Tag semaine de relâche

De la relâche au chantier – Texte : Nancy Pedneault

Je pense qu’il faut qu’on se parle. J’ai lu tes commentaires s

Je pense qu’il faut qu’on se parle. J’ai lu tes commentaires sur les médias sociaux. J’avoue, je suis blessée. Depuis vingt ans déjà, je prends soin des enfants, je leur enseigne. Chaque jour, je fais de mon mieux pour qu’ils apprennent, qu’ils développent leur estime et leur autonomie et surtout, qu’ils soient heureux. Mais quand je lis le mépris et la hargne, mon moral en prend pour son rhume.

Alors là, je pense qu’on ne se comprend pas. Je vais te faire une petite analogie.

Parlons construction.

Imaginons que tu as un contrat de rénovation. C’est une maison récente mais bâtie toute croche. Les fondations sont fissurées et le chantier a été laissé en plan pendant plusieurs mois. C’est vraiment une grosse job. Tu te dis qu’avec ton équipe, vous allez y arriver. Alors tu planifies, tu achètes les matériaux et tu décolles le projet, plein d’espoir.

Cependant, il y a une pandémie mondiale (ben oui, c’est pour tout le monde cette patente‑là !). Ton chantier doit fermer. Quand tes gars sont à la maison, tu leur donnes des petites jobs, mais ce n’est pas vraiment efficace. Tu leur envoies des vidéos en espérant qu’ils apprennent de nouvelles techniques mais leur motivation est au plus bas. Enfin, ton chantier ouvre. Tes gars travaillent d’arrache-pied pour reprendre le temps perdu, puis toi, tu ne comptes plus tes heures depuis longtemps.

Et comble de malheur, ton chantier ferme encore. Tes clients mettent de la pression, veulent que la maison soit prête à la date prévue. Tu n’as aucun contrôle sur la situation.

Ton chantier ouvre enfin. C’est maintenant complètement fou. Tu motives tes gars comme tu peux. Tu vois qu’ils travaillent vraiment fort. Il faut remettre ça en ordre ce chantier‑là ! Tes gars travaillent en double mais le client ne le voit pas. Tu es brûlé, les gars aussi. Heureusement, les semaines de la construction s’en viennent. Ça va vous faire du bien, car depuis que le chantier est rouvert, tu travailles sans compter. Cependant, ton client n’est pas content. Il veut que le chantier avance pendant les vacances. Toi, tu le sais que tes gars n’ont plus de jus, que c’est même dangereux pour les blessures. Finalement, les clients comprennent et les semaines de repos si attendues seront là, comme d’habitude.

Un soir, alors que tu relaxes enfin à la maison, tu regardes les médias sociaux. Tu lis plein de commentaires à propos de ton métier. Et ce n’est vraiment pas réjouissant. Les gens vous traitent de lâches, de paresseux, de chialeux. Ils disent que vous vous plaignez le ventre plein car vous avez de bons salaires et que vous êtes en chômage une partie de l’hiver (en passant, ce n’est pas ce que je pense, c’est un parallèle avec ma job). Ta famille voit les cernes à tes yeux, l’énergie qui baisse, le moral qui vacille. Mais les gens sur les médias sociaux ne voient pas le chantier de l’intérieur. Les gens qui commentent n’ont jamais vraiment fait ta job, mais puisqu’ils ont déjà construit un patio, ils pensent tout savoir.

Maintenant, change les mots de mon histoire :

Chantier = classe

Gars = enfants (entre 5 et 16 ans)

Clients = gouvernement, parents, contribuables, monsieur-madame tout le monde

Je ne me plains pas, j’adore mon métier. C’est juste que des fois, j’aurais le goût de t’inviter dans ma classe et de te laisser seul avec mes élèves avec l’objectif de leur enseigner quelque chose (d’ailleurs, on cherche des profs, si ça te tente).

Nous sommes des professionnels de l’éducation. Si on dit que nos élèves ont besoin de repos, ce n’est pas pour nos vacances. On travaille avec des petits êtres humains, on les connaît mieux que quiconque. Alors, appuie-nous ou du moins, fais-nous confiance. Ce sera beaucoup mieux pour tout le monde.

Nancy Pedneault

C’est la relâche : à go, on se compare!

À quoi ressemblera votre semaine de relâche? Des plans de voyage?<

À quoi ressemblera votre semaine de relâche? Des plans de voyage?

Selon les dires de mes enfants, TOUS les élèves de leurs classes partent en voyage chaque année à la semaine de relâche (et encore à Noël, à Pâques et pendant les vacances d’été). Nous sommes apparemment les seuls qui ne font pas le tour du monde dès qu’il y a une fin de semaine de quatre jours.

– Mon amie Ariel a passé la semaine à Disney avec ses grands-parents!

– Mon voisin Christophe est allé visiter l’Italie l’été dernier!

– Le cousin de la fille de mon enseignante revient de Los Angeles, elle a rencontré plein d’acteurs.

Tant mieux pour eux.

– Oui, mais, maman! Pourquoi nous, on ne voyage pas? On est les seuls qui restent ici.

– Vraiment?

Chaque année, nous avons la même discussion en famille.

Mes chéris, je comprends que vous aimeriez voyager et découvrir le monde. C’est vrai qu’ils sont chanceux, vos amis. Si leurs histoires de voyages sont vraies, évidemment (se pourrait-il, par hasard, que certains « inventent » des aventures vraiment cool pour bien paraître en classe? Et que dans la vraie vie, ils soient restés sur leur divan toute la semaine?)

Quand vous étiez plus jeunes, on a beaucoup voyagé avec vous. Avant d’entrer en maternelle, vous aviez déjà visité quelques états des États-Unis, la France, Monaco, Hawaii et l’Alberta. Votre terrain de jeux, c’était les Rocheuses de la Colombie-Britannique. On a visité une bonne partie de l’Ontario et du Québec avec vous. Pas si mal, quand même! Mais c’est vrai, on n’est jamais allés à Disney. Et c’est vrai, dans les dernières années, nos expéditions ne nous ont pas amenés aussi loin.

Pourquoi, donc?

Entre autres parce que par bout, vous avez des comportements tout à fait inadéquats en voyage. Je ne parle pas juste des petites chicanes de frères et sœurs ou d’un refus de dire merci à un serveur au restaurant. Non. Je parle de crises monumentales dans l’avion ou dans un musée. Je parle de pétages de coche destructeurs déclenchés par l’heure de dormir ou par un « les enfants, c’est le temps de rentrer ». Je parle de comportements qui effritent les relations familiales, qui dérangent les autres voyageurs et qui m’épuisent. Énormément.

Aussi parce que voyager avec quatre enfants peut coûter un bras, une jambe et une hanche. Juste prendre l’avion, pensez-y! 5 000 $ de billets d’avion, plus les repas, l’hôtel, les activités… disons que ça fait un pas pire trou dans un budget! Je sais, je sais, il y a des façons moins dispendieuses de voyager, et c’est là-dessus que je mise. Mais je me vois mal m’embarquer dans une semaine de camping dans le bois, seule avec deux ados et deux p’tits pets. Le défi me semble juste trop disproportionné par rapport à mes capacités actuelles. Ça changera sûrement dans les prochaines années, quand vous aurez grandi et que j’aurai repris confiance en moi.

Une des raisons pour lesquelles on ne voyage pas à l’étranger pour l’instant, c’est que je choisis de prendre le temps libre qu’on a en famille pour visiter les gens qu’on aime et de qui on habite loin, et aussi pour vous faire connaître des coins de notre monde. Les parcs, les plages et les musées de notre coin de pays sont diversifiés et valent la peine de les découvrir.

Je choisis aussi, une fois de temps en temps, de prendre ce temps pour nous tous seuls. Pour se coller en regardant un film dans la maison que j’ai choisie pour nous, pour que nous y soyons bien et que nous vivions de beaux moments. Si nous sommes toujours partis, à quoi ça sert d’avoir un nid qu’on aime?

Et même, mère effrontée que je suis, je choisis parfois d’avoir du temps pour moi, de ne pas être épuisée le soir après une journée de déplacements et d’activités à l’extérieur de la maison. Je choisis d’avoir le temps d’organiser notre espace de vie, de jardiner, de peindre vos chambres ou tout simplement de regarder nos plantes pousser. Ça aussi, ça donne des souvenirs mémorables, et ça permet de rendre la routine un peu moins folle le reste de l’année.

Disney existera encore dans dix ans (j’y suis allée pour la première fois pour célébrer mes quarante ans). Les avions continueront de voler. Et checkez ben ça le fun qu’on aura cette année encore à la relâche! C’est peut-être vous que les autres élèves envieront.

Nathalie Courcy

Si on relâchait… la relâche?

Plus que quatre

Plus que quatre dodos et voilà, la relâche sera arrivée! 

 

YÉ!

 

Sérieusement, j’aime ce moment où j’ai mes enfants avec moi. De plus, cette année, chéri s’est libéré et sera avec nous en vacances! N’est-ce pas juste fantastique?!

 

Mais, j’ai à vous jaser les amis. Eh! Oui, au fil des mois à vous partager mes textes, j’en suis à vous considérer comme des amis, en quelque sorte. Donc, que faites-vous durant la relâche?

Ski, glissade, pêche, raquette, visiter des musées? Des centres d’amusement intérieurs ou extérieurs? Cinéma! Ou pas…

 

Mais entre nous, le mot « relâche », ça vous sonne pas une cloche? Pourquoi serions-nous obligés de courir les activités? Pourquoi ne profiterions-nous pas tout simplement des moments simples? Jouer à des jeux de société, glisser sur les buttes que l’on repère à même notre quartier, faire des bricolages, de la peinture, chanter, danser ou même cuisiner. En famille, bien calmement, sans stress? 

 

En quoi nous créer l’obligation des grandes sorties est-il si primordial? Bien entendu, nous voulons que nos chères têtes blondes s’amusent, ne s’ennuient pas et surtout, qu’elles emmagasinent des souvenirs impérissables des joies des congés d’hiver. Mais est-ce vraiment nécessaire de créer nous-mêmes leurs activités? Ne peuvent-ils pas se réinventer comme nous le faisions dans notre jeunesse?

 

Ces moments où un rien devenait un vrai trésor, où le chien de la famille était un chien de traîneau. Ces journées où on se construisait des châteaux de doudous que nous imaginions être des igloos. Les planchers de lave, ces rouleaux de papier de toilette devenus des sabres laser. La pâte à sel que l’on peint avant la cuisson. Les abris de neige nous protégeant des attaques de boules de neige de nos ennemis d’un instant.

 

Bref, la simplicité. La joie de se réinventer.

 

Je n’oublie pas les familles dont les parents n’ont pas cette semaine de congé, gardienne et famille prenant la relève. Pour certains, cette semaine est un surplus de stress et les changements de routine qui débalancent toute la famille ne sont pas de tout repos. Ne vous sentez pas coupables de ne pas avoir de congé à ce moment. Profitez des instants que vous gagnez, parce que même si vous travaillez, vos enfants n’ont pas de leçons, pas de devoirs… du coup, vous gagnez du temps avec eux!

 

Bref, je vois les publicités des promesses de sorties plus sensationnelles les unes des autres, mais n’oubliez pas la base. La semaine de relâche, c’est au départ pour se « lâcher ». Ne vous mettez pas de pression, la vie nous en crée bien assez!

 

Bon congé à tous et toutes!

 

Simplement Ghislaine.

Les professeurs et la grève

Plusieurs parents dont les enfants sont à l'école ne comprennent pas la grève. En fait, ce qu'ils

Plusieurs parents dont les enfants sont à l’école ne comprennent pas la grève. En fait, ce qu’ils ne comprennent pas, c’est pourquoi ce sont eux ainsi que leurs enfants qui doivent subir les répercussions du conflit entre les professeurs et le ministère de l’éducation. C’est frustrant de voir que les enfants de la Commission Scolaire des Hautes Rivières n’auront également pas de semaine de relâche, tout ça à cause d’un moyen de pression. C’est aussi frustrant de savoir que certaines écoles ne fêteront pas l’Halloween cette année. En tant que parent, c’est difficile de se mettre dans la peau des professeurs. Notre rôle, c’est de protéger nos enfants et de voir à ce que nos problèmes ainsi que les problèmes des autres ne les atteignent pas. Malheureusement, dans ce cas ci, on est impuissants. Jusqu’ici nous avons toujours analysé le problème à sens unique. Voici un texte écrit par Julie Pinsonneault, enseignante au secondaire. Elle nous fait valoir son point de vue. Un aspect qu’on ne prend pas toujours en compte.

« Je vous l’accorde, ce macaron est incompréhensible. Cela dit, il exprime – maladroitement il est vrai – ce qui est au cœur du conflit : être professeur n’est pas un travail machinal, ou encore automatique. Rappelons qu’un des enjeux principaux du conflit de travail est le nombre d’heures passées à l’école...Pour lire la suite du texte, cliquez sur ce lien. »

http://quebec.huffingtonpost.ca/julie-pinsonneault…

Et vous, que pensez-vous du conflit et des répercussions sur les élèves et leurs parents?