Tag parent

Tenir bon – Texte: Roxane Larocque

Vous avez un parent dans votre entourage pour qui <span style

Vous avez un parent dans votre entourage pour qui ça ne va pas trop ces temps-ci? Un parent qui donne tout ce qu’il peut à ses enfants et son partenaire, mais qui n’arrive pas à retrouver son bonheur? Aujourd’hui, je voudrais envoyer tout mon amour et ma reconnaissance à une maman qui se bat fort pour stabiliser sa peine et s’aimer comme elle est.  

Être parent, c’est déjà tout un contrat sur le plan de la charge mentale. Quand les traumas s’en mêlent, c’est violent. Cette maman fait tout ce qu’il faut pour se soigner de ses deuils injustes. Dans le silence de l’indifférence collective, elle se bat pour chasser la lourdeur de ses épaules. J’aimerais tellement que les arénas et les salles de spectacles portent le nom de ceux qui se battent pour défaire les traumas intergénérationnels et insuffler une lueur d’espoir et de douceur à leurs petits. J’aimerais que ce soit eux qui reçoivent des hommages à la télévision, leur histoire exposée nous ferait dire que l’émission va trop loin! Scénarios impossibles à intégrer dans nos vies remplies d’amour depuis le berceau. 

Il y a quelque chose de bien solitaire dans le pansement de ses blessures. J’aimerais aujourd’hui changer le « t » en « d » et devenir solidaire. À toutes les personnes qui se battent pour retrouver la joie, à celles qui doivent faire le deuil d’un amour inconditionnel en bas âge et porter à jamais les blessures que ça laisse sur leur estime et leur impression de valoir quelque chose, à celles qui ne se sentent pas à la hauteur et celles qui ne voient plus la lumière en regardant vers l’avant : Merci ! Merci de continuer à vous battre pour nous éviter votre absence, merci de ne pas croire votre petite voix qui essaie de vous convaincre que vous êtes trop ou pas assez. Je veux aujourd’hui honorer votre processus douloureux. Il mènera certainement à un profond bonheur, un bonheur mérité, un bonheur choisi, un bonheur reconstruit. Je sais par contre que pour l’instant, c’est difficile.  

À la maman qui m’inspire ce texte, je souhaite de tout cœur qu’un jour, tu puisses te voir avec autant de douceur que le regard que tu portes sur les autres. Je te souhaite de ne jamais oublier l’importance que tu as pour nous, l’importance du travail que tu fais pour tes filles. Tu es magnifique, inspirante, intelligente, créative, curieuse et sensible. Ça, ce n’est pas le trauma qui a créé cela, c’est ce que tu es, toi! Ta résilience, elle, en revanche, tu ne l’as pas demandée, mais je suis bien contente que tu l’aies développée. Je t’aime. 

Et vous? Il y a un parent dont vous aimeriez souligner l’importance ? 

Roxane Larocque 

 

Définition de charge mentale par une maman – Texte : Annick Gosselin

La charge mentale est un peu devenue un sujet tabou ces dernières années. Dès que le sujet est ab

La charge mentale est un peu devenue un sujet tabou ces dernières années. Dès que le sujet est abordé, on entend vite : mais les papas participent, ils aident de plus en plus, sont de plus en plus impliqués. VRAI.

Mais est-ce que dire que les mères ont une charge mentale beaucoup plus élevée que les pères les discrédite pour autant ? Pourquoi les mères n’auraient pas juste le droit de dire qu’elles en ont juste trop en tête et de demander de l’aide ?

Bien sûr que la vie est plus facile à deux, qu’on peut se partager les tâches du quotidien. Mais le quotidien, la prévisibilité, l’anticipation de ce qui s’en vient, c’est la grande majorité du temps dans la tête de la maman.

Prenons l’exemple d’un père qui travaille de nombreuses heures par semaine et qui n’est pas tellement présent pour les routines du matin et du soir. La mère qui elle aussi travaille (mais moins) s’occupera de la routine du matin et du soir, préparera les vêtements des enfants (pour l’extérieur aussi), fera la liste d’épicerie et l’épicerie, prévoira des repas et des lunchs santé, fera les repas et les lunchs, passera un coup de balai, s’assurera que les enfants participent un minimum pour ramasser leurs choses, leur distribuera de petites tâches, veillera à leur autonomie, supervisera les devoirs, partira une brassée de lavage, donnera le bain, couchera les enfants, fera la vaisselle et ramassera un minimum, pensera à faire les inscriptions aux activités sportives des enfants, à prendra leurs divers rendez-vous, prendra le temps d’écouter, de discuter et de réconforter les enfants, fera l’achat des vêtements et de tout ce dont les enfants ont besoin, etc.

Le père pourra se concentrer sur son travail et être présent avec ses enfants quand il ne travaille pas, car la mère se sera occupée de tout, ou presque.

Qui va prendre le temps de lui dire qu’elle est extraordinaire et merveilleuse ? Qui va dire à son conjoint à quel point il est chanceux d’avoir une femme si dévouée ?

Prenons maintenant l’exemple inverse. Maman travaille de nombreuses heures par semaine et elle est dans l’impossibilité d’être présente pour les routines du matin et du soir. Le père travaille moins et fait les routines du matin et du soir. Papa va habiller les enfants (avec les vêtements que maman aura préparés à l’avance), les reconduira et ira les chercher, va mettre dans la boite à lunch le lunch que maman aura préparé, fera chauffer le repas que maman aura préparé, fera la vaisselle, donnera le bain aux enfants et les couchera, et sera fort probablement exténué en se disant que sa charge mentale est fort élevée.

Les autres tâches, celles qui doivent être pensées, anticipées, planifiées, elles resteront dans la tête de la mère, qui devra les faire.

Les gens qui entourent cette famille diront à la femme à quel point elle est chanceuse d’avoir un conjoint aussi fantastique et attentionné.

Je ne sais franchement pas où la société l’a échappé. Mais c’est sincèrement frustrant d’être une mère parfois et de se sentir aussi incomprise si l’envie folle nous vient de vouloir penser à notre carrière.

Juste devoir toujours penser continuellement à tout cela fait en sorte que c’est épuisant et que les mères y pensent souvent à deux fois avant d’accepter un poste avec de grandes responsabilités ou une grosse charge de travail.

Certes, les papas ne s’opposent pas à ce que les femmes aient une carrière, mais leur charge mentale ne sera visiblement jamais aussi élevée que celle des mères.

Annick Gosselin

 

Papa, maman : j’ai réussi ! Texte : Ghislaine Bernard

Bonjour papa, bonjour maman. Vous m’avez donné la vie et bien plus encore. Nous n’avons pas

Bonjour papa, bonjour maman.

Vous m’avez donné la vie et bien plus encore. Nous n’avons pas toujours été en bons termes. Nous avons vécu des bons et des très mauvais moments, mais nous avons vécu ! Aujourd’hui, j’ai quarante-deux ans. Vous n’êtes plus là ni l’un ni l’autre pour le vivre avec moi. J’aime à penser que vous êtes là, quelque part. Que vous avez appris qui je suis, ce que je suis. Mes peines, mes combats et mes joies, mes victoires.

Vous n’êtes plus là pour que je puisse vous crier haut et fort ma fierté, pour que je reçoive la vôtre.

Papa, on s’est très peu connus, pratiquement pas. Mais je crois que si les choses avaient été différentes, nous aurions pu avoir une relation père-fille vraiment épanouissante. Je ne peux pas refaire le passé, je l’ai accepté maintenant, papa. Toute ma vie, tu as manqué à celle-ci, mais aujourd’hui j’ai envie de te parler.

Maman, il n’y a pas si longtemps, je pouvais encore entendre ta voix. Je pouvais te voir, te serrer dans mes bras. Notre relation a été tumultueuse par moment, ne sachant pas trop laquelle de nous deux était le parent… Mais maman, tu es partie l’été passé et j’aurais voulu te partager ce que je viens de réaliser.

Mes parents, vous deux, qui chacun à votre façon avez fait du mieux que vous pouviez avec la personne que vous étiez. Vous aviez vos démons, vos propres combats. Je n’ai pas toujours compris ceux-ci et j’ai encore moins accepté certains. Mais je sais, autant dans mon cœur d’enfant que j’étais que dans celui de la mère, de la femme que je suis aujourd’hui, je sais que vous m’aimiez. Vous pour moi, vous souhaitiez le meilleur.

Alors voilà, aujourd’hui, je vous écris, à tous les deux, en même temps ! Même si je n’ai aucun souvenir d’un tel moment. Même si aucune photo en ce monde n’existe de nous trois réunis : je ressens le besoin de vous parler, ensemble.

Papa, maman : j’ai réussi !

Je suis une maman comblée, amoureuse d’un homme merveilleux en tout point de vue. Mais surtout, la fillette, l’adolescente révoltée, blessée et colérique que j’ai été est du passé. Je suis une femme qui s’accomplit jour après jour. Malgré tous nos déboires, vous avez contribué à développer de la femme qui vous écrit cette lettre et dont je suis fière !

Aujourd’hui, j’ai été diplômée !

Je suis une professionnelle dans le domaine qui a géré toute ma vie : la santé mentale.

Je comprends tellement de choses maintenant, j’ai fait la paix avec beaucoup d’autres. Oh, il me reste du chemin à faire, mais j’y suis !

Tous les deux, vous m’avez donné une valeur inestimable, qui aura toujours été ma plus grande force, pour laquelle je vous remercie : celle de ne jamais abandonner.

 

Simplement, Ghislaine

Je m’ennuie de vos petits doigts enroulés autour des miens ! Texte : Marie-Nancy T

Trop souvent, on ne se rend pas compte de la valeur d’un moment avant qu’il ne devienne un souve

Trop souvent, on ne se rend pas compte de la valeur d’un moment avant qu’il ne devienne un souvenir. Il y a quelques années, j’étais loin de me douter que les laborieuses nuits blanches passées avec mes bébés deviendraient des beaux souvenirs de ma vie de maman. C’est fou comment la vie défile à vitesse grand V. C’est fou comment les années se dissipent, sans crier gare. C’est tellement cliché de dire cela mais c’est avant tout tellement vrai.

Est-ce qu’il vous arrive parfois de faire un petit bilan de votre parcours personnel et de réaliser que le temps s’est écoulé, sans vous donner d’avertissement ? J’ai parfois cette relation amour/haine avec le temps. Lors des périodes difficiles, le temps est mon allié car grâce à lui, mes douleurs se dissipent et s’estompent. À d’autres occasions, le temps est mon ennemi. Comme lorsqu’il décide de filer, comme un voleur, en emportant avec lui des moments précieux de ma vie. Des moments qui ne reviendront jamais.

Récemment, j’étais affairée à regarder des photos récentes de mes filles. J’ai réalisé, abruptement, qu’elles étaient devenues des petites ados. Deux belles jeunes filles en devenir. Je le savais, évidemment, mais cette journée-là, j’en ai pris pleinement conscience et j’ai reçu une gifle en plein visage. Comme un coup de massue. J’ai eu un choc. Mais où sont mes bébés ? J’ai vécu par la suite un moment de nostalgie et de réflexion. Est-ce que j’ai assez profité de tous les moments avec mes filles, depuis leur naissance ? Est-ce que j’ai réussi à créer de beaux souvenirs pour elles, du temps de leur petite enfance ? Qui plus est, je me suis remémoré des périodes plus difficiles de ma vie, des soirées où j’étais plus fatiguée et moins disponible pour elles. J’ai vécu de la culpabilité à leur égard. Malencontreusement, la fameuse culpabilité de maman, on n’y échappera jamais. Mais ça, c’est un autre sujet.

Je suis nostalgique quand je repense à tous les beaux moments qui ne reviendront guère. Je suis mélancolique quand je fouille dans mes souvenirs et que je revois les petits doigts de mes bébés filles, enroulés autour des miens. Mais où sont rendus leurs petits doigts délicats qui s’enroulaient autour des miens, lorsqu’elles avaient besoin de réconfort ? Ils ont été emportés par le temps. En même temps, je suis heureuse lorsque je repense à tous les moments doux passés avec mes filles. Je suis remplie de gratitude de les voir évoluer chaque jour. Je suis fière des deux petits humains que nous avons créés, mon conjoint et moi. C’est paradoxal comme sentiment quand on y pense. La nostalgie et la mélancolie affrontent la fierté et la joie. Je sais qu’il y a encore plein de beaux moments à venir et que nous devons en profiter au maximum. Nonobstant, je demeure nostalgique quand je repense aux moments qui ne reviendront jamais.

Au fond, c’est probablement cela être parent, vivre des émotions parfois contradictoires. Être parent c’est aussi tenter de guider nos enfants, au meilleur de nos capacités, vers leur autonomie et vers leur vie adulte. C’est accepter de les voir vieillir et de les laisser faire leurs propres choix. Être parent c’est également permettre à nos enfants de prendre leur envol, même si ce n’est pas toujours facile, pour une maman. Quel privilège au fond que d’être parent. Quel privilège que de voir grandir et évoluer nos enfants, de les voir se forger leur propre personnalité, à travers les valeurs que nous tentons de leur inculquer.

Je m’ennuie de vos petits doigts, enroulés autour des miens, les filles. Mais en parallèle, je suis immensément privilégiée et fière de vous voir devenir les adultes qui vont constituer la société de demain. Prenons le temps d’analyser chaque moment passé auprès de nos enfants, peu importe leur âge. Prenons le temps de contempler leurs petits doigts de bébés enroulés autour des nôtres, lors des nuits blanches. Car qui sait, peut-être que ces moments deviendront des souvenirs de nostalgie ou encore de joie. Des souvenirs pour la vie.

Nancy Tremblay

 

Tu as choisi de rester — Texte : Stéphanie Dumas

Tu as choisi de rester avec moi. C’était il y a presque deux ans. Nous venions de vivre une autre

Tu as choisi de rester avec moi. C’était il y a presque deux ans. Nous venions de vivre une autre déception avec un arrêt de grossesse. Nous avions traversé une nuit atroce durant laquelle j’avais dû accoucher d’un petit bébé de neuf semaines avec toi à la maison. Nous avions aussi appris que bébé était trisomique.

Je t’ai annoncé que pour moi, c’était assez. Je ne voulais plus continuer les traitements de fertilité ni être enceinte. Plus jamais ! Pour moi, grossesse rimait maintenant avec douleur, angoisse et tristesse. Ma tête et mon corps étaient trop blessés.

Pour moi c’était terminé. Cette certitude était venue naturellement. J’avais fait le deuil de la maternité biologique. Par contre, pour toi, cette nouvelle était plus difficile. Tu espérais encore. Je t’ai laissé le temps de digérer la nouvelle. Je t’ai également dit que si tu désirais partir et fonder une famille avec une autre femme, je comprendrais. Pourtant, tu as décidé de rester. J’ai quand même compris que cette décision t’a demandé du travail sur toi. Je l’ai ressenti au fil des semaines.

Les mois ont passé. Nous avons débuté ensemble le processus de la banque mixte. C’était un grand travail intérieur pour toi de te préparer à vivre cette expérience. Mais nous avons vécu ce processus ensemble. Nous nous sommes préparés ensemble.

Maintenant que coco 1 est à la maison, tu m’impressionnes avec ton implication et ton ouverture avec cet enfant. Nous nous adoptons mutuellement. Nous créons nos liens. Mon cœur est si heureux de vous voir rigoler ensemble comme s’il avait toujours été là et que tout ça allait de soi.

Mon homme, notre histoire me fait voir que les liens du cœur sont plus forts que les liens du sang.

 

Stéphanie Dumas

Un toton parmi d’autres!

Et ça repart fort cet automne…

<p style="text-align: justify

Et ça repart fort cet automne…

Pour moi, ce voyeurisme inutile a débuté en 2000 avec Survivor. Un groupe de personnes « ordinaires » parachutées dans des endroits isolés. Filmées presque en tout temps. Juste tenter de survivre plus de cinq semaines dans un environnement hostile… soit de partager le temps avec d’autres comme eux! Ou avec celui du personnel de plateau, caméramans, preneurs de son, éclairagistes, etc. Tout ça pour le magot.

Des fois, j’aurais aimé leur dire que ce magot, c’est tout juste le montant qu’on donnait jadis à chacun des acteurs derrière les personnages de Friends. Par épisode! Encore du contenu au rabais.

La nature humaine : des menteurs, des profiteurs, des vire-capot. Surtout, bien des imbéciles qui ne comprennent pas l’impact, pour le reste de leur vie, de certains mots ou d’attitudes mal contrôlées. Le montage, quand on laisse d’autres décider qui vous êtes. Qui vous serez désormais!

Au moins, nous pouvions prétendre que… « Bah, ce sont des Américains… Juste du normal! »

Mais nous avions soif, ici aussi. Tant les producteurs, que tous ceux qui rêvent d’avoir la « chance » d’être la vedette instantanée. Je n’aurais jamais imaginé la quantité de cette autre ressource naturelle, tout aussi facilement exploitable.

L’émission a même fait la consécration de l’expression « avoir des rapprochements ». Et toutes les autres, dans une gamme variée de sujets. On rénove, on cuisine, on cherche le talent de désespérés, on veut créer des couples d’artificiels. On veut couvrir l’ensemble des relations humaines. En vous faisant découvrir leurs dessous.

Combien de participants, pour combien de Mariepier?

J’aime Un souper presque parfait. Sans doute mon émission d’humour préférée. La recette est juste à point. Faire rire de soi, pour la possibilité de gagner 2 000 $. Sans oublier que le ridicule passera en boucle avec le réchauffé des reprises. Après quelques saisons, j’avais quand même la crainte que tous finissent par comprendre le concept. Faut croire que non!

Nous nous sommes rendus encore plus loin. Célibataires et nus – Québec. Effroi total comme parent. Si jamais ma progéniture voulait vivre « l’expérience »? Mon fils, de succomber au traditionnel « t’es pas game! » et mes filles d’être en désespoir d’attention.

J’imagine la famille de Loïc. Comme il l’a souligné avec fierté, ses parents ont tous les deux un diplôme universitaire. Nous, d’en saisir pleinement l’antinomie. Je rassure ses parents, il y en a certainement au moins 10 000 autres dans son genre. Chest – Bras – Chest! Ou comment oublier définitivement tout Mens Sana

Si au moins ils n’étaient que ça, une caricature de notre société. Une nouvelle manière d’exploiter les difformes. Le nain, le géant et la femme à barbe…

Pas facile d’être parent de jeunes adultes, à l’ère de la téléréalité…

michel

 

Souvenirs de rentrées

Que l’on soit enfant ou adulte, nous avons tous des souvenirs qui

Que l’on soit enfant ou adulte, nous avons tous des souvenirs qui flottent dans notre tête quand on pense à la rentrée scolaire. La rentrée peut être une source d’émerveillement pour certains ou de stress pour d’autres. Chacun vit cette période importante à sa façon.

Certains ont des souvenirs précis de leur première journée d’école, de leur première journée au secondaire, de l’entrée à la maternelle de leur plus vieux ou de leur bébé. Certains associent des odeurs à la rentrée scolaire : la rentrée sent le matériel d’école, les vêtements neufs, les feuilles, la cantine de l’école. Chose certaine, il y a une odeur particulière qui flotte dans les écoles et dès qu’on y met le nez, les souvenirs de nos années scolaires remontent à la surface.

Cette année sera ma 35e rentrée scolaire! J’ai vécu toutes sortes de rentrées scolaires. J’en ai vécu en tant qu’élève, en tant qu’étudiante, en tant que stagiaire, en tant qu’enseignante, en tant que maman et maintenant en tant que directrice. Tous ces chapeaux m’ont fait vivre des expériences uniques et enrichissantes.

Je me souviens que lorsque j’étais moi-même élève au primaire, le début de l’école était pour moi un moment merveilleux. J’étais contente de retrouver mes amis, de recommencer à apprendre, de connaître enfin qui était mon nouvel enseignant. Je trouvais cela excitant et j’avais tellement hâte d’être grande comme mes profs et de faire comme eux.

L’été, je jouais au professeur avec mon frère et ma sœur plus jeunes que moi. Ils avaient intérêt à bien écouter ce que je leur enseignais! Cette magie est disparue lorsque je suis entrée au secondaire. La rentrée scolaire de cette époque me stressait tellement que je pouvais ne pas manger pendant les quelques jours précédant la journée fatidique. J’étais miniature et les gars m’appelaient « Petit-Pied le Dinosaure ». Je ne me sentais pas comme les autres filles de mon âge qui avaient des courbes et qui avaient des chums. Moi, j’avais encore l’air d’une fillette du primaire.

Je me souviendrai toujours de ma première rentrée en tant qu’enseignante. J’ai obtenu le poste la veille. Imaginez le stress cette nuit‑là! Du haut de mes 23 ans, je devais accueillir, dès le lendemain, 29 élèves de 5e année. Un beau défi pour une jeune enseignante. Ce fut tellement une belle année! J’ai compris immédiatement que les enfants étaient ma raison de vivre et que je créais facilement des liens avec eux. J’aime être entourée d’enfants et les entendre me raconter leurs histoires. Ce fut le début d’une longue relation d’amour avec mon travail.

Vivre une rentrée scolaire en tant que maman, c’est autre chose! OMG que c’est déchirant et stressant de laisser aller son petit pou! On voudrait les garder avec nous pour toujours, mais ils doivent apprendre à vivre sans nous. Oui, oui : sans nous! Cette année, mon plus vieux entre au cégep et mon plus jeune à la maternelle. Disons que mes émotions sont mises à l’épreuve. Un mélange de fierté, de mélancolie et de bonheur est à l’intérieur de moi ces jours‑ci.

Maintenant, en tant que directrice, j’accueille des profs, des élèves et des parents à chaque début d’année scolaire. Je constate que chacun vit la rentrée à sa manière. Je rencontre des enseignants passionnés, des parents angoissés, des élèves heureux de revenir.

Ce qui compte dans le fond, c’est de s’imprégner de ses souvenirs d’école et de les transmettre à ceux qu’on aime. Ce sont des souvenirs marquants dans notre vie, car ce sont les premiers pas que nous faisons dans la société et ils guideront nos actions pour le reste de notre vie.

Karine Filiatrault

Ces mots…

Chers parents, il n’existe pas de plus grande reconnaissance pour

Chers parents, il n’existe pas de plus grande reconnaissance pour un enseignant que vos mots.

Ces mots qui expriment votre gratitude.

Ces mots si doux qui nous rappellent que nos efforts auprès de votre trésor n’ont pas été vains.

Ces mots qui nous confirment que nous sommes là où nous devons être.

Ces mots qui parfois, nous révèlent des choses qu’on ignorait, qui nous apprennent que sans le savoir, on a pu faire la différence pour votre enfant, le temps d’une année scolaire.

Ces mots, nous les conservons précieusement ; les miens sont cachés au fond d’un tiroir. Il m’arrive de les relire quand j’ai le cœur gros, quand je doute… C’est mon coffre aux trésors.

Chers parents, merci pour ces mots qui témoignent de votre reconnaissance. Merci d’être nos complices au quotidien et de faire cheminer, avec nous, votre plus grande fierté.

Bonnes vacances! ☀️

Karine Lamarche

 

Inaptitude parentale temporaire

Nous voulons tous être les meilleurs parents du monde. Nous voulons

Nous voulons tous être les meilleurs parents du monde. Nous voulons être des parents parfaits. Nous priorisions les enfants et leurs besoins avant les nôtres. Nous nous privons afin de leur offrir le meilleur. Mais qu’en est-il de NOTRE bien-être?

Dans mon cas, je suis monoparental. Loin de dire que je fais pitié ou que ma vie est plus difficile. J’ai une famille formidable qui m’aide beaucoup. Malgré tout, j’ai mes problèmes, mes démons. Mais voilà qu’en septembre dernier, plus rien n’allait! J’ai totalement dérapé. Je faisais des crises d’angoisse par-dessus crises de panique. Je ne dormais plus que trois ou quatre heures par nuit.

La consultation médicale et la médicamentation ont suivi. Par contre, mon état laissait encore à désirer. J’ai tout simplement flanché. J’ai commencé à boire beaucoup et tous les jours. À ce moment, j’étais inapte dans mon rôle de mère. Un deuxième rendez-vous s’imposait.

Ma mère a pris soin de ma fille pendant un weekend complet. Je me suis permis de pleurer toutes les larmes de mon corps, d’écrire une lettre d’adieux, même deux. À partir de ce weekend-là, je me suis promis qu’une fois par semaine, je penserais à moi. Je n’ai pas besoin de gardienne pour penser à moi. Juste de pouvoir prendre un bain sans être dérangée ou bien d’écouter de la musique sans entendre « moi, je veux la Reine des neiges ». J’ai aussi décidé de me chercher un nouvel emploi.

Aujourd’hui, je peux dire que je vais mieux.

Aujourd’hui, je peux dire que j’adore mon emploi.

Aujourd’hui, je suis capable de dire NON.

Parce que je pense aussi à moi!

Véronique Ménard Lauzé

 

The Best Mother Ever!

Rien de moins que la maman parfaite : « THE maman ».

Rien de moins que la maman parfaite : « THE maman ».

Voilà, comment j’imaginais ma vie.

Je rêvais d’une vie dynamique, d’une belle famille unie, de quatre bambins énergiques courant autour de la maison, comme je le faisais dans le temps. Je désirais des enfants qui grimpent aux arbres pour contempler le nid d’oiseaux là‑haut. Je rêvais d’enfants découvrant la vie, les jardins, les insectes et faisant des collections de n’importe quoi !

L’idée de faire vingt-trois lavages par jour ne me dérangeait pas du tout, car je me voyais fière de voir mes enfants arriver sales de la tête aux pieds, les vêtements couverts de vécu… Pour moi, une enfance bien réussie a toujours été, jusqu’à tant que je devienne maman, l’image des cerfs-volants et de bulles de savon qui volent au gré du vent  : légère comme l’air et apaisante.

Oh yessss ! Dans mon plan de vie, je serais l’adulte COOL parce que, humblement « The Best Mother EVER », ce serait moi. T’sais la maman qui se lève tôt, un sourire éclatant, les yeux pétillants, avec une musique douce dans la tête, ce serait moi. J’incarnerais la femme généreuse, heureuse, de bonne humeur, remplie de joie, belle en tout temps. Ce serait moi, moi et moi ! Le vieillissement serait pour les autres puisque je projetterais l’image d’une jeune de vingt-cinq ans jusqu’à mes cinquante ans, et ce serait encore et toujours moi !

T’sais, « The Best Mother Ever » : attentionnée, ouverte, patiente, accueillante, disponible, attachante, douce, charmante, compréhensive, respectueuse, constante, aimante ; peut-être toi aussi, mais surtout MOI. (Après tout, tu as compris que c’est ma vie que je décris.)

Toutefois, tu devines que les choses ne se sont évidemment pas passées comme prévu dans mon magnifique portrait familial idéal de la super maman gonflée à bloc !

Tout d’abord, j’ai crié comme une perdue à la naissance de mon fils, en haussant le ton plus fort que je n’aurais pu l’imaginer ! Ça commençait plutôt mal…

À partir de ce moment, la vie a déboulé à vitesse grand « V » et depuis des années, je cours après tout… Je cours après mon sommeil, mon temps, mes enfants, mes projets, ma libido, ma vie, mes enfants, mes rêves, mon travail, mon couple, mes enfants, l’école, mes responsabilités, mon argent, mes activités ou celles de mes enfants.

Je cours après tout, mais sans me remettre en forme ou simplement pour le plaisir de courir comme un enfant. NONNNNN ! Finalement, je n’ai plus vingt-cinq ans et ça paraît.

Depuis des années, j’ai des cernes bleutés incrustés sur mon visage et je suis certaine que plusieurs personnes pensent que ça fait partie de ma morphologie. J’ai un petit teint blanchâtre, parfois verdâtre, une grosse veine qui veut m’éclater dans le front, les joues rouges parce que je cavale constamment, et malheur : j’ai quelques cheveux blancs !

Jamais je n’aurais pu imaginer avoir toutes ces couleurs dans l’espace aussi restreint, qu’est mon visage. La femme blanche que je suis devenue me fait voir d’un tout autre œil l’expression « femme de couleur » lorsque je l’entends.

Je dois m’habituer tranquillement aux changements puisque mes rondeurs semblent vouloir changer sans même m’avertir ! Mes seins ont diminué, mes fesses, elles, ont allongé et mon ventre est maintenant devenu douillet à souhait. En plus, j’ai tellement de vergetures que j’ai une carte routière tatouée sur la bedaine et mon petit dernier me surnomme : Maman Zébrée.

Oufff ! Décidément mon plan de vie avait omis de considérer le Terrible Two, le Fucking Four, la crise d’adolescence, les nuits blanches et toute la pression sociale.

Ouch ! J’ignorais que ma nouvelle voiture serait décorée de rayures après deux mois, que faire l’épicerie en vitesse serait désormais mission impossible, que sortir un soir avec des amis me prendrait une semaine à récupérer, qu’on me jugerait sur mes vêtements tachés et qu’il me faudrait boire un ou deux cafés avant d’être vraiment éveillée.

Oui ! J’avais mal analysé les hauts et les bas du brouhaha quotidien de la vie familiale, mais j’avais quand même en tête le meilleur plan au monde, devenir « The Best Mother Ever ».

Même si l’épuisement et l’âge apparaissent petit à petit sur mon visage, la fatigue disparaît lorsque je vois à quel point mon rôle de maman est primordial, et j’affiche mes rides avec fierté en voyant mes enfants grandir à mes côtés.

À travers cette constatation, je réalise que les repas catastrophiques et cacophoniques laissent place au temps en famille. Que ce moment de partage autour de ma table est meilleur en compagnie de mes enfants, de leurs rires, de leurs cris, de leur sourire, qui battent tous les dégâts ramassés.

Après tout ce tourbillon d’activités, je reste l’adulte COOL, imaginée dans mon enfance.

Je suis l’adulte que les voisins regardent de haut, puisque je laisse mes enfants explorer les champs, se baigner dans les trous d’eau, courir après les chats errants, se remplir les cheveux de fleurs, les poches de roches, se prendre pour des superhéros, croire aux fantômes et monter dans les arbres pour toucher les étoiles.

Je suis la grande personne COOL qui est prête à donner le meilleur passage à mes enfants, avec des cerfs-volants et des bulles de savon au gré du vent sans me soucier de ce que les autres vont penser.

Malgré tout ce que j’avais pu imaginer, je sais que la course folle, que j’entreprends depuis les premiers pas de mes enfants, est l’un des meilleurs chemins à parcourir, et que peu importe à quelle vitesse je vais, dès qu’un de mes enfants réclame mes bras, je freine et je savoure ce moment où le temps s’arrête.

Oui, je cours en titi, après quatre enfants quotidiennement parce que je suis : « The Best Mother Ever », c’est ce que l’un de mes fils me dit, et j’ai grandement envie d’y croire.

                                                                                Maman gonflée

10 astuces pour survivre avec un ado

Ton enfant n’a pas été livré avec le mode d’emploi et pendant

Ton enfant n’a pas été livré avec le mode d’emploi et pendant toute sa vie, tu as avancé et cheminé comme parent, avec plus ou moins d’assurance. Puis l’adolescence est venue chambouler tous tes repères. Le grand n’importe quoi !

Alors je te suggère ici dix astuces indispensables pour survivre avec un ado (ou deux ou trois ados !…)

  1. Lâche prise !

À chaque situation conflictuelle, répète cette phrase en boucle haut et fort : « M’EN CALISSE, M’EN CALISSE, M’EN CALISSE ! »

  1. Nourris-le !

Crois-moi, un ado qui a faim est beaucoup plus difficile à supporter qu’un ado rassasié ! Pis il a TOUT LE TEMPS FAIM. Alors veille à ce que le frigo soit bien rempli !

  1. Couche-toi avant lui !

Le rythme circadien d’un adolescent est différent. L’ado typique fonctionne super bien le soir et a beaucoup de misère à décoller le matin. Va te coucher avant lui, dors, et le matin, tu prendras toujours ton déjeuner tranquille, car il sera encore au lit ! L’adolescence, c’est le retour des cafés sereins le matin (si on ne réveille pas la bête…)

  1. Donne-lui des corvées !

Chez toi (oui, oui, tu es chez toi), ce n’est pas un hôtel, il doit participer aux tâches ménagères lui aussi ! Établis des règles claires NON NÉGOCIABLES.

  1. Ne rentre pas dans sa chambre !

C’est son univers. Ça pue et c’est le bordel ? Tant pis ! Pour ton équilibre psychologique, n’ouvre surtout pas cette porte-là !

  1. Achète-lui des écouteurs !

Vous n’avez certainement pas les mêmes goûts musicaux lui et toi, alors achète ta tranquillité et offre-lui un casque d’écoute. Tu pourras chanter à tue-tête ta musique préférée sans te faire insulter.

  1. Coupe le wifi le soir !

22 heures : plus accès au net. Et ce jusqu’au matin. Le wifi peut se couper facilement aussi en cas d’échecs à l’école, en cas de comportements irrespectueux, en cas de corvées oubliées, etc.

  1. Tu n’es pas un taxi !

Ce n’est pas obligatoire de véhiculer partout ta progéniture sans condition ! Hey ! Figure-toi qu’ils sont très capables de prendre le bus, le métro, de marcher ou de covoiturer !

  1. Encourage-le à travailler !

Une petite job, c’est vraiment incroyable pour un ado : ça lui amène de la confiance en lui, de l’autonomie et du cash ! C’est une superbe école de vie et surtout, surtout, tu as la paix quelques heures par semaine !

  1. Enfuis-toi !

Sauve-toi régulièrement ! Vis ta vie ! Va au resto avec ton chum, sors avec tes amis, fais la fête, amuse-toi ! Ton ado sera heureux d’avoir un peu de tranquillité à la maison quand tu n’y es pas, et toi… tu retrouves enfin ta liberté ! C’est génial finalement un ado !

Gwendoline Duchaine