Tag rituels

Aux orties les traditions !

<span style="font-family: 'Times New Roman','serif'; font-size: 12pt

Qui s’oblige, mais je dis « s’oblige » littéralement, à certaines actions pendant le temps des fêtes ? Appréciez-vous réellement les traditions auxquelles vous participez ? Quelles sont-elles ?

 

Pour ma part, j’ai toujours adoré installer le sapin sur fond musical du temps des fêtes, au son des cantiques traditionnels et, depuis que je suis adulte, avec une bonne coupe de vin à portée de main. Nous finissons l’installation couchés sur le ventre, admirant notre chef‑d’œuvre en chantant « Mon beau sapin ».

 

En grandissant, les enfants participent de plus en plus à la décoration du sapin. J’ai toujours voulu avoir un « vrai » sapin qui parfumerait la maison, qu’on irait même, si je poussais un peu le plaisir, choisir et couper soi-même ! Comme dans l’temps !

 

Puis il y a les cadeaux… Oui, c’est vrai, je l’avoue humblement, le côté commercial de la fête de Noël est bel et bien présent ! Mais avouons-le : nous adorons voir les réactions des personnes qui nous sont chères lorsqu’elles découvrent le présent choisi avec soin. Je crois que le tout est de doser. Nous avons des « moyens » différents, allons-y pour ce qu’on « peut » et pas pour ce qu’on « veut »… sauf si on se prépare d’avance. Car il est bien connu que remplir les cartes de crédit pour Noël… ça fait des lendemains de veille moins plaisants.

 

Puis, le repas traditionnel. Dinde, ragoût, six-pâtes, tourtière (ou pâté à la viande, c’est selon 😛 ), les atacas et la non négligeable bûche de Noël !

Chez nous, nous dérogeons de la dinde… appréciant davantage le canard, les cailles.

(À mon père d’adoption qui me lit : non, je n’oublie pas les œufs farcis !)

 

La nouvelle génération ne va plus énormément à la messe de minuit, tradition d’une croyance qui a changé. Certains y vont par respect pour les aînés qui y tiennent. D’autres y vont par nostalgie ou par simple envie. Pour ma part, il y a bien quelques années que je n’y suis pas allée, je verrai cette année. J’ai quand même quelques reconnaissances à communiquer en haut lieu !

 

Maintenant, le vif du sujet :

Les OBLIGATIONS.

Quelles sont ces obligations que l’on s’impose et qui nous vident d’énergie physique autant qu’émotionnelle ?

 

Les voyages chez les uns et les autres, deux heures de route vers l’Est un soir pour conduire quatre en sens opposé le soir suivant ! Si vous êtes seuls ou deux adultes, passe encore. Mais s’il vous faut déplacer une armée incluant les présents, les plats partagés et autres nécessités pour les enfants, ça devient un tantinet plus compliqué et surtout plus éreintant.

 

Se réunir avec ceux qu’on aime n’est pas toujours facile au fil de l’année, alors nous faisons cet effort au moins une fois par année, tous ensemble. Mais si vous n’en aviez pas envie ? Le feriez-vous quand même ? La plupart d’entre nous répondent « oui » à cette question, car nous voulons faire plaisir et respecter ces belles traditions. Mais n’y a-t-il pas moyen de faire en sorte que l’obligation ne soit pas lourde ? Une visite abrégée et joyeuse ne vaut-elle pas mieux qu’une visite prolongée à reculons ?

 

Je suis partagée.

 

Une partie de moi rêve de ces Noëls d’antan, où les grandes familles se réunissaient, mangeant la boustifaille de l’hôtesse qui passait plusieurs heures, parfois même plusieurs jours dans les préparatifs. Où certains avaient un violon, un accordéon, un harmonica ou de simples cuillères. Les tables et les chaises étaient déplacées et le « party pognait » pour de vrai… On retrouvait du monde un peu partout le lendemain matin.

 

L’autre partie de moi est plus « pantouflarde » : j’ai envie de me coller avec les miens (et non pas de devoir repousser la main baladeuse de mon’oncle Untel ou de me sauver des becs à pincette d’une tante dont je ne me rappelle pas le nom !) J’ai envie de regarder un bon film ou de jaser simplement, avec une boisson chaude (alcoolisée ou pas) dans les mains. J’ai envie de rester dans ce petit monde à part et de profiter de cette pause tout simplement.

 

Mais au final, je me dis : « Et si on disait “Aux orties les traditions !” » et que chacun de nous décidait de son vrai désir ? Si vous avez envie de manger de la pizza la veille de Noël, mangez-en ! Si vous voulez aller dans le Sud et en avez la chance, foncez ! Les fêtes de fin d’année sont à MON avis un temps pour faire plaisir aux autres, mais il ne faut pas s’oublier!

 

Il y a douze mois dans une année où nous pouvons faire des rassemblements autres si ceux de décembre et janvier nous pèsent. Le plus important à mon avis, c’est de se respecter dans nos choix et de respecter les autres.

 

Joyeux Noël selon VOS aspirations, chers lecteurs !

 

Simplement Ghislaine.

 

Tes colères…

Encore un drame. Un autre drame... Ce matin, j'ai eu le malheur de

Encore un drame. Un autre drame…
Ce matin, j’ai eu le malheur de couper ta tartine de pain dans le mauvais sens.
Alors tu as deux triangles de toast au lieu de deux rectangles.
Et tu bloques.
Une autre fois…

Tes mains tremblent, tes lèvres se raidissent, tes larmes coulent, ton visage est figé dans cette expression d’effroi…
Le drame.
Tu n’utilises pas de mots, c’est trop terrifiant. Ta colère monte, monte. Tu ne pleures pas. Tu ne cries pas. Tu es juste bloqué là.
Je sais que ce matin, rien n’ira bien, tout sera compliqué. À cause d’un fichu morceau de pain.

C’est comme ça pour tout. Chaque étape de ta journée est rythmée par des rituels précis et vitaux. Si une chose n’est pas à sa place, si un geste n’est pas effectué de LA bonne manière : ton univers s’écroule. C’est LA PANIQUE.

Je me sens alors complètement démunie et ça m’énerve. Tu m’énerves! Mince! Tu as neuf ans! Tu n’es plus un bébé! Mon cœur de maman se sent impuissant face à cette détresse qui ne devrait pas en être une. Mes mots ne t’apaisent pas, au contraire, tu bloques encore plus! Je ne sais plus quoi dire, ni quoi faire. Tes colères prennent en otage notre vie de famille, notre quotidien.

Chaque jour, on marche sur des œufs, on va dans ton sens, on t’assiste dans tes manies pour éviter ce carnage émotionnel. Chaque jour, un autre rituel s’installe… Tout est si compliqué…

Les pantoufles à gauche au pied de ton lit, les franges du tapis alignées bien droites, la porte de ta chambre entrouverte de très exactement 7,4 centimètres, les cinq phrases que je dois te réciter avant ton dodo (toujours dans le même ordre et qu’il faut recommencer depuis le début quand je me trompe…), le beurre parfaitement étalé sur tes toasts dans chaque minuscule recoin… La liste est longue… les risques de se tromper sont immenses…

Et ce matin, c’est encore le drame… Parce que j’ai oublié un détail…
Pardonne-moi mon manque de patience… Tu sais, une partie de moi comprend vraiment ce qui se passe en dedans de toi, j’étais pareille, enfant… Tu verras, tout ira bien. Inspire, expire, essaie de trouver le calme, mon grand. On est là…

Gwendoline Duchaine

Les règles du bonheur

Quand Noël approche, les bonnes résolutions se pointent le bout du nez. On pense à tout ce qu’o

Quand Noël approche, les bonnes résolutions se pointent le bout du nez. On pense à tout ce qu’on aimerait (tsé genre, gagner à la loterie ou perdre du poids #classiques), et surtout, à tout ce qu’on voudrait faire ou recevoir (voyager ou avoir la toute nouvelle babiole techno #classiquesaussi). Chez moi, on se concentre sur une chose : partager du bonheur (non, c’pas une joke). Pour le faire, on suit ces cinq règles simples :

1— Finies, les traditions aux valeurs douteuses. Si j’instaure une tradition, je veux que ce soit pour les bonnes raisons. On va se le dire, le lutin qui joue des tours, je me demande encore ce qu’il est sensé transmettre comme valeurs à nos enfants!? Pis c’est quoi l’idée de manger un maudit chocolat en se levant le matin!? C’est quoi le but, le message, la quête spirituelle là-dedans!? Ici, quarante jours avant Noël, les enfants découvrent une petite boîte. C’est notre calendrier de l’Avent. Parce que chez nous, au lieu de manger un chocolat par jour, chaque membre de la famille doit faire une bonne action. Tous les jours. Chaque. Jour. Pas de chocolat. Pas de lutin. Juste le don de soi et la gratitude.

Chaque matin, les enfants sont excités de piger la bonne action du jour et de faire le choix de faire le bien. Plus les jours avancent, plus le don de soi devient naturel pour les enfants… Ouvrir la porte à un aîné, aider un plus jeune, pardonner à quelqu’un… Ce sont de belles actions, mais encore faut-il être capable d’en saisir toutes les occasions. C’est bien aussi de faire une pause, en cette froidure de décembre, pour se rendre compte de tout ce qu’on peut faire comme petits gestes au quotidien. (Je salue ici la madame qui m’a coupée pour me voler ma place dans le stationnement tout à l’heure!)

2— Faire du bénévolat. Oui, pour vrai. Je ne vous écris pas aujourd’hui pour vanter nos « bonnes actions », au contraire. J’écris ce texte parce que je réalise surtout que quarante jours pour se dévouer aux autres, c’est loin d’être assez. C’est quand, la dernière fois que vous avez mis votre vie sur pause pour prendre soin des autres? Réellement? (Aux mamans : Mettre sa vie sur pause pour se dévouer à ses enfants, c’est noble, mais ça venait dans la description de tâches au départ, faque ça compte pas…) Dans le train-train de la vie, on a tous l’impression de courir après le temps. Mais la vérité, c’est que vous n’aurez jamais le temps, si vous ne le prenez pas.

3— Fabriquer des trucs avec amour. Acheter un cadeau? Facile et coûteux. En fabriquer un? Moins facile et moins coûteux! Mais oh! Combien plus gratifiant! Recevoir un cadeau? C’est le fun. Recevoir un petit quelque chose qu’une personne chère a fait pour nous? Tellement plus touchant. Pensez-y. Et l’excuse « je ne suis pas bon en bricolage » est à proscrire! Tu peux bâtir, construire, dessiner, fabriquer, bricoler, cuisiner, écrire, créer… et c’est impossible d’être humainement incapable d’accomplir quoi que ce soit. Je crois encore en l’humanité…

4— Arrêter de poser LA question, et d’y répondre. Quand Noël approche, la question futile revient sans cesse : « Pis toi, qu’est-ce’tu veux pour Nowel? » Et là, tu réponds un livre, un foulard, un chandail, un peu-importe… Et là, le 25 décembre, on te l’offre en cadeau. Parce qu’on s’est tellement éloigné des gens autour de nous, qu’on ne les connaît même plus assez pour savoir ce qui les rendrait heureux! Au lieu de lui poser la question, essaie de penser à cette personne, à ce qu’elle aime faire ou manger, aux endroits où elle aime aller ou sortir, ou à ce qu’elle voudrait découvrir. L’idée, c’est encore de rendre l’autre heureux, pas de lui donner un autre cossin sur une liste… Si tu n’arrives pas à répondre à l’une de ces questions, va donc passer du temps avec cette personne, vous êtes dus!

5— Offrir l’intangible. Va voir Papi. Va cuisiner avec Maman. Invite tes amis. Appelle ton cousin. Prends ta sœur dans tes bras. Dis « merci ». Dis « je t’aime ». Pardonne. Visite. Donne. Donne de ton temps et de ton amour. Offre des sorties, des activités. Dépense moins et TROUVE DU TEMPS. Oublie les excuses… T’as pas de famille? Y’a des maisons remplies de personnes âgées qui vendraient leur âme pour une tite visite! Et il y a des milliers de réfugiés qui, j’en suis sûre, adoreraient être invités, acceptés, aimés.

Ces cinq règles semblent faciles, banales, voire futiles. Mais leur application au quotidien fait réellement de nous de meilleures personnes. J’te le dis!

Essaye donc de prendre le temps. T’es pas game.

Joyeux fucking Noël!

Je me permettrai

Je me permettrai ici de faire une diarrhée écrite concernant Noël. Eh! oui. Vous avez bien lu. Ne vous méprenez pas : si vous me croisez dans la rue, j’aurai un beau sourire et je vous souhaiterai poliment un joyeux temps des Fêtes. Mais pour le texte à venir, watch out, je me gâte!

Premièrement, voulez-vous bien me dire pourquoi les décorations de Noël sortent dans les magasins avant même que l’Halloween soit passée? Bonjour la consommation! Je n’ai même pas terminé de payer la transformation de mes petits monstres ambulants, que les centres d’achats me montrent que je devrai payer pour que mes tendres démons se transforment par la suite en saints anges!

Planification de l’horaire des Fêtes

On passe le réveillon chez les grands-parents paternels ou maternels? On reçoit ou on se déplace? On invite les deux familles d’un coup? Lorsque l’on finit par trancher, eh ! bien, il y a toujours quelqu’un pour chialer! Je n’ose même pas penser aux familles séparées. Ouf!

Les fameuses décorations

Les enfants veulent TELLEMENT faire le sapin, vous tombent TELLEMENT sur les nerfs à force de le répéter, que vous avez envie de sortir toutes les boîtes pour qu’ils se débrouillent eux-mêmes! (En passant, ça ne fonctionne pas!) Alors vous vous dites, on va le faire en famille, ça va être le fun! Ouin… Après avoir accroché trois boules chacun, ils se chicanent pour savoir qui va accrocher la maudite étoile. Maman va pogner les nerfs, va aller accrocher l’étoile tout de suite et dix minutes plus tard, elle va se rendre compte qu’elle fait le sapin toute seule parce que «C’est ben LONNGGG maman, j’suis tannée!» Arghhhh!

La nourriture des Fêtes

Juste d’y penser, j’ai des brûlements d’estomac. Pourquoi nos grands-mères veulent-elles nous engraisser de même? D’après moi, elles pensent que tout au long de l’année, on ne mange pas. «Aweille, mange! Mange!» HEY! SI JAI FAIM, JE VAIS MANGER! Ok? Peut-être quaprès trois assiettes, jen veux pu! Parce que moi dans la vie, jai dautres ambitions que manger pour me transformer en grosse dinde de Noël! On peut-tu se lever, faire des jeux, jouer dehors, danser? No’non! Grand-mère s’en vient avec ses desserts! «Mange!» Arghhhh!

Sans parler des chicanes de famille. C’est immanquable, chaque année, la magie de Noël fait son effet… ou c’est peut-être la bouffe de grand-maman à bien y penser…

Les maudits cadeaux!

Je suis de ces personnes qui préfèrent offrir plutôt que recevoir. Mais il y a maintenant trois ans que j’ai instauré cette règle non écrite qui s’adresse aussi aux grands-parents : Limite de deux cadeaux par enfant.

Je m’explique : je voyais mes enfants déballer les cadeaux les uns à la suite des autres, sans dire merci ni être reconnaissants. Une fois un jouet déballé, ils disaient : « Un autre! » OH BOBOY! Maman ourse n’était pas contente! L’odeur de bébé gâté me pue au nez. «Mais cest Noël!», quon me répétait. Et puis? Je refuse d’élever des enfants ingrats en mettant la faute sur le temps des Fêtes. Désolée, mais j’aspire à ce que mes enfants deviennent des adultes reconnaissants de ce qu’ils ont dans la vie.

Le choix des cadeaux. Trouver chaque année quoi offrir aux personnes qui ont tout. Ou bien se faire offrir des choses en double parce que les gens n’ont aucune idée de ce que nous avons. Vous savez, ces personnes que l’on voit seulement une fois par année… Pourquoi se sentir obligé de donner des cadeaux? Si on se voit une fois par année, on s’entend que le cadeau n’est vraiment pas nécessaire!

Le bordel du 25 décembre

La montagne de cadeaux que nos rejetons veulent absolument tous sortir des cartons en même temps. Pour chaque jouet, ça prend une heure de préparation parce que c’est comparable à monter un meuble Ikea. Les crises parce que tous les jouets prennent des piles différentes et que malheur! Papa et maman n’ont pas acheté une caisse de piles de chaque format imaginable au Costco! Une montagne de carton et de papier pour le recyclage, mais le recyclage passe juste chaque deux semaines l’hiver, alors on lance tous ces papiers aux poubelles!

Sans parler du manque de sommeil de nos chers chérubins cornus.

Alors voilà, j’ai fait ma montée de lait! Malgré tout cela, je vous souhaite de vivre un temps des Fêtes pas trop chaotique et de profiter du temps avec vos enfants. Parce qu’un jour, ce seront peut-être nos enfants qui écriront ces lignes…

 

 

 

 Geneviève Dutrisac