Archives juillet 2018

Es-tu une mère à boutte?

C’est la mode, les mères à boutte. Un café ou un verre de vi

C’est la mode, les mères à boutte. Un café ou un verre de vino d’une main, un petit de l’autre…

Cette mère à boutte s’exprime haut et fort sur ce qui ne va pas dans la parentalité d’aujourd’hui.

Là, il y a une émission sur les mères à boutte qui s’en vient à je ne sais pas quel poste…

L’émission est déjà commencée et déjà dans les chaumières québécoises, ça jase…

Il y a des gens pour et d’autres contre.

Ce nouveau trend de dire haut et fort ce qui nous emmerde de la parentalité…

Je vais te dire ce que j’en pense…

J’écris moi‑même pour un blogue familial, que tu lis en ce moment by the way : Ma Famille Mon Chaos!

Je parle de ma vie de femme et de mère. Je relate MA perception parfois teintée d’humour noir de la vie de parent.

Il arrive que je relate des côtés plus sombres de ma vie de mère…

Mais ce qui me déclenche, c’est de voir, l’autre matin, c’est de voir un post d’une photo de Maman Caféine sur Instagram qui explique qu’elle reçoit des messages de haine.

Ces messages sont surtout des femmes s’adressant à d’autres femmes.

On est à l’époque où on veut le même salaire, les mêmes avantages que les hommes, mais sérieux, quand je lis ça, ce type d’agression envers autrui avec comme arme un clavier… on est très loin du boys club.

Oui, car le succès, les hommes se le sont bâti en se soudant les coudes. Ils se sont référés dans des emplois ou autre pour atteindre leur but. Ils ont fait des clans de gars qui s’entraident.

On veut l’épanouissement de la femme, mais on backstab la première qu’on croise.

Comment réussir comme femme en écrasant une autre femme?

Ce n’est juste pas possible, on n’a pas compris.

Notre ego de vouloir être la meilleure, c’est bon à jeter aux poubelles.

Il faut arrêter de se juger et de se comparer.

On va se le dire, c’est pas plus rose chez la voisine.

Ce qu’elle a atteint, elle ne l’a souvent pas volé.

Les heures, les sacrifices (non, elles ne couchent pas toutes avec le boss), la pression à gérer, elle l’a fait.

Quand je vois ces choses écrites sur les réseaux sociaux où les femmes jugent les autres femmes, ça me fait que penser que nous somme le reflet intérieurement de ce que l’on dit ou écrit extérieurement.

Quand on entre en colère ou en divergence d’opinion sur un sujet… on a le choix d’aller voir en nous : pourquoi cela me déclenche et me chatouille (parfois ben fort) l’intérieur?

Une fois ceci fait, tu décides de le travailler en toi, de développer en toi ton jardin intérieur pour cultiver et améliorer la personne que tu es ou de le vomir à gauche et à droite sur les réseaux sociaux…

On peut ne pas être d’accord avec l’opinion des autres (c’est peut-être le cas pour toi en ce moment même?), mais aucune divergence d’opinions ne devrait mener à l’insulte.

J’ai une question : si ton enfant te lit, es‑tu en train de l’élever en tant qu’humain? Serait-il fier de toi?

Si quelqu’un t’écrivait ces mêmes mots, est‑ce qu’ils te blesseraient?

Si quelqu’un disait cela à quelqu’un que tu aimes, serais-tu en colère?

« Le silence est d’or » prend tout son sens ici.

Il est temps que les femmes s’élèvent ensemble et que nous arrêtions de compter sur les hommes pour nous faire une place. On a toutes le droit à la réussite, peu importe qui on est et d’où on vient. Il faut se faire un girls club et évoluer d’un autre côté, car en ce moment… nous sommes nos pires ennemies, mesdames!

Martine Wilky

Ce soir, sur le bord du feu!

No

Nous sommes tous les trois sur le bord du feu. Mon beau garçon entend la belle voisine de 17 ans d’en face jouer au basket avec son frère de 15 ans. Et c’est là que la discussion sur les regrets de ma vie a commencé avec ma fille!

 

Je lui ai expliqué que dans la vie, si on ne demande pas, on n’aura jamais la vérité ou la bonne réponse. Je lui ai confié mon amour inavoué pour ce garçon au secondaire qui était dans mon autobus. Un joueur de hockey. Toutes les fois qu’il embarquait dans l’autobus, j’espérais tellement qu’il viendrait s’asseoir avec moi… Je suis même allée jusqu’à me faire acheter un manteau d’hiver pareil comme le sien en espérant qu’il me remarque. Cinq ans à prendre le même autobus. Cinq ans à espérer qu’il me regarde, me sourie.


À 15 ans, je me suis jointe à un groupe de ma ville appelé Comité Jeunesse. Ce groupe avait pour but d’organiser des activités pour les jeunes de la ville. Nous organisions entre autres des soirées 14‑18 dans le gymnase du centre communautaire. Et là, à chacune de ces soirées, comme dans l’autobus, j’espérais. J’espérais qu’il y vienne. Une fois qu’il était arrivé, j’espérais qu’il me regarde, me sourie, ou mieux, qu’il vienne me parler.


J’ai donc passé mon secondaire à espérer. À rêver chaque soir qu’un jour, il viendrait enfin vers moi. Qu’un jour, il poserait son regard sur moi. Je n’ai jamais eu l’audace de faire les premiers pas. Je n’ai jamais osé. J’ai préféré espérer. J’ai donc expliqué à mes enfants que dans la vie, quand on veut vraiment quelque chose, il faut oser et non espérer, car rien n’arrive seul. On doit foncer et accepter le refus, car des refus, ils vont en avoir dans leur vie. Je ne suis pas une fonceuse, mais une rêveuse; je voudrais donc pour mes enfants qu’ils soient fonceurs. Qu’ils aient confiance en eux. Qu’ils croient en leurs capacités. Je leur souhaite de vivre leur vie au lieu de la rêver ou de l’espérer.

 

Annie Corriveau

Alcool et ados

Comment gérez-vous, chers parents, la consommation de boissons alco

Comment gérez-vous, chers parents, la consommation de boissons alcoolisées de vos enfants? Parce que, enlevons nos œillères, nos ados boivent! Comment devons-nous tolérer et limiter la consommation, et comment aborder le sujet?

Je viens de France et là-bas, c’est culturel de faire goûter du vin ou de la bière, autour d’un bon repas convivial, à son jeune. Ça fait partie de la découverte culinaire, puis ça permet de jaser un peu de tout et de rien avec moins de barrières et de retenue. C’est un moment de partage.

Je suis allée en Suisse récemment, et l’achat et la consommation d’alcools doux (bières, etc.) sont légaux à partir de 16 ans. Et je trouve que ça a ben du sens.

Au restaurant, en Europe, on peut servir de l’alcool à un mineur avec le consentement de son tuteur légal.

Je trouve qu’au Québec, on se voile la face! Je n’ai pas le droit d’aller acheter une boisson alcoolisée si mon ado est avec moi! (Oui, oui, ça m’est déjà arrivé! La vendeuse a refusé de me vendre de la bière, car mon enfant était à mes côtés!). C’est fou!

Je me demande bien quel message, comme société, on envoie à nos jeunes? C’est illégal d’acheter et de consommer avant 18 ans, mais tout le monde contourne cette loi…

Je ne peux pas croire qu’en 2018, c’est autorisé de fumer un joint dans la rue, mais pas de boire une bière! Autre débat, mais tout aussi ridicule à mon sens!

Quand les premiers partys alcoolisés de mes enfants se sont organisés, j’étais terrorisée d’avoir des problèmes avec les parents de leurs amis… Offrir de l’alcool à un mineur, c’est interdit! Alors j’ai demandé l’autorisation de vive voix à tous les parents! En face à face! J’ai réalisé que tout le monde donne de l’alcool à son enfant pareil!

Comment parlez-vous de ce sujet avec vos jeunes? Quels sont vos règlements et vos limites concernant la consommation de boissons alcoolisées? Que tolérez-vous?

On parlera de la légalisation du cannabis dans quelques années, hein? Autre sujet ben ben compliqué et angoissant pour les parents…

Gwendoline Duchaine

 

Mon festival

J’atte

J’attendais cette soirée avec impatience, genre…

Une soirée mère-fille au Festival d’été. Pour l’appâter, j’avais mis toutes les chances de mon côté. Un accès VIP, avec table, repas raffiné… et alcool à volonté. Genre.

Le lien avec notre fille, des fois, il suit la vague. Vaguement utile actuellement. Pour emprunter des produits de beauté ou, même, pour porter mon linge sans me le demander. Au fait, je cherche encore ma belle blouse blanche…

Ça m’a bien fait rire, quand j’ai constaté que presque toutes mes amies rendaient disponible leur laissez-passer sur Facebook. Du Rap, à décibels assourdissants, pas trop notre tasse de thé. Genre.

Ma fille voulait tout particulièrement voir la performance de Future. Elle se moque de moi, car je parle du groupe. Il est seul, Future. Elle n’a jamais imaginé que le futur, il serait si près, si loin.

Elle est prête à l’heure. Un exploit digne de mention Nous sommes chanceuses, un stationnement trouvé à moins de dix minutes à pied du site. Je me dis que les fans, du genre, la majorité n’est peut-être même pas encore réveillée… Genre.

Pour l’accès, vite fait. Ma fille avait juste oublié la fouille. Trop de trucs gênants dans son sac-sacoche-bandoulière. Notre table est très bien située. J’ouvre avec un verre de rosé. Elle boit de l’eau. Elle se partira plus tard avec le rouge. Quelle assurance, pour indiquer à la serveuse qu’elle a dix‑neuf ans. Je reste sa complice silencieuse. Il ne lui manque que deux mois pour avoir la majorité. Elle mange une portion qui me rassure. Elle aura au moins son « fond ».

Le temps d’un selfie ensemble, un souvenir forcé par maman. Genre.

Puis, après le dessert, ça dégénère. Elle me sert (et se sert) quelques verres en rafale. Elle doit aller aux toilettes. Au retour, je devrais alors normalement la perdre pour le reste de la soirée. Elle veut aller dans la foule, pour en profiter davantage. Elle a déjà sûrement quelques rendez‑vous précis avec ses ami(e)s. Genre.

On vient me chercher !

« Votre fille est malade ! » Quand j’arrive, elle est déjà prise en charge par la sécurité. C’est pas chic chic. Ses si beaux cheveux longs imbibés rouge vin. Ça sera un voyage forcé en skate géant. Type civière. Pas trop discret, comme moyen de transport. Les jours suivants, c’est une de ses plus grandes craintes : tous ceux qui la connaissent et que nous avons croisés. La honte. Genre.

La tente médicale. Tout un choc. Une vingtaine de lits, tous occupés. Des blessures de chute, coupures et intoxication en tout genre. Genre. Même une personne en crise dans une section isolée. Son délire ressemble à du Rap, on ne comprend rien des paroles.

Soluté branché. Ma fille a de la difficulté à garder le bras tendu. Ça ne coule pas. Il faudra même lui réinstaller l’aiguille. Le lendemain, sa première question : « C’est quoi, ça ? »… en me montrant les trois endroits des piqures.

Je suis extrêmement reconnaissante au personnel dévoué et attentionné. La sécurité. L’infirmière et le médecin. On m’a dit que les gens de la tente médicale sont tous bénévoles. Wow !

Je souhaitais passer une soirée privilégiée avec ma fille. C’est totalement réussi ! La réconforter et la calmer. Pendant plusieurs heures. Jouer mon rôle de maman, avec amour et tendresse.

Au souper, j’étais dos au spectacle. En fait, je n’ai pas vu grand-chose de toute la soirée. La tente médicale était également très proche de la scène. Les décibels, je les ai bien absorbés. Moi.

Je vous fais une confidence… Ce n’est pas si pire que ça, le Rap. Genre.

Eva Staire

 

 

10 ans sans lavage

10 ans sans faire de lavage : le rêve de plusieurs! Avec quatre en

10 ans sans faire de lavage : le rêve de plusieurs! Avec quatre enfants, je m’épate quand je peux sauter une journée.

Dans le cadre de ma mission « À go, je reconstruis ma vie » (ben oui, je suis au début de la quarantaine, ça explique sûrement des choses…), je prends conscience que mon ménage de vie doit passer par un vrai ménage, très concret.

Le balai, le classement des livres et des garde-robes, le tiroir à ustensiles… mais en profondeur. Repenser tout. Me demander pourquoi j’ai chaque objet, à quoi il me sert, comment il me fait me sentir, ce qu’il symbolise pour moi, pourquoi je le place à cet endroit. Et pourquoi je ne m’en débarrasse pas.

Dans les dernières années, j’ai accumulé beaucoup trop d’objets. À commencer par les livres. Je me servais de mon passé de docteure en littérature et de prof de français pour justifier tous mes achats, et surtout, pour me déculpabiliser de tout garder. Si ça a des pages et une couverture, si ça contient des mots, c’est… comment dire… vital? Impossible de s’en départir? Un objet plus précieux que les joyaux de la reine? Méchante belle défaite pour accumuler des tonnes de livres. Ah oui, mes quatre enfants adorent lire, eux aussi. Donc, une raison de plus. Et ça, c’est sans compter les cahiers d’écriture… tous vierges. Mais que je me promets de remplir! Depuis longtemps…

Mais là, vraiment, je dois choisir entre acheter une maison plus grande, construire une rallonge pour héberger mes livres ou… donner et vendre des livres. J’ai commencé. Tranquillement. Mon objectif : que tous les livres que je garde entrent dans les bibliothèques que je possède déjà, et si possible, en une seule rangée. Défi gargantuesque s’il en est un. À suivre.

La lecture des livres (ben oui, des livres!) de Marie Kondo m’a encouragée à ouvrir mes tiroirs et à trier, à organiser, à jeter, même. À redonner au suivant. Mais horreur! Si je me fie au nombre de brassières que je possède, je pourrais me passer de faire du lavage pendant quasiment dix ans. Même chose pour les pyjamas (j’achète mes pyjamas en fonction de mon moral : un pour les soirées chill, un pour les nuits de tristesse ou les besoins de réconfort, un quand je me sens femme, un pour laisser le tomboy en moi s’exprimer…)

Même chose pour les robes, les pantalons, les bas doux. À l’idée de ne pas trouver LE vêtement qui convient à mon humeur et à mon besoin au moment où je le veux, j’angoisse. Je pense que ça me vient de l’époque où je portais un uniforme de collégienne cinq jours par semaine, et un uniforme de cadette pendant la fin de semaine. Ou de l’époque où on était convaincus que la fin du monde arrivait et qu’on devait amasser du surplus « au cas où ». Le « où » n’est jamais arrivé, évidemment, mais il me fait encore des grimaces de l’autre bord de la fenêtre.

Ça, c’est sans compter ma perte de poids. On ne peut pas prendre puis perdre cinquante livres sans changer de garde-robe. Je passe des coutures dans les vêtements que je peux récupérer, mais cette méthode a quand même ses limites. La Saint-Vincent m’attend, je crois bien…

Je suis aussi en train d’apprendre les bienfaits d’un frigo qui ne déborde pas. Et si mes enfants ne trouvaient pas ce qu’ils ont le goût de manger? Et si je ne pouvais pas mettre la main sur la collation du soir qui me rassurera? Et si, et si. Je fais mon épicerie comme si les commerces étaient inaccessibles 23 heures sur 24. Je veux apprendre à mieux planifier mon menu, mais aussi à accepter qu’à l’occasion, une rage d’oranges ou de yogourt à l’ananas ne puisse être satisfaite dans l’immédiat.

Au fil du temps et des actions qui me soulagent du « trop », je prends conscience que ce qui envahit mon espace, ce sont les « si ». Les peurs. Qu’il me manque quelque chose. De jeter quelque chose qui serait encore utile. Une fois par année, peut-être. Mon espoir de tout prévoir pour tout éviter.

Au risque de décevoir madame Kondo (bon, je ne la connais pas personnellement, alors ça devrait aller), je ne suis pas prête à faire le grand saut. À mettre au milieu de mon salon tout ce que je possède, à prendre chaque objet dans mes mains en me demandant s’il m’apporte de la joie, s’il m’est vraiment utile, s’il est vraiment placé au meilleur endroit. Mais je chemine. Et contrairement au Petit Poucet qui laisse ses cailloux derrière lui pour retrouver son chemin, ce que je laisse derrière, c’est pour de bon.

Et chaque fois que je choisis de moins accumuler (c’est beau jeter ou donner ou vendre, mais encore faut-il moins acheter!) ou de me débarrasser de quelque chose, je me sens allégée, moins piégée.

Je vais continuer de faire mon lavage au jour le jour, mais je vais aussi continuer de surveiller ce qui entre et ce qui sort de chez moi. Juste parce que ça m’aide à me sentir bien.

Et vous, qu’avez-vous tendance à accumuler? Quels sont vos trucs pour trier ou pour mieux vous organiser?

Nathalie Courcy

La maladie mentale

Je ne peux pas croire que c’est encore tabou, en 2018.

<p sty

Je ne peux pas croire que c’est encore tabou, en 2018.

On en parle un peu, sur le bout des lèvres sans trop vouloir en parler, car on ne veut pas se faire traiter de fou.

J’ai trente ans.

À quinze ans, après une première rupture, j’ai pris un cocktail de médicaments et un peu de vodka. Je ne voulais plus avoir mal.

Aujourd’hui, je me questionne à savoir si cet épisode était vraiment causé par cette rupture ou simplement le premier signal que j’étais atteinte d’une maladie mentale.

Plusieurs années plus tard, avec bon nombre de chutes en chemin, cette maladie est devenue silencieuse. Je me disais vraiment que j’en étais sortie.

En fait je ne pensais pas que j’en étais atteinte, je n’étais pas cette fille qui devait être internée à Philippe Pinel, là ou les gens sont emmenés lorsqu’ils sortent du lot.

C’est vraiment là qu’on voit la mentalité des gens. Selon moi, les pires là-dedans, ce sont les gens qui jugent les autres.

Puis les crises de panique sont revenues. Quand le médecin m’a proposé de prendre des antidépresseurs, je suis partie à rire. Je n’étais pas folle ni dépressive, je n’avais que des vertiges, des sentiments de perte de contrôle lorsque j’étais trop stressée.

Encore plusieurs épreuves plus tard, ça « allait mieux »…

Quand je me suis coupé le dessous du nombril, des années plus tard avec mon petit rasoir, je n’avais pas mal. Mon mal sortait avec le sang.

Mais la culpabilité est ressortie lorsqu’on me demandait ce que je m’étais fait. Un coin de table m’avait fait saigner.

Soit mes proches étaient vraiment niais, soit ils savaient mais ne voulaient pas voir.

Encore quelques années plus tard, mon exécutoire recommençait. Pour moi, je vois ceci comme un petit démon en dessous de mon lit qui fait surface parfois. Il vient me réveiller, il m’épuise, mentalement et physiquement.

Et ce que les gens ne comprennent pas là-dedans, c’est qu’on peut avoir une belle vie, un bon travail, un bon amoureux, mais simplement, c’est dans notre tête que ça cloche.

Mais ayant des enfants, on ne peut pas dire que ça ne va pas. Sinon en moins de temps qu’il le faut, les services sociaux arrivent, te mettent dans une catégorie et telle une tache de vin rouge, ils ne partent plus de ta vie.

C’est désolant qu’en 2018, ce soit le texte d’une comédienne qui me fait réaliser que non seulement personne n’est parfait, mais que personne n’est à l’abri de ce petit démon, qui n’avertit pas avant d’arriver dans notre vie.

Il ne se nomme pas, il nous fait deviner son nom, le gros terme qu’on catégorise.

Bonjour, je m’appelle Eva Staire, et je suis atteinte de maladies mentales.

Eva Staire

J’ai envie de percuter un enfant

<span style="margin: 0px; line-height: 107%; font-family: 'Times New

« J’ai envie de percuter un enfant ». C’est ce que je pense qui traverse l’esprit des gens qui circulent à haute vitesse lorsqu’ils croisent ma route. Moi, l’éducatrice qui marche sur le bord de la rue avec à ma charge six bambins. Moi qu’ils décoiffent avec leurs vitesses excessives qui nous aspirent dans leurs courses folles.

À toi le coureur automobile des quartiers tranquilles. À toi qui ignores qu’un enfant peut être plus rapide que toi et te déjouer dans tes anticipations. Pourquoi ne ralentis‑tu pas ta cadence? Lève‑toi plus tôt si tu es toujours en retard. Achète‑toi une montre. Mets l’alarme sur ton cellulaire. J’ignore la raison qui fait que tu dois circuler aussi rapidement, mais de grâce, ralentis un peu lorsqu’il y a des enfants sur ta route.

Un enfant, c’est soudain. C’est imprévisible. Ça surprend. C’est curieux. C’est tout à la fois sauf ce que tu crois, ce que tu t’imagines lorsque tu roules à nos côtés.

Je ne sais pas ce à quoi tu penses assis dans ton bolide, derrière ton volant à t’imaginer être seul au monde. À t’imaginer sur une piste de course. Tu te crois assurément rebelle. Tu crois me faire peur. Eh bien oui, j’ai peur. Peur que tu percutes un enfant.

J’ai appris depuis belle lurette aux enfants que je garde ainsi qu’à mes propres enfants à être visibles pour les conducteurs. À regarder à gauche et à droite lorsque l’on se balade et que l’on doit sortir de la cour ou traverser la rue. À être attentifs aux bruits des voitures. À jouer à la statue lorsque l’on croise une voiture. Qu’il y a des endroits pour courir et avoir du plaisir et que non, ce n’est pas la rue. Que nous partageons cette voie avec des autos, des camions, des bicyclettes et d’autres marcheurs. Qu’il y a un côté de la rue pour se rendre au parc et le côté des boîtes aux lettres lorsque l’on revient.

Imagine un instant que la main d’un enfant se détache de la mienne pour se retourner vers le vrombissement de ton auto et que cet enfant s’avance de deux petits pas vers toi et… ça pourrait être ce moment. Ce moment où ta vie prendra tout un virement. Un 180 degrés autant sur la chaussée que dans ta vie. Un 180 degrés qui ne pardonnera jamais. Qui te poursuivra. Te talonnera dans le pare‑chocs de ta destinée. Te poussera à ne jamais oublier. À poursuivre ta vie en ayant soustrait celle d’un autre. Qui sait?

C’est vraiment horrible ce que je vais te raconter, mais c’est ce que je crains toutes les fois où tu circules en m’ignorant. En nous ignorant tous et toutes, ceux et celles qui poussent notre progéniture dans une poussette. Qui tiennent par la main de petites vies animées par la curiosité.

Mais toi. Comment te dire? Malgré ton permis de conduire en poche, tu n’as pas compris que ta liberté de conduire pouvait s’arrêter brusquement? Ne pas ralentir lorsqu’il y a des enfants à proximité, c’est un peu comme se donner le droit de tout perdre.

As-tu pensé deux secondes au bruit d’un impact avec un petit bambin sur ta voiture? Ta si jolie bagnole. Un son que tu entendras toute ta vie par la suite, j’en suis convaincue. Un son qui te fera beaucoup moins vibrer que le bruit de ton moteur. La sensation de l’impact dans tes mains sur le volant? Le cœur qui doit certainement s’arrêter le temps que ton esprit assimile ce qui vient de se passer. Le frisson qui te traverse l’échine? La peur de regarder dans le rétroviseur et de voir la torpeur dans les yeux de l’adulte qui tenait la main et qui, maintenant, tient le vide. Le vide de sa vie. Le cri strident qui doit assurément suivre. Tu sais, celui qui vient du cœur, qui vient du ventre, qui vient de l’épouvante d’avoir perdu l’essentiel? La loi à laquelle tu devras faire face. Y as-tu pensé? Poursuis ta route de façon démesurée et peut-être n’auras‑tu pas besoin d’y penser, mais tu le vivras éternellement.

Moi, j’ai peur. Peur que tu croises ma route et que ça nous arrive. Derrière ma poussette, malgré mon expérience d’éducatrice, de maman, je ne suis pas invincible comme toi. J’ai à cœur la vie d’autrui.

Je sais qu’un coureur automobile des quartiers tranquilles ne lira pas cette missive. Mais toi, le parent d’un invincible, le témoin d’une course dans les rues de ton quartier, le voisin d’une Formule 1, c’est aussi un peu de ton devoir d’aviser une inconduite. De sensibiliser lorsqu’une conduite est imprudente. On le dit tous : « Les policiers ne sont jamais là au bon moment ». Ils ne peuvent malheureusement pas être là, tout le temps, au bon moment. Mais nous oui. Veillons tous ensemble sur l’innocence qui peut nous échapper des doigts, en deux secondes. Veillons sur les enfants en bordure de chemins, sur les trottoirs, aux traverses piétonnières.

J’ai écrit ceci pour les enfants, pour nous les adultes, les parents au cœur prudent et bienveillant, ainsi que pour les coureurs des quartiers tranquilles. Si nous pouvions nous épargner un bête accident aux lourdes conséquences résultant d’un manque de jugement…

 

Mylène Groleau

Juste y penser!

En pleine période des vacances d’été, vous remarquez une quête

En pleine période des vacances d’été, vous remarquez une quête…

Non, pas celle de la perte de tous ses temps libres, sur une (autre) application futile. Un écran, ça le dit, ça cache tant la réalité. C’est si rassurant, de ne rien voir des problèmes de notre monde. Je soupçonne même que l’application sera éventuellement ajoutée, comme indispensable aux cours d’éducation physique… Faire bouger sans effort. L’enseignement virtuel par excellence. GO!

Plutôt l’autre Graal, les fournitures scolaires.

Chaque année, je me demande s’il reste quelques personnes dotées d’un minimum de jugement. Dans toute la chaîne des décideurs. Je vise particulièrement les parents despotes qui en imposent, au Conseil d’établissement. Ceux qui sont « élus » par une poignée de parents. La démocratie dans toute sa limite. Au moins j’y vais, je m’exprime et vote. Vous?

Ma frustration est d’autant exacerbée que je viens tout juste de jeter celles de l’an dernier. Vous savez, entre autres, ces fameux cahiers. La presque totalité pour lesquels, tout au plus, de quatre à cinq pages ont été utilisées… durant toute l’année! Ça, c’est sans même compter les fournitures tout simplement inutilisées. Qu’il vous fallait pourtant identifier…

Vous voulez enlever les pages et récupérer le tout? Mais, comme ils ont fait le trajet aller-retour trop fréquemment dans le sac d’école, ils sont biscornus et peu présentables.

Votre enfant passe au secondaire, dommage, vous n’aviez qu’à donner le même surnom à tous vos enfants : Bingo! J’ai hâte de voir si cette idée, pour ces motifs bassement pécuniaires, sera réutilisée…

Je les apporte alors à la réunion générale des parents. Osant croire que l’image marquera. Quel gaspillage… d’espoir!
Apprendre aux enfants à gérer un cahier à plusieurs sujets, impossible? Juste des feuilles mobiles dans les (trop) nombreux cahiers à anneaux requis? Viser l’essence, dans une société de surconsommation?

Et la facture qui s’allonge inutilement, chaque année. Majorée de frais plus que douteux. Voir illégaux! Ceux pour des photocopies, par des enseignants qui n’utilisent, désormais, qu’exclusivement le courriel et des applications en ligne. Ceux pour des sorties éducatives (sic), où le maître… l’est totalement! Soutenu aveuglement par les parents qui chantent à l’unisson l’éloge de l’enfant-roi. Jusqu’à la contribution « volontaire » — ajoutée pourtant sournoisement au total à payer — pour la fondation de l’école…

J’aime bien pouvoir choisir comment je dépense, incluant quelle organisation caritative je veux appuyer. Former les citoyens du futur; le discernement dans les choix, est-ce là l’essence de la mission de l’école? Savoir compter, ce qui compte aussi? Sauver la planète, un cahier Canada à la fois…

Sur un autre aspect ridicule, les deux boîtes de papiers-mouchoirs… sans doute pour montrer aux élèves que l’hygiène de base, ça prend les autres pour la gérer à leur place!

Je sais, il est si simple de reprendre le formulaire antérieur. De dire aux parents (avec un sourire en coin) qu’il leur est fortement suggéré de réutiliser les fournitures inutilisées… si elles sont en bon état!

Je sais aussi, j’ai l’esprit critique. Blâmez mon éducation!

Je crois que, cette année, je vais encore m’escrimer avec le système. Après tout, c’est une année olympique. Je vais ajouter une note à l’attention de l’enseignant(e)… « J’ai tout le stock excédentaire à la maison, je vais simplement apprendre à mon fils à le gérer! »

J’ai même une suggestion de « Projet éducatif » : Penser, sans forcément dépenser!

Je vous laisse, je dois encore acheter les huit cahiers Canada no 12-692 Hilroy (deux bleus, deux roses, deux verts, deux jaunes)…

 

michel

 

Place à papa

Les papas sont de plus en plus présents, au point où c’est la no

Les papas sont de plus en plus présents, au point où c’est la norme pour plusieurs et en voie de le devenir pour beaucoup. Parmi les conseils donnés aux mamans, j’ai souvent entendu ou lu de laisser de la place aux papas, de les laisser faire les choses à leur façon. Je suis tout à fait d’accord. Par contre, j’ai envie de dire à certains parents et futurs parents que ce ne sera peut-être pas facile.

Permettez-moi d’abord une précision. Dans ce texte, j’utilise les termes « maman » et « papa » parce que pour la majorité des familles, c’est la femme qui prend le long congé et l’homme qui retourne au travail, mais on pourrait remplacer « maman » par « le parent qui passe le plus de temps avec les enfants » et « papa » par « le parent qui travaille à temps plein » par exemple.

Papa doit apprivoiser bébé et il est fort probable qu’il doive le refaire quelques fois. Selon les phases que traverse l’enfant ou les périodes plus occupées de la famille, cet ajustement peut être nécessaire plus d’une fois.

Nous l’avons vécu avec notre premier fils. Il devenait parfois plus difficile pour mon mari de le réconforter, de l’endormir, mais chéri-mari persévérait et ça se plaçait. On a de nouveau traversé une de ces phases récemment. Notre deuxième de quatre mois s’endort rapidement dans mes bras, mais comme papa ne l’avait pas endormi depuis quelque temps, ç’a été la crise au moment de le faire.

C’est certain que quand tout le monde est fatigué, c’est tentant de redonner bébé à maman pour que ça aille plus vite ou parce que maman trouve difficile que bébé pleure plus quand c’est si facile avec elle. Mais c’est si important de persévérer. Déjà le lendemain, bébé pleurait beaucoup moins et après quelques jours à peine, c’était revenu. Papa pouvait de nouveau l’endormir aisément. Oui, il y a eu plus de pleurs, mais il n’était pas en danger, il était dans les bras de son papa qui lui faisait doucement comprendre qu’il y était en sécurité.

Il en a été de même pour le portage. Pendant les vacances, pour diverses raisons, papa avait moins porté, voire pas du tout. Bébé pleurait donc quand il s’y est remis. Chéri-mari l’a alors fait sur de plus petites périodes, a pris le temps de le rassurer chaque fois, mais il n’a pas arrêté. C’est revenu aussi.

Et je l’ai laissé le faire. Si je veux que mon mari soit un parent aussi significatif que moi auprès de nos enfants, je dois lui permettre d’essayer, oui. Mais je dois surtout lui laisser le temps d’apaiser les enfants. Tout comme je dois laisser le temps aux enfants de s’habituer à ses bras plus poilus, à sa voix pour les chansons, à ses mains qui flattent leur front, à son odeur… C’est certain que ça semble plus naturel pour moi, je passe toutes mes journées avec bébé. Chéri-mari travaille. Ce n’est pas moins naturel pour lui, il n’a simplement pas autant de temps que moi. On doit donc lui en laisser.

J’entends souvent des mamans dire qu’elles essaient de laisser le petit au papa, mais que ça ne fonctionne pas, alors elles font tout ou que c’est plus long, que ça les agace et qu’elles préfèrent s’en occuper. Je trouve ça dommage.

C’est précieux que papa puisse réconforter, donner des bisous sur les bobos, rassurer durant la nuit, bercer un petit malade… La vie de famille s’affronte mieux en équipe. Mais si on veut que papa soit aussi efficace que maman, il faut le laisser essayer, mais surtout lui donner le temps et les conditions pour réussir!

Jessica Archambault

Mon p’tit ingrat!

Je pense être une bonne mère, une mère pas pire pantoute, même!

Je pense être une bonne mère, une mère pas pire pantoute, même! Mais s’il y a bien une chose qui me tape sur les nerfs, qui me fait sortir une veine dans le front, qui fait grimper mon rythme cardiaque plus vite qu’une séance de Zumba, c’est l’ingratitude. Moi, un enfant ingrat, ça m’irrite profondément… surtout quand c’est le mien! Des « Mon ami, lui, il est chanceux! » et des « Encore du poulet pour souper? », ça fait ressortir mon côté sombre.

Quand je passe trois heures à plier du linge, est ce trop demander que mes enfants ne le jettent pas en boules au fond du garde robe ou pire encore, dans le panier de linge sale pour éviter de le ranger? Si je réhypothèque la maison pour pouvoir offrir à mon enfant un appareil orthodontique, est ce utopique d’aller croire qu’il ne le laissera pas traîner sur un banc de parc ou que je n’aurai pas à le chercher dans le fond des poubelles d’un restaurant? Si j’organise une super journée d’activités plus divertissantes les unes que les autres, est ce si déraisonnable de ne pas vouloir entendre des « Est-ce qu’on revient bientôt à la maison? » et des « Je vais tu avoir le temps de jouer avec ma tablette électronique en revenant? »?

Je suis une fille raisonnable. Je ne m’attends quand même pas à me faire louanger par ma marmaille chaque fois que je leur prépare un repas, que je leur fais un lift ou que je leur achète une paire de bas, mais come on gang! Un peu de reconnaissance n’a jamais tué personne! Si un « merci » de temps en temps est trop demandé, pourrait on au minimum être assez reconnaissant pour ne pas critiquer, banaliser ou défaire ce dans quoi j’ai investi du temps et des efforts?

Je sais, je sais : il ne faut jamais donner dans le but de recevoir, surtout pas à un enfant. J’imagine que la mère idéale fait don de son énergie, de ses talents, de son temps, de son corps, de son argent et de son être tout entier sans jamais rien demander en retour. Se sacrifier pour sa progéniture, ça fait un peu partie de la description de tâches, non? Bien moi, j’ai besoin d’un « merci » ici et là… pas juste en concentré à la fête des Mères. C’est comme ça! Je carbure aux remerciements, aux sourires de contentement, au respect et à la gratitude.

J’ai beau être éducatrice de métier et maman depuis plus de douze ans, connaître le développement de l’enfant de long en large, essayer d’adapter mes attentes à la maturité de mes cocos, reste que l’ingratitude, c’est ma bête noire… une bête noire avec laquelle je devrai sans doute composer jusqu’à ce que mes enfants deviennent parents à leur tour et comprennent ce que c’est que d’avoir l’impression de tout donner, parfois pour rien du tout.

Stephanie Nesteruk

PS Je tiens à m’excuser auprès de mes parents, car à bien y penser, j’ai été ingrate plus qu’une fois lorsque j’étais enfant!

 

Nouvelle maman, fais-toi un cadeau !

Je me souviens du premier moment où grande fille est née. Je me su

Je me souviens du premier moment où grande fille est née. Je me suis dit que je voulais passer chaque minute à ses côtés. Je n’avais pas si bien dit.

Parce que c’est pas mal ce qui est arrivé. Si bien qu’un jour je me suis retrouvée dans un avion vers Paris, seule avec des copines, à faire une crise de panique car je perdais mes repères.

Ben oui, j’ai oublié d’être une femme et de me donner du temps. Depuis la naissance de mes enfants, je ne voyage que pour le travail, en amoureux ou en famille. Chaque destination est en fonction de mes filles.

Mais là, je suis dans l’avion, sans mes filles, sans mon chum… juste moi.

Je me sens perdue.

Je panique littéralement.

T’inquiète, je me suis occupée de mon malaise et honnêtement, j’ai vécu un voyage extraordinaire avec mes super copines !

Mais j’ai réalisé que toutes ces années, j’étais passée à côté de quelque chose de vraiment magnifique.

Du temps pour moi, je n’en ai jamais vraiment pris.

Je ne faisais presque pas d’activités pour moi.

J’organisais mes temps libres autour de ma famille. Je ne plaçais à l’horaire que ce dont la famille pouvait bénéficier.

Oh je ne suis pas une femme contrôlée, pas du tout. En fait, je me suis placée moi‑même dans cette cage dorée.

Celle où j’avais la sensation que tout était parfait dans ma vie. Tout sauf ce côté de ma vie de femme.

Mais comment pouvais‑je souffrir d’un manque que je ne connaissais pas ?

En le vivant tout simplement !

Je ne le vois pas aujourd’hui comme si j’avais perdu toutes ces années à me choisir.

Non, je ne suis pas comme ça.

Mais à compter de maintenant, je sais que je vais me choisir des escapades pour moi.

Des moments à moi, qui ne seront pas réservés uniquement quand ça convient dans l’horaire de la famille.

Si tu es une nouvelle maman, sors de chez toi, prends soin de toi pour toi. Pas juste pour nourrir ton couple, pas juste pour travailler, pas juste pour aider ta chum… pour TOI !

 

Martine Wilky