Tag sage-femme

Merci aux sages-femmes ! Journée internationale des sages-femmes – Texte : Roxane Larocque

Ma maternité a été directement influencée par la pratique sage-f

Ma maternité a été directement influencée par la pratique sage-femme. Avant même d’être maman, j’ai eu la chance d’être formée comme accompagnante à la naissance par Huguette Boilard (un jour, je ferai mon hommage à Huguette, une grande femme du Québec, mais pour l’instant, je l’inclus dans cet hommage plus large à l’ensemble des sages-femmes.) Je suis ensuite devenue maman deux fois. Mes deux enfants sont nés chez moi en présence de sages-femmes. La pratique sage-femme m’a aidée à naître comme maman avec un suivi physique rigoureux, mais aussi avec un suivi psychologique humain et bienveillant.

J’ai souvent de la difficulté à parler de mon vécu, puisqu’il est différent. Je ne sais pas si c’est menaçant, mais assez rapidement, on change de sujet. On me dit : « Oui, mais moi je n’aurais pas pu » ou « Ah ! T’es pas peureuse ! ». Ben non ! aucune de ces réponses ! Je suis juste sensible. J’ai besoin de poser des questions, beaucoup de questions et de partager comment je me sens. J’ai besoin de me sentir en confiance, de sentir qu’on me donne tous les éléments pour que je puisse prendre mes décisions. Je déteste avoir des regrets ! Je n’aurais pas aimé avoir des regrets concernant mes choix ou le déroulement de ma grossesse et de mon accouchement.

Alors voilà, aujourd’hui j’ai envie d’écrire sur le pourquoi du comment j’aime la profession de sage-femme et sur mon vécu. Pas pour convaincre, pas pour vanter, juste pour nommer. Parce que s’il y a quelque chose que j’aime encore plus que les sages-femmes, c’est la liberté de choix !

Pour moi, avoir un suivi avec des rencontres d’une heure avec deux sages-femmes en sachant que sauf exception rare, l’une d’elles serait là le jour de mon accouchement ; savoir que j’allais pouvoir les rejoindre sur leur cellulaire en tout temps 24 h/24 h 7 jours/7 s’il y avait une urgence ou une inquiétude ; savoir que j’allais pouvoir accoucher chez moi, dans mon lit, puis manger de la bonne nourriture et me laver dans ma douche quand je le voulais ; savoir que ces mêmes sages-femmes allaient venir me visiter en postnatal pendant les six semaines après la naissance de mes enfants ; savoir qu’elles allaient favoriser le lien d’attachement au maximum dès la grossesse et s’assurer de le préserver tout au long de l’accouchement et du postnatal… savoir tout ça, pour moi, c’était le rêve ! En plus, c’est sécuritaire : la formation académique est sur la coche et le service est complètement gratuit. Honnêtement, j’aurais été triste sans bon sens que le service ne se donne pas dans ma région.

On me dit souvent aussi : « Ah ! Moi c’était presque pareil, mon médecin est super, l’infirmière était douce, etc. » Oui, je sais, il y a des perles ! Vraiment ! Le problème pour moi, ce n’est pas le personnel, c’est le système dans son entièreté. Le fait que papa n’a pas de lit pour dormir, que la nourriture n’est pas optimale pour la reprise d’énergie, que le changement de quart fait en sorte que des interventions ont lieu sans respecter le rythme de bébé et de maman, que des doutes par rapport à une écho prennent des proportions invraisemblables et laissent tout le monde dans le stress. Je sais bien que ce n’est pas un drame tout ça, pas toujours en tout cas. Mais moi avec mon tempérament, je n’avais pas envie d’être sur mes gardes, de défendre mes droits. Je sais bien que ton ami médecin, ambulancier ou infirmier a déjà entendu ou vécu des histoires d’horreur, mais pour travailler en périnatalité je peux vous confirmer que des histoires d’horreur, j’en ai entendu plein en milieu hospitalier !

Je ne peux pas croire qu’à ce jour, on pense encore faussement qu’un suivi sage-femme est plus risqué qu’un suivi médical en cas de grossesse normale. Si j’étais sage-femme, je serais en colère, tout le temps. À cause du manque de reconnaissance et du salaire trop peu élevé, mais surtout à cause de toutes les faussetés qui circulent ! Le travail de démystification reste à faire et à refaire. Même sur le plan monétaire, il y a plusieurs avantages au suivi sage-femme.

Bref, tout ça pour dire un grand merci aux sages-femmes ! Merci d’avoir parlé à mes bébés, même dans ma bedaine. Merci de vous être présentées à eux et d’avoir réchauffé vos mains avant de me toucher. Merci d’avoir fait une grande place à mon chum. Merci de nous avoir écoutés, consolés, informés, rassurés. Merci de ne jamais vous être approprié ma grossesse. Jamais je ne vous ai entendues dire que vous m’aviez accouchée ! Et quand j’avais mal en plein travail, merci pour vos câlins, vos bons mots et votre confiance. Merci de ne pas avoir brusqué mon bébé à son arrivée parmi nous, d’avoir attendu pour le peser. Merci d’avoir pris de mes nouvelles durant les six semaines post-partum qui ont complété notre suivi.

Je vous souhaite toute la reconnaissance que vous méritez et je nous souhaite que vous continuiez votre travail colossal pour changer le monde, une naissance à la fois.

Roxane Larocque

T’apporter sur terre : un récit de naissance à domicile

Ma belle Clara, voici l’histoire de ta naissance. Notre histoire

Ma belle Clara, voici l’histoire de ta naissance. Notre histoire à nous, de mon point de vue. Cette aventure que nous avons traversée ensemble, accompagnées de ceux qui nous aiment et qui croient en nous. En espérant qu’elle puisse te faire ressentir toute la puissance et la beauté de ce moment.

Je t’ai portée pendant 40 semaines et 2 jours. C’est drôle, le temps. Il file tellement vite parfois et pourtant, en fin de grossesse, j’avais l’impression que chaque jour après la 39e semaine était une éternité qui me séparait de toi. J’avais hâte de te rencontrer ; peut-être que j’étais trop pressée. Un jour, alors que je méditais avec une main sur le cœur et l’autre sur le ventre, j’ai compris, comme si tu venais me le chuchoter à l’oreille, que je devais profiter de ses derniers moments. J’ai lâché prise. Je t’ai remerciée de me laisser le temps de préparer la maison pour ton arrivée, d’avoir le temps de jouer seule avec ton frère pour une dernière fois avant longtemps et de faire une dernière soirée en amoureux avec ton père pour longtemps aussi. Je t’ai fait confiance et tu as choisi un soir de mai pour débuter ton chemin vers nous.

Je n’avais eu aucun signe de ta venue, pas de contractions, rien. Puis, ce soir-là, j’ai commencé à ressentir mon ventre se crisper. J’en ai parlé à ton père et on s’est recouchés après avoir bordé ton frère dans son lit. Une soirée comme tant d’autres qui allait pourtant devenir extraordinaire.

Aux alentours de minuit, je n’arrivais plus à dormir, les contractions étaient plus longues et régulières. Ça y était, ce magnifique travail qui allait nous réunir venait de franchir une autre étape. Ton père s’est occupé d’appeler la sage-femme pour qu’elle vienne nous rejoindre, tes grands-parents pour qu’ils s’occupent de ton frère au besoin et la photographe qui allait immortaliser ce moment si précieux.

Pendant ce temps, de mon côté, je vivais bien les contractions. Contrairement à la naissance de ton frère, je n’ai pas perdu mes eaux en début de travail, les contractions étaient donc plus douces, plus progressives. J’ai quand même eu un petit vertige en les ressentant parce que tout d’un coup, mon corps se souvenait de ce qu’il allait traverser. C’est intense, une naissance. Je n’ai, jamais de ma vie, donné autant d’effort, d’énergie et d’endurance qu’en donnant la vie. C’est une expérience difficilement descriptible que je te souhaite un jour de vivre à ton tour. Comme si le monde tel qu’on le connaît s’arrêtait un instant. Impossible d’être ailleurs que dans le moment présent. Une belle danse entre la mère et son bébé qui les pousse de la plus grande des douleurs au plus grand des bonheurs.

Je tentais de prendre les contractions avec de longs sons graves. Je soufflais sur mon ventre en t’imaginant y descendre. Ton père était toujours près de moi, très présent, rassurant. Il me collait, on dansait doucement debout dans notre chambre sous l’éclairage tamisé. Les gens sont arrivés et se sont installés autour de nous. J’étais rassurée de voir que la sage-femme était à la maison, j’aurais tellement eu de peine si j’avais dû accoucher ailleurs que chez moi. Elle a pris le temps de me parler, de m’écouter puis d’écouter ton petit cœur. Tout allait bien, tu descendais doucement.

Puis, j’ai senti que tout s’accélérait. J’ai demandé à connaître la progression de mon ouverture. Avec étonnement, j’ai appris qu’il y avait un bon bout de chemin de fait. Agréable surprise, car tout devenait plus intense et je commençais à avoir besoin d’encouragement. La deuxième sage-femme a été appelée. Une étape de plus de faite, ça progressait bien.

J’ai poursuivi le travail dans la piscine d’accouchement. Étrangement, ton frère dormait encore. Je croyais que tout ce bruit allait le réveiller. Il faut dire que son pépé était allé le rejoindre, sa présence devait lui permettre de poursuivre son sommeil en sécurité. Ma mère, toujours aussi dévouée, faisait des allers-retours de la cuisine à la piscine. J’ai pris un long bain ce soir-là et on manquait d’eau chaude pour la piscine. Un degré de moins que ce que l’on vise. Alors ta grand-mère travaillait comme une abeille pour que tout se passe bien et faisait bouillir de l’eau qu’elle apportait à la piscine. Ton père était encore tout près de moi. Je mettais de la musique. Plein de pièces choisies parce qu’elles me rappelaient les gens que j’aime ou parce que je les écoutais durant ma grossesse. J’arrivais à fredonner entre les contractions, ça m’aidait à relaxer, ça changeait l’ambiance.

Dans la piscine, j’ai eu un moment de panique. C’était si fort, si intense. La sage-femme venait me parler en me regardant directement dans les yeux. Ça me calmait, ça m’apaisait, je me ressaisissais. Si tu avais vu le regard de ton père! Il était tellement confiant. Il était solide comme un roc sur lesquels toutes les vagues de mes contractions vont se briser. Il le savait, lui, que tout allait bien et que bientôt, tu serais avec nous. J’ai fini par dire : « Je commence vraiment à être tannée, ça doit être bon signe! ». Un petit clin d’œil ici au cours de préparation virtuelle à la naissance de Karine la Sage-Femme. J’y ai appris et compris les étapes de l’accouchement d’une manière tellement simple et authentique. Je savais donc que lorsque je croirais que mon corps allait se fragmenter sous la douleur, que je perdrais mes repères et mes certitudes, que c’est bon signe. Que bientôt, j’aurais fini de m’ouvrir et que tu pourrais descendre pour découvrir la vie avec nous. C’est ce qui est arrivé. Une longue contraction qui ne semblait plus vouloir finir a laissé place à la poche des eaux qui crève. Puis, je me suis dirigée vers la chambre pour la poussée, car tu t’en venais rapidement.

C’est à cet endroit qu’est né ton frère et c’est à cet endroit que je me suis dirigée d’instinct. Je te sentais arriver vers nous, je criais plus fort ; ça a réveillé ton frère. Votre grand-père lui a expliqué ce qui se passait et il est descendu à l’étage pour jouer. Pendant ce temps, j’étais couchée sur le lit, entourée de la présence bienveillante de ton père et des sages-femmes qui me supportait les jambes à ma demande. Comme ça, sur le côté et bien entourée, je sentais ta tête, puis après quelque temps, j’ai senti tout ton corps sortir. Quelle merveilleuse sensation, je flottais de bonheur. Je t’ai prise toute collée contre mon cœur et je pleurais d’amour. Un petit bébé tout chaud, tout gluant, bien collé en peau à peau, il n’y avait rien de mieux pour que toute cette expérience intense devienne soudainement l’un des plus beaux moments de ma vie. Tu allais bien, tu respirais bien et on découvrait que tu étais une petite fille. Quel bonheur!

Après, c’était au tour du placenta. À mon premier accouchement, j’avais un peu peur, je ne voulais pas retourner dans la douleur. La sage-femme m’avait alors dit que c’était tout mou et tout chaud, aucune crainte à avoir. Alors cette fois, je repensais à elle et je n’ai pas eu peur. Bien installé à quatre pattes dans le lit, ça y est, tout était fini, ne restait plus qu’à s’aimer pour toute la vie.

Ton père est allé chercher ton frère. Nous voilà réunis tous les quatre. Ton frère te trouvait drôle, il te regardait et te souriait. La sage-femme lui a expliqué comment couper ton cordon. Parce que ton frère nous avait demandé « de faire ton nombril » et on trouvait sa demande tellement belle qu’on s’est assurés qu’il pourrait le faire. Il est reparti ensuite dire à ses grands-parents : « Eille! Un bébé, ça naît tout nu! Elle n’a même pas de linge, ma sœur ». Puis, il est reparti jouer comme si de rien n’était.

Nous, on s’est collées, je t’ai allaitée. Après quelques heures et une bonne tétée, la sage-femme est venue doucement te mesurer et te peser. C’est vraiment précieux de ne pas être pressée dans les heures suivant une naissance. La sage-femme est repartie plus tard dans la journée, nous laissant dans notre bulle d’amour jusqu’à sa prochaine visite le lendemain. Ne restait plus qu’à te trouver un nom, mais ça, c’est une autre histoire.

Les deux sages-femmes qui ont assuré le suivi durant la grossesse et l’accouchement ont continué de nous voir comme ça, en alternance, jusqu’à tes six semaines. D’abord à la maison, puis dans leurs chaleureux bureaux pour notre première sortie quelques semaines plus tard. Tout était beau, un autre enfant en santé. Nous sommes choyés.

Ma fille, tu es née le poing dans les airs, prête à revendiquer tes besoins et tes droits. Tu n’avais que quelques heures de vie et déjà, on te savait allumée, paisible et belle comme le jour. De cet accouchement, je retiens la force des femmes : la mienne, la tienne, celle de ma mère, des sages-femmes et de la photographe. Cette nuit-là, ensemble, nous avons uni nos forces pour t’apporter sur la terre. Elles nous ont fait confiance et ont veillé sur nous pour que tout se passe bien, nous laissant tout l’espace pour que se déploient nos forces et notre puissance.

De cette nuit-là, je retiens aussi que ton père était aussi là pour nous soutenir, pour nous regarder avec les yeux pleins de confiance et d’émerveillement et nous permettre de vivre ce moment dans la paix d’esprit. Tu pourras toujours compter sur lui pour ça. Aussi, ton grand-père et ton frère, en retrait de l’action, mais présents dans la maison pour que la vie continue simplement et naturellement malgré tout. Ils seront là aussi pour t’aider à cheminer à travers ton quotidien. Et puis, il y a tous ceux qui étaient avec nous en pensées. Tu as de la chance, nous sommes bien entourés et aimés.

Très chère Clara, cette nuit-là suivie de ce doux matin avec toi, je n’ai pas arrêté de te sourire. J’étais fière de moi et heureuse d’avoir pu te mettre au monde dans la dignité et le respect. Je te souhaite que le reste de ta vie soit sous le même signe. Je t’aime.

Photographe : Veronique Verret

Roxane Larocque

Journée mondiale de la sage-femme

Le 5 mai est la journée mondiale des sages‑femmes. Je veux donc e

Le 5 mai est la journée mondiale des sages‑femmes. Je veux donc en profiter pour faire l’éloge de grandes femmes compétentes et dévouées qui servent humblement le monde de la naissance depuis la nuit des temps. Je le mentionne tout de suite, je suis complètement en amour avec ce service. Bien que je comprenne que c’est encore un choix de suivi qui peut faire peur, intriguer ou même rebuter certaines personnes, aujourd’hui je n’ai pas envie de convaincre qui que ce soit. J’ai juste envie de vous partager ma vision et mon expérience avec les sages‑femmes qui ont marqué ma vie. Celles qui m’ont suivie et celles qui sont passées autrement dans ma vie, mais qui m’ont tout autant influencée.

Il a bien changé, le métier de sage-femme avec les époques. Maintenant, les femmes font quatre ans d’études universitaires spécifiquement liées à la physiologie de l’accouchement, à sa normalité et à ses complications en plus des milliers d’heures de stages cliniques. Il y a également un ordre qui les régit. Elles arrivent formées, outillées, compétentes, mais surtout respectueuses de la femme qui porte la vie. Et ça, c’était présent bien avant leur formation officielle.

Le service

Je n’ai jamais eu un aussi bon service public que celui offert lors de mes grossesses. Je me suis sentie respectée, écoutée, encouragée. Les rencontres, d’au moins une heure, ne couvraient pas seulement l’aspect physique, mais aussi psychologique et la préparation mentale de la naissance. J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai partagé mes peurs les plus profondes par rapport à mes grossesses et mes accouchements et toujours, j’ai été reçue avec respect et empathie. Comme un beau mélange d’approches féministes inclusives écosystémiques qui redonnent le pouvoir aux femmes et leur permettent de comprendre toute la force qui les habite. Le plus beau c’est que la place des conjoints/conjointes est très bien définie. Le bébé, la femme, le partenaire, la famille, la famille élargie, tout le monde est pris en considération.

En plus, elles sont accessibles. Elles font de la garde par cellulaire pour les urgences, 24 h sur 24 h, sept jours sur sept. Bien sûr, je n’ai jamais abusé du concept, mais savoir que je pouvais leur parler directement s’il y avait quelque chose, ça me faisait un grand bien. Et puis, les fois où je les ai appelées, elles m’ont tout de suite déculpabilisée. Parfois, j’ai eu peur pour rien, d’autres fois, elles ont préféré faire des tests supplémentaires. Jamais je n’ai senti de panique et elles m’ont toujours prise au sérieux. C’est ce qui est beau des sages-femmes, elles font confiance aux femmes et mélangent leur savoir à notre instinct maternel pour être certaines de ne rien laisser passer. Un service rigoureux, mais pas exagéré.

L’accouchement

Je vivrai bientôt mon deuxième accouchement à la maison et je repense encore au premier avec beaucoup de bonheur. Il y a certainement eu de la douleur oui, on ne s’en sort pas. Mais ce que je retiens, c’est tout le travail fait avec mon bébé vague par vague. Mon conjoint présent et encourageant. Ma mère qui veille à ce que tout le monde soit bien. La sage‑femme en retrait, mais jamais loin, confiante, rassurante, aimante. À un moment donné, j’étais découragée, elle m’a simplement prise dans ses bras et m’a dit que j’allais y arriver. Peu de mots, mais une douceur et une confiance qui m’ont fait continuer.

Elle est repartie quatre heures après la naissance de mon fils. Elle n’a rien précipité, la pesée, les mesures, tout ça a attendu à après le premier boire. Il y a bien sûr eu un examen pour s’assurer que mon bébé et moi allions bien, mais ce n’était pas intrusif. Nous avons collé notre bébé mon mari et moi, je l’ai allaité, il s’est endormi et puis on a fait le reste. Puis tout le monde est reparti et on est restés dans notre bulle d’amour à regarder notre bébé dormir et manger à son rythme sans être dérangé. J’ai mangé ma nourriture, dormi dans mon lit avec mon fils et mon mari, je me suis lavée dans mon bain. Bref, le confort de notre maison pour récupérer, c’était parfait pour nous.

Les six semaines suivantes, c’est encore les sages‑femmes qui assuraient le suivi. Un service personnalisé de la sorte, ça n’a pas de prix, surtout pour une nouvelle maman un peu perdue et sans repère. Savoir que les mêmes deux sages-femmes qui avaient assuré le suivi de ma grossesse suivaient maintenant mon petit bébé sorti du bedon, c’était hyper rassurant pour moi, car elles avaient toute ma confiance.

Le bébé

Finalement, une chose qui m’a beaucoup touchée chez les sages‑femmes outre leur vision si enrichissante de la naissance, c’est toute la place qu’elles font au bébé dès sa conception. Il est reconnu comme un être à part entière. Elles se soucient de son physique, mais de son psychologique aussi et ça, c’est extrêmement rare dans notre société. Avant de toucher ma bedaine, elle s’adresse toujours à mon bébé pour l’avertir, pour se présenter, pour prendre de ses nouvelles. Elle lui reconnaît des traits de caractère ou une humeur à la façon dont il bouge, dont il réagit.

En cette journée mondiale des sages‑femmes, je vous dis merci ! Merci de vos sacrifices, surtout merci de ne pas nous en faire porter le poids. Merci de votre respect, de votre écoute, de votre grande compétence et de votre dévouement. Merci aux sages‑femmes pionnières du Québec qui ont ouvert le chemin pour les nouvelles, et merci aux nouvelles de continuer à se battre pour être reconnues à leur juste valeur. Le Québec a besoin de plus de sages‑femmes accessibles, mais pas à n’importe quelles conditions non plus. Je vous souhaite finalement la reconnaissance que vous méritez.

Roxane Larocque

Ma grossesse sans échographie

Dès l’annonce de ma grossesse, j’ai été envahie d’une grand

Dès l’annonce de ma grossesse, j’ai été envahie d’une grande joie, mais aussi d’un grand besoin de protéger ce mini être humain en moi. Chaque décision a été réfléchie en long et en large par mon conjoint et moi. Nous avons fait plusieurs choix en marge des tendances actuelles dans le monde de la naissance. Une des plus marquantes : le choix de ne pas avoir recours aux échographies.

En fait, l’entente prise avec nos (merveilleuses) sages-femmes était que si de leur côté elles avaient besoin de l’information qu’apporte une échographie par souci de sécurité pour mon bébé ou moi, nous allions le faire. Par contre, nous comme parents, nous n’en ressentions pas le besoin. Nous avons préféré l’imaginer, le rêver et l’attendre patiemment.

Mes réflexions sur le sujet ont débuté bien avant ma grossesse. Grâce à ma formation d’accompagnante à la naissance, mais aussi aux nombreux témoignages entendus dans le cadre de mon travail, j’ai eu la chance de réfléchir sur le sujet de la périnatalité pendant plusieurs heures, d’entendre plusieurs témoignages et d’accumuler de belles connaissances sur les pratiques actuelles et l’histoire des naissances au Québec.

Deux constats majeurs me hantaient: les complications font partie de la vie et bien qu’il est important de tout faire pour assurer le bon déroulement de la grossesse, la mort survient parfois. Aussi, la vie intra-utérine des petits bébés est marquante pour eux, il s’agit du début de leur histoire et je voulais la vivre pleinement, loin du stress et des angoisses. De là, justement, mon envie de rester loin des échographies.

Je parle ici des échographies qui peuvent conduire à un diagnostic auquel on ne peut pas réagir en donnant des soins. En fait, je me disais que si un problème est décelé et que le développement du bébé était en danger, la seule option était d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse. Pour avoir accompagné des familles à travers ce processus, je savais le tsunami émotif qu’une telle décision apporte. Je ne me voyais pas capable de prendre cette décision. En fait, prendre cette décision me faisait vivre beaucoup plus de stress que le fait de ne pas avoir d’échographie . Et puis, j’ai entendu trop d’histoires où finalement, après plusieurs examens, on constate que tout est redevenu normal. Soulageant oui, mais stressant surtout.

Je n’avais pas envie que la peur guide mes choix, je n’avais pas envie d’être rassurée, j’avais envie de faire confiance à la vie, et ce, peu importe l’issue de ma grossesse. Puis, il faut dire que les mesures du développement intra-utérin m’agacent autant que celles du développement de l’enfant ou de l’adulte, en ce sens qu’elle ne laisse que peu de place à la différence individuelle, à la déviation saine de la norme et au rythme propre à chacun lorsqu’elles sont utilisées trop rigidement.

En fait, pour moi tout ce qui tournait autour de l’écho était une source potentielle de stress; le futur poids qu’on aurait prédit à mon bébé, la tache qu’on aurait vue à l’écho et qu’on aurait dû explorer plus en profondeur avec une autre écho ou pire, avec une amniocentèse. Souvent, on pense que je n’ai pas eu d’échographie parce que je suis zen. Non, je n’ai pas eu d’échographie justement parce que je voulais rester calme, parce que la moindre anomalie m’aurait affolée.

Mon bébé je savais qu’il avait des chances d’être porteur d’une maladie quelconque ou peut-être même qu’il aurait pu ne pas se rendre à terme. Je le savais, mais je savais aussi que l’échographie n’y changerait rien, que si j’étais pour lui constater une malformation, j’aimais mieux le vivre bourrée d’hormones d’amour au moment de mon accouchement. S’il était pour avoir une vie hypothéquée par la maladie, nous l’aurions accompagné à chaque instant. De toute façon, mon bébé même quand on écoutait son coeur au doppler, il n’aimait pas ça; il bougeait, se cachait, donnait des coups de pieds et j’avais envie de le respecter. Parce qu’on ne sait pas trop ce que ça leur fait à nos minis bébés d’être épiés de la sorte à répétition. Peut-être rien, peut-être pas non plus, sur ce point mes idées sont moins claires.

 

Alors voilà, ce sont les choix que j’ai pris pour cette grossesse, lors de la prochaine peut-être que je ferai des choix différents, peut-être que je ressentirai le besoin d’avoir recours à l’échographie et si c’est le cas, je le ferai sans hésiter. Je demeure fière d’avoir écouté mon intuition et d’avoir fait mes propres choix. Ceci étant dit, sachez que comme dans toutes les sphères de ma vie, je suis pro-choix. Des vrais choix, basés sur des faits, sur le respect de vos désirs, des choix faits en toute confiance et en toute conscience.

La naissance d’Isaac

Je te porte au creux de mon être depuis maintenant 39 semaines et 5

Je te porte au creux de mon être depuis maintenant 39 semaines et 5 jours. Quel bonheur cette grossesse. Je me sens bien avec toi et j’ai la chance de la vivre comme je la sens.

 

Ton père et moi attendons ta venue

 

Ton père est extraordinaire avec nous. Il est attentionné et protecteur. Il te parle et te chante des chansons tous les jours. Notre suivi avec la sage-femme est au-delà de nos attentes. On se trouve chanceux d’y avoir droit; de pouvoir échanger, questionner et en apprendre sur ton développement dans le respect de nos choix et de nos envies.

39 semaines et 5 jours à t’attendre, à t’imaginer, à préparer ton arrivée dans notre maison et dans notre coeur. C’est long, mais pourtant, je ne m’attendais pas à te rencontrer tout de suite. Va savoir pourquoi, mais je croyais qu’avant d’accoucher, il fallait arriver au stade « à-boutte-pu-capable-ben-tanné » et moi, je ne l’étais pas. Bien sûr, il y a eu des moments plus difficiles! Il y a eu des maux de coeur, de la fatigue, des maux d’estomac… Et on va se le dire, présentement, je suis de moins en moins mobile. Ton père m’appelle d’ailleurs affectueusement Moby, en référence à Moby Dick. Par contre, je ne me suis jamais sentie aussi calme, aussi confiante et aussi privilégiée. De toute façon, c’est bien vrai que tu arrives, car je viens de perdre mes eaux!

 

Tu es en route

 


Il est minuit, ton père n’est pas encore couché. Je viens de me réveiller en sursaut et bien trempée. J’ai comme un vertige, ça y est, le moment est venu. Je me suis tellement préparée pour ce jour-ci et je suis restée ancrée à mon coeur, malgré les commentaires empreints de peur que l’on m’ait fait :

– Tu accouches à la maison? Mais si ça ne va pas? Si le bébé est trop gros?

– Pourquoi ne pas te faire de plan b avec un gynécologue juste au cas où?

Des fois je n’arrivais pas à croire ce que j’entendais, comme si on était dans un film, une caricature. Heureusement j’avais le soutien de notre entourage et surtout, celui de ton père. Nous avions le désir commun de te voir naître le plus naturellement possible pour que ton arrivée sur cette terre soit douce. Je me suis réfugiée dans notre bulle d’amour et de convictions, bien loin de la peur et des idées qu’elle nous laisse en tête, mais là, ça y est, on va découvrir si j’ai été sereine ou simplement naïve.

Les contractions commencent rapidement. Ton père appelle la sage femme, puis j’appelle ta grand-mère puisqu’elle assistera à l’accouchement. On allume des petites lumières en papier de riz et la lampe de sel; l’éclairage est doux. Je me sens bien, couchée en cuillère avec ton père. Puis le rythme et l’intensité augmentent. Ton père va préparer la piscine d’accouchement et je m’installe sur mon ballon d’exercice en écoutant un mantra, l’« Om shanti », paraît que ça aide à ouvrir le coeur… En tout cas, ça me calme et m’aide à entrer dans cet espace avec toi, loin de tous mes repères, dans une sorte de trans, de monde parallèle. Il n’y a plus de temps, plus rien qui existe autour. Je suis entièrement absorbée par toi et par les vagues de contractions qui nous rapprochent de plus en plus.

À chaque contraction, je fais un son grave en soufflant sur mon ventre comme pour t’aider à descendre. J’imagine des vagues; j’apprivoise la douleur. Ton père est présent et nous accompagne à chaque contraction. Il me tient la main, me caresse, m’aide à me déplacer. Ta grand-mère prépare des compresses d’eau froide, elle me serre dans ses bras et m’encourage. La sage femme vient nous voir régulièrement pour écouter ton coeur, tout va bien.

Après quelques heures de travail à passer de la piscine au lit, du lit à la toilette et de la toilette à la piscine, je me sens épuisée. Les vagues que j’imagine sont plutôt devenues un tsunami. Ton père et moi, on dort entre les contractions; nous sommes épuisés. La sage femme vient me voir et je lui en parle, elle me prend dans ses bras avec toute la douceur du monde. Elle me rappelle le sens de cette douleur. Elle a raison, cette douleur elle n’est pas veine! Elle provoque un flot d’hormones pour moi, et duquel tu profites par la bande. Cette douleur me permet de t’accompagner physiologiquement vers notre rencontre. Je tente de m’accrocher à cette pensée. Je ne souffre pas : je t’accompagne!

Le temps passe et je sens que les contractions sont différentes. Après vérification, ça y est : la poussée peut commencer. Cette nouvelle m’apaise, j’ai enfin l’impression que notre rencontre approche. Je suis si bien dans le lit, entourée de tout mon monde, que je refuse de retourner à l’eau. Tu vas naître ici, dans notre lit. Ton père me dit souvent que je prends beaucoup de place quand je dors, que j’empiète sur sa moitié de lit. Et bien, imagine-toi donc qu’instinctivement, c’est de son côté que je me suis placée. Tu vas naitre dans son espace! On m’apprend qu’on voit ta tête. Je la touche, je n’y crois pas.

 

Tu es maintenant avec nous

 

Puis, quelques instants plus tard, c’est tout ton corps qui est posé sur le mien. Jamais je n’ai été si heureuse de voir apparaître quelqu’un! Tu pousses un petit cri, puis tu nous observes, l’air de dire : «Mais veux-tu bien me dire ce qui vient de se passer ? ». Je ferme les yeux et respire longuement. Toutes les personnes présentes pleurent de joie. Après un court moment, je demande : « Est-ce une fille ou un garçon ? » La sage femme m’invite à le découvrir par moi-même. Pas question que je te bouge, je préfère aller toucher avec mes mains.

 

Tu es un garçon; mon fils

 

On se colle en « peau à peau », puis ton père coupe le cordon qui a cessé de battre. C’est à son tour de te prendre en « peau à peau », quoiqu’avec lui, le terme « peau à poil » est plus juste. Pendant ce temps, je pousse le placenta qui t’a nourri.

Après, nous sommes réunis de nouveau et on s’installe pour te nourrir. On dirait que tu as fait ça toute ta vie! ? Tu têtes comme un champion et le colostrum coule bien. C’est le début d’une belle histoire d’allaitement, sans douleur, rien que du bonheur!

Quelques heures plus tard, on te pèse et te mesure. Et un peu plus tard encore, tout le monde quitte la maison. Nous sommes seuls : toi, ton père et moi. Seul au monde, dans notre belle bulle d’amour, submergés par nos émotions. Nous sommes maintenant une famille, grâce à toi, bébé d’amour! Je vous regarde dormir ton père et toi, et je me sens fière d’avoir cru en notre projet d’accouchement.

 

Huit mois plus tard, je ne retiens ni la douleur ni les heures de travail de cet accouchement. Je garde plutôt la force de mon corps, cette puissance extrême qui s’est mobilisée en moi comme en des milliers de femmes, avant et après moi. Ce moment si intense partagé avec des gens que j’aime, chez moi, dans ce lit qui ta vu naître.

 

Ce travail d’équipe : cette connexion qui nous lie à jamais, toi et moi, mon beau Isaac.


Je t’aime,

Merci.

​Un homme sage-femme!

Normalement, on s’étonne de voir des femmes pratiquer des métiers typiquement masculins, mais vo

Normalement, on s’étonne de voir des femmes pratiquer des métiers typiquement masculins, mais voilà maintenant qu’un homme pratiquera un métier très féminin : sage-femme ! Vous avez bien lu, on dit sage-femme, même si l’on parle d’un homme. À la fin de sa formation, Louis Maltais, un étudiant à L’UQTR, deviendra le premier sage-femme au Québec.

sage-femme01

Louis Maltais, de Saguenay Source Photo : Facebook/Annabelle Caron

 

On ne masculinise pas le mot sage-femme, car le mot femme dans l’expression, fait référence à la femme enceinte et non pas à la personne qui exerce le métier. Voilà pourquoi on peut l’utiliser pour désigner un homme.

Depuis 1999,l’Université du Québec à Trois-Rivières est le seul endroit qui forme des sage-femmes au Québec . Les sages-femmes ont pour compétences d’accompagner les futures mères et sa famille du début de la grossesse jusqu’à 6 semaines après la naissance. Elles sont des professionnelles de la santé, expertes de la grossesse et de l’accouchement normal qui répondent au besoin des femmes d’accoucher en sécurité et en toute confiance, et ce, dans le lieu de leur choix.

Louis avoue que les patientes sont souvent surprises de voir arriver un homme, mais elles ont rarement de vraies réticences. Tout ce qu’il veut c’est qu’elles se sentent en sécurité et il aimerait développer des relations de confiance avec sa future clientèle. Louis Maltais est encore en stage jusqu’au mois de mai à la Maison des naissances Colette-Julien de Mont-Joli. C’est seulement dans deux ans, qu’il obtiendra son Baccalauréat et son titre officiel de « sage-femme ».

Vous pouvez entendre une entrevue que Louis Maltais a accordé à Info-Réveil : http://ici.radio-canada.ca/emissions/info-reveil/2014-2015/archives.asp?date=2016/01/04&indTime=1879&idmedia=7404724

Seriez-vous à l’aise d’avoir un homme comme sage-femme?