Tag famille

Quand Bébé disparu fait partie de la famille… (Texte : Valérie Marcoux)

<img class="alignnone size-medium wp-image-20629" src="https://maikadesnoyers.com/wp-content/uploads

Zachary fait partie de nos vies. Nous en parlons tous les jours à la maison. J’évoque ma grossesse avec mes proches, je ne veux pas de malaises. Nous sommes fiers de dire que nous avons 3 garçons. Pour nous, il a fait partie de notre vie pendant 37 semaines.

Pour certains qui m’ont peu vue enceinte (merci COVID…) et parce qu’ils n’ont pas connu Zachary, c’est moins concret… ils réalisent moins qu’il a pourtant existé…

Pour d’autres, Zachary fait partie de la famille au même titre que Samuel et Jérémy. Quand ma tante nous a proposé de faire des cabanes d’oiseaux pour chaque petit enfant au chalet, c’était évident pour elle qu’on allait en faire une à Zachary. Ça allait de soi.

Vous dire le bien que ça m’a fait. Je n’ai pas eu besoin de le lui faire penser. Ça ne venait pas de moi. Quelqu’un d’autre l’incluait dans la famille, dans ma famille. Quelqu’un d’autre reconnaissait que je n’avais pas deux, mais bien trois enfants. Sans malaise, pas juste pour me faire plaisir. Parce que c’est comme ça. Point.

Ce fut une activité merveilleuse ! Tabliers, pinceaux, peintures, cabanes en bois… Les enfants étaient heureux et moi aussi ! J’ai peinturé la cabane de Zachary avec les couleurs qui me font penser à lui… Les garçons m’ont aidée. Nous avons écrit son nom. Nous avons parlé de lui. Nous avons ri, jasé. C’était simple, c’était parfait !

Aux proches de par’anges, n’oubliez pas d’inclure le bébé absent lorsque c’est possible. Ce ne sera pas nécessairement triste ou malaisant… Au contraire, ce sera seulement une belle preuve d’amour et de soutien.

Valérie Marcoux

 

Une journée chez Ara Féria! Texte: Caroline Lortie

Samedi dernier, mes trois cocos (3, 9 et 12 ans) ainsi que leur père et moi avons passé une après

Samedi dernier, mes trois cocos (3, 9 et 12 ans) ainsi que leur père et moi avons passé une après-midi extraordinaire!

Invités par le nouveau parc thématique, Ara Féria, à Saint-Calixte dans Lanaudière, nous ne savions pas du tout à quoi nous attendre.

Surprise en arrivant : le stationnement est bondé et plein de familles avec le sourire aux lèvres sortent de l’endroit. Ma plus jeune ayant vu les jeux gonflables de loin avant même d’entrer sur le site, elle était déjà complètement vendue!

À l’entrée, on nous remet nos bracelets ainsi qu’une carte du site. Ouf! On aurait dû arriver plus tôt! Il est vrai que nous avons pris le temps de dîner sur la route, ne sachant pas qu’il y avait un restaurant style casse-croûte dans le parc ainsi qu’un bar!

Je n’énumérerai pas toutes les activités ici puisque je vous laisse la surprise de les découvrir par vous-mêmes, mais juste vous dire que TOUTES les activités sur le site sont gratuites! Des dizaines et des dizaines de jeux gonflables autant pour les minis-minis que pour les jeunes ados, une tyrolienne assez impressionnante, des spectacles de magie, un labyrinthe étourdissant, un terrain de volleyball, un tic-tac-toe version basketball, un miniputt, une piste de go-kart, une aire de cirque, un kiosque d’arc à flèches… et tellement d’autres! Honnêtement, on ne savait plus où donner de la tête… Notre petit 3 heures n’a pas été assez long pour combler tous les désirs d’essayer tous les jeux comme on aurait voulu.

MAIS, notre summum a vraiment été la course extrême… Une jolie balade en forêt dans un sentier balisé, avec des obstacles comme dans l’armée, qui peut être toute douce comme nous avons fait avec notre troizan, mais qui peut aussi être extrême à la course comme l’ont fait nos plus vieux.

D’habitude, nos sorties en famille finissent en chicane… malheureusement… Ceux qui vivent avec des enfants avec un fort caractère savent de quoi je parle… Par contre, samedi dernier, nous sommes sortis les cinq de Ara Feria avec un immense sourire aux lèvres, une belle citrouille décorée, les mains amochées un peu (faut dire que la petite voulait suivre sa grande sœur dans la course…), la tête remplie de beaux souvenirs et un tas de choses à raconter lundi matin à l’école!

Bref, Ara Féria, c’est testé et approuvé par les 3 à 45 ans!

 

Week-ends des 1er et 2 octobre et des 8 et 9 octobre

https://www.ara-feria.com/

Adresse : 50 rue du Lieutenant Ingall, Saint-Calixte, Qc J0K 1Z0

Téléphone : 450 205-1060

 

Caroline Lortie

Ton tourbillon qui me terrorise – Texte: Eva Staire

Je ne suis pas à l’aise avec les mots. J

Je ne suis pas à l’aise avec les mots. J’ai été élevée dans une famille où il fallait sourire tout le temps et avoir l’air heureux. Peu importe que ce soit vrai. Épater la galerie et avoir l’air d’une famille épanouie. J’ai toujours été le mouton noir de la famille, celle qui crie, qui proteste et qui s’oppose, au grand désespoir de mes parents. Mais même si j’ai appris à m’affirmer, je reste tellement maladroite avec les mots… Écrire pour moi, c’est facile. Mais parler de mes sentiments dans la vraie vie, c’est toute autre chose… Je suis maladroite, impulsive et je dis souvent tout haut ce que je pense, sans tourner ma langue avant de parler…

Et je me retrouve aujourd’hui avec un dilemme. Parce que pour une fois, je suis paralysée par la peur et je n’ose pas parler. Je le vois que tu ne vas pas bien. Je te regarde dépérir depuis plusieurs mois et je ne sais pas quoi dire… Tu as perdu tellement de poids que tes joues se creusent et que ton teint faiblit de jour en jour. Mais de nos jours, ça ne se fait pas de parler du corps et du poids des autres. Alors comment je peux te dire que je m’inquiète pour ta santé ? Ta maigreur me fait peur et tu ne te ressembles plus. Je n’ai pas besoin que tu me dises que tu passes tes nuits dehors, à boire et à t’étourdir. Ça paraît dans tes yeux… La fatigue et les cernes ont envahi tes traits. T’as toujours aimé faire le party, mais pas à ce rythme effréné, et là non plus, je ne reconnais plus. J’ai peur que tu te perdes dans ce tourbillon.

Il y a tant de choses que j’aimerais te dire… mais les mots ne savent jamais comment s’organiser quand je suis face à toi. Je t’aime. Tu es important pour moi. Je veux faire partie de ta vie. Et j’ai si peur que tu m’en veuilles si je me mêle de ta vie. J’ai peur que tu te fâches, si je suis la seule à te dire la vérité. Tout le monde semble se taire, de peur de te froisser. Mais j’ai encore plus peur de te perdre que de te brasser…

Peut-être que tu t’es déjà perdu toi-même. Peut-être que tu ne te reconnais même pas dans ces lignes. Peut-être que tu penses que personne n’a rien remarqué. Peut-être que tu t’es même convaincu que tu vas bien, que tout ça est normal. Peut-être que tu continues de sourire, pour convaincre les autres que tu es heureux. Peut-être que tu continues ce manège depuis tellement longtemps que tu t’es presque convaincu toi-même…

Mais qu’est-ce que je suis censée faire ? Te regarder encore t’engouffrer dans ce tourbillon qui semble t’avaler ? Te regarder te noyer sans sauter ? Regarder ailleurs pendant que tu cales au fond ? J’ai peur pour toi. Ton regard trompe peut-être les gens qui te connaissent depuis peu, mais je te connais depuis trop longtemps pour être dupée. Tu n’as pas réussi à me convaincre, avec ton grand sourire figé, tes blagues et ton show. Je le vois dans tes yeux qu’il n’y a plus d’étincelle…

La vérité, c’est qu’on est plusieurs à s’inquiéter. Mais les autres ont appris à se taire et à sourire. Moi, je suis le mouton noir, tu te souviens ? Je suis incapable de me taire et de sourire. Je suis incapable de faire semblant que tout va bien. Je suis incapable de te regarder sombrer sans rien dire. Mais je ne sais pas comment m’y prendre.

J’ai envie de te crier de te réveiller de cette hypnose dans laquelle tu t’es plongée. J’ai envie de venir te cuisiner trois repas par jour, à des heures fixes, pour être certaine que tu manges. J’ai envie de venir te prendre dans mes bras. J’ai envie de vider tout ton alcool dans le lavabo. J’ai envie de rester à tes côtés, pour que tu dormes la nuit. Mais ça ne changerait rien. Parce que ces décisions doivent venir de toi. Et comme on t’a appris à sourire et te taire, je ne suis même pas certaine que tu ressentes toute la détresse que tes yeux hurlent.

J’ai envie que tu manges. Sainement. Avec équilibre. Des bonnes choses, de la scrap, en bonne compagnie et régulièrement. J’ai envie que tu dormes, une vraie nuit chaque nuit. Peut-être aussi que toi, tu n’as pas envie de tout ça… Peut-être que c’est moi qui juge alors que je ne le devrais pas. Peut-être que c’est moi qui dois encore, comme vous tous, apprendre à sourire et me taire.

Mais j’ai peur pour toi. Je suis terrorisée. J’ai peur que tu m’en veuilles terriblement de me mêler de ta vie. J’ai peur que tu penses que je te juge, comme si mes choix de vie valaient mieux que les tiens. J’ai peur que tu me tournes le dos, parce que tu penses bien aller. Mais tu sais de quoi j’ai encore plus peur ? J’ai peur de recevoir un coup de fil demain matin qui m’annonce que tu t’es enlevé la vie parce que tu n’en pouvais plus de sourire. J’ai peur de n’avoir rien dit pour t’en empêcher. J’ai peur de te perdre. Et je ne sais pas par où commencer pour te le dire…

Eva Staire

Les départs qui rassemblent – Texte : Karine Lamarche

Perdre quelqu’un qu’on aime, ça fait mal. Ça nous écorche. On encaisse le choc. On finit par

Perdre quelqu’un qu’on aime, ça fait mal. Ça nous écorche. On encaisse le choc. On finit par comprendre à quel point l’humain est complexe et que dans cette complexité existe une extraordinaire faculté : traverser le deuil, vivre avec notre peine et redevenir fonctionnel au quotidien. C’est complètement fou, mais c’est vrai.

Vient le redoutable moment du dernier au revoir, ce rassemblement : les funérailles. Ce moment malaisant où les accolades, les sanglots, les rires, parfois, les maladresses aussi, se côtoient. Et pourtant, aujourd’hui, avec la sagesse acquise au fil des ans peut-être, j’y ai vu beaucoup de beau.

Retrouver des cousins/cousines, des tantes, des oncles et se rappeler des souvenirs qui semblent si loin… Constater le chemin parcouru par certains. Réaliser qu’on a des intérêts communs avec d’autres et vouloir que le temps s’arrête afin de poursuivre de belles discussions.

Observer le soutien que tout un chacun s’apporte, au gré de la cérémonie. Trouver ça beau, simple, touchant.

Reprendre la route après une journée chargée d’émotions, le cœur triste d’avoir salué pour la dernière fois un être aimé, mais heureuse d’avoir renoué avec des humains extras.

Oui, il y a de ces départs qui rassemblent.

Merci, tante Claudette.

 

Karine Lamarche

 

Les pommes – Texte: Cynthia Bourget

L’automne est à nos portes et les activités automnales aussi. Une que j’adore aura bientôt li

L’automne est à nos portes et les activités automnales aussi. Une que j’adore aura bientôt lieu, un classique, un incontournable de l’automne. Un moment peu dispendieux en famille et qui nous crée plein de souvenirs à chaque coup, je parle bien sûr des pommes.

Les pommes, une sortie parmi les feuilles d’automne, de belles couleurs automnales, de beaux paysages. Une température agréable, rien de trop chaud ni de trop froid. Juste parfaite. Juste assez pour sortir la veste, la tuque et les mitaines dans les teintes d’orangés. Rien de trop lourd. Juste assez pour être confortable.

Les pommes, un classique de l’automne. Une sortie en famille avec les enfants et les grands-parents. Un évènement qui nous crée plein de souvenirs à partager. Les enfants qui courent à travers les pommiers en souriant et en riant, papa qui met bébé sur ses épaules pour atteindre les sommets des arbres, grand-maman qui tient la main du plus grand…

Les pommes, les activités connexes s’y reliant. La visite de la ferme. Prendre le train ou un tracteur pour monter vers les pommiers. Rencontrer les propriétaires qui partagent leur passion avec nous. Acheter des produits d’automne au kiosque de nourriture. Goûter au cidre de pomme ou aux pommes sucrées.

Les pommes, une occasion parfaite de prendre mille et une belles photos. Des photos des paysages, des photos des enfants cueillant tranquillement une pomme avec le sourire fendu jusqu’aux joues. Des photos d’un couple amoureux ou de la famille entière parmi les pommiers. Des photos qu’on exposera dans notre maison et qui nous rappelleront ces moments.

Les pommes, la compote, les tartes ou le pouding aux pommes. Cuisiner ensemble. Se partager nos recettes. Donner nos desserts au sein de la famille ou même à nos voisins. Se faire des réserves pour l’hiver, jusqu’à la prochaine saison où il nous sera possible de revivre cet incontournable et de se créer des souvenirs à nouveau.

Cynthia Bourget

 

 

« Maman, papa, on peut avoir un chien ? »  – Texte : Caroline Lortie

Badaboum. Vous étiez en train de boire tranquillement votre café, en regardant le journal du samed

Badaboum. Vous étiez en train de boire tranquillement votre café, en regardant le journal du samedi matin, bien tranquilles. Arrivés en courant du sous-sol, vos deux petits poussins vous lâchent LA bombe.
— Maman, papa, on peut avoir un chien ?
Silence. Vous vous regardez mutuellement, les yeux grands ouverts. Elle sort d’où cette idée ? Qui a mis ça dans leur tête ? Ils ne sont pas beaux dehors les oiseaux, les écureuils, les moustiques ? Ce n’est pas assez pour eux de jouer avec Médard, le chien de grand-maman, Bonzaï, le chat de la gardienne et de nourrir Microbe le poisson du propriétaire du dépanneur du coin ? Un chien ? Un chat ? Un hamster ? Dans NOTRE maison ? Qui va courir partout ? Détruire les cadres de portes ? Manger le divan ? Ramener des bestioles indésirables ? Laisser des bombes odorantes dans notre jardin ?
— Dites ouiiiiiiiiii ! On va s’en occuper tous les jours, vous n’aurez rien à faire !

Bon, time out. On le sait déjà, cette promesse, c’est de la frime. Ils ne le feront pas. Du moins, pas longtemps. MAIS je vous garantis que leur demande est légitime et que votre famille peut en tirer vraiment beaucoup de bénéfices.

Mais avant de dire oui, empruntez ! Oui, oui, vous avez bien lu ! Empruntez un animal ! Ou plutôt, babysittez un animal, parce que ce n’est pas un objet mais bel et bien un être vivant à part entière. Je suis certaine que dans votre entourage, il y a plusieurs animaux ! Vous verrez rapidement si le type de bête convient à votre famille. On s’entend qu’un cheval est un peu moins facile à garder dans un salon… Mais un lapin, une souris, une perruche ! Même un chien ! Plusieurs font garder leur toutou pendant les vacances estivales alors allez-y ! Leur maître va vous guider avec plaisir et si jamais ça dégénère, il reviendra très vite le récupérer !

Après ce séjour, vous pourrez faire le point avec votre progéniture. Quels ont été les points positifs ? Les points négatifs ? Est-ce que ce type d’animal est le bon pour votre famille ?

Quand on n’a jamais partagé son quotidien avec une petite bête (ou même grosse…), il est primordial de se poser les bonnes questions. Mais surtout, plus que tout, il est primordial de ne pas adopter ou acheter sur un coup de tête.

Un animal, c’est un être vivant et ce n’est pas fait pour toutes les familles !

Après cette deuxième étape du babysitting (on s’entend que la première étape a été la manigance de vos chers trésors), on va regarder ensemble quelles sont les questions à se poser avant l’adoption d’un animal. Le budget, les soins, le temps qu’on doit consacrer, etc. !

En attendant, finissez votre café en respirant !

Un animal, je vous le garantis, va apporter beaucoup de positif à votre famille si vous êtes faits pour en adopter un !

À + !

Caroline Lortie

La tendresse de l’allaitement — Texte : Jessica Archambault

Avertissement : L’allaitement est un sujet qui fait réagir. Je suis tout à fait consciente

Avertissement : L’allaitement est un sujet qui fait réagir. Je suis tout à fait consciente que ce n’est pas facile pour toutes. Bien que je prône l’allaitement, je considérerai toujours la santé mentale de la mère comme primordiale et à ne pas négliger dans les différents choix à faire dans sa maternité. Ce texte touche mon expérience bien personnelle.

Pour moi, l’allaitement est simplement naturel. Ce sont des moments précieux et doux avec mes enfants. Au-delà de les nourrir, c’est un puissant réconfort. J’ai l’impression d’être la maison de mon bébé. C’est drôlement dit, mais c’est vraiment le sentiment que j’ai. Lorsque mon bébé boit au sein, comme ses frères avant lui, je le sens apaisé, calme, serein. Je le sens en confiance et complètement abandonné. Il fait le plein de lait, mais aussi d’amour et de tendresse.

J’ai l’immense chance que ce soit facile pour moi. À mes deuxième et troisième bébés, j’ai pu faire des dons de lait à Héma-Québec pour aider de jeunes prématurés nés avant 32 semaines de grossesse. Les bienfaits sont nombreux et je suis heureuse d’avoir pu y contribuer. Je le nomme ici parce que ce n’est pas encore très connu. Je me dis que si ça peut donner envie à quelques mamans de faire de même, ça vaut le coup !

Même si je suis chanceuse dans mon expérience d’allaitement, ça reste un important don de soi. C’est exigeant, notre corps produit tout ce qu’il faut pour nourrir un autre être humain, ce n’est pas rien ! C’est donc aussi de nombreuses heures éveillées, parfois dans de drôles de positions, avoir faim et soif, gérer des canaux lactifères bloqués, peut-être même une mastite. Comme me disait Maïka, « on devrait chaque jour se dire qu’on est hot ! »

En sortie en famille au Centre des sciences, j’ai croisé une maman assise par terre dans un coin, allaitant son bébé. J’ai eu un sentiment de déjà-vu et le sourire que je lui ai fait valait un gros high-five !

Malgré les défis, je suis émotive à l’idée qu’un jour, ce sera terminé définitivement. Pour la première fois de ma vie de maman, je ne sais pas si mon bébé sera le dernier. Je n’ai toujours pas envie d’arrêter le dernier allaitement, ce boire avant le dodo où on s’arrête et se pose, bébé et moi. Peu importe l’intensité de la journée, nous partageons ce moment de douceur et de calme, seulement nous deux. Je crois que je l’apprécie autant que lui. Je m’ancre dans le présent, je savoure la douceur de mon bébé, je suis aussi apaisée.

Que ce soit la fin qui s’annonce bientôt ou que je vive une quatrième aventure d’allaitement, je sens que je vivrai un petit deuil lorsque ce sera terminé, car rien, pour moi, n’est comparable à ces instants de douceur.

Jessica Archambault

Le deuil de la famille rêvée — Texte : Stéphanie Dumas

Comme beaucoup de femmes, j’ai commencé à imaginer et à rêver de ma future famille très tôt

Comme beaucoup de femmes, j’ai commencé à imaginer et à rêver de ma future famille très tôt à l’adolescence.

Comme beaucoup, je me fixais un âge idéal pour mon premier enfant, pour l’achat de ma maison, etc. Je prévoyais avoir trois enfants avant d’atteindre 35 ans. Et mon premier assez tôt après mes études et l’achat de ma maison.

Mais que faire lorsque nos projets de famille ne se concrétisent pas ? Lorsque notre corps est « défectueux » et qu’il est impossible de tomber enceinte naturellement ? Encore pire, que faire lorsque notre corps n’est pas en mesure de mener une grossesse à terme et que les pertes s’accumulent ?

C’est un grand deuil à vivre lorsqu’on prend la difficile décision de fermer la porte à la maternité biologique de manière définitive. Il existe d’autres moyens de fonder une famille, mais tous ne désirent pas prendre un autre chemin.

Il est aussi surprenant de constater le manque de ressources pour accompagner les gens faisant face à cette épreuve ou à celle de la fausse couche.

C’est aussi encore un sujet tabou qui rend bien des gens inconfortables. Il peut même être presque impossible d’en discuter avec nos parents et nos amis ou membres de la famille proches. Nous avons pourtant besoin d’oreilles et même parfois d’épaules pour traverser cette épreuve.

Si vous vivez ce deuil, ne pensez pas que vous devez pleurer seulement lorsque les lumières sont fermées chez vous le soir venu. Ne fermez pas la porte définitivement si vous sentez un malaise avec certaines personnes, car d’autres seront prêts à vous écouter et à vous accompagner dans votre peine. C’est en mettant en lumière ce deuil que nous pourrons un jour espérer que ce ne soit plus tabou dans notre société.

Stéphanie Dumas

 

Le dragon-cracheur-de-feu – Texte : Solène Dussault

Depuis quelque temps, un dragon loge sous mon toit. Dès qu’il se lève le matin, tout couetté, i

Depuis quelque temps, un dragon loge sous mon toit. Dès qu’il se lève le matin, tout couetté, il me pulvérise de ses yeux rouges et vengeurs, l’air de dire « ah non, tu habites encore ici, toi ? ». Ce dragon a 15 ans et je n’ai pas vu venir le réveil de la bête.

C’est son été des grandes nouveautés, son été de tous les possibles. Il a commencé à travailler à l’épicerie du coin, c’est son premier emploi étudiant. Je suis bien heureuse pour lui, qu’il vive cette expérience enrichissante. Il apprend à servir des clients (oui servir, dans le sens de répondre à des besoins autres que les siens) et à faire des phrases de plus que deux mots. Il apprend à faire des demandes à un gérant (parce qu’à cet âge-là, il faut structurer sa pensée si on veut pouvoir se faire accorder quelques jours de congé. On ne peut pas juste grogner et marmonner). Mais le dragon en lui est irrité à la moindre contrariété : un autre employé ne fait pas les tâches comme il le devrait et il en râle toute la soirée parce que LUI, le dragon-fidèle-au-poste, fait bien son travail.

Et c’est aussi en ces lieux bénis qu’il a rencontré sa première flamme : une toute belle. SA première toute belle. C’est dans le vestiaire des employé.e.s qu’ils se sont embrassés pour la première fois. Voir son visage, quand il s’est assis dans l’auto qu’il m’a dit « Maman, je l’ai embrassée !!! ». Ça valait tour l’or du monde. J’étais heureuse et fière qu’il me partage ce moment d’intimité. Il n’était pas obligé de me faire cette confidence l’ado-dragon.

Mais voilà que cette nouveauté dans sa vie l’a transformé. Il est passé de l’enfant docile à JE-VEUX-VIVRE-MA-VIE-ET-PRENDRE-DES-DÉCISIONS. Il veut décider des journées où il la voit. Il veut décider de l’heure à laquelle je dois aller le reconduire à leur lieu de rencontre. Il veut prendre des décisions avec elle. Il veut partir de chez moi, il a tellllllement hâte de vivre sa vie. Sa diarrhée verbale déferle sur moi sans fin. Il me fait monter de force dans le manège des montagnes russes.

Assis au comptoir de l’îlot de cuisine, il me lance ses flèches piquantes. Il me crache qu’il est tanné que je décide pour lui. Il veut être autonome, il veut se péter le nez tout seul en vivant ses expériences lui-même. Il veut décider de son heure de retour à la maison. Il veut TOUT TOUT TOUT…

En quelques jours, son feu intérieur a brûlé les traces de son enfance pas si lointaine. Il voulait encore que j’aille dans sa chambre lui dire « Bonne nuit ». Il dormait encore la porte de sa chambre ouverte. Il acceptait encore de m’accompagner dans certains magasins. Cette époque est révolue. Mais lorsqu’il peut encore tirer des bénéfices de sa mère, le dragon peut être futé. Il aimerait bien que je lui fasse cuire ses rôties, que je prépare son lunch, que je fasse le taxi. Bref, que je continue à lui donner ma chemise malgré son air bête et les cornes qui lui sont poussées.

Et là, un moment donné, la mère bienveillante et compréhensive en moi le « call » pour une rencontre au sommet. Je m’assois à la table de la cuisine avec une feuille de cartable et un stylo. Il SAIT. Lorsque je m’installe avec mes outils de mère-qui-veut-trouver-des-solutions, il sait qu’il ne gagnera pas et qu’il devra collaborer. Il déplie son long corps, évacue quelques respirations par ses narines fumantes, se lève avec un écouteur Air-pod à l’oreille et vient me rejoindre à la table en disant « Ah non, pas encore tes cr**** de feuilles ». Je me retiens pour ne pas partir à rire. Parce qu’à ce point, je suis déjà gagnante. Il s’est levé et est venu à ma rencontre. Avec un dragon, il faut y aller très lentement et lui donner l’impression qu’il décide.

Je commence mon bla-bla, lui demandant quels sont ses besoins. Il me jette un regard qui veut dire « Ben voyons toé, mes besoins, de kossé que tu veux dire ??? ». Et j’attends sans rien dire. Je suis calme et lui aussi. Je vous épargne le reste de la démarche ultra pédagogique. Il repart avec la feuille, sur laquelle j’ai écrit les quatre besoins qu’il m’a dictés. Et j’ai fait des beaux p’tits croquis pour qu’il comprenne des concepts de la vie. Mais il retient une chose de mon message on ne peut plus clair : il a 15 ans et aura une liberté de dragon de 15 ans dans un cadre d’amour fixé par les adultes de son entourage. Ce cadre de stabilité et d’ouverture y restera jusqu’à ses 18 ans. Que notre accompagnement ira ensuite en diminuant…

C’est le matin, le lendemain de ma rencontre au somment avec lui. Son aide-mémoire est dans sa chambre. Je ne sais pas s’il l’a chiffonné, déchiré, jeté. Je ne sais pas si à son réveil, l’ado-dragon se souviendra de notre discussion d’hier soir. Peut-être aura-t-il tout oublié ? Je répéterai avec plaisir. Mon dragon, je l’aime et je sais qu’un jour, il retournera se coucher dans sa grotte. Je me dirai alors que c’était une période de cauchemars vraiment nécessaire à son épanouissement et que je découvrirai un homme souriant, heureux, libre et en pleine possession de ses moyens.

 

Solène Dussault

Ton entrée à la maternelle – Texte : Roxane Larocque

Tu es arrivé sur terre il y a 5 ans. Notre premier travail d’équipe officiel. On apprenait déj

Tu es arrivé sur terre il y a 5 ans. Notre premier travail d’équipe officiel. On apprenait déjà à se connaître depuis 9 mois, chacun occupé à grandir, à devenir. Tu te transformais en humain, je me transformais en maman. Mais ce jour de ta naissance, c’était la première fois que tes yeux rencontraient les miens, ta peau gluante et chaude dans mes bras qui ne voulaient plus te quitter, nos deux regards dépassés par les événements qui se croisaient pour la première fois et qui se demandaient comment on allait se remettre de tout ça. Ton odeur de bébé tout neuf que je respirais profondément à travers tes petits cheveux tout fins.

Depuis ce jour, nous tissons notre relation, quelques mailles de travers à refaire, mais surtout bien du bonheur, de la douceur et de l’amour. On apprend à se défusionner, doucement, depuis ce jour où tu as quitté mon corps. Mon envie de retrouver mon corps, mon temps, mes esprits. Ton envie d’avoir plus d’autonomie, de découvrir le monde qui t’entoure et de partir à l’aventure loin de moi.

Comme il passe vite, le temps.

J’étais celle qui guérissait tous tes maux par ma seule présence, celle qui devinait tes besoins avant même que tu les nommes. Te voilà maintenant hors de cette période de survie depuis longtemps, à vouloir toujours plus de liberté, à réclamer ton intimité, à construire ton univers. C’est parfait, c’est ce que je nous souhaitais, c’est le cours normal de la vie. Mais il reste que mon cœur de maman est rempli d’émotions mélangées en ce moment, puisque tu es maintenant à la veille de ton entrée scolaire.

La fierté, celle de connaître de plus en plus ta belle âme, ton intelligence, ta douceur. La confiance, puisque je te sais prêt, mais aussi la peur, celle que tu sois blessé, que tu souffres, que tu aies mal.

C’est un grand saut vers la société que tu t’apprêtes à faire. Et cette société est un peu mal en point, faut le dire. Elle a bien besoin de vous, petits enfants pourtant déjà si sages. Allumés, près de vos émotions, criant notre vérité, celle que l’on ne veut pas toujours entendre.

Je vous souhaite, à tes copains de classe et toi, d’en apprendre plus sur qui vous êtes et non sur ce qu’on voudrait que vous soyez. Je vous souhaite de croiser sur votre route des enseignants qui vous aideront à garder votre unicité, vos talents, plutôt que d’essayer de vous conformer à des standards vides de sens. Je vous souhaite de recevoir suffisamment d’amour pour avoir envie d’en redonner partout autour de vous. J’espère que l’on verra qui vous êtes et non juste vos diagnostics, les réels et ceux qu’on invente quand on ne vous comprend pas. J’espère que ce milieu saura vous faire briller et non vous éteindre. Vous permettre de découvrir d’autres modes de pensées, d’autres façons de voir la vie. Je vous souhaite un milieu stimulant qui accepte vos souffrances plutôt que de vouloir les effacer.

Ton chemin sera unique. Il y aura des embûches, des défis, des moments difficiles, mais c’est à travers tout ça que tu découvriras tout ton potentiel. Ce que tu aimes, ce que tu détestes, les valeurs qui t’habitent. Et il aura nous, ta famille. Nous serons toujours là pour toi. Ta tribu, ton clan, ton refuge. À juste distance, en bienveillance.

Bonne rentrée scolaire !

 

Roxane Larocque

Maman/Caporale de l’armée – Texte: Joanie Fournier

Je suis consciente d’être une mère très sévère. Mes limites sont tr

Je suis consciente d’être une mère très sévère. Mes limites sont très claires, constantes et assumées. Quand je dis « non », je n’ai pas à le répéter deux fois, tout le monde sait que ce n’est pas négociable. Je vois bien que mes enfants ont plus de règles que les autres. L’heure du coucher est toujours fixe, peu importe la raison. Le temps d’écran est limité. Mes enfants font plusieurs tâches ménagères. Pour nous, c’est normal, ça a toujours été comme ça. Mais aux yeux des autres, on se fait souvent dire à la blague (mais pas tant à la blague que ça, finalement) que, chez nous, c’est l’armée. Quand je demande quelque chose aux enfants, ils le font.

En contrepartie, je n’ai qu’une parole.

Quand vient le temps de planifier nos vacances, tout le monde participe. Toutes les suggestions sont entendues et respectées. Et la plupart du temps, elles sont toutes acceptées. Ma fille me disait cette semaine que j’étais une mère qui dit « oui » à tout. Je lui ai répondu que c’est parce que leurs demandes sont raisonnables.

Nous allions en Ontario pour les vacances. La seule demande de ma plus jeune, pour tout l’été, c’était de pouvoir visiter la Tour du CN. Demande acceptée.

Durant l’été, mes enfants voulaient dépenser leurs sous, leur argent de poche. Et dans toute la période estivale, ils ont décidé d’acheter un paquet de gomme et deux crèmes glacées… Demande acceptée.

Pour sa fête, ma grande fille a demandé 15 minutes de plus en temps d’écran par jour. Demande acceptée.

Jamais mes enfants n’ont demandé des cadeaux de fête hors de prix ou démesurément gros. Ils sont extrêmement raisonnables, et responsables. Ils connaissent la valeur de l’argent et n’en abusent pas.

J’ai trouvé ça vraiment étonnant de la part de ma fille de me dire que je disais « oui » à tout… parce que dans ma tête, c’est tellement moi qui suis trop sévère. Je réalise qu’être sévère, ce n’est pas être autoritaire pour autant. Je suis sévère parce que mes limites sont claires et que je n’en démords pas. Mais je considère toutes les idées de mes enfants, on discute, on négocie, on fait tous des compromis. Les enfants, tout comme les adultes.

Ceci étant dit, mes enfants connaissent très bien le cadre dans lequel ils peuvent négocier. Ils peuvent décider de bien des choses durant la journée, mais jamais ils ne négocient l’heure du coucher. Ils peuvent décider d’aller où ils veulent en vélo, mais jamais sur la rue principale, et les vélos doivent être rangés dès qu’ils rentrent. Ils peuvent décider d’inviter tous les amis qu’ils veulent à la maison, mais ils doivent nettoyer avant et après leur visite. Il y a des choses qui ne sont pas négociables dans notre maison.

Aux yeux de plusieurs, je reste la mère trop sévère. Aux yeux de mes enfants, je suis une bonne maman, et ça me suffit. J’ai demandé à ma fille si elle ne préférerait pas plutôt avoir une mère qui la laisse se coucher plus tard, lui permet de manger des bonbons à la tonne, fait les tâches ménagères à sa place, etc. Et elle m’a répondu, très sûre d’elle : « Voyons maman! Non! Tu veux qu’on se couche tôt pour qu’on soit en forme le lendemain. Tu refuses qu’on mange des bonbons, pis on n’a jamais de caries non plus quand on va chez le dentiste. On fait des tâches, pis oui des fois c’est plate, mais ça fait qu’on fait plus attention au ménage après… Ce que tu nous demandes, c’est pour notre bien, pis c’est pour ça que t’es une bonne maman! ».

J’ai réalisé qu’au-delà des tâches, ils avaient tout compris, ces enfants… Ils ont déjà compris qu’on a tous besoin de limites dans la vie. Ils ont compris qu’on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans une société. Ils ont compris qu’être discipliné est une qualité précieuse pour l’avenir. Je vois aujourd’hui que tous les petits interdits nécessaires posés depuis des années portent fruit. Toutes ces années à avoir un cadre rigide, à être la mère qui impose ses limites, à passer pour celle qui est la caporale de l’armée… eh bien, ça paye aujourd’hui.

Je me suis souvent trouvée bien extraterrestre en me comparant aux autres parents. Mais ce n’est pas le regard de ces parents qui est important. Ce qui l’est, ce sont tous les apprentissages que nos enfants retiennent de cette éducation… Et en ce qui concerne ce dernier point, je considère que ma mission est accomplie.

Joanie Fournier