Tag Amitié

Je n’ai jamais été douée en amitié – Texte: Joanie Fournier

D’aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours été maladroite

D’aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours été maladroite en amitié. Je suis quelqu’un de sociable, qui aime les gens. Quand j’arrive dans un nouveau quartier, c’est assez facile pour moi de rencontrer des personnes. Par contre, j’ai toujours la même impression que mes relations restent en surface. J’ai l’impression de jouer un rôle, de ne jamais me montrer vulnérable.

Quand j’étais enfant, j’avais de grandes amies sur qui compter. Quand je repense aux moments avec elles, j’ai encore la sensation que je pourrais les prendre dans mes bras comme si elles étaient mes sœurs. Je repense aux partys, aux soirées pyjama et aux danses au sous-sol de l’église, et ça me rend heureuse. Mais quand l’ombre du secondaire a commencé à planer sur nos vies d’enfants, j’ai eu peur. J’ai réalisé que mes amies allaient dans des écoles différentes de la mienne et j’ai eu peur de toutes les perdre. Alors, j’ai fait la chose la plus incohérente qui soit pour me protéger : je me suis isolée. Je me suis isolée sans jamais donner de nouvelles parce que je ne voulais pas ressentir toute la peine que ça me faisait de ne plus les voir… Au lieu de profiter de mes soirées et de mes weekends avec elles, j’ai entrepris mon entrée au secondaire toute seule, comme si je changeais de vie.

Puis, d’une école à l’autre au secondaire, l’histoire s’est répétée. Je me suis liée d’amitié avec des gens que j’aimais profondément. J’ai passé de beaux moments avec eux. Mais j’ai dû faire trois écoles secondaires. Et à chaque changement, je recommençais ma vie à zéro. Puis au cégep, même histoire. J’ai rencontré des femmes fortes, humaines et fabuleuses. Dès le diplôme obtenu, je suis déménagée à des centaines de kilomètres. Loin de tout et de tout le monde.

J’ai commencé ma nouvelle vie. J’ai rencontré de nouvelles personnes et tissé de nouveaux liens. Des gens merveilleux, encore une fois. Dix ans ont passé. Puis, nous avons redéménagé. Encore à plusieurs heures de route.

Je suis avec le même homme depuis 18 ans. Un mari extraordinaire, un père présent et un ami précieux. Je l’aime de tout mon cœur et j’ai toujours pensé que nous deux ensemble, inséparables, on se suffirait. Mais je crois que c’est faux… parce qu’avec les réseaux sociaux, je vois passer toutes ces belles personnes à qui je me suis attachée. Et je réalise qu’elles sont restées soudées entre elles, peu importe la distance et le temps qui a passé. Je vois leurs liens encore aussi forts que lorsque nous étions plus jeunes… et oui, j’ai de la peine.

Je ne suis pas douée en amitié. Je suis nostalgique et je repense à tous ces gens qui ont pris une place significative dans ma vie. J’ai envie de me rappeler chaque moment qu’on a partagé ensemble… Les années ont passé et les excuses seraient vaines. Repartir à zéro quand j’étais jeune, c’était facile. Maintenant, je comprends que je n’ai pas envie de finir ma vie avec ce sentiment de solitude…

J’ai de la peine d’être partie. Je m’en veux de ne jamais avoir dit adieu. Je suis triste de ne plus les avoir dans ma vie. Et je sais que je suis la seule fautive. J’ai voulu me protéger… et au contraire, je pense que cette solitude me rattrape. Mais je ne peux pas revenir en arrière, je ne peux pas rattraper le temps perdu. Je peux essayer de me poser pour une fois. Rencontrer des gens formidables qui pourront faire partie de ma vie. Les laisser me voir telle que je suis et accepter le fait qu’ils pourraient ne pas avoir envie de rester auprès de moi…

Et si toi, tu as la chance d’avoir une amitié qui dure depuis 10 ans, 20 ans, 30 ans… tu le sais sûrement déjà à quel point c’est précieux. Tu as quelqu’un qui te connaît et qui a choisi de rester auprès de toi, peu importe tes qualités et tes défauts. Chéris-la, cette amitié. Prends cette personne dans tes bras pour moi… et dis-lui combien tu l’aimes. Parce que tu as beaucoup de chance de l’avoir dans ta vie. Et elle a beaucoup de chance de t’avoir dans la sienne.

Développer des amitiés durables à l’âge adulte, ça me semble tellement plus complexe… On ne peut plus juste aller cogner chez le voisin pour lui demander s’il veut venir jouer avec nous. Ça prend du temps, des efforts et sûrement bien des compromis. Il faut être authentique, présente, à l’écoute. J’ai tellement l’impression de ne pas être douée pour tout ça… Quelqu’un donne des cours Amitié101, par hasard ?

Joanie Fournier

 

L’éphémère – Texte: Solène Dussault

C’est le soir des perséides. Je suis couchée sur une chaise longue, en vacances dans un chalet a

C’est le soir des perséides. Je suis couchée sur une chaise longue, en vacances dans un chalet avec mes amies. Nous papotons en chuchotant, parfois avec de grands éclats de rire. Nous attendons ce moment depuis quelques jours, bien informées que ce sera ce soir où les étoiles filantes seront les plus visibles. Nous attendons…

Je me fais la réflexion que nous sommes dans l’attente de l’éphémère. Un moment qui ne dure pas, mais souhaité avec excitation. Le rare se produira sous peu et nous n’avons aucun contrôle, nous ne décidons de rien. La métaphore me saute aux yeux… Tout est bref, à consommer, à jeter, à remplacer : une promotion au boulot, un voyage, nos relations amoureuses, la dernière voiture, le bidule, le gadget électronique. Nous croyons, à tort, que cette dernière trouvaille, conquête, accomplissement nous comblera, assouvira notre soif, notre vide. L’inachevé.

Ce qui me ramène, dans ce ciel étoilé, à l’authentique. Je suis entourée du vrai : l’amitié. Un des rares cadeaux, qui lui, n’est pas fugace. Les gens sont de passage dans notre vie. Oui, les amitiés évoluent. Les nôtres et celles de nos enfants. Mais s’il y a une certitude qui procure un contentement, une plénitude, c’est bien l’amitié.

J’enseigne à mon enfant le sens profond de l’amitié, l’ami qui nous accompagne, celui qui nous est indispensable. Celui qui demande la réciprocité. Un ami devrait respecter nos choix, nos goûts, nos besoins, nos envies et les partager avec nous, être fier de nos succès et les souligner. On peut faire tellement de folies avec nos compagnons. Non, notre ami ne nous appartient pas. Il est libre et nous tient la main pour nous soutenir. Quel cadeau, quelle richesse !

Non, mon grand, la trahison ne devrait pas faire partie de tes amitiés. Ton best reçoit tes confidences qu’il ne retournera pas contre toi. Vos secrets, vos partages accroissent votre confiance, la loyauté et ça n’a pas de prix. L’amitié est précieuse et doit s’ancrer dans ton présent et non dans l’éphémère. Ton ami ne sera pas toujours sur ta route, parfois vous emprunterez des voies différentes. Il t’aura appris à être un meilleur humain, c’est mon souhait. Et lorsque nous devenons une meilleure personne, nous sommes dans le « être » et c’est gratifiant.

Une étoile passe, le temps d’un battement de cils. L’excitation s’empare de nous toutes l’espace d’un instant et nous crions de joie. L’amitié demande du temps, mon grand coco. Elle est plus durable que l’amour, bien souvent. L’amour te fera peut-être mal. L’amitié te rendra plus fort, conciliant, te remplira. Quelqu’un a dit que les humains sont la somme des cinq personnes qu’ils fréquentent le plus. Le contraire de l’instantané, du vent. Choisis les gens qui sauront t’élever, te faire grandir, te stimuler. Que ta vie soit tout le contraire de l’éphémère, car une étoile filante, c’est grandiose, mais elle est déjà loin, très loin…

Solène Dussault

 

Tu m’agresses — Texte : Ghislaine Bernard

Tu sais, toi qui me demandes toujours de t’écouter dans tes méandres, toi qui parles sans fin et

Tu sais, toi qui me demandes toujours de t’écouter dans tes méandres, toi qui parles sans fin et qui ne prends pas la peine d’écouter à ton tour mes conseils. Tu me prends mon énergie de façon exponentielle.

 

Tu sais, toi qui pleures sur mon épaule, qui attends que je dise ce que tu veux entendre pour te conforter dans tes idées, tu entends mais tu n’écoutes pas. Tu te répètes sans cesse. Autant dans tes dires que dans tes actions. Tu attends de moi que j’acquiesce à tout ce que tu penses, tout ce que tu juges, tout ce que tu fais et ne fais pas.

 

Tu n’es pas heureuse/heureux, mais tu ne fais pas d’efforts pour y arriver. Tu veux ceci ou cela, mais tu attends que tout te tombe dans les bras.

 

Tu sais, j’ai moi-même mes combats, mes difficultés, mais malgré moi, je prends quand même, toujours, du temps pour toi. Même si tu ne l’apprécies pas à sa juste valeur. Tu penses que l’amitié, c’est obliger l’autre à écouter sans retour d’ascenseur.

 

J’étais là quand tu as crié, pleuré, pesté. J’y étais encore quand découragé/e, tu m’as dit ne plus vouloir continuer. Je t’ai ramené/e à la raison. T’ai donné tous les chiffres de l’équation pour arriver à un résultat positif. Qu’as-tu fait ? Rien.

 

Puis, tu arrives avec des phrases accusatrices, m’octroyant le monopole du bien-être, me disant que moi, ce que je porte, c’est pas « si pire ». Ce n’est pas « grave » : j’ai de l’aide quand je la demande. J’ai un entourage pour me soutenir. Du coup, ta vie est la pire à vivre et moi, je me plaindrais pour rien si j’avais l’audace de partager mes peines et mes souffrances.

 

Tu banalises mes difficultés lorsque j’arrive à te les partager. Tu me brimes. Tu me peines. Bref tu m’agresses.

 

Aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas te laisser parler. Je t’ai dit bien fermement : je ne suis pas disponible pour tes désagréments. Tu ne l’as pas pris, m’as accusée de ne pas être ton amie. Que je n’avais pas de cœur, que j’étais égoïste et surtout, tu m’as dit : « Je n’aurais jamais pensé cela de toi ! ».

 

Encore une fois, n’apprendrais-je jamais qu’il n’y en a que pour toi ? Que tu ne recherches chez les gens qu’une amitié à sens unique ?

 

Tu m’as dit des choses blessantes et absolument injustes, puis tu as pleuré. Tu as réussi, pour la énième fois, à m’émouvoir.

 

Du coup, je me suis sentie injuste envers moi-même, je me suis dit : tu lui as permis de te brimer, de te peiner et de t’agresser… quand vas-tu arrêter ?

 

Simplement Ghislaine

Apprivoiser la solitude – Texte: Eva Staire

Ça fait un an et demi que suis séparée. Pas besoin de faire le calcul, oui, ça coïncide avec le

Ça fait un an et demi que suis séparée. Pas besoin de faire le calcul, oui, ça coïncide avec le début de la pandémie. Trois mois avant le début de la pandémie, très exactement. Je ne savais pas vers quoi je me lançais, hein ! On a tous eu des moments difficiles, mais je dirais que je m’en suis exceptionnellement bien sortie malgré les circonstances. J’avais besoin de me retrouver et j’ai retrouvé un certain équilibre face à moi-même qui me plaît !

Ce que je trouve difficile c’est maintenant, aujourd’hui. La vie reprend. Je réalise que, malheureusement, je suis seule. Pas seule dans le sens célibataire, mais seule dans la vie de tous les jours. On avait le même réseau d’amis, depuis plus d’une quinzaine d’années. Nos chemins se sont séparés, malgré moi. Ce n’est pas facile de se rebâtir une vie et surtout, ce n’est pas facile de réaliser qu’on voudrait faire une activité mais qu’il n’y a plus personne autour pour la faire avec nous.

– Vas-y toute seule, n’attends pas après les autres.

Si facile à dire mais si difficile à faire ! On a beau dire à tout le monde qu’on ne s’empêche pas de vivre et qu’on part en vacances toute seule, mais on ne peut se mentir à soi-même : c’est solidement plate !

C’est vrai que mes vacances, je les passe seule. C’est aussi vrai que je visite des endroits que je n’ai jamais vus ! J’aime, je découvre et j’apprécie, mais il me manque quelqu’un avec qui partager mes repas de fin de soirée. C’est ma bête noire !

J’aurais envie spontanément d’aller prendre une bière sur une terrasse, mais je n’irai jamais seule. J’aurais envie de partir une fin de semaine en camping, partir en road trip, aller voir un spectacle ou aller dans un festival qui reprend vie mais seule, le courage n’y est pas.

– Sors, rencontre des gens !

Heu ! Comment ? Je répète que je n’irai pas seule dans les bars ! Je ne m’inscrirai pas non plus sur un site de rencontres, non merci, et mon but n’est pas de rencontrer l’âme sœur ! Je voudrais juste retrouver des ami. e. s avec qui partager des passions ! C’est vrai que tout devient plus compliqué quand on vieillit.

Je ne pensais jamais un jour parler de solitude, jamais ! J’étais toujours occupée, toujours partie et j’avais à peine le temps de dormir. Ma vie était un vrai tourbillon ! Je disais toujours que si un jour je me trouvais à ne rien faire, j’allais mourir… Je me rends bien compte aujourd’hui que j’exagérais. Mais en dedans, il y a quelque chose qui me fait mal : cette solitude qui me fait tant de bien en finissant de travailler mais tant de mal la fin de semaine où normalement, je serais sortie tous les jours !

Je savais qu’une séparation ne serait pas seulement avec la personne dans ma vie mais aussi avec la famille, l’entourage et parfois, certains amis. C’est le cycle de la vie. Le temps arrangera certainement les choses, j’ai confiance, mais en attendant, c’est long et plate !

Alors, que diriez-vous d’une sortie au cinéma ?

Eva Staire

 

Le temps des fleurs – Texte : Eva Staire

Les petites fleurs colorées qui nous remettent dans un état d’es

Les petites fleurs colorées qui nous remettent dans un état d’esprit heureux et joyeux. Ce moment de l’année où je me sens revivre.

C’est mon anniversaire dans quelques jours, je soufflerai mes 31 bougies. En plus, c’est la fête des Mères le weekend prochain, une douzième pour moi à l’exposant 3.

Ce soir, je me suis acheté une belle orchidée qui me rappelle la vie qui ne cesse de m’épater et tout ce que j’ai accompli en tant que femme et comme maman.

Malheureusement, ce n’est pas si beau pour tous !

Une amie m’a récemment envoyé un message, que j’ai pris pour un appel à l’aide. Elle n’arrivait plus à vivre avec cet homme qui la dénigrait de toutes les façons possibles. En l’empêchant de travailler de la maison devant lui parce que monsieur pensait que cette dernière travaillait pour lui prouver à quel point il était une m*rde. Il serait allé jusqu’à lui dire qu’elle ferait mieux de se suicider pour le bienêtre de tous, que son enfant méritait mieux qu’elle comme maman.

Je ne crois pas avoir besoin de vous écrire à quel point mon printemps venait de sacrer son camp en courant. Je réalise la chance que j’ai, mais je veux tout faire pour que cette perle sorte de ce fléau. La violence conjugale, ça n’arrive pas qu’aux autres. Ceux et celles que nous connaissons peuvent être dans cette situation en le cachant par honte, par peur. Prenez le temps d’analyser chaque comportement, chaque message ; cela peut sauver une vie.

Elle s’est sortie de son calvaire avec des ressources plus que superbes dans son petit coin de pays et je les remercie. Son printemps pourra enfin commencer !

Un printemps doux, un printemps léger avec sa petite fleur préférée.

Eva Staire

La première grossesse – Texte : Roxane Larocque

Quelqu’un de très précieux pour moi vient de m’annoncer sa gro

Quelqu’un de très précieux pour moi vient de m’annoncer sa grossesse. Ils sont venus, son amoureux et elle, nous offrir un cadeau et à l’intérieur se trouvaient une petite boîte qui cachait le précieux secret. Sa toute première grossesse, leur tout premier enfant. Je lui avais écrit il y a environ un mois parce que je rêvais qu’elle était enceinte. Je n’arrêtais pas de penser à cette chaise berçante qu’elle nous avait prêtée et que je devais lui remettre lorsqu’elle serait maman à son tour. Il est mystérieux, le monde de la préconception mais ça, c’est pour un autre texte. Pour l’instant, j’ai envie de leur dédier ces quelques lignes…

Comme c’est beau de vous voir les yeux brillants nous annoncer la nouvelle. Un petit mini cinq semaines de fait pour votre enfant et déjà il vous a transformés à jamais. C’est tellement d’émotions la première grossesse ! S’imaginer l’inimaginable, espérer si fort que tout se passe bien et que bébé reste au chaud encore longtemps. Passer du stress à l’euphorie à l’anticipation et se ramener au moment présent. La fatigue du premier trimestre qui nous ramène à l’importance de ralentir, de prendre soin de soi. Le ventre qui se gonfle avec le deuxième trimestre et qui laisse place au plus beau des spectacles, celui des coups de pied de bébé qui montre déjà son tempérament. Puis le troisième trimestre qui se pointe avec toutes les craintes de ne pas être prêt, mais paradoxalement toute l’envie d’y arriver, d’enfin se voir et se toucher autrement. Passer du bébé rêvé au bébé réel, celui qu’on peut toucher, tout chaud et gluant. Une première rencontre inoubliable. Vous laisser revenir sur terre vous et lui, après un travail d’équipe sans précédent qui te fera, je l’espère, réaliser toute la force et la puissance des femmes. Viendra ensuite le quatrième trimestre, celui dont on ose parler maintenant, celui qui complétera la transition, la douce séparation et le tissage de votre amour qui se poursuivra toute votre vie.

Et que dire de son papa ! Déjà en train de lui parler et de s’imaginer ce qui s’en vient. Je l’imagine présent, impliqué, sensible. Je sais qu’il prendra soin de vous et t’aidera à bâtir votre nid pour accueillir ce petit bébé déjà choyé par la vie. C’est tellement beau de voir notre conjoint devenir père. C’est tellement rassurant de sentir sa bienveillance, sa protection, son support. Les voir tisser des liens à travers notre ventre, tenter de nous chouchouter au maximum et faire en sorte que l’on vive le moins de stress possible.

On pourrait croire que je romance toute cette aventure, mais il n’y a dans mes mots qu’un millième de tout le bonheur qui vous attend. Est-ce que c’est toujours facile ? Non. C’est même vraiment difficile par bout. C’est ingrat, c’est exigeant, c’est déroutant. Mais c’est le tout petit prix à payer pour vivre la plus belle des transformations. Si c’est si difficile, c’est parce que ça compte vraiment et qu’on se donne corps et âme pour nos enfants. Ça nous ramène à nos extrêmes, nos plus beaux côtés, mais les plus sombres aussi. Une belle occasion de faire du ménage dans ce qui n’a plus lieu d’être. J’espère que tu trouveras du réconfort dans les creux de vagues, mais tu es si bien entourée, j’ai confiance. Et peut-être aussi que pour toi, ce sera différent, que tu détesteras la grossesse ou l’accouchement et c’est bien correct aussi. Toutes les histoires sont belles, même les plus difficiles.

Je ne sais pas quelle sera la vôtre, mais je sais que ce bébé minuscule comme un petit pépin de pomme reçoit déjà beaucoup d’amour, et c’est tout ce dont il a besoin pour l’instant. Il pourra toujours compter sur ses parents, mais nous sommes tout un village autour de lui aussi.

Tu es déjà une merveilleuse maman déterminée, douce et aimante. Tu es déjà un super papa sensible, protecteur et impliqué. Et toi bébé, j’ai bien hâte d’apprendre à te connaître, mais je sais déjà que tu es brillant, car tu as choisi des parents extraordinaires ! Je vous souhaite à tous les trois d’en profiter au maximum. Parce que c’est cliché, mais c’est vrai que ça passe vite.

Roxane Larocque

Se découvrir… Texte : Karine Lamarche

Les voisins, ça peut devenir tellement précieux ! 💝

Les voisins, ça peut devenir tellement précieux ! 💝

On emménage, on se salue, on échange des regards et des sourires un peu timides au départ. Souvent, ce sont les enfants qui seront la source de grandes amitiés qui finiront par voir le jour.🌟

On partage un verre à l’extérieur, par un bel après-midi. On rigole, on se fait nos premières confidences, on apprend à se connaître. Rapidement, quand la vie place sur notre chemin des gens avec qui ça clique, on a envie d’échanger de plus longs moments ensemble ; c’est le début de quelque chose de beau !

Se parler, s’écouter, réaliser qu’on a désormais de nouveaux amis sur qui on peut compter. Ne pas se sentir jugé.

Être rempli de gratitude en constatant qu’on habite un quartier vivant et riche, rempli de belles personnes.

Ressentir un bonheur inestimable en pensant à toutes ces occasions qui se présenteront à nous.

Attendre le prochain rendez-vous avec impatience… ❤️

Karine Lamarche

Moi aussi, j’ai peur – Texte : Kim Boisvert

Quand tu m’as annoncé ça, mon cœur a fendu, l’aorte m’a exp

Quand tu m’as annoncé ça, mon cœur a fendu, l’aorte m’a explosé. J’pensais pas que tu vivais ça toute seule, dans ton coin, toi pis ton orgueil de mâle cliché caché sous une brassière paddée. J’ai même un peu perdu pied quand tu me l’as annoncé avec le sourire aux lèvres. Parce que je savais ben que dans ta tête, t’étais ailleurs quand tu me disais ça. Y’a pas un sourire qui pouvait fitter avec tes yeux à cet instant précis où j’ai vu que ce que tu me disais, ce n’était pas ce qui s’en venait, mais tout ce qui pouvait arriver après.

Tu m’as dit que tu pensais y arriver seule, sans en parler, parce que c’est ça que tu fais d’habitude et que ton monde roule très bien comme ça. Entre toi pis moi, t’es plutôt médaillée en mode autruche. Vas-y, cache-toi la tête dans le sable, le fessier pointant vers l’au-delà.

Je le sais que t’as la chienne, mais quand même, prends ton courage, et garroche ta dignité, parce que c’est le temps d’enfiler ta jaquette. J’voudrais te serrer dans mes bras, mais je suis trop bouleversée moi-même par toute cette frayeur dans tes yeux. Ton monde s’écroule et je ne sais que trop pas quoi faire, comment m’y prendre ou t’prendre. Ça m’transperce le corps comme si c’était à moi que ça arrivait. Comme si c’était mon monde à moi qui était mis en mode « pause », le temps de savoir. Savoir la suite, ta suite. Et même la suite, elle est un peu nébuleuse.

Ça a commencé par une partie de jambe en l’air où ton amoureux t’a lancé à la blague que t’avais un mini troisième sein. Une masse grosse comme une fève edamame. Tu m’avais dit en riant que t’avais jamais aimé ça anyway, les fèves vertes de granoles au patchouli. On avait ri fort parce que moi, j’suis ta granole préférée.

Alors pendant que ton corps caché d’un coton d’un look douteux sera le centre d’attraction d’une dizaine de personnes, laisse-moi pleurer parce que moi aussi, j’ai peur.

Kim Boisvert

L’amour, toujours… dans les livres ! Texte: Jacinthe Crête

Hé oui, le classique « resto -ciné » prend un nouveau sens c

Hé oui, le classique « resto -ciné » prend un nouveau sens cette année. Qui dit Saint-Valentin en temps de pandémie dit « souper à la maison avec des enfants qui trouvent ça trooop looong attendre que leur viande cuise et qui passent le temps en se mettant une fourchette à fondue dans le nez ».

La soirée perdra un peu de son romantisme, mais c’est pas grave. Parce que l’amour, ça se fête pas juste en allant voir un film mettant en vedette Channing Tatum avec un popcorn à 17 $. L’amour, c’est ce qui se passe juste là (je pointe votre cœur, suivez).

Je vous propose donc quelques albums pour enfants à découvrir pour passer une belle soirée sous le signe de l’amour… en famille.

La doudou aime les bisous
Claudia Larochelle, Maira Chiodi
La Bagnole

La doudou aime les bisous doux, les bisous fous, les bisous trop choux. Elle aime aussi les câlins qui font du bien ! Avec elle, les tout-petits apprendront comment les chevaux donnent des bisous, comment les araignées donnent des câlins et comment on chatouille les papillons !

Info pertinente : Les enfants ADORENT les aventures de la doudou. Il y a plusieurs autres livres dans cette série, je vous invite à les découvrir.

Le fil invisible
Patrice Karst, Joanne Lew-Vriethoff
Scholastic

Dans cette histoire réconfortante, une mère explique à ses deux enfants qu’ils sont reliés par un fil invisible. Les enfants pensent que c’est impossible, mais ils veulent tout de même savoir de quel genre de fil il s’agit… La réponse est une évidence bien simple qui nous unit tous : ce fil invisible est fait d’amour. Même si on ne peut pas le voir, on peut le sentir au fond de notre cœur et savoir qu’on est toujours liés à ceux qu’on aime.

Info pertinente : Un livre vraiment intéressant pour aborder l’anxiété de séparation que peuvent ressentir certains enfants.

Les étoiles
Jacques Goldstyn
La Pastèque

Un jeune garçon juif et une petite fille musulmane se rencontrent dans un parc du Mile End : quartier populaire de Montréal. Ils réalisent bientôt qu’ils partagent une passion profonde pour les étoiles et les constellations, rêvant de devenir un jour scientifiques ou astronautes, d’explorer l’infini du ciel. Leur histoire consistera à rêver, à partager et à explorer ce qui est plus grand que nous, au-delà des questions religieuses.

Info pertinente : Une histoire douce et poétique comme seul Jacques Goldstyn sait faire.

Deux garçons et un secret
Andrée Poulin, Marie Lafrance
La Bagnole

Émile et Mathis sont les meilleurs amis du monde. Ils partagent leurs jeux. Leurs collations. Et leurs secrets. Un beau matin, Émile fait une découverte dans le bac à sable. Ça lui donne une idée. La plus-meilleure idée de toute sa vie.

Info pertinente : Un livre qui parle d’amitié et d’ouverture.

Florence & Léon
Simon Boulerice, Delphie Côté-Lacroix
Québec Amérique

Florence a un problème aux poumons, mais enseigne la natation ; pour elle, c’est toujours comme si elle respirait dans une paille. Léon a un problème aux yeux et est agent d’assurance ; pour lui, c’est toujours comme s’il regardait par le trou d’une paille. Leur rencontre chamboulera leurs vies. Et si les différences pouvaient devenir une force ? Et si l’amour pouvait naître au bout d’une paille ?

Info pertinente : Simon Boulerice termine tout juste l’écriture d’une série télé inspirée par les personnages de cet album.

Info plus ou moins pertinente : La lecture de cet album a influencé le choix du prénom de ma fille (indice : elle ne s’appelle pas Léon).

L’amour : Un livre sur la compassion
Susan Verde, Peter H. Reynolds
Scholastic

L’amour : Un livre sur la compassion est une véritable célébration de l’amour sous toutes ses formes qui invite les jeunes lecteurs à se tourner vers l’intérieur quand ils se sentent effrayés, fâchés ou tristes. Le pouvoir transformateur de l’amour leur permettra de laisser entrer la lumière à nouveau, afin qu’ils puissent agir avec compassion et gentillesse, vivre avec gratitude et prendre soin d’eux-mêmes.

Info pertinente : Le livre inclut quelques postures de yoga et une méditation guidée pour les enfants.

 

Bonne lecture !

NDLR : Une fois les enfants couchés, c’est maintenant l’heure de… DORMIR. Vite, couchez-vous, ça ne durera pas.

 

Jacinthe Crête

À toi mon amie, ma sœur, ma belle-sœur – Texte: Catherine

Excuse-moi de ne pas avoir sauté de joie lorsque tu m’as annoncé

Excuse-moi de ne pas avoir sauté de joie lorsque tu m’as annoncé ta grossesse et de ne pas avoir été suffisamment forte pour retenir mes sanglots.

Excuse-moi d’avoir du mal à te demander des nouvelles, à vérifier comment tu vas.

Excuse-moi de m’être éloignée de toi tout au long de ta grossesse.

Mon passé n’excuse en rien mes réactions, mais sache qu’il est incroyablement difficile de te regarder vivre exactement ce que je désire depuis plusieurs années, en vain. Je devais m’effacer un certain temps pour éviter d’être un fardeau qui nuirait à ton bonheur, car je dois l’avouer, je ne me sentais pas capable d’être heureuse pour toi ; je n’en avais plus l’énergie.

J’aimerais que tu comprennes aussi que chaque annonce de grossesse, chaque photo et chaque échographie qui défile sous mes yeux, ça me rappelle ce que je n’ai pas et pire encore, ce que je n’ai plus.

J’aurais voulu être là pour toi. J’aimerais être là pour toi. Donne-moi du temps encore pour me restaurer, je te promets de revenir plus forte que jamais. Et peut-être que d’ici là, je vivrai enfin mon bonheur, qui sait ?

Je t’aime, ça, tu le sais ?

Catherine

Qu’est-ce qu’ils feraient l’un sans l’autre… Texte: Nathalie Courcy

Mon grand doudou d’une décennie est arrivé dans mon ventre comme

Mon grand doudou d’une décennie est arrivé dans mon ventre comme un jumeau, mais quand il a été prêt à peser sur le piton Eject à quarante semaines, il faisait cavalier utérin seul depuis six mois. Je me revois à l’échographie confirmant qu’un des fœtus avait été expulsé et que l’autre avait 50 % de risque d’être évacué malgré son petit cœur en santé boum-boum. Méga freeze émotif. Triste de ne pas avoir la chance de connaître mon bébé et l’expérience gémellaire. Soulagée en imaginant une vie peut-être un peu plus simple à gérer avec un bébé à la fois. Heureuse qu’un des deux bébés soit encore bien accroché. Inquiète qu’il ait le réflexe de suivre l’exemple de son jumeau.

Et je me vois en train de me dire « mais qu’est-ce que mon bébé vivant retiendra de ce traumatisme ? » Perdre son frère ou sa sœur avec qui il partageait l’espace depuis plus de trois mois. Perdre son complice des premiers instants. Perdre la seule personne qui le côtoyait vraiment depuis sa conception. Comment un bébé même pas né vit-il ce deuil ? Comment ça s’exprime, quand le subconscient et la recherche identitaire se mélangent ?

Notre bébé étoile a sa place dans notre famille et nos conversations. Il fait partie de la gang, comme grand-papa décédé beaucoup trop tôt pour rencontrer ses petits-enfants. Il existe dans notre cœur à défaut d’exister dans nos souvenirs. Une seule photo en noir et blanc, mais toute sa place.

Né après lui, mon grand bonhomme sera tout de même toujours son grand frère. Lui, il a continué à grandir. Il a depuis longtemps dépassé les quelques centimètres que notre bébé étoile ne dépassera jamais. Mon grand, il a conscience qu’il manque une partie de lui. Et il a longtemps cherché cette partie.

Quand mon petit (plus si petit que ça, quand même !) dernier est arrivé, fiston a trouvé un ami. Et plus le temps passe, plus le confinement perdure, et plus ils se rapprochent puisque l’amitié n’est pas diluée à travers d’autres. Une fusion fraternelle. L’un ne va pas sans l’autre. L’un ne VA pas sans l’autre, dans le sens où ils ne se sentent pas tout à fait eux-mêmes quand leur douce moitié ne se trouve pas dans le centimètre carré à côté.

Quand je cherche une photo de l’un, c’est mission impossible. L’autre a toujours sa face, un pied, une main, dans la photo. Ou son corps complet par-dessus son frère. Ils perdent leurs dents en même temps, ils sont malades en même temps, ils sont bougonneux en même temps. Ils ont le même humour, le même accent qui ne vient pas des parents. Même à l’heure du dodo, après quatorze heures à jouer ensemble, ils ont encore besoin de se coller, de se chatouiller, de se raconter leur vie. Comme s’ils ne la savaient pas déjà par cœur ! Comme s’ils n’étaient pas déjà le personnage principal dans l’histoire de l’autre.

Mes boys, que feriez-vous l’un sans l’autre ? De quoi auraient l’air vos journées depuis que la société s’est refermée sur elle-même il y a presque un an ? Comment auriez-vous vécu les déménagements, les changements d’école, les grandes émotions ? Qui seriez-vous en version solo ?

Éventuellement, les amis ne seront plus virtuels mais bien présents dans votre quotidien. Vos deux ans de différence se feront sentir. L’entrée au secondaire laissera le plus jeune derrière. Et le plus vieux devra s’adapter à une nouvelle vie tout seul comme un grand. Vous devrez défusionner, au moins quelques heures par jour. Décoller la crazy glue des siamois. Mais vous le savez, je n’ai même pas besoin de vous le dire : vous resterez toujours complices. Des infinis banounous, comme vous le dites si bien, dans votre langage juste à vous. Des jumeaux dont la plus grande différence est la date de naissance…

Nathalie Courcy