Tag Racisme

Chère Joyce Echaquan

Depuis une semaine, je tente de suivre les informations concernant le décès immonde de Joyce Echaquan. Tout comme beaucoup de personnes, je suis choquée, triste et frustrée. Cette femme de 37 ans est maman de 7 enfants, dont un bébé.

Il y a un an, j’ai fait des recherches sur mon arbre généalogique. Je savais que du côté de ma grand-mère maternelle, j’avais des Amérindiens, mais j’ai découvert que toute la lignée maternelle est amérindienne et que ça débute avec mon arrière-grand-mère. Depuis mon enfance, j’ai toujours eu une forte attirance pour la culture amérindienne; je sais aujourd’hui que c’est parce qu’une partie de cette culture coule dans mes veines.

Cet événement horrible que Joyce Echaquan a subi est totalement inacceptable. Les Autochtones ont droit au respect, à la dignité, à l’amour, au soutien… bref, à tout ce qu’un Québécois dit « pure laine » a droit. Ils ont occupé ces terres bien avant nous, mais outre l’histoire du Québec et des Premières Nations, Joyce Echaquan et tous les autres Autochtones du Canada et d’ailleurs sont avant tout des humains. Contrairement aux propos haineux, dégradants qu’on entend parfois, ils ne sont pas de vulgaires déchets, ils ne sont pas des profiteurs du système, ils ne sont pas des criminels, ils sont des êtres humains. Ils méritent d’être traités ainsi et doivent l’être, sans prendre en compte leur origine, la couleur de leur peau ou leur religion. Nous sommes dans une ère de changement du #BLACKLIVESMATTER. Personnes n’a compris le sens de ce mouvement ? Je suis bouleversée.

LETTRE À JOYCE ECHAQUAN

Chère Joyce,

Nous ne nous connaissons pas, mais d’après les bons commentaires de ta famille, tu sembles avoir été une femme douce, aimante, fière de ta culture, fière de ta famille. Tu aimais tes enfants plus que tout, comme toutes les mères du monde. Joyce, j’ai vu les images, j’ai entendu les propos qui t’ont été adressés, j’ai vu ta douleur, ta souffrance. Mon âme s’est brisée de honte, de tristesse et de colère. J’aurais aimé être à tes côtés pour me battre avec toi, pour te défendre contre ces personnes insensibles et pour que tu sois entourée de sérénité et d’amour, pour que tes derniers instants, s’ils étaient vraiment arrivés, se passent dans la paix et l’amour. Les dernières paroles que tu as entendues ne sont pas la réalité de la personne que tu étais réellement. Ces membres du personnel du réseau de la santé n’ont pas été dignes de leur profession. J’espère du fond de mon cœur que là où tu es, tu trouveras la paix. Je suis en colère, je suis indignée, je suis tellement triste.

J’offre mes plus sincères condoléances à son conjoint, ses enfants, sa famille, ses amis et sa communauté. Mes pensées vous accompagnent et vous avez mon soutien.

#INDIGENOUSLIVESMATTER                         #LESVIESAUTOCHTONESCOMPTENT

#JESUISAVECJOYCEECHAQUAN               

 

 

Cindy LB

Mamie, il est brun comme moi

<img class="size-medium wp-image-5380 alignleft" src="http://www.maf

malikmfmcJamais, depuis sa naissance, mon petit-fils Malik n’avait fait allusion à sa couleur de peau! De l’union de son papa haïtien né au Québec et de sa maman québécoise (ma fille, Alice) sont nés trois superbes petits-enfants. Tous avec une couleur de peau laissant présager un couple mixte.

 

PAPA est noir, MAMAN est jaune et MOI, je suis marron! »*



Dans Caillou, émission que Malik regardait avec grand intérêt plus jeune, on y voyait des personnages de nationalités différentes, mais Malik ne semblait pas le remarquer.

Un jour, à une fête d’enfants, il s’est fait poser la question : « Est-ce que ta peau redevient blanche quand tu prends ton bain? ». Il n’a pas répondu, ne comprenant pas tout à fait la portée de cette question.

Jamais Malik, âgé de 2 ½ ans, n’a semblé perturbé, interpellé, concerné par cette réalité. Or, cette année, à l’occasion d’une sortie familiale, il me dit « Mamie, regarde c’est la première fois que je vois quelqu’un qui est brun comme moi et qui fume ».

On entend tellement d’histoires d’horreur émanant de la vie quotidienne des enfants à l’école, que je m’en fais d’avance pour eux. Quoi faire pour que des altercations de cour d’école ne viennent pas perturber leur belle dynamique intérieure, leur naïveté si naturelle ?

Souvent, en partageant mon appréhension de les voir souffrir de racisme à l’école, leur père me dit: « Claire, cela les rendra plus fort ». Oui, c’est vrai, mais à quel prix ? Comment ne pas souffrir de se faire dire qu’on n’est pas comme les autres ? Comment un enfant peut-il comprendre ces remarques désobligeantes alors qu’il n’a aucun moyen pour se défendre ?

Mes enfants me rappellent souvent qu’en vieillissant, je souffre de plus en plus d’anxiété. Je tente de leur faire comprendre que le jour où mon premier enfant est né, c’est le jour où j’ai commencé à m’en faire. C’est cela être maman! C’est aussi le cas lorsque nous sommes grands-parents! Évidemment, je m’en fais aussi pour mes trois petits-enfants! J’aimerais tant leur éviter de souffrir dans la vie.

 

 Au fond, peut-être que leur père a raison de dire que « cela les rendra plus fort »!

 

 

*Slogan d’une publicité pour United Colors of Benetton, si je ne me trompe pas!