Tag service de garde

L’éducatrice – Texte : Claudie Castonguay

Un éducateur ou une éducatrice passe presque plus de temps avec nos enfants dans une semaine que n

Un éducateur ou une éducatrice passe presque plus de temps avec nos enfants dans une semaine que nous-mêmes. Cette personne les nourrit, les cajole, les amuse, les éduque.

Dans notre cas, elle est arrivée dans nos vies comme une étoile filante. Je ne serais pas la maman que je suis sans elle. D’une joie de vivre contagieuse, d’une compassion inestimable, elle a su diminuer l’anxiété de mon quotidien. Au-delà de ça, elle nous a épaulés, écoutés, mais surtout respectés.

Merci à toi qui as compris nos besoins et ceux de nos enfants. Tu nous as laissés rentrer dans ton quotidien, ta maison jour après jour. Tu m’as accueillie en larmes, en joie, tu as partagé nos beaux et nos mauvais moments.

Tu es entrée dans nos vies depuis maintenant près de onze ans ! C’est une chance grandiose que mes enfants ont de t’avoir dans leur vie.

MERCI !

 

Claudie Castonguay

Les anges gardiens de nos anges gardiens

On parle souvent des anges gardiens, ceux qui font en sorte que les

On parle souvent des anges gardiens, ceux qui font en sorte que les malades sont accompagnés.

Les infirmières, les médecins, les ambulanciers.

N’oublions pas les travailleurs des services d’urgence, pompiers et policiers. Grâce à vous, nous sommes en sécurité.

On parle aussi souvent de ceux qui travaillent dans les services essentiels et qui nous permettent de continuer d’avoir un semblant de vie normale. Bravo à vous tous qui travaillez dans les épiceries, pharmacies, quincailleries, etc. !

On parle de ceux qui effacent toutes traces de ce virus mortel… les gens du service de nettoyage. Parce que vous aussi, vous êtes importants.

Mais qui parle de nos éducatrices et de nos éducateurs qui passent leurs journées avec les enfants des gens qui, eux, travaillent dans les services essentiels ?

Aujourd’hui, j’ai envie de vous lever mon chapeau. J’ai envie de vous dire BRAVO.

Personnellement, j’ai la chance d’avoir mes enfants avec moi à la maison puisque notre travail à mon conjoint et moi n’est pas jugé essentiel.

J’ai parfois l’impression qu’on vous oublie.

La vérité, c’est que je serais incapable de faire votre travail.

Chaque jour de la semaine, vous allez travailler en sachant que vous serez en contact direct avec des enfants dont les parents risquent chaque jour de contracter le coronavirus. C’est pas rien, là ! Vous êtes entourés de jeunes enfants dont les parents travaillent dans les hôpitaux, les pharmacies, les épiceries, etc.

Pensons‑y un instant. On remercie constamment ces gens qui risquent d’avoir la COVID-19 chaque jour, mais vous aussi, vous êtes en contact direct avec des dizaines d’enfants qui ont un point commun : un ou deux parents qui sont à risque élevé d’attraper ce foutu virus.

Bravo parce que vous aussi, vous risquez chaque jour de tomber malades. Vous êtes les anges gardiens de ces enfants et de ces parents qui sont dans des domaines de services essentiels.

Sans vous, je vous confirme que les choses seraient encore plus difficiles.

C’est grâce à vous que des parents peuvent aller travailler avec la tête et le cœur en paix en sachant que leurs enfants sont bien et heureux malgré leur stress pour leur propre santé.

J’ai appris qu’à partir du lundi 6 avril 2020, vous devrez non seulement vous occuper des enfants d’âge préscolaire, mais aussi des enfants d’âge scolaire (jusqu’à 12 ans).

C’est donc dire que vous serez encore plus en contact direct avec des enfants qui risquent d’être infectés. Et vous le ferez, avec un sourire fatigué, avec la peur de tomber malades et de ramener ça chez vous… mais vous le ferez.

C’est sans gants et sans masque que vous cajolerez ces enfants qui s’ennuient de leurs parents qui travaillent fort.

C’est aussi sans gants et sans masque que vous moucherez les petits nez qui coulent. Parce que la distanciation, c’est bien beau d’en parler, mais c’est difficile quand on travaille avec de petits êtres qui ne demandent qu’à jouer et être aimés.

À vous tous et à vous toutes dans les services de garde d’urgence, MERCI !

 

Je suis l’héroïne silencieuse

Ce matin, je bois mon café comme à l’habitude, avant ma journée

Ce matin, je bois mon café comme à l’habitude, avant ma journée de travail. Pourtant, rien n’est normal. Je n’ai pas faim, je suis nerveuse. Ce matin, bizarrement, mes enfants viennent avec moi. Je ne veux pas, je veux les protéger. C’est mon rôle de maman, non?

Pourtant la société a besoin de moi. Pendant que d’autres seront sur la ligne de front, moi je veillerai sur ce qu’ils ont de plus précieux… leurs enfants.

Cette crise de la COVID-19 nous happe de plein fouet. Je comprends que je dois, moi aussi, répondre présente.

Mais je comprends aussi que je prendrai soin des enfants des gens qui ont le plus de risque d’être exposés : médecins, infirmières, infirmiers et autres. Donc mes risques d’être exposée sont élevés.

Mes enfants seront avec moi, car c’est la consigne : je dois me rendre au travail avec elles. Tu me diras que mon conjoint a seulement à rester à la maison. Mais à la fin de ma journée, je vais où?

Pour le moment, nous ne savons pas où cette crise nous mènera. Mon travail sera d’expliquer l’importance du lavage des mains à mes petits. On le fera en jouant, parce que tout ça doit rester un jeu pour eux.

Nous sommes les grands, c’est à nous d’avoir peur. Tu sais, nous serons le papa dans La Vita è bella. Parce que c’est un peu une lutte contre la guerre tout ça. Un combat contre un être microscopique, mais un combat tout de même.

Alors je te demande, s’il te plaît, à toi, de respecter les consignes du gouvernement. Tu les connais, je ne les répéterais pas.

Fais‑le pour ceux et celles qui sont sur la ligne de front.

Fais‑le pour nous, les héroïnes silencieuses… les éducatrices.

Mélanie Paradis

 

L’habit ne fait pas l’éducatrice

Tous les matins où tu te diriges vers ton boulot et que tu guides t

Tous les matins où tu te diriges vers ton boulot et que tu guides ta progéniture vers un service de garde, il y a une éducatrice à la porte pour vous accueillir.

Toujours présente, elle est revêtue de ses plus beaux habits. Un sourire chaleureux et invitant fait office de mot de bienvenue. Elle vous offre, probablement, votre premier contact de la journée avec l’extérieur. Elle se fait rassurante auprès de votre enfant par ses gestes tendres guidés vers lui.

Outre les sourires, les mots rigolos convaincants que la journée sera « hot » et le fait de se pencher à sa hauteur, il y a tout un attirail vestimentaire que vous ignorez.

Jetons‑y un petit coup d’œil…

La tenue vestimentaire personnelle de votre éducatrice relève d’une certaine logistique. Vous concéderez que les éducatrices n’ont pas toutes l’air de sortir d’un défilé de mode à 7 h le matin. Ben non… il y a, outre une éthique (car nous sommes des professionnelles de la petite enfance, tout de même), des points importants à ne JAMAIS négliger lorsque vient le temps de choisir notre garde-robe de travail.

Le CONFORT est une nécessité absolue ! Au nombre de fois où nous devons nous accroupir au courant de la journée pour lacer des chaussures, ranger des jeux, soulever un petit être en pleurs, servir et desservir la table aux repas et aux collations (sur des tables ergonomiquement non pensées pour le dos des éducatrices), et j’en passe TELLEMENT ! Bref, vous voyez l’image !

Le tissu doit être DURABLE ! Surtout aux genoux. Je n’ai jamais autant usé mes vêtements à la hauteur des genoux depuis que je suis éducatrice.

Surtout, les tissus doivent être LAVABLES. Un câlin réconfortant en période de rhume équivaut à (excusez, les âmes sensibles) à des petites traces au niveau des cuisses provenant des tout-petits qui nous enlacent le califourchon ou les creux des épaules lorsque l’on permet à une petite tête de se reposer dans nos bras. Pas étonnant qu’aussitôt franchi le seuil de nos maisons, nos vêtements se retrouvent illico au panier de lavage. C’est sans compter les petits régurgits des poupons après les boires. Et… ça aussi, en pleine période de… oups, beurk ! gastro.

Au tour de la coiffure maintenant. Si au matin, la tignasse était lisse et défaite, pas surprenant de voir au poignet un « chouchou » ou un élastique pour ramasser le tout en chignon « home made » au courant de la journée. De jolis cheveux lousses sont parfois une arme redoutable pour un bambin en crise. Même le chignon finit sa journée en genre plus que « naturellement » défait. Paraît que c’est beau, une fille au naturel.

Des souliers de course ou aux semelles plus que confos soutiennent ces êtres toute la journée. On s’active, on marche sans cesse, passant des activités rigolotes au service aux tables. La semelle ne doit certes pas « couiner » ou encore être un talon qui réveillera les enfants à l’heure de la sieste. Ils ont droit au sommeil récupérateur et nous avons droit à ce moment de souffler un peu.

Vous remarquerez qu’elles sont souvent vêtues « en oignon ». De multiples épaisseurs pour être confortable tout au long de la journée. Selon l’activité en cours, il fait parfois chaud dans les locaux, et lorsque cela se calme un peu dans la dynamique, on se réchauffe sous une veste ou un pull.

Lorsqu’une éducatrice est accroupie, rien de mieux qu’un t-shirt long ou un pantalon taille haute vous empêchant d’avoir une vue sur… vous saisissez là aussi… notre plus bas que le bas de notre dos. Bon, parce qu’on approche de là, parlons des sous-vêtements… Ça, ça reste personnel quand même ! Mais bon, j’ose espérer que c’est confortable.

Et il y a la tenue extérieure. Faut suivre les saisons tout de même !

L’hiver, des mitaines chaudes et qui s’enlèvent aussi rapidement que l’on remet celles des enfants qui se sont permis de les enlever à -30 degrés. Des bottes chaudes, très chaudes. (Elles sont rarement esthétiques, mais des orteils gelés non plus, ce n’est pas esthétique !) La salopette, le manteau qui couvre bien, la tuque et le foulard. On est difficilement reconnaissable dans une aire de jeux, mais bon, faut ce qu’il faut pour rester au chaud !

L’été, on tente de ne pas suffoquer sous la chaleur tout en restant présentable. (On est consciente qu’il n’y a pas que les mamans qui viennent reconduire et chercher les enfants !) On sent la crème solaire (notre parfum quotidien) et, oui, nous arborons un teint basané. Qui dit été, dit enfants qui jouent dehors ! Le bonheur que nous avons tout de même de pouvoir profiter de cette belle saison et de s’énergiser pour les jours de grisailles !

Et si un jour, vous croisez par hasard des éducatrices en dehors de leur profession, pas étonnant que vous ne les reconnaissiez pas au premier regard. À l’extérieur de leur profession, elles ont une vie trépidante au goût du jour ! L’habit ne fait pas l’éducatrice !

Mylène Groleau

10 raisons pour lesquelles mes enfants n’iront pas dans une maternelle 4 ans

Certains diront que j’ai été éducatrice pendant dix ans et que

Certains diront que j’ai été éducatrice pendant dix ans et que je prêche pour ma paroisse. D’autres diront que j’enseigne en Techniques d’éducation à l’enfance et que je défends les éducatrices. Le fait est que je maîtrise assez bien le sujet et que, certes, mon opinion est faite. Mais je n’écris pas ce texte en tant qu’éducatrice, je l’écris en tant que maman.

Et je précise que si toi, comme parent, tu as fait le choix d’inscrire ton enfant à la maternelle 4 ans, je ne te juge aucunement. Chaque parent prend la meilleure décision pour son propre enfant.

De plus, afin d’alléger le texte, je dirai « CPE » pour illustrer tous les types de services de garde éducatifs, qu’il soit en installation ou en milieu familial. Donc, je vous ouvre mon cœur et je vous explique pourquoi je n’inscrirai jamais mes enfants dans une maternelle 4 ans.

1) « L’enfant apprend par le jeu. » : Il est tout à fait normal, en tant que parent, de ne pas connaître par cœur le programme éducatif en petite enfance proposé par le ministère. Ce qu’il faut en retenir, ce sont cinq grands principes de base. L’un d’eux dit : « L’enfant apprend par le jeu. ». L’enfant, pour pouvoir apprendre réellement, a besoin de jouer, tout simplement. De jouer librement, avec les jeux qu’il choisit et accompagné par une éducatrice qui sait comment soutenir l’enfant dans son jeu. Et c’est en CPE que le jeu de mon enfant sera le mieux stimulé. Pas dans une classe.

2) Apprendre ses lettres et ses chiffres : J’entends tellement de parents me dire qu’ils sont fiers que leur enfant de 4 ans connaisse ses lettres/chiffres/formes/couleurs… Et oui, la maternelle 4 ans va apprendre cela à vos enfants. Mais l’éducatrice en CPE sait que ces apprentissages‑là, ils ne font partie que du développement cognitif de l’enfant. Et qu’en est‑il des quatre autres sphères de son développement ? En CPE, l’éducatrice va stimuler son développement cognitif, certes, mais également son développement moral, social, affectif, moteur, langagier… Je veux que mon enfant soit stimulé dans toutes les sphères de son développement, et pas seulement au niveau cognitif. En CPE, il apprend à s’aimer, à respecter les autres, à prononcer les mots, à demander de l’aide, à être autonome, à agir en société et j’en passe !

3) Être prêt pour l’école : La mission des CPE est de favoriser la réussite éducative des enfants. Cela veut dire que l’éducatrice a pour devoir de s’assurer que l’enfant aime apprendre. Cela veut aussi dire que si elle le bourre d’apprentissages scolaires trop tôt, il aura déjà une écœurantite aigüe avant même sa première année scolaire. Et je veux que mon enfant aime l’école.

4) Le lien affectif : L’un des principes fondamentaux en éducation, c’est que l’enfant doit être vraiment et sincèrement attaché à l’adulte pour pouvoir apprendre avec lui. En le changeant de garderie, en le changeant d’école, en le changeant d’éducatrice, je ne l’aide pas du tout. Parce que le temps qu’il passera à recréer une relation avec une nouvelle enseignante, il aurait pu le passer à apprendre avec une éducatrice passionnée qu’il aime déjà…

5) Le ratio : Peu importe l’école, l’enseignante doit s’occuper d’un plus grand nombre d’enfants de 4 ans à l’école que l’éducatrice en CPE. Mon enfant est en milieu familial, où l’éducatrice a tout son temps pour le stimuler et jouer avec lui, personnellement. Elle le connaît par cœur, elle connaît ses forces et ses faiblesses et sait comment intervenir avec lui. Elle a beaucoup plus de temps pour l’accompagner et l’aider à relever ses petits défis.

6) Le multiâge : À l’école, quoi que fasse mon enfant, il sera toujours dans les plus jeunes. Il a 4 ans. Tous les autres élèves de l’école sont plus grands que lui. Dans sa classe, il n’y a que des enfants de son âge avec lesquels se comparer. Il apprendra alors la compétition et l’anxiété de la performance. En CPE, il voit aussi des plus petits. Dans la cour dehors, il aide un plus jeune à se relever. Il aide un plus petit à apprendre ses couleurs. Il console un bébé qui pleure. Il apprend à s’occuper des autres et à les aider, peu importe leurs difficultés. En CPE, il apprend l’empathie et le respect du rythme d’apprentissage de chacun.

7) L’obligation sociale : Saviez-vous que la maternelle 5 ans n’est même pas obligatoire au Québec ? La majorité des parents l’ignorent et pensent que c’est un passage obligé. Mais non ! La maternelle 5 ans a été créée pour aider les enfants qui n’avaient aucune expérience en garderie à s’intégrer avec les autres. Et le gouvernement veut développer les maternelles 4 ans dans le même but… Le problème, c’est que les parents pensent ensuite à tort qu’il s’agit d’une expérience obligatoire pour leurs enfants, même s’ils ont déjà tout ce qu’il leur faut en CPE…

8) Le dépistage : On vous a fait croire que la maternelle 4 ans permettrait de dépister plus tôt les problèmes de développement des enfants. Encore un mensonge, parce que l’enseignante n’est pas outillée et formée suffisamment pour les enfants de moins de 6 ans et que les spécialistes manquent à l’appel ! Alors que l’éducatrice en CPE a été formée à observer et dépister ces problèmes depuis des années. Elle est encore à ce jour la mieux placée et la mieux formée pour le faire auprès des enfants de 0 à 5 ans.

9) Le Québec et ailleurs : J’entends beaucoup de parents dire : « Mais en France (insérez ici le pays que vous voulez), la maternelle commence à 3 ans ! » C’est vrai. Mais avez-vous visité l’une de ces maternelles ? Si oui, vous savez que c’est un local avec des coins de jeux dans lesquels les enfants s’amusent souvent sans contrainte. Ici, on appelle ça un CPE. C’est uniquement l’appellation qui diffère, mais les autres pays ne scolarisent pas leurs enfants de 4 ans dans des classes !

10) Les besoins de l’enfant : Un enfant de 4 ans a besoin de prendre son temps pour manger, en discutant avec ses amis, dans une ambiance conviviale. À l’école, il doit se dépêcher et le faire en silence. Un enfant de 4 ans a encore besoin de faire la sieste, pas un repos de 15-20 minutes. L’école ne répond pas à ses besoins de sommeil. Un enfant de 4 ans a besoin de bouger. Mais il n’aura pas la place pour le faire en classe. Plusieurs besoins de l’enfant sont comblés en CPE et ils ne le seront plus à la maternelle 4 ans.

Je le répète, vous avez tous les droits d’inscrire votre enfant dans une maternelle 4 ans. Si vous n’avez jamais envoyé votre enfant en CPE, ce sera peut-être sa seule chance de socialiser. Mais personnellement, mon choix est fait. L’enfance, c’est fait pour jouer, pour apprendre en s’amusant, pour chanter, pour avoir des câlins, pour courir et pour rire aux éclats. Nos enfants auront toute la vie pour apprendre les lettres et les chiffres. C’est pourquoi je n’enverrai pas mes enfants en maternelle 4 ans.

Joanie Fournier

 

J’ai trois ans et un travail à temps plein

Un jour, je serai grande et j’irai passer mes journées assise en

Un jour, je serai grande et j’irai passer mes journées assise en classe, devant une enseignante qui me remplira de connaissances et d’habiletés pour pouvoir être indépendante et travaillante. Je choisirai une profession qui me correspondra. Mais avant tout ça, je dois travailler. J’ai trois ans et je travaille à temps plein. En milieu de garde. Déjà. Et parfois, au‑delà des quarante heures. Et ce, sans salaire. Sauf la plus belle des occasions d’apprendre et d’évoluer dans un milieu sain et bénéfique pour mon développement.

Toi, du haut de ton âge, tu penses que je joue à longueur de journée. Pourtant, j’acquiers un tas de connaissances qui me permettent de me développer.

On se lève plutôt tôt. Trop tôt même. Comme c’est toi qui m’amènes au boulot, je dois respecter ton horaire. Déjeuner, m’habiller, faire ma toilette et entendre à répétition « GOOOOOO! Je vais être en retard. » Comme s’il n’y avait que toi qui travailles… Puis, direction le service de garde. Je vais t’avouer qu’il y a des jours où j’aimerais mieux rester au lit. Mais tu me ramènes rapidement à la réalité… sécher mes larmes, faire ma grande de trois ans et accepter que la journée soit longue sans toi. Chacun de notre côté, nous travaillerons. Toi pour gagner des sous et moi, pour un jour en gagner aussi.

Tu n’as pas si tort en disant que je vais jouer. Mais sais-tu que jouer me permet de créer une liaison entre toutes mes sphères de développement? Je combine mes idées, mes intuitions, mes déductions. J’apprends à avoir une opinion, à analyser selon les expériences que je vais vivre tout au long de ma journée. Plus je vais grandir, plus cela va évoluer, se complexifier. Mon jugement et mes capacités d’analyse.

Là, je vais te parler de termes que tu ne connais probablement pas. Il s’agit de mots scientifiques pour exprimer ce que je fais comme travail. Je développe :

Mes habiletés motrices. Apprendre par des jeux à développer mes mains, mes doigts. Un jour, je pourrais bien tenir un crayon et me mettre à écrire sans cesse. C’est important de savoir bien tenir les objets dans ses mains. Savoir les diriger pour exécuter les bonnes actions. Tu sais que ça prend une bonne dextérité pour être chirurgien?

Les habiletés intellectuelles : Apprendre à analyser et à déduire. Me construire une logique. Apprendre à gérer mon temps. Planifier. Ça requiert beaucoup, énormément de pratique. De répétition, d’exécution. Rien de moins pour construire une base en mathématique.

Les habiletés sociales : On ne vient pas au monde avec des habiletés sociales. Je dois les apprendre, pour ainsi communiquer facilement. Je dois d’abord être en mesure de bien parler, faire des demandes, comprendre ce que veut dire « à tour de rôle ». Je pourrai ainsi mieux communiquer, mais aussi interagir avec mes collègues de la garderie et avec vous, chers parents.

Les habiletés langagières : Le langage, ce n’est pas qu’émettre des sons. C’est aussi être en mesure d’entendre, de comprendre pour ensuite être en mesure répondre. Mais pour répondre, je me dois de construire un bon vocabulaire diversifié. Pour cela, je dois entendre de nouveaux mots et les associer pour ensuite les mettre en application.

Les habiletés affectives. Ces habiletés qui vont me permettre de mieux me connaître pour ainsi être capable de bien gérer mes émotions. Connaître mes limites. Reconnaître que je suis bonne et aimée, pour ainsi forger mon estime. Tu sais que si j’ai de bonnes habiletés affectives, j’ai plus de chance de persévérer à l’école et de me rendre loin dans mon cheminement scolaire? Je serai en mesure de mieux gérer le stress, la colère. J’aurai plus d’empathie.

L’adulte ou le plus grand que moi m’aide en m’orientant, mais aussi en me laissant deviner. Il me laisse choisir pour que je puisse déduire par moi-même. Lorsque j’explore, c’est moi qui m’amène à mieux comprendre le monde qui m’entoure et dans lequel j’habite. J’assimile plus rapidement. Je bâtis peu à peu mon estime personnelle. Pour cela, j’ai besoin d’encouragements et de patience. Je sais, je sais, je ne suis pas toujours l’employée du mois, mais bon, j’essaie fort.

J’apprends énormément sur des tas de trucs différents en même temps et parfois, cela me fatigue. Je deviens alors moins patiente. Je sais que cela te demande beaucoup de m’expliquer encore et encore. De nommer le sentiment qui m’habite pour que je puisse comprendre ce qui se passe en moi. À la longue, je finis par tout mélanger. C’est l’expérience qui rentre!

Pour mieux m’aider à être une employée efficace, j’ai grandement besoin de toi. Toi l’adulte. J’ai besoin que tu définisses une routine autour de mes journées. Je vais donc ainsi associer plus rapidement avec celles‑ci l’ordre des choses. Mentalement, mon cerveau va se préparer et je pourrai mieux anticiper ce qui m’arrive. Je sais, pour toi c’est acquis et tu ne vois pas l’importance de bien te sentir là‑dedans, mais moi, ça m’aide à devenir autonome. Et qui dit « autonomie » dit « ça va goaler les matins pressés ».

Et le dodo! Si tu savais, j’en ai tellement besoin!! Tu sais que mon cerveau travaille encore lorsque moi je dors? Tout ce que j’ai enregistré durant la journée, mon cerveau profite de ce petit calme pour tout mettre en place pour que dès demain je puisse m’y référer vitement. Je continue de grandir et tout mon système se réinvente, se refait. Ça m’évite d’attraper des petits microbes, car mon système est plus fort. J’ai déjà essayé, mais, lorsque je suis malade, je ne suis pas efficace au travail.

Sais-tu qu’il est prouvé que passer plus de quarante heures en service de garde peut m’amener à être plus agressive? Un peu comme toi, passé tes quarante heures au boulot, tu le dis souvent à la maison que c’est vraiment éreintant. Je te comprends donc! C’est pour cela que j’attends, moi aussi, les vacances pour décrocher de la routine de mon emploi. J’en ai besoin pour faire un arrêt et ensuite reprendre le boulot en forme, remplie d’une bonne et belle énergie. Pour me soustraire du bruit du service de garde. Il paraît que le bruit en garderie équivaut au bruit en décibels d’un marteau piqueur qui fracasse l’asphalte. C’est difficile d’apprendre et d’assimiler dans autant de bruits.

Merci à vous, papa et maman, de considérer mon temps en milieu de garde comme mon milieu de travail. Là où j’apprends, je grandis et j’évolue. Là où ma paye se mesure à grands billets de laissez-passer pour un avenir meilleur.

Mylène Groleau

 

Les techniciennes en service de garde scolaire

Qui sont ces techniciennes? Celles que nos yeux de parents ne rencon

Qui sont ces techniciennes? Celles que nos yeux de parents ne rencontrent souvent qu’au moment de la facturation.

Elles relèvent tout d’abord de la direction de l’école. Elles dirigent l’équipe du monde éducatif du service de garde scolaire. Elles conçoivent les programmes d’activités et s’assurent de la supervision de ceux-ci avec l’équipe en place. Elles font le lien entre les projets éducatifs de l’école et poursuivent ce cadre à l’intérieur du service de garde. Elles veillent au bien-être général des élèves tout en assurant leur santé et leur sécurité.

Mais, derrière ce titre se cachent des femmes (plus souvent que des hommes là aussi) qui prennent aussi le rôle d’éducatrice. Elles sont trop souvent la figure d’autorité lorsqu’un enfant doit se retirer du groupe et vient faire une petite visite dans le bureau histoire de prendre le temps de réfléchir au geste posé tout en prenant le temps de se calmer. Elles sont bienveillantes et aiment savoir leur petit monde bien en place et tout prêt à jouer son rôle.

Elles sont de véritables magiciennes qui planifient, organisent et choisissent des activités ludiques, stimulantes pour les enfants avec le maigre budget attribué aux services de garde. Elles en font des jongleries avec de moins en moins de budget pour les achats de matériel. Elles supervisent le personnel éducatif qui, lui, est embauché par la commission scolaire. Elles assurent le suivi des paiements du service de garde jusqu’à la direction. Elles ont leur place au sein de l’équipe‑école et siègent aux différentes tables de concertation de l’école le cas échéant.

Elles travaillent pour que le service de garde soit une partie intégrante de l’établissement et une continuité de celui-ci. Elles sont une ressource inébranlable.

Les techniciennes sont ces êtres trop souvent oubliés au sein du service de garde. Elles donnent sans compter et transmettent le meilleur d’elles-mêmes. Dans leurs objectifs à atteindre, le bonheur de tous dans leur rôle attribué restera toujours l’idée maîtresse.

Un milieu où règnent la bonne humeur et la joie de vivre est assurément leur leitmotiv.

Pensez à faire un détour par le bureau de la technicienne et à la remercier de son excellent travail et de son accomplissement au sein de l’école, cela lui donnera la plus belle des appréciations.

Et vous, chers parents et enfants qui fréquentez les milieux de garde scolaire… quelle est votre place? À suivre dans le prochain texte.

Mylène Groleau

 

Le personnel éducatif en service de garde scolaire

 

(Le féminin est utilisé ici, car le personnel éducateur e

 

(Le féminin est utilisé ici, car le personnel éducateur est plus souvent féminin; ceci allège le texte, mais n’efface en rien le rôle masculin.)

Ces éducatrices sont, à mon humble avis, des êtres exceptionnels. Elles sont remplies d’une énergie débordante pour amener même les plus récalcitrants à participer aux activités quand l’envie n’y est pas ou encore quand la nuit écourtée ou la journée trop remplie n’aident en rien. Elles ont un sourire grand comme l’école. Des rires que l’on entend courir dans les corridors. Souvent un timbre de voix plus fort afin que le groupe excité entende bien les directives. Un ton plus ferme, plus stricte pour assurer un certain contrôle, mais avec une voix chaleureuse et réconfortante.

Elles planifient des horaires d’activités pour faire bouger les élèves. Des ateliers de bricolage. Elles soutiennent l’aide aux devoirs. Elles organisent des sorties éducatives. Elles appuient, encouragent, soutiennent les élèves qui en ont besoin. Elles font des suivis.

En fin de journée, elles encaissent le trop-plein d’énergie gardée au fond de certains élèves et finissent par gérer le tout avant l’arrivée des parents.

Et les hommes dans les services de garde scolaire? Ils ont plus que leur place! Le monde scolaire étant rempli de femmes, il est salutaire d’y voir des hommes. Un peu de testostérone comme modèle ne fait pas de tort. Ils ont une limite plus permissive sur certaines choses comparativement aux femmes. Ils explorent d’autres avenues. Ils ont cette présence masculine qui peut devenir significative pour des enfants qui n’en ont pas à la maison.

Il y a des techniciennes en éducation spécialisée qui mettent souvent le chapeau d’éducatrices ou de préposées aux élèves handicapés. Leur chapeau diversifié ne rend toutefois pas toujours hommage à leur profession et il est facile d’oublier ce qu’elles apportent de bénéfique au service de garde et dans l’école. Parfois, elles doivent offrir une planification plus approfondie envers un élève qui en a besoin. Elles travaillent davantage au niveau de la gestion de conflits ou encore inculquent des règles sociales à d’autres.

Il peut y avoir des préposées aux élèves handicapés qui, elles, servent à accompagner un seul enfant pour ses déplacements et qui interviennent en prenant en charge un groupe afin de pallier au ratio puisqu’une éducatrice est en gestion de crise auprès d’un enfant et doit se retirer avec celui‑ci.

C’est assurément un beau mélange de qualités, de qualifications, de compétences et de valeurs qui œuvrent auprès de cette jeunesse. Ensemble, elles forment l’essence même du service de garde. Elles sont comme les couleurs de l’arc‑en‑ciel. Elles composent une unicité et rendent le quotidien des élèves enrichissant, amusant, sécurisant et surtout réconfortant.

Merci à vous, chers membres du service de garde. Vous ajoutez de la couleur dans le quotidien de nos enfants.

Connaissez-vous des perles rares qui accompagnent vos enfants au travers de leur parcours scolaire? Pensez à leur souhaiter une belle semaine et à leur donner une petite tape dans le dos pour saluer leurs efforts et l’accomplissement de leur travail. Cela les aidera à se rendre aux vacances estivales méritées.

Demain, qui sont les techniciennes? Qui gère les services de garde scolaire?

Mylène Groleau

Mon enfant est malade

« Mon enfant est malade ? L’ibuprofène sera mon allié pour q

« Mon enfant est malade ? L’ibuprofène sera mon allié pour qu’il passe au travers de sa journée… »

Je n’ai jamais trop eu à gérer ce type de parent. Heureusement. Ils sont peu à se soustraire à ce rôle lorsque leur enfant requiert le chevet une fois malade. Mais des histoires de la sorte, j’en ai entendu parler. Ce ne sont pas, malheureusement, que des ouï-dire… que des histoires racontées autour d’un feu de camp pour créer l’émoi.

En regardant les petits yeux vitreux de votre enfant ce matin-là, vous vous êtes demandé ce qu’il avait. Il fait de la fièvre. Pas une petite température qui s’élève et qui signifie une petite poussée dentaire ou un petit mal… non… quelque chose qui cloche. Vraiment. Vous vous êtes levé maintes fois cette nuit car il vous réclamait. Il pleurnichait, se retournait dans son lit tout en vous demandant un verre d’eau, puis n’en voulait plus. Vous murmurait entre deux sanglots qu’il n’était pas bien. Il a fini par se rendormir. Vous aussi. La nuit fut courte pour tous. Et là, la fièvre. Aucun autre symptôme qui se pointe. Juste votre fatigue, sa température et ses yeux vitreux.

Vous administrez un peu d’Ibuprofène pour qu’il tienne le coup toute la journée. Qu’il soit « juste » confortable pour passer au travers. Ce soir, après la journée de travail, on regardera ce qu’il a… s’il l’a toujours ! Ce n’est pas le matin que nous avons le temps de relativiser. Il y a le boss qui nous attend, des documents à remettre ou à présenter. Nos suppositions de maladies peuvent bien attendre. Le mal-être de notre enfant attendra. L’ibuprofène servira alors à cela.

Aucune collaboration de notre tout petit pour accélérer le pas. C’est qu’il nous retarde, ce matin ! Avec la courte nuit passée, difficile de rassembler nos esprits pour être à l’heure !

Arrivés au service de garde, on esquive un sourire à l’éducatrice en lui laissant notre petit trésor. Souhaitant qu’elle n’y voie que du feu. Espérant que la bonne humeur de notre enfant revienne à la vue des nombreux jouets qui s’offrent à lui, devant la disponibilité de son éducatrice, devant le bonheur des retrouvailles de ses copains de la journée, devant cette pièce remplie de comptines et de jeux qui l’attendent. Il va s’amuser… pourquoi s’inquiéter davantage.

On retourne à sa voiture. On a caché la mauvaise nuit à l’éducatrice. On a négligemment donné de mauvaises pistes sur la médication offerte pour soulager son état, son mal, ses maux. On pense à notre amour. On se sent coupable de ne pas avoir pris du temps, de ne pas avoir écouté son instinct de parent. On retourne à son travail, à ses préoccupations d’adulte. Notre enfant est entre bonnes mains. Tout ira bien. On jugera de la situation ce soir.

Puis le dîner passe. 15 h arrive. La sieste de votre enfant qui vient de prendre fin. Le téléphone sonne ou le texto arrive, bref, vous aviez fini par oublier. Non pas votre enfant, mais votre nuit et votre matinée désastreuses. L’éducatrice vous le rappelle pourtant. Votre petit ne va pas bien. Et oui, l’effet de l’ibuprofène s’est dissipé. Le décompte est bon. Ça fait huit heures. Et oui déjà. On doit quitter promptement… La journée était bientôt terminée de toute façon. Le temps de boucler les derniers trucs, de passer à la pharmacie ou à l’épicerie (la soirée sera longue, la nuit aussi probablement). Et nous sommes devant l’éducatrice à balbutier des « Ouin… il n’avait pas passé une super bonne nuit… »

Mais, qu’en est-il pour l’éducatrice qui a accueilli votre enfant ce matin-là ?

  • Bon matin à vous deux ! Oupidou ! Tu sembles avoir encore les yeux dans l’oreiller !

(Et oui, elle avait détecté, à ce même moment, qu’il avait passé une mauvaise nuit. Déjà !) Ces petits yeux‑là, elle les connaît. Malgré les couleurs qui changent, ces yeux-là, elle les a vus à maintes reprises, chez plein d’autres enfants. De petits yeux vitreux qui dégagent un « je ne me sens pas au top ! Mais la médication va tout calmer, va tout camoufler ! »  Ce petit rechignement-là aussi, elle le connaît. Cette petite crisette de vous voir partir au boulot tandis qu’il aimerait que vous restiez pour se lover dans vos bras. Elle connaît ça.

Toutefois, l’addition des constatations des deux minutes d’observations dans le cadrage de porte lui rappelle qu’elle devra être là pour votre enfant aujourd’hui. Qu’il en aura besoin. Que son expérience, sa patience, sa douceur lui seront salutaires. Elle préviendra les copains d’être conciliant avec votre enfant. Elle lui permettra de se retrouver seul, en jeu calme. Elle ne le forcera pas à se joindre aux amis lors des activités de groupe. Beaucoup trop bruyantes et énergisantes pour ce petit corps qui tient à peine le coup. Elle n’insistera pas pour qu’il avale « encore une bouchée pour être fort et grand ». Elle préparera son matelas en premier pour qu’il puisse enfin s’y retrouver. Elle s’assurera qu’il est bien, qu’il est confortable, qu’il est tranquille. Elle veillera sur lui. Votre enfant, elle le connaît aussi. Elle s’inquiète pour lui, comme vous.

Sa disponibilité envers votre trésor l’empêchera toutefois d’être aussi présente auprès les autres enfants. Cela l’obligera à revoir l’horaire de sa journée pour que votre trésor puisse bénéficier du meilleur d’elle. Le soir venu, elle passera à la désinfection en grande pompe pour éviter la contagion. Elle sait que les journées à venir seront des répétitions d’aujourd’hui. Tous y passeront assurément et elle aussi. Mais elle sera toujours au poste ! Toujours disponible ! Malgré le fait qu’elle aura puisé dans son énergie pour soutenir toute la marmaille avant que ce soit elle qui finisse par attraper le virus. À court d’énergie. Elle sera là !

Votre enfant a réussi à passer au travers, somme toute de façon relativement simple. Vous avez gagné à la loterie de ceux qui se relèvent facilement des microbes. Un vrai David contre Goliath ! Mais qu’en est-il pour son copain de jeux ? De la maman enceinte qui utilise le service de garde et qui ne peut prendre de médicaments pour soulager adéquatement ses maux ? Qu’en est-il de celui dont la santé est si fragile et pour qui chaque virus vire au cauchemar, l’obligeant à visiter l’hôpital presque à chaque fois ? Qu’en est-il de l’éducatrice qui devra peut-être prendre congé et se faire remplacer ou fermer le service de garde s’il s’agit d’un milieu familial ?

Quand vous agissez pour rendre « juste » confortable l’état de votre enfant pour qu’il soit en mesure de passer au travers de sa journée, votre envie de rendre confortable sa journée ne vous dit-elle pas qu’il serait mieux à la maison ? Vous endormez les maux, mais malheureusement, pas le processus de contamination. C’est important de prendre le temps de se poser des questions. Après la mauvaise nuit et avant de quitter pour le travail, le milieu de garde n’est malheureusement pas votre plan B comme celui exigé dans le contrat de service de garde.

Vous avez confiance en l’éducatrice de votre enfant. Vous l’avez choisie. Sa pédagogie, son environnement répondent en tous points aux valeurs que vous voulez transmettre à votre enfant. Pourtant, lorsqu’elle vous dit que votre enfant peine à suivre le groupe… dans ce moment-là, il importe aussi de lui faire confiance. Elle veille sur votre petit trésor comme sur la prunelle de ses yeux. Ces yeux-là, bienveillants, vous les connaissez pourtant. Vous espérez tellement de cette personne. Faites-lui confiance.

Il importe donc de toujours se poser la question à savoir si l’état de son enfant porte atteinte au reste du groupe qu’il côtoie et surtout… si un autre enfant était dans le même état que le sien et se retrouvait au service de garde… comment nous sentirions‑nous ?

Mylène Groleau

La semaine des services de garde

Cette semaine, à l’école de ma fille comme dans beaucoup d’aut

Cette semaine, à l’école de ma fille comme dans beaucoup d’autres écoles à travers le Québec, on soulignait la semaine des services de garde en milieu scolaire. Cette semaine avait pour but d’exprimer toute notre gratitude pour nos éducateurs, éducatrices qui jouent un rôle important dans l’éducation de nos enfants. Pour se faire, à l’école de ma fille, il y a une grande variété d’activités tout au long de la semaine.

J’appartiens à la génération où les mères ne travaillaient pas nécessairement, et celles qui travaillaient, laissaient leurs enfants à celles qui ne travaillaient pas pour le 3 @ 5 après l’école. Je n’ai donc jamais eu à fréquenter un service de garde et je crois qu’il n’y en avait pas à mon école.

Aujourd’hui, lorsque tu inscris ton enfant à l’école, tu inscris aussi ton enfant au service de garde. L’un ne va pas sans l’autre ou presque. Nos éducatrices, éducatrices sont donc une partie intégrante de notre système d’éducation, qu’on le veuille ou non.

C’est drôle en fait, car on souligne le travail des éducateurs et éducatrices, mais dans les faits, ce sont eux qui organisent un paquet d’activités pour nos enfants. Des dîners pique‑niques tous les midis, des collations spéciales, un spectacle de magie, une visite à la crèmerie, un party dans la cour d’école, un dîner pizza et j’en passe. Cette semaine est bénéfique pour nos enfants qui commencent à être pas mal fatigués par la routine de l’école et des devoirs.

Sur le plan de la logistique des lunchs, ça aide à faire sortir la culpabilité de ne faire que des lunchs froids pour la semaine, comme demandé. J’avoue, j’essaie tant bien que mal d’offrir un certain niveau de variété à ma fille, mais là, cette semaine, exit la culpabilité, le service de garde DEMANDE des lunchs froids. Je dois dire que je suis privilégiée à l’école de ma fille, car les enfants ont accès à des micro-ondes en quantité suffisante, et ce, sans frais d’utilisation.

Aussi, j’ai l’immense libération d’avoir un congé de lunchs vendredi midi, car c’est un midi pizza! Hourra! Pas de lunch à faire… Et sans compter que certaines après-midi, il ne faut pas aller les chercher avant 16 h 30. Ah! Comme le trafic peut presque sembler relaxant…

Pour tout votre dévouement, chers éducateurs, éducatrices, profitez bien de votre semaine. Vous servez de modèles à nos enfants, et ce, à tous les jours. Vous avez une influence plus que positive sur le développement de nos enfants et vous êtes toujours à l’écoute pour calmer nos angoisses de parents.

De manière plus personnelle, une grosse main d’applaudissement au service de garde de l’école la Majuscule, en banlieue est de Montréal qui s’occupent de nos enfants, y compris de la mienne, de manière exemplaire.

Evelyne Blanchette

 

La première contravention

Mon grand bonhomme de six ans, si sage et si serviable, vit des mome

Mon grand bonhomme de six ans, si sage et si serviable, vit des moments difficiles depuis quelques mois. L’absence de papa y est pour quelque chose, certes, mais c’est un facteur parmi d’autres.

Depuis deux semaines, nous vivons une accalmie à la maison. Il accepte le reflet que je fais de ces émotions en les nommant, en les relativisant : « Tu sais, tu n’es pas seul à te sentir stressé quand c’est le temps de quitter la maison. Tu as hâte de jouer avec tes cousins, mais tu as aussi peur de t’ennuyer de ton lit et de tes jouets. Est-ce que je me trompe? » Sur le coup, ces paroles ont émietté sa tension corporelle et lui ont fait prendre conscience que se venger sur toute la famille ne faisait pas baisser sa propre anxiété, au contraire. Une heure plus tard, en voiture : « Maman, c’est vrai, quand on quitte la maison, je me sens nerveux, j’ai peur de ne pas revenir. »

Donc, à la maison, nous vivons de belles victoires. Les insultes qui sortaient de sa bouche d’abord par défi de l’autorité et par colère, puis par réflexe, sont remplacées par une retenue mature. On voit bien que des mots pas fins tentent de franchir ses lèvres, mais on voit aussi que son cerveau et son corps travaillent fort pour les retenir. C’est plus facile de trouver des solutions et des compromis ensemble quand le presto n’a pas encore sauté.

Mais à l’école et au service de garde, les choses se dégradent. À chaque début d’année scolaire, je demande aux enseignants de me tenir au courant de tout comportement inhabituel chez mes enfants. Pas parce que je suis control-freak. Simplement parce que je connais mes enfants. Ils sont intenses. Ils sont hypersensibles. Un changement qui laisserait les autres enfants indifférents peut les bouleverser et les mener à une panique intérieure destructrice. Alors même si mon garçon a toujours été ultra-zen, la communication avait déjà été établie avec l’école. En prévention.

Pendant plusieurs semaines, les comportements dérangeants n’apparaissaient qu’à la maison. C’est ce que j’avais vécu avec mes filles. Des anges à l’école, des modèles de réussite et d’adaptation, mais des boules de larmes et de cris à la maison. Ce qui a souvent amené les médecins et les psychologues à diminuer l’urgence de la situation. Mais pour fiston, c’est différent. Au premier rendez-vous chez le travailleur social, une crise de plus d’une heure. Tellement éreintante que je m’en suis fait une entorse au genou.

À l’école, même absence de filtre depuis quelque temps. Ça a commencé par des siestes plus agitées, des refus de collaborer, le rejet de consignes simples. « C’est le temps de ranger ton jouet » amenait un bocage, des grimaces, un rire baveux. La journée où il s’est fait mettre à la porte de son cours de magie, je me suis dit que ça devenait plus sérieux. Lui qui adore cette activité, il devait avoir un besoin non comblé pour « choisir » une heure chez la T. E.S. à la place. Chaque fois, l’école m’a prévenue. Chaque fois, j’ai approuvé leurs interventions et garanti ma pleine collaboration. Chaque fois, je suis revenue sur la situation avec mon fils.

Quand c’était mon tour d’avertir l’enseignante de ce qui dégénérait à la maison, elle répondait rapidement avec un plan de match. Des interventions centrées sur la pédagogie positive et la constance. Team work! Malgré tout, les comportements dérangeants sont devenus plus fréquents, plus intenses et aussi plus longs à régler. Jusqu’à hier.

Je roulais en direction de l’école. Il pleuvait des cordes. Mon cellulaire a sonné dans ma poche. Le numéro du service de garde. Quand ils appellent à 16 h 12, ce n’est jamais bon signe. Je me suis rendue sur place en me doutant de ce qui m’attendait : un papier en trois exemplaires blanc-jaune-vert rapportant un manquement majeur. La directrice du service de garde m’a expliqué la situation de la journée : après plusieurs avertissements, Tiloup s’était enfui au deuxième étage de l’école et s’était caché, forçant le personnel à se séparer pour le trouver.

La pauvre directrice a passé quinze minutes à m’expliquer le comment du pourquoi de la démarche. « On ne veut surtout pas que vous soyez aigrie envers l’école, madame. C’est une procédure normale dans ce genre de situation. C’est la sécurité des enfants qui est en cause. On sait bien que votre garçon n’est pas méchant. On travaille fort avec lui pour améliorer ses comportements. En signant un manquement, on s’assure de garder des traces de nos démarches. Vous savez… si jamais on doit demander plus de ressources… »

Elle était mal à l’aise, alors que c’est mon garçon qui aurait dû l’être. Lui, il voulait juste partir au plus vite et roulait allègrement les yeux pour le faire sentir. J’imagine que ça arrive souvent au personnel scolaire de se faire reprocher le pire par les parents. Parfois, les parents ont raison, parfois ils ont tort. Mais clairement, cette fois-ci, l’officialisation du manquement était justifiée.

Je me suis alors rappelé la première contravention qu’un policier m’a remise. Je voyais le policier s’approcher dans mon rétroviseur. Je savais bien pourquoi il avait actionné ses gyrophares. Je savais que je méritais de payer pour mon erreur, en argent et en points d’inaptitude. Je n’ai pas contesté. J’ai une contravention aux cinq ans, jamais rien de majeur. Un rappel occasionnel que les règles existent pour tous et pour le bien de tous. Une conséquence qui n’empêche pas de refaire la même erreur (pas comme si j’avais perdu mon permis ou que j’avais été emprisonnée), mais qui pose la limite et qui encourage à faire de meilleurs choix.

Je ne suis pas convaincue que mon fils est vraiment conscient de ce que représente le papier avec lequel je suis revenue tristounette à la maison et dont une copie restera dans son dossier scolaire. Mais j’espère qu’avec la poursuite de nos interventions combinées (et le retour de son papa), il retournera sur la bonne voie. Et y restera. La plupart du temps.

Nathalie Courcy