Tag Justice

Je suis « La parfaite victime », et je m’en excuse. Sincèrement.

En juin dernier sortait en salle le documentaire La parfaite victime, un film de Monic Nér

En juin dernier sortait en salle le documentaire La parfaite victime, un film de Monic Néron et Émilie Perreault produit par Denise Robert. Ayant été victime de plusieurs agressions sexuelles dans ma vie, dont la première à quinze ans, j’ai pris plusieurs mois avant de l’écouter. J’étais moi‑même « dans le système » pour un événement datant de plus de deux ans. Va savoir si j’avais suffisamment cheminé pour être solide et ne pas décompenser.

En l’écoutant, j’ai pleuré. Fort. Des vraies larmes. J’ai supplié mon cœur de rester dans mon corps. Entendre et voir ces victimes sur mon écran m’était quasi insupportable. Je les comprenais trop bien, toutefois je ne comprenais pas la narration choisie. Le choix de ton. J’en suis encore bouleversée.

J’ai lu tous les commentaires publics à propos de ce film. Pour la majorité, des victimes envenimées, des menaces, des horreurs contre le système et contre les professionnels ayant accepté de faire ce film qui trouble, qui dérange. Mais peu osaient dire que le système les avait soutenus. Probablement par peur. Par honte. Je comprends, j’ai aussi souvent questionné mon cheminement, et le choix parfois douteux de têtes retenues pour l’écran, et je n’ai pas porté plainte pour mes agressions passées dans mon jeune temps, par honte, peur et découragement également. Mais je me sentais mal d’écouter ce documentaire qui me peignait alors comme la « parfaite victime », puisque le système avait été de mon côté. Mal d’avoir gagné ma cause. Mal d’être allée jusqu’au bout. Comme si ça avait été facile, comme processus, vu que j’avais gagné. Je me souviens, lors de la huitième écoute, m’être dit que je n’avais pas ma place aux côtés de ces hommes et femmes. J’aurais voulu les prendre dans mes bras et leur donner mon « coupable ». Du genre « prends mon verdict, j’vais garder la leucémie ».

Sous une publication de la page principale du film, une femme énonçait que si un jour ça lui arrivait, jamais elle n’irait porter plainte. C’était bien clair, elle était découragée des propos tenus, des statistiques. Ça aussi, je comprends. Parce qu’avoir visionné le film AVANT ma plainte, jamais je n’y serais allée.

Mais comme humain, mon devoir est de rester ouverte à ce que la vie m’amène. D’accepter ce qui est et de changer ce que je peux changer. C’est mon choix d’avancer dans la direction que je crois être juste. J’avoue que ce n’est pas toujours évident.

Dans mon histoire, j’ai vécu les deux côtés du système ; j’ai abandonné une plainte de viol parce que je trouvais injustes les répercussions sur mon amie (#pasbesoindamiecommeca) du temps, qui aurait pu empêcher mon viol, mais qui préférait commettre l’adultère dans la pièce d’à côté. Puis j’ai connu le processus traditionnel avec une enquêteuse et un procureur doux, attentionnés, compréhensifs mais surtout, humains. De le voir apparaître sur mon écran et de lire des commentaires haineux disant que le DPCP ne fait rien pour les victimes… j’pensais crever. La tête me tournait, j’avais la chair de poule. Parce qu’en grande, grande, grande partie sans mon procureur, je ne serais pas ici. Mes enfants n’auraient pu de mère.

Je me souviens exactement de la journée où j’ai dû aller au Palais de justice de Québec afin de remplir la déclaration sur les effets subis suite à cet événement. La fin approchait enfin. Je devais coucher sur papier tout ce que ça m’avait enlevé, coûté. Je l’ai fait en pleurant. Du début au point final, plusieurs pages plus tard.

Dans un élan de détermination et de courage, j’avais demandé à voir la salle où il avait plaidé coupable. Oui, après s’être présenté à mon domicile malgré le jugement qui l’en empêchait, il plaidait coupable, enfin.

J’avais besoin de voir où ça avait été « réglé ». Je l’ai vue dans les jours suivants, après avoir noirci tellement de feuilles avec des mots réfléchis et puissants sur lesquelles je lui souhaitais avec bienveillance de se réhabiliter. Mais que de mon côté, je devais avancer et lui laisser ça. Ça lui appartenait maintenant.

Je me souviens de la vague de violence qui m’avait transpercée au moment où j’ai su que ça ne leur avait pris que quatre minutes.

De quoi ?

Quatre minutes de comparution seulement. J’ai demandé l’enregistrement pour entendre de mes oreilles ces quatre minutes où il plaidait Coupable au chef d’accusation d’agression sexuelle.

Pour plusieurs victimes, juste l’idée de réentendre la voix de son agresseur est insupportable. Mais pour moi, il était fondamentalement crucial que je l’entende prononcer son aveu de culpabilité. C’était viscéral. Les tripes serrées et le cœur en morceaux, j’avais écouté le fichier audio, payé de ma poche, en boucle pendant des heures. En fait, je l’écoute encore, et j’ai le message de mon procureur dans ma boîte vocale.

Si ça prend ça pour avancer ? Je sais pas. Mais d’entendre de sa bouche que ça ne m’appartenait pas, ça valait de l’or. Je partagerai un jour avec vous la lettre lue en cour lors de la sentence. Je viens d’aller chercher l’audio, merci Bureau en gros de faire des transferts CD vers des clés USB. #presqueunedisquette.

J’ai fait un malaise avant de sortir du Palais de justice. Le constable m’a dit qu’il était là, que j’avais rien à craindre.

J’ai fait une crise d’angoisse dans le stationnement.

J’ai dû m’arrêter sur le chemin du retour pour vomir.

Je suis arrivée à la maison en ne voulant qu’une chose : une famille.

Toute la soirée, seule, j’ai essayé de ramasser les bouts de mon cœur brisé. Ce dont j’avais besoin ?

Qu’on me laisse pleurer en me flattant les cheveux.

Qu’on me dise que ce que j’ai vécu, c’est horrible.

Qu’on me laisse crier, ce que j’ai fait, habillée dans le bain, la rage au cœur.

Quatre minutes.

Ça en avait duré dix, y’a deux ans.

Dix minutes.

Deux ans.

Quatre minutes.

Mais j’ai gagné. Parce que j’ai choisi de faire confiance au système. Parce que j’ai dénoncé cet agresseur. J’ai entendu le « Oui, coupable » que je devais entendre et qui a résonné jusque dans mon âme. Si ça a été facile ? Non, c’est vrai que c’est long comme processus. Mais se guérir aussi. Tellement.

Si tu es victime d’agression sexuelle, reste pas dans le silence. Je suis là. Tu m’écris. Je vais te tenir la main pour aller porter plainte. Je vais te flatter les cheveux pendant que tu pleures et j’vais même ramasser ton vomi.

Mais reste pas seule. T’as le droit de te faire entendre, si tu le souhaites. Y’a des gens qui passent leur vie à le défier, le doute raisonnable. Y’a des gens qui sont là pour dire que ce que t’as vécu, c’est horrible. Et certains le font en toge.

Fais-toi le cadeau de la bienveillance. D’y croire. Parce que juste de porter plainte, c’est déjà se libérer de ce qui ne nous appartient pas.

K.

 

Si tu as été victime d’agression sexuelle, je partage avec toi quelques ressources à ta disposition. Je te rappelle que tu peux m’écrire, slide dans mes DM anytime, ok ?

https://www.quebec.ca/famille-et-soutien-aux-personnes/violences/agression-sexuelle-aide-ressources/organismes-d-aide-aux-victimes

 

 

 

 

 

La culture du viol, l’ombre de beaucoup de gens — Texte : Eva Staire

La culture du viol. Un terme qui nous colle à la peau même si on n

La culture du viol. Un terme qui nous colle à la peau même si on ne veut pas. Non. Quand on retrouve le mot viol, on s’éloigne. Ce n’est pas nous. Mais sais-tu réellement ce qu’est la culture du viol ? Tu y as probablement déjà pris part, sans trop le savoir. Notre société y contribue. Ton chum y contribue peut-être. Ta mère aussi. Ta sœur. Ton oncle.

La foulée de #metoo a pris d’assaut les réseaux sociaux ces dernières années. Non pas que j’adhère à cette manière de dénoncer les agresseurs, mais j’adhère au mouvement étant donné que notre système de justice est clairement défaillant dans ce domaine. Je ne donne pas raison à toutes les dénonciations. Non. Mais je ne juge pas. Si un homme ou une femme décide de parler de son agresseur et de le balancer publiquement, c’est parce que quelque part, la justice n’a pas été adéquate. Après ça, il faut faire quoi ? Se taire ? Vivre avec ce traumatisme, ces blessures difficiles à cicatriser ? Après tout, nous ne sommes que des victimes, aussi bien continuer à se victimiser et à vivre dans le silence pendant que notre agresseur nie et continue à vivre comme si de rien n’était. Dénoncer, c’est difficile. Beaucoup plus que tu ne peux le croire, si tu ne l’as jamais vécu. Et je te souhaite sincèrement de ne jamais avoir à le vivre. Mais souviens-toi que souvent dans la vie, il faut le vivre pour le comprendre.

Est‑ce que le mouvement conclut que 100 % des dénonciations sont véridiques ? Bien sûr que non. Il y a toujours des exceptions. Mais je le dis : des exceptions.

L’enseignante qui a abusé de son élève est si chaude. L’élève est si chanceux. « Hey, moi dans mon temps, si ma prof avait ressemblé à ça, je ne me serais pas plaint. » Ah non ? Si c’est ta fille de quinze ans qui a des relations sexuelles avec son tuteur de vingt-cinq ans, vas-tu avoir le même discours ? Tu participes activement à la culture du viol ! Tu adhères à un comportement qui banalise et transforme en plaisanteries les agressions sexuelles. Le corps des femmes n’est pas plus un objet destiné à assouvir les besoins des hommes. Pas plus ni moins que celui des hommes. Tes commentaires sexistes sur leur physique et leur habillement créent un climat complètement normatif pour les agresseurs. Comme si quelqu’un de sexy devait être toléré comme abuseur. Comme si une personne plus laide devait absolument être plus « dégueulasse » que le bel homme d’affaires dans son beau complet.

Quand tu te fais pénétrer, toucher, étrangler… contre ton gré, que la personne soit à ton goût ou non n’enlève absolument rien au geste ! Que la personne soit un de tes bons amis, ça non plus, ça n’excuse en rien ses agissements. Même chose si cette personne est ton conjoint ou ta conjointe. Si on ne doit pas porter plainte contre les pères et les mères de famille, les personnalités connues, les gens qui ont un bon métier, que nous reste‑t‑il ? Non, les bandits ne sont pas tous des pauvres. C’est une fausse mentalité.

Souviens-toi surtout que chaque petite phrase, chaque petit mot que tu oses écrire sur une potentielle victime lui fait mal à une puissance extrêmement élevée. Dans les agressions de ce type, la responsabilité de l’agression repose sur la victime. Ce sera toujours sa parole à elle qui sera remise en cause. La victime est un témoin dans son dossier. Personne n’est là pour la défendre, contrairement à l’abuseur. Lui, le système de justice le défend.

La parfaite victime n’existe pas dans le système de justice au Québec. La parfaite victime existe cependant pour chaque agresseur. Et toi qui te permets de juger la personne qui dénonce, tu fais malheureusement partie de la culture du viol. Par tes mots, par tes actions et par ton ignorance.

Rappelle à ton enfant que son corps lui appartient. Apprends à ton enfant à parler, à dénoncer. À analyser. À réfléchir. Jugerais-tu aussi sévèrement ton frère qui s’est fait abuser par ton oncle ? Ta mère qui a subi les sévices de son père, jadis ?

Pense avant d’écrire. Étais-tu là ?

Eva Staire

Victimes du proxénétisme

*Avant de commencer à raconter mon histoire, je tiens à préciser

*Avant de commencer à raconter mon histoire, je tiens à préciser que les acteurs et l’histoire de Fugueuse sont d’un réalisme troublant. Bravo aux acteurs et à tout le personnel qui travaille sur cette série.*

Comme 1 350 000 Québécois, j’ai regardé la première saison de Fugueuse en 2018. J’ai été bouleversée, troublée. Puis dernièrement, j’ai regardé les cinq premiers épisodes de la deuxième saison en rafale. À la fin du cinquième épisode, LE CHOC. J’étais sous le choc. Voici pourquoi.

En janvier 2016, j’ai accouché de mon deuxième enfant, un magnifique petit garçon. Ma cousine, que je considère comme ma petite sœur, est venue me rendre visite à l’hôpital. J’avais entendu parler par des membres de ma famille qu’elle avait commencé à consommer de la drogue. Naïvement, je croyais qu’elle vivait sa jeunesse, elle avait à peine 21 ans. Mais lors de sa visite, j’ai rapidement remarqué qu’elle était étrange. Elle bougeait sans cesse, parlait tout le temps. Ce n’est pas son genre, elle est du type réservé. Quand elle est partie, j’ai regardé mon conjoint et je lui ai dit que quelque chose clochait avec elle.

Les mois ont passé et je n’ai pas eu beaucoup d’occasions de la revoir et de lui parler. Je me battais contre la dépression post-partum.

En mai ou juin 2016, ma sœur m’a téléphoné pour me dire qu’elle avait un mauvais pressentiment concernant notre cousine, qu’elle croyait que c’était la dernière fois qu’elle l’avait vue. Elle avait passé la journée avec ma sœur à faire faire ses ongles et sa teinture. Lorsque son « ami » est venu la chercher, elle a serré notre cousine très fort dans ses bras et lui a dit qu’elle l’aimait. Ma sœur a remarqué une grosse valise sur la banquette arrière qui ressemblait étrangement à celle de ma cousine. Ce que j’ai su à ce moment, c’est que les derniers mois, elle dormait un peu partout et traînait cette valise.

Quelques jours plus tard, ma mère m’a annoncé que ma cousine avait demandé à ce qu’on ne la contacte plus. Nous n’avions aucune idée de l’endroit où elle se trouvait ni si elle était en sécurité. Les jours ont passé, les semaines aussi. Pour certaines personnes, dont moi, nous avions entamé une sorte de deuil. Je croyais que nous allions recevoir un appel de la police nous disant qu’elle avait été retrouvée sans vie, une surdose probablement. J’étais convaincue que je ne la reverrais jamais en vie.

Le choc que j’ai eu lorsque ma mère m’a téléphoné pour me dire qu’elle allait rejoindre ma cousine. Ma cousine avait appelé sa mère pour lui dire qu’elle était en danger et s’était sauvée de son chum. Vu que ma tante habite loin, elle a appelé ma mère pour aller rejoindre ma cousine. Entre temps, mon oncle et la police ont été mis au courant. J’étais tellement soulagée de la savoir en vie, mais j’étais tellement loin de m’imaginer dans quelle situation elle se trouvait.

Lorsque ma mère est arrivée sur les lieux d’un petit restaurant, la police et l’ambulance étaient déjà là. Ma mère est sortie de sa voiture et ma cousine s’est effondrée en larmes dans ses bras. Ma cousine a été amenée à l’hôpital où elle a été gardée sous surveillance. Elle a par la suite fait une cure et une thérapie.

Elle avait vécu pendant x jours sous l’emprise d’un proxénète, un manipulateur sans cœur, un monstre, un psychopathe. Elle a été forcée de se prostituer, sans quoi il la battait. Un jour, elle a trouvé la force et le courage de se sauver. Mais ce ne fut pas ça le plus dur, ce fut le procès. Elle a poursuivi son proxénète. En cour, elle a été interrogée sous tous les angles inimaginables. Elle a réussi, il a été déclaré coupable et condamné. Depuis ce jour, elle tente de reprendre une vie normale. Mais comment voulez-vous qu’elle reprenne une vie normale après ça ? Sans aide, sans soutien ? L’IVAC (Indemnisation des Victimes d’Actes Criminels) a refusé sa demande, car le fait de faire de la prostitution sous l’emprise d’un proxénète n’est pas considéré comme une situation dans laquelle il y a une victime.

À la fin du cinquième épisode, Fanny se retrouve seule, sans aide, sans soutien. Comme pour Fanny dans Fugueuse, le proxénète de ma cousine a été libéré. Comme Fanny, elle vit dans la peur, l’angoisse de le revoir. Comme Fanny, elle a des crises de panique à l’idée d’être seule. Comme Fanny, vivre au jour le jour est un combat.

Il existe des centres pour les femmes battues, les toxicomanes, pour les anciennes travailleuses du sexe, pour les personnes avec des problèmes de maladies mentales, pour celles qui ont subi des agressions sexuelles… Les centres pour personnes agressées sexuellement me disent ne pas être adaptés pour sa situation. Elle devrait faire une demande à son CLSC et rencontrer une infirmière qui va l’évaluer et qui va décider par la suite si elle entre dans les critères pour avoir un suivi psychologique.

Je suis choquée de savoir que de jeunes femmes et de jeunes hommes victimes de proxénètes qui trouvent la force et le courage de poursuivre leur proxénète en cour, de faire face à la personne qui les a manipulés, « brainwashés », brutalisés, ne reçoivent aucune aide après. C’est comme si la mentalité était « ils ont gagné leur procès, ils peuvent passer à autre chose ». Ces personnes vivent avec des images si affreuses dans la tête. Pensez à ce qui pourrait arriver de pire à une de ces victimes : dites-vous que c’est probablement arrivé. Elles ont un traumatisme sévère, une dépendance à combattre aux drogues ou à l’alcool et des souffrances émotionnelles, une confiance en soi et en autrui à rebâtir, une vision de la vie à refaire. Ils ont vu et vécu ce qu’il y a de plus laid dans ce monde. Alors, comment ces personnes peuvent-elles reprendre une vie « normale » sans aide ? Comment l’IVAC peut-elle refuser une demande si la Justice a déclaré que le proxénète est coupable ? La personne qui a subi les sévices n’est-elle pas considérée comme une victime par la Justice ?

La série Fugueuse a été diffusée pour nous ouvrir les yeux sur une réalité que nous ne voulions pas voir. Maintenant que c’est connu de tous, agissons et trouvons de l’aide pour ces personnes. Maintenant que nous connaissons cette affreuse réalité, ne refermons pas les yeux, car c’est trop choquant et ça fait peur. Prenons-les par la main et disons-leur : « Nous sommes là et nous allons chercher des solutions ».

Pour toutes les Fanny, Daisy et les hommes victimes du proxénétisme…

Eva Staire