Tag camp

De camps et d’amitiés – Texte : Nathalie Courcy

Au moment où plusieurs enfants amorcent leur été de camps de jour, je me revois, à neuf ans, dé

Au moment où plusieurs enfants amorcent leur été de camps de jour, je me revois, à neuf ans, débarquer dans mon premier camp. Un an après le décès de mon papa, ma maman prenait enfin une pause tout en nous permettant de vivre de magnifiques aventures en toute sécurité. Elle m’amenait dans un camp en pleine campagne, parfait paradis d’amitiés à naître et d’anecdotes à raconter.

Je revois mon bagage déposé sur le lit au milieu de plein d’autres lits. Je me souviens même de la gigue sonore des maringouins dans mes oreilles quand j’essayais de dormir. Et de la fois où je suis débarquée dans le dortoir des garçons parce que je m’étais perdue en revenant des toilettes dans le noir (il y a des choses qui ne changent pas, je suis encore pourrie en orientation, mais j’essaie d’éviter les toilettes des gars…)

Je ne partais qu’une semaine et pourtant, j’avais apporté du papier à lettres et des enveloppes préadressées. Un timbre de 32 sous collé au coin droit. Oui, le coût de la vie a pas mal augmenté depuis ! Et que dire des méthodes de communication… même si j’ose avouer que j’ai encore quelques correspondants traditionnels même en 2021 !

C’était une colonie de vacances axée sur le plein air, l’amitié, les bricolages, les chansons à répondre et les histoires de feux de camp. Rien de bien original, me direz-vous. Que de souvenirs j’y ai construits ! Que de nouvelles aptitudes j’y ai développées ! Rabaska, tir à l’arc, tir à la carabine, javelot, improvisation, équitation…

Mais j’y ai aussi découvert que les valeurs catholiques qui y étaient enseignées (ben oui ! Ça existait et ça existe encore, des camps à vocation religieuse, et je ne suis pas devenue crack pot pour autant) se mariaient à merveille avec les valeurs autochtones qui y étaient aussi mises de l’avant.

Au début du camp, les campeurs recevaient un bracelet sur lequel leurs bons comportements allaient permettre d’ajouter quatre billes :

P pour politesse

O pour obéissance

F pour franchise

S pour service.

On nous encourageait à être de bons petits POFS, bref, de bons citoyens. Je n’ai jamais réussi à avoir les quatre billes malgré mes quelques étés au camp (ça devait accrocher dans le coin du O…) et j’en suis encore bien déçue, mais j’ai appris qu’on avait le choix de bien ou de mal agir, et aussi qu’on n’était pas obligés d’être parfaits. C’est un pas pire apprentissage, à un si jeune âge !

Chaque été, des membres de la nation abénaquise d’Odanak, près de Nicolet, nous rendaient visite à quelques reprises. Nous dansions avec eux, nous écoutions les histoires de leur communauté, nous buvions leurs paroles, nous admirions leurs habits et goûtions à leur nourriture traditionnelle. Certains enfants de la réserve étaient aussi campeurs. Je ne me souviens plus, parmi mes amis, qui était Amérindien et qui ne l’était pas. Tout le monde était « pareil », dans le sens où tout le monde était différent sans qu’on en fasse de cas. Entre l’ami de Saint-François-du-Lac, l’ami d’Odanak et moi qui venais de Saint-Grégoire, il n’y avait pas de différences : on était tous là pour jouer, apprendre et manger des guimauves sur le feu.

Les Abénaquis qui participaient aux activités du camp n’étaient pas des artefacts de musées. Ils étaient des humains qui apportaient beaucoup à notre expérience. À neuf ans, c’était la première fois que je rencontrais des Autochtones, bien que j’aie moi-même des origines lointaines enracinées dans les Premières Nations. Dès l’année suivante, ils faisaient partie de notre vie, de notre quotidien de camp. Ils nous nourrissaient l’âme et l’esprit comme la cuisinière de la cafétéria nous nourrissait l’estomac.

Je n’ai jamais reçu toutes mes billes de POFS, mais chaque année, j’ai accumulé des souvenirs de camps. J’en garde la conviction que la cohabitation, l’ouverture du cœur et de l’esprit et le respect commencent tôt. Mélangeons-nous avec d’autres, intéressons-nous aux histoires des autres, partageons notre quotidien et nos repas : c’est le meilleur moyen de faire disparaître les différences et apparaître la diversité.

Nathalie Courcy

Mes apprentissages sur l’intégration au camp de jour

<span style="line-height: 107%; font-family: 'Times New Roman','seri

L’an dernier, mon bébé quittait la garderie en prévision de son aventure scolaire. L’été venu, nous avons décidé de l’inscrire au camp de jour de notre municipalité. Il avait quatre ans, cinq ans en septembre. Il était bien dégourdi et ayant une sœur de 18 mois son aînée, il avait grandi rapidement. Nous savions qu’il avait tous les outils pour bien s’adapter, mais il fallait être réalistes… il quittait le cocon douillet de sa garderie en milieu familial pour s’intégrer dans un camp de jour de 2000 enfants… Même moi, j’ai eu le souffle coupé le premier matin !

 

Voici un résumé de mes apprentissages qui pourraient vous être utiles !

 

Demandez à votre enfant de vous accompagner au moment de l’inscription ou au moment d’aller chercher le chandail de camp. De cette façon, il prendra contact avec les lieux et pourra voir les visages de certains moniteurs. En prime, vous aurez peut-être la chance qu’il croise un ami qu’il connaît déjà.

 

Saisissez les occasions pour en parler. Éviter les conversations formelles à la table de cuisine ! Ouvrez plutôt le sujet si vous passez devant l’immeuble ou si vous voyez des affiches dans la ville.

 

Si ce n’est pas votre premier enfant, ne laissez pas grand frère ou grande sœur se plaindre du camp de jour. Comme votre plus jeune n’a pas de point de référence pour se faire sa propre opinion, il aura tendance à croire la version de son aîné(e). L’opinion du plus vieux a beaucoup d’impact à cet âge.

 

Préparez-vous. Le camp de jour est une sorte de mini rentrée scolaire. Il faut s’habituer à une nouvelle routine et le contenu du sac change selon la programmation. Il faut prévoir le kit d’été : maillot de bain, serviette, crème solaire, bouteille d’eau… IDENTIFIEZ VOS EFFETS. Le camp de jour est un milieu propice à la disparition d’effets personnels. Les groupes se déplacent beaucoup, il est fort possible que votre enfant n’ait absolument aucune idée de l’endroit où pourrait être sa casquette !

 

Informez-vous sur les règlements et procédures. Des détails comme les horaires de service de garde, les lieux de rassemblement et la marche à suivre pour venir porter ou chercher votre enfant peuvent vous sauver bien du temps et vous éviter quelques irritants.

 

Le premier matin, donnez-vous du temps. Arrivez un peu plus tôt. Votre enfant risque de traîner du pied, de regarder partout ou comme le mien, de pleurer sa vie.

 

Prenez le temps de présenter votre enfant et d’échanger avec le moniteur (j’emploie le masculin, mais honnêtement, les filles sont en surnombre dans cet emploi !) Permettez-vous quelques infos sur votre enfant. Ok, le moniteur ne pourra pas se souvenir de tout ce que les parents lui donnent comme infos… mais allez-y avec les grandes lignes.

 

Évitez les soirées surchargées. Votre enfant sera complètement épuisé les premiers soirs. Le camp de jour est vraiment exigeant. Si vous le pouvez, prévoyez des routines simples au début.

 

Au retour, demandez-lui ce qu’il a aimé. Et s’il vous parle de son lunch, c’est ben correct ! Il est possible qu’il ne sache pas quoi vous dire. Son cerveau a dû traiter tellement de nouvelles informations ! En plus, s’il était un peu nerveux, il se souviendra davantage du sentiment vécu que de l’activité en soi.

 

Et message à vous, chers parents !

Je sais, ça peut faire peur de laisser ses enfants à des jeunes qui ont l’air d’adolescents et qui semblent avoir à leur charge un nombre d’enfants beaucoup trop élevé. Eh bien, tu découvriras probablement comme moi que ces jeunes sont pas mal plus efficaces qu’on peut le penser ! Plusieurs sont majeurs, conduisent leur voiture et vont au cégep ! Je ne peux pas parler pour le Québec, mais la majorité des municipalités sont bien organisées et sécuritaires. (J’ai dû montrer une pièce d’identité TOUS LES JOURS au moment d’aller chercher mes enfants en fin de journée !)

 

Donnez-vous le temps de vous adapter. Apprenez à faire confiance en l’autonomie de votre enfant et aux jeunes qui l’accompagnent chaque jour. Vous serez impressionnés de voir le développement de votre enfant !

Bon été !

 

Cristel Borduas

Youkaïdi… youkaïda!

La fin de l’année scolaire, ça vient aussi avec les voyages et l

La fin de l’année scolaire, ça vient aussi avec les voyages et les camps…

L’école en a encore décidé pour vous. Une année d’études et de travaux, ça mérite une récompense. Si vous êtes chanceux, vous n’aurez pas à payer les frais du voyage extrême. L’Asie ou tout autre endroit hors de tout budget raisonnable. Ces destinations exotiques, qui doivent obligatoirement accompagner une formation élitiste. Un programme international, ça le vaut, non?

Non!

Pour la majorité, ils partiront vers une ville plus rapprochée. New York, Boston, Toronto ou Ottawa. Plusieurs iront dans un camp de plein air. Comme c’est le cas de mon fils cette année.

Je prends la liste du matériel obligatoire. Je suis perplexe, j’ai confondu la région de Shawinigan pour… Bout-de-brousse creek, Australie. Un sac de couchage, un oreiller (avec taie), une couverture, une serviette, des bottes de pluie, etc. Une liste de 26 items obligatoires. Bien identifiés. Trois trucs facultatifs. Cinq objets prohibés, dont les très dangereux « crayons permanents »!

Ils ont le culot de demander que le tout entre dans un seul bagage. J’ai trouvé bien drôle, dans la file d’attente pour donner la présence, de voir un adolescent avec un sac à dos d’expédition himalayenne. Le tout dépassait de plus de trente centimètres sa tête de sherpa. Le dos bien courbé, il respectait la consigne.

Déjà, les bottes de pluie sont un cas problématique. Connaissez-vous plusieurs adolescents qui en portent? Vite, l’aller-retour à la grande surface, pour un achat qui ne sera utilisé, et encore, que pour cette seule occasion. Dernier item de coché.

Nous sommes prêts.

J’ai eu de la difficulté à fermer le tout. Je pense déjà à celle de mon fils. Je lui ai suggéré de demander à un ami de s’assoir dessus, pour comprimer un peu. J’espère qu’il s’en souviendra encore le dernier jour.

Comme parent, j’ai un gros malaise. Les activités de mes enfants, surtout quand elles coûtent autant, j’aimerais en avoir la pleine latitude. Sans gruger autant dans mon budget « vacances ». J’ai aussi une pensée pour les quelques enfants laissés derrière. Qui doivent sans doute se trouver bien des raisons; pour expliquer à leurs amis pourquoi, eux, ils resteront à l’école.

Je sais aussi ce qui nous fait sortir le chéquier, année après année. J’ai bien senti toute l’anticipation de mon fils. Depuis des mois. Son empressement à, même, aller magasiner les bottes de pluie. J’ai bien vu toute la joie du matin. Même s’il fallait se lever très tôt. Tout comme j’ai constaté celle de ses amis.

Je m’imagine, à son âge, passer deux nuits dans une immense salle commune. Dans un bâtiment à l’écart. Avec onze de mes amis d’école. Le bonheur. Des souvenirs qu’ils auront en commun, pour toujours. Ça, c’est tout ce qui compte.

Plus vieux, ils ne penseront jamais aux bottes de pluie inutilisées…

michel