Archives août 2018

Que diraient-ils?

<span style="margin: 0px; line-height: 115%; font-family: 'Times New

Parfois, souvent, je réfléchis à ce que diraient ceux qui sont partis. Que pensent-ils de nous et de nos vies?

Je crois que parfois, il leur pousse des cheveux blancs et ils auraient sûrement envie de nous dire tout ceci :

Aie de la gratitude pour ce qui est dans le moment présent; tu seras plus heureux, moins insatisfait, plus zen

Reconnais-toi, vois le chemin parcouru, sois fier et fais-en le point de départ de tes ambitions futures.

Reconnais ceux qui t’aiment comme tu es, honore leur présence dans ta vie. Le bon vieux « Traite comme tu veux être traité ».

Tu as la chance immense de te réveiller tous les matins, pas moi. Par tes choix, chacune de ces journées peut être merveilleuse dans les petites choses. Écoute et fais confiance à ton cœur; ta tête te joue des tours, te conforte dans tes peurs et l’orgueil te mène trop souvent. Ce que pensent les autres ne doit pas commander ta vie, sois aux commandes de ta vie.

Nos amis ou membres de famille décédés diraient sûrement : Mon doux que tu te compliques la vie pour rien. Il n’y a pas de compétition réelle entre humains, nous créons tout ça.

Nous avons tous des talents, exploitons-les et soyons heureux de ceux des autres.

Ils nous diraient : Change tes lunettes de bord, ça presse! Tu es devant un univers de possibilités, c’est la chance de ta vie, saute, contourne les barrières, fais des choix et assume-les! Amuse-toi!

Ils nous diraient de faire des choix de vie qui honorent notre corps, ce cadeau reçu à la naissance, celui qui nous permet de tout réaliser. Nous avons une seule santé, ne la perdons pas!

Ils ont sûrement parfois un peu honte de nous. Honte de nos choix de comportements, honte de notre manque de délicatesse, d’empathie envers nous et les autres. Personne ne devrait se sentir mal ou de trop en votre présence. En fait, je suis convaincue qu’ils ne nous culpabiliseraient pas, ils constateraient simplement ce qui est. Ils portent constamment les lunettes roses, pas celles de la naïveté, celles de l’envie d’être bien, de se réaliser pleinement selon notre chemin de vie.

Quand je pense à ce qu’ils diraient, je pense aussi à ce qu’ils me disaient. Mon cœur les voit et les entend toujours. Ceux qui sont chers à mon cœur me valorisaient dans leurs paroles, mais surtout dans leurs gestes. C’est le plus important dans la vie pour se sentir aimer au-delà des mots.

 

Marie-Josée Gauthier

 

Quand le bonheur passe par YouTube

Je vais vous raconter l’histoire de Camille. Une belle petite puce

Je vais vous raconter l’histoire de Camille. Une belle petite puce de six ans, souriante du matin au soir, qui rit, chante et danse, qui s’émerveille devant tout et rien et qui est un vrai rayon de soleil dans la vie de tous ceux qui l’entourent. C’était avant la venue de YouTube dans sa vie.

Camille voit son grand frère utiliser le iPad pour regarder des vidéos sur YouTube pour l’aider à traverser certains tableaux dans ses jeux vidéo et pour suivre certains Youtubeurs qu’il affectionne particulièrement (après approbation et consensus préalables des autorités parentales). Elle demande à son frère s’il y a des choses « plus pour filles » aussi sur YouTube. Il fait des recherches pour elle en fonction de ce qu’elle aime.

De fil en aiguille, ou plutôt au fil des suggestions de YouTube, elle arrive à des vidéos d’une maman et de sa fille qui ouvrent des boîtes reçues par la poste. Dans ces boîtes, visiblement envoyées par des compagnies, la mère et la fillette découvrent les objets les uns après les autres avec des cris de joie beaucoup trop aigus et exagérés pour le réel bonheur que ces objets peuvent procurer. Ce genre de vidéos varie, mais le concept demeure le même : un parent devant l’écran qui inonde littéralement l’enfant de jouets ou de bonbons.

Au bout de quelques minutes, un adulte décroche de ce genre de vidéos. Camille, par contre, en est le public cible : elle demeure accrochée. Elle regarde sans émettre de commentaires, elle qui est habituellement verbomotrice. Elle observe en silence et enchaîne les vidéos durant le temps où elle peut utiliser le iPad. Une fois ce temps d’utilisation terminé, elle ferme la tablette et va jouer dans sa chambre, en silence.

Dans la tête de Camille, les vidéos passent en boucle même si la tablette est fermée. Elle est déçue quand elle ouvre la boîte à lettres au retour à la maison et qu’il n’y a rien pour elle. Elle regarde ses jouets : ils ne sont pas comme ceux qu’elle voit dans les vidéos. Elle regarde sa chambre, rien n’est comme dans ces vidéos. Ses jouets lui semblent ennuyeux en comparaison. Elle trouve que sa mère ne joue pas assez avec elle. Bref, elle compare sa vie à ces clips de cinq minutes où une mère et sa fille ont l’air de filer le parfait bonheur pour la caméra. Elle est malheureuse parce que sa vie à elle n’est pas comme ça. De plus en plus malheureuse chaque fois qu’elle regarde ces vidéos. Malheureuse, anxieuse et triste. Camille n’a que six ans.

Camille ne comprend pas que c’est du bonheur artificiel « arrangé avec le gars de YouTube » pour obtenir des clics. Plus il y a de « clics », plus la maman va faire des sous. Elle ne voit pas non plus que la maman, dans le fond, utilise sa fille pour générer un revenu grâce à ces vidéos. Une maman seule sur la vidéo n’aurait pas assez d’impact auprès des enfants, elle a besoin de sa fille pour rendre le tout crédible. Camille ne comprend pas que les choses matérielles que la petite fille déballe ne la rendent pas plus heureuse. Ce que Camille voit, c’est une mère qui est tout sourire en tout temps et une fillette heureuse de déballer des « gugusses » alors pour elle, c’est ça le bonheur. Camille a six ans.

La vie de Camille est d’aller à l’école, d’appendre, d’aider à la maison avec des petites tâches. Il n’y a pas de boîtes remplies de gugusses qui arrivent par la poste pour elle. Quand il y a des cadeaux, c’est pour les anniversaires, les fêtes ou pour une récompense ou un cadeau spontané. Ce n’est pas systématique toutes les semaines et ce n’est pas en grande quantité chaque fois, contrairement à ce qu’elle regarde dans les vidéos. Camille est triste : elle croit qu’elle n’est pas aimée parce que sa vie n’est pas comme dans les vidéos. Pour Camille, six ans, le bonheur, le vrai, c’est ce qu’elle voit dans les vidéos YouTube.

Malgré la supervision parentale sur le contenu regardé et la limitation du temps d’utilisation de l’électronique, les parents ne sont jamais maîtres de la façon dont l’enfant interprète ce qu’il voit par rapport à sa propre réalité. J’ai mis des limites et j’ai supervisé. Bref, j’ai fait tout ce qu’un bon parent doit faire en lien avec l’utilisation de l’électronique. J’ai pourtant vu Camille, ma fille que j’adore, avoir un comportement s’apparentant presque à une dépression à cause de ces vidéos.

Il ne faut pas sous‑estimer l’effet de l’électronique sur les enfants, soyez vigilants. Malgré toute ma bonne volonté et la structure que j’avais mise de l’avant, Camille, ma fille de six ans, a développé une dépendance à YouTube et je n’ai rien vu venir.

Annie St-Onge

 

Les vacances par chez nous

<img class="alignnone wp-image-14128" src="http://www.mafamillemonchaos.ca/wp-content/uploads/2018/0

 

Avec cette canicule, j’ai des envies d’ailleurs, d’escapades exotiques et surtout d’étendues d’eau.

 

Que voulez-vous, je suis Poisson… C’est peut-être pour ça que l’eau est un élément essentiel à mon équilibre ! Sauf que cette année, je n’ai pas la liberté de partir à l’étranger avec mes enfants ni les moyens de m’éloigner de Montréal.

Alors depuis le début de l’été, nous profitons de la piscine municipale extérieure sans modération. Tous les jours. Et parfois plusieurs fois par jour. Nous sommes chanceux, quand même, d’avoir ces infrastructures en ville, et autant de verdure à deux pas de chez nous.

Sauf que je suis une addict du voyage ! J’ai un besoin vital de bouger, de prendre le large, d’explorer de nouveaux horizons, de casser la routine, de varier les décors… Je suis une nomade. Une vraie. J’ai tout le temps besoin de perdre mes repères et de me laisser guider par les étoiles dans le ciel. De sortir de ma zone de confort pour mieux m’épanouir et grandir. Car c’est dans l’improvisation et la spontanéité que je me sens bien. Et mes enfants aussi. Tant qu’ils sont avec moi. Notre Home Sweet Home, c’est d’être ensemble tous les trois. Peu importe l’endroit.

Il va donc sans dire que de rester assignée à Montréal pour l’été est pour moi source de frustrations et de mal‑être. Déjà que le cancer m’a contrainte de freiner mes élans de globe-trotteuse dans les deux dernières années…

Mais un autre trait de caractère qui me définit est que j’ai une capacité d’adaptation à toute épreuve et une force créative au service de ma résilience. Autrement dit, si tu me coupes les ailes, j’irai à pied. Si tu me casses les pieds, je rebondirai sur les fesses. Et si tu me pousses dans le derrière, je ferai face à la vie devant moi.

Bref, il n’y a rien ni PERSONNE qui puisse m’amarrer à quai bien longtemps. Je trouve toujours une façon de m’échapper et de composer avec la situation. Si savoir s’adapter à son environnement est le propre de l’homme, avoir évolué dans un environnement hostile est celui de la femme que je suis.

Donc pour cet été, ne pouvant pas amener mes enfants outre Atlantique, ou dans quelconque destination exotique, ou même juste rejoindre la côte pour voir la mer, j’ai fait ce que je fais de mieux : me retourner sur un 10 sous et faire preuve d’imagination.

C’est ainsi que j’ai découvert un petit coin de paradis à moins d’une heure de Montréal, qui nous a donné l’illusion parfaite d’être loin de chez nous.

Le domaine Pourki offre plusieurs options d’hébergement dépaysant, comme les tipieaux et les huttes Bora, Bora. Mon fils ayant encore plus besoin de bouger que moi et se levant souvent la nuit, j’ai remis à une prochaine fois, l’expérience des tipieaux, puisqu’ils sont accessibles uniquement par canot (fourni gratuitement) et qu’étant maman monoparentale avec deux enfants, j’avais le désavantage du nombre. Nous avons donc opté pour les huttes Bora, Bora. Et nous avons été enchantés par ce choix. Les huttes sont accessibles par un quai flottant en bois. La nuit tombée, nous nous sommes donc fait bercer par la rivière Richelieu, confortablement allongés dans de vrais lits ! Il ne nous en fallait pas plus pour se sentir choyé…

Comble du luxe, il y avait même un mini réfrigérateur dans la hutte et le nécessaire pour cuisiner, ce qui m’a permis de voyager plus léger et de faciliter la préparation des bagages avant notre départ. Nous n’avions qu’à apporter notre linge de rechange, notre nécessaire de toilette, notre nourriture pour la durée du séjour, sans oublier nos maillots de bain ! Car il y a une piscine sur le domaine… Avec beaucoup moins de monde (pour ne pas dire personne) qu’à la piscine municipale de notre quartier. Le bonheur, tout simplement !

Et puis, ce ne sont pas les activités pour occuper les enfants qui manquaient. Entre la mini ferme avec chevaux, lamas, poules, dindons et lapins, le mini terrain de soccer, l’immense structure gonflable de type bootcamp, le tir à l’arc, la table de ping-pong et les canots fournis gratuitement pour ceux qui veulent pêcher sur la rivière, même pas besoin de sortir du domaine pour varier les plaisirs. De vraies vacances pour les enfants, mais aussi pour les parents ! Que demander de plus ?

Finalement, les voyages, ce n’est pas tant la distance parcourue mais les souvenirs que l’on en retire en famille…

Vanessa Boisset

 

Cette odeur…

À chacun de mes retours en classe, ce qui me touche le plus, c’es

À chacun de mes retours en classe, ce qui me touche le plus, c’est l’odeur. L’odeur d’une école, ça ne s’invente pas. J’arrive à peine à la décrire, en fait! Un curieux mélange de crayons de bois, de papier et de gym😉.

Le brouhaha qui s’installe, les p’tites abeilles qui circulent, les planchers frais cirés…

Les discussions de coin de corridor, de cadre de porte, de secrétariat…

Le teint hâlé de mes collègues, la rencontre avec les nouveaux, les accolades, les fous rires…

J’adore la rentrée scolaire, malgré tout ce qu’elle implique.

Dormir… moins. 💤

Penser… plus.

Réinventer ma classe… encore!

Me préparer à accueillir mes p’tits nouveaux et vivre ce grand bonheur avec mes amis.💜

Avoir des papillons dans le ventre et des fourmis dans les jambes… Espérer donner le goût de lire davantage et la confiance qu’il faut pour écrire et devenir un auteur passionné.

Siroter le dernier verre de vin de mes vacances, prête à accomplir de grands projets.

Qui que tu sois, collègue du grand monde de l’enseignement, je te souhaite une rentrée extraordinaire !

🌸J’ai une pensée pour toi qui auras enfin TA classe, cette année; tu sais quoi? Tu y arriveras! xxx

Karine Lamarche

 

Les apprentissages en famille (ressources pour le premier cycle du primaire)

Avec le mois de septembre qui se pointe le bout du nez, j’entrevois déjà notre quatrième année

Avec le mois de septembre qui se pointe le bout du nez, j’entrevois déjà notre quatrième année d’école à la maison qui se profile à l’horizon. Ça sent la nouveauté et la continuité tout à la fois… Un des nombreux privilèges d’apprendre en famille.

 

Mon plus jeune entreprendra sa deuxième année du premier cycle. À sept ans, il n’a jamais mis les pieds à l’école. Par contre, dans la dernière année, il a foulé le sol du Colisée de Rome, du Palais de Versailles, de la Tour de Londres et de l’Île aux Musées de Berlin. Entre autres.

 

Il m’arrive de paniquer en pensant que je n’arriverai jamais à offrir à mes enfants tout ce qu’ils pourraient trouver dans une école. Puis, après une bonne inspiration, je retrouve mon calme et me rappelle que je leur offre autre chose. Quelque chose de différent, qui a ses bons côtés aussi.

 

Chaque famille vit l’école à la maison à sa façon. Inévitablement, notre aventure nous ressemble. En fait, c’est toute la beauté de la chose! Chez nous, c’est l’amitié, la curiosité, la créativité et l’épanouissement qui priment. Comme nous sommes passionnés d’Histoire, d’art, de nature et de lecture, beaucoup de nos activités tournent autour de ces sujets.

 

J’avais débuté l’école à la maison avec mon aîné en deuxième année alors j’avance en terrain plus familier avec mon cadet. Il y aura bien sûr quelques nouveautés… Juste le fait de vivre en Italie au lieu de l’Outaouais, ça change une routine! Et je vais aussi m’adapter à la personnalité de mon plus jeune évidemment… N’empêche que ça simplifie beaucoup les choses de retrouver mes ressources favorites au lieu d’avoir à chercher tout partout.

 

Premièrement, nous nous entourerons à coup sûr de littérature jeunesse coup de cœur :

 

–          Des auteurs amusants comme Élise Gravel (Adopte un glurb! et cie), Mélanie Watt (la série Chester) et Richard Byrne (Ce livre a mangé mon chien! Ce livre n’est pas le bon! et Ce livre ne fonctionne pas!)

–          Des BD accrocheuses comme Les Légendaires, Nelson et L’agent Jean!

–          Des séries de livres informatifs débordant d’humour comme Les Dragouilles, Les sciences naturelles de Tatsu Nagata et Savais-tu?

 

Deuxièmement, je garderai toujours près de moi mes ouvrages de référence préférés :

 

–          Les livres de la collection Les ateliers d’écriture (publiés chez Chenelière) pour accompagner les enfants comme de vrais auteurs.

–          Les livres de Van de Walle pour explorer les mathématiques avec eux.

 

Troisièmement, nous utiliserons les cahiers Alphabétik et Numérik (publiés chez ERPI) pour nous guider dans nos apprentissages en français et mathématiques.

 

Et finalement, voici dix superbes ressources Web que je compte réutiliser et qui pourraient bien vous intéresser aussi (merci infiniment aux profs blogueurs qui partagent leurs créations sur la toile!) :

 

  1. Le site Web Les superhéros de l’orthographe au quotidien https://lessuperprofs.jimdo.com/ qui partage 34 listes de mots à étudier (tirés de la Liste orthographique à l’usage des enseignantes et enseignants) ainsi que des dictées.
  2. Les cartes d’activités de la Classe de Madame Bernice, remplies de suggestions pour écrire et manipuler les mots à l’étude http://classedemadamebernice.blogspot.com/2011/11/etude-de-mots-les-5-au-quotidien.html.
  3. Les rigolotes Petites histoires pour comprendre la grammaire de Teacher Charlotte http://teachercharlotte.blogspot.com/2016/01/petites-histoires-pour-comprendre-la.html?m=1.
  4. Les drôles de vidéoclips d’Alain le lait pour étudier les verbes : être, avoir, aller et faire https://www.youtube.com/watch?v=z2IrJ0DB0Xg.
  5. Les amusantes représentations des classes grammaticales de Calliplume http://laclassedecalliplume.eklablog.com/les-monstrueuses-classes-grammaticales-a127085616.
  6. La grille de relecture proposée par Dix mois http://www.dixmois.fr/pommes-a99650303/.
  7. La frise chronologique de Lutin Bazar à compléter au fil de nos découvertes http://frame.bloglovin.com/?post=4483541556&blog=3682651&frame_type=p&viewer=true.
  8. La liste d’une centaine de mots à mémoriser qui aideront à lire des livres de niveau débutant en anglais http://www.empoweringparentstoteach.com/reading/i_can-read-100-words-free-printable-chart-word-cards/.
  9. Le cahier d’étude sur les additions et les soustractions de La classe de Zazou http://laclassedezazou.eklablog.com/l-apprentissage-des-faits-numeriques-les-additions-a118076442.
  10. Différents jeux de cartes pour pratiquer les tables (mes préférés : Speed Racer et Addition War) https://denisegaskins.com/2006/12/29/the-game-that-is-worth-1000-worksheets/.

 

Voilà mon petit coup de pouce pour les ressources plus formelles… Mais n’oubliez pas que c’est la partie plus éclatée et spontanée de l’éducation à domicile qui fait tout son charme. Bonne année!

 

 

Elizabeth Gobeil Tremblay

Contes de mille et une écoles…

<p style="margin: 0cm 0cm 0pt; text-align: justify; word-spacing: 0px; -webkit-text-stroke-width: 0p

Il était une fois une école où on faisait beaucoup plus qu’apprendre.

Dans cette école, les enfants avaient le bonheur de grandir et de déployer leurs ailes auprès d’adultes significatifs pour eux, entourés de grandes personnes bienveillantes et inspirantes.

Combien de bobos madame Marilou a-t-elle soignés? Elle ne les compte plus, bien entendu! Jamais elle n’a fait sentir, cette année encore, qu’un enfant la dérangeait lorsqu’il se présentait à elle pour donner un coup de fil à la maison : une boîte à lunch laissée sur le comptoir, des patins oubliés dans l’entrée, une clé permettant de rentrer dîner…

Monsieur Sylvain a accepté avec joie l’aide offerte par les petits comme les grands pour faire la tournée des classes et des salles de bain en fin de journée. Il a pris le temps de partager son savoir, les règles d’hygiène de base et a même récompensé ces enfants par des friandises, à l’occasion (manger des bonbons à l’école, c’est un grand bonheur, non?)

Les chauffeurs d’autobus peuvent également faire la différence dans la vie de votre enfant… Cette année, l’un d’entre eux s’est inquiété de ne pas revoir un enfant à l’arrêt habituel après le dîner. Ne voyant aucun véhicule dans l’entrée et connaissant la santé précaire du garçon, il a pris soin d’aviser le personnel de son inquiétude. Ce chapitre se termina de belle façon, somme toute, puisque le garçon en question avait simplement voulu s’octroyer un après-midi de congé… 😉

Au service de garde, cette année, j’ai vu plusieurs éducateurs se présenter bien avant leur quart de travail. Ils ont offert de leur temps pour surveiller des élèves et les aider dans différents projets.

J’ai vu madame Manon, pendant un voyage au chaud, en vacances, graver le nom de chacun de ses élèves dans le sable et leur fabriquer un cadre souvenir orné de sable et de coquillages; au-delà du souvenir bien tangible qu’est la photo, ils se souviendront surtout de la grande bonté de cette femme. 🌸

J’ai vu madame Nadine, notre directrice, panser les plaies d’un élève et tenter de retracer sa dent… Il doit assurément y avoir une ligne écrite en très petit dans les tâches connexes de son contrat qui l’ont forcée à agir de la sorte… 😉

 

J’ai appris que madame X (je tais son nom puisqu’elle ne souhaite pas être identifiée) paie, chaque année, les fournitures scolaires d’un enfant qu’elle ne connaît pas. Elle achète ce dont ses fils ont besoin et prépare un troisième sac qu’elle apporte à l’école à la rentrée scolaire. Cet enfant qui reçoit ce cadeau apprend qu’un humain, c’est beau.

 

J’ai connu plusieurs enseignantes qui, cette année encore, ont acheté des surplus pour leur classe puisque parfois, le crayon, la gomme à effacer, le cahier, le rapporteur d’angles, ils n’arrivent jamais.

 

J’ai connu des enseignantes et des éducatrices qui ont partagé leur collation ou qui ont apporté un fruit supplémentaire, sachant qu’un de leurs élèves ne mangerait pas à sa faim.

 

Cette école, c’est la mienne, c’est la vôtre, c’est celle de votre enfant. 😊

 

Cette école, vous l’ignorez peut-être, elle est remplie de petites fées qui veulent le meilleur pour votre trésor. 💜

 

Parlez-moi d’un adulte qui a fait la différence pour vous…

 

 

Karine Lamarche

 

Quand le syndrome de stress post-traumatique s’invite

 

<ol style="text-align: justify;" start="1

 

  1. J’ai dix ans. Mon papa militaire revient d’une mission en Bosnie. Il ne le sait pas encore, mais il a développé un syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Moi, je sais seulement qu’il a changé. Il a été confronté à la mort de trop près, trop souvent et sans répit. Son cerveau s’est mis à réagir au stress de façon extrême et sans discernement. Maintenant, quand je fais une gaffe, ce n’est plus de la colère que je vois dans ses yeux. C’est comme si je menaçais sa vie. Je n’aime pas voir mon papa dans cet état, alors je me tiens tranquille pour ne pas éveiller le volcan…
  1. J’ai quinze ans. J’ai bien essayé d’éviter de le mettre en colère, mais ça l’a mis encore plus en colère. Mes parents ne croient pas que mon premier amoureux est un bon garçon pour moi, alors ils m’ont obligée à le laisser. Je l’ai fait, mais j’ai repris avec mon chum en cachette. Et là, mon papa vient de le découvrir. Il a pété les plombs. Il se demande même si mon chum va porter plainte pour voie de fait. Moi, je me suis embarrée dans la salle de bain. J’attends que mon père se calme pour sortir. Il me hurle mon hypocrisie à travers la porte. Là, ce que j’ai fait, c’est vraiment grave, je l’avoue, mais j’aurais fait une petite niaiserie de rien du tout et il serait à peu près au même niveau d’intensité. Il n’a plus d’entre‑deux, mon papa. C’est comme si c’était toujours une question de vie ou de mort. Il n’y a pas qu’à moi qu’il a fait peur cette journée‑là, il s’est aussi fait peur à lui‑même. Ça l’a décidé à aller chercher de l’aide. Avouer un syndrome de stress post-traumatique dans l’armée, c’est délicat. Pas seulement parce que la santé mentale c’est tabou. Mais aussi parce que ça remet en question ta capacité à faire ton travail…
  1. J’ai trente‑cinq ans. Dans la dernière année, j’ai rencontré deux militaires hauts gradés qui ont croisé le chemin de mon père pendant sa carrière militaire. Leur carrière militaire s’est poursuivie, la sienne s’est interrompue, à cause du SSPT. Mon père, si tu l’employais pour placer des boîtes de conserve sur les étalages de ton épicerie, il te placerait ça d’une manière tellement efficace et innovante que tu finirais par lui demander de gérer ton commerce. C’est ce genre de gars‑là. Ça fait partie de lui. Il engage en entier son cœur et son ingéniosité dans tout ce qu’il accomplit. Je dis souvent que je suis une perfectionniste qui essaie de dompter son perfectionnisme. Lui, c’est un perfectionniste tout court. Et il ne s’en fait pas de modèle plus courageux. Si ma vie était menacée, j’aurais une confiance absolue envers lui pour venir à ma rescousse. Alors, revenons à ton épicerie… Ce héros-là, inévitablement, finirait par la gérer et tu ne voudrais plus te passer de lui. Mais il atteindrait aussi un niveau de stress qu’il ne pourrait pas supporter. Il finirait inévitablement par claquer la porte. C’est pour ça qu’il n’arrive plus à travailler.

Il est devenu grand-papa il y a dix ans et il remplit ce rôle avec brio. S’il y avait des médailles à décerner aux grands‑pères exceptionnels, il raflerait l’or chaque année. La petite fêlure du SSPT et l’aide qu’il reçoit le rendent encore meilleur qu’avant. Tous les héros ont leurs failles de toute façon… Je comprends bien ce côté de sa personnalité désormais et je navigue avec plus d’aisance autour de lui. Par contre, je n’ai jamais perdu l’habitude de le traiter avec des pincettes et j’ai expliqué la condition de leur grand‑père à mes deux garçons dès leur plus jeune âge.

Il ne s’était jamais emporté devant ses petits‑fils. Jusqu’à hier. Hier, deux petits garçons de sept et dix ans ont compris ce qu’était le SSPT. En fait, pour être bien honnête, ce n’est pas lui qui s’est emporté. Lui a simplement agi sous l’impulsion du stress qui l’envahissait. La fameuse réponse fight or flight (on n’a jamais accès à l’option freeze avec mon père)… C’est moi qui ai fait des éclats dans cette histoire. Parce que cette fois‑ci, je ne pouvais pas accepter la blessure sans broncher.

Mes parents nous conduisaient à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. Après deux semaines de visite, je repartais chez moi avec deux petits‑fils au cœur lourd. Mon père n’a pas l’habitude de conduire à Montréal. Nous étions donc partis très tôt pour disposer d’une marge de manœuvre en cas d’imprévu. Étant donné que tout avait roulé comme sur des roulettes, nous étions arrivés à Montréal avec cinq heures d’avance pour notre vol, ce qui nous laissait amplement le temps de profiter d’un dernier repas ensemble. C’est quand mon père s’est mis à chercher un restaurant que les choses se sont compliquées. En résumé, le stress a monté et il a décidé qu’il nous plantait aux portes de l’aéroport. Évanoui, le repas qu’on avait prévu tous ensemble. Disparu, l’au revoir tout en douceur. Pouf !

Cette fois‑ci, avec mes deux cocos et mes valises, déposée ridiculement en avance sur le trottoir d’un aéroport, j’ai osé faire un peu de vagues. J’ai osé dire à voix haute ma tristesse et ma colère de voir mes enfants ainsi bousculés. Mais le droit de parole, dans ma famille, n’est pas également distribué. Souligner notre difficulté à communiquer et la souffrance que ça peut causer… il n’y a pas de place pour ça. Bref, il semblerait que notre seul problème ait été ma jolie petite tempête d’émotions juste à moi. Bien sûr, j’aurais encore dû étouffer et refouler bien comme il faut… Enterrer ma frustration pour l’éternité.

Pourquoi raconter l’histoire de la femme de trente-cinq ans qui pleurait comme une petite fille en attendant son avion hier ?

Parce que pour mon père, c’était la Bosnie. Et vingt ans plus tard, pour mes amis militaires, c’est l’Afghanistan. Et malheureusement, cette réalité existait aussi dans les générations précédentes, dans d’autres conflits armés. À travers le temps, il y a toujours eu une partie de nos héros qui nous revenaient blessés, physiquement ou mentalement. Mais j’ose espérer mieux pour le futur. Et pour cela, il faut se libérer des non‑dits. Il faut offrir des outils au lieu d’un beau gros paquet de honte.

Ça me touche lorsque je vois un copain partager sur Facebook sa participation à un programme de soutien comme Sans limites https://www.sans-limites.ca ou un autre qui témoigne de ses épreuves dans le livre En terrain miné de Roxanne Bouchard http://www.edvlb.com/en-terrain-mine/roxanne-bouchard/livre/9782896493470. Je pense à leurs petites filles qui ne vivront pas le SSPT en cachette, sans trop comprendre ce qui arrive à leur famille. Un tel syndrome ne se règle pas tout seul. Plus vite on identifie ce qui grince, plus vite on peut recevoir de l’aide et éviter l’autodestruction, l’automédication et le suicide.

Nous devons notre compréhension et notre sollicitude à ceux qui courent au-devant du danger pour nous en protéger. Comme société, il faut leur accorder les honneurs auxquels ils ont droit. Ce sont de vrais vétérans, de vrais héros. Qui font le sacrifice de leur santé physique comme de leur santé mentale.

De la part d’une petite fille de trente‑cinq ans qui essaie encore et toujours de soutenir son papa comme elle le peut. Même si ce n’est pas toujours facile.

Eva Staire

Quand le tableau de bord s’allume

Dès ses premiers cris, un système dont tu ignorais l’existence s

Dès ses premiers cris, un système dont tu ignorais l’existence s’active en toi. Ce système est d’une puissance incomparable, tu le sens dans tout ton être et il s’appelle l’instinct parental.

Ton mini humain grandit. Que ce soit lors des premiers jours, mois ou années, il se pourrait que sur ton tableau de bord, des pitons dont tu ignorais l’existence jusqu’à présent se mettent à clignoter.

Quand une lumière allume dans le tableau de bord de ta voiture, hors de question de mettre ça entre les mains de n’importe qui. Tu vas en jaser ici et là et tu vas même avoir droit à la théorie de monsieur et madame Tout-le-Monde. Le starter, la batterie, le moteur ou encore la transmission, tout va y passer. C’est bien gentil tout ça là, sauf que tu sais qu’il n’y a rien de mieux qu’un bon mécano pour trouver le problème et le réparer.

Tu me vois venir?

Quand ton tableau de bord commence à s’énerver, peu importe à quel niveau, tu devrais faire la même démarche que pour ta voiture. Juste pas avec un mécano, ça, ça pourrait être bizarre!

Quand tu en parles, monsieur et madame Tout-le-monde qui s’improvisaient mécaniciens tantôt, s’improvisent désormais spécialistes en petite enfance :

« Ben non, c’est juste un enfant. »

« Hey, c’est un gars, un gars, ça bouge. »

« Hey, c’est une fille pis les filles sont chialeuses. »

« C’est la faute de son cousin/sa cousine/son frère/sa sœur/un voisin. »

« Vous autres de vos jours, vous appuyez sur le piton panique ben vite! »

Toutes ces réponses calment tes craintes l’espace de quelques secondes, mais elles n’éteignent aucune lumière. Pis là, ça sonne encore et c’est fatigant.

C’est tabou de dire qu’on consulte autre chose qu’un médecin en 2018, alors tu ne t’imagines pas combien c’est tabou de consulter des spécialistes pour un enfant. Tu dis que ton enfant a mal au bras depuis quelque temps, monsieur et madame Tout-le-Monde te demandent avec une pointe d’inquiétude si tu as consulté un médecin. Tu parles des difficultés de ton enfant, monsieur et madame Tout-le-Monde te regardent d’un air incertain avec le bruit de criquet en arrière-fond, en te disant que c’est dans ta tête pis que c’est juste un enfant. Pourtant, une douleur physique n’est pas plus visible qu’un trouble psychologique/neurologique/alouette.

Tu devrais tout simplement discuter avec l’éducatrice de ton enfant. Elles ont l’air de rien ces petites bêtes‑là, mais elles ont de solides skills* dans le domaine des mini-humains. Ensuite, il y a le pédiatre ou le médecin de famille qui demeurent ta porte d’entrée pour les références vers d’autres spécialistes. Même si tu as dans ton entourage des gens que tu aimes bien et qu’ils connaissent ça, les enfants, c’est toujours mieux de prendre en compte l’avis de plusieurs personnes, y compris des gens extérieurs puisqu’ils sont plus neutres face à la situation. Qu’on se le dise, l’environnement de l’enfant influe sur ses comportements. Ce qui se passe avec toi, dans son milieu de garde, chez papi et mamie, ce n’est pas la même histoire.

À travers tout ça, ce que je veux te dire aujourd’hui, c’est de faire confiance à ton tableau de bord. Personne ne connaît mieux ton enfant que toi‑même, pis si tu penses que vous avez besoin d’un petit coup de main, va chercher de l’aide. Les spécialistes ne sont pas là que pour donner des diagnostics et des pilules. Je sais, c’est ce que monsieur et madame Tout-le-Monde ont tendance à croire, mais au contraire ils sont une source inépuisable de solutions.

Pis t’sais, dans le pire des cas, tu vas juste être allée au garage pour faire une mise à jour et ça va éteindre la lumière. Toi pis ton petit, vous allez pouvoir ensuite reprendre la route en toute tranquillité d’esprit.

Skills: Expression utilisée pour désigner les forces, les compétences et le travail colossal de nos éducatrices en petite enfance. Ou terme utilisé dans le but de me sentir plus jeune et à jour dans les expressions.

 

 

Marilyne Lepage

Le temps de s’en remettre

J’ai hésité longtemps. Je voulais essayer par moi-même, jusqu

J’ai hésité longtemps. Je voulais essayer par moi-même, jusqu’au bout. Jusqu’au bout de quoi au juste? De moi-même? De ma santé? De ma force de femme pas plus invincible que n’importe qui d’autre?

Quand mon (pas encore ex) mari est parti en mission militaire, j’ai essayé jusqu’au bout de garder mon emploi à temps plein, mon engagement communautaire à temps plein, mon entreprise qui me demandait tout ce qui restait en dehors de mon temps plein. J’ai demandé de l’aide avec mes enfants, je me suis fait violence pour ne pas entreprendre d’autres formations, pour repousser mes projets d’écriture. Je faisais des choix, mais pas assez. Quand j’ai vu que je coulais, j’ai demandé la permission de faire du télétravail deux jours par semaine. Histoire de continuer à travailler à temps plein.

Quand je me suis séparée, je suis retournée au travail le lendemain, comme si de rien n’était. Puis, pour le déménagement, je me suis octroyé un très généreux deux jours de congé. Le lundi, j’étais à mon bureau, comme une scoute. Pas super concentrée, avec des muscles endoloris et le cœur en bouilli, mais j’étais assise devant mon ordi. Je frisais le présentéisme. Mais j’y étais.

Puis, quand les choses ont dérapé, j’ai fait mes heures, du mieux que je pouvais. Quand l’école appelait, je partais en panique. « S’cuse boss, je dois partir là-maintenant-tout-de-suite. Je t’explique par texto. » Quand je prenais des rendez-vous pour prendre soin de moi, je rentrais tôt au bureau et je revenais dès la fin du rendez-vous. Un massage ou une séance d’art-thérapie squeezés entre une réunion et une conférence téléphonique, ça limite l’effet bénéfique.

Tout ça parce que ça me donnait l’impression, je crois bien, de gérer la situation. De survivre. Peut-être, aussi, parce que je n’avais pas le goût d’entendre un médecin prononcer le mot « dépression ». Been there, done, that, je n’avais pas envie de refaire le même parcours.

Quand je suis allée voir mon médecin pour des maux de tête chroniques (ah! ce que le stress peut faire!), de l’insomnie chronique (ah! ce que le stress…), des pensées suicidaires pas loin de chroniques (ah!…), elle m’a arrêtée. Pas au complet. Juste assez. Me garder dans la réalité, éviter le choc du retour au travail, se donner du temps. Elle m’a prescrit un congé maladie une journée par semaine, le temps de m’en remettre. Et un peu plus, pour être certaine d’être vraiment remise. Pas juste en surface. Régler l’épuisement que je traînais depuis des années.

Ça fait quelques semaines de ça. Au début, je m’écrasais sur mon divan toute la journée, juste à côté de ma culpabilité qui me tirait du jus comme un enfant qui gosse son frère. J’avais tellement besoin de ne rien faire! De réapprendre à ne rien faire.

J’avais déjà fait le tri dans mes engagements. Je répondais déjà moins rapidement aux demandes qui m’arrivaient de toutes parts. Je ne me donnais plus le rôle de maintenir les amitiés : les vraies résisteraient d’elles-mêmes et seraient au rendez-vous quand je reviendrais dans mes souliers.

Puis, j’ai commencé à me réorganiser. J’ai déterminé ce qui me causait le plus de stress. Ce que je pouvais régler rapidement et pour de bon. Ce qui était urgent. Ce pour quoi je pouvais demander de l’aide. Ce pour quoi j’avais besoin d’outils supplémentaires (couper le gazon à la mitaine, ça se fait, mais ça va plus vite avec une tondeuse…) Et j’ai agi.

Pour la première fois depuis des années, je sens mes épaules plus légères. Je sens moins l’étau autour de mes poumons. J’ai recommencé à dormir et à me sentir énergisée le matin. J’ai appris à être. Comme dans « être assise au parc avec les enfants sans penser à mon budget » ou « être dans ma voiture et respirer, sans rager parce que je ne suis pas en train d’écrire le roman du siècle ».

Je ne sais pas si cet état va persister. Ce que je sais, c’est que je construis sur ce temps que je me donne pour créer des habitudes saines et durables. Je me re-rencontre et j’aime ce que je vois : une femme qui reprend espoir, qui vit au lieu de survivre. Parce qu’il faut l’admettre, quand on sur‑vit, on sous‑vit.

Nathalie Courcy

Couper le cordon

Elle est là, juste là. La fin que je redoutais tant, le début d

Elle est là, juste là. La fin que je redoutais tant, le début d’une autre aventure qui m’implique un peu moins au quotidien.

C’est la fin de ta petite enfance, le début de ton enfance. C’est l’heure de la rentrée scolaire, ta première.

 Je disais souvent à la blague que ce jour n’arriverait jamais, que j’allais trouver le bouton « pause » bien avant. Cependant, je n’ai pas fait exception aux autres parents il faut croire, je ne l’ai jamais trouvé moi non plus.

Selon plusieurs spécialistes de la petite enfance, tout se joue avant cinq ans. Je veux que tu saches, mon fils, que maman et papa ont joué le match de leur vie pour réussir à t’emmener là où tu devais être aujourd’hui. Tu es là, déjà si grand, et pourtant. Je sais que tu es prêt et que c’est l’ordre des choses, mais on a oublié juste une petite chose… préparer maman.

Ta petite enfance, nous l’avons passée soudés l’un à l’autre. Que ce soit avec moi, avec papa ou juste dans le local d’à côté au CPE. J’ai eu l’immense privilège d’assister à pratiquement tous tes moments de vie depuis que je t’ai mis au monde. Malheureusement, toute bonne chose à une fin, et nous en sommes là. Il est venu pour moi le temps de couper le cordon et de te laisser passer devant moi. Je vais ralentir le pas et me placer derrière toi, pour que je te laisse tracer ta route et pour t’aider à te relever quand tu vas tomber.

Même si je pleure quand tu portes ton sac à dos fièrement ou encore en pleine rencontre à l’école (ouin, pas fière), je veux que tu saches que maman pleure un peu de tristesse, mais surtout de fierté. Te voir grandir est le plus beau privilège qui m’est offert, mais chaque nouvelle étape est un douloureux rappel que le temps qui passe ne reviendra jamais.

Tu as eu la vie que je voulais t’offrir durant ta petite enfance, parce que je pouvais contrôler à ma façon notre temps à nous. Maintenant, je sais que je dois laisser ma place à quelque chose d’aussi gros et d’aussi important.

Fonce mon grand, ne regarde pas derrière parce que de toute manière, il faut avancer. Les moments passés sont imprégnés en nous et ça, même le temps ne peut nous l’enlever. Je n’avais pas prévu que ce serait aussi difficile de te voir grandir, les émotions qui y sont reliées sont toujours aussi contradictoires pour moi.

La seule chose qu’il faut que tu saches, c’est que malgré le temps qui passe et les étapes qui se succèdent, tu restes mon bébé.

Marilyne Lepage

Mais moi j’ai peur…

On a tous nos peurs et nos craintes, nos phobies. Certaines prennent

On a tous nos peurs et nos craintes, nos phobies. Certaines prennent plus de place dans nos vies que d’autres. Avoir peur des araignées, des serpents, des guêpes et des abeilles, tout le monde peut comprendre et respecter. Par contre, lorsqu’il s’agit de la peur des animaux domestiques, c’est autre chose. J’ai grandi avec une maman qui a une peur extrême de tous les animaux. Chats, chiens, oiseaux, écureuils, tous. Tellement peur qu’elle ne peut se contrôler.

Ma mère a tellement peur qu’elle s’empêche de faire beaucoup de choses. Pour elle, aller prendre une marche seule, c’est impossible. Trop de chiens laissés sans laisse. Quand ma fille était bébé, ma mère est allée la promener dans sa poussette. Un voisin était chez lui avec son chien. Le chien s’est mis à courir vers ma mère. Elle a lancé la poussette sur le chien et s’est sauvée. Bien sûr, j’étais dehors et j’ai vu la scène. Je suis accourue pour aller récupérer ma fille. Depuis, ma maman ne sort jamais seule pour se promener.

Je suis une coureuse et je passe beaucoup de temps sur les pistes cyclables de ma ville. J’en croise des gens qui promènent leur chien. D’ailleurs, cette semaine, je me suis fait attaquer par un doberman en laisse. À quelques mètres du chien, je voyais bien que celui‑ci était sur ses gardes, bien droit, les oreilles dressées. Les deux maîtres, sur leur cellulaire, ne regardaient pas ce qui se passait. Une fois passé, le chien a sauté sur moi par-derrière. Comme je m’y attendais, j’ai crié très fort et je suis partie à courir plus vite. C’est bien beau que ton chien soit en laisse, mais avec une laisse de quinze pieds, si tu ne le surveilles pas, c’est ce qui arrive. J’ai eu la peur de ma vie, j’en ai tremblé pendant plus d’une heure après.

Quand ma fille était plus jeune, elle était craintive des chiens, même des plus petits. Souvent, quand un chien s’approchait d’elle et qu’elle se mettait à crier, les propriétaires avaient tous le même discours : « Il n’est pas malin! » Ayant eu un chien dans le passé, je sais très bien que même si tu penses que ton chien n’est pas « malin », ça reste un animal qui peut attaquer en tout temps. Un animal, quel qu’il soit, est imprévisible alors s’il vous plaît, propriétaires d’animaux, respectez les gens lorsqu’ils vous disent qu’ils ont peur. N’oubliez jamais qu’on a tous une peur quelconque et qu’il faut se respecter. La liberté de chacun finit où celle des autres commence.

Annie Corriveau