Tag coeur d’enfant

Ils nous font vivre les plus belles années de notre vie.

Nous étions des adolescents. Nous voulions plus de pouvoir, plus de responsabilités, plus de liberté. Nous nous sentions comme des lions invincibles pris en cages… Nous avions si hâte d’avoir un réel pouvoir de décision sur nos propres vies, sur l’avenir. Nous sommes tous passés par cette période un peu sombre où notre corps changeait et pendant laquelle on se sentait totalement impuissants.

Puis, jeunes adultes, nous tentions de notre mieux de profiter de cette nouvelle liberté, tout en essayant de nous construire une vie réelle d’adulte. Nous nous sommes heurtés à ces nouvelles responsabilités, si lourdes à porter. Les changements d’emplois, le parcours universitaire, les soucis financiers, etc. On imaginait une grande période digne des années Peace and Love, mais on a vite frappé le mur de la réalité.

Maintenant, adultes assumés, nous sommes comblés par la vie. Nous avons choisi nos carrières. Nous avons appris à nous connaître et par‑dessus tout, à nous respecter nous‑mêmes dans nos choix. Nous avons exilé de nos vies les personnes toxiques pour choisir de rester avec celles qui nous font du bien. Nous avons mis au monde des petits êtres. Puis, nous avons compris. Compris la vie.

Nous regardons ces petits humains, créés avec tant d’amour. Ils grandissent, s’épanouissent et découvrent peu à peu qui ils sont. Nous sommes tous persuadés que nos enfants accompliront de grandes choses. Et pour l’instant, on profite d’eux, de leur présence. Ils nous font vivre les plus belles années de notre vie. Rien de moins.

Quand ils partiront vivre leur vie, nos grandes maisons seront tout à coup plus propres, mais tellement plus vides. Nos portefeuilles seront plus pleins, mais cela nous semblera tellement futile… Le temps aujourd’hui file à une vitesse folle. Quand nous serons vieux, ce même temps passera un grain de sable à la fois et nos longues journées seront bien calmes.

Le meilleur de nos vies, c’est maintenant. Avec nos enfants. Avec ces petits êtres qui n’ont encore aucun souci sur les épaules. Leurs rires, leur amour, leur magie, leur naïveté… C’est tellement ça, la vie. Je pense que l’on a commencé à vivre réellement le jour où on les a mis au monde. On a beau être allés à l’école pendant vingt ans, ce sont ces petits êtres qui nous apprennent ce qu’est la vie, et ce, chaque jour.

Alors nous devrions tenter d’en profiter au maximum. Profiter d’eux. Les dettes vont être encore là dans vingt ans. Le ménage sera encore à faire dans vingt ans. Mais dans vingt ans, nous n’aurons plus la chance de partager nos quotidiens avec eux. C’est notre vie d’adulte que l’on devrait mettre sur pause pour prendre le temps de vivre leur enfance avec eux.

Ils sauront nous réapprendre toutes ces petites choses que l’on a oubliées. Regarder voler un papillon comme si c’était magique. Jouer dans la piscine sans se soucier de la température. Faire des bulles et trouver que c’est la plus belle expérience scientifique au monde. Se balancer au parc comme si c’était possible de s’envoler. Courir au ralenti à la Tag pour donner une chance aux plus petits de nous toucher. Pis être content d’être la Tag… Ne pas vouloir dormir ni aller se laver, parce que ce sont des minutes de moins à jouer…

Il est plus que temps d’arrêter de perdre patience en essayant de les faire entrer dans notre horaire, dans nos vies d’adultes. Il est plus que temps de mettre nos cerveaux sur pause pour vivre la vraie vie avec eux et à travers leurs yeux. Parce que nos enfants nous font vivre les plus belles années de notre vie. Maintenant. Alors, allez en profiter.

Joanie Fournier

 

Je fais l’école à la maison… à mon enfant intérieur

Je fais l’école à la maison. En me lançant dans cette grande aventure, je savais d’ores et déjà que c’était la meilleure décision possible pour mes enfants à moi. Mais je n’avais pas réalisé sur le coup que ce n’était pas seulement pour mes deux garçons (et ma fille dans quelques années) que je faisais ce choix. Je n’avais pas réalisé qu’il y avait un quatrième enfant dans l’équation. Mon enfant intérieur…

Quand on devient parent, on dit souvent à quel point c’est merveilleux de redécouvrir le monde à travers les yeux de nos enfants. Être parent-éducateur (surtout en mode plutôt unschooling dans mon cas), c’est pareil. C’est redécouvrir le véritable plaisir d’apprendre. C’est reprendre le contrôle de notre éducation et réaliser que ça ne s’est jamais terminé, même après avoir quitté l’école. C’est comprendre enfin ce que nos profs voulaient dire quand ils disaient qu’on utilisait les mathématiques dans la vie de tous les jours. Spoiler alert : ils avaient raison!

Dans les dernières années, la petite fille qui est en moi a tellement trippé. Ensemble, on s’est émerveillées de la transformation d’une chenille de monarque en une fascinante chrysalide vert et or, puis en papillon magnifique qui a finalement pris son envol sous nos yeux ébahis. On a fait des expériences sur la glace, joué avec les couleurs et la lumière. On a exploré des forêts remplies des trésors de la nature et épluché des encyclopédies pour apprendre à reconnaître les différentes espèces de champignons. On a étudié le système solaire, le corps humain et le règne animal, pas avec des manuels fades, mais avec des projets interactifs et des livres superbes qui m’ont fait comprendre à quel point la vie est un miracle. On a collectionné des roches et découvert un fossile de coquillage. On a trouvé une mante religieuse, une chenille mauve qui aimait les fleurs de menthe, observé de près une chauve-souris qui s’était perdue dans notre maison… On a arpenté des villes à l’architecture magnifique et des sentiers recouverts de feuilles mortes, escaladé des montagnes, flotté en kayak sur des rivières. On a trouvé des grenouilles dans une mare, observé des couleuvres dans leur environnement naturel, nourri des oiseaux au creux de notre main. On a fait pousser de l’asclépiade pour nos monarques, des tournesols pour nos abeilles. On a pris soin de nos pissenlits et mangé des hémérocalles. On a pourchassé des montgolfières en vol et aidé l’équipage lors de son retour sur la terre ferme. On a dessiné des arcs-en-ciel. Beaucoup d’arcs-en-ciel!

Au contact de mes enfants, j’ai redécouvert mon amour de la langue française, au point de réaliser mon rêve de jeunesse et de devenir écrivaine. J’ai appris plus sur la géographie mondiale dans la dernière année que dans mon parcours scolaire en entier. Je me suis enfin octroyé le droit d’approfondir mon intérêt pour les plantes médicinales et leurs propriétés. J’ai appris à cultiver mon propre jardin potager et à manger le fruit de mon travail (ok, on en a encore beaucoup à apprendre de ce côté!). J’ai appris que j’aime apprendre, que j’aime me passionner pour un sujet et me laisser emporter par la frénésie qu’il suscite en moi. J’ai probablement emprunté plus de livres à la bibliothèque dans les dernières années que dans toute ma vie avant ça. J’ai joué à des tonnes de jeux plus stimulants les uns que les autres et j’ai réalisé à quel point on apprend à travers le jeu, et pas juste ceux qu’on dit « éducatifs ». J’ai réappris à me battre pour défendre mes droits.

Je me sens vivante, en évolution constante. Je me sens en paix. Parce que je nourris quotidiennement mon enfant intérieur, cette petite fille curieuse qui est toujours au fond de moi et qui a grandement souffert de mon passage obligé dans le monde adulte. Cette petite fille avide de liberté et d’aventures, que j’ai trop longtemps mise de côté pour jouer aux grands.

Que vos enfants soient à l’école ou à la maison, je vous souhaite de connecter avec vos enfants et de jouer. Jouer véritablement. Apprendre. Explorer.

Et croyez‑moi… Votre enfant intérieur vous en remerciera.

Karine Jetté

Où est mon cœur d’enfant ?

Depuis que je suis maman, j’ai réalisé que mon cœur d’enfant s’est enfui. Il ne m’a pas laissé d’indices de l’endroit où il se rendait. Je crois qu’il s’est bien caché.

Parfois, je trouve difficile de réaliser à quel point je suis ennuyante. Quand mon p’tit poulet me demande « Maman, viens jouer avec moi un tout petit peu », ma réponse tourne à la négative presque en tout temps. Je me trouve mille choses à faire autres que d’entrer dans le monde imaginaire des enfants. Comme faire la vaisselle, le ménage, dormir, m’écraser sur mon sofa, cellulaire à la main pour regarder Facebook sans arrêt sans savoir pourquoi. Surtout que le contenu ne change pas beaucoup. Je n’y trouve aucun plaisir. J’ai seulement l’impression que j’y suis accro sans trop savoir pourquoi. Avec ce même objet, je « m’amuse » à nourrir des vaches, à récolter du maïs dans une ferme virtuelle. Alors, pouvez-vous bien me dire pourquoi je suis incapable d’animer un cochon de plastique à la maison pour faire plaisir à mon garçon de trois ans ? Définitivement, ce n’est pas logique.

Je le sais que mes priorités ne sont pas au bon endroit. D’ailleurs, je me sens coupable chaque fois que je dis non. Mais, quand je m’assois pour jouer, je fige. Je n’embarque pas dans la game. Si je décide que je joue un peu avec les enfants, bien après deux minutes, je retourne vaquer à mes activités. Je n’espère pas jouer 24 heures sur 24 avec eux, car il est également bon de développer leur imagination en passant un peu de temps seul avec eux‑mêmes. Il faudrait simplement que je dose mieux le temps de jeu seul et celui avec maman.

Heureusement, le papa est formidable. Je confirme que lui, son cœur d’enfant est bien présent. Je vous l’avoue ici, je l’envie énormément. Avec lui, ça ne prend pas de temps pour qu’une ville de Playmobil prenne vie dans le sous-sol ou qu’une partie de hockey ait lieu avec intensité. Les yeux des enfants brillent quand il est assis avec eux.

Je ne sais pas quelles sont les barrières qui m’empêchent de redevenir une enfant pour un instant. Je ne sais pas pourquoi, je suis toujours mal à l’aise quand je joue. J’aimerais tellement retrouver mon cœur d’enfant. L’avez-vous vu ?

Karine Larouche

Mon corps de petite vieille

Dans quelques mois, je plongerai dans la quarantaine. L’âge où même tes amis de trente-neuf ans et trois quarts se moquent de ton âge vénérable. L’âge où ceux qui ont dépassé le fatidique demi-siècle t’envient et te traitent gentiment de tite jeunesse. Et mon corps, lui, qu’est-ce qu’il en dit? Qu’est-ce qu’il me dit?

Je n’ai jamais été portée vers le sport, mais je me suis quand même toujours gardée assez en forme. Je peux vivre sans alcool ni croustilles pendant des années sans que ça me manque. J’ai le dentier sucré sur les bords, mais je me contrôle la plupart du temps. Je ne fume ni pot ni nicotine. Avec les années et la pratique, je gère de mieux en mieux mon stress, j’exprime de mieux en mieux mes émotions. Vaut mieux laisser sortir le méchant avant que ça pourrisse par en dedans, n’est-ce pas?

Alors pourquoi, donc, j’entends mon corps me crier de plus en plus souvent des « Ayoye! », des « Outch! » et des « Crack! »? Ben oui, c’est l’âge! Sais ben! Mon métabolisme qui m’a toujours si bien servie m’a lâchée en cours de route. Selon les chartes, mon IMC me dit que je suis obèse. Je ne me sens pas comme ça, mais c’est clair que je rentre moins dans mes jeans. Alors là, la médame fait plus attention et retourne à ses racines « À go, on mange bien ».

Après deux ans à avoir mal au cou et à la tête 360 jours par année, j’ai à peine eu le temps de célébrer mes retrouvailles avec une vie sans douleurs (merci, chiro, ostéo, masso et médito!). Et outch! Fascite plantaire, genou qui fout le camp, kyste au poignet, alouette! Mais la bonne nouvelle, c’est que je ne suis toujours pas attaquée par l’arthrose, l’ostéoporose ou les cellules cancéreuses. À peine par les cheveux blancs et les rides.

Ok, ok. Mon corps me dit qu’il est temps que je me fasse à l’idée que… que… que je vieillis comme tout le monde? Que la gravité est plus puissante que ma volonté? Que ça me prendra un peu plus d’efforts et de temps investi pour protéger mon corps du temps qui passe et qui ramasse.

Heureusement que dans mon corps de petite vieille, il y a une âme d’enfant, un soupçon de rébellion d’ado et la drive d’une jeune adulte. Et peut-être, parfois, la sagesse d’une vieille âme. Si on passe tout ça au mélangeur, ça finit par me garder jeune et par me garder moi.