Tag image

Miroir, miroir, dis-moi…

Depuis toujours, toi, Miroir, tu me joues des tours. Depuis toujours, l’image que tu m’envoies n’est pas à mon goût. Du plus loin que je me souvienne, regarder mon reflet n’a rien d’agréable. Je prendrais un peu plus de ci et un peu moins de ça. Et pourtant…

Quand je regarde les photos de moi, plus jeune, je me trouve magnifique. J’en conclus donc que c’est toi, cher Miroir, qui me rends la vie dure. À moins que ce soit ton ami, Pèse-personne. Là, je l’avoue, tout est déréglé. Le nombre inscrit sur le cadran est celui d’une grosse fille. Mais quand je m’attarde aux images du passé, je vois une belle fille. Que se passe-t-il ? Où est le problème ?

Dans mon magazine « Fille d’aujourd’hui », les filles sont minces, blondes avec des cheveux raides. Elles remplissent leur soutien-gorge beaucoup plus que moi. Toi, tu me renvoies l’image d’une brunette, frisée, avec des fesses. C’est bien confortable, mais ce n’est pas à la mode. Les pantalons sont toujours trop serrés pour moi, même ceux à ma taille. Je dois être grosse.

 

Un peu plus tard arrive le terme « poids santé ». Ça y est, ce que tu me montres depuis des années est confirmé par les experts. Ce n’est pas rien. Ils doivent bien le savoir. Je suis grosse. Alors, tu avais raison, mon cher. S’enchaînent donc régimes de toutes sortes et entraînements. Mais la conclusion demeure la même. Pèse-personne me dit toujours que je fais de l’embonpoint et toi, Miroir, tu m’envoies encore la même image.

Puis un jour, je suis devenue maman. Mon image a changé pour vrai. Ce n’est pas juste toi qui me joues des tours. Mon ventre a perdu sa fermeté, des lignes y sont apparues par dizaines. Quelques rides de souci ont commencé à tapisser mon front. Les filles des magazines aussi ont changé. On commence à parler d’un concept tout nouveau : la diversité corporelle. Mon regard envers moi-même s’adoucit. Pèse-personne ne fait plus partie de ma vie.

Aujourd’hui, à plus de 40 ans, je dois te l’avouer, je me trouve belle. Tu me renvoies l’image de mes taches, mes vergetures, mon petit surplus de poids, mes rides et mes cheveux blancs. Et tu sais quoi ? Je m’en fous ! Je me trouve belle comme je suis. Alors, Miroir, je dois avouer que je t’ai accusé à tort. Tu n’es pas le problème. C’est plutôt la société qui envoie depuis des années une image lisse de la femme. Offre mes excuses aussi à Pèse-personne qui n’y était pour rien lui non plus.

Maintenant maman de deux magnifiques adolescentes, je veux leur montrer l’exemple de l’acceptation de soi, que la beauté est dans la différence. La personnalité d’une personne la rend unique et magnifique. J’ai envie qu’elles n’attendent pas d’avoir 40 ans pour se trouver belles.

Heureusement, les temps changent et des femmes différentes sont représentées dans les diverses publications. J’ai espoir pour les filles qui grandissent. On a encore du chemin à faire, mais nous sommes sur la bonne voie. Vive la diversité corporelle !

 

 Nancy Pedneault

La perfection…

Toute cette histoire de perfection m’a frappée au visage un soir de semaine. J’arrivais au CPE de ma grande fille, dans le but évident de la ramener à la maison (ben oui, t’sais, je suis une mère-extraterrestre, mais j’ai toujours hâte d’aller retrouver mes enfants rapidement après le boulot). L’éducatrice me voit arriver, tout sourire, et me parle de la belle journée de ma grande. «Belle journée. Belle fille. Sage fille. Toujours sage… parfaite.»

Et là, ça me frappe. De plein fouet. Un coup de massue su’l’nez! Parfaite? Elle a quatre ans! Je ne veux pas qu’elle soit parfaite! Je veux qu’elle tombe, pour apprendre à se relever. Je veux qu’elle crie, pour apprendre à parler. Je veux qu’elle frappe, pour apprendre à câliner. Je veux qu’elle ait le droit d’être en colère, en colère noire. Attention, je lui souhaite tout le bonheur du monde. Mais un bonheur vrai, et senti. Un bonheur parsemé de petites colères, qui nous font simplement apprécier davantage les petites joies. CE genre de bonheur!

Et l’éducatrice restait là, devant mes grands yeux écarquillés et mon expression bouche bée (parce que je venais de recevoir un coup de massue, vous vous rappelez?) Elle ne semblait visiblement pas au courant de la cause de mon malaise… Alors elle continua. «Ben ouiiii… Elle est si parfaite cette enfant-là! On se demande bien de qui elle tient?!» Et, à ce commentaire rempli d’un fascinant mélange de jugement et de bonne volonté, elle ajoute un clin d’œil suggestif, me désignant comme l’exemple de perfection?!

J’ai réalisé à ce moment-là, et seulement à celui-ci, ce que je pouvais dégager comme maman. Il faut tout faire n’est-ce pas? Et d’un point de vue extérieur, c’est vrai que ça peut avoir l’air «parfait». Je remettrai donc les choses en perspective :

• De l’extérieur, j’ai une carrière florissante. La réalité, c’est que j’ai ouvert ma propre entreprise parce que je ne cadrais plus dans cette société où il fallait tout concilier. J’ai donc travaillé cinquante heures par semaine pendant des années. À la maison, certes, mais je vous jure que les journées semblaient parfois interminables. Aujourd’hui, j’ai un fabuleux poste à trente heures par semaine, et ça me convient par-fai-te-ment.

• De l’extérieur, j’ai suivi des formations pour rester toujours «au top»! La réalité, c’est que finir un baccalauréat, de soir et de fin de semaine, en travaillant cinquante heures par semaine, avec trois enfants de moins de cinq ans, c’est… suicidaire. Possible, mais suicidaire.

• De l’extérieur, j’ai un mariage inébranlable. La vérité, c’est que mon mari, je l’adore. Et que oui, on s’engueule. Oui, il dort parfois sur le divan. Oui, je fais des scènes monstres. Et que non, ce n’est pas facile tous les jours de rester soudés dans cette vie de fous!

• De l’extérieur, mes enfants sont si bien élevés ! La réalité, c’est que non, ça ne s’est pas fait tout seul, les élever. Et non, ce n’est pas non plus évident tous les jours (même avec les formations, t’sais!). Comme tous les enfants, les miens font des crises de bacon, me crient par la tête que je suis une mauvaise mère et refusent leur déjeuner parce que, t’sais, c’est pas la bonne couleur d’assiette ce matin-là. Je ne suis pas meilleure que personne.

Et le pire dans l’histoire, c’est que chacun d’entre nous dégage cette perfection, puisque l’herbe est toujours plus verte chez le voisin! Sinon, les réseaux sociaux n’auraient jamais eu autant de succès…

Là où je veux en venir, c’est que ça peut être agréable, voire flatteur, de sentir qu’on est l’idéal de quelqu’un. Mais là où le bât blesse, c’est que nos enfants aussi voient en nous cette image de perfection! Et j’ai réalisé ce jour-là que je refuse d’être une mère-parfaite. Pas juste aux yeux des autres. Aux yeux de ma fille. Je veux qu’elle me voie échouer et persévérer. Je veux qu’elle sache que la réussite n’est pas gratuite et qu’on n’obtient rien sans efforts. Je veux qu’elle entrevoie mes failles… et les siennes. Et je veux que ma fille sache qu’elle est humaine, et que si elle est parfaite, c’est bien dans toutes ses imperfections.

Je veux qu’elle se donne le droit d’être en colère et de le crier haut et fort. Je veux qu’elle se donne le droit d’être triste et de pleurer comme une madeleine. Je veux qu’elle se donne le droit d’échouer, sans se taper sur la tête indéfiniment. Je veux qu’elle vive sa vie à fond et sans regrets. Pas pour plaire aux autres, pas pour avoir une vie parfaite. Juste pour ressentir le bonheur, CE genre de bonheur.

Et je devrais sûrement écouter mes propres conseils, juste des fois.

 

Joanie Fournier

Vos enfants aiment-ils les policiers?

De nombreuses fois dans ma carrière de policier, j’ai vu ou entendu des parents dire des commentaires très douteux à leurs enfants à propos des policiers. J’ose espérer que la plupart de ces parents ne comprenaient pas l’importance de ce qu’ils disaient des policiers aux yeux de leurs enfants. Je suis loin de détenir la vérité et je n’ai aucun diplôme en éducation quelconque, mais je tenais quand même à vous parler de ce sujet en vous donnant quelques exemples.

Comme parents, nous savons tous qu’aux yeux de nos enfants, nous sommes des exemples et détenons la vérité. Nous pouvons leur faire croire n’importe quoi quand ils ont deux ou trois ans, ce qui est magnifique quand c’est le temps de leur raconter des histoires. Nous pouvons les émerveiller avec un rien et c’est aussi à nous de leur apprendre le bien et le mal, connaissance qui leur sera essentielle tout au long de leur vie. Voilà dans mon article où ça se gâte : l’apprentissage du bien et du mal. 

Il m’est arrivé de donner une contravention à un parent trop pressé le matin qui passait sur un STOP ou qui roulait un peu trop vite dans une zone scolaire. J’ai entendu à quelques reprises des adultes dire à leurs enfants devant moi : « Tu vois comment ils sont méchants les policiers? » ou encore me dire devant eux : « Gang de chiens sales, vous êtes là pour écœurer les honnêtes citoyens au lieu de les aider! »

J’ai aussi eu des demandes d’adultes qui voulaient discipliner leurs enfants à ne pas se détacher dans la voiture : « Pouvez-vous dire à mon enfant que s’ils se détachent pendant qu’on roule, vous pouvez l’emmener en prison? » ou encore « Vous allez le chicaner. »  J’ai aussi eu le droit à un « Si tu te détaches et que la police attrape papa, papa va aller en prison et tu resteras tout seul. »

J’ai même eu droit, lors de visite communautaire dans les parcs pour enfants, à des « Tiens les cochons, vous cherchez des tickets à donner? », tout cela devant les enfants qui glissaient et se balançaient, mais qui écoutaient également. Moi qui ne voulais qu’aller parler aux enfants et leur montrer la voiture de police.

Bref, des exemples comme ceux-là, la plupart des policiers que vous connaissez ou que vous pouvez rencontrer vous diront qu’ils en ont vécu.

Je me souviens également d’un dossier d’enfant disparu. Je tentais de rassurer la mère en lui disant qu’on inondait le secteur de véhicule patrouille et que son fils verrait tôt ou tard une voiture de police et qu’il irait leur dire qu’il est perdu. La maman tout à l’envers me dit qu’il n’ira jamais voir une voiture de police, car il a peur des policiers. Devinez pourquoi cet enfant avait peur des policiers!

Chers parents, vous êtes-vous déjà posé la question de l’image des policiers qu’ont vos enfants? Les enfants qui entendent des commentaires comme ceux cités plus haut à propos des policiers se font une image négative de la police. Ces enfants ne penseront jamais à contacter les policiers ou à aller rencontrer un policier s’ils sont en danger ou s’ils ont peur de quelque chose. NON, car vous avez décidé de créer cette image (volontairement ou, je le souhaite, involontairement).

Personnellement, je crois que généralement, les enfants sont fascinés par les policiers. À la base, ils les aiment. Je pense qu’ils doivent apprendre que nous sommes là pour les aider et qu’en cas de besoin, nous sommes les premières personnes qu’ils doivent aller voir et à qui ils peuvent faire confiance. J’adore quand les parents arrêtent voir l’auto-patrouille afin d’expliquer à leurs enfants ce qu’est un policier. Sachez que les patrouilleurs se feront un plaisir d’allumer les gyrophares et de leur faire entendre la sirène. J’aime quand les enfants voient une voiture de police passer et envoient la main aux policiers. Je pense que les parents de ces enfants vont gagner à long terme sur le comportement de leurs enfants.

Il y a des adolescents qui détestent les policiers sans aucune raison. Simplement parce que c’est la police et que les policiers sont les ennemis. Il y a également des adolescents qui adorent nous parler et nous remercient pour notre travail. Quel genre d’adolescents voulez-vous que vos enfants deviennent? C’est le temps d’y penser pendant qu’ils sont tout petits. Je ne pense pas que les simples commentaires négatifs des parents devant leurs jeunes enfants décident du genre d’adolescents qu’ils deviendront, mais pourquoi ne pas mettre les chances de notre côté? Loin de moi l’idée de vous dire comment élever vos enfants, mais je tenais quand même à sensibiliser certains d’entre vous qui n’auraient peut-être pas pensé aux conséquences de ces commentaires gratuits et inutiles.

Qu’en pensez-vous? Et vous, collègues, en avez-vous des histoires comme celle-là? 

 

Yan Bissonnette