout comme votre amour pour elle ou pour lui !

À tous les finissants, quel que soit votre parcours jusqu’à présent, on est très, très fiers de vous et on vous salue.

Nathalie Courcy