Tag jalousie

La jalousie malsaine des parents

Je cherche les mots exacts afin d’exprimer ce sentiment qui m’ha

Je cherche les mots exacts afin d’exprimer ce sentiment qui m’habite depuis un certain temps et je n’y parviens pas. Un mélange de frustration, de déception, d’incompréhension et de découragement me submerge doucement. L’être humain est parfois si décevant.

Qu’un adulte rabaisse un enfant de façon volontaire par pure jalousie devant plusieurs autres adultes sans que personne n’intervienne, est‑ce vraiment « normal » ? Pourquoi pointer du doigt chacune de ses faiblesses au lieu de vouloir les améliorer ? Discutez donc de ses prouesses à la place ! Je ne comprends pas. Je suis sans mots. Bouche bée. Peu importe le rang social, cet adulte est rendu tout en bas.

Rabaisser un enfant sans défense parce qu’il est simplement meilleur que leur enfant va‑t-il réellement surélever leur progéniture ? J’en doute fort. C’est tout simplement pathétique. Je n’ose même pas imaginer ce qui doit se dire derrière les portes closes de leur demeure.

Nous désirons si ardemment que nos enfants performent dans toutes les sphères de leur vie et oui, moi aussi je suis ainsi, mais jamais au détriment des autres enfants. Au contraire, je montrerai en exemple à mes enfants ceux qui performent plus qu’eux afin de les inspirer. De les motiver. Non pas pour les décourager, mais d’une manière positive afin qu’ils puissent surpasser leurs limites. Et s’ils ne sont pas capables, eh bien du moins, ils auront essayé.

Est-ce la meilleure méthode ? Peut-être pas. Mais je n’en ai rien à cirer. Au moins, je ne m’acharne pas sur un enfant sans défense !

Un enfant est un enfant. Point. Qu’il soit doué dans un sport ou qu’il surpasse la moyenne sur le plan académique, notre devoir est de bien l’entourer, de l’encourager et de le faire évoluer. Pourquoi ne pas nourrir ce don ? Il faut un village pour élever un enfant, alors impliquons-nous positivement. La vie n’est pas une course à savoir quel enfant sera le meilleur compteur. On s’en fout !

Pourquoi être jaloux du succès des autres ? Donnez à cet enfant un high five ou une tape d’encouragement dans le dos à la place de nourrir cette jalousie malsaine.

Le malheur et la jalousie des autres me puent au nez. Je voudrais contaminer ces malheureux de béatitude. Être contagieuse de bonheur afin que ces gens puissent vomir de la joie. Et c’est donc sur cette douce image mentale de vomissure de bonheur que je terminerai ce texte de rancune…

Geneviève Dutrisac

 

… et la jalousie ?

Suite à certaines discussions sur le sujet, je me suis questionnée

Suite à certaines discussions sur le sujet, je me suis questionnée. Mais je n’arrive pas à trouver les réponses à toutes mes questions. Un sujet qui peut faire tant de mal. Autant à soi qu’à l’autre. Un sentiment qui peut paraître cute, mais qui peut être si perturbant, voire destructeur.

La jalousie.

J’ai eu dans ma vie des gens jaloux, en amour et en amitié. Des possessifs aussi. Je me questionne. En amour, ressentir une certaine jalousie est en quelque sorte « normal » tant que cela ne soit pas réducteur ou envahissant. Se questionner le temps de quelques secondes, voire quelques minutes devant une personne qui tourne dans le cercle de sa moitié, peut, je crois, être normal et un signe d’attachement.

À quel moment la jalousie devient‑elle destructive ?

Je ne parle pas ici des actions reliées à la jalousie, que ce soit les crises, les silences, les accusations, les colères, même pour certains la violence physique ou verbale. Je me questionne sur le sentiment.

Car agir et ressentir sont deux choses totalement différentes. Nous pouvons contrôler ce que l’ont fait, mais pas ce que l’on ressent. Nest-ce pas?

Oh, bien sûr, nous pouvons presque aisément faire « comme si » nous n’avions aucune jalousie. Mais, elle est là, sournoisement ! Comment ne plus « ressentir » ? Certains diraient : « Apprends à la contrôler ! » Encore là, les gestes, les paroles, les actions… on peut tout contrôler ça… mais ce qui ne se contrôle pas ? Là, en dedans, dans les tripes. Ces voix de diables qui nous empoisonnent, qui nous déraisonnent et surtout qui assomment.

Quand la confiance en l’autre est présente, mais que les craintes restent.

Quand le manque de confiance en soi remonte et augmente cette détresse.

Quand les trahisons passées empoisonnent comme un glas qui sonne.

Quand, même si on se rassure soi-même, les tempes raisonnent.

Je crois qu’une piste m’a été donnée : parler et être écouté. Avoir la possibilité de dire à l’autre notre ressenti. Sans être jugé, sans être critiqué. Que l’autre ait la présence et la patience de nous rassurer calmement. Je crois qu’en général, une personne jalouse a été, tôt ou tard, trahie. Bien entendu, je généralise dans cette affirmation, il existe bel et bien des jalousies sans « antécédents ».

Dans mon passé amoureux, j’ai été trahie, j’ai perdu confiance en l’autre, en moi. Peu importent les raisons de ces trahisons, je les ai vécues et ressenties. J’en ai souffert.

L’autocritique peut être difficile à gérer, se sentir bien, réellement, ne dure pas toujours plus qu’un temps.

Revoir dans les yeux de l’autre sexe de l’approbation est flatteur, mais nous peinons bien longtemps avant d’y croire réellement. Le jour que cela arrive, je crois que nous voulons y croire, et parfois nous finissons par le faire, mais reste la peur. La crainte que ce ne soit pas suffisant, que ce ne soit pas pleinement ce que l’autre attend. Alors arrive avec cette inquiétude l’effroi de perdre au profit d’une autre personne celle pour laquelle notre cœur s’émeut.

Puis un regard, quelques paroles, un échange même banal peuvent réveiller cette jalousie une première fois. Suivis de bien d’autres, et ce malgré nous. Comment arrêter cette dérape émotivement bouleversante et surtout bien apeurante lorsque ça arrive sans prévenir, sans qu’on l’ait jamais auparavant ressentie ?

Parler. C’est bien. Patienter l’est aussi. Mais existe‑t‑il quelques outils pour colmater l’hémorragie avant qu’elle ne prenne une place destructive ? Avant qu’elle ne devienne maladive ? Je ne crois pas être de celles qui sont possessives et jalouses. Mais sommes‑nous à l’abri de cet ennui ? Comment faire comprendre à notre cerveau que la crainte est de trop ? Qu’il doit arrêter de se questionner, de cette relation et de cette vie, simplement profiter ?

Racontez-moi votre cheminement, partagez-moi vos sentiments… ne les gardez pas pour vous… jalousement.

Simplement, Ghislaine.

Qui part à la chasse, perd…

… absolument rien pantoute. Je changerais le proverbe pour « Qu

… absolument rien pantoute. Je changerais le proverbe pour « Qui part à la chasse… gagne la foutue paix ! »

Oui, l’homme est chasseur. Deux fois dans l’année, il part dans le bois seul. Il est gonflé d’orgueil. Il retrouve son instinct d’homme des cavernes. Il se sent pourvoyeur de la famille. La confiance est à son top (même si depuis plus de trois ans, il revient sans la fameuse viande). Grâce à lui, la famille sera nourrie pendant un bout de temps. Pense-t-il tout enorgueilli.

Et moi, j’en suis presque heureuse. Enfin, j’ai fini d’entendre parler des préparatifs, des tâches qu’il a dû effectuer pour ces deux semaines. Je pourrai dormir sans ses ronflements. Je pourrai écouter ce que je veux à la télé. Je pourrai relaxer.

Et c’est là que la réalité me frappe de plein fouet. L’homme est tranquillement assis dans le bois, écoutant paisiblement le silence ; ce silence parfois entrecoupé de chants d’oiseaux ou encore du son guttural sortant de sa gorge, qui tente tant bien que mal de leurrer la bête en l’appelant à lui. Pendant ce temps, moi, je gère des cris inhumains, parce qu’une enfant a pris la Barbie de l’autre. Je cours dans les allées de l’épicerie en attrapant les aliments en même temps que mes enfants. Je gère mon plancher de salle de bain noyé, par les éclaboussures. Je défais une queue-de-cheval à travers les cris de mort de ma dernière, qui croirait-on subit une sorte de torture. Je gère les devoirs, les leçons, l’exposé oral. Je me tape seule la routine du matin et du soir. Et je n’ai même pas parlé des repas, du lavage, du ménage, du cours de karaté, de ceux de gymnastique, alouuuettttttttttteeee !

Pendant que l’homme savoure pleinement sa semaine de vacances seul, ben moi, je cours comme une poule pas de tête, pour arriver à survivre à ces deux semaines.

Ok, je l’avoue ! JE SUIS JALOUSE ! J’en veux une moi aussi, une semaine de tranquillité. Je veux pendant une semaine me délivrer de cette charge mentale que trop souvent, je m’impose en tant que maman.

Je veux pour une fois moi aussi partir à la chasse et gagner la foutue paix…

Mélanie Paradis

L’allergie au bonheur

Il y a des gens allergiques au bonheur. C’est plus courant qu

Il y a des gens allergiques au bonheur. C’est plus courant qu’on pense. Les symptômes diffèrent d’une personne à l’autre et peuvent commencer à tout âge. On peut ressentir de la jalousie, de l’anxiété ou juste être constamment très sceptique, voire négatif. C’est aussi parfois saisonnier (salutations à toi, mois de novembre) ou cyclique et parfois, hormonal (les gars, ce n’est pas le temps de faire des blagues).

 

Malheureusement, pour certaines personnes, c’est chronique. Quand le bonheur leur prend et que tout va bien… elles sont sceptiques, elles trouvent ça louche! « Ça peut pas toujours bien aller comme ça… Le vent va finir par changer de bord! » Pour ces personnes, l’adage est inversé : « Après le beau temps, la pluie ». Ça fait peur, le bonheur, quand on n’est pas habitué. 

 

Les gens allergiques au bonheur font souvent une montagne de drames avec un rien et sont souvent anxieux. « On annonce de la pluie?!?! Mes vacances sont gâchées, c’est terrible, la vie s’acharne sur moi… » Est-ce qu’il y a quelque chose qu’on contrôle moins que la météo dans la vie? 

 

Attention, ces personnes peuvent aussi être contagieuses. Le pollen de la négativité est très volatile et s’accroche sur qui le veut bien. Lorsqu’on semble heureux ou qu’on partage un moment joyeux, les personnes affectées sont les premières à nous rappeler que c’est fragile, le bonheur. Que pour elles, ça n’a pas duré longtemps. Qu’on leur annonce une grossesse, une union, qu’on est heureux au travail ou que notre bébé fait ses nuits, au lieu de vous répondre qu’elles sont contentes pour nous, elles nous répondent avec un sourire narquois et sur un ton rempli de sages promesses : « Tu dis ça aujourd’hui, mais ATTENDS, tu vas voir, on s’en reparlera dans un an quand (insérez ici un cas vécu plus ou moins dramatique) ». Ce sont les mêmes qui, quand quelqu’un gagne un prix, n’applaudissent pas. Ce sont ceux qui trouvent une raison malsaine à cette ascension. Ils jugent beaucoup, surtout les gens heureux. À force de côtoyer des gens allergiques au bonheur, on peut moins rayonner. Se remettre en question sur son propre bonheur. Le pollen de la négativité nous bouche les yeux, les oreilles et le jugement. 

Selon la force de notre système immunitaire du bonheur, ça peut nous contaminer un peu, beaucoup ou pas du tout. C’est alors très important de prendre des antihistaminiques prévus à cet effet. On en retrouve beaucoup dans l’humour, l’amour et tout ce qui nous rend heureux. Pour les cas plus sérieux, on peut embarquer dans de belles folies, comme ouvrir un champagne un lundi soir, aller marcher sous la pluie, faire une bataille d’oreillers, etc. On prend aussi conscience que nos propos pourraient être plus positifs, parce qu’à force d’être en mode allergies, on ne s’en rend même plus compte! On change le « C’est donc bien long! » par « J’ai hâte d’arriver! » Le « va-t’en! » par « J’ai besoin d’être seul », par exemple. Surtout, il faut se demander si notre commentaire propage du positif ou du négatif avant de le dire.

 

Mon adage personnel est : « La vie, ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre comment danser sous la pluie. » Ne vous y méprenez pas… je ne suis pas le cinquième membre de la famille Flanders (salut-tidlidu!) Je ne porte pas des lunettes roses en permanence. Je suis une fille positive, mais j’ai quand même mes moments de déprime où je vois tout en noir. Si le soleil brillait toujours, est-ce qu’on l’apprécierait autant?

 *Attention un propos vulgaire de mon cru, mais tout de même songé, suit à l’instant : 

Quand j’entends des personnes dire qu’elles ont une journée ou une vie de marde, je réponds toujours avec un grand sourire plein d’espoir : « Je compatis, mais fais de ta marde de l’engrais! » (J’habite en campagne, ça m’inspire) S’ensuit souvent un petit rire… Il y a de l’espoir!

 

Nous sommes responsables de notre propre bonheur et c’est contagieux! 

 

Amusez-vous (tidlidou)! 

 

Krystal Cameron

 

 

Quand la jalousie l’emporte sur l’amitié…

Depuis mon entrée au secondaire, j’ai pu remarquer des comporteme

Depuis mon entrée au secondaire, j’ai pu remarquer des comportements qui sont bien étranges selon moi. Parmi ces habitudes, la jalousie entre amies ressort.

Dès ma première année dans cette école, je me suis rendu compte qu’il était possible d’avoir de vraies amies. Vous savez, ces amies qui vous consolent lorsque votre moral est à zéro ou qui connaissent exactement vos rêves et vos ambitions. Eh bien, j’ai constaté que la jalousie faisait aussi partie de cette belle amitié. C’est quasiment inévitable et je me demande pourquoi. Pourquoi lorsque votre amie obtient un emploi, n’êtes-vous pas heureuse pour elle? La seule chose qui vous vient à l’esprit lorsque vous apprenez la bonne nouvelle, c’est de lui dire que vous aussi, vous auriez pu obtenir cet emploi haut la main.

J’ai alors constaté que la jalousie pouvait provenir de l’égoïsme. Lorsqu’une fille est jalouse, elle ne pense pas à ce que l’autre ressent. Elle pense seulement à ses sentiments. Elle se dit qu’elle aurait aimé que ce soit elle qui ait réussi cet exploit. Elle est frustrée et répond sèchement à une de ses meilleures amies. C’est alors que cette jalousie entraîne la fin d’une précieuse amitié et on passe de l’égoïsme à la jalousie et de la jalousie à la chicane.

Parfois, cela nous arrive d’être jalouse parce que notre meilleure amie a de nouveaux vêtements ou parce qu’elle a obtenu une note de 100 % au dernier contrôle de grammaire. La chose que l’on oublie lorsqu’on est sous l’effet de la jalousie, c’est que cette personne a dû faire des efforts pour en arriver là, ce que vous n’avez peut-être pas fait. Tout le monde éprouve de la jalousie et c’est tout à fait normal, mais il faut savoir contrôler ce sentiment et avoir de l’empathie pour l’autre.

Donc, depuis mon entrée au secondaire, je vois des tonnes d’amitiés s’écrouler pour des raisons qui ne me paraissent pas logiques. Je vois des filles qui changent de camps chaque semaine et cela me rend triste. Il y a un mois, elles étaient inséparables. Cette semaine, elles n’arrivent plus à s’adresser la parole, car la jalousie s’est installée, ne laissant plus de place à l’amitié. J’ai beau me questionner, je ne comprends pas ce phénomène.

Pourquoi laisser sa meilleure amie parce qu’elle a été meilleure que soi dans un domaine en particulier? Pourquoi seulement penser à sa propre personne? Tout simplement parce qu’on est jalouse, ce qui n’est pas une bonne raison selon moi.

Soyez empathiques, car l’amitié, c’est précieux…

Juliette Roy