Tag Fête des mères

Maman – Texte : Jessica Archambault

Maman. Un mot qui dit tout. Le plus beau, le plus complet et le plu

Maman.
Un mot qui dit tout. Le plus beau, le plus complet et le plus envahissant des rôles (parce qu’on ne peut jamais le mettre sur pause — surtout en confinement). En devenant maman, j’ai ajouté de l’amour et des rires à notre vie. Mille questions en pourquoi par jour, des rugissements de dinosaures, des sauts sur notre divan-beurk, des courses, des batailles, des chatouilles, des surprises, des becs par centaines, des « je t’aime » qui nous chavirent chaque fois, des histoires inventées, des rêves sans queue ni tête racontés avec passion (qu’on doit écouter attentivement), des folies, des câlins, des danses endiablées sur la table de la cuisine, des clins d’œil, des pets sur la bedaine, des monstres merveilleux, des concours de rapidité, des balades en plein air, des forêts enchantées, des genoux boueux, des cheveux emmêlés, des sourires éclatants. Et de l’amour et des fous rires, encore plus.

En devenant maman, je me suis aussi inquiétée, questionnée, remise en question. J’ai perdu patience, j’ai parfois crié. Je suis en perpétuelle quête de l’équilibre, de cohérence, de fermeté (douce), de rigueur (bienveillante), de respect des limites de chacun en répondant au besoin de tous. Je vis la charge mentale. Je l’échappe. Je cherche des solutions. Toujours. Comment faire mieux, comment rester dans la douceur. J’accompagne dans la gestion des émotions, dans les nombreux tests de nos limites, dans l’affirmation de soi qui frôle très (trop) souvent l’arrogance, dans l’apprentissage du respect de tous, de la persévérance, dans les nombreux questionnements sur la vie (la mort, le ciel, la famille, l’amour, « comment on fait les bébés ? »). Je continue d’apprendre et d’apprivoiser le lâcher-prise, de choisir mes combats (pour vrai. Ceux qui valent la peine, qu’on choisit par conviction. Pas juste l’expression pour camoufler la paresse).

Un de mes garçons a ma sensibilité et mon intensité émotive. Mon autre fils a mon caractère têtu, qui veut faire à sa façon, souvent borné. C’est tellement challengeant de les accompagner parce que ces sphères de ma personnalité sont les plus confrontantes même pour moi, les aspects sur lesquels j’ai travaillé le plus (et ce n’est pas fini). Ils me ressemblent aussi sur un paquet de points plus légers et positifs. Mais je trouve ça important de les outiller pour adoucir ce qui vient avec ces traits de personnalité en particulier.

Mais tout ça, tous ces défis, ça vaut tellement la peine. Ça me fait grandir, évoluer, être une meilleure maman et une meilleure personne par le fait même. Et surtout, ça vaut la peine parce qu’en devenant maman, j’ai ajouté de l’amour et des rires à notre vie. Et c’est ça le plus important.

Bien que j’écrive au « je » parce que cette fête, dans notre maison, est la mienne et que je le prends sans gêne ni culpabilité, j’ai le meilleur des partenaires pour vivre tout ça, pour m’épauler et faire équipe.

Et de plus en plus, je me surprends à trouver que je ressemble énormément à ma mère, dans mes réactions, mes intonations, mes expressions, mes niaiseries avec les petits, pis j’haïs pas ça. Ma mère, celle sans qui nous ne serions rien. Celle qui nous a tout donné. Celle qui nous garde soudés. Celle qui peut encore nous ramener sur la terre ferme quand c’est nécessaire. Celle qui nous apaise en nous serrant dans ses bras. Celle que j’appelle quand j’ai le cœur gros d’avoir perdu patience ou d’avoir les limites non respectées usées. Celle qui m’accueille toujours sans jugement. Celle qui pourrait être intimidante tellement elle incarne le mot « maman », mais qui au lieu de ça, ouvre les bras, écoute, sait toujours quand il est temps de me conseiller parce que je suis finalement descendue de mes émotions et réceptive. Celle qui ne me juge jamais, même quand elle ferait différemment, parce qu’elle sait à quel point tous nos choix viennent du cœur et des tripes quand on est maman. Celle qui est la maman de cœur de beaucoup de mes amis. Celle qui est une mamie extraordinaire. Celle pour qui les yeux de mes enfants s’illuminent à tout coup. Celle qu’ils réclament quand ils nous trouvent injustes. La première qu’ils nomment quand on parle des gens qu’ils aiment et qui les aiment. Celle qui cherche toujours de nouvelles façons d’alimenter leur imaginaire. Celle qui les écoute, les fait rire, les stimule et les accueille toujours les bras ouverts et sans jugement.

Merci maman. Je savais déjà à quel point tu es une maman précieuse, mais toutes les douceurs et les défis de ma vie de mère me confirment ta grandeur. Je t’aime.

Jessica Archambault

Premier dimanche de mai

Hier, était le premier dimanche de mai. C’est pas mal moins g

Hier, était le premier dimanche de mai. C’est pas mal moins glamour de dire que c’était la journée des mères endeuillées alors que dimanche prochain, on va fêter toutes les mamans de ce monde. Plusieurs mamans s’apprêtent à fêter la fête des Mères, alors que d’autres soulignent le départ de leur enfant. Hier, pour plusieurs mamans, c’était une journée où ce que nous vivons est un peu plus reconnu. Mais pour certaines, c’est une journée de plus à se rappeler que nous ne profitons pas du beau temps avec notre enfant. Une journée de plus à vivre ce moment sans eux. Mettons que je l’aurai skippée celle‑là.

Cette journée se passe toujours le premier dimanche de mai. Coïncidence avec la fête des Mères ? Je ne crois pas. Je suis toujours à la recherche du sens de cette date. Je n’arrive toujours pas à savoir si c’est positif ou pas… Dans tous les cas, si vous avez une maman près de vous qui vit avec la perte de son enfant, je vous invite à lui faire une petite attention. Que ce soit un petit mot pour lui dire que vous êtes là, une fleur… Rappelez-lui que vous êtes là, pas juste le premier dimanche de mai !

D’une maman qui vit sa première journée des mères endeuillées

Encore plus près

Depuis que je suis née, cette journée t’était réservée.

<!-- /wp

Depuis que je suis née, cette journée t’était réservée.

Cette année pour la première fois, nous allons la partager.

Ça me fait tout drôle ce nouveau rôle

Et j’ai la chance que tu m’épaules

Je ne pensais pas pouvoir être plus proche de toi

Que nous le sommes déjà

Pourtant un nouveau lien nous unit

Et je ne pourrais en être plus ravie.

Je sais que tu trouves difficile

Que 650 km séparent nos domiciles.

Ça me brise autant le cœur de savoir

Que ma fille ne pourra pas souvent te voir.

Heureusement que Facetime existe

Pour que les beaux moments persistent

Tu as fait de moi la maman que je suis aujourd’hui

Et pour ça, jamais je ne te dirai assez merci

Tu m’as transmis toutes tes valeurs

Grâce à toi je vois avec les yeux du cœur

Je sais que je peux compter sur toi

Peu importe l’heure, le jour, le mois

Je sais que tu répondras présente

Quelle que soit la raison pour laquelle je me lamente

Merci maman d’être celle que tu as été

Celle que tu es et celle que tu seras

J’ai tellement hâte qu’on soit tous déconfinés

Pour enfin pouvoir te prendre dans mes bras

Je t’aime

Anouk Carmel-Pelosse

Pour toi, maman

Bonjour Maman,

Il y a

Bonjour Maman,

Il y a 48 ans, tu me donnais naissance. J’étais tout petit. Je pesais moins de 4 livres. J’avais hâte de sortir ! Non pas parce que je n’étais pas bien dans ton ventre, mais peut-être que j’avais hâte de vivre ma vie ! Tu as bien su prendre soin de moi, même si j’étais un grand prématuré. J’étais aussi ton premier enfant. Toute une surprise !

Malgré tout le travail que tu avais à faire, tu en as fait des choses avec moi ! Toutes les fois où tu as joué avec moi, toutes les petites attentions, juste pour me faire plaisir et réjouir mon cœur d’enfant, tous les vêtements que tu prenais le temps de me confectionner, tout le temps nécessaire à ma réussite scolaire ne sont que quelques exemples. Tu étais toujours là pour t’assurer que je ne manque de rien. Même si papa était parti pendant des mois, tu avais le don de me rendre heureux et de me faire plaisir avec de petites choses simples de la vie. Eh bien, sache qu’aujourd’hui, je te remercie pour tout ce que tu as fait pour moi.

Tu sais maman, si je me suis très bien débrouillé dans la vie, c’est en grande partie grâce à toi. Tu m’as élevé seule et tu as toujours été là pour moi quand j’avais besoin de toi. Même si tu avais un travail à temps plein, même si tu devais effectuer toutes les tâches de la maison, je pouvais toujours compter sur toi. Surtout lorsque je n’allais pas bien. Je me suis aussi toujours senti plus ouvert avec toi parce que tu étais présente.

J’ai tout appris de toi : la cuisine, la couture, comment entretenir une maison ou même travailler avec des outils. J’ai tout appris dans le respect et dans la joie. Je me rappelle qu’en troisième année, nous devions réaliser un projet de notre choix. Moi, comme d’habitude, j’avais des idées de grandeur ! J’avais décidé de faire un gros coffre en bois avec un tiroir dans le bas et un couvercle sur le dessus. C’était mon choix et au lieu de me décourager, tu as relevé tes manches et tu m’as tout enseigné : comment manipuler la scie sauteuse électrique et tous les autres outils. Je l’ai fait mon projet et j’en étais très fier ! Quand je l’ai apporté à l’école, j’ai impressionné mes amis. Même le professeur était impressionné ! À travers ce projet, tu m’avais aussi appris la détermination et la fierté. J’ai plein de beaux souvenirs comme ça, ma belle maman. Je ne peux pas oublier ces moments de joie parce qu’ils sont gravés dans mon cœur.

Malheureusement, je me souviens aussi de toutes les fois où tu étais triste et où j’aurais voulu intervenir. J’avais peur moi aussi, maman… Je n’étais pas grand et costaud comme papa, mais je te jure que si j’en avais été capable, je serais intervenu. Tu ne le sais pas mais à l’adolescence, quand j’entendais les disputes interminables de papa, j’étais assis sur le bord de mon lit et je me regardais dans le miroir. J’étais enragé. J’aurais voulu l’attraper pour qu’il arrête, mais il était deux fois plus gros que moi. Ses mains étaient trois fois plus grosses que les miennes. Une de ces fois‑là, maman, je me suis juré une chose : lorsque j’allais avoir une femme, j’allais en prendre soin et je lui ferais vivre totalement le contraire de ce que toi tu as vécu.

Je te remercie. Pour toutes les fois où tu as pris ma défense et toutes celles où tu m’as évité des coups. Je voyais la peur en toi, mais tu faisais le nécessaire pour me rendre la vie plus facile.

Aujourd’hui, à l’âge de 48 ans, je peux te dire que je n’ai jamais maltraité aucune femme. Ma femme, je prends soin d’elle et je l’aime. J’aurais aimé que toi aussi, tu puisses vivre une vie comme cela.

Mais laisse‑moi te dire une chose : tu es une femme forte. Malgré toute cette violence dans la maison et le suicide d’un de tes fils, tu as survécu. Tu m’as donné l’exemple. Tu as été un modèle pour moi, une combattante.

Regarde-moi aujourd’hui… Avec le temps, je suis devenu un homme de bonne carrure. Je suis allé à l’étranger à trois reprises dans des conditions extrêmement difficiles. J’ai servi mon pays pendant plus de 21 ans. J’ai des blessures physiques et mentales reliées à mon service. Mais je tiens encore debout. Je suis un papa et un mari respectueux.

J’aurais pu écrire un livre sur tout ce que tu as fait pour moi. Cette année, comme l’écriture est ma nouvelle passion, je voulais au moins t’écrire cette lettre pour la fête des Mères.

Je te l’ai déjà dit, je te le redis encore : je t’aime ma belle maman d’amour.

Tu es mon modèle, mon exemple, ma super maman.

Bonne fête des Mères, car pour moi, tu es la meilleure !

XXXXX

Carl Audet

Je t’honore, ma petit Mom!

Hey ma petite Mom, lâche pas, tu es exceptionnelle.

<

Hey ma petite Mom, lâche pas, tu es exceptionnelle.

Quand tu ne te lèves pas un matin parce que tu as fait de l’insomnie, c’est correct, tu as le droit de te reposer.

L’autre jour, quand tu as pété un câble après les enfants, tu étais stressée. Je sais que tu as réagi à quelque chose de banal, cela arrive même sûrement à Bouddha d’être à bout, ne t’en fais pas.

Tu sais, le troisième resto de la semaine, il te coûte cher, mais au moins, tu préserves ta santé mentale, ou ce qu’il en reste.

Le jouet que tu as acheté à Junior lundi dernier après sa millième crise de bacon, dis-toi que tu n’as pas acheté la paix. La prochaine fois, tu vas y arriver à te foutre du regard de ceux qui le savent bien mieux que toi comment élever des kids.

Quand tu apportes ta princesse en pyjama à la garderie parce que les trente minutes de plus que vous vous êtes offertes de sommeil t’ont mise dans le rush eh bien, c’est ok, ses amis vont juste la trouver trop chanceuse d’avoir une mère aussi cool que toi.

Quand les amis de ta fille vont la « taguent » sur Instagram en disant qu’elle est « chaude », c’est très approprié, le petit message de recadrage à l’ami en question. Ta fille, c’est une princesse, pas une bitch, peu importe la perception du mot à notre époque.

Quand ton ado te demande de l’alcool pour aller à son party, c’est naturel de t’envoyer une bouteille de vin en espérant qu’elle ne fasse pas pareil.

Ce que je tiens à te dire chère MOM, c’est que quand tu n’es pas parfaite à tes yeux, moi je te regarde et je me dis qu’hier c’était peut-être moi (en fait, je n’ai aucun doute, car tout ce que j’ai écrit, je l’ai fait!) et je t’envoie du love.

Le jour de la fête des Mères, ce n’est pas pour faire à semblant que la vie est parfaite. Ça sert à se donner une tape dans le dos et à se dire qu’on a fait de NOTRE MIEUX!

Bonne fête des Mères! Xx

Martine Wilky

 

Bonne fête des (grands-)mères!

Par un beau dimanche printanier, plusieurs enfants et grands enfants

Par un beau dimanche printanier, plusieurs enfants et grands enfants célébreront leur maman chérie. Les mères de ce monde seront chouchoutées, admirées, reconnues, remerciées. On leur préparera un bon repas ou on les invitera au resto. On leur apportera le mimosa au lit ou la coupe de mousseux au salon. Elles recevront les dessins et les colliers en macaronis faits avec tant d’amour à l’école ou à la garderie. Un bouquet de pissenlits, si elles sont chanceuses.

Je rêve de deux choses.

Un, que la fête des Mères s’étende sur toute l’année. Pas par pur égoïsme (quoique… j’en prendrais souvent, moi, des déjeuners au lit!). Juste parce que les mamans, comme les papas, ça mérite d’être honoré plus souvent qu’une fois par 365 jours. Gâter la personne qui prend ou qui a pris soin de nous pendant des années, c’est comme le romantisme dans un couple : ça ne se fait pas à date fixe! On appuie sur Repeat toute l’année et tout le monde est heureux! Pas besoin de fleurs et de carte du magasin à chaque fois, mais un petit mot gentil sur un post-it, un doux câlin, une promesse (tenue) de ne pas se chicaner entre frères et sœurs… ça vaut de l’or pour un cœur de maman!

Deuxième rêve : que la fête des Mères soit aussi, consciemment, la fête des grands-mères. Oui, je sais, une grand-mère, c’est aussi une mère, par définition! Ce que j’aimerais, c’est que le rôle de mamie soit honoré d’une façon bien particulière. Que le rôle de nos mères et de nos belles-mères dans la vie de nos petits soit mis de l’avant en cette journée et le reste de l’année.

On dit souvent que les grands-mamans servent à gâter les enfants. Oui, entre autres! La bouffe de grand-maman est toujours meilleure que celle des parents, vous avez remarqué? Même quand c’est la même recette. La dose d’amour que les mamies ajoutent dans leurs ingrédients fait toute la différence. Mais les mamies sont aussi là pour réconforter, pour sécuriser, pour aider, pour soutenir, pour encourager nos enfants. Elles enseignent des choses que nous, parents, ne pouvons pas enseigner par manque de temps ou de connaissances (ne me demandez pas à montrer à mes enfants à tisser! Mais ils l’ont appris dès leurs premières années de vie grâce à leur mamie!).

Elles sont une figure adulte de confiance, une personne vers qui l’enfant ou l’adolescent peut se tourner quand il n’a pas le goût de se confier à son parent. Elles sont aussi là pour relativiser les choses. Qui de mieux placé qu’une mamie pour raconter qu’au même âge, leur maman ou leur papa faisait aussi une crise de bacon pour se coucher plus tard ou pour manger une toast au sucre au déjeuner? Ou pour rappeler que malgré certaines années difficiles, leur parent est devenu une bonne personne… Les mamies sont des vecteurs d’espoir et de tendresse. Et ça, ça mérite d’être souligné!

Ah et puis, j’ai un troisième rêve. Que les relations intergénérationnelles soient honorées en ce dimanche de fête des Mères. Qu’on en profite pour se dire : « Eh! Qu’on est chanceux de s’avoir! ». Que les mamies ou même les mamans soient encore parmi nous ou non, elles ont été, sont et seront des figures de proue précieuses dans la vie de nos enfants. Et dans la nôtre.

Bonne fête à toutes les (grands-)mamans!

Nathalie Courcy

 

Toi, la maman qu’on oublie…

<span style="margin: 0px; color: #212121; font-family: '&quot',s

Cette journée, ce dernier dimanche qui aurait dû être si festif… Ce week-end de printemps qui te rappelle cruellement que cette fête, c’est une torture pour toi.

 

Parce qu’il y a, quelque part dans les étoiles, un petit bout de toi. Peut-être est-il si petit que les gens autour de toi ignorent combien tu as du chagrin, à quel point cela pèse sur ton cœur, malgré le temps qui passe.

 

Parce que tu rêves depuis si longtemps de porter ce titre, de donner la vie, et que ce cadeau, tu l’attends toujours.

 

Parce que la tienne est partie et qu’elle te manque à chaque étape de ta vie.

 

Parce que la maladie ou un accident t’a arraché celui ou celle que tu bordais chaque soir.

 

Parce que peut-être que cette année, ta famille s’est brisée et que tes petits, c’est chez leur papa qu’ils se trouvent.

 

Chère maman qui déteste cette fête, c’est à toi que j’envoie des fleurs. 🌷

 

Karine Lamarche

 

Mention spéciale à toi, belle-maman de mon enfant

Pour commencer, j’aimerais souhaiter bonne fête des Mères à tou

Pour commencer, j’aimerais souhaiter bonne fête des Mères à toutes les mamans. Plus particulièrement à ma mère que j’aime de tout mon cœur. À la mère de mon conjoint qui est une femme merveilleuse. Mais je voudrais faire une mention spéciale à toi, la belle-maman de mon fils.

Je ne sais pas ce que c’est de jouer le rôle d’une belle-maman, mais je sais que tu le remplis à merveille. Probablement qu’aujourd’hui, personne ne t’apportera de fleurs pour te souhaiter bonne fête des Mères. J’aimerais donc t’en lancer!

Je crois que je ne te l’ai jamais dit, mais Jacob est très chanceux de t’avoir dans sa vie. Par le fait même, moi aussi! Quand on se sépare, on ne sait jamais qui sera là pour accompagner nos enfants chez « l’autre parent ». On a la crainte de perdre notre place, mais la plus grande est que cette personne maltraite notre enfant ou ne l’aime pas.

Sache que ces peurs se sont envolées suite à ta rencontre. J’ai senti, dès ton premier regard posé sur Jacob, que tu donnerais beaucoup pour lui. Tu fais attention à lui comme à la prunelle de tes yeux. Tu es pour lui sa maman chez papa. Je ne te dis pas cela pour te mettre de la pression, je veux tout simplement te donner ma reconnaissance.

Le jour où tu m’as demandé si tu pouvais « lui dicter tes règles » quand il était chez toi a été une preuve de plus de la personne respectueuse que tu es. Tu sais, tu n’étais pas obligée de me le demander, car tu es chez toi, mais tu l’as fait et je l’apprécie beaucoup.

La fois où tu m’as écrit, très inquiète, sur l’état de santé de petit coco. Tu avais peur de me déranger, mais MY GOD, jamais dans 100 ans tu ne me dérangeras en t’informant de mon plus beau cadeau de la vie. C’est pour moi une preuve que tu l’aimes d’amour, comme s’il était tien. Tu lui veux du bien et je ne pourrais rêver de mieux.

Quand je t’entends, pendant une partie de deck-hockey, lui dire des « Lâche pas minou, t’es capable », j’ai les larmes aux yeux. Non, je ne suis aucunement triste. Je suis émue de votre belle relation et si heureuse que Jacob puisse avoir de l’amour à profusion.

Le plus merveilleux là-dedans, c’est que tu le fais parfaitement, sans vouloir être moi. Je crois bien que nous sommes comme un puzzle. Nous prenons chacune la place qui lui est réservée.

Donc voilà pourquoi aujourd’hui, je tiens à te décerner un « Bonne fête des Mères à toi, ».

 

Mai, le printemps, la fête des Mères….

Le mois de mai vient de faire son entrée, et qui dit mois de mai di

Le mois de mai vient de faire son entrée, et qui dit mois de mai dit fêtes des Mères…. C’est ma septième fête des Mères… C’est pour moi un moment pour faire une mise au point sur la mère que je suis. Je travaille fort pour faire exit avec la culpabilité et non, rien n’est parfait. Mais je crois que je fais comme le bon vin, je m’améliore en vieillissant.

Je me souviens qu’au début, je culpabilisais quand j’avais un rendez-vous chez la coiffeuse. J’y allais sans en profiter vraiment, en me souciant du retard pour mon rendez-vous. Mon corps était sur la chaise, mais mon cœur à la maison. Maintenant, ma fille me met presque dehors pour avoir un moment avec son père.

La fête des Mères, c’est aussi le moment où l’on reçoit son petit cadeau fait par son enfant, je parle au singulier, car dans mon cas, je n’en ai qu’une. Je me souviens de l’année où ma fille avait peinturé un pot de yogourt et planté une graine dans la terre. Elle allait avoir deux ans et était remplie de fierté de me le remettre. Aussitôt arrivée à la maison, pendant que j’avais le dos tourné un instant pour ranger les manteaux, ma mini moi avait versé toute la terre dans mon entrée. Je n’ai jamais pu voir ma fleur pousser.

Je me souviens également du bonheur qu’elle a eu à se remplir l’estomac avec les cupcakes au citron que j’avais faits pour ma mère et moi. Une enfant de trois ans qui trippe autant sur le citron… Dans la même logique aujourd’hui, elle adore le chocolat 70 % cacao. Il reste que la fin de semaine de la fête des Mères de 2014 est probablement une de mes meilleures. Je rentrais par avion le samedi matin d’un congrès à Toronto sans trop de culpabilité. J’avais eu beaucoup de temps pour prendre soin de moi, bref une belle pause. Ma fille s’était dont ennuyée, je me souviens encore de la force de sa caresse et de son « MAMAN! » à mon retour à la maison. Je savais que cet ennui avait été difficile, mais en même temps rempli d’une nouvelle énergie.

Cette année, j’ai eu droit à un cadeau avant le temps. Il y a quelques jours, ma fille m’avait préparé un petit mot (elle a appris à écrire) et ce petit mot disait que j’étais et je cite, « cool », qu’elle m’aimait et que cela me faisait un beau souvenir de mon enfant… J’avoue, j’ai eu un moment d’émotion. Et voir qu’elle pouvait maintenant me l’écrire…!

Alors à vous toutes les mamans, je vous souhaite une belle fête des Mères remplie d’amour, de tendresse, de bricos faits par vos tout-petits ou d’un brunch fait par vos plus vieux.

Evelyne Blanchette

La fête des Mères… et moi dans tout ça?

La fête des Mères : juste d’y penser, je suis déjà épuisée.

La fête des Mères : juste d’y penser, je suis déjà épuisée. Cours d’un côté pour acheter le cadeau de maman, cours de l’autre côté pour aller voir belle-maman. Fais plaisir à une, fais plaisir à l’autre! Un dîner, un souper, tout le monde doit être content! On se divise en deux et on aimerait parfois avoir un clone!

La fête des Mères : je comprends le concept. J’avoue que j’aime l’idée, qu’une fois par année, on fête le travail que nos mamans ont pu faire pour nous, et ce, tout au long de notre vie. Je dis fêter parce qu’on se doit de souligner toute l’année que nos mamans font un travail extraordinaire. C’est important de leur dire qu’on les aime et de les remercier pour tout ce qu’elles font pour nous. Donc, il est permis, une fois par année, de fêter nos mamans et le restant de l’année de souligner leur importance. C’est comme ça que je vois ça!

Je comprends aussi qu’on peut s’essouffler à faire plaisir à tout le monde… sans penser à nous. Moi aussi, je suis une maman! Qu’est-ce que je fais à la fête des Mères? Je cours partout pour faire plaisir aux autres! Qu’est-ce que j’aimerais faire à la fête des Mères? Ça, personne ne me le demande! Je ne peux pas tellement en parler non plus, ce serait probablement mal perçu. Donc je rêve en secret :

–          Moi, à la fête des Mères, j’aimerais ne RIEN faire! J’aimerais avoir une journée où les tâches ne sont pas importantes. Une journée où ma fille me dirait qu’elle s’occupe de faire la vaisselle. Une journée où je pourrais prendre un bain sans qu’on vienne cogner à ma porte. Une journée où je me ferais servir le souper, assis à MA table de cuisine, et non en visite, et où j’aurais les nerfs assez lousses pour m’abandonner et ne penser à rien. Une journée où je verrais le tas de poussière ou le tas de linge et où je me dirais que ça peut attendre à demain. Ou pire encore, je me permets de rêver à une journée où les membres de famille me diraient qu’ils s’occupent de tout!

–          Je rêve à une journée où ma famille me dirait merci pour tout ce que je fais pour eux dans l’année… Je rêve à une journée sans stress, collée avec eux, à écouter des films et à s’empiffrer de popcorn! Je rêve à une journée où JE serais capable de penser à moi et de lâcher prise par rapport à tout ce qui m’entoure.

–          Je rêve à une fête des Mères où ma famille me dirait que c’est ma journée et que j’ai le droit de choisir ce que j’ai envie de faire!

Mais en attendant, je ne fais que rêver, car je ne suis pas capable de me faire passer en premier. Je ne suis pas capable de dire aux autres que je ne serai pas là pour eux, car je veux du temps pour moi.

Je prendrai du temps pour moi une autre journée dans l’année, où ça risque de ne faire de mal à personne…

Tania Di Sei

Le bébé seul dans sa chambre d’hôpital

Ma fille avait deux mois. Tout à coup, rien n’allait plus… Elle

Ma fille avait deux mois. Tout à coup, rien n’allait plus… Elle chignait, se tordait de douleur et pleurait sans arrêt. La théorie de la poussée de croissance a été vite écartée : elle refusait le sein en dehors de son horaire habituel. Elle avait pourtant été si calme et souriante depuis sa naissance… Pas de fièvre. Aucun autre symptôme. Juste un bébé en crise, un petit saule inconsolable. Je l’amène à l’urgence.

On arrive à l’hôpital. Pas trop bondé, étonnamment. Je tends ma fille de deux mois à l’infirmière du triage et lui dis : « Y’a vraiment quelque chose qui ne va pas! Je ne reconnais plus mon bébé. Elle n’arrête plus de pleurer. » J’essaie de ne pas avoir l’air trop paniquée. Mais à l’intérieur, j’ai totalement perdu mes repères. Je déteste les hôpitaux et il faut que mon feeling de maman soit fort en ti-pépère pour que j’y aille! L’infirmière a l’air zéro-convaincue. Pas de fièvre. Pas de symptômes. Elle fait des prises de sang « pour être bien sûre ».

Les résultats sanguins arrivent. Infection urinaire sévère. Les reins sont atteints. On lui donne une chambre. Ma petite poule a deux mois et est allaitée exclusivement. Je ne me pose aucune question et la suis dans la chambre qu’on lui a assignée. La « chambre » se résume à une pièce dans laquelle sont cordées quatre bassinettes, une dans chaque coin. Je me tourne vers l’infirmière et lui demande où je vais dormir… Parce que bébé boit aux deux ou trois heures et qu’il est hors de question que je la quitte des yeux de toute façon. L’infirmière me regarde, l’air désolée, et tente de me rassurer en me disant : « Attendez, je vais vous chercher une chaise. ». Je ne savais pas à ce moment-là que j’allais passer quatre jours à dormir sur cette chaise, à côté de mon bébé.

Dans la chambre, il y avait trois autres mini-patients. L’infirmière m’explique que ma fille se trouve dans la chambre des bébés de moins de trois mois. Notre premier co‑chambreur avait un mois et demi. Sa maman était avec lui. Notre seconde co‑chambreuse avait deux mois aussi. C’était un de ces bébés qui arrivent en paquet de trois (oui, oui, des triplets!) et ses deux autres sœurs avaient déjà eu leur congé de l’hôpital. J’avais peine à imaginer la maman à la maison avec ses jumelles, la tête et les bras pleins, mais le cœur bien vide de ne pas avoir tous ses bébés à la maison avec elle. Les grands-parents se relayaient pour veiller sur la petite triplette combattante et la visitaient tous les jours.

Puis, il y avait ce quatrième bébé. Celui en face du lit de ma fille. Il était branché par plus de fils que je pouvais en compter… Ses machines sonnaient l’alarme trop souvent… Les infirmières tentaient de se relayer pendant leurs pauses pour lui offrir une chaleur humaine. Il avait un peu moins de trois mois. Quand ma fille était endormie, je demandais si je pouvais le prendre aussi. Les infirmières me répondaient gentiment que malgré le gros coup de main que ça aurait pu leur apporter, les procédures interdisaient les parents des autres patients de toucher le bébé, pour assurer qu’il n’y ait pas de contagion. Ma fille avait une infection urinaire, pas la varicelle… Mais la procédure était la procédure.

Je repense à ce bébé, des années plus tard, et j’ai encore mal à mon cœur de maman. Durant les quatre jours de notre séjour, les infirmières et les médecins l’ont ramené à la vie plusieurs fois. Et il était si seul, dans son grand lit froid. La quatrième journée, sa mère lui a rendu visite. Elle est restée vingt minutes environ, s’est informée de son état, sans même le prendre, et est repartie en me parlant du carnaval auquel elle allait assister. J’étais sidérée. Le cœur en miettes. Je ne pouvais pas comprendre. La nuit, en berçant ma fille, je chantais plus fort pour qu’il m’entende. Je me disais qu’il avait besoin d’entendre une voix rassurante, pleine d’amour. Il aurait mérité des câlins à l’infini et de l’amour à profusion. Il avait tous les soins nécessaires, mais sans maman, rien n’est plus pareil… Je racontais mes histoires plus fort, pour que ma voix porte jusqu’à lui. Juste pour qu’il sache qu’il n’était pas seul.

Loin de moi l’idée de juger les actions de la mère. Elle aussi méritait un bébé en santé, rose et tout sourire. Elle était peut-être trop fatiguée ou peinée pour venir… Elle avait peut-être déjà entamé son deuil… Je ne suis pas là pour juger ses compétences parentales ni sa volonté.

Je lève mon chapeau aux infirmières, qui donnaient à ce bébé tellement de soins, tout en étant empathiques et chaleureuses. Elles lui ont donné tout ce qu’elles pouvaient, à travers les contraintes d’horaires et de procédures.

Je ne saurai jamais si ce bébé a survécu. Selon les bribes d’informations que j’entendais, je ne pense pas que ce soit le cas… Je suis revenue chez moi, après quatre jours à dormir sur une chaise, à manger des sandwichs froids et à prendre des douches très sommaires… Et la première chose que j’ai faite, malgré l’heure tardive ce soir-là, c’est prendre mes enfants sur mes genoux, les bercer et leur chanter une berceuse. Parce qu’on ne sait pas ce que la vie nous réserve, et qu’à travers les crises de bacon et les dégâts de lait, on a parfois tendance à oublier la chance qu’on a. La chance de pouvoir serrer nos enfants si forts dans nos bras. La chance de les voir respirer, marcher, courir et découvrir la vie. La chance de pouvoir leur montrer à quel point on les aime. La chance d’être une maman.

Savourez votre chance. Bonne fête des Mères.

Joanie Fournier