Tag sortir

Top 10 des activités qu’on devrait tous faire pendant l’été – Texte : Nathalie Courcy

Que vous soyez une famille ou une célibataire, une vieille ou une p’tite jeunesse, une athlète o

Que vous soyez une famille ou une célibataire, une vieille ou une p’tite jeunesse, une athlète ou une artiste chronique… voici 10 activités que vous devriez faire pendant l’été. À votre façon, bien entendu !

  1. Marcher en nature. En forêt, sur le bord de l’eau, en montagne, au milieu d’un champ de fleurs, dans un vignoble. 10 minutes ou 10 kilomètres, à spin ou à pas de tortue, c’est selon !
  2. Naviguer sur un cours d’eau. Les planches à pagaie sont ben populaires cette année, les kayaks aussi. Plusieurs endroits les louent, alors pas de défaite si vous n’avez pas le budget ni le pickup pour les transporter ! D’autres options existent aussi : rafting, bateau de croisière, canot pour la pêche, ponton, voilier… à vous (ou à votre portefeuille) de choisir ! Au pire, il y a aussi des licornes gonflables, parfaitement adaptées aux piscines.
  3. Visiter un musée. Arts, sciences, sports, agriculture, histoire, moyens de transport… allez vous cultiver !
  4. Manger au restaurant ou assistez à un spectacle. Ou combinez les deux! Ça nous a tellement manqué, profitons-en et contribuons à l’économie locale ! Ça change le mal de place et ça crée des souvenirs.
  5. Dans un parc, sur une plage, dans votre salon ou sous la table de la cuisine, sur le terrain de grand-maman, dans le stationnement du casse-croûte de votre enfance, à un belvédère…
  6. Dormir ailleurs qu’à la maison. Plein d’hôtels vraiment chouettes n’attendent que vous ! Des chambres chez l’habitant, des B & B, une tente plantée quelque part, une visite chez papi : n’importe quoi pour se dépayser, et encore plus apprécier votre lit !
  7. Créer. Dessinez votre portrait, peignez des roches, chantez à tue-tête, dansez votre vie pendant un festival, cousez-vous un bikini, écrivez votre vie ! Profitez de l’espace libéré dans vos journées pour activer la zone créative de votre cerveau.
  8. Faire un acte de générosité. Donnez vos vieux (mais bons) livres, aidez une famille à payer son matériel scolaire, déposez un panier de légumes ou une bouteille de vin devant la porte d’un inconnu, complimentez le travail courtois d’un employé d’épicerie ou d’une infirmière, souriez derrière votre masque à quelqu’un qui a l’air triste.
  9. Exprimer de la reconnaissance envers quelqu’un ou quelque chose. La voisine qui met vos poubelles au chemin, votre maman qui garde vos enfants, le gars de UPS qui vous apporte votre 475ecolis de l’année, le gazon qui apporte de la fraîcheur à votre terrain, le jour qui se lève chaque matin, vous-mêmes pour la personne que vous êtes.
  10. Faire un bilan des premiers mois de 2021 et établir les priorités pour les cinq mois qui viennent. Sur une échelle de 1 à 10, quel est votre niveau de bonheur et de santé physique et mentale ? Que choisissez-vous de faire ou de changer pour atteindre le prochain niveau ?

D’autres idées d’essentiels à caser dans notre été ?

Ressortir ? Texte – Nathalie Courcy

La pandémie est finie, youppi ! Ben non, pas encore ! Mais quand même, la province passe en

La pandémie est finie, youppi !

Ben non, pas encore ! Mais quand même, la province passe en zone verte ce lundi.

Ce n’est pas tout gagné, les variants se terrent tout près, tous prêts.

La tombée des masques comporte des risques. Les push-push de désinfectant feront encore partie de notre vie longtemps (ben hâte de voir l’impact sur le système immunitaire à long terme, mais on s’entend que c’était nécessaire !).

Mais, on peut sortir ! On peut voir du monde ! On peut exister presque normalement !

On l’a attendu longtemps, cet assouplissement des mesures !

Moi qui habite à cinq minutes de la frontière interprovinciale, je peux maintenant traverser le pont sans risquer de me faire arrêter. On a pu visiter ma maman qui n’avait pas vu ses petits-enfants depuis la rentrée scolaire. On a pu recevoir une autre famille pour souper. Juste entendre le rire des enfants qui jouaient tous ensemble, c’était mon salaire pour avoir été si patiente et obéissante depuis mars 2020.

On dirait que tout est moins compliqué : pas besoin de faire la file dehors pour aller poster une lettre, pas besoin de réserver les livres en ligne avant de passer les chercher à la bibliothèque, pas l’impression d’avoir la peste quand on marche en famille de six… On est à un pas du paradis !

Bon, j’exagère, on fait encore très attention, on a de la sympathie pour tous ceux qui ont attrapé le sapristi de virus, qui en ont encore des séquelles ou qui en sont décédés. On a de la peine pour tous nos aînés qui ont été encore plus isolés que d’habitude et qui ont vu leur étage de résidence être décimé. On est soulagés pour les profs qui, on l’espère, n’auront plus à enseigner avec visière et en virtuel.

Mais pour ma part, je me sens soulagée d’un certain poids. Mes amis m’ont manqué et j’ai juste hâte de les retrouver ailleurs qu’à travers un écran. Les musées, les restos, les sorties improvisées m’ont manqué. Je passais une partie de mon année en avion, même ça, ça m’a manqué ! Qu’advienne le jour de la nouvelle normalité !

Et vous, de quoi aura l’air votre nouvelle normalité estivale ?

Maintenant qu’on a le droit de ressortir, quelles activités planifiez-vous dans les prochaines semaines ?

Et comment voulez-vous célébrer le fait qu’on est en train de s’en sortir ?

PARTY! (en respectant les consignes, là!)

Nathalie Courcy

https://nathaliecourcy.ca

 

Sortir le soir

J’ai toujours aimé ça : sortir le soir. Aller dans les bars,

J’ai toujours aimé ça : sortir le soir. Aller dans les bars, savourer des ailes de poulet, boire de la bière, sentir l’odeur du tabac, danser jusqu’au petit matin… À quinze ans, j’ai commencé à rentrer tard le soir et à fréquenter ces endroits mystérieux et rassurants. Je m’y suis toujours sentie à ma place.

Puis un jour, j’ai eu des enfants. Quand mon ventre s’est arrondi, je n’ai plus eu envie de sortir. J’étais fatiguée, nauséeuse… Quand bébé est arrivé et m’a volé toute mon énergie, je ne sortais pas non plus. Je ressentais le besoin de rester collée à lui, je ne voulais pas me séparer de lui. Puis vinrent bébés numéro deux et numéro trois. Trois enfants en trois ans et demi! Les seuls moments où je pouvais avoir une soirée de libre, je la passais avec mon chéri!

Quand numéro trois a eu dix-huit mois, j’ai eu de nouveau la piqûre… Pour la première fois depuis des années, je suis retournée voir un concert, puis un autre, et encore un autre… Ces occasions étaient rares et précieuses! Mon échappatoire et ma soupape!

Petit à petit, mes enfants ont grandi… Cette année, je fête mes quarante ans. Eux vont avoir seize, quatorze et douze ans. Ils sont autonomes! Alors, le soir, leur maman sort dans les bars! Parfois avec son amoureux, d’autres fois avec ses amis. Leur maman est très souvent en shows. Elle fait presque tous les festivals l’été et adore l’ambiance de Woodstock!

Mes enfants me regardent aller avec fierté. Pourquoi? Parce que je savoure chaque journée et que je profite de la vie! Je m’amuse! Et ça fait de moi une bonne maman parce que ça m’aide à lâcher prise! Je remercie la petite chose rectangulaire qui me permet de rester en contact avec eux en cas de besoin quand je vais lâcher mon fou!

Et qui sait? Un jour, peut-être que je leur ferai découvrir les planchers collants des bars le vendredi soir et la multitude d’artistes que l’on peut y découvrir. Un jour, ils se laisseront eux aussi porter par la musique, la tête légère de houblon et le corps qui bouge au rythme du rock québécois.

Gwendoline Duchaine

 

5 endroits où prendre un café avec bébé à Québec

En congé de maternité, le besoin de sortir de la maison se fait so

En congé de maternité, le besoin de sortir de la maison se fait souvent sentir. À Québec, je vous ai déniché 5 chouettes endroits où maman peut « relaxer » et où poupon sera plus que le bienvenu!

Café Félin Ma Langue Aux Chats

Situé sur la rue St-Paul, tout près de la Gare du Palais, le Café Félin Ma langue Aux chats est un lieu vraiment calme et zen. Après une nuit difficile, on s’y rend et c’est la détente assurée. En entrant, j’ai été saisie par l’atmosphère reposante qui s’y dégageait. Gageons que bébé le sentira aussi. Il sera aussi probablement bien intrigué par les chats qui se promènent à leur aise partout dans le local. Au plafond, sur les coussins, dans les arbres à chats, les félins se sentent rois et n’ont pas de mal à se faire admirer et caresser. Les enfants sont les bienvenus à condition d’être bien sûr respectueux des petites bêtes à quatre pattes. Un coin avec des jouets est aussi mis à la disposition des petits clients. Au menu, cafés et menus légers.

14480517_585373788308703_1515558218188940135_o

Céramic café

Le Céramic café commence à être bien connu et il dispose de 5 succursales au Québec. Dans la vieille capitale, c’est sur la rue St-Joseph Est qu’il a élu domicile. On peut y aller en tout temps pour peindre une pièce de céramique tout en sirotant un café. Toutefois, les mercredis sont destinés tout spécialement aux parents et enfants de 4 ans et moins. Pour 10$, on dispose de 4 heures de studio. On en profite pour prendre les empreintes de bébé et pourquoi pas en faire un cadeau.

 ceramic-cafe2

Rose et pamplemousse

Dans le vivant quartier de Limoilou, tout juste en face de l’imposant Centre Vidéotron, on prend une pause au café pour futures et nouvelles mamans Rose et pamplemousse. L’endroit est super chaleureux et bien convivial. Des ateliers de coutures, de cuisine et de projets créatifs ont lieu régulièrement. Sinon, des jeux, des livres et tout le nécessaire pour amuser bébé sont à la portée des mamans.

rose-et-pamplemousse

Le Gribouillis

Un peu plus au nord de la ville, dans le secteur Val-Bélair, j’ai bien aimé Le Gribouillis pour son petit côté chic et « girly ». J’ai eu un petit faible pour le coin boutique qui renferme une foule de trouvailles intéressantes et pour l’espace jeux destiné aux petits. Sinon, le menu est attrayant et le décor bien agréable. Ça nous sort un peu de nos salons parfois bordéliques.

le-gribouillis

Bougeotte et placotine
J’avoue n’être jamais allée encore à ce café, mais on ne m’en a dit que du bien. Situé à Sillery, l’endroit propose autant des ateliers sur les sujets pouvant intéresser les mamans que des cours d’entraînement avec poupon, enfants ou pour la bedaine. On peut toutefois s’y rendre simplement pour prendre un café, un jus ou un repas.

De par mon expérience, si on s’y rend avec l’idée de rencontrer de nouvelles mamans et d’échanger, on peut être déçue, car la plupart y vont déjà entre amies et le contact est plus difficile. C’est donc une bonne idée de donner rendez-vous à une copine aussi en congé, comme ça pas de ménage à faire avant ni après. On peut aussi très bien y aller seule si on a simplement envie de changer d’air.

bougeotte-placotine-34

Crédit photo : Juste.être.dehors