Tag grossesse

Je n’ai pas eu de coup de coeur pour mon enfant à sa naissance

Quand peut-on se donner le titre de maman : quand on voit deux petit

Quand peut-on se donner le titre de maman : quand on voit deux petites lignes sur un test de grossesse ? Quand on sent bébé bouger pour la première fois ? Quand on soigne son premier bobo ? Et si ce n’était aucune de ces réponses …

Je fais partie de ces mamans qui ont des grossesses difficiles. Oui, je sais que porter la vie est un privilège unique, mais oh combien pesant et lourd ce fut pour moi. Lourd, dans tous les sens : un moral sur le neutre, un corps qui ne m’appartenait plus et j’en passe.

Les pages du calendrier tournaient tranquillement et voilà que le neuvième mois arriva. Enfin délivrée… du moins, c’est ce que je pensais!

Le 23 août, naissait cette petite fille aux grands yeux bleus, calme et endormie.

Après l’accouchement, des larmes sont apparues.  Pas des larmes de joie, plutôt de tristesse. Je me sentais sans émotion face à cette petite fille, MA fille… Pourquoi personne ne m’avait-il expliqué que ça pouvait arriver ? Je croyais que je ferais comme dans les films, vouloir tout donner pour elle, mais NON…

Un matin, quelques jours plus tard, je me suis retournée dans mon lit et j’ai eu la chance de voir mon conjoint, un papa, plus que comblé, complètement fasciné par SA fille, NOTRE fille. Il s’est montré tellement disponible et attentionné. Pendant notre séjour à l’hôpital, il lui a donné son premier bain, mis son premier pyjama, etc. Il était heureux, il prenait sa place. Le voir s’épanouir et fier m’a donné enfin de ressentir ça à mon tour. Grâce à son écoute et à sa compréhension, j’ai compris tout le sens du mot famille et j’ai ressenti toute la force de notre clan. J’ai compris qu’un couple uni travaille en harmonie pour s’aider et se soutenir, comme dans l’apprivoisement de leur nouveau rôle de parents. Et comme le dit si bien l’expression : « À deux, c’est mieux! »

Plus elle grandissait, plus elle m’épatait. Je sentais ma fierté de mère se développer à vue d’oeil juste d’être auprès d’elle, mais encore plus de dire qu’elle venait de moi…

Sur le coup, je n’ai pas vraiment discuté de ce sentiment avec mon conjoint ou mon entourage. Pour un père, il est difficile de mettre des mots sur nos comportements après l’accouchement. On les embarque dans nos montées d’hormones, de post-partum, d’allaitement et j’en passe. Voilà pourquoi je n’ai jamais ressenti de jugement de sa part (sur le coup), mais il vous dirait, sans remord, que l’arrivée de la petite fut tout un test pour notre couple.

Notre fille avait environ deux ans. Mon conjoint et moi étions en train de regarder la télévision lorsque je lui ai avoué ne pas avoir eu de coup de cœur pour elle, à sa naissance. Pour nous, il était important de faire la différence que oui j’avais la fibre maternelle, que je m’occupais d’elle de façon exemplaire, mais que je n’avais pas ce sentiment viscéral qui m’attachait à elle.

C’est à peine depuis quelque temps que j’assume pleinement avoir vécu ces moments et que je m’ouvre un peu plus sur cette période, car je pense que nous sommes plusieurs à l’avoir vécu, mais que la peur du jugement nous amène parfois à les refouler et à les ignorer.

Aujourd’hui, notre fille Danika  a 4 ans. Je suis fière et surtout très heureuse d’être SA mamou!
Tellement de belles aventures nous attendent!

Le test

Le 11 mars 2007, après trois ans d'efforts, nous achetons un test d

Le 11 mars 2007, après trois ans d’efforts, nous achetons un test de grossesse à la pharmacie. La tension est palpable. C’est avec appréhension, inquiétude et espoir que je m’installe donc à la salle de bain, le test entre mes mains.

Mon homme d’amour est dans le salon, il me laisse mon espace. Il sait ce qui risque d’arriver, une nouvelle déception. Il se prépare mentalement, à mettre au fond de lui sa propre déception, pour être en mesure de m’encourager et de me supporter dans cette épreuve mensuelle qu’est la nôtre.

Au fil du temps, même si on essaie de ne pas y penser, c’est plus facile à dire qu’à faire! Les relations intimes en souffrent. Les rapprochements sont empreints d’une pression et d’un stress toujours grandissants, à mesure que les cycles se succèdent.

Il écoute la télévision. Du moins, c’est ce qu’il essaie de me faire croire. Il attend patiemment. Il fait son fier, il dit de ne pas s’en faire.

Tout comme moi, il commence à se questionner, à s’inquiéter, à s’autoausculter et à se juger sur toutes ses actions. Il se demande si son alimentation pourrait influencer la réussite de notre projet de vie. Il a même arrêté de fumer.

C’est moi, c’est certain. Pourquoi ça serait lui?  Lui, mon homme si fort.

Je dois avoir un dérèglement, «quelque chose », mais quoi ?

Nous avons rendez-vous, dans quelques jours, en clinique de fertilité.

J’ai peur…

Peur de ne pas être à la hauteur.

Peur qu’on me dise que rien ne va.

J’ai peur, comme à l’instant, comme à chaque fois que j’ai ce diable de petit pot tout chaud entre mes doigts. Je m’apprête à me ronger les sangs, encore une fois, sur un résultat improbable.

Je suis de nature optimiste, mais malgré tout, je me répète pour une millième fois «ça va être négatif», histoire de pas être déçue et être agréablement, potentiellement surprise si c’est le contraire.

«Zéro attente» que j’essaie de me convaincre, oui, j’essaie.

Je respire profondément et j’ajoute au test l’urine nécessaire. Je ferme les yeux une seconde. Puis, même en sachant que cela peut prendre plusieurs minutes pour avoir un résultat, je ne peux me retenir davantage. Malgré les maigres 10 ou 15 secondes qui sont à peine passées, je regarde tout de même mon test.

Mon cœur s’arrête, du moins c’est mon impression. J’ai chaud, j’ai froid. Je transpire et frissonne en même temps.  J’ai la lèvre inférieure qui tremble et la gorge si nouée qu’aucun son n’en sort. Je ne vois plus rien, les larmes coulent sur mes joues, mes lèvres et mon menton.

À tâtons, je prends le test, la main tremblante comme tout ce corps qui contient enfin un trésor. Puis, je marche vers le salon, voyant à peine mon amour se lever, s’attendant au pire, prêt à me prendre dans ses bras, pour me consoler encore une fois.

Je pleure, je n’arrive pas à parler. Je tends le test vers lui, mais ma main tremble tellement qu’il n’arrive pas à voir, alors je lui remonte encore. Je baragouine quelques mots inintelligibles, ce qui sort de ma bouche n’étant plus qu’un léger râlement.

Il regarde le test qu’il a dans la main, puis me regardant, il me dit: « c’est…? » 
Je me remets à pleurer de plus belle! Je ris, je pleure, j’ai peine à rester debout! Avec une certaine retenue, de peur de se tromper, il me répète : «ti-cœur, ça veut dire quoi? Tu es enceinte?» Incapable de dire oui, de sourire sans pleurer, j’hoche la tête et me retrouve aussitôt dans les bras de l’homme que j’aime tant! Le futur père de notre enfant, enfant que je porte enfin en moi! Il m’accompagne dans mes pleurs, me sert à m’étouffer, puis me repousse, inquiet de m’avoir tant serrée.

J’y repense aujourd’hui et les larmes me montent encore aux yeux.
 J’ai eu si peur! Voir un bébé était rendu un supplice. Voir une femme enceinte me faisait mourir d’envie et de honte face à ma jalousie.

Il m’aura fallu près de trois années pour enfin être enceinte.  Ensuite, il m’aura fallu entendre son cœur pour me persuader que ce n’était pas un rêve, que bébé était bien là. Je n’avais pas attrapé un virus quelconque, ce n’était que les changements normaux dus à une grossesse, oui une GROSSESSE!!!

Aujourd’hui, en ce début d’automne, mon petit trésor, mon précieux, mon bébé d’amour est là.  Il aura neuf ans dans quelques semaines. Par la suite, il a eu une sœur, puis un frère, tous aussi fantastiques.

Les trois me comblent de bonheur, à chaque instant, malgré les petits désagréments de la vie, que je vous partagerai dans d’autres textes éventuellement.

Deuil périnatal: Anthony aurait 10 ans

Selon des statistiques présentées récemment, une grossesse sur ci

Selon des statistiques présentées récemment, une grossesse sur cinq ne se rend pas à terme. Une sur cinq, c’est beaucoup! Ce qui me vient automatiquement en tête, en lisant cela, est le mot «fausse couche». C’est en effet, malheureusement, quelque chose de fréquent et le cauchemar de toute femme enceinte. Parfois, il arrive que le «1 sur 5» survienne plus tard, beaucoup plus tard et ce fut mon cas. À ce stade, on ne parle plus de fausse couche, mais de mort in utero.  Voici mon histoire, celle de mon conjoint et de notre petit ange, Anthony.

J’avais alors 32 ans et la grossesse s’était déroulée sans problèmes, pas même un diagnostic de diabète gestationnel. Un soir de juin, je me lève pour aller à la toilette et je sens quelque chose d’anormal: mes eaux viennent de crever. Je suis alors à 35 semaines de grossesse. Il n’y a pas beaucoup de liquide et il est foncé. Après un appel à Info Santé, on me dit de me rendre d’urgence à l’hôpital, ce que je fais. À mon arrivée, on cherche le battement du coeur de mon bébé, sans succès. L’infirmière me dit que c’est normal, selon la position il est possible qu’on ne l’entende pas, rien d’alarmant, une échographie sera faite pour vérifier que tout va bien.  Je suis seule avec ma mère dans la chambre, mon père est dans le corridor et mon conjoint est au travail croyant à un possible faux travail.

L’échographie est passée et quelques secondes avant l’annonce, mon cerveau comprend. Je vois mon fils sur l’écran et il a l’air de «flotter» dans mon ventre. Je ne vois pas le clignotement de son cœur sur le moniteur. «Mme St-Onge, nous sommes désolés…» et puis black-out total. Ma mère pleure et va chercher mon père. J’ai des larmes qui coulent, je suis dans un autre monde et je ne comprends pas ce qui se passe. Ma seule pensée est que je porte la mort en moi, alors que je devais donner la vie.

Mon conjoint appelle à la maternité pour avoir des nouvelles. C’est alors que je sors de mon état pour crier au téléphone : « Anthony est mort !!». Puis de nouveau, je retourne dans un état proche de celui de zombie pour plusieurs heures. Avant mon entrée à l’hôpital, je planifiais quand et comment le baptême se ferait et là, je devais planifier des funérailles.

Mon obstétricien m’annonce que je devrai accoucher normalement, ils vont aider le travail et j’aurai droit à tout ce que je veux pour soulager la douleur physique. Pour la douleur psychologique, il n’y a rien à faire.

Je passe donc de longues heures en salle d’accouchement, j’ai espoir jusqu’à la dernière minute que les médecins se soient trompés et qu’Anthony, contre toute attente, pousse un hurlement à sa sortie.

Ce fut le silence le plus complet et le plus total. On me demande si je veux voir mon bébé, pour moi ce n’est pas une question que l’on doit me poser. Je demande et j’exige de le voir, maintenant, tout de suite. «Mettez-le-moi dans les bras AVANT d’expulser le placenta et vérifier si j’ai déchiré, pas après comme vous me le proposez.»

anthony-lavigne1Il est là, dans mes bras, et il est parfait. Dix doigts, dix orteils, deux bras, deux jambes, deux belles grosses joues que je n’arrête pas d’embrasser. Il est beau, tellement beau. Un beau gros bébé, exactement comme celui dont j’avais tant rêvé. Je ne sais pas combien de temps je suis restée avec lui, dans mes bras, dans la salle d’accouchement, mais ce fut trop court.

On m’a ramenée à ma chambre, à un étage autre que celui des naissances pour ne pas que j’entende les bébés pleurer dans les chambres autour. On m’a dit que je pouvais demander qu’on m’apporte mon bébé à n’importe quel moment. Une fois seule dans ma chambre, tard en soirée, j’ai fait cette demande. On m’a apporté Anthony, il était froid et rougi. Je n’entendais plus les infirmières rire entre elles au poste de garde, c’était le silence le plus total. J’ai bercé Anthony, je lui ai chanté une berceuse, je lui ai demandé pourquoi il était parti et si j’avais fait quelque chose de mal pour qu’il ne veuille plus que je sois sa mère.

En juin dernier, Anthony aurait eu 10 ans. J’aimerais vous dire qu’avec le temps, la peine s’estompe, mais ce n’est pas vrai. On s’habitue à l’absence, mais on ne l’accepte pas. Le deuil périnatal, contrairement au deuil auquel nous sommes habitués, est un deuil d’avenir et d’espoir. Quand on perd un proche, nous nous accrochons aux souvenirs que nous avons avec cette personne et au temps passé avec elle. Un deuil périnatal, c’est le deuil de l’espoir que nous avions pour ce petit être en formation.

J’ai au total 12 photos de mon fils, car on m’a encouragée à le faire.  J’ai également la tuque qu’on lui a mise et la couverture qu’il avait à l’hôpital. Ce sont mes uniques souvenirs d’Anthony.

anthony-lavigne-2Je suis retournée travailler après les 18 semaines de congé de maternité auxquelles j’avais droit. Le papa a dû rentrer travailler le lundi suivant puisque le gouvernement ne reconnaît pas le congé de paternité dans ce genre de situation.

Le 15 octobre est la journée mondiale de la sensibilisation au deuil périnatal. Je vous invite à avoir une pensée pour toutes ces familles ayant eu un parcours similaire ou différent du mien et à leurs petits anges qui leur sourient là-haut sur leurs nuages.

Trois amies, trois bedaines et deux bébés

Il y a quatre ans, mes deux amies et moi avons vécu une chance ines

Il y a quatre ans, mes deux amies et moi avons vécu une chance inespérée. Nous étions enceintes, toutes les trois, en même temps! Je n’aurais même pas osé en rêver; vivre des moments aussi magiques, entourée de deux complices. Pour moi, c’était un deuxième enfant, pour l’une un quatrième et pour l’autre, un premier bébé tout neuf !

Les nausées, les premiers coups de pieds, les nuits blanches à se retourner, les envies de rien et de tout à la fois, les angoisses, les espoirs… tout ça multiplié par trois mamans comblées. Nous avons regardé nos ventres devenir énormes. Nous avons découvert que je portais un petit garçon et que mes deux amies allaient mettre au monde de jolies princesses.

Je devais accoucher la même date que l’une d’elles, mais sa fille fut ponctuelle et mon garçon, retardataire. Il est arrivé neuf jours plus tard que prévu. Nous avons donc patienté pour la venue de la troisième de notre trio, qui devait se pointer le bout du nez en mai, en berçant nos deux petits trésors en tous points parfaits.

De mon côté, les semaines passaient à une vitesse folle (les nouvelles mamans comprendront).  Le temps de le dire, nous étions déjà en mai. Le soleil avait commencé à réchauffer nos journées. Mon amie et moi attendions avec impatience que le téléphone sonne pour nous aviser de nous rendre à l’hôpital afin d’accueillir la petite dernière de notre trio.

Dans mon coin de pays (j’habite Havre-Saint-Pierre), les naissances ne se font pas dans notre village, faute de ressources. Nous devons nous rendre à l’hôpital de la ville la plus proche, située à environ deux heures de route, et ce, deux semaines avant la date prévue de notre accouchement. Une attente interminable lorsqu’on est loin de chez soi et souvent, sans son amoureux, sa famille et ses amis.

Nous étions donc prêtes à prendre la route pour rejoindre notre amie à tout moment.  Nous avions tellement hâte!

Puis, un matin, arriva la seule et unique chose qu’aucune d’entre nous n’aurait pu imaginer comme étant la suite logique des derniers mois incroyables que nous venions de vivre. Pendant une échographie, le médecin annonça è notre amie que le cœur de celle que je considérais déjà comme ma nièce avait cessé de battre.

Je me souviens encore du cri que j’ai poussé, faisant écho à celui de mon amie, lorsqu’elle m’a hurlé la nouvelle du fond de la pièce. Quand je suis allée chez elle, sa maison qui d’habitude est chaleureuse et pleine de vie grâce à ses quatre magnifiques filles, m’a semblé, tout à coup, si sombre et éteinte.

J’ai eu l’impression que l’éternité s’était installée, entre le voyage en voiture et nous deux dans le couloir de l’hôpital, à attendre la venue au monde de ce bébé qui ne pleurerait pas.

Cette nuit-là a été interminable. Je me rappelle précisément de tous les détails de la chambre d’hôpital dans laquelle nous étions assises à attendre. Je me rappelle le vide que je ressentais, le silence lourd et parsemé de sanglots qui habitait cette grande pièce froide. Je me rappelle que chaque seconde qui s’écoulait était empreinte d’une tristesse que je n’avais jamais ressentie auparavant.

Les semaines qui ont suivi ont été remplies de questionnements, de rage et d’impuissance. Tout doucement, les semaines sont devenues des mois et la noirceur s’est légèrement éclairée.

Ce qui faisait le plus de bien à mon amie ? Voir nos bébés, les cajoler, les aimer. Elle nous parlait souvent de sa fille, son ange, de comment elle était: grande et chevelue. Elle faisait partie de nous, de nos moments ensemble, qu’ils soient tristes ou joyeux.

Un jour, le désir d’un autre enfant s’est installé et ce n’était pas chose facile. Plusieurs fausses couches, plusieurs inséminations, tout était complexe, comme la fois précédente. Malgré les obstacles, j’ai vu mon amie se battre contre ciel et terre pour vivre le bonheur de prendre son enfant dans ses bras et le voir grandir. Entre tous ces efforts et ces échecs, un grand drame frappa à nouveau sa famille. Deux ans après que mon père se soit éteint d’un cancer, ce fut au tour du sien. Il quitta sa vie ici, serein, empreint d’une mission bien précise.

Un mois après son départ, sans science ni médecin, simplement par amour, une deuxième ligne rouge apparut sur son test de grossesse.

Les semaines passèrent et ce petit être s’accrocha à la vie. Neuf mois plus tard, un magnifique garçon, parfait en tous points, montra le bout de son nez tout rose, en pleurant à pleins poumons.

Aujourd’hui, c’est un petit bonhomme attachant, joufflu et plein de vie. Aujourd’hui, il est le petit frère d’une princesse qui veillera sur lui pour toute sa vie.

Mon “brand new” linge

Vivre en couple

Vivre en couple apporte son lot de faits cocasses qui, sur le vif du moment, peuvent nous apparaître comme la plus grosse des bévues! Mais avant d’exploser et d’entamer une dispute, prenez un moment de recul, respirez et riez un bon coup en pensant à cette petite anecdote…

Depuis maintenant près de trois années, je jongle avec mon poids. Grossesse 1, grossesse 2, prise de poids, exercices, bonne alimentation, atteinte du poids santé! Yeaaahhh, Bé, on se gâte! On va renouveler ma garde-robe! Parce qu’il faut se l’avouer, quand tu as bébé 1 et bébé 2 qui te tiennent éveillée toutes les nuits depuis six mois, que tu passes la majeure partie de ton temps à nettoyer des “régurgits”de lait, changer des couches et te coucher à 19h00, eh bien, le vieux t-shirt et les pantalons de «jogging» deviennent rapidement tes meilleurs alliés!

Donc, pour en revenir à nos moutons, on décolle de la maison et on renouvelle la garde-robe!! Jusque-là tout se déroule pour le mieux, on passe de magasin en magasin pour en ressortir avec des chandails, des pantalons, des souliers, on était «full equiped» comme dirait l’autre! Enfin, je me sentais à nouveau bien dans ma peau, parce que non, je n’ai pas honte de le dire, pour une fille, du nouveau linge ça te fait sentir belle en titi!! Non pas que je commençais à en avoir assez de mes pantalons d’entraînements et de mes vieux t-shirts «confos», mais… (en fait oui, j’étais ben tannée de mes vieilles «guenilles»!)

Bref, revenue à la maison, je m’empresse de descendre à la salle de lavage, excitée comme jamais à l’idée d’une brassée de linge. À savoir pourquoi, au moment de refermer le «capot» de ma laveuse, j’ai eu le réflexe de me dire «n’oublie pas de mentionner à Bé de ne pas mettre le linge dans la sécheuse”  Mais bien sûr, entre deux biberons, la préparation du dîner et pleins d’autres affaires dont je ne me rapelle pas vraiment, j’ai oublié.  Parce que oui, dans mon chaos de tous les jours, ça m’arrive d’oublier et j’ai oublié de dire à Bé de ne pas mettre mon «brand new» linge dans la sécheuse! Ce soir-là, Bé a voulu me faire plaisir. Parce que la veille j’avais eu une petite montée de lait au sujet du linge sale qui débordait dans la salle de lavage. Parce que Bé, ce soir-là, était plein de bonnes intentions et s’est dit «je vais l’aider avec le lavage, elle va être contente!» Parce qu’un couple, c’est fait pour s’entraider et s’aimer, eh bien ce soir-là, mon «brand new» linge s’est retrouvé dans la sécheuse…

Aujourd’hui, c’est avec un chandail aux manches 3⁄4, qui, soit dit en passant, était un chandail à manches longues avant l’aventure de la sécheuse, que je vous écris ce texte…

*Définition de Bé: amoureux, conjoint, partenaire de vie, ou mieux connu sous le nom de Jonathan

39 semaines et 5 jours

Au moment où j’écris ces lignes, j’en suis à 39 semaines et 5

Au moment où j’écris ces lignes, j’en suis à 39 semaines et 5 jours de grossesse. Pis je suis tannée. Mes doigts ont de la misère à taper tellement ils sont enflés et ça c’est sans parler des six fois où je me suis levée pour aller faire pipi (pas plus que 3 gouttes, ben sûr!). Pis pense même pas à éternuer (je te laisse deviner pourquoi).

Pour certaines, être enceinte est le moment le plus merveilleux et magique de leur vie. Pas moi. Dès 6 semaines, petit pois vert qui s’était bien installé, me faisait sentir hangover 24/7. Merci Diclectin.

Bon ok, il y a peut-être le deuxième trimestre qui est un peu plus le fun. Tu recommmences à avoir le goût de faire l’amour. Parfois. Parce que quand tu as déjà une terrible two, ta vie amoureuse (et intime) a déjà pris le bord! Donc, oui quand tu ne baves pas sur ton oreiller à 21h, ça se peut que ton chum reçoive un peu d’affection! Pis il y a aussi le fait que ton petit pois devenu un pamplemousse, ou une courge (ça dépend de l’application que t’as téléchargée sur ton cell) commence à bouger dans ton ventre. Ça c’est le fun.

Et il y a le troisième (et i-n-t-e-r-m-i-n-a-b-l-e) trimestre. Quand tout le monde te regarde comme une extraterrestre au centre d’achat (pas plus tard qu’hier). Quand des étrangers veulent te taponner le bid, et qu’ils te posent des questions genre “Ça s’en vient tu ce p’tit là?” “J’espère qu’il y en a deux!”. J’espère que je me souviendrai de ces moments-là le jour où j’aurai la tête blanche et qu’il me viendra un commentaire tata en voyant une femme enceinte.

Bref, j’ai juste hâte de chanter “Libérée, Délivrée!” comme la poupée Elsa de ma fille (dont les batteries marchent encore même si elle l’a reçue à Noël passé. Pas tuable!) Mais en même temps, comme mon chum me répète depuis des mois, “profites-en, tu vas t’ennuyer de ta bédaine!”. Ben oui, c’est vrai, elle va me manquer, une fois que j’aurai perdu les 40 livres de ma grossesse et que ma deuxième fille va marcher et parler. J’aurai peut-être envie d’en avoir une autre “belle bédaine”, mais pour l’instant, je magasine la vasectomie de mon chum.

Ah oui, je profite aussi des derniers moments de paix et de calme dans ma maison (ok faut le dire vite, ça c’est quand j’ai pas une crise du bacon, minimum 3 fois par jour), parce qu’une fois que tu as pondu ton nouveau-né, c’est le cirque de la visite qui commence. Parce que même si tu dors pas plus qu’une heure consécutive par nuit pis que t’es verte, ils ont donc hâte de voir ton rejeton! Il paraît que c’est moins pire au deuxième. Je vous reconfirme ça dans quelques jours (si elle peut finir par sortir!).

Une maman compare son bébé à plusieurs objets du quotidien!

Je ne connais aucun parent qui n’a jamais dit : « les enfants grandissent tellement vite ! » Il

Je ne connais aucun parent qui n’a jamais dit : « les enfants grandissent tellement vite ! » Il y a une maman qui a une idée assez originale pour se rappeler à quel point sa fille Alexandra était petite. La petite,née à 37 semaines de grossesse, pesant 2,46 kilos, est la troisième enfant de la famille. Sa maman Jen savait qu’elle serait sa dernière et c’est pourquoi elle a voulu documenter sa croissance. Elle a même impliqué sa plus vieille Elizabeth. D’ailleurs, cette dernière croit que prendre des photos de sa petite sœur est le jeu le plus amusant qui soit!

Voici ce que donnent les photos :

L’annonce d’une grossesse est toujours un moment vraiment spécial. Imaginez lorsque Darth Vader s’en mêle !

L’annonce d’une grossesse est toujours un moment vraiment spécial. Imaginez lorsque Darth Vader

L’annonce d’une grossesse est toujours un moment vraiment spécial. Imaginez lorsque Darth Vader s’en mêle !

Un couple d’Américains, était en vacances à Disney World, lorsque Taylor a découvert qu’elle était enceinte. Comme son conjoint Bryan est un fan fini de « Star Wars », elle a eu l’idée folle de lui annoncer de façon très surprenante.

Elle s’est rendue à la « Jedi Trainig Academy » et elle a dit à un employé : « Je vais avoir l’air d’une cinglée mais hier soir j’ai appris que j’étais enceinte et j’aimerais le dire à mon mari. Ce serait incroyable si des personnages de Star Wars pouvaient m’aider à le faire. » Comme à Walt Disney tous les rêves deviennent réalité, voici ce qui s’est passé en vidéo.

Taylor et Bryan souhaitent être de meilleurs parents que Darth Vader. Ça ne devrait pas être trop difficile ! Toutes nos félicitations et meilleurs vœux à ce couple !

Cette plongeuse nous dévoile les clichés de son shooting photo grossesse

[gallery ids="484,485,486,487"] Annie Pelletier a toujours été une athlète près de ses fans.

Annie Pelletier a toujours été une athlète près de ses fans. Encore aujourd’hui, on est pas surpris d’apprendre qu’elle a dévoilée sur son Facebook, plusieurs clichés provenant de sa séance photo de grossesse. Voici le texte qui accompagnait les superbes photos prisent par la photographe Lucie Giguère d Studio 8 photographie.

Encore une fois Annie, Félicitations… tu seras une maman incroyable!

” Bon vendredi tout le monde!! Je vous partage quelques photos si chères à mon cœur, car elles sont le symbole d’un rêve que je réalise depuis le 11 avril dernier, date où j’ai appris que je portais mon premier petit bébé.

Le décompte est commencé déjà, d’ici 15 jours maximum, nous ferons sa connaissance. Depuis des années, je me disais que si un jour j’étais enceinte, je ferais des photos de maternité originales, qui me représentent, dans MON élément, L’EAU!!! En voici donc quelques-unes!!

Merci à la super photographe, mon amie Lucie Giguere de Studio 8 Photographie, à Gaël Betts pour sa GEEwig™ qui me donna des airs de sirène, au Club Camo Plongeon et Isabelle Cloutier pour leur chaleureux accueil et au Centre Claude-Robillard pour la permission de descendre sous la piscine et immortaliser ces dernières semaines de grossesse à travers les hublots du bassin de plongeon!!! MERCIII!!!!! ☺ “

 

Source : Facebook Annie Pelletier

Marilou parle anorexie et grossesse

L'anorexie touche de plus en plus de gens. C'est le fléau des dernières années. Et c'est surtout

L’anorexie touche de plus en plus de gens. C’est le fléau des dernières années. Et c’est surtout un sujet tabou. Aujourd’hui, Marilou reste fidèle à elle-même en nous livrant un texte sur sa grossesse et ses sentiments face à son corps en changement.

Comment fait-on pour accepter nos courbes alors qu’elles nous ont toujours rebutées?

Un texte à lire absolument! Bravo Marilou!

http://www.troisfoisparjour.com/inspiration/histoi…

 

Crédit photo : Facebook Trois fois par jour