Tag relations

5 bonnes raisons pour oser être moi

J’ai grandi avec un père militaire et épousé un militaire, ça signifi

J’ai grandi avec un père militaire et épousé un militaire, ça signifie que j’ai passé ma vie à déménager. Ça veut aussi dire que j’ai pu expérimenter en profondeur l’art de me faire de nouveaux amis.

J’ai d’abord tenté la tactique du caméléon. Celle qui vise à me faire accepter à tout prix, peu importe les concessions. Mon amie m’a sérieusement décrite comme un Mini-Wheats dans l’album de finissants. Elle faisait référence à mon côté givré et à mon côté sérieux… My God que je te servais sur un plateau d’argent tous les côtés que tu voulais! Tu veux la studieuse responsable ou la coquine délinquante? Non mais quelle inutilité, toutes ces contorsions que je m’imposais… Je m’éteignais de plus en plus au lieu d’apprendre à me connaître de mieux en mieux.

Aujourd’hui, j’ai changé de stratégie et je te partage cinq bonnes raisons pour ajouter plus de naturel et de sincérité dans tes relations.

  1. Ça ne sert absolument à rien d’être appréciée par des individus qui ne te plaisent pas à toi. C’est même logique et mieux comme ça. Respectez vos différences et gardez vos distances. Quand tu t’acceptes, tu peux enfin accepter les autres. Vivre et laisser vivre.
  2. C’est impossible de plaire à tout le monde. Tu deviens une vraie girouette dans un ouragan à essayer d’y arriver. Ce qui fait l’affaire d’une personne déplaît royalement à l’autre. Et toi, comme une pas fiable, tu revires ton capot de bord et tu perds toute crédibilité.
  3. Porter un masque te rend fade. Tu perds ton intensité en marchant constamment sur des œufs pour éviter de déplaire.
  4. Quelques personnes qui t’aiment avec passion valent bien mieux qu’un plus grand nombre qui t’apprécie avec tiédeur. J’accepte que quelques personnes me détestent pour que ceux qui m’aiment, m’aiment vraiment.
  5. Tu te mets à dégager une vibe qui attire les bonnes personnes. Tu reconnais les gens qui parlent le même langage que toi et la connexion se fait plus facilement. Ces personnes deviennent un havre précieux.

Depuis que je présente mon vrai visage, je trouve tellement plus facilement les gens qui me ressemblent. Et toi, arrives‑tu à vivre de belles rencontres authentiques?

Elizabeth Gobeil Tremblay

Ma relation avec ma sœur

Ma sœur est moi avons quatre ans de différence, je suis la plus vi

Ma sœur est moi avons quatre ans de différence, je suis la plus vieille. Elle est grande, mince, yeux bleu turquoise et les cheveux brun foncé. Je suis plutôt petite, j’ai des rondeurs, blonde, yeux bleu plus foncé. Nous sommes très différentes tout en étant très semblables. Si ça peut avoir du sens. Nos parents étaient mariés et très heureux. Nous avons été élevées en sachant que notre père était malade. Il était cardiaque, la maladie d’Epstein. Il est décédé le 27 novembre 2005 d’une crise d’arythmie maligne. Il avait 45 ans, ma mère 42 ans, ma sœur 14 ans et moi, 19 ans.

Ma sœur s’appelle Andrée-Anne. Nous ne nous sommes jamais, mais jamais bien entendu. Toujours en chicane, à se battre (littéralement). Nous n’avions aucun respect l’une envers l’autre. Honnêtement, je n’ai aucune idée pourquoi. Lorsque notre père est décédé, ma sœur a fait des choix que je n’approuvais pas. J’ai déménagé de la maison familiale pour aller vivre chez mon copain de l’époque. Ma mère n’allait vraiment pas bien et je n’en pouvais plus de vivre avec ma sœur qui foutait sa vie en l’air et avec ma mère qui me donnait l’impression de vivre une crise d’adolescence.

Trois ans plus tard, en octobre 2008, ma relation avec mon copain s’est terminée et j’ai dû retourner chez ma mère. Je vous jure, je voulais aller n’importe où sauf là. Malheureusement, ce ne fut pas possible. Je n’avais pas parlé à ma sœur durant ces trois années. J’ai été très déprimée, ça faisait six ans et demi que j’étais avec mon copain. J’étais dans le brouillard total. Je me chicanais constamment avec mon ex, ma mère, ma sœur et avec son chum qui vivait là aussi.

Un soir de novembre 2008, le 25 novembre, deux jours avant le troisième anniversaire de décès de mon père, je venais de me chicaner vraiment fort avec mon ex. Je venais de prendre ma pilule pour dormir et je me suis couchée dans mon lit. Je sentais le sommeil arriver, quand j’ai entendu ma mère parler plus fort et dire : « Vous êtes où? Êtes-vous blessés? Comment va Déa? » Je me suis levée d’un bond et j’ai monté les escaliers à une vitesse record. Je ne savais pas ce qui se passait, mais j’étais déjà en train de m’habiller. Ma mère et moi avons sauté dans son camion. Elle me dit en chemin que ma sœur et son chum ont eu un accident pas loin de la maison. J’ai téléphoné à mon ex qui était pompier volontaire pour la ville. Je lui ai dit que l’accident qui avait eu lieu impliquait ma sœur. Il m’a promis de bien s’occuper d’elle et qu’il ne la laisserait pas seule.

Nous étions en route, il faisait noir, il neigeait un peu. Au loin, j’ai vu une file de voitures arrêtées et une tonne de gyrophares. Ma mère a ralenti, j’ai sauté du camion en marche. J’ai couru au milieu des véhicules. J’ai esquivé les policiers et j’ai couru le plus rapidement possible jusqu’à ma sœur. Mon ex était avec elle et lui tenait la tête. Elle était consciente. Le soulagement. Elle m’a souri et elle a ri. J’ai su après que leur auto avait glissé sur de la glace noire et qu’ils avaient fait un face-à-face. Son chum n’avait heureusement que des contusions.

Elle m’a demandé de regarder son pied parce qu’il lui faisait vraiment mal. Il était très enflé, je savais qu’il était cassé juste en le voyant. Je n’ai pas quitté ma sœur une seule seconde. Je suis montée dans l’ambulance avec elle. Je suis restée toute la nuit à ses côtés ou je faisais des allers-retours entre elle et son chum à titre de messagère. J’étais avec elle le lendemain pour faire son plâtre, je tenais à la pousser dans le fauteuil roulant. J’ai même foncé dans un cadre de porte avec son pied cassé. Nous avons tellement ri de ce moment parce que nous étions fatiguées et à cause du ridicule de la situation. J’étais avec elle lors de ses séances de physiothérapie, je l’aidais dans ses exercices.

Depuis ce jour, nous nous sommes plus quittées, nous sommes devenues inséparables. Nous nous écrivons tous les jours, plusieurs fois par jour. Je suis la marraine de ses quatre magnifiques enfants et elle est la marraine de ma fille.

Je suis celle qui l’aide à faire son deuil de papa, même après quatorze ans de deuil. J’ai été présente lors des grossesses, j’étais très présente pour l’aider avec les petits, j’étais là à la naissance du petit dernier. Je serai sa Dame d’honneur à son mariage en août prochain.

Elle était là durant mes grossesses, lors de mon accouchement pour ma fille quand ça virait mal, à ma césarienne pour mon fils, durant ma dépression, durant mes hauts et mes bas. Elle m’a organisé un surprise lors de ma graduation de mon DEP en pharmacie.

Ma relation avec ma mère a aussi beaucoup évolué. Nous sommes plus proches qu’avant.

Je suis fière de ma mère et de ma sœur.

Ma sœur est extraordinaire, une mère incroyable, même si elle doute d’elle constamment. J’espère qu’un jour elle va voir ce que je vois en la regardant. Elle est une femme forte, courageuse, persévérante. Elle a un caractère de m**de, mais elle a le cœur gros comme l’univers.

J’ai toujours pensé que l’accident était un signe de notre père. Un signe dur, souffrant. Mon père était un homme de famille, nous étions toujours avec mes oncles, mes tantes, mes cousins et mes cousines. À son départ, la famille a éclaté. Je crois du plus profond de mon cœur que cet accident avait pour but de nous rappeler l’importance de la famille et tout l’amour que nous éprouvons les uns pour les autres.

Je t’aime ma petite sœur. Papa serait tellement fier de nous voir.

Cindy LB

 

Un autre drame conjugal

<span style="font-size: 12.0pt; line-height: 107%; font-family: 'Tim

Il y a quelques jours, un autre drame familial s’est joué. Nous connaissons le résultat : six enfants orphelins et marqués à vie ainsi que deux familles et plusieurs amis et collègues changés à jamais. Lorsque ces drames arrivent, nous nous posons la question : pourquoi? Moi, cette fois-ci, j’ai angoissé. J’ai eu peur, car je me demande si nous n’allons pas développer une fausse résilience, une forme d’insensibilité face à ces drames parce que ça va en quelque sorte faire partie du quotidien. Il ne faut absolument pas que nous développions ce réflexe.

 

En participant à diverses discussions sur les médias sociaux et avec des collègues de travail, deux points m’ont marquée. En premier lieu, je sens que les hommes en général ont une certaine forme de gêne. Ils sont frustrés, oui, mais aussi gênés. Ils se sentent mal pour le geste qu’un autre homme dans les mêmes passages de vie peut faire. Quoi vous dire, messieurs? On comprend que ce n’est pas vous, que c’est un cas (oui, il y en a eu beaucoup dans les derniers mois).

 

L’autre point qui me frappe, c’est qu’il y en a beaucoup, mais alors beaucoup de femmes avec des bagages de violence conjugale. Ça me frappe, me fait retomber sur terre et j’ai mal. Des femmes qui doivent faire des choix de vie, changer de ville, avoir peur d’aller à l’épicerie seules… Bref, un gros choc pour moi de réaliser tout ce que leur vie comprend comme obstacles.

 

L’autre point auquel j’adhère entièrement, c’est celui de certains médias concernant leur façon de véhiculer la nouvelle. Au lendemain du drame, un célèbre animateur de radio expliquait qu’il faut arrêter d’aller interviewer les familles au lendemain de ces drames, car c’est certain que ce sont des familles modèles, des familles parfaites.

 

La vérité, c’est qu’une famille parfaite, ça n’existe pas, de la même façon qu’une vie parfaite n’existe pas. Il y a peut-être un point de départ dans tout ça. Si on regarde les derniers drames, on le sait qu’il y a de la souffrance, il y a de la non-acceptation de certains passages de vie. La vie, c’est loin d’être un long fleuve tranquille. La vie est constituée de victoires et de joies, mais aussi de peine et d’échecs. C’est le mélange de tout cela qui nous fait avancer.

 

Un constat que je fais, c’est la relation d’aide. Il est à mon avis impératif que tout être humain ait une base de formation et de connaissances des relations humaines. Je ne sais pas comment y arriver, mais il faut valoriser cet aspect à l’aide du système scolaire, des milieux de travail, etc.

 

Dans quelques jours, ce sera la fameuse journée pour la santé mentale. Il est de mon point de vue que cette journée a encore davantage d’importance cette année : nous devons causer, nous devons porter attention à autrui.

 

S’accepter, accepter que nous ne sommes pas parfaits, mais jamais, alors JAMAIS tomber dans une fausse résilience sur la violence conjugale. C’est notre devoir pour ces six enfants changés à jamais. Donnons-nous de la douceur et de l’amour.

 

Evelyne Blanchette

 

 

Je suis infidèle

Nenon, je ne couche pas à gauche et à droite. Nenon, je n’ai pas

Nenon, je ne couche pas à gauche et à droite. Nenon, je n’ai pas un nouvel homme dans mon lit chaque soir que la lune apporte. Mais avec le temps, je suis devenue infidèle… en amitié ! Tout en étant une amie très fidèle…

Depuis l’enfance, j’ai la réputation d’être une amie très têtue. Du genre qui rappelle chaque année pour prendre des nouvelles même quand les nouvelles ne viennent pas d’elles-mêmes. Du genre qui s’organise pour te voir même si tout semble si désorganisé, dans ta vie comme dans la mienne. Du genre qui est là pour toi, peu importe la distance géographique et temporelle qui nous sépare. Tant que tu ne me dis pas de quitter ta vie, j’y garde un pied à terre. Et même si tu me dis de quitter ta vie, tu gardes un petit coin douillet dans la mienne. Au cas où tu aurais le goût d’y revenir, le temps d’un souper ou d’un pardon.

Je te le dis : fidèle comme dans « chien fidèle ». Lassi, c’est mon deuxième prénom.

Puis, en observant mes garçons au parc, je me suis dit qu’il était temps de modifier mon schéma relationnel. Pas de tout balayer, mais d’enrichir l’expérience.

Eux, ils se pointent au bas d’une glissade et hop : « C’est quoi ton nom ? Tu vas à quelle école ? Tu as quel âge ? On joue ensemble ? » That’s it. Un speed dating dans un carré de sable. Et quand maman dit qu’on retourne à la maison, c’est fini, merci, au revoir ! Il y a même souvent un câlin échangé. Pas de cœur arraché, pas de promesses risquées : ils ont profité de la vie pendant le temps que la vie leur donnait. Ils se reverront peut-être, ou pas. Là n’est pas la question. Tout est dans le présent. Le cadeau de l’amitié.

J’ai donc choisi de me laisser inspirer par mes cocos. J’ai appris à être infidèle en amitié, mais sans délaisser mes amis de longue date, mes coups de cœur humains, ceux qui me tiennent la main depuis belle lurette et même avant. J’ai appris à butiner sans culpabilité.

« Ça te tente de venir souper ? En toute simplicité… »

Pas besoin de longues présentations : les réseaux sociaux ou les amis communs s’occupent des préliminaires.

« Il me semble que je feele pour sortir, ça te dit ? Je passe te chercher après le travail. »

Pas de cassage de tête, pas d’engagement à la vie à la mort, pas de contrat d’amitié caché. Un one-night amical. Qui bien souvent se transforme en plus grand, en plus durable. Il faut se souvenir que je suis têtue en amitié… Si j’aime notre temps vécu ensemble, si j’ai du plaisir ou des frissons, si je sens que l’échange émotif/intellectuel/humoristique/name it est réciproque, pourquoi ne pas batifoler à nouveau ?

Attention, par « batifoler », je ne parle pas de sexe. Tut-tut. J’entends « s’amuser entre amis », partager des bons moments, des confidences, se faire progresser comme ceux qui nous connaissent trop ne peuvent pas le faire. La nouveauté apporte un point de vue différent sur ce qu’on ressasse depuis des lustres. Un nouvel ami, ça vient avec des questions que les autres, ceux qui connaissent nos subtilités et nos susceptibilités, n’osent pas poser.

« Tu te vois où, dans cinq ans ? Dans la même maison, la même ville, le même emploi ? Ou si tu rêves de changements ? »

« Es-tu certaine que ce n’est pas toi qui perçois la situation de cette façon ? »

« Comment réagirais-tu, toi, si quelqu’un te parlait comme tu l’as fait ? »

Des questions, des remarques qui brassent, qui font avancer, qui surprennent. Ça fait du bien, pour une tête de cochon dans mon genre. Ça remet les idées à la bonne place, ou en tout cas, à une nouvelle place.

Depuis que j’ai mis à mon ordre du jour de tisser de nouvelles relations, les amitiés pleuvent. J’en initie plusieurs, j’en accepte d’autres au gré des propositions. Et jamais, jamais, je ne suis déçue. J’apprends. J’emmagasine de magnifiques relations, des possibilités, des contacts humains, des sourires, un condensé de bien-être. J’en ferais mon emploi à temps plein si je pouvais, mais il faut bien nourrir la marmaille. Alors je suis l’amie que je suis, pour le temps que j’ai.

Nathalie Courcy

Toucher le fond

Quand le sentiment qui te retient aux gens qui t’entourent, c’est la peur de les décevoir, coup

Quand le sentiment qui te retient aux gens qui t’entourent, c’est la peur de les décevoir, coupe les ponts.

Quand tes liens d’attachement sont conditionnels à ta perfection, coupe les ponts.

Quand les autres s’accrochent à ta force, à ta détermination ; quand ils vivent leur vie par procuration parce qu’ils n’ont pas le courage que tu as, coupe les ponts.

 

Quand les gens te disent qu’ils t’aiment avec des si et des conditions, coupe les ponts.

Quand les gens qui gravitent autour de toi ne te font pas sentir extraordinaire, adéquate et parfaite comme tu es, coupe les ponts.

Quand tes racines te font mal, qu’elles te contrôlent ou exercent trop de pression parce qu’elles ont peur de te voir t’émanciper, coupe les ponts.

 

Retrouve ta valeur, coupe tes ponts.

 

Quand sourire n’apaise plus ta douleur, laisse‑toi aller, touche le fond.

Quand tu te lèves un matin et que tu sens que ton chemin tout tracé d’avance ne te convient plus, permets‑toi l’erreur, recommence, touche le fond.

Quand tu arrêtes de penser que tu mérites d’être aimée, de briller, touche le fond.

 

Touche le fond avec tous les inconforts que ça implique.

Touche le fond même si la peur du noir t’habite.

Touche le fond même si le vide se crée autour de toi.

Touche le fond, pèse sur reset, reconnecte‑toi.

Touche le fond, émerge, propulse‑toi.

 

Émerge dans toute ta force et tes fragilités.

Émerge en colère, imparfaite, couettée.

Émerge sans savoir où tu es rendue ;

Émerge déroutée.

Émerge le souffle court, le souffle coupé ;

Émerge doucement et apaisée.

Émerge et respire ;

Sois douce avec toi et laisse‑toi porter.

 

Si une fois à la surface tu as perdu le phare que tu pensais devoir suivre, trouves‑en un autre.

Choisis‑le coloré, solide, parfumé de libertés.

Trace‑toi un nouveau chemin, suis de nouvelles routes.

Trouve de nouvelles racines, de nouveaux ancrages.

Tes yeux, ta vie, ton miroir, ton âme.

Émerge, respire et réapprends lentement à aimer qui tu es, celle que tu as toujours été.

 

 

Liza Harkiolakis

 

Le sexe après les enfants

Avant, on faisait l’amour au moins cinq fois par semaine…

Avant, on faisait l’amour au moins cinq fois par semaine…

Avant quoi? Avant les enfants, les lapins nous enviaient, mon chum et moi. On faisait l’amour souvent, parfois même deux à trois fois par jour. Et il y a eu les enfants. Trois jolies petites filles qui ont apporté avec elles un morceau de notre vie sexuelle.

Je suis certaine que je ne suis pas la seule. Je crois même que Christian Grey le vivrait s’il existait. Il n’y a pas eu de suite au troisième tome. Pourquoi, pensez-vous? Ils ont eu des enfants. Disparue, l’époque où ils pouvaient faire l’amour n’importe où à n’importe quel moment au gré de leurs envies. FINI! La salle de jeux érotiques… c’est devenu une salle de jeux tout court.

Quand tu as des enfants, faire l’amour devient compliqué. Je cours déjà après mon temps, le travail, les tâches domestiques, le parasco, les rendez-vous de tous; le temps qu’il me reste, souvent, je l’utilise pour dormir.

Je parle ici de faire l’amour, pas les p’tites vites sur le bord du lit pendant que les enfants écoutent un film. Ou encore l’envie subite que l’on a, l’homme et moi, d’aller prendre une douche ensemble. Pourquoi, dans les films faire l’amour, dans une douche, c’est toujours gracieux et facile?! Parce que moi, c’est loin d’être comme ça! Le pied qui glisse le long du mur, l’impossibilité pour mon chum de me tenir dans ses bras jusqu’à ce que la chose soit faite. Et en plus, c’est froid, de la maudite céramique. On n’a rien de gracieux dans l’exécution! Faut presque se donner des ordres sur la façon de se placer correctement. NOOON! Rien ne se passe facilement comme dans les films.

Si je ne me retenais pas, je dessinerais des pénis sur le calendrier familial. On écrit bien les rendez-vous chez le doc ou autre! Pourquoi pas ne pas écrire nos rendez-vous de baise?! Et être là, complètement là, quand on réussit à se trouver du temps… Suis-je la seule qui trouve ça difficile d’être focus? De ne pas penser à ma liste d’épicerie, aux factures à payer, à l’appel que tu dois faire à l’école, alouettteeee!

Aux couples qui réussissent à maintenir une vie sexuelle aussi épanouie qu’avant l’arrivée de vos enfants, c’est quoi votre truc?

Je vous vois venir avec les « faites garder les enfants un week-end par les grands-parents! » Moi, ça me met mal à l’aise de demander à ma mère ou ma belle-mère de s’occuper de mes enfants parce que ma vie sexuelle n’est pas aussi en santé que je le voudrais. Et les week-ends à l’hôtel, ça revient cher pour pouvoir faire l’amour, non?

Et moi qui croyais qu’une fois que mes filles seraient plus vieilles, ce serait plus facile. Ben y paraît que non. Encore aussi difficile de le faire, car les ados, ça se couche tard, pis ça comprend très bien ce qui se passe derrière la porte de chambre fermée.

Et après, ce sera quoi? La sécheresse vaginale ou la dysfonction érectile.

M’en sortirai-je un jour?

Mélanie Paradis

 

Les petits gestes qui comptent

Je suis une fan des petits gestes. Pas une fan finie comme dans « 

Je suis une fan des petits gestes. Pas une fan finie comme dans « fanatique obsédée pas capable de m’en passer une journée ». Juste quelqu’un qui leur reconnaît une valeur, un rôle à jouer dans une relation humaine.

Votre enfant a eu une mauvaise journée, s’est chicané avec ses amis ou est tombé dans la cour de récré. Pourquoi ne pas lui offrir un massage ? Pas besoin que ça dure une heure ! Quelques minutes suffisent souvent pour remettre l’humeur et les muscles tendus à la bonne place. On peut aussi faire « dégénérer » la séance de massage en activité de chatouilles ou en dodo partagé, selon les besoins décodés ou exprimés.

Pourquoi attendre le jour du bal de finissants pour offrir des fleurs ? Quand nos enfants sont petits, ils adorent cueillir des pissenlits pour nous faire plaisir (« Oh ! Merci ! Que ça sent bon… ils ressemblent au soleil qu’il y a dans tes yeux ! ») Alors quand ils vieillissent et arrêtent de tout mettre dans leur bouche, on peut faire de même. Le pissenlit est optionnel, les fleuristes et même les épiciers ont d’autres choix… On peut même faire aller notre créativité et faire une fleur en papier de soie. Ou en mouchoirs. Propres.

Le mot d’encouragement dans la boîte à lunch peut devenir, à l’adolescence, une lettre ou une carte pour dire qu’on a remarqué les efforts de notre jeune à l’école ou dans le nettoyage de sa chambre. Une attaque de notes autocollantes dans le miroir pour réveiller notre enfant avec plein de mots d’amour, ça fait aussi le travail ! Même pas besoin d’attendre que le lutin de Noël se démène sur les « mauvais » coups, on peut en faire aussi ! Et c’est souvent moins long à ramasser…

Kidnapper son enfant pour un dîner ou pour une activité surprise après l’école, cacher un dessin de notre cru sous son oreiller pour qu’il le découvre au coucher, inviter son meilleur ami en cachette la fin de semaine pour voir des yeux contents briller, réveiller notre coco ou notre cocotte avec un déjeuner au lit, même si c’est jour de garderie… Il y a des idées de petits gestes à l’infini ! Et plus on en pose, plus on en a en tête.

Ces petits gestes qui comptent ne sont pas réservés aux enfants ! Dans le couple, entre amis ou collègues, avec nos parents, ces mignonnes attentions sont les bienvenues. Ces gestes font du bien à la personne qui les pose (pensez à votre énervement quand vous préparez une surprise pour vos enfants !) Ces gestes font du bien à la personne qui les reçoit (les étincelles dans les yeux, les sourires, les sauts de joie… et même si parfois, la joie ne paraît pas, elle est là, quelque part dans le cœur et dans les souvenirs). Ces gestes font du bien à ceux qui les voient : les enfants qui sont témoins des gestes d’amour entre leurs parents sont rassurés ; les enfants qui voient quelqu’un donner une fleur, une carte ou un cadeau comprennent l’importance du don et de l’initiative du don ; les enfants qui voient quelqu’un être reconnaissant pour un geste posé apprennent à exprimer leur « merci » par des mots et des actions.

La magie des petits gestes va plus loin. Quand je prends soin de moi, il m’arrive de le mentionner devant mes enfants. « Ce matin, maman a pris un bain pour lire un livre à la lueur d’une chandelle. Ça m’a fait du bien d’avoir un moment calme, juste à moi. J’ai plus d’énergie maintenant ». J’enseigne ainsi à mes enfants que la gentillesse, c’est aussi envers soi-même. Le vieux principe du masque à oxygène dans l’avion. Je leur donne en même temps des idées de façons différentes de prendre soin des autres. Parce qu’un même geste, aussi bien intentionné soit‑il, n’aura pas le même effet sur tout le monde. Le bain chaud à la lavande peut horrifier votre partenaire, et la soirée entre amis à regarder le hockey peut vous donner des boutons. Pour poser le bon geste, il faut connaître l’autre, il faut se connaître soi.

Quand on pose un geste pour aider une personne à remplir son seau d’amour, on montre un exemple qu’on espère que nos enfants reproduiront avec les autres, mais aussi avec nous. Première chose que vous saurez, c’est qu’en vous entendant dire « Ouf ! Maman a eu une grosse journée ! », votre petit bonhomme de six ans vous offrira un massage. Qu’à votre fête ou juste pour le plaisir, votre aînée cuisinera un gâteau des anges et le décorera avec vos couleurs préférées. Qu’à un moment où vous vous sentirez dépassée, votre bébé qui marche à peine ira vous donner un gros colleux et essuiera vos larmes. Première chose que vous saurez, c’est que les petits gestes se multiplieront comme des lapins en rut et feront du bien partout où ils passent !

 

Nathalie Courcy

 

Gérer les grands-parents, quel chaos!

En repensant à ma propre relation avec mon grand-père et ma grand-

En repensant à ma propre relation avec mon grand-père et ma grand-mère, à la place dans la famille qu’ils ont eue dans ma vie, aux liens que nous avions, cela m’a amenée à penser aux grands-parents d’aujourd’hui. Maintenant que c’est moi qui suis devenue parent, ma vision d’eux est différente.

Chaque génération a selon moi sa propre façon d’aborder le sujet.

Sous la perception de l’enfant

On y voit le côté cool : être gâté, le partage de connaissances, la tendresse reçue. Je me rappelle encore et j’imagine encore la tête de ma mère lorsque je suis rentrée de l’épicerie avec mon grand-père et qu’elle a vu la quantité de cochonneries que l’on ramenait. Elle était à deux doigts de faire une attaque. Mon grand-père avait prononcé les mots que tous les enfants rêvent d’entendre à l’épicerie avec leurs parents : « Si tu vois quelque chose qui te tente, mets-le dans le panier ». Vous imaginez que j’en avais largement profité.

La deuxième position, celle où tu deviens parent

Devenue maman à l’âge de vingt ans, avec peu d’expérience de la vie, je m’affirmais peu, j’étais influençable. Je repense à ce jour où nous étions allés au marché aux puces. Ma fille qui devait avoir à l’époque deux ou trois ans avait eu le coup de foudre pour un lapin mécanique rose en patins à roulettes qui roulait dans une allée. Il y avait aussi cette vendeuse qui encourageait trop fortement son désir que maman cède et lui achète cet objet tant désiré. Je venais à peine de lui dire non qu’elle se jeta par terre pour faire une spectaculaire crise de bacon. Malgré mon malaise, j’étais prête à la prendre en petite poche de patates et à sortir du marché. Quand j’ai entendu ma belle-mère lui dire : « Tu l’aimes le lapin? Mamie va te l’acheter. » Ouch! Elle venait de saper mon autorité et de dépasser les limites de son rôle.

Si on veut éviter malaises et malentendus entre parents et grands-parents, il faut, selon moi, suivre quelques règles de base. Moins on attend pour le faire, plus le rôle et la place de chacun seront clairs pour tous. Bien entendu, chaque famille est unique et a son histoire. C’est à vous d’y aller avec ce qui a un sens pour vous.

1)      Exprimer ouvertement vos besoins

Rien de mieux qu’une bonne et franche discussion autour d’un bon thé ou d’un bon café pour clarifier quelle place vous voulez que les grands-parents prennent dans la vie de leurs petits-enfants. Demandez-leur aussi celle qu’ils sont prêts à prendre.

2)      Reconnaître leurs désirs

Une des joies d’être grands-parents est de gâter, de faire plaisir et c’est normal! Ne les privez pas de ce bonheur. Soyez juste clairs et exprimez votre vision de la parentalité. Un biscuit, c’est ok, mais pas tout le sac.

3)      Votre moment

Avec respect, faites savoir que maintenant, c’est votre tour de vivre l’expérience d’être parents. Chacun son moment, chacun sa place.

En terminant,

4)      Soyez reconnaissant

Remerciez-les de vouloir partager avec leurs petits-enfants toute cette expérience, leurs histoires et leurs valeurs.

Johanne Bisaillon

Coach familial

Membre du réseau Nanny secours

 

La relation entre sœurs : pas toujours rose!

Qu’est-ce qui pe

Qu’est-ce qui peut être à la fois un ange et une peste ? Les petites sœurs ! Vous savez, ce genre de personne qui aime vous agacer et qui ne déteste pas vous voir en colère à cause de son vilain tour?

Dans mon cas, ma sœur a un visage réversible: un côté tout mignon pour charmer tout le monde qui l’entoure, et un autre côté, oui, ce visage démoniaque, que vous ne voulez pas le connaître. Ce genre de personne dont je vous parle aime jouer des tours vraiment déplaisants. Ce côté est celui que je vois tous les jours avec ma petite sœur. Quelquefois, il me fait bien rire, mais la plupart du temps, je le déteste.

Ma sœur et moi avons quelques points en communs, comme la passion pour le patinage artistique et l’amour pour les animaux de compagnie. Cependant, la principale chose que je préfère d’elle est qu’elle me dise les vraies choses. Comme « Ton linge est laid » ou « Tu chantes mal ». Merci ma sœur : grâce à toi, je vais avoir l’air moins ridicule.

Ma sœur me fait souvent honte lorsqu’elle en a la chance. Surtout en public. Mais le gros problème qui se produit quand on est sœurs, c’est que les deux se font honte ensemble. C’est un beau travail d’équipe!

Je ne sais pas ce que ça fait d’être une petite sœur, d’avoir des grands tannants qui montrent plus ou moins l’exemple. Ça ne doit tout de même pas être facile, car lorsqu’on est cadet, on doit toujours faire comme les plus vieux. Autant dans les films que dans la réalité, on voit souvent les parents dire aux plus petits de suivre les traces que notre frère ou notre sœur aîné(e) a laissées. Si j’étais ma petite sœur, je ne ferais pas tout ce que moi, l’aînée, ai fait…

Beaucoup d’adultes qui n’ont pas d’enfants ou qui ont un enfant unique ne savent pas vraiment en quoi consiste une relation entre deux sœurs. Certains peuvent penser que c’est beau et que c’est facile de s’aimer entre sœurs. C’est pourtant si difficile! Pourtant, je sais que certaines sœurs ont une relation impeccable. Souvent, ces deux filles de même famille sont touchantes et s’adorent. J’aimerais bien avoir cette relation avec ma sœur, mais certains de nos comportements s’opposent et nous empêchent peut-être de vivre cela. Ça nous demanderait de très grands efforts à toutes les deux.

Finalement, j’aimerais vous dire de faire attention à votre sœur. Elle est une membre de votre famille. Si un jour, c’est plus difficile, dites-vous que vous êtes chanceux de l’avoir dans votre vie. Elle compte beaucoup plus pour vous que vous ne pouvez l’imaginer.

Tu es tannante, mais je t’aime quand même, ma sœur!

  

Juliette Roy

 

 

 

 

 

Comment être heureux dans son chaos ? La réponse des scientifiques

Demander à n'importe quel parent ce qu'il souhaite le plus pour son enfant et il vous répondra, pr

Demander à n’importe quel parent ce qu’il souhaite le plus pour son enfant et il vous répondra, presqu’invariablement, qu’il soit heureux !

Or, des chercheurs auraient fait une avancée majeure dans l’identification des gènes du bonheur. Et on parle ici d’une recherche hyper sérieuse et approfondie : près de 200 chercheurs répartis dans 17 pays ayant étudié les variations génétiques liées au bien-être, à la dépression et au neuroticisme* de près de 300 000 personnes.

*Nous avons, nous aussi, appris ici un nouveau mot. Le neuroticisme est une tendance persistante qu’ont certains individus à expérimenter des émotions négatives comme l’anxiété, la colère, la culpabilité ou la déprime.

Et semble-t-il que c’est principalement dans le cerveau, la moelle épinière, les glandes surrénales et le pancréas que ça se passe et que les chercheurs ont pu observer des différences entre les gens heureux et ceux qui le sont moins. Autrement dit, certaines personnes seraient génétiquement plus disposées au bonheur que d’autres !

Mais rassurez-vous, ça ne veut pas dire que c’est une fatalité et qu’on ne peut rien faire ! Ce qui est intéressant, c’est que cette découverte pourrait permettre éventuellement d’améliorer les traitements contre, par exemple, la dépression ou l’anxiété. Aussi, et ce sont les chercheurs eux-mêmes qui le précisent dans leur étude, l’environnement joue un rôle tout aussi important que la génétique dans le sentiment de bien-être d’un être humain. On a donc beaucoup plus de pouvoir qu’on le pense sur notre niveau de bonheur et celui de nos enfants !

Maintenant, comment on fait ça augmenter notre niveau de bonheur ? Et bien, c’est qui nous emmène à vous parler de la plus longue étude jamais réalisée sur le sujet. Menée par la très prestigieuse Université Harvard, elle est en cours depuis 1937 !!! Le résultat final n’est donc pas encore connu mais un des chercheurs a décidé de briser le silence en novembre dernier. Qu’est-ce qui en ressort ? Et bien, oubliez l’argent, la gloire, l’apparence physique et la maison propre et bien rangée. Le dénominateur commun des gens heureux et en santé, c’est…(roulement de tambour)…la qualité des relations qu’ils entretiennent avec leur entourage ! Relations réelles et nourrissantes, on s’entend. Autrement dit, les amis Facebook et les relations de couple ou d’amitiés que vous “endurez”, ça ne compte pas.

Et pour ce qui est de nos enfants, nous ne vous apprendrons rien en vous disant que nous sommes leurs modèles et qu’ils apprennent, d’abord et avant tout, en nous imitant. Alors, on donne l’exemple ! On lâche nos écrans, on les se serre dans nos bras, on les écoute, on s’intéresse à leur monde, on s’arrange pour devenir des adultes matures, épanouis et responsables et tout le monde s’en portera mieux. Ce sera encore le chaos mais heureux ! Et selon les chercheurs, c’est ce qu’il y a de plus important 🙂