Tag agressivité

Toxicité

J’ai quitté une relation toxique. Aux yeux de tout le monde, nous

J’ai quitté une relation toxique. Aux yeux de tout le monde, nous étions le couple parfait. En public, on riait ensemble, on passait notre temps à s’obstiner, pour tout et pour rien. On avait une belle complicité, ça oui. Mais en privé, je vivais constamment de l’insécurité. L’alcool tuait notre couple à petit feu.

–         Si t’es pas contente, tu sais quoi faire. On a juste une vie à vivre pis moi j’ai du fun.

C’était sa réplique depuis plusieurs années. J’étais toujours stressée quand je le voyais prendre une bière parce que je savais qu’il n’arrêterait pas avant de toucher le sol. Il y a eu quelques épisodes d’agressivité au fil de ces années où on semblait vivre le bonheur aux yeux des autres. Des fois, il me réveillait pendant la nuit pour me menacer de me frapper. D’autres fois, il m’accotait dans le mur pour me menacer de m’arracher la tête en me disant que j’avais un sale caractère et qu’il n’était plus capable de m’endurer parce que c’était moi qui le rendais agressif et qu’à ce moment‑là, ce trop-plein devait sortir. Mais aux yeux des autres, on était le couple parfait. Personne n’a vu venir notre séparation, on était si « parfaits ».

Mais moi, de l’intérieur, je mourais à petit feu. J’avais toujours peur lorsqu’il levait le coude.

Bien sûr, je lui en avais parlé. Il me disait qu’il avait changé, que ça n’arriverait plus. En effet, quelques années ont passé sans violence mais ma crainte, elle, n’est jamais partie. Sa consommation d’alcool n’a jamais diminué par contre, au contraire. Et ma crainte augmentait sans cesse. Je me disais qu’un jour, ça finirait encore par éclater.

Lorsqu’il buvait trop, je feignais de dormir pour éviter de lui parler. Parce que selon lui, je provoquais toujours la chicane. De cette façon, je n’endurais plus ses excès d’alcool. Mais j’angoissais. Beaucoup. J’avais toujours peur qu’il essaie de me parler même si j’étais censée dormir et j’attendais. J’attendais qu’il finisse, lui, par s’endormir. Parfois, ça prenait presque la nuit au complet. Il était tenace. Il buvait beaucoup, même la semaine. Donc, j’attendais toujours qu’il s’endorme avant moi pour que je puisse finalement dormir… en paix. Avoir la paix, ça n’a pas de prix.

Des fois, avec à peine trois heures de sommeil, j’allais travailler. C’était comme ça plusieurs fois par semaine. Je n’en pouvais plus mais en public, je souriais.

–         Vous êtes tellement beaux ensemble ! Vous allez faire votre vie ensemble, c’est impossible que vous vous sépariez, vous êtes un modèle !
Je l’ai entendu souvent et à chaque fois, c’était un coup de couteau de plus dans le cœur. « Si seulement tu savais ».

Les mois passent, j’ai encore cette insécurité et pourtant, il n’est plus là. Est‑ce qu’il va venir cogner à ma porte, un soir, à cause de l’alcool ? J’ose espérer que non, mais c’est plus fort que moi, j’y repense souvent et j’en fais parfois des cauchemars.

Un jour, je retrouverai pleine confiance et je n’y penserai plus.

Eva Staire

 

N’hésitez pas à demander de l’aide

SOS violence conjugale  –  1 800 363-9010 (24/7)

Tristesse de fin du monde

<span style="margin: 0px; line-height: 107%; font-family: 'Times New Roman',serif; font-size: 12pt;"

C’est arrivé tout doucement. Je ne l’ai pas vu venir. Tout doucement, la vie a pris l’éclat de tes yeux et le bleu s’en est allé. Tout doucement, tes yeux ne sont devenus que tristesse. Elle a aussi pris la couleur de ta peau. Tu es devenue blanche. Le rose aux joues s’en est allé lui aussi. Peu à peu, ton corps et ses couleurs te quittaient.

 

Et les rires. Et les rêves. Les petits comme les grands. Les projets pour la fin de semaine ou ceux d’hier, inachevés. La vie était devenue grise, morne et sans intérêt. Aujourd’hui devenait trop difficile à vivre. Il n’y avait plus de demain. Il n’y avait plus d’espoir. La lumière s’était éteinte.

 

Je ne la connaissais pas. Celle qui te prenait à moi. À nous. On en parlait partout, mais on m’avait épargnée jusqu’à maintenant. À tout le moins dans ma vie personnelle. Je la voyais tous les jours dans mon bureau, mais je ne l’avais pas reconnue chez toi. Ou je ne voulais pas la voir. Pas chez ma fille. Ma belle, ma grande, ma rebelle. Tu étais plus forte que ça. Tu en avais vu d’autres. Ton cœur était brisé. Cassé en petits morceaux. Des petits morceaux, ça se recolle, que je me disais. Mais encore une fois, je m’étais trompée. Ce n’était pas que ton petit cœur de quinze ans qui était brisé. C’était toi. Toute cassée par en dedans.

 

La dépression t’a presque tout pris. Ta chambre est devenue ton refuge, ton lit devenait le bateau de ta dérive. Il n’y avait plus d’île où accoster, plus de pays à visiter. Tu ne voyais ni ne sentais plus le soleil. Tout t’indifférait ou te rebutait. Même tes amis ne te faisaient plus rire. Même moi, je ne te dérangeais plus. Tu pleurais. Tu criais. Les mots, les tiens, avaient aussi déserté. Tu ne mangeais plus. Tu ne dormais plus. Tu me regardais sans me regarder.

 

Cette douleur qui t’enveloppait telle une doudou, je l’ai mise sur ta peine d’amour. La première, la vraie, la terrible. Celle qui fait mal et dont on se souvient longtemps. Des fois, dont on se souvient toujours. Seulement, la peine d’amour a duré. Et a duré encore. Et les événements, les coups durs de la vie se sont ajoutés. Ça en fut trop. La digue s’est rompue.

 

Tu criais trop. Tu pleurais trop. Tu te terrais dans ton trou tel un animal blessé. Tu ne parlais plus. Je me suis mise à lire. Tout. En anglais et en français. Je devais comprendre. La dépression se vit différemment chez les adolescents. L’agressivité est souvent le premier symptôme, suivie de la tristesse, de la démotivation, des idées noires, etc. Je t’ai emmenée voir le médecin. Je t’ai presque menacée. Je n’allais pas laisser ma fille de quinze ans se noyer dans ses larmes.

 

Le diagnostic est tombé. C’était bien elle. Cette maudite dépression. Tu as essayé une médication. Que quelques semaines. Car en bonne adolescente, tu voulais les choses pour hier. La médication ne fonctionnait pas suffisamment vite pour toi. Tu as arrêté. Après le médecin, je t’ai trouvé une travailleuse sociale. Je t’ai organisée. J’étais inquiète. Je t’aimais. Je t’aime toujours. Je me sentais impuissante. On allait se battre à deux. J’ai pris ta main et tu l’as laissée dans la mienne.

 

Aujourd’hui, tes journées sont inégales tout comme ton humeur. Pour le moment, le pire semble derrière toi, mais rien n’est gagné. Il faut parfois beaucoup de temps pour rejoindre le port duquel on s’est éloigné. On le prendra le temps, ma fille. Garde ta main dans la mienne. Ça ira. Tout doucement.

Des ressources où trouver de l’aide :

Jeunesse j’écoute : 1-800-668-6868

Centre de prévention du suicide : 1 866 — appelle (1 866-277-3553)

Ordre des psychologues du Québec : 1 800-561-1223

Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec : 1 888-731-9420

 

 Isabelle Bessette

 

 

Je ne te reconnais plus!

Depuis quelque temps, je ne te reconnais plus! Depuis un mois, mon T

Depuis quelque temps, je ne te reconnais plus! Depuis un mois, mon Tiloup d’amour, tu t’es transformé en loup-garou dévoreur d’énergie et créateur de conflits. J’ai l’impression d’avoir égaré mon petit garçon si poli, si serviable et si affectueux et d’avoir obtenu en échange une boule d’agressivité enrobée de piquants empoisonnés. Toi qui as toujours été si zen, si « Roger-bon-temps », si « go with the flow », tu réagis maintenant à chaque minuscule changement comme si c’était la fin de ton monde. Toi dont les compliments sincères auraient redonné goût à la vie à un mourant suicidaire, tu es devenu une machine à méchancetés et à mauvais mots.

Avant ta métamorphose, tu m’offrais de laver les fenêtres et tu pouvais passer deux heures à épousseter la maison par plaisir. Maintenant, tu me jettes tes jouets par la tête quand je te demande de les ranger, en me criant qu’ils sont dégueulasses. Tu partageais avec moi des séances quotidiennes de mandalas; quand tu devais choisir entre deux sortes de céréales, tu te plaçais en position de méditation, tu fermais tes yeux et tu respirais jusqu’à ce que tu aies pris ta décision. Tu étais le champion de la complicité avec ton frère et tes sœurs. Peux-tu me dire comment un petit bonhomme de six ans peut lancer à sa mère que ses dessins ressemblent à des vomis qui puent? Choisir entre deux sortes de céréales devient impossible parce que « toutes les céréales goûtent la pourriture et le caca ». Tout le monde te tape sur les nerfs et on reçoit un seau d’insultes dès qu’on ose te parler. J’ai peur que les autres souffrent autant que moi de ta délinquance.

Avant, que je quitte la maison pour une journée de travail ou pour mettre les poubelles au chemin, j’avais droit à une séance de câlins et de « Tu es ma meilleure maman que j’aime jusqu’au bout de l’univers ». Maintenant, tu as deux options : « Bye, Stupidos » ou le silence radio accompagné d’une face de bouette. J’ai beau faire mon possible pour comprendre les besoins que tu exprimes par tes « maux-dits » et tes non-dits, j’ai beau renforcer tes comportements positifs et t’entourer de tendresse, j’ai droit à ton attitude d’ado rebelle frustré au quotidien.

Quand je te demande ce que je pourrais faire pour t’aider à mieux gérer ton volcan d’émotions, tu me réponds que tu as besoin de gestes d’amour. J’aimerais tellement qu’un câlin doux et une heure passée à te bercer soient des solutions efficaces. Comme avant. Mais quand tu dérapes, tu me fais ravaler mes « Veux-tu un câlin? » et mes bras tendus à grands coups de « Je vais te tuer ». J’essaie de ne pas prendre ces cris de façon personnelle, de les prendre comme des paroles inacceptables qui dépassent ta pensée. Mais à la longue, tes mots et poings m’atteignent et me poussent dans les derniers retranchements de ma patience.

« Tu es une mère extraordinaire, n’en doute jamais! »; « Ne te culpabilise pas, il réagit aux circonstances… »; « Il s’ennuie de son papa. Tout va rentrer dans l’ordre dès que son papa sera de retour. C’est une mauvaise passe, c’est tout. » Mes amis, je vous entends, je vous lis, je vous remercie. Habituellement, je me dis les mêmes encouragements. Mais maintenant, c’est trop. Maintenant, ça me rappelle trop ce que j’ai vécu pendant des années avec mon aînée. Maintenant, je doute de moi, de ce que je peux offrir à mes enfants, du fait que je suis la bonne maman pour eux. Je me sens inadéquate et je me sens même coupable de ce sentiment. Et si ce n’était pas qu’une passe?

Maintenant, je pleure le soir jusqu’à avoir les lèvres déshydratées. Des symptômes de peine d’amour d’ado qui a perdu son âme sœur. Je suis épuisée comme si je n’avais ni dormi ni mangé depuis des mois. Je fais un marathon que je n’ai pas choisi de faire, et je suis de moins en moins convaincue de voir le fil d’arrivée.

Tes insultes usent mon cœur de maman. Une laine d’acier trempée dans le vinaigre qui repasse sans arrêt sur mon cœur jusqu’à le faire saigner ou jusqu’à le rendre lisse et incapable de réagir. Tes menaces ruinent mon énergie vitale. Elles lui font faire un tour dans le tordeur et en essorent jusqu’au dernier sourire possible. Exit, l’espoir.

Ma tête pense aux options pour t’aider, mon Tiloup d’amour. Plus d’exercices physiques, rencontres de psy, art-thérapie, traitement de reiki, cours de karaté, petit tour chez ton médecin. J’ai même pensé demander à un policier de t’expliquer que les menaces de mort sont illégales, parce que moi, tu ne me crois pas. Dans mes fantasmes, je m’imagine m’enfuir dans une grotte lointaine (ou dans un spa caché sur une île déserte) le temps que ça passe. Mais je sais bien que tu as besoin de moi pour traverser cette période de souffrance intérieure. Je suis là, mais je ne suis pas à mon meilleur. Moi aussi, j’ai besoin de toi pour traverser cette tornade.

Nathalie Courcy

Quand ça fait mal

Je t'avertis d'avance, ce ne sera pas rose, même loin de là. Certa

Je t’avertis d’avance, ce ne sera pas rose, même loin de là. Certains vont juger. Plusieurs ne comprendront pas. J’espère juste pouvoir aider celles qui, comme moi, le vivent et essayer de faire comprendre aux autres comment cette personne peut se sentir.

Imagines que la personne que tu aimes le plus au monde te frappe, te hurle dessus, plusieurs fois par jour. Imagines ce que tu ressentirais.

Ça fait mal. Tellement mal de se faire rejeter ainsi par la personne que l’on aime le plus.

Et puis vient cette rage, à force de se faire frapper, de se faire crier dessus. Ça donne envie de fesser aussi. Ça vient te chercher tellement profondément (de ne pas s’être défendue depuis si longtemps, d’avoir juste enduré), qu’un moment donné, tu exploses et tu as juste envie de riposter.

Bien sûr, si cette personne est un autre adulte, tu as le choix de fuir ou de te défendre, de donner des coups toi aussi, de lui hurler des insultes au visage.

Mais imagines que cette personne, c’est ton enfant. Tu ne peux pas fuir, tu ne peux pas le frapper!!! Sauf que ça ne fait pas moins mal à l’intérieur parce que c’est ton enfant, bien au contraire. Tu te tues à lui donner tout l’amour du monde, à faire tout ton possible pour aider ce petit être unique à grandir et en retour, tu reçois coup sur coup. Y’a de quoi devenir folle.

Alors tu demandes de l’aide, une aide qui au final ne vient pas parce que les gens qui ne l’ont pas vécu ne peuvent pas comprendre. Ton enfant a toujours l’air d’un ange avec les autres parce qu’il n’y a qu’avec toi qu’il est comme ça, puisque c’est avec toi qu’il a ce lien de sécurité, de confiance. Jamais il n’oserait agir ainsi avec le voisin puisqu’il n’a pas l’amour absolu de ce dernier et que y’a des chances que ça ne passe pas avec lui. Selon eux, c’est toi le problème puisque c’est avec toi qu’il agit ainsi et qu’il est donc gentil avec les autres.

Tout ça, c’est sans parler de la culpabilité que tu ressens. Parce que tu as beau l’aimer, tu le détestes en même temps. Parce que tu as tant crié sur lui. Ce petit enfant que tu as aidé à grandir, à qui tu as donné tant d’amour te fait vivre un enfer. Tu as beau essayer, tu n’arrives plus à l’aimer de la même manière. Tu as juste envie qu’il disparaisse, qu’il n’ait jamais été là. Le lien est complètement brisé. C’est encore pire si ensuite tu as un bébé parfait qui ne demande aucune attention particulière. Un autre enfant qui est si doux comparé à lui. On ne doit jamais comparer nos enfants, mais on le fait quand même. Et malgré tous tes efforts, il n’y a rien qui change. Un jour, tu perds espoir.

À toi, la maman ou le papa, qui est à bout de force, qui lutte pour te sortir de cet enfer, j’aimerais te dire que tu n’es pas seul(e). J’aimerais te dire que plusieurs passent par là. Je n’ai malheureusement pas de truc miracle à te donner. J’en suis encore à essayer de me sortir la tête hors de l’eau. Tout ce que je peux faire, c’est te faire un gros câlin virtuel et te proposer ces deux ressources où tu trouveras peut-être des trucs miracles pour ton coco (ou ta cocotte) et toi. Il existe très certainement plusieurs autres options, mais il faut bien commencer quelque part. Aussi, fais appel à ton CLSC pour avoir de l’aide.

Mais n’oublies surtout pas, tu n’es pas seul! Demande de l’aide et surtout ACCEPTE l’aide qui t’est offerte!

Ressources

Projet Famille en Harmonie (Ateliers pour parents et consultations privées. Projet de Mitsiko Miller)
Formation parent-guide, parent-complice

La fois où j’ai retrouvé ma fille

Quand ma belle Cocotte est née, je m’attendais naïvement à revi

Quand ma belle Cocotte est née, je m’attendais naïvement à revivre la facilité expérimentée avec ma fille aînée : des sourires quotidiens, un bébé qui s’adapte à tout et à tous, des nuits de 13 heures dès l’âge de sept semaines. Mais non. Je me suis fait surprendre par un saut en bungee entre une dépendance intense et un refus total des contacts.

Au moment où Cocotte naissait, Papa préparait ses bagages pour plusieurs mois d’entraînement militaire et de mission afghane. Grande Peanut s’était fait mettre à la porte de sa garderie pour « conflit de personnalité » avec l’éducatrice. Je venais de terminer mes études et je n’avais rien devant moi.

Cocotte a absorbé tout ce qu’il y avait de négatif autour d’elle. Elle a passé quatre mois à pleurer (que dis-je ? À hurler!). C’est ce qu’on appelle un BABI, un bébé à besoins intenses. Son premier besoin s’appelait « Sécurité ».

Impossible pour moi de la promener ou de lui chanter des berceuses. Le mouvement et le bruit (ce qui incluait ma voix) l’irritaient. Même dans le porte-bébé, elle se trouvait trop loin de moi. Elle dormait dans mon pyjama, collée sur ma peau, épuisée. 24 heures par jour, je devais rester immobile et respirer le moins possible pour ne pas la réveiller. Pendant ce temps, sa grande sœur réclamait l’attention volée.

La première fois où j’ai vu ma Cocotte dormir ailleurs que dans mes bras, j’en ai presque pleuré. Je n’avais plus de larmes, alors j’ai simplement souri de soulagement. C’était la fin de l’été; elle était née au début du printemps. Je me disais qu’enfin, elle se sentait en sécurité. Mais non.

Pendant les années qui ont suivi, Cocotte a subi les agressions répétées de sa grande sœur. J’ai par la suite expérimenté les conflits fraternels « normaux » (mais oh! combien désagréables !). Je peux jurer que le traitement qu’elle réservait à ma Cocotte était hors norme. Heureusement, leur relation s’est adoucie. Merci aux psychologues et au temps!

Pendant des années, ma Cocotte traumatisée a refusé tout contact humain. Elle ne s’exprimait plus, elle grognait comme un lion enfermé dans une cage de gerboise. Elle griffait, mordait, se protégeait.

C’était pénible de donner le câlin du soir à mes trois autres enfants et de me faire fermer la porte au cœur par ma Cocotte. Je la savais si fragile… J’aurais voulu réparer son âme et son passé, mais dans ce domaine, la baguette magique n’existe pas.

J’ai dû me tenir loin, observer, à l’affût d’un signe d’ouverture. Un soir, ma sincérité de maman a parlé:

- Ma Cocotte, c’est pénible de ne pas te prendre dans mes bras. Tu me manques… J’aimerais te proposer quelque chose… On ne tolère pas que tu grognes sans arrêt. Tu n’es pas un animal.

– Mais oui, Maman, les humains sont des mammifères!

-Je te demande d’utiliser des mots. En échange, je vais faire d’énormes efforts pour ne pas entrer dans ta bulle. Je ne te toucherai pas et je ne te donnerai pas de bisous. Quand tu seras prête, tu reviendras vers moi. D’accord ?

Le contrat était scellé. Pas de poignée de main envahissante, seulement un silence qui contrastait avec les hurlements habituels.

Quelques mois plus tard, ma Cocotte a accepté que je m’assoie une minute au pied de son lit. Juste pour être près d’elle. Une autre journée, elle a « échappé » une caresse qui l’a prise par surprise. Un bisou, une sieste partagée, quelques confidences…

Petit à petit, elle s’est ouverte aux autres. J’ai maintenant droit à plusieurs « je t’aime » chaque jour, sans devoir la supplier.

Le plus bouleversant, c’est que Cocotte et Peanut se prennent au jeu de s’aimer et de se le montrer. Quand ça arrive, j’entends parfois le grognement d’un chaton qui voyage sur le dos d’un ronron. Quand ça arrive, je me dis que j’ai retrouvé mes filles. Et elles, ELLES se sont enfin trouvées.

 

Nathalie Courcy