Archives septembre 2021

Ce drame si près – Texte : Nathalie Courcy

J’habite à deux heures de Montréal, épicentre des crimes au Québec. J’habite dans une grande

J’habite à deux heures de Montréal, épicentre des crimes au Québec. J’habite dans une grande ville somme toute pas mal tranquille. Dans un quartier sécuritaire. Et pourtant, bang ! Ce qui a tous les airs d’un drame familial (lire : le meurtre de deux enfants innocents suivi d’un suicide) a eu lieu à cinq minutes de chez moi. Cinq. Petites. Minutes. Allons-y avec un cliché : ça n’arrive pas qu’aux autres. Ça n’arrive pas qu’ailleurs. Ça arrive dans notre cour, dans notre quartier, dans notre communauté.

Les détails liés aux décès seront révélés avec le temps et l’enquête. Tout porte à croire que des signes clairs avaient été vus et rapportés aux autorités. Les services et les soins arrivent toujours trop tard quand il y a des morts, de la violence, des menaces. Tout simplement parce que dès qu’il y a une menace, un geste ou une parole de violence, un meurtre, il y a déjà des dégâts. Il y a déjà une demande d’aide qui n’a pas été faite ou entendue.

Le résultat aujourd’hui est permanent : une maman, des grands-parents, des voisins, des amis ont perdu des humains qui leur étaient précieux. Des vies ne se poursuivront pas. Tout un quartier est choqué. Une province soupire : « Encore ? Quand ça va arrêter ? »

Une humanité pleure.

Est-ce qu’on peut laisser les enfants en dehors de ça ? Est-ce qu’on peut préserver la vie et même l’honorer ?

On ne peut pas tout mettre sur le dos de la pandémie. La violence existait avant, elle existera après. Mais est-ce possible que l’isolement, le stress, les difficultés économiques, les dépendances aient rendu une partie de la population à ce point désespérée que la vengeance et la mort leur apparaissent comme des solutions ?

Je remarque que plusieurs sont plus extrémistes qu’avant dans leurs opinions et leur façon de s’exprimer. N’y a-t-il plus de place pour les nuances ? Pour la bienveillance ? Pour la patience ?

Time-out d’adulte. La méthode du retrait, ce n’est pas que pour les enfants. On s’éloigne de la situation, on respire, on cherche des solutions, on va chercher de l’aide et on revient dans la société seulement quand on est capable de s’exprimer avec respect.

Afuuu ! Afuuu ! Inspire, expire, repeat.

 

Nathalie Courcy

Si près du podium – Texte: Solène Dussault

Je ne suis ni une athlète ni une sportive. Je n’ai aucune idée de tout ce que les jeux olympique

Je ne suis ni une athlète ni une sportive. Je n’ai aucune idée de tout ce que les jeux olympiques ou paralympiques demandent aux fiers représentants des pays du monde. Ils m’impressionnent à tous les jours. Surtout ceux et celles qui ne montent pas sur le podium.

Mes yeux ont été rivés sur mon petit écran tout au long des compétitions à Tokyo. J’ai souvent versé des larmes, celles de l’émerveillement. L’émerveillement devant le devoir accompli. Ce qui m’a le plus marquée a été le partage d’une médaille d’or entre deux athlètes au saut en hauteur. Cela faisait plus de deux heures que leurs muscles étaient sollicités, avec une chaleur extrême. L’arbitre leur a donné deux choix : continuer à lever la barre plus haut ou se partager la médaille d’or. Quelle ne fut pas ma surprise de les voir s’enlacer après une décision commune ! Oui, nous serons deux vainqueurs sur la première marche du podium.

Je suis convaincue que cette pandémie fait grandir tout le monde. S’entraîner dans l’ombre, seuls, au froid, loin de leur famille et entraîneurs. Les athlètes ont tout misé pour se rendre au Japon. Et ils s’entraident, trébuchent, se relèvent, s’encouragent. Je constate que la jalousie et l’envie sont éclipsées… Toute la place est laissée à l’effort, la satisfaction du devoir accompli. Nos athlètes canadiens qui ont le sourire aux lèvres, les bras levés bien haut : pour plusieurs, rien au cou, mais si fiers d’avoir été résilients. Quelle leçon d’humilité…

Est-ce que cette humilité se traduit dans ma vie ? Comment l’enseigner à mon enfant, à nos enfants ? Comment leur apprendre le sens profond du dépassement de soi, sans égards aux résultats ? J’ai en mémoire les premiers bulletins de mon fils au début de sa scolarité. Tous ses efforts, au quotidien, me reviennent. Je me suis efforcée de l’encourager à toujours faire de son mieux. Même lorsque la déception se lisait sur ses traits, après une grosse journée d’école. « Maman, l’évaluation était vraiment difficile ». Et moi de lui répondre : « Mon cœur, as‑tu donné tout ce que tu pouvais ? »… Combien de fois me suis-je dit qu’il terminerait son secondaire sur la peau des fesses et que les portes des études supérieures ne lui seraient pas ouvertes… Il continue de travailler fort, avec engagement et sans relâche, tous les jours. Ma fierté de le voir se dépasser est géante. Il est souvent déçu, à la fin de l’année scolaire, lors des remises des Méritas. Pourquoi je n’ai pas reçu de certificat, moi, maman ? Je travaille si fort… Et l’image de l’athlète qui n’est pas sur le podium refait surface…

Quelle place accordons-nous à l’effort, à la persévérance, à l’assiduité ? Pourquoi certains élèves pleurent à chaudes larmes lorsque, en recevant un résultat en bas de 90 %, ils disent que ce n’est pas assez ? Assez pour quoi, pour qui ? Sommes-nous témoins d’apprenants en détresse qui ne se donnent pas le droit de cheminer avec leurs belles forces ? Quelle est notre responsabilité, en tant que parents, pour leur permettre de progresser ? Le résultat est-il une fin en soi ? Ces jeux olympiques m’ont rendue songeuse… J’ose espérer que nos adultes de demain seront capables de se donner une tape sur l’épaule à la fin de la journée, en se disant qu’ils ont donné tout ce qu’ils pouvaient et que c’est parfait ainsi !

Solène Dussault

 

L’éphémère – Texte: Solène Dussault

C’est le soir des perséides. Je suis couchée sur une chaise longue, en vacances dans un chalet a

C’est le soir des perséides. Je suis couchée sur une chaise longue, en vacances dans un chalet avec mes amies. Nous papotons en chuchotant, parfois avec de grands éclats de rire. Nous attendons ce moment depuis quelques jours, bien informées que ce sera ce soir où les étoiles filantes seront les plus visibles. Nous attendons…

Je me fais la réflexion que nous sommes dans l’attente de l’éphémère. Un moment qui ne dure pas, mais souhaité avec excitation. Le rare se produira sous peu et nous n’avons aucun contrôle, nous ne décidons de rien. La métaphore me saute aux yeux… Tout est bref, à consommer, à jeter, à remplacer : une promotion au boulot, un voyage, nos relations amoureuses, la dernière voiture, le bidule, le gadget électronique. Nous croyons, à tort, que cette dernière trouvaille, conquête, accomplissement nous comblera, assouvira notre soif, notre vide. L’inachevé.

Ce qui me ramène, dans ce ciel étoilé, à l’authentique. Je suis entourée du vrai : l’amitié. Un des rares cadeaux, qui lui, n’est pas fugace. Les gens sont de passage dans notre vie. Oui, les amitiés évoluent. Les nôtres et celles de nos enfants. Mais s’il y a une certitude qui procure un contentement, une plénitude, c’est bien l’amitié.

J’enseigne à mon enfant le sens profond de l’amitié, l’ami qui nous accompagne, celui qui nous est indispensable. Celui qui demande la réciprocité. Un ami devrait respecter nos choix, nos goûts, nos besoins, nos envies et les partager avec nous, être fier de nos succès et les souligner. On peut faire tellement de folies avec nos compagnons. Non, notre ami ne nous appartient pas. Il est libre et nous tient la main pour nous soutenir. Quel cadeau, quelle richesse !

Non, mon grand, la trahison ne devrait pas faire partie de tes amitiés. Ton best reçoit tes confidences qu’il ne retournera pas contre toi. Vos secrets, vos partages accroissent votre confiance, la loyauté et ça n’a pas de prix. L’amitié est précieuse et doit s’ancrer dans ton présent et non dans l’éphémère. Ton ami ne sera pas toujours sur ta route, parfois vous emprunterez des voies différentes. Il t’aura appris à être un meilleur humain, c’est mon souhait. Et lorsque nous devenons une meilleure personne, nous sommes dans le « être » et c’est gratifiant.

Une étoile passe, le temps d’un battement de cils. L’excitation s’empare de nous toutes l’espace d’un instant et nous crions de joie. L’amitié demande du temps, mon grand coco. Elle est plus durable que l’amour, bien souvent. L’amour te fera peut-être mal. L’amitié te rendra plus fort, conciliant, te remplira. Quelqu’un a dit que les humains sont la somme des cinq personnes qu’ils fréquentent le plus. Le contraire de l’instantané, du vent. Choisis les gens qui sauront t’élever, te faire grandir, te stimuler. Que ta vie soit tout le contraire de l’éphémère, car une étoile filante, c’est grandiose, mais elle est déjà loin, très loin…

Solène Dussault

 

Le pigeon voyageur – Texte: Solène Dussault

Le pigeon voyageur est un oiseau docile, qui exécute tout ce qu’on lui demande sans poser de ques

Le pigeon voyageur est un oiseau docile, qui exécute tout ce qu’on lui demande sans poser de questions. Il vole, d’un lieu à un autre, livrant un message dont il ignore le contenu. Cet oiseau fragile mais puissant peut porter l’espoir ou l’amour, la vengeance ou le mépris, mais il n’en sait rien. Il est le messager. Toutefois, il perçoit dans l’œil de celui qui accroche cette missive l’éclat de l’intention et le timbre de voix enflammé.

Tu avais deux ans et demi lorsque j’ai mis la clé dans la porte de ma relation avec ton papa. Je suis partie pour moi, pour me trouver. À ce moment, je me suis fait la promesse suivante : ne jamais me servir de toi comme d’un pigeon voyageur… Lorsque tu avais besoin d’un nouvel habit de neige et de bottes, tu n’as jamais transporté la facture entre deux adresses.

Ton papa et moi nous étions choisis depuis très longtemps. Nous avons été des amis, des complices, des amoureux, des confidents. Nous avons tellement ri et déconné. Nous avons assez cru en l’autre et en nous pour choisir de t’avoir, toi. Je l’ai assez aimé pour qu’il devienne ton papa. J’ai vu en lui un être assez digne pour former une famille. J’ai toujours eu un grand respect pour lui, pour nous. Un jour, la flamme amoureuse s’est éteinte, pour toutes sortes de raisons. Il n’est pas devenu un monstre du jour au lendemain, méritant que je lui déverse tout mon venin. Non, ce n’est pas à toi de faire le pigeon voyageur, de faire le trait d’union entre nous.

Il était primordial que nous continuions de former une équipe. Lui et moi avions ce cadeau inestimable : toi. À nous deux, il fallait se retrousser les manches pour collaborer ensemble à ton éducation, t’inculquer les valeurs qui nous étaient si chères.

C’est pourquoi nous nous sommes retrouvés à l’hôpital un soir, alors que tu étais encore au CPE et que tu avais foncé dans un poteau de balançoire. Il m’a appelée en panique : « Viens tout de suite nous rejoindre à l’urgence, ti lapin ne va pas bien du tout ». S’échanger le lit, à tes côtés, pour te veiller, pendant que l’autre allait prendre une marche pour s’aérer et se convaincre que tout allait bien se passer.

C’est pourquoi nous nous sommes assis l’un à côté de l’autre lors des rencontres de parents, en septembre, dans une classe déjà bondée. Nous tenions à être présents pour ce qui compte vraiment. Nous avons collaboré tous les deux lorsque, après des recommandations de l’école, nous avons pris la décision de débuter une médication pour traiter un TDA.

Ton papa et moi avons toujours pu compter l’un sur l’autre. Les reproches, la hargne, la rancœur n’ont jamais fait partie de nos armes pour détruire l’autre. Qui en aurait le plus souffert ? Toi. Je sais que notre relation de parents séparés est enviable. Lorsque nous avons eu notre dernière discussion ce fameux soir, ton papa m’a dit : « Je t’aime assez pour te laisser partir ».

Notre plus grande richesse, notre appui dans ce monde d’incertitude est que nous savons que grâce à toi, nous sommes liés jusqu’à ta mort ou jusqu’à la nôtre. Si tu n’étais pas là, il y a fort longtemps que nos routes se seraient éloignées, sans jamais se recroiser… À mes yeux, il n’est pas et ne sera jamais mon « ex ». Au contraire, il est présent plus que n’importe quel autre conjoint de passage que j’ai pu avoir, puisque rien ne me reliait à eux. Ton papa n’est pas mon ex, il est mon présent, pour toujours, puisque tu y es…

Oui, il y a plusieurs soirées où tu as pleuré, en demandant « pourquoi » et en nommant toutes tes peurs. Au moins, nous étions deux, dans des maisons différentes, pour nous en parler. Toutes les décisions que nous avons prises étaient pour ton bien-être.

Nous avons continué de signer tes dictées, tes évaluations, chacun de notre côté. C’est lui qui t’a accompagné à chacune des rentrées scolaires, même si ce n’était pas « sa semaine ». Jamais tu n’as été de trop pour nous. Jamais nous ne t’avons donné un rôle qui n’était pas le tien. Si j’ai une fierté dans ma vie, c’est bien celle d’avoir réussi à te préserver de nos tempêtes. Nous avons réglé nos désaccords lorsque tu dormais et que tu ne pouvais nous entendre.

Alors que tu es retourné sur les bancs du secondaire 2, nous avons tenu une rencontre au sommet il y a quelques semaines, papa et sa conjointe, toi et moi. Tous les quatre, assis autour d’une table (il ne manquait qu’une petite bière) à discuter des outils que nous allions te donner pour que ton retour en classe se passe bien et que ton attitude soit plus adéquate dans leur maison. Oui, c’est possible de jaser entre adultes sans s’arracher les cheveux. Trois adultes qui t’aiment et qui veulent ton bonheur sans aucune rancœur pour ce qui est : un couple de parents qui n’a pas poursuivi sa quête ensemble.

Lorsque c’est la fête des Pères, je le remercie pour le soutien qu’il m’apporte et l’amour qu’il t’offre. Il n’y a plus de sentiment amoureux entre nous deux, mais celui de la reconnaissance de l’apport de l’autre. Nous sommes prêts à beaucoup pour te faire évoluer sainement dans une séparation que tu n’as pas choisie. Est-ce qu’il fait comme moi je le ferais ? Non ! Et souvent, ça m’enrage ! Est-ce que je lui tape sur les nerfs parfois ? Sans doute !

J’espère que tu garderas dans ton cœur ce cadeau que nous t’offrons tous les jours, du mieux que nous le pouvons : vivre dans le respect et l’harmonie.

Solène Dussault

J’haïs vieillir – Texte : Nancy Pedneault

Attention, ce texte contient beaucoup trop de chialage pour rien. Veuillez le prendre à la légère

Attention, ce texte contient beaucoup trop de chialage pour rien. Veuillez le prendre à la légère.

En lisant cette intro, vous êtes perdus. Vous avez raison, ce n’est pas moi, ça ! Même moi, je ne me reconnais plus. Je suis habituée de voir la vie en rose bonbon bien pailleté. Mais là, non, je n’y arrive pas ! J’haïs vieillir. Est-ce que j’ai le droit de dire ça ?

Oui, oui, je vous entends, il y a plein de côtés positifs au fait de vieillir: la sagesse, l’expérience, le calme. Tout ça ne compense pas tout le reste, non de non !

Vieillir, c’est avoir des cheveux blancs à cacher ou à assumer. « Oh ! T’es belle avec tes cheveux blancs ! », qu’on me dit. Je les aimais mes cheveux sans fils argentés indomptables. Ça va dans tous les sens et ça pousse trop vite.

Vieillir demande probablement beaucoup d’énergie puisque je vais au lit de plus en plus tôt. J’aimais bien les nuits blanches à danser, mais c’est terminé. Je m’en remettrais pendant un mois. Je mets une croix là-dessus. Allez ! Au lit !

Vieillir, c’est avoir chaud, trop chaud. J’ai l’impression qu’on a mis douze bûches dans le foyer. Est-ce qu’on pourrait baisser le chauffage ?

Vieillir, c’est avoir la mémoire qui flanche. Il y a des gens qui me disent que je me répète. Dire que je me moquais de ma mère à ce sujet, il n’y a pas si longtemps.

Vieillir, c’est avoir l’estomac qui commence à faire des caprices. Oui, oui, cher estomac, tu as toujours aimé les concombres. Pourquoi, aujourd’hui, les détestes‑tu ?

Vieillir, c’est remarquer les petites jeunesses avec leur fraîcheur et les trouver tellement jolies (et envier un peu leur pétillement).

Puis, je ne vous parle pas du corps qui subit l’attraction terrestre ou des poils incongrus qui apparaissent sans crier gare. On pourrait en parler longuement.

Bon, en attendant que la sagesse me regagne, je vais aller me reposer. Je vais me faire un petit thé et tricoter un peu. Demain est un autre jour. Qui sait, peut-être que j’apprendrai à apprécier toutes les nouveautés que la vie me réserve.

 

Nancy Pedneault

La fausse couche – Texte : Valérie

J’étais enceinte. Je l’espérais depuis plusieurs mois déjà, alors j’étais très heureuse

J’étais enceinte. Je l’espérais depuis plusieurs mois déjà, alors j’étais très heureuse de voir enfin apparaître le petit + sur mon test de grossesse. Huit jours plus tard, l’indésirable sang est apparu. Un petit peu au début, puis de plus en plus. Je savais. J’avais beau savoir, tant que rien n’était confirmé, une infime partie de moi y croyait encore.

 

J’appelle à ma clinique pour demander une requête pour une de prise de sang. À ma grande surprise, une infirmière me répond dès la première sonnerie. Calmement, je lui explique que je crois être en train de faire une fausse couche et que j’aimerais pouvoir confirmer le tout avec une prise de sang. Elle ne semble pas trop savoir quoi me dire outre que si ça ne fait qu’une semaine que je suis enceinte, ce sont mes règles tout simplement. J’insiste alors elle me met en attente pour en discuter avec le médecin. Elle me revient en me disant que comme je n’ai pas mal, il n’y a pas d’urgence et que ça peut attendre la semaine suivante. Jusque-là, j’étais calme, mais là les larmes me montent aux yeux.

Je comprends tout à fait que médicalement parlant, je ne représente pas une urgence. Cependant, je sais que je suis enceinte et présentement, je saigne abondamment et j’ai besoin d’avoir une réponse. Elle ne veut rien savoir. Elle me dit que si je saigne à ce stade, ils ne peuvent rien faire. Pourtant, à aucun moment je n’ai demandé à ce qu’on sauve ma grossesse. Je sais pertinemment qu’ils ne peuvent rien pour moi, ce que je veux, c’est une réponse. Oui, tout porte à croire que j’ai perdu ce petit être que j’espérais, mais j’ai entendu tellement d’histoires de femmes qui ont saigné abondamment en début de grossesse, mais qui ont tout de même eu un bébé en santé que j’ai besoin d’avoir l’heure juste.

 

De son côté, elle n’ouvre même pas la porte à l’espoir puisqu’elle me dit que c’est pour le mieux que je sois en train de faire une fausse couche car si je le perds, c’est que le bébé n’était pas viable. Probablement en guise de réconfort car à ce stade, mes paroles sont entrecoupées de larmes, elle croit bon d’ajouter qu’elle entend mon bébé pleurer en arrière et que donc, si j’ai déjà eu un enfant, j’en aurai bien un autre ! Il a fallu que je lui parle du bébé que j’ai perdu à 39 semaines de grossesse pour qu’elle finisse par m’envoyer la c*** de requête. Ça m’a arraché le cœur de devoir utiliser mon bébé décédé pour obtenir le formulaire que j’aurais dû avoir dès le début de cette conversation. C’est donc dire que sans mon historique, ce que je vivais à ce moment-là était absolument invalide ?

 

Si j’écris ce texte, ce n’est pas pour « basher » l’infirmière (malgré que je n’irais pas prendre un café avec elle demain !). Ce que je veux, c’est que l’on cesse de banaliser les fausses couches. Aucune femme qui perd un bébé, et ce, peu importe le nombre de semaines, n’a besoin de se faire dire que ce n’est rien, que ce n’est pas urgent ou grave. Aucune femme qui fait une fausse couche, même si c’est dans l’heure qui suit le test de grossesse positif, ne regardera le sang couler sans émotions.

 

Oui, selon les statistiques c’est une femme sur cinq qui fera une fausse couche lors du premier trimestre. Oui, le personnel médical voit des cas chaque jour. Mais chaque cas, c’est une femme qui souffre. Chaque fois, c’est une maman qui dit au revoir à un être qu’elle voyait déjà dans ses bras. En huit jours, j’ai eu le temps d’imaginer ce futur bébé, de me demander si c’était un garçon ou une fille, de penser à l’accouchement et de me réjouir grandement d’enfin vivre une grossesse en même temps que ma belle-sœur.

 

Il faut arrêter de dire aux femmes d’en revenir ou de faire comme si rien ne s’était passé. Si une femme que tu connais est passée par là, prends le temps de lui demander comment elle va. N’insinue pas qu’elle n’y pense plus parce que ça fait longtemps ou parce qu’elle n’en parle pas. Peut-être qu’elle n’ose pas en parler par peur de se faire refermer la porte au nez parce que c’est en général ce que les gens font. Ouvre-lui la porte. Et si tu l’as toi-même vécu, parles-en, tu verras, ça fait du bien. Jamais une femme ne devrait souffrir seule et en silence. Une fausse couche, ce n’est jamais banal, point.

 

Valérie

 

Tu m’agresses — Texte : Ghislaine Bernard

Tu sais, toi qui me demandes toujours de t’écouter dans tes méandres, toi qui parles sans fin et

Tu sais, toi qui me demandes toujours de t’écouter dans tes méandres, toi qui parles sans fin et qui ne prends pas la peine d’écouter à ton tour mes conseils. Tu me prends mon énergie de façon exponentielle.

 

Tu sais, toi qui pleures sur mon épaule, qui attends que je dise ce que tu veux entendre pour te conforter dans tes idées, tu entends mais tu n’écoutes pas. Tu te répètes sans cesse. Autant dans tes dires que dans tes actions. Tu attends de moi que j’acquiesce à tout ce que tu penses, tout ce que tu juges, tout ce que tu fais et ne fais pas.

 

Tu n’es pas heureuse/heureux, mais tu ne fais pas d’efforts pour y arriver. Tu veux ceci ou cela, mais tu attends que tout te tombe dans les bras.

 

Tu sais, j’ai moi-même mes combats, mes difficultés, mais malgré moi, je prends quand même, toujours, du temps pour toi. Même si tu ne l’apprécies pas à sa juste valeur. Tu penses que l’amitié, c’est obliger l’autre à écouter sans retour d’ascenseur.

 

J’étais là quand tu as crié, pleuré, pesté. J’y étais encore quand découragé/e, tu m’as dit ne plus vouloir continuer. Je t’ai ramené/e à la raison. T’ai donné tous les chiffres de l’équation pour arriver à un résultat positif. Qu’as-tu fait ? Rien.

 

Puis, tu arrives avec des phrases accusatrices, m’octroyant le monopole du bien-être, me disant que moi, ce que je porte, c’est pas « si pire ». Ce n’est pas « grave » : j’ai de l’aide quand je la demande. J’ai un entourage pour me soutenir. Du coup, ta vie est la pire à vivre et moi, je me plaindrais pour rien si j’avais l’audace de partager mes peines et mes souffrances.

 

Tu banalises mes difficultés lorsque j’arrive à te les partager. Tu me brimes. Tu me peines. Bref tu m’agresses.

 

Aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas te laisser parler. Je t’ai dit bien fermement : je ne suis pas disponible pour tes désagréments. Tu ne l’as pas pris, m’as accusée de ne pas être ton amie. Que je n’avais pas de cœur, que j’étais égoïste et surtout, tu m’as dit : « Je n’aurais jamais pensé cela de toi ! ».

 

Encore une fois, n’apprendrais-je jamais qu’il n’y en a que pour toi ? Que tu ne recherches chez les gens qu’une amitié à sens unique ?

 

Tu m’as dit des choses blessantes et absolument injustes, puis tu as pleuré. Tu as réussi, pour la énième fois, à m’émouvoir.

 

Du coup, je me suis sentie injuste envers moi-même, je me suis dit : tu lui as permis de te brimer, de te peiner et de t’agresser… quand vas-tu arrêter ?

 

Simplement Ghislaine

L’intense, tu connais ? Texte : Claudie Castonguay

Je parle de l’enfant qui déplace, teste, parle plus. Celui que tout le monde remarque (ou celui d

Je parle de l’enfant qui déplace, teste, parle plus. Celui que tout le monde remarque (ou celui dont personne ne veut). Est-ce que ça fait de lui un enfant moins aimable ?

Que ce soit à petite ou grande échelle, chaque enfant a ses besoins, ses capacités d’adaptation, ses peurs, ses forces.

Il est très dur pour un parent d’avoir un enfant à besoins particuliers. Il est encore plus dur d’accepter que notre enfant ne colle pas dans le moule parfait. Et par le fait même, lorsque notre propre entourage nous le ramène sur le bout du nez.

Si la société apprenait à s’entraider plutôt qu’à juger ? Quand on est parent, on connaît les défauts de nos enfants. Et on se flagelle assez soi-même, parce qu’après tout, ils sont une moitié de nous ! On n’a pas besoin de se faire dire que notre enfant est intense. Et encore moins de se faire dire « Je préfère ton premier, ton deuxième… » Nous, comme parent, on aime tous nos enfants de façon égale.

Et si nos intenses étaient plutôt des curieux, des explorateurs, des sensibles, etc. ?

Bref des humains… 💗

 

Claudie Castonguay

Connaissez-vous l’expression être sur son « X » ? Texte : Jessica Thériault

Ce week-end, nous fêtions le 50e anniversaire d’une personne qui m’est très chère

Ce week-end, nous fêtions le 50e anniversaire d’une personne qui m’est très chère.

Elle a répété au moins un millier de fois à quel point elle était fière de la personne qu’elle était devenue, à quel point elle était fière de ses enfants, de son mari, de la femme qu’elle est devenue.

Je lui ai simplement dit : « Mom, c’est ce qu’on appelle être sur son X ». Vous auriez dû voir son expression faciale qui disait : « Excuse-moi, qu’est-ce que tu as dit ? Être sur son X, c’est une expression de jeunes ça… »

Du haut de mes 31 ans, j’ai expliqué à ma mère qu’être sur son X voulait simplement dire que nous étions où nous voulions dans la vie, que nous étions exactement où nous devions être à cet instant précis.

Ma mère, c’est une femme forte, une femme remplie d’ambitions. Elle travaillait depuis près de 20 ans dans une compagnie qui ne la rendait pas heureuse. Lorsque je lui ai annoncé ma grossesse, elle a entrepris de finir son secondaire, puis d’aller faire un AEC pour avoir un « vrai » métier.

Elle est aujourd’hui gérontologue, mariée avec l’homme de ses rêves qu’est mon beau-père. Elle s’occupe de ma grand-maman qui est atteinte de démence, sans compter toutes les autres choses connexes. C’est un magnifique accomplissement, ce que cette femme a pu accomplir.

Ce qui me ramène à ma propre existence : qu’est-ce que j’ai fait, moi ? Où en suis-je rendue dans mon cheminement ?

Dès l’âge de 18 ans, je suis devenue maman. J’ai terminé un cours dans lequel je ne travaille pas présentement, mais je suis une supermom.

J’ai sacrifié bien des choses, j’ai fait des erreurs, mais je me sens accomplie dans le rôle que j’ai en tant que maman.

J’ai un job au-delà de ce que j’aurais pu espérer et qui concilie le travail-famille, dans le domaine de la construction que j’adore.

J’ai abandonné des rêves pour mes enfants, puisque la séparation avec leur père ne me permettait pas de les réaliser, mais je réalise que ces rêves abandonnés ne sont que partie remise.

Je prends d’autant plus conscience que ce n’est pas la vie que j’avais choisie. Me retrouver seule une semaine sur deux, élever mes enfants du mieux que je peux, continuer d’avancer, faire comme si tout allait bien en tout temps devant ces trois petites merveilles.

Faire comme si tout allait bien tout le temps, toujours, devant tous ces gens que j’aime.

Trop souvent, je m’inflige des remises en question, des reconditionnements nécessaires. Je n’arrive pas à me situer dans le temps, à me voir à long terme, parce que j’essaie toujours d’obtenir le mieux pour eux.

J’avais hâte moi aussi de me retrouver sur mon X, de ressentir le sentiment de l’accomplissement.

J’ai ce week-end réalisé que ce X, nous pouvons l’obtenir à plusieurs moments de notre vie. Nous l’obtenons dans chacune de nos petites victoires.

Chaque moment que l’on vit, chaque instant où nous savons que nous vivons quelque chose de précieux, nous sommes sur notre X.

Peut-être pas le X de notre vie, mais notre X du moment.

Un X que nous devons choyer, à tout moment.

Pour ma part, mon X du moment, c’est de savoir que mes enfants sont en sécurité, dans un environnement où ils sont heureux. C’est de m’être fait dire tout le week-end à quel point j’ai des enfants merveilleux.

Malgré tous les doutes qui planent au-dessus de ma tête, mon moment je le vis, je l’apprivoise.

Un jour, pas si lointain je l’espère, je me retrouverai au même moment X que ma maman exceptionnelle, selon mes besoins, mes choix et chacune des petites victoires que j’aurai atteintes.

 

Jessica Thériault

Une autre journée ! Texte: Nathalie Courcy

10 septembre, Journée mondiale de prévention du

10 septembre, Journée mondiale de prévention du suicide. Eh oui, une autre journée mondiale ! La 19e pour cette cause. Je ne sais pas si un jour, les humains décideront d’annuler cette journée de sensibilisation en se disant « C’est beau, les gens ont compris. Les taux de suicide sont presque nuls, on peut arrêter d’en parler ». Je ne pense pas, hein ?!

Je ne pense pas parce que même un suicide, c’est un suicide de trop. C’est une personne qui a tellement souffert à l’intérieur qu’elle a pensé que la mort était un moindre mal. Il faut que ça fasse mal en dedans en titi pour en venir là.

Le SUI-cide, ça veut dire se tuer soi-même. Non seulement décider de se tuer (avec ou sans l’esprit clair), mais le faire. Faire le geste qui nous tuera. Avoir cette violence envers soi qui prendra notre vie. Pour toujours.

J’ai souvent déposé le pied dans la mince marge entre le désespoir total et la décision de me tuer. Mais chaque fois, je l’ai retiré. Ce n’est pas tant la douleur qu’aurait créée le geste fatidique qui me retenait, mais le geste lui-même. Cet éclair d’une seconde dans lequel je devrais retourner un geste contre ma propre personne. C’était trop.

Puis, l’image des gens autour de moi dans l’après-suicide me ramenait à la réalité. Je ne voulais pas qu’ils souffrent. Plusieurs personnes dans mon entourage se sont suicidées et je nous vois, humains qui restons derrière, nous demander ce qui s’est passé, si on aurait pu faire quelque chose. Pour ceux qui restent, la culpabilité n’a d’égal que le vide. Je ne voulais pas faire subir cette vie restante à mes proches.

Je suis longtemps restée dans la twilight zone du désespoir. L’espoir, la joie de vivre, la raison de vivre manquaient à l’appel. Je les croyais morts, pas juste portés disparus. On parle d’années, on and off. Par bout, c’était une obsession. Je voyais des possibilités de mourir partout et chaque fois, je me disais d’attendre un peu, qu’il y avait sûrement une solution (pas une autre solution, parce que le suicide n’est pas une solution, mais bien une solution tout court). Même quand je réussissais à passer quelques jours un peu plus légers, l’idée n’était jamais très loin derrière. Il suffisait d’une mauvaise nuit, d’un conflit, d’une journée de pluie ou d’une hausse d’hormones pour que l’idée du suicide refasse surface. Et encore, chaque fois, je choisissais la vie, même si c’était en attendant. Je ne savais pas ce que j’attendais, j’étais incapable de m’imaginer une vie autrement ou plus heureuse, mais j’attendais. C’est l’attente et la patience qui m’ont sauvé la vie.

Le thème de cette année est « Créer l’espoir par l’action ». C’est-ti pas beau ? On pourrait croire qu’attendre, simplement, n’est pas une action. C’est plutôt passif, en effet. Mais ça me demandait tellement d’efforts ! Me retenir de passer à l’acte, comme si j’étais en combat contre moi-même. Comme si une partie de moi me retenait physiquement de me lancer en bas du précipice en criant « Ne fais pas ça ! ».

Puis, il y a eu des actions bien concrètes : thérapieS, discussions, formations, lectures, activité physique, tests génétiques, médication, changements dans mon alimentation et dans ma routine quotidienne, fin de relations malsaines. J’en ai fait, des pas ! De recul, pour avancer, pour remonter la pente, pour escalader ce qui ressemblait à l’Everest. Chaque action était un geste anti-suicide. Un geste d’espoir.

Et maintenant, je me donne comme mission de partager mon espoir avec ceux qui me lisent et avec mon entourage. Je ne suis pas dans le « Ça va bien aller » genre début de pandémie. Je suis plutôt dans le « Ça va être difficile, mais ça se peut ». Ça se peut que tu sois heureux, que tes relations soient remplies de lumière, que tu te lèves le matin avec des projets et le sourire aux lèvres, que le brouillard se dissipe dans ta tête et que les solutions deviennent de plus en plus évidentes. Ça se peut tellement, mais ça commence par un choix, même quand on n’y croit pas vraiment. C’est un choix quotidien. Un choix de chaque minute, parfois. Un choix qui sauve une vie.

Et un jour, tu te réveilles, comme moi, en te disant : « Hum, c’est à ça que ça goûte, le bonheur ? »

Nathalie Courcy

Mon amour, laisse-nous revenir — Texte : Eva Staire 

Mon amour. Mon support. Mon équipier. Ma troisième moitié. Laisse-nous revenir. J’ai enco

Mon amour. Mon support. Mon équipier. Ma troisième moitié.

Laisse-nous revenir.

J’ai encore le ton exact de ta voix dans mes oreilles quand tu as prononcé les mots « c’est fini, va-t’en ».

On est habitués de se sauver. Alors pendant que tu ronflais sur le divan, j’étais déjà sur Marketplace, dans notre lit qui serait désormais le tien, pour nous trouver un toit. Parce qu’on est habitués de se virer sur un dix cents, de partir pour éviter. De noyer notre peine dans les chansons lourdes et les repas aussi fréquents que nos heures de sommeil.

Mon beau brun intelligent aux yeux mystérieux et au caractère fort, je t’en supplie, laisse-nous revenir.

Plus tôt aujourd’hui tu m’as demandé pourquoi j’arrivais maintenant à t’exprimer clairement ce qui se passait. Ça m’aura pris trois lames et un appel avec la psy pour identifier la source trop bien connue : la Peur. La honte.

La peur que tu partes, que tu te tannes et nous abandonnes dans le moment le plus intense de nos vies. Parce qu’en fait, Mon Amour, ils sont tous partis. On dit que c’est une belle chance que d’avoir cette résilience, mais je t’assure que je préférerais vivre dans l’inaction complète. Quoique j’ai peur de l’échapper. On essaie tant bien que mal de tout tenir, mais c’est à bout de bras. D’un coup que tout vire de bord et que ça empire ? Ou encore pire, que tout se place enfin ?

Je nous ai trouvé une nouvelle place où ruminer, mais sans l’odeur de ta peau ni le son de ta voix, ce toit ne reste qu’un toit. La maison, c’est toi.

J’aurais aimé être en mesure avant de te dire que j’avais besoin qu’on caresse mes cheveux pendant mes crises de larmes. Qu’on prenne le temps de se poser réellement et d’entendre « Qu’est-ce que je peux faire pour que tu arrives à t’aider toi ».

Que j’avais besoin qu’on valide ma hantise et non pas qu’on la solutionne. Qu’on comprenne que ma peur de l’avenir baignait dans une mer de réponses du passé. Que ça teintait toutes mes pensées et actions présentes.

Mon eau calme, laisse-nous revenir.

La honte qu’on ressent présentement de ne pas avoir simplement levé les feutres seules quelques jours est indescriptible. Oppressante. J’ai le chest lourd et les mains pleines de roches.

Mon amour, laisse-nous revenir, mon Anxiété et moi.

Eva Staire