Tag intensité

Le volcan mal compris

Des fois, j’ai tendance à m’emporter. Ok… je l’avoue, je di

Des fois, j’ai tendance à m’emporter. Ok… je l’avoue, je dirais plutôt souvent, voire toujours. Dans toutes les conditions, dans toutes les situations, tout est une bonne raison d’exploser! Mais attention, exploser ne rime pas nécessairement avec frustration.

Par exemple, quand je trouve quelque chose de beau et d’émouvant, je m’emporte, tout énervée. Je vais donner l’impression de parler fort (ok, je parle toujours fort, mais dans ces moments‑là, c’est pire). Je deviens comme un peu hystérique et ça sort en volcan! La pression dans mon estomac est si grande que mon corps fait le bacon sans mon consentement! J’vous jure, boom! Un vrai volcan mais de bonheur. Ça se peut, ça? Bien, je confirme que oui, dans mon monde à moi, ça se peut! Rendue à cette étape‑là, je me fais dire que je suis « trop », que je dois me calmer. Ben coudonc, ça pète une baloune assez vite! Je dérange en étant de bonne humeur.

Quand je suis fâchée, alors là, je suis un volcan de rage! Ça bouille en dedans, ça brûle et la lave de mots me monte à la gorge et ça doit sortir! Boom! L’explosion dure quatre secondes et quart et c’est fini. On passe à autre chose, le volcan retourne dormir, vidé. Instantanément, sans rancune. Mais je dérange aussi en étant fâchée.

Quand je suis fatiguée, c’est maintenant que je dois aller me coucher, sinon je vais mouuuurrriiirr de fatigue. Je ne m’endure plus tellement j’ai épuisé mon énergie au courant de la journée… Vous êtes pareilles, non? 😉

Je n’ai pas de patience : la vie roule trop vite pour attendre!

Je n’ai pas de filtre : mes mots et mes réactions sortent avant que mon cerveau mette un stop! (Je me suis grandement améliorée par contre!)

Je pars souvent sur des bulles. Quand j’ai envie de faire quelque chose, c’est maintenant. Pas question d’attendre! Un volcan, ça n’attend pas! Par contre, mon volcan intérieur s’éteint bien assez vite si les choses ne bougent pas.

J’ai toujours l’impression que tout est compliqué et qu’il faut que je me retienne. Me retenir de parler, d’agir et même parfois de penser! Mais je pense trop! Ça me rend presque malade!

Je me fais souvent dire de me calmer (et je déteste ça, parlez-en à mon chum, voir…!) C’est comme si on me disait de changer ma personnalité pour ne pas déranger les autres. Ça me rend (encore plus) folle!

« Toi, t’es intense » : je me suis souvent fait dire cette phrase. Je ne suis pas encore sûre si c’est un compliment ou un reproche et surtout, je ne comprends pas pourquoi on me le dit. Ceci dit, je vais sûrement mourir un jour d’une crise de cœur (sûrement encore une exagération ici), car tout me stresse, tout me fait faire le saut, tout m’énerve et tout me fait peur!

J’ai souvent (toujours) l’impression que personne ne me comprend. Même moi, je ne me comprends pas et ce n’est pas peu dire, mais j’ai arrêté de chercher! Par contre, on dirait que personne n’est comme moi? Ou du moins, personne n’en parle. Ce n’est pas comme si c’était grave d’être une personne « intense »…

Un volcan mal compris : c’est comme ça que je me sens! C’est mystérieux, c’est fascinant, loin des gens (du moins, mentalement) et on ne veut pas s’en approcher, de peur de se brûler. Le volcan est toujours prêt à sortir de son lit. Imprévisible. Que ce soit pour le bonheur de l’un ou le malheur de l’autre, le volcan est à la fois impulsif et éveillé.

Je suis un volcan, que ça vous plaise ou non.

Tania Di Sei

Bouquet de pissenlits

Déjà dans mon ventre, tu avais décidé que pour toi, la vie, se

Déjà dans mon ventre, tu avais décidé que pour toi, la vie, se passerait autrement. Des contractions à vingt semaines à peine, des saignements. Je ne compte même plus le nombre d’hospitalisations. À trente-quatre semaines, tu as décidé que tu ne sortirais pas naturellement. J’ai eu un tourbillon dans la bedaine. Tu t’es assise en indien sur mon col, l’air de dire « Sortez-moi donc de là pour voir ». Même le pauvre gynécologue pratiquement à genou sur ma bedaine pour tenter une version n’a réussi qu’à te faire bouger de quelques centimètres.

Je crois que c’est à ce moment que j’ai compris que tu serais une petite rebelle. Bébé, tu étais si différente de ta grande sœur. Tu nous faisais rapidement comprendre la façon dont tu voulais être bercée, la façon dont tu voulais boire, dormir, manger.

Le terrible two est arrivé. Nous nous sommes dit que tu l’avais plus fort qu’un autre enfant, que ça finirait par passer.

Tu as maintenant cinq ans… presque six. L’opposition est toujours là, je dirais même plus que jamais. Faire partie de ta vie, c’est une montagne russe d’émotions. On ne sait pas quelle couleur aura notre journée. Chaque matin, on te regarde lorsque tu viens nous rejoindre après ton lever. Dans les premières secondes, on sait.

Il y a les journées noires, où rien ne va. Tu t’opposes sur tout. Tu n’en manques pas une. Ces journées-là sont difficiles. Tu as su cerner nos failles et tu les utilises contre nous. Dans ce genre de journée, lorsqu’enfin, tu t’endors, j’éprouve du soulagement. Parfois, ce soulagement se transforme en larmes, des larmes d’épuisement, de découragement. Des larmes d’impuissance, parce que j’ai l’impression que rien ne fonctionnera avec toi.

Il y a les journées blanches, celles où tu passes la journée dans la lumière. Des journées remplies de rires, de jeux. Tu files le parfait bonheur, avec nous et avec tes sœurs. C’est dans ces journées-là que, parfois, on se met à douter. Tout va tellement bien, ce n’était peut-être qu’une mauvaise passe. On s’accroche à ce petit fil si fragile. C’est une période de lune de miel.

Et c’est le retour des journées grises. Celles où tu passes d’un extrême à l’autre. Celles où notre matin sera coloré de noir, mais s’éclaircira au cours de la journée. Celles qui se terminent avec toi qui entres dans la maison, le visage illuminé de bonheur et la main dans le dos. Celle où tu me tends un bouquet de pissenlits en me disant :

« Je t’aime maman! Tu es la plus merveilleuse maman du monde, même de tous les mondes réunis ».

Et où je te réponds : « Et moi, je t’aime plus que tous les univers réunis. »

Mélanie Paradis

 

Qu’est-ce que ça va être quand elle sera ado?!

Si j’avais dû manger toutes les crises de bacon que notre fille a

Si j’avais dû manger toutes les crises de bacon que notre fille aînée a faites jusqu’à ses treize ans, je serais morte depuis longtemps d’une attaque de cholestérol grimpant. Quand ton enfant te répond bête à dix-huit mois, qu’il lance son matelas queen au bout de ses bras à trois ans, qu’il détruit l’intérieur de ta minivan à sept ans… tu te dis que ça ne sera pas jojo à l’adolescence, une fois que les hormones règneront en reines.

Combien de fois ai-je croisé des regards découragés ou horrifiés (dont le mien dans le miroir!), des têtes qui se dévissaient en faisant des « non » incrédules ou qui s’efforçaient de s’invisibiliser pour ne pas devoir intervenir? Combien de fois ai-je entendu des parents, des proches et des éloignés, des pertinents et des étrangers, qui donnaient leur opinion sur la situation : « Qu’est-ce que ça va être quand elle sera ado?! » Parce qu’évidemment, un enfant agressif, violent même, ne peut qu’empirer. Il ne peut que poursuivre sa dégringolade sur la route du pas-de-classe et de la délinquance…

Bien sûr, mon mari et moi aussi, nous nous inquiétions. Nous espérions franchement que les choses se replaceraient avant que les conséquences s’aggravent. Mais juste avec de l’espoir, on ne va pas loin, alors on a travaillé fort ensemble, avec notre fille et avec plein d’intervenants. Et avec le temps, qui fait parfois de la magie.

Notre grande Peanut a eu treize ans il y a quelques semaines. Le fameux chiffre 13. La malchance, le malheur, les règles, les hormones full pin, les faces de baboune qui ne veulent plus rien faire avec leurs parents, les mâchoires qui s’ouvrent à peine et juste pour dire « m’hein? », les bras qui traînent à terre tellement ils ont poussé sans prévenir. Intense comme l’est notre fille, on s’attendrait à ce que ce soit l’enfer en la demeure! Qu’on essuie dix crises par demi-heure…

Mais non! (Et c’est ici que les parents désespérés verront poindre la lumière au bout du tunnel.) Notre grande Peanut est devenue… heureuse! Elle est toujours aussi intense et émotive et drama queen, mais de façon positive. La plupart du temps (sinon, la barre serait trop haute pour les trois autres qui frapperont éventuellement le mur de l’adolescence). Elle se sait différente, et elle en est fière. Tellement qu’elle se sent plus solide face aux élèves qui la niaisent et essaient de la faire sortir de ses gonds. « Maman, ils doivent être mal dans leur peau pour essayer autant de me prendre en défaut. J’ai décidé que c’était leur problème, pas le mien. »

Elle qui lisait des tonnes de livres (elle est en train de se faire toute une paire de quadriceps à force de monter les six étages de l’école jusqu’à la bibliothèque!), elle les écrit maintenant, les publie sur WattPad, me les fait réviser (alors que la moindre remarque auparavant la faisait entrer dans une de ces rages!). Elle qui n’a jamais voulu suivre des cours d’arts parce qu’elle ne tolérait pas de se faire dire quoi faire, elle est maintenant dans un programme d’arts et multimédias et tripe à fond, persévère et travaille avec acharnement pour s’améliorer. Elle qui éclatait sous la pression de ses émotions fortes, elle exprime maintenant ses sensations et toute la subtilité de ses sentiments avec des mots et des nuances, avec confiance.

Elle qui voulait mourir, elle est maintenant addict à la vie, et à toute une vie! Une vie pleine, belle, remplie d’espoir et tournée à la fois vers le moment présent et vers un avenir rayonnant. Elle sait, et nous savons, qu’il y aura parfois des périodes creuses, mais nous profitons de l’ici-maintenant et de cette magnifique percée de soleil pour continuer de construire sur le positif. Et surtout pour y croire, intensément.

Belle ado, belle jeune femme en devenir, je t’aime et je t’ai toujours aimée!

Parents, grands-parents qui êtes découragés devant votre enfant qui s’adolescentise… gardez espoir. Et ne cessez jamais d’accompagner votre jeune. Un jour, ce sera son tour de vous tendre la main pour tenir la vôtre.

Nathalie Courcy