Tag drogue

Mon mois d’abstinence — Texte : Marina Desrosiers

J’admire ceux qui adoptent une nouvelle habitude saine et la maintiennent. Parce qu’on va se le

J’admire ceux qui adoptent une nouvelle habitude saine et la maintiennent. Parce qu’on va se le dire, le défi est souvent là : être plus tough que l’appel de la mauvaise habitude qui refuse de mourir. Si c’était si facile de changer nos vieilles façons de faire, on ne casserait pas le bécyk ! On prendrait la décision et hop ! La nouvelle habitude serait rentrée au poste.

Ahhhhh ! Qu’on aimerait donc avoir une baguette magique super puissante !

Mais revenons à la réalité.

Certaines personnes coupent la cigarette du jour au lendemain. Disent adieu à l’alcool à la fin de leur verre et n’y reviennent plus jamais. Se mettent à s’entraîner et continuent, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde pour eux.

Tant mieux pour ces personnes-là. Mon admiration n’est pas moins grande.

Et il y a tous les autres. Ceux qui rushent quand vient le temps de se lever plus tôt, de manger mieux, de reléguer aux oubliettes le grognon qui gronde en eux. Ceux dont la volonté est inversement proportionnelle à la constance. Ceux qui se promettent souvent d’arrêter ou de commencer quelque chose. Et qui se déçoivent presque aussi souvent.

Je dis « presque », parce que l’essentiel, c’est de tenir notre promesse une seule fois, mais pour de bon. Que ça fasse deux ou dix fois qu’on essaie de prendre une meilleure habitude de vie, ça peut être celle-là, la bonne !

En ce début du Défi 28 jours sans alcool, j’ai le goût de célébrer avec vous mon premier mois d’abstinence. Non, je n’ai pas arrêté de boire, de fumer ou de me piquer. Ça n’a jamais fait partie de ma vie. Ce qui faisait (vous remarquez que je parle au passé ?!☺) de ma vie depuis neuf ans, c’était les pilules. Celles pour relaxer, celles pour dormir, celles pour la douleur. Bref, des pilules pour m’endurer.

J’ai longtemps résisté au somnifère et à l’antidépresseur déguisé en anxiolytique. Pas que j’étais contre. J’avais déjà soigné une dépression avec des pilules et des rencontres hebdomadaires. Je ne fais pas partie de ces gens qui préféreraient presque mourir que prendre un médicament. Mais j’avais de jeunes enfants. J’étais souvent seule avec eux. Je ne voulais pas ne pas me réveiller s’ils avaient besoin de moi la nuit. Je ne voulais pas devenir accro non plus. Me sevrer de l’antidépresseur après deux ans n’avait pas été mon expérience de vie préférée…

Mon médecin m’avait déjà proposé des alternatives naturelles et des prescriptions. Elle respectait mon choix. Quand je suis retournée la voir pour une prescription de somnifères qui gèlent un peu le cerveau, c’est que j’étais devenue dangereuse. Je dormais une heure par nuit depuis des mois. Je m’endormais zzzzzzzzzz en conduisant. Mon humeur n’était pas au top (comment ça aurait pu être autrement avec des hormones sens dessus dessous et le cerveau dans la graisse de bine ultra dense ?). Et ça continuait de dégénérer.

Bref, il était plus que temps que ça change.

Connaissant ma génétique et mon historique familial, le médecin m’avait prévenue que j’aurais peut-être besoin d’un traitement constant, à plus petite dose que ce que ça prenait pour me remettre sur le piton. J’étais prête à cette éventualité. On n’enlève pas l’insuline aux diabétiques ni l’anticoagulant aux personnes cardiaques…

J’ai accueilli les améliorations avec un grand soulagement. Dormir une nuit complète m’a sauvée. J’ai arrêté (la plupart du temps) de m’arracher la peau à force de me gratter (on ne contrôle pas comment l’anxiété s’exprime !). Je n’ai pas refait d’attaque de panique. Avec ben de l’amour et du soutien, mon humeur s’est améliorée. Mes colères se sont apaisées. Ma tristesse est encore là on and off ; la joie a repris du service.

Quand tout a été plus stable, on a établi une dose de croisière. Moins forte que pour réparer les dégâts, mais assez forte pour reprendre le goût de vivre et la capacité de dormir.

Neuf années à prendre mes pilules chaque soir. S’étaient ajoutées dernièrement d’autres pilules pour gérer les douleurs articulaires qui viennent avec l’âge. Ça ne marchait pas tout le temps, mais ça m’a permis d’expérimenter ce que ça pouvait être, une journée légère sans souffrir. Une découverte !

J’ai eu le goût de revivre ça plus souvent. En ayant moins mal, j’ai pu recommencer à bouger. Je me récompense moins avec la nourriture parce que je suis moins à bout et moins souffrante.

J’ai donc essayé de diminuer les médicaments. Progressivement. Attentivement. Avec beaucoup d’amour pour moi, pour mon corps, pour mon esprit, pour mon foie aussi ! C’était rendu que j’avais le foie gras d’un alcoolique à force d’y faire transiter des médicaments chimiques !

J’ai coupé de moitié. Puis j’ai recommencé. Et encore. Je n’étais pas encore prête à subir les effets secondaires du sevrage, même si j’étais ben tannée des effets secondaires de la médication. Et il y a un mois, j’ai dit adieu aux médicaments. Ou au revoir, peut-être, parce que je pourrais en avoir à nouveau besoin plus tard. Beaucoup plus tard. Mais je vais essayer d’installer les meilleures habitudes possibles pour me gérer sans ça.

J’ai dû regarder mes symptômes de sevrage en face. Traverser plusieurs nuits d’agitation avec la foi que le sommeil reviendrait. Construire une nouvelle routine d’endormissement. Gérer les coups de fatigue que je savais temporaires. Noter comment s’exprime maintenant l’anxiété et ce qui la calme. Je me suis parlé, parfois fort, pour ne pas écouter l’appel du contenant de médicaments. Et j’ai réussi.

Le brouillard mental s’est dissipé. J’ai retrouvé mes idées claires, une certaine motivation, ma concentration. J’ai continué à bouger. Je n’ai pas perdu le poids accumulé, mais j’ai perdu le poids qui pesait sur mes épaules. Je continue à prendre soin de moi et de mes émotions qui dégèlent. Je continue à accueillir le soutien offert. Mais autrement.

Alors aujourd’hui, je peux le dire fièrement : je suis abstinente de médicaments depuis un mois ! Et comme pour les anciens alcooliques et les anciens toxicomanes : un jour, un instant, une nuit à la fois.

Marina Desrosiers

Remonte ! Prends-toi en main !

<span lang="FR-CA" style="color: #1c1e21; mso-ansi-language: FR-CA;"

Je ne sais pas qui tu es. Tu es un homme, une femme… Tu as 16 ans ou bien 60… Tu as des enfants ou pas. Mais une chose que je sais, c’est que tu as besoin d’aide. Tu t’es perdu à un moment de ta vie, celle qui t’a échappé aujourd’hui… Alors ce soir, je t’écris pour te dire que lorsque j’apprends ton histoire, par les médias, par le bouche-à-oreille, par des écrits ou par tes propres mots, tu me touches.

 

Plusieurs ne se contentent que de te juger. Tu t’es laissé aller, tu as plongé dans ton propre merdier. Mais à mes yeux, tu ne l’as pas fait sans déclencheur. Tu as marché dans des illusions de bonheur. Tu es un inconnu, un ami, un frère. Tu es humain, malgré les gestes que tu as peut-être posés pour avoir ce « fix » dont tu as besoin.

 

La paix que tu y trouves parfois est bien entendu éphémère. Tu nourris chaque fois ton enfer. Peut-être que tu crois garder le contrôle ; assurément, tu ne pensais nullement le perdre, te perdre.

 

Ta première fois aura été par curiosité ou par obligation. Tu as peut-être été encouragé ou que tu as cru t’échapper. Mais lorsque tu retombes sur tes pieds ou que tu te relèves de ton séant, la réalité te bouscule. Te blesse, t’effraie ou sinon, tu n’es pas encore suffisamment loin dans ta déchéance pour t’en être rendu compte. Ou au contraire, tu le sais très bien, mais tu n’arrives plus à remonter. Tu te promets d’arrêter. De ne plus consommer. Mais ton corps appelle encore et encore ce faux veau d’or.

 

Tu as peut-être perdu des gens que tu aimes ou c’est sur le point d’arriver. Certains ont voulu t’aider, les aurais-tu écoutés que tu en serais sorti, aujourd’hui. D’autres t’ont fui. Je comprends chacun d’eux, les batailles ne sont pas ragoutantes. Nous avons tous et chacun nos propres combats, alors comment pourrions-nous combattre chaque fois pour tous ?

 

Ce soir, je pense à toi, sans nom, sans sexe, sans religion et sans prétexte. Dans ma vie, à plusieurs reprises, j’ai eu des chances dans mes malchances. Je ne suis jamais tombée dans cette vrille qu’est la consommation. Mais à tout moment, j’aurais pu. C’était si facile, on me l’a si souvent proposé, la main tendue. Mais j’ai refusé. Je n’ai aucun mérite, ça a été mon choix.

 

Ton choix à toi, aujourd’hui, qu’est-il ?

Pour toi, envers toi.

Que vois-tu lorsque tu croises ton regard dans cette ombre qui t’entoure ?

Qui es-tu qui ne vaut pas la peine de se battre ?

Tes veines gonflées, tes narines brûlées, ta gorge en feu, ta voix qui ne fait plus que crier silencieusement.

 

Tu trembles ? Aurais-tu tenté un sevrage ? Tu n’y arriveras pas nécessairement seul, tu sais. Il existe de l’aide. Beaucoup. De nos jours, si tu cries ton mal-être, quelqu’un t’entendra. Peut-être croiras-tu que tu dois souffrir pour guérir. Certes, cela arrivera à plusieurs niveaux, mais ne reste pas seul. Entoure-toi de gens qui savent ce qu’ils font.

 

Toi, sache que la vie est dure. Douloureuse bien souvent. Mais rappelle-toi tes joies, rappelle-toi qu’après chaque nuit, le soleil se lève sur un nouveau jour. Sois ton propre soleil et laisse la bourrasque d’aide souffler loin de toi tes nuages. Participe à la tornade !

 

La terre entière pourrait croire en toi, mais si toi tu ne le fais pas… ça restera vain. Va. Il est temps de te prendre en main. Un jour, tu regarderas derrière, et levant le bras en pointant le doigt très haut, tu pourras fièrement crier : « J’AI RÉUSSI ! JE VIS ! À VOUS MES DÉMONS, JE NE VOUS LAISSE DE MAJEUR… QUE MON DOIGT ! »

 

Simplement Ghislaine

 

 

Drogue : aide et référence (DAR) offre soutien, information et référence aux personnes concernées par la toxicomanie, et ce, à travers tout le Québec.

 

Accessible 24 heures par jour et 7 jours par semaine, le service téléphonique spécialisé est bilingue, gratuit, anonyme et confidentiel.

 

Pour poser une question ou se confier

514 527-2626

Montréal et environs

1 800 265-2626

Partout au Québec

http://www.drogue-aidereference.qc.ca/www/index.php?locale=fr-CA

 

 

Ton coma

Je suis au travail et mon cellulaire sonne. Il est 11 heures du mati

Je suis au travail et mon cellulaire sonne. Il est 11 heures du matin. C’est toi.

– Maman! Ça ne va pas du tout! Maman?! Maman, aide-moi!

– Que se passe-t-il?

– Je me suis réveillée ce matin, dans un lit d’hôpital. J’ai arraché ma perfusion. Maman! Je ne comprends pas!!! Je n’ai aucun souvenir! Je ne sais pas comment je me suis rendue là! Je ne sais ce qui s’est passé! Maman! J’ai peur! Je suis perdue!

C’est à ce moment que ton monde s’arrête…

Vlan!

J’écoute mon enfant paniquer et angoisser, mon cœur bat la chamade si fort que j’ai l’impression qu’il va sortir de ma poitrine. Mes mains tremblent, les questions fusent et je réalise avec effroi que ma fille est complètement confuse.

Avec l’aide de ses amis, l’enquête commence. On laisse tout en plan. On cherche à comprendre ce qui s’est passé.

Ce n’est pas évident…

Mon enfant est majeure.

Alors l’hôpital ne nous donne aucun renseignement…

Et elle n’a aucun souvenir…

Elle s’est effondrée d’un coup lors d’une petite soirée tranquille à sa résidence après avoir siroté deux boissons alcoolisées. Elle était hypotonique et confuse. Elle a vomi pendant deux heures… deux heures! Sans que personne ne réagisse! Pourquoi? Elle n’avait plus de réflexes! Pourquoi? Pendant combien de temps?

Ses amis inquiets car elle ne reprenait pas connaissance ont fini par l’amener en taxi à l’hôpital. En taxi! Pas d’ambulance! Mais pourquoi?

Elle est allée directement en salle de choc, on l’a ploguée de partout et elle a reçu trois poches de soluté. Ils lui ont fait une prise de sang.

Le lendemain matin, le médecin lui a donné son congé… mais… elle ne s’en souvient même pas!

Black out

Dans notre tête de parent, toutes les hypothèses sont bonnes et je me raccroche à ma raison tant bien que mal : trop d’alcool? Elle jure que non! Drogue? Ses amis sont certains qu’elle n’en a pas consommé (même pas à son insu). Médicaments? Non… Schizophrénie? Folie? La drogue du viol?

Nous n’avons que des questions et une enfant épuisée qui panique complètement d’avoir perdu le contrôle de son cerveau.

Nous enquêtons avec elle auprès de ses amis et de l’hôpital pour finalement apprendre qu’il y aurait eu pas mal d’alcool fort ce soir-là… Pourtant, elle est habituée à gérer sa consommation d’alcool. Ce n’est pas son premier party…

Mais ce soir-là, elle n’avait pas dormi ni mangé. Son corps lui a échappé. Elle l’a échappé…

Les résultats du bilan sanguin ont finalement montré que son taux d’alcool dans le sang était très élevé. Trop élevé. Beaucoup trop élevé…

Ce chiffre me rentre dans le corps comme un coup de poignard et les mots du médecin « coma éthylique, intoxication aigüe à l’alcool » résonnent dans ma tête.

Mais comment est-ce possible?

Ma fille toujours en contrôle, ma fille première de promo, brillante dans ses apprentissages, organisée, fiable, autonome, qui vit seule depuis plus d’un an et qui se prend en main de façon remarquable!

Pourquoi???

Je suis déçue, fâchée, inquiète.

Parce que nous pensions qu’en tolérant qu’elle prenne de l’alcool depuis son adolescence, elle apprendrait à gérer sa consommation. Elle s’est montrée responsable jusque-là. Que s’est-il passé pour que sa vie soit en danger d’un coup comme ça? Pourquoi elle?

C’est tellement de culpabilité et de sentiments contradictoires qui se bousculent dans mon cœur de parent.

Puis petit à petit, je réalise qu’être parent demande une résilience et un lâcher-prise que je n’aurais jamais pensé avoir…

J’ai réalisé qu’en effet, elle est majeure… C’est sa vie. C’est son coma. C’est sa santé. C’est elle qui va devoir vivre avec les conséquences et les apprentissages de cette expérience.

Ça nous a permis de parler des dangers du coma éthylique et de la consommation excessive d’alcool avec notre fille, avec ses amis, avec ses frères. Nous espérons que tous vont apprendre de ce malheureux événement et qu’ils vont prendre soin les uns des autres en étant attentifs.

Si je vous raconte cette histoire, c’est parce que personne n’est à l’abri. Ça peut arriver à n’importe qui et bien plus rapidement qu’on ne le pense.

Parlez-en.

Racontez notre histoire.

Ouvrez la porte.

Gardez le dialogue.

Et toi. Ma fille… C’est ton histoire. Ton erreur. C’est ton coma. Je ne vais jamais moins t’aimer pour ça, au contraire. Tu es en santé et c’est tout ce qui compte pour moi.

Et tu sais très bien que n’importe quand, qu’elle qu’en soit la raison, si tu as besoin, je vais être là pour toi. Sans juger. Appelle-moi. Je viens. Je ne pose pas de questions. Je t’aide. Toi ou n’importe quel de tes amis.

C’est ça aussi, être parent. Te laisser apprendre et accepter que… c’est ton call, pas le mien. Et rester pas trop loin… pour te prendre la main…

Eva Staire

 

Reviens dans ta vie

J’aurais envie de vous demander à vous, lecteurs et lectrices, ce

J’aurais envie de vous demander à vous, lecteurs et lectrices, ce que vous pensez du vice. Bien entendu dans la société telle que nous la connaissons. Qui dit le mot « vice » sourit en s’imaginant quelques actions décadentes, voire excitantes. Mais ici, je vous parle du vice de la consommation de substances illicites.

Dans l’actualité, nous voyons passer des histoires d’horreur que bien trop d’hommes, de femmes et d’enfants vivent.

Si j’étais cette personne qui a un ami, une connaissance, un enfant en vol plané, comment je réagirais? Que lui dirais-je pour l’aider? Pourvu que cette personne veuille de cette aide. Je crois que je chercherais à comprendre ses méandres. À voir si la blessure si grande qui l’a amenée à cette consommation peut être combattue autrement.

Chemin faisant, vouloir arrêter de consommer est déjà un bien grand défi; le faire en est un qui semble insurmontable à beaucoup.

À toi.

Pourquoi te blesses-tu ainsi? Ma question n’en est pas une de jugement, mais bien une recherche de compréhension.

Pourquoi t’es-tu abandonné? Je ne cherche pas à te piéger. Je veux t’aider.

Si j’étais à tes côtés, je te serrerais contre moi. Encore et encore. Je voudrais siphonner à coups d’affection tout ton poison. Je voudrais te mettre en garde, même si déjà, à voir où tu en es, tu connais la danse.

Si j’étais ta sœur, ta mère, ton amie, je me battrais à tes côtés, bras levé et fier de te voir batailler. Je ne te jugerais pas. Je ne t’abandonnerais pas. Pour autant que toi, tu ne baisses pas les bras.

L’actualité dit haut et fort un mot que tu dois retenir absolument :

FENTANYL

Ne t’en approche pas! Les drogues de la rue t’achèveront. Celles prescrites t’y mèneront si tu ne prends pas quelques précautions.

Si j’étais toi, j’aurais peur. En même temps, je crois que même en le sachant, j’aurais possiblement l’envie de continuer, car lorsque survient l’envolée, la peur revêt tout sauf l’envie d’être apeuré.

Je crois, sans l’avoir vécu, comprendre cette recherche d’absence.

J’imagine selon des témoignages ce que procure ce mirage.

Te sens-tu fort? Au-dessus de tout?

Oublies-tu tes torts? Ceux qui te rendent fou?

Effaces-tu la honte qui te brime chaque seconde?

Dans ton cœur, cette bombe à laquelle tu succombes?

Te sens-tu t’échapper loin de ta dure réalité?

Ne pouvant pas tout quitter, tu te tues à petites gorgées.

Oublies-tu tes pleurs lorsque tu fixes les couleurs?

Puis la douleur qui revient après quelques heures.

A-t-elle réglé tes besoins de t’évader?

Ce moment où tu as lâché prise

Quand dans ton sang, ça a circulé

As-tu oublié ta crise?

Puis tu redescends, les pieds encore plus pesants. Tu te dis que c’est fini, AUJOURD’HUI. Mais tu te mens.

Tu as perdu, tu perds, tu perdras, tôt ou tard crois-moi.

Si beaucoup ne s’en sortent pas.

TOI, FAIS-LE!

SAUVE-TOI!

Tu mérites mieux que ce trépas de mort-vivant. Tu avais des rêves : les as-tu oubliés complètement? De l’aide, il y en a!

Des méthodes, il en existe tellement.

Mais le premier pas est unique. Il ne peut venir de personne d’autre que toi.

Mourir, que ce soit d’un coup ou à petit feu, c’est mourir quand même.

Vivre, que ce soit un combat de fou, c’est VIVRE surtout!

Choisis-toi.

Simplement, Ghislaine

====

Voici le site : « Drogue : aide et référence (DAR) »

DAR offre soutien, information et référence aux personnes concernées par la toxicomanie, et ce, à travers tout le Québec.

Partagez cet outil, n’hésitez pas à l’utiliser aussi!

http://www.drogue-aidereference.qc.ca/www/index.php?locale=fr-CA

 

Aveux d’un alcoolique — Je suis allergique à la boisson!

Dès mon jeune

Dès mon jeune âge, la boisson était présente dans ma vie. Quand mes parents festoyaient, je me cachais pour boire la broue des bières vides que mes parents avaient bues. Au secondaire, les partys étant plus fréquents, je me suis mis à consommer drogue et alcool. Malheureusement, ces mauvaises habitudes m’ont suivi tout le long de mon adolescence. C’était un cercle vicieux, car je n’y voyais aucun inconvénient ou problème de dépendance dû au fait que mon entourage consommait tout autant.

La conscience!

En vieillissant, ma consommation en est venue à nuire à mes relations amicales, amoureuses ainsi qu’à mes projets et à ma lucidité. Je n’étais plus moi, j’avais perdu le contrôle! Je ne me rendais pas compte de tout l’impact que cela pouvait engager autour de moi ni de la peine que je pouvais causer aux gens que j’aime. Cela m’a pris de nombreuses années avant de comprendre, de réaliser et d’accepter que l’alcool était ma pire ennemie! Il m’a fallu perdre beaucoup d’amis, de blondes et d’argent avant de frapper le mur. Même encore là plusieurs années se sont écoulées jusqu’à ce que j’aie mon fils. C’était définitif : j’étais allergique à la boisson!

Combien de personnes ai-je pu blesser autour de moi? Il n’était pas question que mon fils le soit à son tour. Je devais changer pour le mieux, pour mon bien à moi et celui de mon fils. Je devais briser cette routine qui durait depuis trop longtemps, depuis mon grand-père, mon père et moi-même qui étions alcooliques.

Aujourd’hui et maintenant, j’ai le contrôle de ma vie!

Maintenant, je peux vous dire que je suis fier, mais que la bataille n’est pas encore gagnée puisque ce sera un éternel combat. Mais je peux vous dire une chose : je suis fier de moi! Je suis fier puisque cela fait six mois que je ne consomme plus une goutte d’alcool. Je continue à croire que consommer nous fait sombrer dans le négatif et nous rend tous malheureux. Avec plus de recul aujourd’hui, je peux vous dire que la boisson, cette allergie incontrôlable où tu ne sais t’arrêter, m’a causé plus de mal que de bien. N’hésitez pas à demander de l’aide et n’ayez pas honte! C’est en parlant que les gens s’ouvrent sur leurs problèmes.

SIGNÉ : d’un père fier d’être sobre!

Voici des ressources d’aide pour dépendants à l’alcool, aux drogues ou aux jeux :

– Centre de réadaptation en dépendance pour obtenir des thérapies : https://www.ciusss-centresudmtl.gouv.qc.ca/nos-installations/centre-de-readaptation-en-dependance/

– Pour les proches, amis, familles de dépendants; Al-Anon ou simplement pour parler à quelqu’un : http://al-anon-montreal.org/

– Alcooliques anonymes : http://aa-quebec.org/AA_Quebec/Templates/

– Maison Jean-Lapointe : http://www.maisonjeanlapointe.org/

Traverser ça ensemble

J’ai toujours pensé qu’un couple de

J’ai toujours pensé qu’un couple devait un jour ou l’autre être confronté à un obstacle. Dans mon cas, ce jour est arrivé il y a quelques années. Ça faisait quelques mois que je me posais des questions. L’attitude de mon homme avait changé, il manquait de l’argent. Toutes les choses que je pouvais imaginer sont passées dans mon esprit. J’ai vécu une partie de ma deuxième grossesse avec beaucoup d’angoisse et de tristesse.

 

Un soir, j’ai donc décidé de prendre mon courage à deux mains. Je vivais dans le doute depuis trop de temps. Mon chum avait changé quelques mois après le début de ma grossesse qui nous apporta une belle petite princesse. Rien ne rentrait dans l’ordre, même qu’il était vraiment en chute libre. Je me suis donc mise face à lui en demandant avec mon air de glace : « Ce soir, tu vas me dire ce qui se passe! Tu me parles ou je pars avec nos deux enfants. » C’est alors qu’il baissa la tête en me disant que depuis un certain temps, il avait commencé à consommer…

 

Les mots tombèrent comme une bombe! Je m’en doutais, mais de l’entendre… J’étais fâchée. Pourquoi il avait eu besoin de se réfugier là-dedans? Qu’est-ce que j’avais fait? Était-il malheureux avec moi et nos enfants? Je ne comprenais rien. Je pris donc la nuit de repos en berçant ma fille. Les larmes coulaient sur mes joues. Ce fut dans le regard de ce tout petit être de deux semaines cette nuit-là que je trouvai la force. Je décidai alors de partir une semaine chez mes parents avec mes enfants. Le matin venu, j’ai regardé mon chum et je me souviendrai toujours de mon discours :

 

« J’ai décidé de partir chez mes parents, car je trouve qu’avec les conneries que tu fais en ce moment, tu ne nous mérites pas. Demain matin, à ton réveil, avec la solitude qui sera autour de toi, tu te demanderas si c’est vraiment ça que tu veux! Si tu prends la décision de t’en sortir, je serai là, mais avec certaines conditions à respecter. Si tu veux continuer dans cette voie actuelle, tu risques de tout perdre. Ton travail, ta maison, ta famille et peut-être même ta vie. »

 

Je partis donc avec mes enfants qui mettaient quand même un baume sur cette peine. Mon chum m’appela tous les jours, plusieurs fois par jour. Il pouvait venir voir ses enfants quand bon lui semblait. Il vécut une semaine seul en voyant que sa famille était beaucoup plus importante que de se geler. Je revins alors avec des règles strictes à respecter :

          Fournir toute facture

          Montrer ses talons de paye

          Revenir à la maison directement après le travail

          Changer de fréquentations

Il n’avait plus la possibilité de me cacher quoi que ce soit. Oui, il a vécu deux fois une rechute. Par contre, j’avais pris le temps de parler à d’anciens toxicomanes qui m’avaient donné des trucs pour détecter facilement si mon conjoint avait consommé. Je pouvais le savoir même au bout du téléphone. Il était coincé, soit il s’en sortait avec mon aide ou il allait en centre fermé. (Chose qu’il ne voulait pas trop, car nous avions quand même un fils qui voulait son père)

 

Devant notre garçon alors âgé de deux ans et demi, on essaya de rester neutre et de faire comme si de rien était. Notre fille, quant à elle, était tellement petite que nous avions moins d’inquiétudes. Mes parents ont été d’un grand support et ont toujours cru en mon amoureux. J’aurais aimé pouvoir en dire autant de sa famille, mais eux ont préféré fermer leurs yeux sur tout ça. Eux étaient au courant de tout et ne me disaient rien.

 

Pour arriver à passer au travers de toute cette histoire en gardant ma tête sur mes épaules, parler à mon entourage a été ma thérapie. J’ai été franche avec mon conjoint que je ne pouvais pas faire semblant de rien. J’avais besoin de parler à mon monde pour trouver l’énergie et il n’a pas eu trop le choix de comprendre.

 

Moi qui avais avant des préjugés sur les personnes qui avaient ce genre de problèmes, ma perception changea à ce moment. Aujourd’hui, je me rends compte que personne n’est à l’abri d’une dépression ou d’une faiblesse. Il ne faut pas oublier que dans le fond, ces personnes souffrent et ont juste besoin d’une bonne poussée vers le haut. Il faut savoir être ferme et ne pas les prendre en pitié tout en montrant que nous sommes là pour eux. Presque dix ans après cet épisode, tout va bien. Sans dire que je recommencerais, car oh! Non, je n’en serais pas capable. Je crois que toutes les embûches nous font grandir et apprendre. Donc aujourd’hui en regardant en arrière, je crois que j’ai beaucoup appris de tout ça. Je crois même qu’aujourd’hui, ça fait de nous (mon conjoint et moi) de meilleures personnes.

 

Eva Staire

 

 

Halloween : Drogue sous formes de jujubes

La fête de l'Halloween est un moment attendu pour nos petits monstres. Malheureusement, c'est aussi

La fête de l’Halloween est un moment attendu pour nos petits monstres. Malheureusement, c’est aussi une fête stressante pour les parents. En plus d’avoir à gérer nos enfants qui marchent littéralement au plafond (Merci surplus de sucre), nous devons aussi gérer le contenu des sacs de friandises. On sait tous à quel point il est important de s’assurer qu’aucun objet coupants, pointu ou dangeureux se retrouve dans les bonbons. Aujourd’hui, une nouvelle source de stress vient s’ajouter aux autres.

En effet, le service de police de Laval met en garde la population puisqu’ils ont découvert de la drogue sous forme de friandises. À première vue, on dirait des oursons en gélatine, de couleur rouge, jaune et vert et à l’odeur fruité. Il faut donc faire attention et bien vérifier (Voir photos plus bas).

jujubes

 

Soyez vigilants et ne prenez pas de chances!

Crédit photo : tvanouvelles.ca