Ma première fausse couche

Mon conjoint et moi venions d’acheter et d’emménager dans notre premi

Mon conjoint et moi venions d’acheter et d’emménager dans notre première maison. Ça faisait quatre ans que nous étions ensemble, j’étais impatiente à l’idée de devenir maman. Après un mois dans notre maison, nous avons décidé d’essayer d’avoir un enfant. Après neuf mois, j’étais enceinte, mais la grossesse me semblait off ; une petite voix me disait que quelque chose clochait.
J’ai passé une échographie vers cinq semaines, mais on ne voyait pas bien. Mes hormones n’étaient jamais stables, donc les médecins ne savaient pas ce qui se passait. La journée de mes onze semaines, j’ai commencé à faire du spotting rendue au travail, mais aucune douleur. Je suis allée à l’urgence avec mon conjoint. Nous avons attendu quatre heures avant de passer l’échographie. Sur l’écran, on voyait un petit sac noir. Quand nous sommes sortis de la pièce, mon conjoint semblait rassuré, mais j’ai dû lui expliquer qu’à onze semaines de grossesse, nous serions censés voir un petit bébé. J’ai vu son visage se décomposer devant moi. J’avais le cœur brisé. Le médecin m’a expliqué que je faisais une grossesse chimique (ou œuf vide). C’est un ovule qui a été fécondé sans qu’aucun fœtus ne se développe. Par contre, le placenta grossit. J’avais même commencé à avoir un petit bedon. Le médecin m’a prescrit des médicaments pour déclencher l’évacuation.
De retour à la maison, j’ai dit à mon chum que je voulais prendre 24 heures pour digérer la nouvelle avant de m’insérer ces foutues pilules. Il a accepté et soutenait totalement ma décision. Le lendemain, nous avons décidé d’aller chez mes beaux-parents pour nous changer les idées.
Rendue là-bas, j’ai commencé à me sentir bizarre, je suis donc allée me coucher. Quelques heures plus tard, je me suis réveillée avec des vagues de douleur dans le ventre. Je suis allée à la toilette et j’ai mis une serviette hygiénique par précaution, même si je n’avais aucun saignement. Une heure plus tard, les vagues de douleur devenaient de plus en plus intenses et fréquentes, alors j’ai demandé à retourner à la maison. La route entre Repentigny à St Eustache ne m’a jamais semblé aussi longue. À Mascouche, je ne supportais plus les douleurs, je hurlais dans la voiture. Nous avons décidé d’aller directement à l’hôpital de St Eustache.
Arrivés à l’hôpital, on m’a amené une chaise roulante, mais quand j’ai essayé de me lever, un flux de liquide est sorti de mon vagin. Je me suis assise super vite dans la chaise. Nous sommes allés dans la salle d’attente du triage. Les vagues de douleurs étaient aux minutes, je n’avais pas de pause, je ne pouvais m’empêcher de crier. Quand mon tour est arrivé, mon conjoint a expliqué que nous étions ici la veille et que je faisais une fausse couche. Quand l’infirmière m’a demandé de me lever, je lui ai dit que c’était impossible, dès que je forçais un minimum, ça coulait à flots entre mes jambes. Elle m’a demandé de voir mes pantalons, j’ai ouvert les jambes, un peu de sang était sur mes pantalons. Elle m’a donné un lit à l’urgence.
Quand je suis arrivée, l’infirmière qui finissait son shift m’a demandé brusquement de m’installer dans le lit. Je lui ai répété à plusieurs reprises que je ne pouvais pas forcer sinon ça coulait vraiment beaucoup. Elle a roulé des yeux et a finalement demandé à des préposés de venir m’aider. Les préposés étaient hyper gentils et délicats. J’étais installée juste devant le bureau de l’infirmière, elle racontait sa journée à celui qui allait la remplacer. J’ai vu que c’était un homme. Je vous jure, mon cœur s’est brisé en deux. Si une femme avait du dégoût pour moi sans même m’avoir examinée ou même questionnée, comment cet infirmier allait il pouvoir s’occuper de moi sans éprouver du dédain ? Je voulais rentrer chez moi tellement j’avais honte. L’infirmière a dit à l’infirmier avant de partir : « Bonne chance avec elle, c’est une fausse couche, mais ça semble être exagéré son affaire ! » Elle pensait sûrement que je n’avais rien entendu, mais c’était ses mots s’étaient rendus jusqu’à moi.
Finalement, l’infirmier est venu me voir. Il a fermé le rideau, ce que l’autre infirmière n’avait pas fait. Au contraire, elle l’avait ouvert au complet. Il s’est approché de moi, il m’a pris la main et m’a dit super doucement : « Me permets tu de t’examiner ? Au besoin, je vais te changer. J’ai déjà avisé le médecin de ta douleur, on prépare ta morphine bientôt. » Je me suis mise à pleurer et j’ai dit oui. J’étais stupéfaite de sa gentillesse. Il m’a demandé de soulever mes fesses, je lui ai expliqué que je ne pouvais pas forcer. Il a alors demandé à une préposée de venir l’aider. Ils ont soulevé mon bassin, descendu mes pantalons. J’ai vu le visage de l’infirmier changer. Il a demandé à la préposée d’aller chercher de l’aide, des serviettes chaudes, de nouveaux draps et plusieurs piqués.
Plusieurs infirmières sont arrivées, ils m’ont lavé et ont changé mes draps deux fois de suite. Pendant qu’on me lavait, une infirmière me faisait une prise de sang et un test pour connaître mon groupe sanguin. Le médecin est arrivé très rapidement. J’étais en hémorragie. J’avais du sang du nombril jusqu’au milieu du dos. Chaque fois que je forçais, un flot de sang sortait. Ensuite, ce furent des caillots gros comme des clémentines. Je perdais conscience ou presque chaque fois qu’un caillot sortait.
Ma situation qui avait été jugée exagérée était en fait une situation de vie ou de mort. J’étais littéralement en train de me vider de mon sang. Ils ont été capables d’arrêter l’hémorragie juste avant que j’aie besoin d’une transfusion sanguine. Ce fut un des pires moments de ma vie, mais cet infirmier a été un pilier pour moi. Il a pris soin de moi avec tellement de bienveillance, de douceur. J’avais si honte qu’un homme s’occupe de moi durant cette épreuve, mais finalement, il a été pour mon conjoint et moi un soutien incroyable. Il était à l’écoute et très attentif. Il a fait en sorte que cette épreuve soit un peu plus tolérable.

Cindy LB