Tag seul

Apprivoiser la solitude – Texte: Eva Staire

Ça fait un an et demi que suis séparée. Pas besoin de faire le calcul, oui, ça coïncide avec le

Ça fait un an et demi que suis séparée. Pas besoin de faire le calcul, oui, ça coïncide avec le début de la pandémie. Trois mois avant le début de la pandémie, très exactement. Je ne savais pas vers quoi je me lançais, hein ! On a tous eu des moments difficiles, mais je dirais que je m’en suis exceptionnellement bien sortie malgré les circonstances. J’avais besoin de me retrouver et j’ai retrouvé un certain équilibre face à moi-même qui me plaît !

Ce que je trouve difficile c’est maintenant, aujourd’hui. La vie reprend. Je réalise que, malheureusement, je suis seule. Pas seule dans le sens célibataire, mais seule dans la vie de tous les jours. On avait le même réseau d’amis, depuis plus d’une quinzaine d’années. Nos chemins se sont séparés, malgré moi. Ce n’est pas facile de se rebâtir une vie et surtout, ce n’est pas facile de réaliser qu’on voudrait faire une activité mais qu’il n’y a plus personne autour pour la faire avec nous.

– Vas-y toute seule, n’attends pas après les autres.

Si facile à dire mais si difficile à faire ! On a beau dire à tout le monde qu’on ne s’empêche pas de vivre et qu’on part en vacances toute seule, mais on ne peut se mentir à soi-même : c’est solidement plate !

C’est vrai que mes vacances, je les passe seule. C’est aussi vrai que je visite des endroits que je n’ai jamais vus ! J’aime, je découvre et j’apprécie, mais il me manque quelqu’un avec qui partager mes repas de fin de soirée. C’est ma bête noire !

J’aurais envie spontanément d’aller prendre une bière sur une terrasse, mais je n’irai jamais seule. J’aurais envie de partir une fin de semaine en camping, partir en road trip, aller voir un spectacle ou aller dans un festival qui reprend vie mais seule, le courage n’y est pas.

– Sors, rencontre des gens !

Heu ! Comment ? Je répète que je n’irai pas seule dans les bars ! Je ne m’inscrirai pas non plus sur un site de rencontres, non merci, et mon but n’est pas de rencontrer l’âme sœur ! Je voudrais juste retrouver des ami. e. s avec qui partager des passions ! C’est vrai que tout devient plus compliqué quand on vieillit.

Je ne pensais jamais un jour parler de solitude, jamais ! J’étais toujours occupée, toujours partie et j’avais à peine le temps de dormir. Ma vie était un vrai tourbillon ! Je disais toujours que si un jour je me trouvais à ne rien faire, j’allais mourir… Je me rends bien compte aujourd’hui que j’exagérais. Mais en dedans, il y a quelque chose qui me fait mal : cette solitude qui me fait tant de bien en finissant de travailler mais tant de mal la fin de semaine où normalement, je serais sortie tous les jours !

Je savais qu’une séparation ne serait pas seulement avec la personne dans ma vie mais aussi avec la famille, l’entourage et parfois, certains amis. C’est le cycle de la vie. Le temps arrangera certainement les choses, j’ai confiance, mais en attendant, c’est long et plate !

Alors, que diriez-vous d’une sortie au cinéma ?

Eva Staire

 

Saluer l’arrivée du Nouvel An toute seule comme un creton

Cette année, j’étais seule le 31 décembre à minuit.

<p s

Cette année, j’étais seule le 31 décembre à minuit.

Ça ne m’est jamais arrivé en quarante ans. Je dois apprivoiser la chose.

Je peux passer go sur le party du jour de l’An sans trop de peine. Ça vire souvent en soirée de télévision de toute manière. Je suis capable de regarder les émissions de fin d’année toute seule comme une grande.

La bonne bouffe en bonne compagnie me manquera, les rires autour d’une coupe de bulles aussi. J’ai hésité jusqu’à la dernière minute entre une soupe en conserve et un repas brie-saumon fumé-pain frais maison et brownie décadent. Et le Bye Bye avait intérêt à être vraiment crampant pour me faire rire. J’aurais plus feelé pour regarder Réellement l’amour en vidant une boîte de mouchoirs. Mais ç’aurait été du masochisme émotionnel.

Ce qui m’a manqué, surtout, ce sont mes enfants, les étincelles dans leurs yeux excités de pouvoir veiller jusqu’au milieu de la nuit, le premier câlin de 2020, les souhaits de bonne fée murmurés à leur oreille une fois qu’ils sont endormis. Mais bon. J’avais la chance d’être avec eux à Noël. Je suis mal placée pour chialer! L’appel téléphonique de ma belle ado à minuit pile a mis un baume sur mon cœur. Un petit crémage en sucre à la crème qui apaise.

Je peux aussi me passer de la route à faire. Je suis déménagée de chez ma mère à dix‑sept ans. Si on fait un savant calcul, ça fait vingt-trois ans que je suis sur la route non-stop dans le temps des fêtes. J’ai conduit douze heures dans le temps de Noël, sans compter les trois appels pour faire survolter la voiture à -37. Donc là, je n’étais pas fâchée de rester dans mon nid. Au chaud. Et de dormir dans mon lit. J’ai dû m’imaginer que mes enfants venaient m’y rejoindre le 1er janvier pour une séance de chatouilles.

Je suis douce-amère en pensant à cette nuit de transition annuelle. C’est juste une date. Une occasion de faire le bilan et de prendre des résolutions, ce que je fais plutôt à l’année. Le choc des prises de conscience est moins pire quand on le fait au fur et à mesure. Je me retrouve avec du temps de congé, sans aucune obligation, même pas la pression de me mettre sur mon 36. Ma grosse robe de chambre rose en polar et mes bas turquoises pas assortis du tout étaient parfaits. Et confortables.

Ils ont été parfaits avec le foyer, la télécommande, de la musique (out, les rigodons!) et mon kit d’art-thérapie. Des découpures de magazines, des pinceaux, des crayons, de la colle, des cartons multicolores. Mes cartes de tarot et de pensées positives, pour m’inspirer. Mon journal. Et quelques numéros de téléphone au cas où le vague à l’âme m’aurait pris.

En cette nuit du jour de l’An, j’ai eu une pensée lumineuse pour tous ceux et toutes celles qui, comme moi, ont salué l’arrivée de 2020 tous seuls comme des cretons. (Oui, je sais, cette expression n’a pas d’allure! Mais qui sait comment le plat de creton se sent, tout seul dans le frigo?) Le 2 janvier, la vie normale a repris pour moi. Le travail, l’horaire de garde des enfants, la routine. J’aurai pris un temps d’arrêt nécessaire. J’aurai même eu le temps de peinturer mon sous-sol (faut bien que je m’occupe l’esprit quand mes oisillons me manquent!) Et je retrouverai bientôt mes poussins d’amour.

Pour d’autres, la solitude durera au-delà de cette nuit. Certains ont dit adieu à une personne aimée dans les derniers temps. Certains sont seuls à l’année. Certains vivent loin des leurs et doivent se fier à Facetime pour voir leurs proches devenus loin. Pour eux, la question n’est pas de savoir comment occuper ces quelques heures plus émotives. Il s’agit d’apprendre à vivre avec l’absence, la solitude ou la perte. À ceux-là, à celles-là, je souhaite une année 2020 sereine et douce. Aux autres aussi. On le mérite tous, n’est-ce pas?

Nathalie Courcy

En voiture avec papa : Je t’aime

Étienne et Anna s'aiment à la folie, mais ils ont décidément un peu de difficulté à communique

Étienne et Anna s’aiment à la folie, mais ils ont décidément un peu de difficulté à communiquer :).

Voici leur plus récente conversation dans la voiture. Ce n’est pas toujours facile pour un homme de parler de ses émotions…

Technique pour que maman revienne à la maison!

Être seul à la maison avec les enfants peut être exténuant, mais notre ami Mike vient d'atteindr

Être seul à la maison avec les enfants peut être exténuant, mais notre ami Mike vient d’atteindre un sommet dans l’art de la manipulation haha! Dans cette vidéo, il nous démontre son savoir-faire pour s’assurer que maman ne soit pas partie trop longtemps! Regardez-ça! : )