Tag garderie

L’éducatrice – Texte : Claudie Castonguay

Un éducateur ou une éducatrice passe presque plus de temps avec nos enfants dans une semaine que n

Un éducateur ou une éducatrice passe presque plus de temps avec nos enfants dans une semaine que nous-mêmes. Cette personne les nourrit, les cajole, les amuse, les éduque.

Dans notre cas, elle est arrivée dans nos vies comme une étoile filante. Je ne serais pas la maman que je suis sans elle. D’une joie de vivre contagieuse, d’une compassion inestimable, elle a su diminuer l’anxiété de mon quotidien. Au-delà de ça, elle nous a épaulés, écoutés, mais surtout respectés.

Merci à toi qui as compris nos besoins et ceux de nos enfants. Tu nous as laissés rentrer dans ton quotidien, ta maison jour après jour. Tu m’as accueillie en larmes, en joie, tu as partagé nos beaux et nos mauvais moments.

Tu es entrée dans nos vies depuis maintenant près de onze ans ! C’est une chance grandiose que mes enfants ont de t’avoir dans leur vie.

MERCI !

 

Claudie Castonguay

Des mini humains sans masque – Texte : Mélanie Paradis

Ce matin, j’accueille une petite cocotte en larmes. Elle ne veut p

Ce matin, j’accueille une petite cocotte en larmes. Elle ne veut pas quitter maman, elle lui tient fermement le cou. Je lui parle doucement et je lui promets un moment de câlins avec doudou et mon amie la chaise berçante. Elle enfouit sa tête dans mon épaule, et par le fait même essuie son nez sur mon chandail au passage. Je sens l’humidité de mon épaule, un mélange de morve et de salive. Ma priorité n’est pas de me changer, non ! Je dois redonner le sourire à cette jolie petite puce, la rassurer, la calmer. Je porte mon masque, mes lunettes. Je ne sais pas trop si je suis protégée. Après deux sorties du gouvernement à propos des masques non conformes… j’ai un doute.

Plus tard dans la journée, j’aide un de mes mini-humains à découper. Je n’ai pas le temps de le voir venir, mais il éternue directement vers mon visage. Super ! Je change de masque, je m’essuie le visage, désinfecte mes lunettes et retourne à la supervision du découpage.

Lucie (nom fictif) est moche aujourd’hui. Elle joue mais elle n’a pas sa bonne humeur habituelle. Après la sortie extérieure, son petit nez coule. Pour le moment, je ne m’en formalise pas, nous étions dehors. Peut-être que la chaleur de la garderie en est la cause. Elle a deux ans, naturellement son premier réflexe est de s’essuyer le nez avec sa manche, qui bientôt est bien remplie. Oups… après le dodo, une petite fièvre s’installe. J’appelle les parents. Malheureusement, je dois la retirer du groupe.

Je retire de la salle tous les jouets qu’elle a pu toucher. Je dois soit les mettre en quarantaine soit les désinfecter pour les remettre. Dans les deux cas, je les manipule. J’ai les mains qui brûlent et piquent. Je les lave tellement souvent, j’utilise le désinfectant avec alcool dans les situations où je n’ai pas accès à un lavabo et à du savon.

Je m’inquiète un peu, je n’ai aucun contrôle sur la vie des familles qui fréquentent mon groupe. J’espère qu’elles respectent les consignes de la santé publique. Je n’ai pas envie d’exposer ma famille.

Chaque jour, je travaille avec mes mini-humains qui eux ne portent pas de masque. Maintenant, on nous dit que les variants s’attaquent aux plus jeunes. Chaque jour, je m’expose. Combien de corps de métier doivent travailler plus de 8 heures par jour avec 8 personnes qui ne portent pas le masque ?

J’aimerais être rapidement vaccinée. Pour me protéger, protéger les miens.

Parce que bien que j’aime mon métier, depuis un an, je travaille chaque jour dans la crainte.

Mélanie Paradis

Éducatrice

Je suis l’héroïne silencieuse

Ce matin, je bois mon café comme à l’habitude, avant ma journée

Ce matin, je bois mon café comme à l’habitude, avant ma journée de travail. Pourtant, rien n’est normal. Je n’ai pas faim, je suis nerveuse. Ce matin, bizarrement, mes enfants viennent avec moi. Je ne veux pas, je veux les protéger. C’est mon rôle de maman, non?

Pourtant la société a besoin de moi. Pendant que d’autres seront sur la ligne de front, moi je veillerai sur ce qu’ils ont de plus précieux… leurs enfants.

Cette crise de la COVID-19 nous happe de plein fouet. Je comprends que je dois, moi aussi, répondre présente.

Mais je comprends aussi que je prendrai soin des enfants des gens qui ont le plus de risque d’être exposés : médecins, infirmières, infirmiers et autres. Donc mes risques d’être exposée sont élevés.

Mes enfants seront avec moi, car c’est la consigne : je dois me rendre au travail avec elles. Tu me diras que mon conjoint a seulement à rester à la maison. Mais à la fin de ma journée, je vais où?

Pour le moment, nous ne savons pas où cette crise nous mènera. Mon travail sera d’expliquer l’importance du lavage des mains à mes petits. On le fera en jouant, parce que tout ça doit rester un jeu pour eux.

Nous sommes les grands, c’est à nous d’avoir peur. Tu sais, nous serons le papa dans La Vita è bella. Parce que c’est un peu une lutte contre la guerre tout ça. Un combat contre un être microscopique, mais un combat tout de même.

Alors je te demande, s’il te plaît, à toi, de respecter les consignes du gouvernement. Tu les connais, je ne les répéterais pas.

Fais‑le pour ceux et celles qui sont sur la ligne de front.

Fais‑le pour nous, les héroïnes silencieuses… les éducatrices.

Mélanie Paradis

 

À toi qui te sens jugée

<span style="display: inline !important; float: none; background-col

À toi, la maman qui se sent jugée parce que tu amènes ton enfant à la garderie quand tu es en congé!

Réglons la question tout de suite. Oui, je suis éducatrice et sache que je ne te juge pas. J’ai des enfants, moi aussi, et ils sont déjà allés à la garderie lorsque j’étais en congé.

Mon travail, je le fais chaque jour avec autant de passion et je vais m’occuper de ton enfant, que tu sois en congé ou non.

Sache que je te comprends. Je cours aussi après mon temps à la maison. Je suis fatiguée, le ménage laisse parfois à désirer. Mes enfants manquent parfois de bas parce que je n’ai pas eu le temps de faire le lavage.

Tu as raison : prendre une journée de congé pour s’occuper de nous, j’en conviens, ça fait du bien.

Mais je vais t’avouer que parfois, j’essaie de te comprendre. Ce n’est pas du jugement, mais de l’incompréhension.

Toi non plus, tu ne me connais pas et tu n’es pas éducatrice. Moi, ça fait seize ans que je fais ce métier‑là. Des enfants sans aucune journée de congé, sans aucune vacance, j’en vois toutes les années et pas seulement un.

Tu sais, c’est moi qui console et berce ton enfant parce qu’il pleure et qu’il voulait rester avec toi. Je le rassure, je lui dis que je l’aime, je te trouve même des excuses pour ne pas qu’il soit fâché contre toi. Parce que tu sais, il le comprend que tu es à la maison et parfois avec ses frères et sœurs plus vieux.

J’aimerais t’expliquer pourquoi il est important pour ton enfant d’avoir des congés lui aussi.

1. Vivre en groupe tous les jours, c’est difficile et fatigant pour lui. On s’amuse, oui, mais il fait face à de nombreuses stimulations.

2. Son horaire et très chargé de la maison à la garderie et de retour à la maison, sans compter les activités en soirée. Je lui en demande beaucoup, j’essaie de respecter son rythme, mais il doit aussi s’adapter à celui du groupe.

3. Le bruit : tu le sais sûrement, plusieurs parents m’en font part, c’est bruyant ici. Ils me demandent comment je fais pour y passer mes journées. C’est le même bruit pour ton enfant, les mêmes pleurs, les mêmes crises, les mêmes cris, etc.

4. Et la vie de groupe… chaque jour, il doit vivre avec ses amis. Chaque jour, je lui demande d’attendre son tour, de partager les jouets, de partager son environnement avec les autres.

5. Il a besoin de faire le plein de votre amour. Je l’aime, ton enfant ; ses amis l’aiment et il les aime. Cependant, son lien le plus important, c’est avec vous, les membres de sa famille. Il a besoin de refaire le plein de votre amour.

Ceci étant dit, je ne te juge pas. J’essaie de te comprendre. Je ne te connais pas, tu as sûrement d’excellentes raisons pour amener ton enfant à la garderie. Mais souvent, tu ne me les dis pas. Tu me laisses sur un « Pas de message, il va bien », ton maillot déjà sur le dos et les autres enfants prêts pour la plage.

Je ne veux pas connaître toute ta vie. Je comprends que tu n’aies pas envie de m’en parler. On se voit chaque jour, mais on n’est pas amies.

Tu t’es peut-être perdue, tu as besoin de temps pour te retrouver, ton couple ne va pas bien, tu essaies de recoller les pots cassés. C’est difficile avec le plus vieux et tu veux lui donner plus de temps.

Tu peux seulement me dire, « C’est difficile, ces temps-ci, j’ai besoin qu’il soit ici! ».

Je vais te sourire et mieux comprendre.

Eva Staire

L’habit ne fait pas l’éducatrice

Tous les matins où tu te diriges vers ton boulot et que tu guides t

Tous les matins où tu te diriges vers ton boulot et que tu guides ta progéniture vers un service de garde, il y a une éducatrice à la porte pour vous accueillir.

Toujours présente, elle est revêtue de ses plus beaux habits. Un sourire chaleureux et invitant fait office de mot de bienvenue. Elle vous offre, probablement, votre premier contact de la journée avec l’extérieur. Elle se fait rassurante auprès de votre enfant par ses gestes tendres guidés vers lui.

Outre les sourires, les mots rigolos convaincants que la journée sera « hot » et le fait de se pencher à sa hauteur, il y a tout un attirail vestimentaire que vous ignorez.

Jetons‑y un petit coup d’œil…

La tenue vestimentaire personnelle de votre éducatrice relève d’une certaine logistique. Vous concéderez que les éducatrices n’ont pas toutes l’air de sortir d’un défilé de mode à 7 h le matin. Ben non… il y a, outre une éthique (car nous sommes des professionnelles de la petite enfance, tout de même), des points importants à ne JAMAIS négliger lorsque vient le temps de choisir notre garde-robe de travail.

Le CONFORT est une nécessité absolue ! Au nombre de fois où nous devons nous accroupir au courant de la journée pour lacer des chaussures, ranger des jeux, soulever un petit être en pleurs, servir et desservir la table aux repas et aux collations (sur des tables ergonomiquement non pensées pour le dos des éducatrices), et j’en passe TELLEMENT ! Bref, vous voyez l’image !

Le tissu doit être DURABLE ! Surtout aux genoux. Je n’ai jamais autant usé mes vêtements à la hauteur des genoux depuis que je suis éducatrice.

Surtout, les tissus doivent être LAVABLES. Un câlin réconfortant en période de rhume équivaut à (excusez, les âmes sensibles) à des petites traces au niveau des cuisses provenant des tout-petits qui nous enlacent le califourchon ou les creux des épaules lorsque l’on permet à une petite tête de se reposer dans nos bras. Pas étonnant qu’aussitôt franchi le seuil de nos maisons, nos vêtements se retrouvent illico au panier de lavage. C’est sans compter les petits régurgits des poupons après les boires. Et… ça aussi, en pleine période de… oups, beurk ! gastro.

Au tour de la coiffure maintenant. Si au matin, la tignasse était lisse et défaite, pas surprenant de voir au poignet un « chouchou » ou un élastique pour ramasser le tout en chignon « home made » au courant de la journée. De jolis cheveux lousses sont parfois une arme redoutable pour un bambin en crise. Même le chignon finit sa journée en genre plus que « naturellement » défait. Paraît que c’est beau, une fille au naturel.

Des souliers de course ou aux semelles plus que confos soutiennent ces êtres toute la journée. On s’active, on marche sans cesse, passant des activités rigolotes au service aux tables. La semelle ne doit certes pas « couiner » ou encore être un talon qui réveillera les enfants à l’heure de la sieste. Ils ont droit au sommeil récupérateur et nous avons droit à ce moment de souffler un peu.

Vous remarquerez qu’elles sont souvent vêtues « en oignon ». De multiples épaisseurs pour être confortable tout au long de la journée. Selon l’activité en cours, il fait parfois chaud dans les locaux, et lorsque cela se calme un peu dans la dynamique, on se réchauffe sous une veste ou un pull.

Lorsqu’une éducatrice est accroupie, rien de mieux qu’un t-shirt long ou un pantalon taille haute vous empêchant d’avoir une vue sur… vous saisissez là aussi… notre plus bas que le bas de notre dos. Bon, parce qu’on approche de là, parlons des sous-vêtements… Ça, ça reste personnel quand même ! Mais bon, j’ose espérer que c’est confortable.

Et il y a la tenue extérieure. Faut suivre les saisons tout de même !

L’hiver, des mitaines chaudes et qui s’enlèvent aussi rapidement que l’on remet celles des enfants qui se sont permis de les enlever à -30 degrés. Des bottes chaudes, très chaudes. (Elles sont rarement esthétiques, mais des orteils gelés non plus, ce n’est pas esthétique !) La salopette, le manteau qui couvre bien, la tuque et le foulard. On est difficilement reconnaissable dans une aire de jeux, mais bon, faut ce qu’il faut pour rester au chaud !

L’été, on tente de ne pas suffoquer sous la chaleur tout en restant présentable. (On est consciente qu’il n’y a pas que les mamans qui viennent reconduire et chercher les enfants !) On sent la crème solaire (notre parfum quotidien) et, oui, nous arborons un teint basané. Qui dit été, dit enfants qui jouent dehors ! Le bonheur que nous avons tout de même de pouvoir profiter de cette belle saison et de s’énergiser pour les jours de grisailles !

Et si un jour, vous croisez par hasard des éducatrices en dehors de leur profession, pas étonnant que vous ne les reconnaissiez pas au premier regard. À l’extérieur de leur profession, elles ont une vie trépidante au goût du jour ! L’habit ne fait pas l’éducatrice !

Mylène Groleau

10 raisons pour lesquelles mes enfants n’iront pas dans une maternelle 4 ans

Certains diront que j’ai été éducatrice pendant dix ans et que

Certains diront que j’ai été éducatrice pendant dix ans et que je prêche pour ma paroisse. D’autres diront que j’enseigne en Techniques d’éducation à l’enfance et que je défends les éducatrices. Le fait est que je maîtrise assez bien le sujet et que, certes, mon opinion est faite. Mais je n’écris pas ce texte en tant qu’éducatrice, je l’écris en tant que maman.

Et je précise que si toi, comme parent, tu as fait le choix d’inscrire ton enfant à la maternelle 4 ans, je ne te juge aucunement. Chaque parent prend la meilleure décision pour son propre enfant.

De plus, afin d’alléger le texte, je dirai « CPE » pour illustrer tous les types de services de garde éducatifs, qu’il soit en installation ou en milieu familial. Donc, je vous ouvre mon cœur et je vous explique pourquoi je n’inscrirai jamais mes enfants dans une maternelle 4 ans.

1) « L’enfant apprend par le jeu. » : Il est tout à fait normal, en tant que parent, de ne pas connaître par cœur le programme éducatif en petite enfance proposé par le ministère. Ce qu’il faut en retenir, ce sont cinq grands principes de base. L’un d’eux dit : « L’enfant apprend par le jeu. ». L’enfant, pour pouvoir apprendre réellement, a besoin de jouer, tout simplement. De jouer librement, avec les jeux qu’il choisit et accompagné par une éducatrice qui sait comment soutenir l’enfant dans son jeu. Et c’est en CPE que le jeu de mon enfant sera le mieux stimulé. Pas dans une classe.

2) Apprendre ses lettres et ses chiffres : J’entends tellement de parents me dire qu’ils sont fiers que leur enfant de 4 ans connaisse ses lettres/chiffres/formes/couleurs… Et oui, la maternelle 4 ans va apprendre cela à vos enfants. Mais l’éducatrice en CPE sait que ces apprentissages‑là, ils ne font partie que du développement cognitif de l’enfant. Et qu’en est‑il des quatre autres sphères de son développement ? En CPE, l’éducatrice va stimuler son développement cognitif, certes, mais également son développement moral, social, affectif, moteur, langagier… Je veux que mon enfant soit stimulé dans toutes les sphères de son développement, et pas seulement au niveau cognitif. En CPE, il apprend à s’aimer, à respecter les autres, à prononcer les mots, à demander de l’aide, à être autonome, à agir en société et j’en passe !

3) Être prêt pour l’école : La mission des CPE est de favoriser la réussite éducative des enfants. Cela veut dire que l’éducatrice a pour devoir de s’assurer que l’enfant aime apprendre. Cela veut aussi dire que si elle le bourre d’apprentissages scolaires trop tôt, il aura déjà une écœurantite aigüe avant même sa première année scolaire. Et je veux que mon enfant aime l’école.

4) Le lien affectif : L’un des principes fondamentaux en éducation, c’est que l’enfant doit être vraiment et sincèrement attaché à l’adulte pour pouvoir apprendre avec lui. En le changeant de garderie, en le changeant d’école, en le changeant d’éducatrice, je ne l’aide pas du tout. Parce que le temps qu’il passera à recréer une relation avec une nouvelle enseignante, il aurait pu le passer à apprendre avec une éducatrice passionnée qu’il aime déjà…

5) Le ratio : Peu importe l’école, l’enseignante doit s’occuper d’un plus grand nombre d’enfants de 4 ans à l’école que l’éducatrice en CPE. Mon enfant est en milieu familial, où l’éducatrice a tout son temps pour le stimuler et jouer avec lui, personnellement. Elle le connaît par cœur, elle connaît ses forces et ses faiblesses et sait comment intervenir avec lui. Elle a beaucoup plus de temps pour l’accompagner et l’aider à relever ses petits défis.

6) Le multiâge : À l’école, quoi que fasse mon enfant, il sera toujours dans les plus jeunes. Il a 4 ans. Tous les autres élèves de l’école sont plus grands que lui. Dans sa classe, il n’y a que des enfants de son âge avec lesquels se comparer. Il apprendra alors la compétition et l’anxiété de la performance. En CPE, il voit aussi des plus petits. Dans la cour dehors, il aide un plus jeune à se relever. Il aide un plus petit à apprendre ses couleurs. Il console un bébé qui pleure. Il apprend à s’occuper des autres et à les aider, peu importe leurs difficultés. En CPE, il apprend l’empathie et le respect du rythme d’apprentissage de chacun.

7) L’obligation sociale : Saviez-vous que la maternelle 5 ans n’est même pas obligatoire au Québec ? La majorité des parents l’ignorent et pensent que c’est un passage obligé. Mais non ! La maternelle 5 ans a été créée pour aider les enfants qui n’avaient aucune expérience en garderie à s’intégrer avec les autres. Et le gouvernement veut développer les maternelles 4 ans dans le même but… Le problème, c’est que les parents pensent ensuite à tort qu’il s’agit d’une expérience obligatoire pour leurs enfants, même s’ils ont déjà tout ce qu’il leur faut en CPE…

8) Le dépistage : On vous a fait croire que la maternelle 4 ans permettrait de dépister plus tôt les problèmes de développement des enfants. Encore un mensonge, parce que l’enseignante n’est pas outillée et formée suffisamment pour les enfants de moins de 6 ans et que les spécialistes manquent à l’appel ! Alors que l’éducatrice en CPE a été formée à observer et dépister ces problèmes depuis des années. Elle est encore à ce jour la mieux placée et la mieux formée pour le faire auprès des enfants de 0 à 5 ans.

9) Le Québec et ailleurs : J’entends beaucoup de parents dire : « Mais en France (insérez ici le pays que vous voulez), la maternelle commence à 3 ans ! » C’est vrai. Mais avez-vous visité l’une de ces maternelles ? Si oui, vous savez que c’est un local avec des coins de jeux dans lesquels les enfants s’amusent souvent sans contrainte. Ici, on appelle ça un CPE. C’est uniquement l’appellation qui diffère, mais les autres pays ne scolarisent pas leurs enfants de 4 ans dans des classes !

10) Les besoins de l’enfant : Un enfant de 4 ans a besoin de prendre son temps pour manger, en discutant avec ses amis, dans une ambiance conviviale. À l’école, il doit se dépêcher et le faire en silence. Un enfant de 4 ans a encore besoin de faire la sieste, pas un repos de 15-20 minutes. L’école ne répond pas à ses besoins de sommeil. Un enfant de 4 ans a besoin de bouger. Mais il n’aura pas la place pour le faire en classe. Plusieurs besoins de l’enfant sont comblés en CPE et ils ne le seront plus à la maternelle 4 ans.

Je le répète, vous avez tous les droits d’inscrire votre enfant dans une maternelle 4 ans. Si vous n’avez jamais envoyé votre enfant en CPE, ce sera peut-être sa seule chance de socialiser. Mais personnellement, mon choix est fait. L’enfance, c’est fait pour jouer, pour apprendre en s’amusant, pour chanter, pour avoir des câlins, pour courir et pour rire aux éclats. Nos enfants auront toute la vie pour apprendre les lettres et les chiffres. C’est pourquoi je n’enverrai pas mes enfants en maternelle 4 ans.

Joanie Fournier

 

La première fois que je t’ai abandonnée

Je t’amène aujourd’hui à reculons à la première journée où

Je t’amène aujourd’hui à reculons à la première journée où je t’abandonne. Ta première journée à la garderie. J’entends déjà mes amies-mamans et vous, lecteurs, soupirer, en pensant que j’exagère. Mais c’est comme ça que je me sens ce matin. Comme si je faisais quelque chose de mal.

Je roule avec la maudite neige qui finit plus de tomber en me disant que je devrais plutôt retourner chez moi. Je m’invente des excuses et des raisons de « température pas belle » pour rebrousser chemin. Je m’écoute penser et on dirait mon père… toujours prêt à nous garder avec lui quand on vient faire un petit tour chez lui. « Prends pas le volant, reste à la maison, c’est plus prudent », dit-il après un demi-centimètre de neige. C’est sa façon de nous dire qu’il nous aime. Sa façon de nous avoir près de lui.

Retournons à ma tempête.

Ma fille, Tu auras un an cet été, donc tu n’as pas encore d’âge officiel. T’es mon bébé de 8 mois. Des fois 7 et demi, des fois 7 et 20 jours (dans ma tête), bref, disons 8 ! C’est presque le même temps pendant lequel je t’ai portée dans mon ventre.

Tu ne marches pas, tu commences à ramper, tu jases de plus en plus. Tu es à l’apogée de pas mal tous tes premiers moments et moi, je m’en vais confier tout ça à quelqu’un que je connais à peine.

Bien sûr, je t’ai préparée, je t’ai expliqué avec des mots que tu ne comprends pas encore. On a joué avec ta routine et nous avons chamboulé tes horaires. Voilà pourquoi je rushais donc à te faire faire ta sieste à 9 h pile. Pour te préparer…
J’aimerais que tout cela soit différent. Que l’on n’ait pas à se détacher. Du moins pas tout de suite.

J’aimerais qu’on puisse jongler avec nos journées à notre rythme, au tien… mais maman doit travailler. Et toi, il paraît que tu dois apprendre à vivre sans moi, à faire confiance aux autres, à rencontrer de nouveaux amis qui, évidemment, te refileront la gastro-grippe-toux-nez-pipi-caca.

Je t’aime. Je n’ai rien d’autre à dire et il n’y a rien que je puisse faire. On ne passera pas notre vie entière ensemble 24 heures sur 24. C’est le maudit côté poche quand tu décides de mettre une poulette au monde. Nous ne pouvons pas couver éternellement.

Nous voilà devant la garderie, il neige un peu moins… mais j’ai des flocons dans les yeux. Je te regarde dans le rétroviseur, tu souris. « Ça va aller, maman. »

 

Toi l’éducatrice des 18 mois

<span style="margin: 0px; line-height: 107%; font-family: 'Times New

Tu en as déjà côtoyé des enfants de cet âge. Plus jeune, tu gardais chez la voisine. Tu sais qu’ils prennent du temps à te faire confiance. Que leur dialogue est plutôt restreint. Qu’ils rechignent lorsqu’ils n’ont pas ce qu’ils désirent. Qu’ils veulent tout faire « tu seul » parce qu’ils se croient « pacables » et lorsqu’ils ne sont pas capables, ils continuent de s’entêter. Ils vont là où tu ne veux pas et vice versa. Ils sont une roue sans fin. Mais qui avance, lentement, mais sûrement. Ils sont si adorables. Quand ils aiment, ils aiment. Et tu deviens rapidement une héroïne lorsque papa et maman quittent pour une sortie. C’est TOI qu’ils veulent.

 

Comme tu excelles en tant que gardienne, tu te dis : « Je pourrais en faire une carrière! J’aime ça moi, les enfants. Et eux, ils m’aiment! »

 

Puis, tu t’inscris. Tu jubiles de commencer les cours qui feront de toi une bonne éducatrice. Et tu as ta remise de diplôme qui te projette dans le fabuleux monde de la petite enfance. Tes premiers remplacements ou encore ton premier poste en petite enfance t’offrent le défi des 18 mois. Tu plonges du plus haut tremplin de tes connaissances dans cet univers rempli d’apprentissages. Car 18 mois, ça sonne comme APPRENTISSAGE en tout point. Imaginez tous les débuts de la petite enfance. La majorité de ceux-ci sont centralisés à cet âge. D’où l’intensité. Quand tu as plus ou moins l’expérience avec ce groupe d’âge, tu vis alors TA PREMIÈRE JOURNÉE. Ta VRAIE journée d’éducatrice. On ne se le cachera pas. C’est un âge intense. Instable au niveau émotionnel. La limite du vocabulaire n’aidant en rien. On se projette dans la formulation de nommer ce que l’on voit pour chercher ce qu’ils veulent bien exprimer.

 

Visiter un local 18 mois peut paraître à priori un peu intimidant. Tout est mis à la disposition pour que les enfants acquièrent de l’autonomie. Une autonomie à la grandeur de leur âge, mais loin du tien. Tout est lilliputien. Et là, tu fais : « Oupelay!  Ici, ils peuvent avoir accès à l’eau du robinet? Tu seuls. »  Tu fais le décompte des casiers à couches et oui, il y en a au moins huit. Ils sont huit dans ces locaux. En début d’année, il est plutôt rare de tous les retrouver en petites culottes. Tu es mieux d’aimer ça, changer des couches. Ce n’est que le début de tes haut‑le‑cœur. Des ti poupou dans le petit pot, ben, ça colle dans le fond. Pas pour rien qu’on appelle ça « l’apprentissage ». C’est un terme tout indiqué pour tes débuts à les mettre en culottes.

 

À la sortie extérieure du matin, tu commences à habiller le premier. Et tu recommences! Il n’est pas rare que les premiers finissent les derniers et les derniers seront alors les premiers à force de tous se déshabiller et se rhabiller. Lors de la rentrée de ce temps à l’extérieur, on se dit que les parents sont bons d’être capables de reconnaître les vêtements extérieurs de leurs enfants… mais huit paires de mitaines et de pantalons achetés au même magasin et NON IDENTIFIÉS AU PRÉNOM DE L’ENFANT, ce n’est pas reconnaissable lorsqu’ils déposent le tout en tapons souillés sur le sol du vestiaire pour se précipiter dans le local. S’amuser étant toujours plus plaisant que ranger. Tu jouis alors de ta forte mémoire visuelle pour tout rapatrier.

 

Au dîner, dans tout le groupe, un seul n’a pas sali son bavoir et ses mains. ABRACADABRA! MAGIE-MAGIE! Et tu devines son truc seulement lorsque tu lui enlèves son bavoir. Il est finalement maître pour essuyer ses mains sur son chandail et son pantalon à ton insu, sous ledit bavoir intact. (En passant, c’est non les designers de mode enfantine! À 18 mois, du linge blanc ça ne reste pas blanc! C’est bien cute… mais étrangement, ça prend la teinte orangée de la sauce tomate. Ou encore la couleur feutrée du crayon INDÉLÉBILE.)

 

Comme tu n’es pas suffisamment rapide pour resservir le repas à la vitesse de l’éclair pour huit affamés, eux trouvent la solution facilement dans l’assiette du voisin. Les cocos trop curieux qui se retournent pour voir d’où vient un bruit vont échapper leurs assiettes au sol. Les verres qui se vident sur la table, tous s’amusent à taper les mains dans le liquide renversé. C’est d’ailleurs ce son qui t’a fait comprendre l’excitation soudaine à la table. 

 

Après avoir récuré le désordre du repas et changé les couches pour la xième fois, ces étapes viennent terminer l’avant-midi et nous dirigent vers l’heure de la sieste. 

 

Une musique relaxante qui, nous l’espérons, fera son œuvre sur ces petits corps trop animés par l’envie de vivre toutes les occasions que la journée leur offre. Dieu seul sait qu’il y en a des occasions dans une seule journée!

 

On sort les matelas. On assemble couvre-matelas et hop, c’est le chaos sur le plancher. Tout se mélange. Avec une dernière énergie trouvée au fin fond de nous, on finit par disposer dans le local ce qui nous sera salutaire pour permettre aux bambins de recharger leurs batteries. Ils s’endorment rapidement. Quelques petits rappels à l’ordre et caresses sur le dos et c’est le silence… CHUT! 

 

Ils se réveillent, chacun à son rythme. L’heure avance. Rangement des matelas, changements de couches, lavage des mains (c’est toujours un moment fort de pouvoir jouer dans l’eau), supervision à distance. Collation. Les départs de la fin de journée qui s’amorcent. Certains pleureront de devoir partir, d’autres de voir les autres quitter mais pas eux.

 

Tu finis ta journée, épuisée, vidée d’énergie, mais remplie de « colleux », de je t’aime, de sourires, de moments précieux. Autant ils apprennent sur la vie du haut de leur bas âge, autant tu apprends à être patiente, calme, sereine. Les prendre et les aimer à un âge plutôt rudimentaire et les voir quitter ton groupe en fin d’année te laisse voir le grand bout de chemin qu’ils ont accompli à tes côtés. Le langage a explosé. Leur autonomie a avancé à grands pas. Tu leur as appris à attendre, à persévérer. Tu les auras sécurisés dans une routine. À faire confiance. À avoir une base dans leur estime d’eux. Tu les auras guidés dans leur prise de risque. Tu auras été significative en cette année remplie d’apprentissages. Tu en auras bercé des accidents, des maladresses. Tu en auras bécoté des petits bedons pour des chatouilles. Tu en auras entendu des « JE T’AIME » comme jamais. 

 

Mylène Groleau

La première meilleure amie

Depuis septembre, ma fille fréquente une nouvelle garderie en milie

Depuis septembre, ma fille fréquente une nouvelle garderie en milieu familial près de chez nous. Le rêve! L’éducatrice est excellente et les ami(e)s sont adorables. Elle s’est intégrée sans aucun problème et elle a même développé une belle amitié avec une petite fille. Elle ne parle que d’elle, sa première vraie meilleure amie. Mon conjoint et moi étions émus de constater que notre fille devenait de plus en plus sociable et amicale avec les autres.

Nous ne pensions pas qu’elle aurait eu une aussi belle relation avec un autre enfant à deux ans. Elles se complètent sur tous les points, sauf les mensonges. Ma fille ment, elle est dans cette phase. Mais la petite fille, elle, est une menteuse de second niveau. C’est celle qui amène un ami où il n’a pas le droit pour ensuite crier à l’éducatrice qu’il est allé dans l’interdit par lui-même. C’est celle qui manipule les enfants à coups de mensonges pour avoir ce qu’elle veut et qui rejette ses fautes sur ses amis imaginaires ou sur l’objet le plus près d’elle. Celle qui te fait rouler des yeux chaque fois qu’elle te raconte une « vraie » histoire. Vous voyez le genre?

Mon enfant trouvait sûrement son amie ingénieuse et commence de plus en plus à mentir pour absolument rien. C’est à ce moment que j’ai compris que sa première meilleure amie était aussi pour moi la première amie qui ne me plaisait pas. Pour une fois, je comprenais mes parents qui n’appréciaient pas toujours mes choix d’amis et qui se croisaient les doigts pour que ce soit seulement une passe. Je suis rendue à ce moment : celui de comprendre mes parents et leur désaccord avec certains de mes choix. J’espère que ce sera juste une passe…

Valérie Legault

 

Je suis une éducatrice

Je suis une éducatrice. À travers les années qui ont fil

Je suis une éducatrice. À travers les années qui ont filé plus vite que les étoiles filantes, j’ai croisé le chemin de centaines d’enfants… J’ai été passionnée et motivée, plus souvent qu’à mon tour. Je suis celle qui déborde d’énergie, qui a des idées plein la tête et des projets toujours aussi créatifs. Ces enfants, tous ceux que j’ai croisés, ont marqué mon cœur d’une façon ou d’une autre.

J’ai été celle à qui on confie les groupes plus difficiles et les enfants plus turbulents. J’ai été celle à qui on a répété : « Mais comment tu fais avec celui-là? » C’est si simple… Pour moi, un enfant est un livre rempli de pages blanches. C’est à nous, adultes responsables et aimants, de lui montrer comment écrire son histoire. Un enfant qui a eu un départ difficile dans la vie ou qui a fait de mauvais choix ne doit surtout pas cesser d’écrire son histoire. Le livre de sa vie sera plein de rebondissements et il est toujours temps d’en changer le dénouement.

J’ai rencontré des enfants attachants, des enfants pour qui j’ai eu des coups de foudre. Ceux-là m’ont marquée au fer et dans mon cœur, le temps s’arrête quand je pense à eux. Rose a encore trois ans et me tient la main dans la cour du CPE… Zyad arbore toujours son sourire vainqueur quand je le maquille… Alice a encore 18 mois et me saute dans les bras quand sa maman part… Dans mon cœur, ces souvenirs sont impérissables et j’ai peine à croire que les années ont passé…

J’ai travaillé dans tous les types de milieux et j’en ai vu de toutes les couleurs. J’ai fait des projets impensables avec des enfants de 9-10 ans et j’en ai bercé des bébés. Je pense que je me souviens de l’odeur de chaque bébé que j’ai bécoté dans le cou…

J’ai tourné aujourd’hui une page importante de ma carrière. Mais je n’oublie pas. Je n’oublierai jamais vos enfants. Et à vous, chers parents, je dois vous dire merci. Merci de m’avoir permis d’aimer vos enfants. Merci de m’avoir confié ce que vous avez de plus cher. Merci pour votre confiance, jour après jour. Merci.

Et à mes chers enfants… aux vôtres en réalité… Merci mille fois. Merci Hubert de me regarder avec tant d’amour et d’admiration. Merci Violette pour tes mille câlins volés dans une journée. Merci Elliot de m’avoir appris le nom de chacun des dinosaures. Merci Leila de t’être ouverte et épanouie à mes côtés. Merci Edouard de m’avoir permis de te regarder grandir. Merci Florence pour ta vivacité d’esprit. Merci Lily de m’avoir offert tes premiers pas. Merci d’avoir fait de moi l’éducatrice passionnée que je suis. Merci de m’avoir donné le droit de vous aimer, pour de vrai.

J’ai eu une chance inouïe de voir s’épanouir ces enfants, ces frères, ces sœurs et ces familles. Et oui, notre travail est parfois ingrat, parce que ces petites âmes peuvent nous oublier avec le temps… Mais j’espère encore me rappeler de tous ces visages. Et si ma mémoire faillit, je sais que j’ai reçu assez d’amour pour toute une vie.

L’éducatrice de vos enfants se dévoue pour eux. Demain matin, prenez-la dans vos bras. Donnez-lui une autre dose d’amour, pour l’aider à se rappeler toute sa vie…

Joanie Fournier

 

Mon éducatrice à moi

Je m’appelle Leïla et j’ai un an et demi. Hier, j’ai entendu

Je m’appelle Leïla et j’ai un an et demi. Hier, j’ai entendu de grandes personnes discuter et ça m’a rendue triste. Tu sais ce qu’ils disaient? Ils disaient qu’être éducatrice, ce n’est pas un travail. Le monsieur dans la télé disait que les éducatrices se battaient pour leurs conditions de travail. Je ne sais pas trop ce que ça veut dire, mais ça avait l’air sérieux. Il y a eu une grande discussion entre mes parents et leurs invités. Papa et maman leur expliquaient le travail de mon éducatrice, mais les autres disaient que ce n’est pas un travail, être éducatrice, qu’elles ne font que jouer à la journée longue.

Je ne parle pas beaucoup, mais j’aurais aimé pouvoir leur dire tout ce que mon éducatrice Mélanie fait pour moi.

Juste hier, un des amis du groupe est arrivé avec des bobettes. Wow! Mélanie lui a dit qu’elle était fière de lui. Il a fait pipi par terre et Mélanie n’était même pas fâchée. Elle lui a dit que c’était un accident, elle a ramassé le dégât, changé les vêtements de mon ami. Pendant ce temps, nous (les autres amis du groupe) on a fait un peu de niaiseries. Plus tard, mon ami a réussi à faire son caca dans le pot. Mélanie était tellement contente, elle tapait des mains, dansait, disait « Bravo! Bravo! » Je ne comprends pas trop pourquoi, elle ne fait pas ça quand je le fais dans ma couche, mais ça m’a donné le goût d’essayer. Mélanie a bien voulu. Elle m’a assisse sur le pot. Je n’ai pas réussi, mais elle m’a dit que ce n’était pas grave, que je pourrais réessayer plus tard si j’en avais envie.

Gabriel et Madyson ne s’entendaient pas bien aujourd’hui. Mélanie a dû les aider plusieurs fois à résoudre leurs conflits (comme elle dit). Elle les aidait à trouver les bons mots au lieu de se taper et de se mordre. Elle nous le répète souvent. Et tu sais quoi? On s’en vient vraiment bons. On utilise de beaux mots et je vois dans les yeux de Mélanie qu’elle est fière des amis.

Mélanie, elle chante tout le temps et nous explique tout. Elle parle sans arrêt. Et moi, j’apprends plein de nouveaux mots dans ce temps-là, sans même m’en rendre compte.

Hier, maman a dit à Mélanie qu’elle était fière de moi parce que j’arrive à m’habiller seule pour partir et on gagne beaucoup de temps. Les amis et moi, on a travaillé fort pour y arriver. Mélanie a eu chaud, mais elle continuait à nous aider, à nous encourager. Elle a même trouvé des trucs pour que ce soit plus facile. J’aime ça quand elle chatouille mes orteils lorsque j’arrive à sortir le pied de mon pantalon de neige. Je ne m’en rends même pas compte, mais son jeu me pousse à faire des efforts.

Au dîner, je trouve ça difficile parce que j’oublie souvent d’utiliser ma cuillère pour manger. Je prends mes mains. Mélanie nous répète souvent de manger avec notre cuillère. On essaie et on met de la nourriture partout. Des fois, Mélanie dit que le plancher mange plus que nous et ça nous fait bien rire. Ça en fait du dégât à ramasser.

Oui, c’est vrai, on joue. On joue beaucoup même. Mais Mélanie, elle est hot parce que je joue, mais j’apprends. J’apprends à partager, à tenir un crayon, à découper, j’apprends à réfléchir, à m’exprimer, j’apprends à attendre mon tour, j’apprends à dire « s’il vous plaît », « merci » et « est-ce que je peux? » J’apprends à m’excuser lorsque je fais mal à un ami. J’apprends à tousser dans mon coude. Mélanie nous apprend même à nous moucher et c’est vraiment difficile. J’apprends tellement et Mélanie me valorise beaucoup, me soutient quand c’est vraiment trop difficile pour moi.

Elle prend soin de moi quand je suis malade. Parfois, elle appelle papa ou maman au travail parce que c’est mieux pour moi d’être à la maison. Je l’aime beaucoup, Mélanie, mais quand je suis très malade, c’est avec maman et papa que j’ai envie d’être.

Elle me console lorsque j’ai du chagrin, elle m’aide à mettre des mots sur mes sentiments. Elle me respecte et respecte mes choix, même si des fois, c’est vraiment long avant que je réussisse à mettre mon soulier toute seule. Mais tu sais, à dix-huit mois, j’y tiens vraiment, vraiment beaucoup.

Moi, je grandis. J’essaie de nouveaux trucs que je réussis et je suis fière de moi. J’aime voir la fierté dans les yeux de Mélanie.

Mélanie, elle m’offre l’environnement idéal pour faire tout ça et elle m’offre une routine qui me sécurise. Elle m’accueille tous les matins avec un grand sourire et un câlin lorsque c’est plus difficile pour moi de dire « bye » à papa et maman.

Derrière chaque activité, chaque jeu, chaque routine, se cache un but et Mélanie a pris le temps d’élaborer ça juste pour mes amis et moi. Toi, tu as peut-être l’impression que Mélanie fait juste jouer, alors tu n’as pas compris que moi, j’apprends en jouant.

Si je pouvais parler plus comme vous, les grands… c’est ça que je te dirais. Tu comprendrais peut-être mieux tout ce que fait mon éducatrice à moi.

Je l’aime Mélanie et du haut de mes 18 mois, j’apprécie tellement ce qu’elle fait pour les amis et moi!

Mélanie, elle est éducatrice et elle me dit souvent qu’elle fait le plus beau métier du monde!

Mélanie Paradis