Tag regrets

La vie nous confronte

La vie est drôlement faite. J’ai toujours dit que je ne voulais pas vivr

La vie est drôlement faite. J’ai toujours dit que je ne voulais pas vivre avec des regrets, que les choix que j’ai faits dans le passé ont fait en sorte que je suis la personne d’aujourd’hui. J’y crois encore, mais je dois me rendre à l’évidence que j’aimerais changer certains moments de ma vie. Pas parce que je ne suis pas heureuse aujourd’hui. Au contraire, je suis comblée par ma vie, mais j’aurais peut-être vécu moins d’événements pénibles, moins d’obstacles à surmonter. Mais ça aurait fait en sorte que je ne serais pas qui je suis aujourd’hui. D’où le dilemme en moi.

Tout part de mon adolescence. Je regrette d’avoir été naïve et influençable. Je regrette certains choix d’amis, je regrette de ne pas avoir été aussi forte de caractère que je le suis réellement, de n’a pas avoir tenu tête. Je regrette d’avoir croisé le chemin de certaines personnes. Mon adolescence, je l’ai vécue difficilement. Je voulais trop plaire et je n’étais pas moi-même. Avec une « amie », nous inventions des histoires inimaginables, totalement irréalistes. Pourquoi ? Parce que nous avions douze et treize ans et que nous étions encore des enfants, et c’est ce que font des enfants : ça invente des histoires. Bien évidemment, un jour, ça s’est retourné contre moi et on m’a traitée de menteuse. Quand en réalité, tous ceux qui étaient avec nous savaient que c’était de la bullshit. Aujourd’hui, je regrette ces histoires inventées, mais pas le fait que ça m’a montré qui étaient mes vrais amis.

Mais comme n’importe quelle adolescente, je voulais plaire à tout prix. Je changeais d’école chaque année ou aux deux ans. Cette année-là, c’était la première fois que je ne changerais pas d’école avant au moins trois ans, alors je faisais tout pour être acceptée. J’ai raconté devant une classe entière que ma fréquentation d’avant (on va dire une fréquentation à douze ans et qui avait duré un mois) avait été violente avec moi et m’avait menacé de mort longtemps avant que mes parents ne l’apprennent et interviennent. Mais cette histoire n’a pas été crue, parce que mes supposées amies disaient que j’aimais inventer des histoires pour attirer l’attention. Ce qui était tout à fait le contraire, j’étais une personne hyper gênée, mais on m’avait convaincue de raconter mon histoire, la même qui a par la suite fait en sorte qu’on a ri de moi. J’ai été tranquille le reste de l’année, occupée à organiser une fête de fin d’année pour les secondaire 1. Pour ça, j’étais bonne, j’adorais organiser, planifier.

Puis, j’ai eu mon premier vrai chum à la fin de l’année de mon secondaire 1. J’étais folle de lui. C’était la première fois que je ressentais ça. Je me sentais aimée, désirée et il prenait soin de moi. J’avais l’impression de vivre une histoire à la The notebook. Je croyais que nous finirions nos jours ensemble. Puis en octobre, mon père a eu une opération à son cœur qui a mal viré. Il a passé douze jours dans le coma. J’étais en colère, je ne comprenais pas pourquoi, mais je cherchais un moyen de fuir mes sentiments. J’ai rencontré des personnes que je n’aurai pas dû rencontrer. Ça m’a amenée à commencer à fumer la cigarette et le pot, beaucoup. Je manquais des cours, je changeais. Voilà qu’à quatorze ans, j’allais vivre mon plus grand regret et une des pires périodes de ma vie.

J’ai rencontré un gars pas très clean, mais il était bad boy et il était plus que manipulateur. Il m’a fait croire que mon chum ne m’aimait pas vraiment, que ses amis faisaient tout pour nous séparer. Qu’avec lui, je ne serais jamais seule, je serais sa priorité. Il avait même laissé sa blonde de longue date, selon lui, pour moi. Je suis malheureusement tombée dans son piège, j’ai laissé mon chum. Quand je l’ai fait, je l’ai tout de suite regretté. J’ai demandé une autre chance à mon amoureux, il me l’a donnée, mais j’ai tout gâché encore. J’avais le cœur en miettes, mais mon nouveau chum me disait que c’était juste temporaire, le temps que je m’habitue à lui. Mais je ne m’habituais pas. Je voulais retourner en arrière. Retrouver celui que j’aimais vraiment.

Un soir, mon « nouveau chum » est venu souper chez moi, ensuite nous devions écouter un film. Durant la soirée, les choses ont mal tourné, nous étions seuls dans le sous-sol et il m’a fait des attouchements sexuels. J’ai pu me sortir de cette mauvaise situation grâce à mes cours de karaté. Je savais me défendre, mais si je n’avais pas su ou que j’avais figé, je me serais fait violer. Il est parti de chez moi en colère. À l’école, il m’ignorait, il était à nouveau avec son ancienne copine, mais le soir, il me harcelait sans arrêt. Il était obsédé par ma virginité, il voulait me la prendre à tout prix. Son harcèlement a duré presque huit mois. Je raccrochais le téléphone et il rappelait en me criant après. Si je ne l’écoutais pas faire ce qu’il avait à faire (si vous voyez ce que je veux dire), je me faisais menacer encore une fois. J’ai dû changer de numéro de téléphone et demander à un ami de s’en mêler pour que ça arrête.

Mais la vie me confronte à cet événement, à cette période de ma vie depuis un an. À mon travail, je vois très souvent la mère de mon premier amoureux, celui que j’aimais profondément, celui que j’ai blessé. Toute ma vie, je ne m’étais jamais considérée comme une victime d’abus sexuel. Pour moi, c’était ce que j’avais mérité pour avoir été naïve, stupide et pour avoir brisé le cœur de mon amoureux et le mien. Sauf que dernièrement, en parlant avec quelqu’un qui a vécu un viol, j’ai réalisé ce que j’avais vécu. Je m’étais convaincue que c’était de ma faute, que je n’étais pas une victime, mais c’était faux. JE SUIS UNE VICTIME. Rien au monde ne justifie ces actes. Ce n’était absolument pas une punition. C’était une agression.

Cette jeune fille de quatorze ans que j’étais a perdu beaucoup durant cette période : son estime en soi, son innocence, sa fougue, sa confiance aux autres ; ses rêves ont diminué parce qu’elle ne se croyait plus assez compétente. Mon rêve d’être astronaute ou pédiatre. POUF ! DISPARUS. J’ai mal agi, c’est vrai, je le confesse, mais je ne méritais pas ça.

Pour mon premier amoureux, tu étais tout ce dont je rêvais d’un garçon à cet âge. Je suis sincèrement désolée de t’avoir blessé. Je suis désolée de mon comportement. J’étais vraiment amoureuse de toi et j’ai tout gâché. J’ai essayé à plusieurs reprises de m’excuser, mais je n’en ai jamais été capable. Ma véritable punition aura été de voir dans ton regard toute la haine que tu ressentais pour moi durant les années de notre secondaire. Un jour, j’aurai peut-être la chance de m’excuser en personne et j’aurai peut-être la chance d’avoir ton pardon, parce que je ne pourrais jamais assez m’excuser.

Pour toi, celui qui m’a manipulée, qui m’a brisée, qui a abusé de moi, un jour, le karma s’occupera de toi. J’ai confiance que la vie fera sa justice. Un jour, j’aurai peut-être la force et le courage…

Ça m’aura pris dix-neuf ans pour prendre conscience de tout ça, mais la femme que je suis aujourd’hui est capable d’encaisser. Avec tous les obstacles que la vie a mis sur mon chemin, j’ai découvert en moi une force insoupçonnée, une femme qui sait ce qu’elle veut, une femme qui a repris confiance en elle. Je suis fière de qui je suis, malgré ce regret.

Cindy LB

Elle s’appelait Fanny

Elle s’appelait Fanny.

Elle s’appelait Fanny.

Elle avait trente ans.

Elle était éducatrice à l’école de mes enfants.

Et elle est morte.

Noyée.

Un bête accident, probablement.

Par un magnifique dimanche ensoleillé qui sentait la fin d’année scolaire, le déconfinement et les nouveaux projets.

Une rivière, un bateau, du plaisir.

Avec tout ça vient un certain risque. Le risque de l’eau qui avale. Et qui tue.

Aux nouvelles, une jeune femme portée disparue dans la région. Recherchée par les équipes de sauvetage pendant 24 heures. 48 heures. Puis retrouvée. Trop tard.

Son nom révélé quelques heures à peine après la dernière cloche de l’année scolaire.

Sa photo aux nouvelles. Son sourire qui nous a rassurés toute l’année, même quand mes enfants lui avaient fait la vie dure toute la semaine. Son regard joyeux et intelligent qui enveloppait les enfants autant que les parents. Sa jeunesse qui la rendait si dynamique, si passionnée, prête à tout pour aider ses poussinots à s’épanouir. Tout ça s’est éteint en une fraction de seconde. Tombé à l’eau. Touché coulé.

Il me restera d’elle sa volonté infinie de trouver des solutions pour aider mes cocos. Son désir immense de marcher en équipe avec les parents et l’équipe-école dans la même direction, pour le bien-être des enfants. Cette capacité de ne jamais nous faire sentir mal ou coupables quand nos enfants dérapaient, et de nous faire sentir hyper fiers dès qu’ils progressaient.

Il me restera d’elle, aussi, la conviction qu’il faut toujours dire merci. Pas juste parce que c’est poli. Mais surtout parce qu’un « merci » fait du bien à celui qui l’exprime et à celui qui le reçoit.

Quelques jours avant sa dernière promenade en bateau, j’ai écrit à Fanny pour la remercier d’avoir si bien accueilli mes enfants, de les avoir accompagnés depuis septembre. Je lui ai souhaité de vivre une belle transition vers les nouveaux horizons professionnels qui l’attendaient après l’été. Une nouvelle vie… Qui aurait pu deviner que la transition serait si abrupte…

Quelques jours avant sa dernière promenade en bateau, mes cocos lui ont donné des cartes et des dessins pour la remercier. Je revois encore ce dessin d’un grand bonhomme allumette qui tient un petit bonhomme allumette pour l’aider « à reprendre ses esprits », comme m’avait dit mon garçon. C’est ce qu’il a retenu de Madame Fanny.

Le choc est grand devant sa mort. La peine est grande pour nous, et je n’ose même pas imaginer celle de ses enfants, de sa famille, de ses amis, de ses collègues.

Mais au moins, nous n’avons pas le regret de ne pas avoir dit merci. Nous lui avons souvent exprimé notre gratitude et l’amour humain que nous avions pour elle. Ce sera maintenant un amour angélique et une reconnaissance éternelle.

Nathalie Courcy

Ode à ma dernière grossesse

Ça y est, dans les prochaines semaines, je vivrai mon dernier accou

Ça y est, dans les prochaines semaines, je vivrai mon dernier accouchement… Je n’ai plus aucun regret. Je suis pleine de gratitude pour cette dernière grossesse et je tenais à lui rendre hommage. J’ai porté dans le creux de mon ventre cinq petits humains. On entend souvent que chaque grossesse est différente et ça ne peut pas être plus vrai!

Quand j’entendais les autres mamans qui disaient adorer être enceintes, j’étais tellement jalouse… Moi, j’ai vécu des grossesses difficiles. J’ai vomi tous les jours, pendant toutes les grossesses. Je peux vous dire que ce n’est pas que du bonheur… J’ai eu de nombreux malaises et pertes de connaissance dans les épiceries. Je peux aussi vous dire que c’est vraiment gênant de se réveiller par terre avec une inconnue qui vous tapote le visage. J’ai été alitée pendant des mois pour éviter d’accoucher trop tôt… J’ai donc vécu mes quatre autres grossesses avec des maux au quotidien, beaucoup d’inquiétudes et de grands deuils.

La vie nous a apporté cette dernière grossesse alors que nous ne l’attendions plus. Nous savons avec certitude que ce sera la dernière, puisque mon cher mari était déjà vasectomisé quand on a appris que j’étais enceinte. Et c’est vraiment un sentiment étrange. Avoir cette certitude que ce petit être sera le dernier que je porterai. Et le savoir déjà, avant même qu’il ne vienne au monde.

On dit que la vie fait bien les choses… eh bien, elle a tenu à m’offrir ce petit miracle, qui me réconcilie chaque jour avec la maternité. Je dois accoucher ce mois‑ci. Je n’ai pas vomi une seule fois… Je n’ai pas perdu connaissance une seule fois… Je suis au repos à la maison, mais je ne suis pas forcée de rester couchée non plus… Et pour la première fois de ma vie, j’aime être enceinte.

J’aime être enceinte.

Merci, la vie, de m’avoir offert cette chance. Je profite de chaque instant, de chaque vague qui se dessine sur mon ventre. Je profite de chaque semaine de cette dernière grossesse. Je prends des tonnes de photos. Je prends le temps de parler à mon bébé et de le remercier pour chaque petit coup de pied. Il m’aura fallu tellement d’épreuves pour les apprécier…

Mon bébé, tu seras le dernier. Quoi qu’il advienne, tu seras le dernier. Le dernier à entendre mon cœur battre de l’intérieur. Le dernier que je sentirai hoqueter dans mon ventre. Le dernier que je bercerai, en me flattant l’énorme ventre arrondi. Le dernier à qui je chanterai sa berceuse…

À chacune de mes autres grossesses, je ne pouvais pas dire si la famille était finie ou non. Enceinte, j’avais constamment l’impression de vivre avec une épée de Damoclès au‑dessus de la tête… Nous vivions dans le seul souhait d’avoir enfin un bébé en santé. Mais quand les gens nous demandaient si nous voulions un deuxième ou un troisième enfant, je ne savais pas quoi répondre. Une partie de moi était si fatiguée déjà… Mais une petite voix me disait que ce n’était peut-être pas fini… Je n’arrivais pas à affirmer avec conviction que notre famille était complète.

Maintenant, oui. Et c’est vraiment une drôle de sensation, toute nouvelle pour moi. Je n’ai pas de peine. Je suis certaine que ce bébé sera le dernier. Et je me sens bien avec ça! Je n’aurais jamais pu penser être aussi sereine avec la fin d’une aussi grande étape dans ma vie… Mais je n’ai aucun regret.

Je vivrai mon dernier accouchement… Je suis peut-être naïve, mais j’ai moins peur cette fois‑ci. Je connais la douleur, je sais que je vais survivre. Je suis persuadée, cette fois, que ce bébé vigoureux ira bien. Je le sens en moi. J’ai confiance en ma force de le mettre au monde, et je lui fais confiance pour tout le reste.

Le jour de sa naissance, je laisserai dernière moi une grande partie de ma vie. J’ai le sentiment que c’est un nouveau chapitre qui commence. Un chapitre où j’élèverai mes enfants, où je penserai à leur avenir, sans regarder derrière moi.

Merci, mon dernier bébé, de m’avoir permis de terminer cette étape dans la sérénité et dans la paix. Merci d’avoir éliminé mes peurs, mes regrets et mes deuils. Merci d’avoir aidé mes peines à guérir. Merci de me permettre de porter la vie, une ultime fois.

Joanie Fournier

 

J’aurais voulu être… moi!

<span style="margin: 0px; line-height: 115%; font-family: 'Times New

On nous dit toujours de ne pas regarder derrière, que c’est du passé. On nous suggère de regarder droit devant et de vivre le moment présent. Sauf que dans la vie, on change. Plus les années passent et plus on évolue. Nous vivons certaines épreuves ou certains évènements qui font de nous des personnes différentes. Est‑ce qu’on devait avoir des regrets? Je ne pense pas. Si nous sommes devenus ce que nous sommes aujourd’hui, c’est grâce au passé. Est‑ce que parfois, on voudrait avoir vécu notre vie différemment? Peut‑être.

Pour ma part, il y a ma vie avant la dépression et ma vie après la dépression. Quand on est au bout du rouleau, quand on touche le fond du baril, quand on est à bout, choisissez l’expression qui vous convient, il y a des prises de conscience obligatoire à faire. Ici, le constat a été bien simple : je n’ai pas vécu ma vie jusqu’à maintenant en m’écoutant pour vrai. Je n’ai pas respecté mes valeurs. Je n’ai pas fait ce qui me rendait heureuse et fière. Au contraire, j’ai fait ce que la société voulait que je fasse. Pour plaire, pour être dans le rang, pour ne pas déranger, pour ne pas trop faire parler de moi, pour être acceptée, pour ne pas faire de vague, etc.

Alors j’ai accouché à l’hôpital, mon premier enfant a eu quelques vaccins, mes enfants ont porté des couches jetables, j’ai acheté des purées, ils ont eu des jouets, trop de jouets, beaucoup trop de jouets en plastique, mes enfants sont allés à la garderie, puis à l’école, puis au service de garde, puis au camp de jour. 

Si j’avais écouté ma petite voix intérieure, si j’avais décidé de vivre selon mes valeurs et si j’avais assumé mes choix, ça ne se serait pas passé comme ça! J’aurais voulu accoucher en maison de naissance. Je suis contre les vaccins. J’aurais voulu utiliser des couches lavables et j’aurais fait mes propres purées. J’aurais eu le courage de dire à ma famille que ça suffit les jouets. Je serais restée à la maison avec mes enfants. J’aurais adoré leur faire l’école à la maison. Je ne me serais pas limitée à une maison. J’aurais voulu avoir une caravane et voyager en famille pour voir le plus de choses possible.

N’ayez pas peur de vivre selon vos convictions, vos valeurs et vos choix. Assumez, choisissez, soyez vrais. Ça va peut‑être choquer ou bousculer des gens. Des gens qui, comme moi avant, restent dans le rang pour ne pas déranger. Laissez de côté la phrase « Mais qu’est-ce que les autres vont penser?! » On s’en fout de ce qu’ils vont penser.

Est‑ce que c’est trop tard pour moi? Pour certaines choses, oui… Je ne pense pas que mes enfants, à l’âge où ils sont rendus, aimeraient l’idée de manger de la purée faite maison par maman! Mais pour ce que je peux changer, il me reste du temps. Et pour le reste, ce sera dans une autre vie. Et cette fois, je me fais la promesse de vivre pour moi.

Valérie Grenier