Archives avril 2021

12 avantages de l’école virtuelle selon mes enfants – Texte : Nathalie Courcy

Ok, ok, on est tous tannés des changements de mesures sanitaires, d

Ok, ok, on est tous tannés des changements de mesures sanitaires, du couvre-feu et de la distance imposée avec ceux qu’on aime. Mais avouez qu’il y a quand même certains avantages à cette période inhabituelle !

Si j’en crois mes enfants et mes ados, voici les points positifs de l’école virtuelle (avec mes propres remarques de maman qui télétravaille) :

1- On peut se lever plus tard (les parents aussi ! Pas de lunchs à préparer, pas de « dépêche-toi, tu vas être en retard », pas de cahiers oubliés ni de manteau perdu.)

2- Pas d’autobus ni de service de garde : après l’école, on est déjà prêts à jouer ! (Pas de message de dernière minute pour annoncer que l’autobus est annulé, pas de stress pour arriver à l’heure au service de garde, pas d’appels de l’école pour nous dire que notre enfant dérange !)

3- Pas de bouffe de thermos et on peut quand même manger des sandwichs. (Pas de thermos à laver, pas de plats oubliés dans le fond du pupitre, et en plus, on peut manger en famille !)

4- Il y a beaucoup moins de bruits, ça fait moins mal aux oreilles et à la tête. (Même si on est six à la maison, ça ne bat pas le nombre de décibels d’une classe ou d’un autobus.)

5- Pas besoin de porter de masque ! (Ça, j’avoue, je les comprends tout à fait !)

6- Presque jamais de devoirs le soir et la fin de semaine si on a bien travaillé pendant nos périodes autonomes. (Yes! Plus de temps en famille et en plein air, sans avoir à s’obstiner sur le bien-fondé des leçons…)

7- Pas besoin d’attendre à 16 h pour avoir des colleux de maman ! (Maman fait dire qu’elle aussi, elle aime ça, des colleux à n’importe quelle heure ! Même parfois en plein milieu d’une réunion sur Teams !)

8- On peut assister à notre cours dehors s’il fait beau. (Merci, mois d’avril ! Tu es magnifique dans notre coin de la province !)

9- On peut faire ce qu’on veut dans nos récréations. On peut faire du vélo, de la planche à roulettes, du dessin, on peut même faire une sieste. (Bon, les parents, eux, n’ont pas full de récréations entre deux séances de soutien technique à la marmaille, mais on atteint plus facilement notre compte de 10 000 pas à force de courir d’un ordinateur à l’autre.)

10- On voit nos frères et sœurs plus longtemps, on s’ennuie moins d’eux. (C’est là que je suis contente en titi d’avoir des enfants qui s’entendent bien, parce que je me doute que cet « avantage » n’en est pas un dans plusieurs foyers !)

11- C’est moins anxiogène parce qu’on a un meilleur équilibre entre les moments seuls, les moments en groupe (quand il y a l’alternance entre les deux), les moments en famille, et les différentes activités. (Moins d’anxiété du côté parental aussi, croyez-moi! Au moins une fois qu’on a trouvé le moyen d’installer tout le monde convenablement pour leurs cours virtuels.)

12- Quand on a compris la matière, on peut écouter d’une oreille et faire quelque chose qu’on aime en même temps comme dessiner ou s’entraîner. (Le rêve!)

De mon côté, le plus grand avantage que je vois, c’est que j’ai plus de temps avec mes amours. Plus de temps pour les voir grandir et apprendre. Ça me permet d’être un tout petit peu dans leur bulle-classe, de voir le style d’enseignement de la prof, d’entendre la voix ou de lire les commentaires (pas toujours pertinents ; o)) des amis de leur classe.

On dit souvent que les enfants grandissent trop vite. Il n’y a rien de drôle dans cette pandémie, mais il faut avouer qu’on a (pour certains, pas pour ceux qui travaillent deux fois plus à cause de la Covid) une pause pour regarder nos enfants grandir et pour ÊTRE avec eux plus souvent et plus longtemps que d’habitude. J’espère que nous retournerons bientôt à un quotidien à peu près normal, mais aussi que nous garderons certains des avantages de cette pause.

Nathalie Courcy

Immobilier et teint d’été?

J’ai jamais eu autant besoin de soleil tout en ayant un horaire au

J’ai jamais eu autant besoin de soleil tout en ayant un horaire aussi chargé ! C’est à peine si j’arrive à m’asseoir une heure à l’extérieur (ou à l’intérieur tout court). J’adore ce que je fais et je suis loin de me plaindre mais c’est le temps de l’année où j’ai besoin de lumière, de sentir le soleil me réchauffer. C’est aussi le temps de l’année où mes dossiers immobiliers me collent devant mon ordinateur ou à l’intérieur des maisons que je dois évaluer et faire visiter.

J’ai reçu plusieurs questions concernant mes produits chouchous en termes d’autobronzant. Bien honnêtement, oui j’adore tester de nouveaux produits, mais quand j’ai un coup de cœur, c’est difficile pour moi de continuer mes recherches. L’hiver dernier, je vous avais parlé des produits That’So que j’avais finalement testés et adorés. Voilà ce que j’utilise encore aujourd’hui pour donner l’impression aux gens que je passe mes samedis et dimanches sur mon terrain à profiter du soleil sur ma chaise longue haha (I wish!).

Attention, je vais être la première à vous dire que rien ne remplace un bon écran solaire. C’est primordial de se protéger avec une bonne crème quand on décide de se donner congé en s’exposant au soleil (un autre article suivra à propos des écrans solaires).

J’ai trouvé la combinaison parfaite, naturelle et facile d’utilisation pour avoir les avantages d’un beau teint tout en continuant mon train de vie complètement fou ces temps-ci.

Voici simplement ma petite routine que je m’offre une fois par semaine (ou plus si j’arrive à me retrouver seule dans la salle de bain…)

Étape 1

Je débute avec l’exfoliant sous la douche, ce qui aide à préparer la peau avant l’autobronzant. Il sent divinement bon et la texture fait vraiment du bien. J’en mets vraiment partout sauf sur le visage, car j’ai une peau hyper sensible.

Étape 2

Une fois bien au sec, j’applique (attention, ça sort vite, ha ha !) la mousse autobronzante. J’y vais directement avec ma main et pour vrai, ça fonctionne très bien. Même si le résultat prend quelque temps pour atteindre son effet maximum, on voit l’effet dès l’application. L’odeur est très différente de celle de l’exfoliant. Beaucoup plus parfumée, donc j’évite d’ajouter une autre crème parfumée ensuite.

Étape 3

La crème hydratante teintée ! J’aime l’utiliser le lendemain, après avoir appliqué l’autobronzant. C’est super discret ! Pour celles qui veulent un petit wake up sur le visage, je la mélange aussi avec ma crème de jour. C’est comme un gel et l’application est vraiment facile.

Voilà ! 🙂 Aussi simple que ça. C’est super facile à appliquer et tout se nettoie très bien ensuite.

Je retourne à mes dossiers en vous laissant un code promo de 15 % pour un achat sur tout le site : MAIKA15

À toutes mes collègues et aux femmes œuvrant dans l’immobilier : n’oubliez pas de prendre soin de vous. L’équilibre reste essentiel !

Maïka

13 mars 2020 – Texte : Marie-Josée Gauthier

J’ai besoin de dire que je vais bien depuis cette date. J’ai bes

J’ai besoin de dire que je vais bien depuis cette date. J’ai besoin, car depuis ce moment, être positif, aller bien, c’est devenu tabou. Attention ! Je ne vis pas sur un long fleuve tranquille du pays des licornes. Non ! J’ai mes Everest à moi. Je suis triste de me rendre compte que je ne peux pas en parler. Même pendant que je vous ouvre mon cœur, j’ai un malaise.

Attention, je suis très empathique et aidante avec mon entourage, avec ceux qui vont moins bien, voire pas bien du tout. Je soutiens moralement et par tous les moyens qui me sont possibles tout ce qui touche la santé mentale. Les derniers mois n’ont pas été de tout repos pour moi non plus : la santé de mon père en a pris un coup et je l’ai beaucoup accompagné. Je continuerai de le faire comme il l’a fait tant de fois pour moi quand j’étais enfant. Son humour dans la maladie me donne le sourire. Mon amie d’enfance a été emportée subitement à 48 ans et j’aime encore croire qu’elle cognera bientôt à ma porte et que l’on rira de sa bonne blague. Mais non, ça n’arrivera pas. La lumière si vivante dans les yeux de ma fille ado qui s’est affaiblie, je n’ai pas vu ma sœur depuis septembre dernier. Je suis triste, fatiguée et touchée par tout, mais je vais bien. Je ne devrais pas être gênée.

Je ne sais plus comment être bien accueillie avec mon positivisme. Je ne sais plus comment ne pas être gênée de m’émerveiller chaque jour du ruisseau près de chez moi, de l’amour inconditionnel de mon chien, de la persévérance de mes enfants. Je suis pleine de gratitude et d’amour pour une série de personnes qui me tiennent à cœur : mon amour toujours présent qui me fait le déjeuner en semaine même s’il est pressé, ma sœur qui me souhaite bonne journée tous les jours sans exception même à 800 km de distance, mon amie d’amour qui mène un combat épique contre la violence conjugale et pour la liberté de toutes les victimes, la petite fleur mauve qui pointe dans la neige dans les derniers jours. Je suis reconnaissante de devenir une fière mamie en juillet qui vient, d’avoir un toit sur la tête, de manger chaque jour. Un grand mélange de tout bien coloré.

Pour moi, on a le devoir de gratitude d’être en santé, d’avoir le privilège d’ouvrir les yeux tous les matins. Avoir une famille merveilleuse… si vous saviez comment je vous aime tous. S’amuser, exploiter nos talents, rendre hommage à tout ce qui nous entoure, incluant nous-mêmes. Prendre soin, tout simplement. Rien n’est permanent autant dans l’ombre que dans la lumière. Gardez espoir.

Ne vous méprenez pas. À travers mon emploi, j’entends tous les jours le découragement et l’agressivité, et il m’arrive à moi aussi de baisser les bras quelques instants. Je crois en fait que capituler quelques instants est tout à fait sain et que l’on peut reprendre son souffle et mieux rebondir. Alors si pour vous, la lumière s’est éteinte ou n’est plus qu’une lueur depuis le début de la pandémie, je vais vous écouter, vous soutenir avec tout le respect que vous méritez. Et ensuite, laissez-moi exploser d’amour et de joie, je vais vous en entourer. De toute façon, tout le monde y gagne.

Marie-Josée Gauthier

Je te promets – Texte : Karine Lamarche

Mon élève, en ces temps incertains qui n’en finissent plus de s

Mon élève, en ces temps incertains qui n’en finissent plus de s’allonger, je te promets d’être là.

Je t’ai confié qu’étrangement, malgré la distance, je me sentais plus près de toi. Je me sens plus compétente, plus en mesure de t’aider. Ce ne sont pas toutes les conditions gagnantes qui sont réunies, mais pourtant, je sens que j’ai le vent des voiles pour t’enseigner.

Si tu es au rendez-vous, si tu t’investis, si tu sautes à pieds joints dans ce que j’ai à t’offrir, je te promets que tu ne seras pas déçu. Tu fermeras ton écran avec le sentiment d’en connaître un peu plus qu’avant et surtout, tu seras fier de toi.

Ces derniers jours nous ont déjà rapprochés. Je t’ai vu dans ton univers. J’ai rencontré ton lapin, ton chat, ton chien… J’ai vu ta chambre. J’ai eu de la compassion pour tes parents que j’ai vus derrière toi ou que j’ai entendus.💕

Je t’ai vu faire quelques prouesses sur ton trampoline pendant la période de travail autonome puis revenir, énergisé, prêt à te remettre à la tâche.

Je te promets de redoubler d’audace et d’ingéniosité pour te préparer une semaine captivante. Je veux que lorsqu’on se quitte, tu te dises: « Hein, déjà? »

Mon élève, tu mérites que je te donne le meilleur de moi-même. Profite de mes moments de disponibilité pour en savoir plus, pour combler les réponses à tes questions qui traînent peut-être depuis longtemps. Propose-moi tes idées!

C’est un temps précieux dont je ne dispose pas au quotidien. 🌟 L’école à la maison a cela de beau; elle nous rapproche et te permet d’aller plus loin…

Si tu acceptes de me suivre, je serai là pour toi, je te le promets.💝

Ton enseignante

Des mini humains sans masque – Texte : Mélanie Paradis

Ce matin, j’accueille une petite cocotte en larmes. Elle ne veut p

Ce matin, j’accueille une petite cocotte en larmes. Elle ne veut pas quitter maman, elle lui tient fermement le cou. Je lui parle doucement et je lui promets un moment de câlins avec doudou et mon amie la chaise berçante. Elle enfouit sa tête dans mon épaule, et par le fait même essuie son nez sur mon chandail au passage. Je sens l’humidité de mon épaule, un mélange de morve et de salive. Ma priorité n’est pas de me changer, non ! Je dois redonner le sourire à cette jolie petite puce, la rassurer, la calmer. Je porte mon masque, mes lunettes. Je ne sais pas trop si je suis protégée. Après deux sorties du gouvernement à propos des masques non conformes… j’ai un doute.

Plus tard dans la journée, j’aide un de mes mini-humains à découper. Je n’ai pas le temps de le voir venir, mais il éternue directement vers mon visage. Super ! Je change de masque, je m’essuie le visage, désinfecte mes lunettes et retourne à la supervision du découpage.

Lucie (nom fictif) est moche aujourd’hui. Elle joue mais elle n’a pas sa bonne humeur habituelle. Après la sortie extérieure, son petit nez coule. Pour le moment, je ne m’en formalise pas, nous étions dehors. Peut-être que la chaleur de la garderie en est la cause. Elle a deux ans, naturellement son premier réflexe est de s’essuyer le nez avec sa manche, qui bientôt est bien remplie. Oups… après le dodo, une petite fièvre s’installe. J’appelle les parents. Malheureusement, je dois la retirer du groupe.

Je retire de la salle tous les jouets qu’elle a pu toucher. Je dois soit les mettre en quarantaine soit les désinfecter pour les remettre. Dans les deux cas, je les manipule. J’ai les mains qui brûlent et piquent. Je les lave tellement souvent, j’utilise le désinfectant avec alcool dans les situations où je n’ai pas accès à un lavabo et à du savon.

Je m’inquiète un peu, je n’ai aucun contrôle sur la vie des familles qui fréquentent mon groupe. J’espère qu’elles respectent les consignes de la santé publique. Je n’ai pas envie d’exposer ma famille.

Chaque jour, je travaille avec mes mini-humains qui eux ne portent pas de masque. Maintenant, on nous dit que les variants s’attaquent aux plus jeunes. Chaque jour, je m’expose. Combien de corps de métier doivent travailler plus de 8 heures par jour avec 8 personnes qui ne portent pas le masque ?

J’aimerais être rapidement vaccinée. Pour me protéger, protéger les miens.

Parce que bien que j’aime mon métier, depuis un an, je travaille chaque jour dans la crainte.

Mélanie Paradis

Éducatrice

La première grossesse – Texte : Roxane Larocque

Quelqu’un de très précieux pour moi vient de m’annoncer sa gro

Quelqu’un de très précieux pour moi vient de m’annoncer sa grossesse. Ils sont venus, son amoureux et elle, nous offrir un cadeau et à l’intérieur se trouvaient une petite boîte qui cachait le précieux secret. Sa toute première grossesse, leur tout premier enfant. Je lui avais écrit il y a environ un mois parce que je rêvais qu’elle était enceinte. Je n’arrêtais pas de penser à cette chaise berçante qu’elle nous avait prêtée et que je devais lui remettre lorsqu’elle serait maman à son tour. Il est mystérieux, le monde de la préconception mais ça, c’est pour un autre texte. Pour l’instant, j’ai envie de leur dédier ces quelques lignes…

Comme c’est beau de vous voir les yeux brillants nous annoncer la nouvelle. Un petit mini cinq semaines de fait pour votre enfant et déjà il vous a transformés à jamais. C’est tellement d’émotions la première grossesse ! S’imaginer l’inimaginable, espérer si fort que tout se passe bien et que bébé reste au chaud encore longtemps. Passer du stress à l’euphorie à l’anticipation et se ramener au moment présent. La fatigue du premier trimestre qui nous ramène à l’importance de ralentir, de prendre soin de soi. Le ventre qui se gonfle avec le deuxième trimestre et qui laisse place au plus beau des spectacles, celui des coups de pied de bébé qui montre déjà son tempérament. Puis le troisième trimestre qui se pointe avec toutes les craintes de ne pas être prêt, mais paradoxalement toute l’envie d’y arriver, d’enfin se voir et se toucher autrement. Passer du bébé rêvé au bébé réel, celui qu’on peut toucher, tout chaud et gluant. Une première rencontre inoubliable. Vous laisser revenir sur terre vous et lui, après un travail d’équipe sans précédent qui te fera, je l’espère, réaliser toute la force et la puissance des femmes. Viendra ensuite le quatrième trimestre, celui dont on ose parler maintenant, celui qui complétera la transition, la douce séparation et le tissage de votre amour qui se poursuivra toute votre vie.

Et que dire de son papa ! Déjà en train de lui parler et de s’imaginer ce qui s’en vient. Je l’imagine présent, impliqué, sensible. Je sais qu’il prendra soin de vous et t’aidera à bâtir votre nid pour accueillir ce petit bébé déjà choyé par la vie. C’est tellement beau de voir notre conjoint devenir père. C’est tellement rassurant de sentir sa bienveillance, sa protection, son support. Les voir tisser des liens à travers notre ventre, tenter de nous chouchouter au maximum et faire en sorte que l’on vive le moins de stress possible.

On pourrait croire que je romance toute cette aventure, mais il n’y a dans mes mots qu’un millième de tout le bonheur qui vous attend. Est-ce que c’est toujours facile ? Non. C’est même vraiment difficile par bout. C’est ingrat, c’est exigeant, c’est déroutant. Mais c’est le tout petit prix à payer pour vivre la plus belle des transformations. Si c’est si difficile, c’est parce que ça compte vraiment et qu’on se donne corps et âme pour nos enfants. Ça nous ramène à nos extrêmes, nos plus beaux côtés, mais les plus sombres aussi. Une belle occasion de faire du ménage dans ce qui n’a plus lieu d’être. J’espère que tu trouveras du réconfort dans les creux de vagues, mais tu es si bien entourée, j’ai confiance. Et peut-être aussi que pour toi, ce sera différent, que tu détesteras la grossesse ou l’accouchement et c’est bien correct aussi. Toutes les histoires sont belles, même les plus difficiles.

Je ne sais pas quelle sera la vôtre, mais je sais que ce bébé minuscule comme un petit pépin de pomme reçoit déjà beaucoup d’amour, et c’est tout ce dont il a besoin pour l’instant. Il pourra toujours compter sur ses parents, mais nous sommes tout un village autour de lui aussi.

Tu es déjà une merveilleuse maman déterminée, douce et aimante. Tu es déjà un super papa sensible, protecteur et impliqué. Et toi bébé, j’ai bien hâte d’apprendre à te connaître, mais je sais déjà que tu es brillant, car tu as choisi des parents extraordinaires ! Je vous souhaite à tous les trois d’en profiter au maximum. Parce que c’est cliché, mais c’est vrai que ça passe vite.

Roxane Larocque