Archives juillet 2020

La nouvelle moi

La vie nous lance parfois des signaux. Parfois doux, parfois forts. Ce fut

La vie nous lance parfois des signaux. Parfois doux, parfois forts. Ce fut le cas pour moi en 2019. Un cancer est venu tout chambouler. « Le même que tout l’monde » m’a gentiment rappelé une réceptionniste à l’hôpital il n’y a pas si longtemps. J’ai failli m’étouffer. Généraliser si simplement un tel épisode de vie, il ne faut pas l’avoir vécu pour en parler ainsi. Mais c’est correct, je comprends. J’ai compris.

Je ne m’en fais plus avec de tels détails. J’ai choisi de rire, de m’amuser et de voir le plus souvent possible le positif dans ce qui m’arrive et m’entoure. J’ai décidé de m’amuser et d’être ma priorité. Je m’accorde maintenant le droit de refuser une invitation parce que « ça ne me tente pas ! », même si je n’ai pourtant pas de projets. Pourquoi s’imposer des moments obligés ? Je n’ai plus de temps à perdre ainsi et ça n’apporte rien à personne, bien au contraire.

Je m’éloigne des chicanes, des frustrations et des malentendus. Je choisis mes batailles et croyez-moi, elles n’en valent pas toutes la peine ! Si je suis à un évènement et que je n’éprouve aucun plaisir, je remercie et je quitte. Simple, me direz-vous ? Possible, mais je ne m’accordais pas cette possibilité avant, trop mal à l’aise, avec la peur de décevoir qui m’habitait constamment. Je me suis si longtemps obligée à dire oui à tout par peur de déplaire et de décevoir. J’ai toujours voulu faire plaisir aux autres.

J’ai désormais adopté un principe : « La réaction des autres ne m’appartient pas, je n’en suis pas responsable. » Ainsi, si je refuse une invitation et que la personne se sent vexée, blessée, fâchée, ça la regarde et ça lui appartient. Je ne me casse plus la tête (ou presque plus !). La vie est beaucoup trop courte pour s’imposer quoi que ce soit qui ne nous convient pas. Les gens qui nous aiment devraient d’ailleurs comprendre.

J’ai envie de douceur, de légèreté, de simplicité et de bonheur. J’ai envie d’être la maîtresse de chacun des moments de ma vie restante. De ne rien devoir faire par obligation, de ne plus rendre de comptes. Encore aujourd’hui, je grandis, je chemine, je progresse vers une meilleure moi. Une moi avec plus d’assurance et à l’écoute de ce qu’elle veut et désire vraiment. Une moi plus positive, plus légère, plus douce avec elle-même. Je me respecte et je m’écoute. Ma priorité, c’est moi. Une moi beaucoup plus sereine et heureuse.

Marie-Claude Larivière

Maudites catégories

Depuis que j’ai des enfants, j’ai remarqué que les parents tentent de

Depuis que j’ai des enfants, j’ai remarqué que les parents tentent de se regrouper par catégories de parents… Les maternantes, ceux qui font du cododo, celles qui allaitent, ceux qui font du portage, celles qui prônent la DME (diversification de l’alimentation menée par l’enfant), ceux qui font des purées, etc. Et j’avoue que je ne vous comprends pas, chers parents.

Quand je partage une photo de moi, bébé au sein, en train d’allaiter, immanquablement, il y aura des commentaires sur l’allaitement. « C’est si beau un bébé qui boit au sein! », « J’aurais aimé ça pouvoir allaiter! », « Ouf, tu allaites encore! », « À quel âge tu penses arrêter? » « Es‑tu pro-allaitement? »… Pro‑allaitement? Je ne savais pas qu’en nourrissant mon bébé, je devais choisir un camp de parents… Moi, je pensais juste que je nourrissais mon bébé. J’allaite parce que quand mon bébé est né, il est allé boire au sein pis tout s’est super bien passé. Je n’ai pas réfléchi plus loin que ça, et je ne savais pas que ça me prendrait une carte de membre… Je ne l’ai pas fait pour offenser celles qui nourrissent leurs bébés au biberon ni pour narguer celles qui voulaient allaiter et pour qui ça ne s’est pas passé comme prévu. J’ai juste allaité naturellement, sans me poser de questions…

La semaine passée, j’ai partagé une photo de mes enfants et moi, au lever du matin. Cheveux couettés, visages fripés, et tous collés dans mon lit. Et encore une fois, les commentaires ont fusé… « C’est tellement beau le cododo! », « Ouf, moi je serais pas capable! J’ai besoin de mon intimité… », « Ils dorment tous dans ton lit? » Et j’ai réalisé encore une fois que j’étais, sans m’en rendre compte, dans une catégorie de parents… Mes enfants n’avaient pas dormi dans mon lit durant la nuit, mais ils étaient tous venus me rejoindre au petit matin pour qu’on se colle tous ensemble. J’ai beau retourner ça dans tous les sens, je ne vois pas où est le mal… Mais j’ai décidé de ne pas contredire ceux qui m’avaient déjà catégorisée dans les mamans -pro-cododo, tout simplement parce que je me fiche de ces catégories. Je n’ai pas le sentiment d’appartenir à aucune…

Hier, mon bébé a commencé à manger. Je lui ai donné des céréales d’avoine. Sans réfléchir plus loin que ça. Parce qu’il avait faim au souper, et que j’en avais dans l’armoire. Ça aurait pu être n’importe quelle autre sorte de céréales d’ailleurs, ça ne faisait aucune différence pour moi. Et encore une fois, sous la photo partagée, les commentaires sont apparus… « Déjà les céréales? Il n’est pas trop jeune? », « Trop jeune? Ben non! Il était temps qu’il lâche maman! », « Pourquoi tu ne fais pas la DME!? C’est teeeeeellement plus nice la DME que les purées! ». Donc, parce que j’ai donné une fois des céréales d’avoine à mon bébé, je suis officiellement catégorisée comme maman -anti-DME-pro-purée… Sérieusement? Et si demain je lui donne une carotte blanchie à gruger, est-ce que je change automatiquement de catégorie? Est‑ce que ça me prend une autorisation écrite du club des mamans-DME? Et si bébé préfère les purées? Et si bébé préfère les aliments entiers? Parce que moi, je suis naïve comme maman… Je pensais juste m’adapter à ses goûts au fur et à mesure…

J’aimerais vraiment que quelqu’un m’explique à quoi ça sert, toutes ces catégories de parents… parce que pour être bien honnête, je n’en vois vraiment pas l’utilité.

Mes enfants, ils ont dormi dans leur propre lit dès le jour 1. Puis quand ils le veulent, ils viennent se coller avec papa et maman dans notre lit. Je ne suis pas POUR le cododo, ni CONTRE.

Mes enfants, je les ai allaités parce que c’était facile. Je ne suis pas POUR l’allaitement, ni CONTRE.

Ils se sont sevrés seuls, avant même que j’y pense, vers neuf mois. Je ne me sentais pas forcément prête, mais je les ai respectés dans ce besoin d’autonomie. Je pensais bien continuer d’allaiter le soir au coucher, mais ils repoussaient le sein. Je ne suis pas POUR l’allaitement prolongé, ni CONTRE.

Mes enfants, ils ont mangé des céréales pour bébé. Certains ont préféré les purées jusqu’à quinze mois. D’autres ont voulu de gros aliments entiers dès six mois. Et je n’ai de préférence ni pour l’un ni pour l’autre. Je ne suis pas CONTRE les purées, ni POUR la DME.

Mes enfants, je les ai portés en maman-kangourou, tant et aussi longtemps qu’ils étaient confortables. C’est aussi simple que ça. Je ne suis pas POUR le portage, ni CONTRE.

Mes enfants, je les ai élevés de mon mieux, en tentant de m’adapter à chacun d’eux. M’adapter à chaque personnalité, aux besoins de l’un et aux demandes de l’autre. Sans jamais me casser la tête à essayer d’entrer dans des catégories de parents.

Et si tous les parents essayaient d’entrer dans une seule et même catégorie? Celle des parents. Celle des parents qui font de leur mieux pour rendre leurs enfants heureux. Les autres catégories devraient tellement disparaître ainsi que tous les jugements qui viennent avec.

On est tous des parents. On aime tous profondément nos enfants. Et c’est la seule catégorie qui compte dans la vie. La catégorie des parents aimants, ça, je suis POUR.

Joanie Fournier


Mère soloparentale

Maman soloparentale de 31 ans avec deux jeunes enfants (1 et

Maman soloparentale de 31 ans avec deux jeunes enfants (1 et 2 ans). Qu’est‑ce que ce terme veut dire? En fait, j’ai un conjoint, un papa pour mes enfants, un partenaire de vie, qui est souvent absent. Pas parce qu’il va faire la fête avec des amis toutes les fins de semaine, mais parce qu’il travaille juste tout le temps.

Dès le début de notre union, c’était comme ça. Il travaille à son propre compte dans la construction et mon conjoint est du genre à se définir par le travail. Souvent, il n’a pas assez de son emploi prenant et il se trouve des « fameux » projets. Pas un petit jardin à monter en une journée, non, non. Je dirais le genre de projet de retaper une maison complète en plus d’étaler nos rénovations de notre propre maison depuis cinq ans. Bref, il travaille beaucoup. Je vous rassure tout de suite, il est quand même présent, mais à petites doses et il sait très bien s’occuper de la marmaille… quand il est là! À première vue, on dirait que mon conjoint n’est juste jamais là pour les enfants et j’entends souvent des commentaires. Voici les phrases que j’entends le plus souvent :

1. Ton chum n’est pas encore là? (souvent dit avec un ton de jugement)

Eh oui, tu as l’œil. Non, mon conjoint n’est pas là, il travaille présentement. Puisqu’il travaille pas mal toujours, je me sens toujours le besoin de justifier son absence pour que ça passe mieux. C’est assez fatigant, je devrais dire!

2. Tu es encore toute seule?

Logiquement oui, s’il travaille c’est évident que je suis seule avec les enfants… Il ne peut pas être à deux places en même temps.

3. Je ne sais pas comment tu fais pour arriver à t’occuper des enfants, à travailler et à t’occuper de la maison en plus de faire le lavage, le ménage, les repas, l’épicerie, etc.

Moi non plus, je ne sais pas comment je fais. Je suis dans un tourbillon et je vis chaque journée sans me poser trop de questions. J’ai lâché prise aussi sur un ménage parfait, ça aide!

4. Tu n’es pas tannée d’être seule avec les enfants et de vivre comme une mère monoparentale par moment?

Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas tous les jours comme ça. Il y a des périodes dans l’année où c’est pire que d’autres. Par contre, oui, c’est parfois frustrant, mais c’est pour le travail. Ce n’est pas pour aller faire le party tous les soirs. Elle est là la nuance. J’envie parfois les familles qui vont prendre des marches et qui font leur épicerie ensemble, mais bien honnêtement, on s’habitue. Après un 3 semaines de vacances, j’ai souvent hâte au retour à la routine de ma solitude!

5. Ça doit être beaucoup de logistique quand il faut que tu t’organises avec les enfants?

Oui, c’est certain. Notre plus gros défi, c’est l’organisation et la communication. En fait, j’ai la chance d’être bien entourée. Ma mère et ma belle-mère sont toujours disponibles pour m’aider avec les enfants quand j’ai besoin de temps pour aller faire des achats ou autre. On essaie de mettre les rendez-vous et les activités le soir vers 20 h pour laisser le temps à mon conjoint d’arriver.

6. Les enfants doivent s’ennuyer de lui.

Oui, c’est certain. C’est ce qui rend le tout complexe. Avec le temps, les enfants se rendent compte de son absence et c’est ce qui est le plus difficile à gérer. C’est là où il faut avoir une bonne organisation et une bonne communication pour que le temps passé avec eux soit de qualité.

7. Est-ce que tu aimerais ça que ton conjoint ait un horaire de travail plus stable du lundi au vendredi de 9 h à 17 h?


Oui, absolument. C’est sûr que c’est difficile, surtout que je retourne au travail après mes deux congés de maternité et l’horaire sera moins flexible. En semaine, ce n’est pas si pire, mais la fin de semaine, je commence à trouver ça plus difficile de ne pas l’avoir à mes côtés, de ne pas avoir une vie de famille normale.

En résumé, je ne suis pas malheureuse et plusieurs vivent une situation comme la mienne. Nos proches ne comprennent pas toujours, mais c’est vrai qu’on finit par s’y habituer. Je ne dis pas que c’est facile, loin de là. Souvent, j’ai une rechute, mais on finit par s’y accommoder. Les premières années d’une gestion d’entreprise sont très prenantes et il faut tout donner pour assurer la stabilité. Je me souhaite donc des années stables stables stables à venir!

P.-S. – Quand tu sais qu’une maman est soloparentale, ne lui rappelle pas aux deux minutes qu’elle est seule à tout faire, elle le sait. Fais juste lui demander si elle veut de la compagnie et rends-lui visite, elle va aimer ça! 😉 

À toi la maman d’un enfant « différent »

À toi la maman d’un enfant « différent »,

<!-- /wp:paragraph

À toi la maman d’un enfant « différent »,

Je sais que tu n’aimes pas plus cette impression que moi. Il n’est pas différent, ton enfant, il est tout simplement unique comme chaque enfant l’est à sa manière. Votre histoire a pourtant commencé comme toutes les autres…

Ton cœur a explosé d’amour la première fois qu’il a été déposé sur toi. À ce moment, tu savais déjà que tu donnerais tout pour lui, même ta vie. Il a commencé à grandir, puis tout doucement, au fond de toi, de petits doutes ont commencé à s’installer. Les jours ont passé. Tu as si bien su t’adapter, que bien souvent, tu es parvenue à faire taire ses inquiétudes…

Par contre, un jour est venu où tes yeux de mère qui refusaient de voir la réalité telle qu’elle est ont dû s’ouvrir. Ce jour-là, tu as compris que la route serait différente pour lui. Tu as dû faire face à toutes les éventualités que tu t’étais soigneusement employée à écarter. Des rendez-vous qui se multiplient, des évaluations qui s’accumulent, différents professionnels consultés, des hypothèses soulevées : tu es entrée dans cette grande roue qui semblait toujours t’aspirer de plus en plus profondément. Tu reviens souvent de ces rencontres en larmes, inquiète, la tête pleine de scénarios. L’avenir pour ton petit trésor te semble tout à coup tellement incertain. Bien des fois, tu t’endors avec le cœur en mille morceaux, tentant de les recoller pendant ces nuits sans sommeil.

Puis tu t’es souvenu. Tu t’es rappelé que ton bébé, ton enfant, sera toujours le même que celui qu’on a déposé sur toi au premier jour. Aucun spécialiste ni aucun diagnostic n’y changera quoi que ce soit. Tu choisiras alors de poser les yeux sur ton enfant avec le même regard qu’au premier jour : un regard empreint d’un amour inconditionnel et d’une fierté infinie. Il n’est pas « différent » ton enfant, il est tout simplement lui et c’est parfait.💙

Anne-Marie Roy

Maman est là

Maman est là…

Mes a

Maman est là…

Mes amours, il ne se passe pas une heure sans que maman pense à vous. Depuis que vous êtes tout petits, ma mission première est de vous protéger. Vous protéger de la méchanceté, vous protéger de ceux et celles qui voudraient vous blesser.

Mes amours, dans votre parcours de vie, vous allez en rencontrer des gens qui voudront vous rabaisser. Des personnes qui auront pour mission de vous blesser simplement pour pouvoir eux-mêmes réussir à se remonter. Vous allez probablement connaître la peine, la colère et la frustration. Vous allez certainement rencontrer et combattre de multiples émotions.

Mes amours, maman voudrait tellement vous protéger. La vie est belle et grandiose, cette même vie qui amène son lot de bonheur dans nos cœurs. Toutefois, sur votre chemin vous allez immanquablement rencontrer l’autre côté de cette médaille, c’est-à-dire l’animosité. Maman cherche comment vous y préparer. Maman aimerait tellement que cela ne soit jamais votre réalité.

Depuis que vous êtes petits, maman vous enseigne l’acceptation des autres, l’acceptation des différences et l’acceptation de soi. Depuis que vous êtes petits, maman cherche à vous donner le meilleur pour que vous puissiez avancer, sans vous faire dénigrer. Mes enfants, maman aimerait vous promettre de toujours vous épauler, vous conseiller, vous guider. Les amis viendront et partiront. Les vrais amis resteront et vous apprécieront.

Mes amours, à votre tour de me promettre de ne jamais changer pour qui que ce soit. Mes amours, n’oubliez jamais que maman est là et sera toujours là.

Véronique Daigle

Rectifications d’une nouvelle génération

Quand nous étions enfants, nos parents nous répétaient sans cesse les ph

Quand nous étions enfants, nos parents nous répétaient sans cesse les phrases clés de la réussite. Comme si à l’époque, il n’existait qu’une seule formule pour réussir dans la vie. Je sais que quelques parents sortaient déjà du lot, mais il fut un temps où la majorité des parents souhaitaient ce chemin tout tracé pour leurs enfants. Aujourd’hui, j’ai envie de comparer… Alors voici le Top 5 des phrases que ma génération s’est fait répéter toute son enfance, et en contrepartie, ce que je dis aujourd’hui à mes propres enfants, trente ans plus tard.

1- « Tu vas te marier avec ton prince charmant. Et quand tu seras mariée, tu auras le droit de faire l’amour. »

Notre génération est celle qui a le plus rêvé à ce fameux prince charmant… Et tellement de ces petites filles ont été déçues en vieillissant! Aujourd’hui, je répète à mes filles qu’elles pourront choisir la personne avec qui elles ont envie de partager chaque journée de leur vie. La seule condition, c’est que la personne choisie les respecte et les rende heureuses.

Je m’en fiche que ce soit une fille ou un garçon. Je m’en fiche qu’il/elle soit riche comme un prince, ou vive une vie plus modeste. Je m’en fiche de savoir d’où il/elle vient et qui sont ses parents. Si cette personne fait ton bonheur, alors partage ta vie avec elle. Et pour le sexe… Je te souhaite surtout de ne pas être vierge quand et si tu te marieras. Parce que pour choisir la personne qui te convient, il faut savoir ce que tu veux et ce que tu aimes. Partager sa vie avec une personne qui connaît notre corps par cœur et avec qui ça clique physiquement, ça vaut de l’or.

2- « Si tu as plus de 80 % de moyenne générale, tu auras une grosse récompense. »

Notre génération aura été de loin celle qui vit aujourd’hui avec une méga anxiété de performance. On veut tellement être parfaits partout et réussir dans tout. Aujourd’hui, à chaque bulletin reçu, je m’assois avec mon enfant pour discuter avant même d’ouvrir le bulletin. Tu as fait de ton mieux? Tu as relevé des défis? Tu as fait de gros efforts? Tu as appris? Oui, alors c’est tout ce qui compte. Je m’en fiche de connaître les chiffres écrits sur ce bout de papier. Ça ne détermine pas qui tu es. Ça ne déterminera jamais combien tu vaux.

Tu as le droit de détester une matière. Tu as le devoir de faire de ton mieux. Tu as le devoir d’apprendre. Pour le reste, tout est relatif. J’ai toujours eu plus de 80 % de moyenne, sans étudier et sans faire de devoirs. Je ne suis pas plus intelligente ni plus riche aujourd’hui que les autres. Je n’ai jamais eu le sentiment de mériter ces méritas. Ma collègue qui étudiait tous les soirs, qui noircissait de notes ses feuilles en classe, qui mettait les bouchées doubles dans chaque matière, et qui finissait avec 65 % de moyenne générale, a toujours mérité toute mon admiration. Elle a beaucoup plus de mérite que je n’en aurai jamais. Et au final, on a fini avec le même diplôme en poche. Alors non, je ne regarde pas les bulletins de mes enfants, tant qu’ils sont en réussite. Et non, je ne les récompense pas en fonction d’un chiffre écrit sur un examen. Quelle ironie du sort pour une enseignante, non?

3- « Tu dois aller à l’université pour réussir dans la vie. »

Nos parents ont tout donné pour que nous puissions étudier à l’université. La plupart d’entre nous sont les premiers à avoir obtenu un diplôme universitaire dans leurs familles respectives. Sommes-nous plus heureux? Non. Sommes-nous plus riches? Encore moins. Alors oui, je répète à mes enfants qu’il existe des milliers de possibilités pour eux. Peut-être que l’un de mes enfants va choisir de faire un DEP. Peut-être que l’un de mes enfants va aller à l’université. Peut-être que l’un de mes enfants va changer trois fois de branche au cégep. Peut-être que l’un de mes enfants va se contenter d’un DES, aller voyager et finira par travailler sur un bateau de pêche dans les Antilles. Il n’y a pas de recette parfaite. Il n’y a pas de chemin à suivre. Et l’université n’est pas garante de bonheur si tu finis par décrocher un travail qui te rend malheureux. La vie est simple. Tu es heureux? Oui, alors continue. Non? Alors, cherche ta voie.

4- « Qu’est-ce que tu veux faire dans la vie? Combien d’enfants auras-tu plus tard? »

Je n’ai jamais compris pourquoi les adultes posaient ce genre de question aux enfants dès qu’ils sont en mesure de parler… Mon enfant, vis ta vie d’enfant. Profite de ton enfance. La vie s’occupera de mettre sur ton chemin tout ce qu’il te faudra pour décider. Tu n’as pas à te casser la tête avec ça. Tu n’as pas à décider de ton métier futur à 4 ans ni à 12 ans.

Tu n’as pas à choisir parmi les 5-6 métiers que tu connais à peine déjà. La vie te montrera qu’il existe autant de métiers qu’il existe de personnes sur Terre… Ne choisis pas maintenant et ne choisis pas avec ta tête. Laisse la vie te porter et ton cœur saura faire les bons choix. Tu n’as pas à décider à 10 ans si tu veux avoir des enfants et combien tu en veux. Il ne sert à rien de faire ces plans alors qu’il peut encore se passer mille choses avant que tu ne sois rendu là… Et sache que la vie est imprévisible et surprenante, mais elle sait ce qu’elle fait.

5- « Inscris-toi en Sciences/Sports/Piano/,etc. Ça t’ouvrira plein de portes plus tard! »

Quelles portes? À quoi ça sert d’ouvrir des portes si ce ne sont pas les bonnes pour toi? À quoi ça te servira de bûcher pendant des heures sur des cours enrichis en chimie ou en physique si tu décides de devenir policier? À quoi ça te servira de savoir jouer du piano si tu choisis plus tard de devenir biologiste? Je pourrais continuer de citer des exemples pendant des heures, mais vous avez saisi le concept. Ouvrir plus de portes ne mènera pas au bonheur. Cher enfant, ouvre tes portes. Cherche, débarre une porte et bifurque vers une autre. C’est correct de tracer sa propre voie.

Je sais que comme parents, « on veut ce qu’il y a de meilleur pour nos enfants ». Mais ce qu’il y a de meilleur pour eux, c’est justement à eux de nous le montrer. Le système qui nous a éduqués avait de grandes lacunes. J’espère que nos enfants poseront plus de questions. J’espère que nos enfants briseront les moules établis et feront évoluer ce système. J’espère qu’ils deviendront des adultes épanouis, heureux, et surtout, libres.

Joanie Fournier



À toi, petite rose

Il était une fois, une petite fleur du nom de rose qui se retrouva sur une

Il était une fois, une petite fleur du nom de rose qui se retrouva sur une petite chaise noire, dans un corridor vide d’un hôpital désinfecté. Pas beaucoup de bruit. Une patiente qui sort d’un bureau. Un médecin qui prend le dossier de la rose. Elle écrit dessus. C’est long, c’est trop long. La petite rose a les mains moites. Le cœur qui bat plus fort que jamais. La gorge s’assèche. La rose se dit : « Ben voyons, je suis trop jeune pour être une rose ». Elle entend son nom. Elle entre tout doucement dans le bureau qui lui fait redouter le pire. On lui demande si elle a déjà eu ses résultats. Non, personne ne lui a parlé depuis dix jours. C’est alors qu’une bombe se largua sur elle. « Madame Larouche, je n’ai pas de bonnes nouvelles pour vous. Vous avez le cancer du sein ». Ouf, c’est alors que la rose devint une vraie rose.

La rose, c’est moi. J’ai appris depuis quelques jours qu’un intrus s’est introduit dans mon sein. Je ne l’ai pas invité, mais il est entré par effraction. J’ai toujours eu peur de lui, depuis mon plus jeune âge. J’avais peur que ce soit contagieux quand ma marraine dormait dans mon lit. Quand elle quittait, je voulais laver mes draps, car t’sais, à 7 ans, il est possible qu’on pense que le cancer se donne comme ça! Ensuite, les années ont passé et j’ai toujours fait l’autoexamen de mes seins. Toujours! Mais, il régnait toujours une grande angoisse. En février, j’ai même demandé à mon médecin de vérifier, car je ne savais pas pourquoi je capotais. Mais, tout était beau, aucune bosse.

Le mois de juin est arrivé, ma fête aussi. Là, j’étais pas folle. J’étais certaine qu’un truc étrange était dans mon sein droit. Une bosse que je n’avais jamais vue dans le passé. Deux jours ont passé sous l’angoisse totale. On me répétait : « Ben voyons Karine, c’est rien, juste une petite bosse, capote pas ». Pas convaincue du tout. J’ai décidé d’appeler le médecin, même si en temps de COVID, je n’avais vraiment pas envie de me rendre dans une clinique. Mon médecin a essayé de faire un diagnostic par téléphone, mais elle s’est bien rendu compte qu’elle ne pouvait pas examiner ladite bosse à travers le téléphone.

Le lendemain, je suis déjà dans son bureau. Elle regarde et constate que c’est vrai, j’ai une bosse. Mais elle n’est pas inquiète du tout. À mon âge, 34 ans, il est très fréquent que des kystes se développent dans la poitrine. Elle me dit qu’elle ne peut pas prendre de risque. Mammographie et écho sont prescrits. Elle me précise encore qu’elle n’est pas inquiète, mais que parfois, il y a de mauvaises surprises.

À peine une semaine plus tard, je teste la mammographie. Bon, j’ai un peu l’impression qu’on fait de mes seins des galettes, mais ce n’est pas si mal. Par contre, ma bosse est haute, pas trop loin de la clavicule, pas évident de la mettre dans le lot des photos. La petite dame réussit tant bien que mal à joindre la bosse à la photo de famille. Je quitte le bureau. J’ai déjà mon rendez-vous quatre jours plus tard pour l’écho. Dans la même journée, on m’appelle pour me dire que la radiologue veut me voir le lendemain. Je lui précise que j’ai déjà un rendez-vous, mais elle ne l’avait pas vu. Alors on le garde comme il était.

Le lundi, je me présente pour mon écographie. La dame ne m’apparaît pas des plus sympathiques, mais elle semble connaître son travail. Elle m’examine et à la fin me dit que je dois faire une biopsie en me disant seulement « en échographie, c’est soit noir, soit blanc mais toi, c’est gris. » Le stress embarque vraiment beaucoup.

Le vendredi suivant, j’ai déjà la biopsie. Là, on me dit de relaxer, ça ne semble pas être rien de cancéreux, mais on procède tout de même à la biopsie. Environ dix jours plus tard, la clinique du sein m’appelle et me dit qu’ils rencontrent toutes les patientes qui ont fait la biopsie. Donc j’ai un rendez-vous quatre jours plus tard. J’ai commencé à stresser encore plus à ce moment. Surtout que mon médecin ne me donnait pas de nouvelles.

Finalement, j’ai réalisé que mon sixième sens avait été très fort. Que malgré qu’on me dise que je stressais pour rien et que j’étais folle, m’écouter a été la meilleure chose qui soit. Un mois est passé entre ma découverte et le résultat. Je considère que ça a été très rapide. Que grâce à tous les choix que les professionnels ont fait, j’ai un stade moins avancé. Je n’ai pas encore tous les détails du cancer qui s’est incrusté, mais j’ai confiance que je m’en sortirai.

Je ne vous cacherai pas que les premiers jours ont été semblables à ceux que j’aurais vécus si je m’étais fait frapper par un 53 pieds. Un choc! J’ai pleuré, pleuré encore. J’ai imaginé ma vie se terminer. J’ai cherché comment le dire aux enfants, car oui, j’ai trois enfants (11, 5 et 2 ans). Je me suis imaginé ne pas les voir grandir. J’ai découvert de merveilleux groupes sur Facebook de gens qui ont passé par un chemin semblable. Je me suis un peu calmée, j’ai profité du temps où j’allais encore bien pour faire des activités que j’aime. J’ai discuté avec une femme pas beaucoup plus vieille que moi qui est passée par là. Elle m’a fait du bien avec son positivisme.

Je ne suis pas encore avancée dans le processus. Je ne connais même pas les traitements que j’aurai à l’heure où j’écris ce texte. Mais je peux confirmer que d’en parler à répétions, que de vivres ma peine et mes frustrations m’ont aidée dans l’acceptation. Je ne suis pas « heureuse » de vivre cela, mais je me dis que même si je n’ai pas choisi d’avoir cet intrus, je choisis l’attitude que j’aurai face à lui.

Pour toutes les roses qui me liront, je vous envoie une belle dose d’amour et de courage. Pour les autres, profitez de votre santé, elle est précieuse plus que vous ne le croyez.

Karine Larouche

Astuces pour une salle de bain plus verte

Douche, lavage, brossage des dents. On agit sans plus y penser vraim

Douche, lavage, brossage des dents. On agit sans plus y penser vraiment, mais toutes ces étapes génèrent beaucoup d’énergie et de déchets. C’est pourquoi aujourd’hui, je vous propose quelques alternatives et outils à mettre en place dans votre salle de bain afin de diminuer vos déchets et vous rapprocher d’un mode de vie un peu plus écologique.

Lavage

Pour commencer, vous pouvez utiliser du savon à linge en vrac. Il existe de plus en plus de magasins qui offrent le service de remplissage de gallon. Il y a l’alternative de fabriquer son propre savon à linge avec du savon naturel, du bicarbonate de soude et de l’eau ! Il existe plusieurs recettes sur Internet, il vous suffit de chercher un peu. Laver notre linge à l’eau froide sauve beaucoup d’énergie. Pour ce qui est du séchage, étendez votre linge, que ce soit sur une corde à linge ou sur un séchoir mural dans votre salon. Suspendre le linge ne vous fera pas seulement économiser de l’énergie, mais va également prolonger la vie de vos vêtements. La sécheuse abîme beaucoup les tissus. Si vous utilisez la sécheuse à la place d’utiliser des feuilles d’assouplissant, il existe des boules de séchage réutilisables. Vous pouvez y mettre quelques gouttes de votre huile essentielle préférée et voilà, le tour est joué et le résultat sera le même.

Menstruations

Je ne vous apprends rien si je vous dis que la coupe menstruelle est une super alternative au tampon. Pour celles qui sont plus du genre serviette, il existe des serviettes hygiéniques lavables. Il y a beaucoup de marques et de tissus différents, donc chacune peut y trouver son compte. Il existe maintenant des culottes/string avec une protection incluse à l’intérieur. Ils ont commencé la fabrication de maillots de bain dans le même genre.

Hygiène corporelle

Pour se laver le corps, il est mieux d’opter pour du savon en barre. Les savons naturels, c’est encore mieux. Même chose pour les cheveux, il vaut mieux opter pour des shampoings et des revitalisants en barre. Pour ma part, je les prends tous chez Lush. C’est une très belle compagnie écoresponsable avec des produits de qualité. Pour les gens qui aiment s’exfolier la peau, cette compagnie offre aussi des pots d’exfoliants au sel ou au café. Pour les avoir essayés, j’ai adoré.

Pour ce qui est des poils, il existe un rasoir qu’on appelle « pioche ». Il dure beaucoup plus longtemps et lorsqu’il rase moins bien, nous n’avons qu’à changer la lame. Sinon, priorisez les rasoirs à tête changeable au lieu des paquets de rasoirs jetables.

Pour remplacer les cotons-tiges pour nettoyer les nettoyer, vous pouvez utiliser d’autres alternatives. Premièrement, il y a l’Oriculi. C’est comme une petite spatule en bambou que vous pouvez laver après chaque utilisation. Comme elle est en bambou, lorsqu’elle n’est plus bonne, vous n’avez qu’à la mettre au compost. Il s’en fait aussi avec des têtes en métal. Si vous n’êtes pas prêt à vous défaire des cotons-tiges, vous pouvez acheter ceux avec la tige en bambou ou en carton à la place de celle en plastique.

Hygiène buccale

Pour ce qui est de la santé des dents, vous pouvez acheter des brosses à dents en bambou, qui sont compostables. Si vous n’êtes pas à l’aise avec le bambou, il existe des brosses à dents à tête changeable.

Pour la soie dentaire, il y a en pharmacie des bâtons en métal à bout pointu qu’on peut passer entre nos dents.

Pour la pâte à dents, il existe des petites capsules que vous pouvez mordre, à peu près de la grosseur d’une menthe. Ajoutez de l’eau et brossez vos dents. Il existe aussi de la pâte à dents en barre. Il suffit de frotter la brosse à dents mouillée sur la barre.

Toilette

Après être allé à la toilette, utilisez des débarbouillettes pour vous essuyer. Si vous n’êtes pas à l’aise, il y a plusieurs sortes de papier de toilette recyclé.

Pour ce qui est du réservoir d’eau, remplissez une bouteille de liqueur d’eau et mettez‑la dans le réservoir. Comme ça, l’espace occupé par la bouteille est l’équivalent de l’eau que vous allez économiser chaque fois que vous allez tirer la chaîne.

J’espère que vous allez retenir quelques astuces de mon article et les utiliser chez vous. Si vous connaissez d’autres trucs afin de rendre la salle de bain plus verte, laissez‑les en commentaire, je suis curieuse.

Anouk Carmel-Pelosse

Ton cœur s’est éteint…

Tu as perdu tes enfants, tes trésors, d’une manière atroce… 

Tu as perdu tes enfants, tes trésors, d’une manière atroce… 

Comment te dire que la douleur que tu vis en ce moment finira assurément par s’estomper, que le soleil brillera à nouveau un jour, pour toi?

J’ai eu du mal à te regarder adresser tes remerciements aux policiers et surtout à entendre tes mots remplis de tendresse pour tes deux filles. 

J’ai senti le poids de ta douleur. 

J’ai compris que ton cœur s’est éteint, que tous les mots gentils, les câlins et les messages d’espoir n’allaient pas suffire à raviver le bonheur qui, je le crois, t’animait il n’y a pas si longtemps.

J’ai eu le sentiment que le chemin vers l’acceptation allait être long, parsemé d’embûches et de deuils à faire. 

Toutes ces « premières fois » qui ne se présenteront jamais. 

Toutes ces occasions si spéciales, qu’on redoute en tant que parent, mais qu’on attend avec impatience lorsqu’on est à l’aube de l’adolescence ; le passage au secondaire, le permis de conduire, le premier amoureux, un appartement…

Tout cela et tant d’autres choses…

D’autres mamans ont pavé la route de ce très long voyage et semblent avoir ravivé cette flamme qui devrait briller à nouveau dans ton cœur.

Le temps et tous ceux qui t’aiment t’accompagneront sur cette route ; fais-leur confiance. 

Je te souhaite de la douceur et beaucoup, beaucoup d’amour. 🌸

Karine Lamarche

La vie nous confronte

La vie est drôlement faite. J’ai toujours dit que je ne voulais pas vivr

La vie est drôlement faite. J’ai toujours dit que je ne voulais pas vivre avec des regrets, que les choix que j’ai faits dans le passé ont fait en sorte que je suis la personne d’aujourd’hui. J’y crois encore, mais je dois me rendre à l’évidence que j’aimerais changer certains moments de ma vie. Pas parce que je ne suis pas heureuse aujourd’hui. Au contraire, je suis comblée par ma vie, mais j’aurais peut-être vécu moins d’événements pénibles, moins d’obstacles à surmonter. Mais ça aurait fait en sorte que je ne serais pas qui je suis aujourd’hui. D’où le dilemme en moi.

Tout part de mon adolescence. Je regrette d’avoir été naïve et influençable. Je regrette certains choix d’amis, je regrette de ne pas avoir été aussi forte de caractère que je le suis réellement, de n’a pas avoir tenu tête. Je regrette d’avoir croisé le chemin de certaines personnes. Mon adolescence, je l’ai vécue difficilement. Je voulais trop plaire et je n’étais pas moi-même. Avec une « amie », nous inventions des histoires inimaginables, totalement irréalistes. Pourquoi ? Parce que nous avions douze et treize ans et que nous étions encore des enfants, et c’est ce que font des enfants : ça invente des histoires. Bien évidemment, un jour, ça s’est retourné contre moi et on m’a traitée de menteuse. Quand en réalité, tous ceux qui étaient avec nous savaient que c’était de la bullshit. Aujourd’hui, je regrette ces histoires inventées, mais pas le fait que ça m’a montré qui étaient mes vrais amis.

Mais comme n’importe quelle adolescente, je voulais plaire à tout prix. Je changeais d’école chaque année ou aux deux ans. Cette année-là, c’était la première fois que je ne changerais pas d’école avant au moins trois ans, alors je faisais tout pour être acceptée. J’ai raconté devant une classe entière que ma fréquentation d’avant (on va dire une fréquentation à douze ans et qui avait duré un mois) avait été violente avec moi et m’avait menacé de mort longtemps avant que mes parents ne l’apprennent et interviennent. Mais cette histoire n’a pas été crue, parce que mes supposées amies disaient que j’aimais inventer des histoires pour attirer l’attention. Ce qui était tout à fait le contraire, j’étais une personne hyper gênée, mais on m’avait convaincue de raconter mon histoire, la même qui a par la suite fait en sorte qu’on a ri de moi. J’ai été tranquille le reste de l’année, occupée à organiser une fête de fin d’année pour les secondaire 1. Pour ça, j’étais bonne, j’adorais organiser, planifier.

Puis, j’ai eu mon premier vrai chum à la fin de l’année de mon secondaire 1. J’étais folle de lui. C’était la première fois que je ressentais ça. Je me sentais aimée, désirée et il prenait soin de moi. J’avais l’impression de vivre une histoire à la The notebook. Je croyais que nous finirions nos jours ensemble. Puis en octobre, mon père a eu une opération à son cœur qui a mal viré. Il a passé douze jours dans le coma. J’étais en colère, je ne comprenais pas pourquoi, mais je cherchais un moyen de fuir mes sentiments. J’ai rencontré des personnes que je n’aurai pas dû rencontrer. Ça m’a amenée à commencer à fumer la cigarette et le pot, beaucoup. Je manquais des cours, je changeais. Voilà qu’à quatorze ans, j’allais vivre mon plus grand regret et une des pires périodes de ma vie.

J’ai rencontré un gars pas très clean, mais il était bad boy et il était plus que manipulateur. Il m’a fait croire que mon chum ne m’aimait pas vraiment, que ses amis faisaient tout pour nous séparer. Qu’avec lui, je ne serais jamais seule, je serais sa priorité. Il avait même laissé sa blonde de longue date, selon lui, pour moi. Je suis malheureusement tombée dans son piège, j’ai laissé mon chum. Quand je l’ai fait, je l’ai tout de suite regretté. J’ai demandé une autre chance à mon amoureux, il me l’a donnée, mais j’ai tout gâché encore. J’avais le cœur en miettes, mais mon nouveau chum me disait que c’était juste temporaire, le temps que je m’habitue à lui. Mais je ne m’habituais pas. Je voulais retourner en arrière. Retrouver celui que j’aimais vraiment.

Un soir, mon « nouveau chum » est venu souper chez moi, ensuite nous devions écouter un film. Durant la soirée, les choses ont mal tourné, nous étions seuls dans le sous-sol et il m’a fait des attouchements sexuels. J’ai pu me sortir de cette mauvaise situation grâce à mes cours de karaté. Je savais me défendre, mais si je n’avais pas su ou que j’avais figé, je me serais fait violer. Il est parti de chez moi en colère. À l’école, il m’ignorait, il était à nouveau avec son ancienne copine, mais le soir, il me harcelait sans arrêt. Il était obsédé par ma virginité, il voulait me la prendre à tout prix. Son harcèlement a duré presque huit mois. Je raccrochais le téléphone et il rappelait en me criant après. Si je ne l’écoutais pas faire ce qu’il avait à faire (si vous voyez ce que je veux dire), je me faisais menacer encore une fois. J’ai dû changer de numéro de téléphone et demander à un ami de s’en mêler pour que ça arrête.

Mais la vie me confronte à cet événement, à cette période de ma vie depuis un an. À mon travail, je vois très souvent la mère de mon premier amoureux, celui que j’aimais profondément, celui que j’ai blessé. Toute ma vie, je ne m’étais jamais considérée comme une victime d’abus sexuel. Pour moi, c’était ce que j’avais mérité pour avoir été naïve, stupide et pour avoir brisé le cœur de mon amoureux et le mien. Sauf que dernièrement, en parlant avec quelqu’un qui a vécu un viol, j’ai réalisé ce que j’avais vécu. Je m’étais convaincue que c’était de ma faute, que je n’étais pas une victime, mais c’était faux. JE SUIS UNE VICTIME. Rien au monde ne justifie ces actes. Ce n’était absolument pas une punition. C’était une agression.

Cette jeune fille de quatorze ans que j’étais a perdu beaucoup durant cette période : son estime en soi, son innocence, sa fougue, sa confiance aux autres ; ses rêves ont diminué parce qu’elle ne se croyait plus assez compétente. Mon rêve d’être astronaute ou pédiatre. POUF ! DISPARUS. J’ai mal agi, c’est vrai, je le confesse, mais je ne méritais pas ça.

Pour mon premier amoureux, tu étais tout ce dont je rêvais d’un garçon à cet âge. Je suis sincèrement désolée de t’avoir blessé. Je suis désolée de mon comportement. J’étais vraiment amoureuse de toi et j’ai tout gâché. J’ai essayé à plusieurs reprises de m’excuser, mais je n’en ai jamais été capable. Ma véritable punition aura été de voir dans ton regard toute la haine que tu ressentais pour moi durant les années de notre secondaire. Un jour, j’aurai peut-être la chance de m’excuser en personne et j’aurai peut-être la chance d’avoir ton pardon, parce que je ne pourrais jamais assez m’excuser.

Pour toi, celui qui m’a manipulée, qui m’a brisée, qui a abusé de moi, un jour, le karma s’occupera de toi. J’ai confiance que la vie fera sa justice. Un jour, j’aurai peut-être la force et le courage…

Ça m’aura pris dix-neuf ans pour prendre conscience de tout ça, mais la femme que je suis aujourd’hui est capable d’encaisser. Avec tous les obstacles que la vie a mis sur mon chemin, j’ai découvert en moi une force insoupçonnée, une femme qui sait ce qu’elle veut, une femme qui a repris confiance en elle. Je suis fière de qui je suis, malgré ce regret.

Cindy LB

Une nuit dans ma tête

Bienvenue entre mes deux oreilles, tu peux entrer! Ne regarde pas le fouill

Bienvenue entre mes deux oreilles, tu peux entrer! Ne regarde pas le fouillis. C’est long pour moi de faire le ménage de mes idées après une nuit d’insomnie. 

Bien oui, tout est beau comme ça, de l’extérieur. J’ai l’air bien calme et sereine. Je semble en parfait contrôle de mes émotions. Mais c’est faux. Regarde attentivement et tu verras, les poches sous les yeux, les rides au front… 

Dans ma tête, certaines nuits, on dirait qu’un tsunami est passé et qu’il a brisé tout sur son passage. C’est la crise d’anxiété qui m’envahit qui cause ces dommages. J’en ai pour quelques jours à ressentir de minuscules secousses que je devrai contrôler. 

Des trucs? J’en connais des tonnes pour arrêter mes pensées, mais quand le tsunami tourne dans ma tête, c’est difficile. Il arrive comme ça, sans prévenir. Il est difficile à maîtriser. Je respire, je médite, je me change les idées, je compte par bonds impairs, à l’envers, je fais du yoga… mais il est là. Et il m’empêche de réfléchir de façon logique. 

Le matin arrive, le soleil se lève et avec lui, l’espoir du renouveau. Tranquillement, je retouche terre, mes pensées s’adoucissent, ma logique revient. Je respire un bon coup et démarre ma journée avec ces soubresauts de ma nuit d’insomnie. 

Tu aimerais m’aider à faire le ménage de mon fouillis, je sais. Mais puisque la majorité de mes idées ne sont pas logiques, il est difficile pour moi de te les partager. Déjà, de te laisser entrer est un grand pas. Mais ne t’inquiète pas, j’arriverai à démêler tout ça. Un petit morceau à la fois.  

Aujourd’hui, je ferai du sport et je prendrai du temps pour moi afin d’être en contrôle de mes idées. J’écrirai des mots positifs que je lirai avant de me mettre au lit. Et j’espère que la prochaine nuit me permettra de récupérer le sommeil perdu. 

Reviens me visiter dans quelques jours. Chaque idée sera à sa place, il y aura de la musique et des fleurs. À ce moment, je serai capable de te partager ces idées noires qui m’envahissaient. Mais d’ici là, reste près de moi et sois patient, j’y arriverai. 



Nancy Pedneault