Tag hockey

Let’s go! Sports et famille

Le hockey a fait partie de nos discussions et sorties familiales pen

Le hockey a fait partie de nos discussions et sorties familiales pendant mon enfance et mon adolescence. Mon frère a joué dans les rangs mineurs atome (7-8 ans) à midget (17 ans). Grâce à lui, j’ai connu plusieurs arénas au Québec.

Il y avait aussi et il y a toujours, dans ma ville natale, un tournoi de hockey midget. Mes parents ont hébergé des joueurs pendant plusieurs années. J’étais toujours prête à les accueillir, surtout quand j’avais le même âge qu’eux.

Il y avait bien sûr la Soirée du hockey, un incontournable le samedi soir, surtout quand les Nordiques jouaient contre les Canadiens. Nilan contre Hunter. Ma mère qui prenait pour Québec et mon père pour le Canadien. Et moi, je riais, assise entre les deux.

Puis, j’ai eu mon fils. Quand il avait quatre ans, son père et moi l’avons initié au patinage. Antoine a aimé. Nous en étions très heureux. Dès l’année suivante, il était équipé pour jouer au hockey et nous commencions, alors qu’il était si jeune, à visiter les centres sportifs. Il demandait à être gardien de but. Ouf… quelle position ingrate, je me disais. Il gagne une game, ce sont les joueurs qui ont le mérite. L’équipe perd, c’est le gardien de but qui se fait taper dessus.

On a dû apprendre (Antoine et nous, les parents) à changer notre perspective pour pouvoir aider Antoine. « Si la rondelle est rendue à toi, c’est que les joueurs d’avant et de la défense n’ont pas fait leur job. Accepte ton erreur si tu as mal joué, et accepte aussi, quand la rondelle est entrée et que tu n’y pouvais rien. »

Il a travaillé très fort sur son attitude. Il acceptait parfois mal de se faire compter un but. Il a même reçu le trophée du joueur du match même si l’équipe avait perdu. Il avait goalé toute une game.

Il nous a fait vivre de grandes émotions, surtout lors des tournois et des séries de hockey. Lorsque son équipe a pratiqué avec les Canadiens de Montréal dans un Centre Bell rempli à craquer, en plus, il a fait un arrêt à la Carey Price. Quel arrêt! Je m’en souviens encore. Wow!

Ma fille Maude, ma petite timide, s’est pour sa part dépassée en natation. Elle a fait grandir sa confiance en elle pendant les années où elle a fait des compétitions dans les différentes piscines du Québec. Elle était magnifique à voir nager. La brasse était sa nage de prédilection.

Je me souviens d’une compétition à Victoriaville. Elle était novice et devait se classer dans le niveau provincial développement afin de pouvoir compétitionner à Montréal où aurait lieu le championnat mondial de natation l’été suivant.

Elle devait nager dans des temps records dans deux styles de nages pour atteindre son objectif. Malheureusement, elle a manqué ces deux nages par quelques dixièmes de secondes. C’était la débandade totale. Fâchée, triste, frustrée. J’avais le goût de pleurer avec elle. Je ne savais plus trop quoi dire pour la consoler. Mais… il restait une compétition pour se reprendre.

On s’est relevées. On a travaillé sur la solution. Maude a pratiqué fort pour corriger ses erreurs.

La compétition tant attendue est arrivée. C’est dans la piscine à Cowansville qu’elle a donné tout ce qu’elle avait et a dépassé le temps demandé. Elle a ainsi atteint son objectif ultime. Wow!

Voilà! Maude était à la piscine où auraient lieu les jeux mondiaux de natation.

Mes deux enfants ont dû, avec notre soutien, développer leur attitude, apprendre à se fixer des objectifs, croire en leur potentiel, persévérer, travailler fort et s’amuser.

Les bienfaits du sport sont immenses. Les enfants se développent physiquement et beaucoup psychologiquement. Ils apprennent à se dépasser pour atteindre un objectif. À communiquer avec le coach et les coéquipiers. Ils ont appris à travailler en équipe. On gagne et on perd aussi en équipe. De belles valeurs qui sont enseignées dans un autre contexte que le milieu familial.

J’ai fait aussi quelques activités physiques étant très jeune : gymnastique, ballet classique et bien sûr, dans les cours d’éducation physique. Je n’étais pas axée sur la performance et ça n’a pas changé, mais je voulais plutôt garder une bonne forme physique. La santé est pour moi très importante.

Je fais du sport plus régulièrement depuis un an et rien ne peut aider davantage à remonter le moral, à avoir une meilleure concentration, à avoir un meilleur sommeil que lorsque je viens de pratiquer une activité physique.

Ce n’est pas le nombre de fois que tu tombes qui est important, mais le nombre fois que tu te relèves. Quel sport aimes-tu faire? Vas-y!

Participez à la communauté familiale la plus branchée

                                             *Reçus d’assurance disponibles

                                           Linda Cusson Coach, auteure et conférencière

                                           Services aux familles à domicile, skype/téléphone

                                           Service aux éducatrices

                                           450-522-2872

                                                    linda@parentsbranches.com

                                                     www.parentsbranches.com

 

Hockey, Politique et Nuits torrides

C'est bien connu, y'a des choses dont tu parles pas au souper, de pe

C’est bien connu, y’a des choses dont tu parles pas au souper, de peur que la chicane pogne. Tu parles pas de hockey à moins que le CH trône au sommet du classement sous peine d’avoir à faire un Fernand de toi-même et sortir les statistiques les plus glorieuses pour défendre la Sainte-Flanelle devant tout ceux qui ne partagent pas ton avis. Tu parles pas de tes habitudes sexuelles débridées parce que, bon, de un, ça ne se fait pas et de deux, ça serait bien difficile de regarder grand-maman dans les yeux, entre deux bouchées de patates pilées, après l’avoir entendue raconter toutes les nuits torrides qui ont meublé sa vie jusqu’à maintenant. Tu parles pas non plus de politique, han? Mais pourquoi, donc? Parce que c’est un terrain glissant et puis que ça te tente pas de t’obstiner avec le beau-frère pour une millième fois sur les pour et les contres de l’éventuelle séparation du Québec ou plutôt, sur l’unification d’une province vers un pays? C’est correct, tsé. Moi non plus ça ne me le dit pas tellement de m’obstiner avec. Mais tes enfants, eux? Tu leur dis quoi sur l’heure du souper?

Les miens sont trop petits, trop jeunes pour comprendre. Mais dans quelques années, j’espère pouvoir profiter de ces moments, entre deux bouchées de patates pilées, pour jaser avec eux de leur avenir parce qu’après tout, l’avenir, ça veut pas seulement dire poursuivre des études supérieures et être propre de ta personne en brossant tes dents et en frottant derrière tes oreilles! L’avenir, le futur, il est assis devant toi au souper et il attend juste ça que tu déverses ton savoir infini sur lui. Et puis, même si ton savoir serait pas si infini que ça au niveau de la politique, les internet et les librairies débordent d’informations et d’explications… que vous pourriez même apprivoiser ensemble!

Les enfants nous entendent (duh) exprimer nos désaccords, nos angoisses, nos appréhensions et nos doutes vis-à-vis tel candidat, tel parti, telle élection! Parler de politique, ça fait souvent bailler, mais qu’en est-il des enjeux? N’est-ce pas une opportunité unique pour discuter avec nos enfants d’environnement, d’éducation, de santé? De leur faire voir le monde tel qu’il est, rempli de possibilité au bout de leurs petits doigts, de leur parler de ce que nos ancêtres ont bâti, pour nous, avant nous et de ce que nous pouvons faire pour améliorer les aspects de nos vies, en tant que société, en tant que communauté qui nous est chère? N’est-ce pas une occasion en or pour démontrer à nos jeunes que leur opinion compte et que leur voix sera entendue? Que voter n’est pas seulement un droit acquis, mais que dans un passé pas si lointain, les femmes ne pouvaient avoir leur nom sur la liste électorale?

Chez nous, ça parlait pas de nuits torrides, mais j’ai su qui était René Lévesque bien avant de pouvoir comprendre la grandeur du personnage. On dit souvent « si je pouvais voir le futur ». Hey bien tu le vois, il est là, la bouche pleine de patates pilées et toute la vie devant lui. Aide-le à comprendre et puis un jour, ton « futur » sera peut-être ton premier ministre.

On se calme dans les estrades !

Samedi matin, 5h20. Je me prépare en vingt minutes, temps alloué p

Samedi matin, 5h20. Je me prépare en vingt minutes, temps alloué pour une maman de trois enfants. Ensuite, vite à la cuisine pour faire cuire des œufs. Têtue que je suis, lorsque mes garçons jouent au hockey, ils doivent absolument manger des œufs! À croire qu’ils ne pourraient jouer aussi bien s’ils mangeaient une toast

Chez nous, c’est le hockey. Mais j’imagine que c’est assez semblable dans les autres disciplines. Mes garçons ont respectivement 4 et 7 ans et nous avons déjà rencontré de merveilleux parents crinqués comme si The Rock allait sauter dans le ring! Nous nous impliquons tous dans les sports que pratiquent nos enfants, mais à différents niveaux d’intensité.

Lors d’un tournoi, un père faisait faire des push up à son fils de 5 ans sur la glace. Résultat : un coach est venu le sortir de la glace et les autres parents présents en étaient complètement bouche bées…

Je ne suis pas là pour juger l’éducation que vous donnez à vos enfants, loin de là. Mais…WOH!! On respire par le nez s’il vous plait!! Laissons les enfants être des enfants! Il pense quoi ce monsieur? Que son fils va marquer 30 buts parce qu’il a fait des push up avant le match? Qu’un recruteur va venir le chercher?

Et si ce cher monsieur me voyait à 5h00 du matin cuisiner des œufs parce que je tiens à ce que mes fils mangent des protéines? Il dirait surement à son tour : WOH! On respire par le nez s’il vous plait!

Il faut décrocher, relaxer et s’amuser ! Mais c’est plus facile à dire qu’à faire! Nous vivons dans une société de performance. Il faut être plus productif, plus intelligent, plus fashion, plus TOUTE!

Est-ce que je pousse mes enfants à donner leur 110%? Oui! Est-ce que j’oblige mes enfants les matins où ils ne veulent pas y aller? Oui! Je crois personnellement que de mettre des obligations à nos enfants en bas âge, leur enseigne la persévérance.

Mon aîné n’a plus besoin d’être poussé. Il a tissé des liens et un sentiment d’appartenance s’est créé avec les autres joueurs. Pourtant, notre fils était loin d’être sportif. Plus jeune, c’était très pénible; il n’avait aucun intérêt. Nous avions choisi de l’inscrire une dernière année et si les choses ne changeaient pas, c’était fini. Et voilà qu’âgé de 7 ans, il voit le hockey dans sa soupe!

Mon plus jeune, lui, il a ça dans le sang! Sans aucun effort, du haut de ses 4 ans, il fait naturellement ce que son frère a mis des années à accomplir. Je me dois par contre d’être rigide envers lui. La facilité peut se transformer en paresse. Suis-je trop exigeante? Je ne crois pas, je veux simplement soutirer le plein potentiel de mes enfants et ceci dans toutes les sphères de leur vie. Une main de fer dans un gant de velours!

J’ai appris à me contrôler par contre! La maman hystérique dans l’estrade qui crie à pleins poumons… c’était bien moi! Lorsque mon fils a fait le premier but de sa vie, oui, j’ai pleuré! (Bon, j’étais enceinte comme pas deux! Les hormones dans le tapis!) Mais maintenant, j’ai appris à doser. Ce n’est pas parce que je crie comme une folle avec mes grosses mains en styromousse que mon fils va marquer plus de buts!

Je me suis imaginée mon fils, à 15 ans, avec sa vieille mère pompée comme un cheval de course dans les estrades… et j’ai eu honte pour lui! Je me suis mise à la place des entraineurs : entendre une maman crier à son fils les moindres mouvements qu’il doit faire durant la partie… et j’ai eu honte! Pourquoi faisais-je cela? Simplement parce que je voulais qu’il donne le meilleur de lui-même. Mais à la place, je lui montrais que sa mère n’était pas satisfaite. Ce qu’il faisait, ce n’était jamais assez.

J’ai appris. À chaque pratique, je me retiens pour le bien de mes enfants. Je suis leur fan numéro un et le serai à jamais. Je les encourage et leur dit combien je suis fière d’eux. Le rêve presque inacessible de devenir un athlète professionnel n’est pas le leur, du moins, pas pour le moment. Si cela le devient un jour, alors je serai à leurs côtés pour les guider, les aider.

En attendant, j’ai serré ma trompette et mes grosses mains de styromousse dans le placard. Je récite mes chansons de cheerleaders en silence, avec un léger pincement au cœur. Et comme tout parent de sportif je me dit secrètement : peut-être un jour…

S’équiper pour les sports d’hiver pour pas cher

Qu'on le veuille ou non, la saison froide est à nos portes! Oui, je sais... On ne veut pas trop y

Qu’on le veuille ou non, la saison froide est à nos portes! Oui, je sais… On ne veut pas trop y penser et profiter des derniers rayons de l’été! Mais si vous voulez avoir du choix, c’est le bon moment pour acheter ou renouveler vos équipements de sports d’hiver.

D’ailleurs, selon Santé Canada, les enfants devraient faire 60 minutes d’activité physique par jour. Pas toujours évident. D’autant plus que l’achat d’équipement sportif peut coûter très cher et que les enfants grandissent… Ce qui nous oblige à renouveler leur équipement année après année.

Heureusement, plusieurs boutiques spécialisées offrent la possibilité d’équiper toute la famille sans que ça coûte trop cher. Voici donc quelques bonnes adresses pour s’en tirer à bon prix !

La Poubelle du ski

L’une des plus connue est sans contredit La Poubelle du ski. Une institution située à Montréal sur le boulevard St-Laurent, tout près de l’autoroute métropolitaine, qui existe depuis 49 ans presqu’uniquement grâce au bouche-à-oreille.

Et surtout ne vous fiez pas au nom, n’y au chaos qui semble y régner quand on franchit la porte. On y trouve de l’équipement d’occasion de qualité et de l’équipement neuf à faible coût. Et le service y est des plus professionnel. Il peut y avoir jusqu’à une centaine d’employés sur le plancher les week-ends.

Voici quelques exemples de ce que on peut y acheter ou louer pour la saison :

Hockey : culotte, jambières, sac de transport, casque, épaulettes, coudes et gants. Neufs ou quasi-neuf. Environ 70$ pour une saison (reste à acheter protège-cou, bâton et suspensoir).

Patins : hockey, patinage artistique ou récréatif pour enfants et adultes. Entre 26$ et 46$ pour la saison incluant l’aiguisage.

Ski alpin et planche à neige : Bottes, fixations, skis, bâtons. Environ 100$ pour la saison incluant aiguisage des skis et mise au point.

Quand je vous dis qu’il font tout pour que vous alliez jouer dehors en hiver, ils offrent aussi :

  • La possibilité d’avoir un léger crédit pour votre équipement usagé.
  • Une assurance «poussée de croissance» : si votre enfant grandit durant la saison, il est possible d’échanger l’équipement gratuitement.
  • Assurance en cas de bris ou pour tout autre raison : Que ce soit brisé, trop grand ou trop petit ou parce que votre belle-mère n’aime pas la couleur… On vous l’échange gratuitement sans faire de chichis. 
  • La location avec option d’achat est aussi disponible : vous louez votre équipement pour la saison. Si vous l’aimez, vous pouvez l’acheter à la fin de l’hiver et on vous déduit le coût de la location.
  • On y offre aussi la location de raquettes et de skis de fond.
  • Vous allez en ski quelques jours ou seulement un week-end… La location à court terme est aussi disponible.

Sports aux Puces

Si vous habitez à l’extérieur de Montréal, les magasins Sports aux Puces seront vos meilleurs alliés. Il y a une vingtaine de magasins Sports aux puces à travers la province dont 12 dans la grande région métropolitaine (1 à St-Léonard et les 11 autres sur les rives nord et sud).

Comment ça fonctionne ? Vous pouvez apporter les équipement de sport que vous n’utilisez plus ou que vous voulez renouveler. On vous offre en échange un crédit que vous pouvez utiliser en magasin pour la location ou l’achat d’un autre équipement neuf ou usagé.

Voici quelques exemples de ce qu’on peut y trouver :

Hockey : neuf et de l’usagé disponible à moindre coût. Prévoir environ 250$ pour un équipement complet pour enfant incluant les patins.

Ski alpin : location équipement d’occasion pour enfant : entre 80$ et 120$.

Play it Again Sports

Autre concept similaire, Play it again Sports qui a deux succursales sur l’Île de Montréal. On déplore toutefois que leur site soit uniquement en anglais!

Sports Experts

Si vous tenez à ce que vos enfants aient un équipement de ski alpin neuf chaque année, les magasins Sports Experts offre un service d’achat / rachat pour le junior seulement. Vous achetez un équipement neuf que vous rapportez l’année suivante et pour lequel on vous donne un crédit applicable sur un nouvel équipement. Vous pourrez épargner ainsi plusieurs centaines de dollars par année !