Tag jeunes

Au soccer comme dans la vie

Avec la pandémie, nombreux ont été les enfants comme les parents à se d

Avec la pandémie, nombreux ont été les enfants comme les parents à se demander s’ils pourraient pratiquer leur sport préféré cet été. Les responsables d’organisations sportives ont attendu patiemment les règles de la santé publique afin de reprendre leurs activités. Et nous y voilà. Je suis parent entraîneur bénévole d’une équipe féminine de soccer de dix ans. C’est déjà la mi-saison de notre été et c’est la première fois qu’un entraîneur de l’équipe adverse manque de respect à l’égard de notre équipe d’entraîneurs.

Les entraîneurs et leur impact sur les joueurs

« Allez chier ! » Ce sont les mots utilisés par un entraîneur de l’équipe adverse envers mon équipe d’entraîneurs, dont mon fils de treize ans. Cet échange aurait facilement pu être collégial et orienté sur le bon déroulement du match dans l’intérêt des joueuses. Vous pouvez qualifier cela comme vous voulez, mais pour moi, c’est un langage inapproprié ; de la violence verbale pour être plus précise.

En tant qu’entraîneurs, nous sommes des modèles pour les joueuses et c’est essentiel de se le rappeler. Notre comportement lors des parties comme des pratiques doit être respectueux envers chaque personne. J’ose espérer que personne ni qu’aucune organisation qui vise le développement de ses joueuses dans un contexte sain n’approuve l’usage de tels mots de la part d’un de ses assistants-entraîneurs envers qui que ce soit. L’éducation c’est essentiel et c’est à chacun de nous d’y participer, d’abord en étant le plus près possible de la personne qu’on souhaite que nos jeunes deviennent. Là‑dessus, je dirais que je souhaite que les jeunes deviennent des adultes épanouis qui apprennent constamment et qui agissent de manière à avoir un impact positif sur eux comme sur les autres.

Manquer de respect, c’est NON !

En tant qu’adulte et surtout dans notre rôle d’entraîneurs, nous sommes tous responsable du développement de l’esprit d’équipe des joueuses, que ce soit sur le terrain, sur le banc lors des pratiques, et lors des matchs entre les joueuses d’une même équipe ou avec des adversaires. Pour moi, ça s’applique même dans la vie en dehors du contexte de la pratique du sport. Du moins, c’est de cette manière que nous avons choisi d’éduquer nos joueuses depuis le tout début de la saison et on insiste là‑dessus, surtout depuis la reprise des matchs cette saison. Elles sont jeunes et on connaît les moqueries qu’on peut avoir à cet âge. Rire du nom de l’équipe adverse ou se moquer d’une joueuse pour n’importe quelle raison, c’est juste NON !

Dans le contexte actuel, on ne se serre plus les mains en faisant un line up une équipe devant l’autre. Par contre, on peut le faire en restant de son côté du terrain. C’est ce qu’on a choisi de faire ! Après l’une de nos parties, une de nos joueuses n’avait pas applaudi l’équipe adverse. On a donc rappelé l’importance de l’esprit d’équipe et expliqué aux filles comment on le met en action en fin de partie. Je leur ai aussi promis qu’il y aurait des conséquences à un manquement à l’esprit d’équipe. On peut se le dire, quand on s’est fait accrocher par la même joueuse pendant tout le match, c’est simplement humain de pas toujours avoir le cœur à saluer l’équipe adverse. Je comprends cela, quoique je ne l’accepte pas. C’est possible de passer par‑dessus notre rancœur, ça s’appelle le pardon. Dans le sport, on peut appeler cela faire la paix avec sa performance, faire une rétrospective ou peu importe. Il y a du sens à mettre dans ce moment de fin de match. Quand c’est fini, on s’applaudit et on se félicite, qu’on ait gagné ou perdu. Ça fait partie du développement de l’esprit d’équipe ou de l’esprit sportif.

La célébration, c’est important ! Trop souvent, on a tendance à ne pas se satisfaire de sa participation ou de ne pas reconnaître son importance dans ce qu’on fait individuellement ou collectivement. Ça se développe entre autres à travers la célébration de chaque dépassement de soi. On apprend et on évolue constamment !

L’essentiel dans le sport comme dans la vie

Ce qu’on souhaite sincèrement pour nos joueuses comme équipe d’entraîneurs, c’est que le plaisir soit au rendez-vous et que les filles progressent dans un contexte positif et sain. On les encadre de notre mieux pour qu’elles se dépassent en s’amusant afin qu’elles aiment le sport. Au‑delà du sport, on accorde aussi beaucoup d’importance au goût de bouger. Et ça commence jeune ! Toutes les expériences positives et enrichissantes comptent pour développer de saines habitudes de vie, aimer bouger et se réaliser dans un sport. C’est ce qu’on souhaite pour elles !

Dans le sport comme dans la vie, on a des forces qu’on apprend à développer et à mettre au service de l’équipe. On travaille en équipe, on développe ses habiletés relationnelles et communicationnelles. Il y a des hauts et des bas. Nous sommes de passage dans la vie des jeunes que l’on croise ; ayons une attitude qui correspond à celle que nous souhaitons voir naître chez nos jeunes, que ce soit dans le sport, à la maison ou à l’école. Bonne fin de saison sportive !

Stéphanie Dionne

Bravo les jeunes!

<span style="line-height: 115%; font-family: 'Times New Roman','seri

Nous arrivons dans cette période magique pour nos enfants. La fin d’année scolaire. Magique pour certains, mais difficiles pour d’autres. Avec les médias sociaux qui font maintenant partie intégrante de nos vies, nous commençons la période des félicitations des parents à leurs enfants. Les photos des enfants avec leur certificat d’honneur, leur trophée ou leur plaque. Je ne contredis pas le geste, je ferais pareil par fierté et par reconnaissance pour les succès de mes enfants. Ils méritent cette reconnaissance et nous devons les féliciter et les encourager. Il y a de quoi être fier.

Mais quand je regarde toutes ces publications, je ne peux m’empêcher de penser plus loin. Je pense aux autres. Les autres qui regardent les parents des autres exhiber ces photos en souhaitant un jour en avoir une pareille. Les autres qui passent dans l’ombre, car leurs résultats ne sont pas extraordinaires ou à la hauteur des espérances de leurs parents. Les autres qui s’était fixé des buts et qui ne les ont pas atteints.

Mais moi, je tiens à féliciter et à encourager ces autres. Ceux et celles qui n’ont pas de plaques ni de certificats. Ceux qui ont bûché fort, mais qui n’ont pas obtenu les résultats espérés. À ceux qui ont bûché moins fort qu’ils auraient dû et qui font présentement face aux résultats de leurs actions ou de leur inaction. À ceux qui ont des difficultés scolaires. À ceux qui n’aiment pas l’école, mais qui y sont restés malgré tout.

Voici ce que je tiens à te dire. BRAVO. Bravo d’avoir essayé et persévéré. Bravo à toi qui n’a peut-être pas mis tous les efforts, mais qui as quand même tenté d’y mettre du tien. Je sais qu’au fond de toi, tu sais que tu aurais pu y mettre plus d’efforts, mais regarde en avant et reste positif. Il y aura peut-être des cours d’été ou encore une année à refaire, mais sache que le fait de rester positif t’aidera.

Bravo à toi qui as travaillé super fort et qui as fait ton possible. Le succès n’est pas une question de résultats scolaires. Tu as beaucoup plus de mérite d’avoir obtenu ton résultat que celui qui a obtenu 90 % sans aucun effort. La fierté d’avoir donné ton maximum. L’intensité de tes efforts n’est peut-être pas représentative de tes résultats mais selon moi, l’effort est encore plus important que les résultats.

Bravo à toi qui n’aimes pas l’école, mais qui y est resté. Bravo d’avoir persévéré malgré ta faible motivation. C’est beaucoup plus difficile pour toi que pour les autres de te présenter à l’école, mais tu y es allé quand même. Tu peux être fier de ne pas avoir abandonné. Possiblement que tes résultats ne sont pas ceux que toi ou tes parents aviez espérés, mais la réussite de ne pas avoir abandonné est aussi importante que les bons résultats.

Bravo à toi qui as des difficultés scolaires et des difficultés d’apprentissage. Aller à l’école pour toi représente un défi différent de ce qu’il est pour les autres. Bravo pour tes efforts. Tu peux être fier de ta persévérance. Sache que la facilité à l’école n’est pas pour tous. Mais tu peux y arriver, on peut tous y arriver.

J’ai un message pour toi.

N’abandonne pas et surtout, crois en toi. La réussite n’a pas qu’une seule vitesse. Il y a plusieurs chemins pour arriver à la réussite. Certains chemins sont plus longs, d’autres accidentés et difficiles, alors que d’autres chemins sont plus faciles mais ne sont pas accessible à tout le monde. L’important n’est pas d’arriver à la ligne d’arrivée en un temps précis, mais plutôt d’y arriver tôt ou tard.

Et maintenant pour nous, chers parents:

Je sais que nous avons des attentes envers nos enfants et c’est normal. Je sais aussi que leur réussite est importante autant pour nous que pour eux. Nous voulons ce qu’il y a de mieux pour eux et nous souhaitons leur inculquer une bonne éthique de vie. Nous les comparons sans cesse avec nous quand nous étions à l’école. Nous qui faisions nos choses seuls alors qu’eux semblent avoir besoin de plus de supervision. Je veux simplement nous faire prendre conscience qu’en fin d’année scolaire, il y a des raisons autres que les résultats pour féliciter nos enfants.

Il faut parfois passer par-dessus certaines de nos attentes et trouver un moyen de faire briller nos enfants. Après tout, les faire briller aidera à leur estime qui est si importante à leur âge. Laissons le négatif de côté un petit peu. Je connais personnellement des gens pour qui j’ai une grande admiration et qui réussissent super bien dans la vie, mais qui ont eu toute la misère du monde à finir leur 5e secondaire. Parfois, au lieu de prendre l’autoroute, il est possible d’emprunter des détours et de voir d’autres paysages pour se rendre au même endroit un peu plus tard.

Alors n’oublions pas, chers parents : l’important n’est pas d’arriver à la ligne d’arrivée en un temps précis, mais plutôt d’y arriver tôt ou tard.

 

Bon été à tous !

 

Yanick Bissonnette

 

Les jeunes de nos jours!

Les jeunes de nos jours sont curieux, empathiques, allumés et gén

Les jeunes de nos jours sont curieux, empathiques, allumés et généreux.

Le titre vous donnait sûrement l’impression qu’un texte sur les ados qui sont donc exaspérants allait suivre, mais non! Bien au contraire, je crois fermement que ceux qui se plaignent des ados n’en côtoient pas. S’ils prenaient le temps de s’intéresser à eux un peu, leur opinion changerait très certainement.

Quand j’ai commencé à enseigner au secondaire il y a neuf ans, j’avais 21 ans. Mon adolescence était donc assez proche pour que j’en aie un souvenir très clair. Ils ne sont pas pires que les générations précédentes, du moins pas pires que la mienne!

Leur réalité diffère de la nôtre sur certains points, c’est vrai. L’aspect technologique constitue le principal point d’incompréhension pour leurs aînés. Ils gèrent donc leur vie sociale, leurs conflits et leurs joies pas tout à fait de la même façon que nous. Ça fait, par exemple, que les problèmes les suivent à la maison au lieu de rester à l’école. Ça fait aussi que leurs amis peuvent leur envoyer une photo du devoir à remettre le lendemain qu’ils ont oublié à l’école. C’est certain que, comme pour plusieurs autres sphères telles que la sexualité, les relations interpersonnelles et la consommation, ils doivent être éduqués. Les côtés négatifs ou risqués d’une nouvelle réalité n’enlèvent pas pour autant les côtés positifs à ces différences générationnelles. Sensibilisez-les aux risques, outillez-les au lieu de dénigrer leurs façons de faire.

Oui, les ados peuvent se montrer bêtes ou insolents. Ils développent leur personnalité, apprennent à s’affirmer, à communiquer, à dire non… On doit les accompagner dans les méthodes qu’ils utilisent pour y arriver. Oui, ils peuvent être « mous » et paraître sans intérêt. Ils grandissent, vieillissent. Ce qu’ils aimaient plus jeunes ne leur plaît peut-être plus, sans qu’ils aient nécessairement trouvé autre chose qui les allume. On peut leur faire découvrir de nouvelles choses, contribuer à élargir leurs horizons. Il ne faut pas oublier non plus que ce n’est pas parce qu’on ne partage pas leurs centres d’intérêt qu’ils n’en ont pas.

Ils peuvent sembler égocentriques. Ils le sont même souvent. Cette période ingrate, où tout change, où ils ne se comprennent pas eux-mêmes, rappelez-vous que vous l’avez aussi traversée. Tout ce qui leur arrive ­— peine d’amour, chicane entre amis, vie sociale — tout prend des proportions immenses, tout ce qui leur arrive leur semble la fin du monde. C’était la même chose pour nous. Ils en sont à apprendre à faire la part des choses et à porter attention à ceux qui les entourent. Ils y arriveront mieux et plus rapidement s’ils sont guidés à travers ces apprentissages.

Évidemment qu’il y a des exceptions à la règle. Bien sûr que vous avez le droit de vous plaindre de vos ados de temps en temps! C’est humain, c’est normal! Des parents qui se plaignent de leur « terrible two » quand ils sont brûlés l’aiment évidemment plus que tout et sont de bons parents quand même. Je suis aussi tout à fait consciente que cette période peut être très difficile à gérer pour l’entourage. Simplement, n’oubliez pas que les ados entendent et comprennent tout, qu’ils apprennent encore beaucoup par mimétisme. Assurez-vous de ne pas les dénigrer et que même si vous chialez une fois de temps en temps, vous les valorisez autant, sinon plus.

Les jeunes de nos jours s’intéressent à un paquet de choses et, bien que leur culture générale puisse nous sembler bien limitée, ils peuvent nous en apprendre sur pas mal de sujets qu’on ne maîtrise pas du tout.

Intéressez-vous à eux, parlez-leur! Parlez-leur de tout, surtout des sujets sensibles comme la drogue et la sexualité. Vous allez voir qu’ils sont trippants! Que ce soit votre nièce, votre filleul, votre voisine, ceux que vous coachez, celui qui tond votre pelouse… ça prend un village, comme on dit! Vous contribuerez certainement à rendre ces adultes de demain des êtres dont vous serez fiers et en qui vous aurez confiance pour gérer notre monde!

Jessica Archambault

Quand la jalousie l’emporte sur l’amitié…

Depuis mon entrée au secondaire, j’ai pu remarquer des comporteme

Depuis mon entrée au secondaire, j’ai pu remarquer des comportements qui sont bien étranges selon moi. Parmi ces habitudes, la jalousie entre amies ressort.

Dès ma première année dans cette école, je me suis rendu compte qu’il était possible d’avoir de vraies amies. Vous savez, ces amies qui vous consolent lorsque votre moral est à zéro ou qui connaissent exactement vos rêves et vos ambitions. Eh bien, j’ai constaté que la jalousie faisait aussi partie de cette belle amitié. C’est quasiment inévitable et je me demande pourquoi. Pourquoi lorsque votre amie obtient un emploi, n’êtes-vous pas heureuse pour elle? La seule chose qui vous vient à l’esprit lorsque vous apprenez la bonne nouvelle, c’est de lui dire que vous aussi, vous auriez pu obtenir cet emploi haut la main.

J’ai alors constaté que la jalousie pouvait provenir de l’égoïsme. Lorsqu’une fille est jalouse, elle ne pense pas à ce que l’autre ressent. Elle pense seulement à ses sentiments. Elle se dit qu’elle aurait aimé que ce soit elle qui ait réussi cet exploit. Elle est frustrée et répond sèchement à une de ses meilleures amies. C’est alors que cette jalousie entraîne la fin d’une précieuse amitié et on passe de l’égoïsme à la jalousie et de la jalousie à la chicane.

Parfois, cela nous arrive d’être jalouse parce que notre meilleure amie a de nouveaux vêtements ou parce qu’elle a obtenu une note de 100 % au dernier contrôle de grammaire. La chose que l’on oublie lorsqu’on est sous l’effet de la jalousie, c’est que cette personne a dû faire des efforts pour en arriver là, ce que vous n’avez peut-être pas fait. Tout le monde éprouve de la jalousie et c’est tout à fait normal, mais il faut savoir contrôler ce sentiment et avoir de l’empathie pour l’autre.

Donc, depuis mon entrée au secondaire, je vois des tonnes d’amitiés s’écrouler pour des raisons qui ne me paraissent pas logiques. Je vois des filles qui changent de camps chaque semaine et cela me rend triste. Il y a un mois, elles étaient inséparables. Cette semaine, elles n’arrivent plus à s’adresser la parole, car la jalousie s’est installée, ne laissant plus de place à l’amitié. J’ai beau me questionner, je ne comprends pas ce phénomène.

Pourquoi laisser sa meilleure amie parce qu’elle a été meilleure que soi dans un domaine en particulier? Pourquoi seulement penser à sa propre personne? Tout simplement parce qu’on est jalouse, ce qui n’est pas une bonne raison selon moi.

Soyez empathiques, car l’amitié, c’est précieux…

Juliette Roy

Être le « beau-parent »

Il n’y a pas si longtemps, au Québec les familles recomposées étaient encore peu nombreuses. Au

Il n’y a pas si longtemps, au Québec les familles recomposées étaient encore peu nombreuses. Aujourd’hui, c’est plus que commun! Même qu’il y a de bonnes chances que vous en soyez issus, ou que ce soit le cas de votre famille actuelle. Ceci dit, ce n’est pas parce que c’est commun que c’est moins complexe! Si ça peut l’être pour vous, ça l’est certainement pour l’enfant.

Un enfant qui vit la séparation de ses parents, réagit. Cette réaction peut être immédiate, comme elle peut survenir plus tard. Elle peut être explosive, comme elle peut être tranquille. Il n’y a pas de réaction type, comme il n’y a pas de réaction acceptable. Ça veut dire que si, en tant que beau-parent, un enfant vous ignore, vous fait des crises ou vous confronte pour tout et rien, cette réaction est aussi normale. Il faut comprendre qu’un enfant est en apprentissage quant au fait d’exprimer ce qu’il ressent. Les plus jeunes manquent souvent de vocabulaire pour le dire. Pourles plus vieux, ça peut être plutôt une difficulté de reconnaître, comprendre et exprimer leurs émotions.

Peu importe comment s’exprime ladite réaction, en tant que beau-parent, tentez de toujours vous rappeler que si c’est difficile pour vous, ça l’est autant (sinon plus) pour l’enfant. L’empathie, l’écoute et le fait d’être sensible à ses besoins seront vos meilleurs alliés. Il peut être facile d’oublier la place de l’enfant alors que ça devrait être autant votre priorité que votre relation amoureuse. Respectez-le en prenant soin de son espace, de son histoire et surtout de son rythme. En d’autres mots, ajustez-vous à lui pour savoir comment réagir avec lui. Et vous savez quoi? Si l’enfant change d’attitude en cours de route, c’est correct aussi! Vous venez peut-être de bousculer son monde, il faut lui laisser le temps nécessaire pour qu’il puisse se situer là-dedans.

C’est un processus qui peut avoir des hauts et des bas. Si ce n’est que des hauts, tant mieux. Si ce n’est que des bas, tant mieux aussi (même si c’est plus difficile)! C’est VOTRE famille recomposée, l’important n’est pas d’avoir l’air de la famille recomposée parfaite c’est plutôt de trouver l’équilibre qui convient à tous les membres. Pour y arriver chacun doit y avoir sa voix, et se sentir libre de la partager.

Dans mon prochain billet, je vous décrirai certains éléments-clés qui semblent contribuer à une meilleure transition vers la vie de famille recomposée.

 

 

** crédit photo: www.drolesdemums.com **