Tag liberté

Aimer n’a pas de sexe – Texte: Joanie Fournier

Les enfants posent des questions. C’est normal, ce sont des enfants. C

Les enfants posent des questions. C’est normal, ce sont des enfants. C’est leur rôle de poser des questions sur la vie. Et je pense que tous les enfants se posent les mêmes questions, mais selon leur génération, leur culture, leurs valeurs, ce ne sont pas tous les parents qui donnent les mêmes réponses. Je pense cependant qu’il est important de donner l’heure juste à nos enfants. De leur expliquer les choses telles qu’elles sont, tout simplement.

Chez nous, ces discussions font partie du quotidien. Je ne me rappelle pas qu’on ait eu UNE discussion sur la sexualité ou sur l’amour, par exemple. Je sais qu’on en parle souvent parce que certaines phrases clés sont répétées souvent ici. Par exemple, j’ai toujours répété à mes enfants, depuis aussi longtemps que je me souvienne, qu’ils ont le choix. Ils ont le choix d’être en couple, ou pas. Ils ont le choix de se marier, ou pas. Ils ont le choix de vouloir des enfants, ou non. Ce n’est pas parce que moi j’ai voulu me marier à l’église devant Dieu, que moi j’ai voulu une grande famille, que moi je suis tombée amoureuse d’un homme, qu’ils doivent faire la même chose. Ce sont mes choix de vie à moi, mes préférences à moi, ce qui me rend heureuse, moi.

Je leur répète constamment qu’ils pourront aimer qui ils veulent. Garçon, fille, cisgenre, transgenre, intersexe, peu importe. Mais, il y a bien une condition ! La personne choisie doit les respecter, les aimer, les traiter avec amour et bienveillance. Parce que je m’en fiche de savoir que mon enfant est hétérosexuel, homosexuel, asexuel, etc. Ce qui m’importe, c’est qu’il sache être dans une relation saine où il se sent aimé, respecté et en sécurité.

J’espère secrètement que mes enfants ne feront jamais de « coming out ». Parce que je ne veux pas qu’ils pensent avoir besoin de se mettre dans l’une de ces catégories. Nul besoin de sortir du placard quand tu n’as jamais été forcé de t’y cacher, non ? Je me dis que je leur souhaite de connaître l’amour, avec un humain formidable. Ils méritent d’être aimés et de connaître ces petits papillons.

J’ai souvent l’impression que notre génération aime mettre des mots sur des gens, des catégories où les encadrer, des boîtes où les restreindre… Dès que quelqu’un sort des catégories connues, on lui en invente une ! Un nouveau mot, un nouveau concept. Pourvu qu’on ait tous une case où se ranger. Je n’ai jamais compris…

Tant que ton cœur bat et peut aimer, à mes yeux, tu es un humain. C’est aussi simple que ça. C’est un garçon ou une fille ? C’est un humain. C’est un hétérosexuel ou un homosexuel ? C’est un humain. D’où il vient ? De la Terre. Je n’ai pas ce besoin d’enfermer des gens dans des cases pour leur accorder de la valeur. À mes yeux, on naît tous égaux et ce sont nos actions qui déterminent la personne que nous voulons être. Donc si tu me traites bien, je te respecte.

Peut-être justement que si chaque enfant pouvait s’habiller comme il veut, choisir le métier qu’il veut et décider de la personne qu’il aime, la paix serait plus facile à obtenir pour tous. Peut-être que finalement, c’est la prochaine génération qui a tout compris. Si seulement tous les enfants pouvaient avoir réellement le choix. Je connais trop d’enfants à qui les parents imposent leurs valeurs et leurs propres choix. Je connais trop de parents incapables d’ouvrir leur esprit.

Et si nos enfants connaissaient en fait les réponses à leurs propres questions ? Peut-être justement qu’il faut arrêter de penser que c’est aux adultes d’apprendre aux enfants. Peut-être que c’est le tour de nos enfants de nous apprendre la vie. Peut-être qu’ils savent mieux que nous comment être un bon humain…

Joanie Fournier

 

Je suis née dans un monde libre – Texte: Joanie Fournier

Je suis née dans un monde libre. Je suis née en sécurité, dans une fam

Je suis née dans un monde libre. Je suis née en sécurité, dans une famille aimante. J’ai tenu pour acquis qu’être en sécurité, aimée, respectée et stimulée, c’était normal. Et plus je côtoie des gens formidables, ouverts d’esprit, qui viennent de partout sur Terre… plus je suis reconnaissante. Je suis reconnaissante pour toutes ces petites choses, qui pendant des décennies m’ont semblé normales et acquises. Toutes ces petites choses, qui font partie du quotidien depuis tellement longtemps, qu’on en oublie la chance qu’on a de les avoir.

Je sais nager parce que j’ai de la chance. L’endroit où je vis m’a permis d’apprendre à nager dans une eau calme, cristalline et saine. J’ai appris à nager dans le calme et le plaisir, pas dans la panique et la survie.

Dès mes 5 ans, j’ai pu aller à l’école. Presque gratuitement. Aussi longtemps que j’en ai eu envie. Un autobus est passé me chercher au coin de ma rue, tous les jours, pour m’amener à l’école en sécurité, gratuitement. J’ai appris à lire, à écrire, à penser par moi-même. On m’a autorisée à avoir mes propres pensées, à les développer, à les exprimer et à les assumer.

J’ai des vêtements adaptés pour toutes les saisons. Un toit sur ma tête et un lit pour dormir. Les restants dans le frigo ne me tentent pas toujours… mais il y a toujours quelque chose à manger à l’intérieur.

J’ai commencé à travailler très jeune, pour avoir mes propres sous, pour me payer ce dont j’avais envie, quand j’en avais envie. Personne n’a jamais contrôlé mon argent ou choisi à ma place comment j’allais le dépenser.

Je marche dans la rue et je me sens en sécurité. Si je ne me sens pas en sécurité, j’appelle la police et je me re-sens en sécurité. Personne n’a le droit de me faire du mal impunément. Je n’ai jamais été témoin d’une fusillade ni vu de bombe éclater sous mes yeux. J’ai de la chance.

J’ai choisi la personne avec qui je voulais partager ma vie. J’ai choisi si c’était un homme ou une femme. J’ai choisi quelqu’un que j’aimais. J’ai choisi quelqu’un qui me respecte et qui me traite bien. Et j’ai le droit d’arrêter cette relation quand je le veux. J’ai le droit de changer d’avis, j’ai le droit de continuer, j’ai le droit d’écouter mon corps et mon cœur.

J’ai des relations sexuelles quand j’en ai envie. J’ai le droit de dire non. J’ai des orgasmes. J’ai le droit d’avoir du plaisir et de décider de la manière de m’y prendre pour l’obtenir. J’ai le droit d’avoir des enfants, autant que j’en veux. J’ai le droit de ne pas avoir d’enfant. Je peux me faire avorter. Peu importe la raison.

J’ai le droit de choisir le gouvernement qui me représente. J’ai le droit de dire que je ne suis pas d’accord. Je peux écrire ce que je veux sur Internet. Je peux dire ce que je pense et je me sens en sécurité.

J’ai toujours le choix. Personne ne peut me forcer à quoi que ce soit. Je peux devenir qui je veux. Je peux choisir mon métier. Je peux choisir mes amis. Je peux choisir ma vie.

Tout cela me semblait tellement banal jusqu’à récemment. Tout cela me semblait automatique, acquis, non négociable. Plus je côtoie des personnes qui arrivent d’ailleurs, plus je les respecte et plus je remercie la vie d’être née ici. Il faut prendre le temps de se rappeler que tout cela n’est jamais acquis pour toujours. Il faut savoir dire merci et être reconnaissant pour ce que l’on a. Il faut savoir se battre pour conserver nos droits. Rien n’est acquis. Tout peut changer. Il faut continuer cette bataille, menée par nos ancêtres. Elle ne sera jamais terminée. Tant que des humains sur Terre n’auront pas tous ces droits, cette bataille ne sera jamais terminée. Et si vous vivez ici et que vous croyez ne pas avoir tous ces droits, vous avez tort. Levez-vous, parlez, allez chercher de l’aide. Il y a des gens prêts à vous accompagner. Reprenez vos vies en main, vous avez le droit.

Joanie Fournier

Le dragon-cracheur-de-feu – Texte : Solène Dussault

Depuis quelque temps, un dragon loge sous mon toit. Dès qu’il se lève le matin, tout couetté, i

Depuis quelque temps, un dragon loge sous mon toit. Dès qu’il se lève le matin, tout couetté, il me pulvérise de ses yeux rouges et vengeurs, l’air de dire « ah non, tu habites encore ici, toi ? ». Ce dragon a 15 ans et je n’ai pas vu venir le réveil de la bête.

C’est son été des grandes nouveautés, son été de tous les possibles. Il a commencé à travailler à l’épicerie du coin, c’est son premier emploi étudiant. Je suis bien heureuse pour lui, qu’il vive cette expérience enrichissante. Il apprend à servir des clients (oui servir, dans le sens de répondre à des besoins autres que les siens) et à faire des phrases de plus que deux mots. Il apprend à faire des demandes à un gérant (parce qu’à cet âge-là, il faut structurer sa pensée si on veut pouvoir se faire accorder quelques jours de congé. On ne peut pas juste grogner et marmonner). Mais le dragon en lui est irrité à la moindre contrariété : un autre employé ne fait pas les tâches comme il le devrait et il en râle toute la soirée parce que LUI, le dragon-fidèle-au-poste, fait bien son travail.

Et c’est aussi en ces lieux bénis qu’il a rencontré sa première flamme : une toute belle. SA première toute belle. C’est dans le vestiaire des employé.e.s qu’ils se sont embrassés pour la première fois. Voir son visage, quand il s’est assis dans l’auto qu’il m’a dit « Maman, je l’ai embrassée !!! ». Ça valait tour l’or du monde. J’étais heureuse et fière qu’il me partage ce moment d’intimité. Il n’était pas obligé de me faire cette confidence l’ado-dragon.

Mais voilà que cette nouveauté dans sa vie l’a transformé. Il est passé de l’enfant docile à JE-VEUX-VIVRE-MA-VIE-ET-PRENDRE-DES-DÉCISIONS. Il veut décider des journées où il la voit. Il veut décider de l’heure à laquelle je dois aller le reconduire à leur lieu de rencontre. Il veut prendre des décisions avec elle. Il veut partir de chez moi, il a tellllllement hâte de vivre sa vie. Sa diarrhée verbale déferle sur moi sans fin. Il me fait monter de force dans le manège des montagnes russes.

Assis au comptoir de l’îlot de cuisine, il me lance ses flèches piquantes. Il me crache qu’il est tanné que je décide pour lui. Il veut être autonome, il veut se péter le nez tout seul en vivant ses expériences lui-même. Il veut décider de son heure de retour à la maison. Il veut TOUT TOUT TOUT…

En quelques jours, son feu intérieur a brûlé les traces de son enfance pas si lointaine. Il voulait encore que j’aille dans sa chambre lui dire « Bonne nuit ». Il dormait encore la porte de sa chambre ouverte. Il acceptait encore de m’accompagner dans certains magasins. Cette époque est révolue. Mais lorsqu’il peut encore tirer des bénéfices de sa mère, le dragon peut être futé. Il aimerait bien que je lui fasse cuire ses rôties, que je prépare son lunch, que je fasse le taxi. Bref, que je continue à lui donner ma chemise malgré son air bête et les cornes qui lui sont poussées.

Et là, un moment donné, la mère bienveillante et compréhensive en moi le « call » pour une rencontre au sommet. Je m’assois à la table de la cuisine avec une feuille de cartable et un stylo. Il SAIT. Lorsque je m’installe avec mes outils de mère-qui-veut-trouver-des-solutions, il sait qu’il ne gagnera pas et qu’il devra collaborer. Il déplie son long corps, évacue quelques respirations par ses narines fumantes, se lève avec un écouteur Air-pod à l’oreille et vient me rejoindre à la table en disant « Ah non, pas encore tes cr**** de feuilles ». Je me retiens pour ne pas partir à rire. Parce qu’à ce point, je suis déjà gagnante. Il s’est levé et est venu à ma rencontre. Avec un dragon, il faut y aller très lentement et lui donner l’impression qu’il décide.

Je commence mon bla-bla, lui demandant quels sont ses besoins. Il me jette un regard qui veut dire « Ben voyons toé, mes besoins, de kossé que tu veux dire ??? ». Et j’attends sans rien dire. Je suis calme et lui aussi. Je vous épargne le reste de la démarche ultra pédagogique. Il repart avec la feuille, sur laquelle j’ai écrit les quatre besoins qu’il m’a dictés. Et j’ai fait des beaux p’tits croquis pour qu’il comprenne des concepts de la vie. Mais il retient une chose de mon message on ne peut plus clair : il a 15 ans et aura une liberté de dragon de 15 ans dans un cadre d’amour fixé par les adultes de son entourage. Ce cadre de stabilité et d’ouverture y restera jusqu’à ses 18 ans. Que notre accompagnement ira ensuite en diminuant…

C’est le matin, le lendemain de ma rencontre au somment avec lui. Son aide-mémoire est dans sa chambre. Je ne sais pas s’il l’a chiffonné, déchiré, jeté. Je ne sais pas si à son réveil, l’ado-dragon se souviendra de notre discussion d’hier soir. Peut-être aura-t-il tout oublié ? Je répéterai avec plaisir. Mon dragon, je l’aime et je sais qu’un jour, il retournera se coucher dans sa grotte. Je me dirai alors que c’était une période de cauchemars vraiment nécessaire à son épanouissement et que je découvrirai un homme souriant, heureux, libre et en pleine possession de ses moyens.

 

Solène Dussault

Chaque enfant est maître de son destin. Texte: Eva Staire

Chez nous, il y a un principe très clair : chaque enfant est maître de son destin. Chacun a sa per

Chez nous, il y a un principe très clair : chaque enfant est maître de son destin. Chacun a sa personnalité, ses préférences et ses goûts, et on essaie le plus possible de les encourager à les respecter dans toute cette unicité. Au quotidien, ça fait surtout qu’on refuse d’inscrire nos enfants en bas âge à toutes sortes d’activités que nous, comme parents, on pourrait juger bonnes pour eux. C’est justement à eux de se développer, d’essayer des trucs et de faire des demandes pour s’inscrire à telle ou telle activité. Ce n’est pas à nous de décider pour eux.

Je n’inscris pas mes enfants à 3 ou 4 ans au soccer, ni au hockey, ni au patinage artistique, ni au ski, ni à la natation… Je sais, je suis étrange comme parent. Bien sûr, je veux que mes enfants bougent, parce que je trouve ça primordial pour leur santé. Alors comment on fait? On va marcher en montagne chaque fois que c’est possible, tous ensemble. On bâtit une patinoire dans la cour extérieure et les enfants y vont, pour s’amuser, chaque fois qu’ils le veulent. On va marcher ensemble dehors après le souper. On va faire du vélo en famille. On a tous nos vélos, nos patins, nos skateboards et nos trottinettes. On bouge, parce que c’est l’fun, pas parce qu’il est samedi matin, 9h00, et qu’on y est forcés parce que le cours commence…

Je ne suis pas du tout contre les activités de groupe. Je suis contre le fait les y inscrire « parce que ». « Parce que je trouve ça important comme parent ». « Parce que je veux qu’ils bougent ». « Parce que je veux qu’ils essaient des nouveaux trucs… » « Parce qu’il faut bien qu’ils apprennent ». Tout ça, à mes yeux, ce ne sont pas des raisons valables pour les inscrire à des activités… Si je veux que mes enfants essaient de nouveaux trucs et fassent de l’activité physique, et bien c’est simple, je le fais avec eux. Parce qu’un enfant apprend avec des modèles, et pas avec de belles paroles.

Alors oui, mes enfants font des activités. L’une de mes enfants a commencé la danse vers 4 ans, parce qu’elle adorait la musique. Elle était inscrite au centre communautaire, pour s’amuser. De la musique, des belles couleurs, des lumières et du plaisir. Pas de compétition, pas de niveau. Ça, ça collait avec ce qu’elle voulait vraiment. Elle m’a demandé quand elle avait 7 ans d’apprendre à jouer du piano, parce qu’on en avait un qui prenait la poussière à la maison et qu’elle le trouvait magnifique. C’est venu d’elle, et c’est tout ce que je voulais.

Pour une autre de mes enfants, ça a été autre chose. Elle a essayé la danse, parce qu’elle prenait sa grande sœur comme modèle. Elle a essayé, une ou deux sessions. Puis bof. Ça ne lui disait plus et c’était bien correct comme ça. Elle est tombée en amour avec une chanteuse populaire (Roxane Bruneau, pour ne pas la nommer) et elle a voulu apprendre la guitare pour pouvoir jouer comme elle. Alors go pour la guitare.

Ma plus jeune adore les animaux. Elle aurait envie de jouer de tous les instruments de musique, mais elle avoue elle-même qu’elle n’a pas la patience d’essayer de se concentrer. Elle, son coup de cœur, ça a été l’équitation. On a trouvé un petit ranch près de la maison qui lui donne des cours spontanément, quand elle en a envie. Pas de compétition, pas d’obligation. Et je pense sincèrement que pour une enfant de 6-7 ans, c’est ça l’idéal.

Mes enfants ne sont pas intéressés à s’inscrire aux activités sportives. Et ce n’est pas parce qu’ils n’aiment pas le sport. C’est juste qu’on bouge tellement tous ensemble qu’ils ne ressentent pas le besoin de le faire par obligation… Et je suis honnête avec moi-même, ça fait aussi bien mon affaire. Je lève mon chapeau à tous les parents qui passent leurs samedis matins dans les arénas, leurs mardis soirs dans les gradins au parc et leurs jeudis soirs entre deux transports. Honnêtement, je ne suis pas prête à faire ça uniquement par principe de faire essayer un sport quelconque à mon enfant. Et là, plusieurs parents vont se fâcher en disant que leur enfant adore son sport et que ça lui apprend plein de choses… Si ça vous convient, c’est génial. Ce que je dis, c’est que moi personnellement, je veux attendre que mon enfant ait une passion et l’encourager autant que possible, c’est tout. Je refuse de lui indiquer une route à suivre. On voit trop d’enfants qui continuent pour faire plaisir à leur parent. On voit trop de parents qui se voient dans leur enfant et qui aurait souhaité avoir la même chance plus jeune. On voit trop d’enfants qui disent à leurs parents qu’ils aiment ça, mais qui disent le contraire à leurs amis.

Je sais bien que plusieurs vont avoir envie de me lancer des roches. J’imagine que je suis habituée… la différence attire la haine de tellement de gens. Plusieurs vont se sentir jugés ou visés par mes propos, alors que ce n’est absolument pas le cas. Ce que je dis, c’est que je veux que mes enfants choisissent eux-mêmes ce qui les passionne dans la vie. Rien de plus, rien de moins.

Plusieurs me disent qu’il faut que mes enfants essaient les activités, pour savoir s’ils aiment ça ou non et pour qu’ils connaissent leurs choix possibles. Je ne suis pas d’accord. Je ne connais aucun adulte qui n’a aucune idée de ce qu’est le hockey, la danse, le soccer, le piano, le ski… En revanche, je connais des adultes qui se découvrent des passions justement parce qu’ils essaient des trucs qu’ils aiment en vieillissant. Je n’ai pas besoin d’essayer d’apprendre le violon pour savoir que je n’aime pas ça. Et à mon avis, c’est sous-estimer la connaissance de soi de mes enfants que de prétendre qu’ils ne savent pas ce qu’ils aiment vraiment.

Alors voilà, je veux que mes enfants prennent leurs propres décisions dans la vie. Ça vaut pour les activités, ça vaut pour les programmes scolaires, ça vaut pour leur profession… Je pense que mon rôle de parent, c’est de les soutenir et de les encourager. Je veux simplement qu’ils aient le choix, un réel choix. Peu importe leur âge et leur sexe. Je veux qu’ils aient leur vie en main et je pense que ça commence quand ils sont tout petits…

Eva Staire

Quand la fertilité devient un cauchemar sans fin… et qu’on t’enlève ta liberté de choix – Texte : Marie-Élisabeth Ménard

En juillet 2019, tout juste avant mes 25 ans, j’ai mis au monde mon quatrième enfant. Belle, ple

En juillet 2019, tout juste avant mes 25 ans, j’ai mis au monde mon quatrième enfant. Belle, pleine de vie, de santé, de curiosité. Avec un papa si attentionné, si aimant ! Le bonheur !

L’accouchement a été parfait. Facile, sans problème ni blessure. La maman va bien et le bébé aussi. Tout va pour le mieux. Mon conjoint et moi avions décidé depuis longtemps que ce serait la petite dernière, que plus jamais je ne porterais d’enfant dans mon ventre. C’était notre décision pour la famille, MA décision pour moi-même. Je n’en pouvais plus. La grossesse avait été pénible physiquement, et surtout mentalement.

Je venais de terminer ma première année de technique et je commençais mes stages en août, lorsque mon bébé allait avoir tout juste deux mois. Le gynécologue m’a demandé quelle contraception je voulais pour la suite. Je lui ai répondu (dossier à l’appui) que les contraceptifs ne fonctionnaient pas. Je suis tombée enceinte deux fois sous contraception, après plusieurs rejets violents de toutes sortes avec ou sans hormones. Sans faire de détour, j’ai demandé la ligature des trompes, qui me semblait adéquate. Il m’a dit non, sans me laisser m’expliquer sur mes motivations. Il m’a dit non, sans connaître ma vie ni mes sentiments dans la situation. Il m’a simplement dit non. Voici ses arguments, et les réponses que j’ai eues à lui donner :

Tu es trop jeune : WHAT?!? Quatre enfants à 25 ans, et je suis aux études, ce n’est pas assez pour toi ? Il m’en faut combien, ou quel âge devrai-je avoir pour arrêter d’être enceinte ? … Je suis tombée enceinte à 17 ans, et on me disait déjà trop jeune pour AVOIR un enfant ; 8 ans plus tard, je suis trop jeune pour arrêter d’en faire… Humm.

Si jamais tu regrettes et que tu en veux d’autres : JA-MAIS. Je suis épileptique, c’est risqué chaque fois que je tombe enceinte, chaque fois que je ne fais pas mes nuits (et Dieu sait à quel point on ne dort pas avec des enfants…). Les grossesses sont de plus en plus difficiles et épuisantes, en plus de l’école, des autres enfants, de la vie et des imprévus… JA-MAIS.

Et ton chum lui, s’il en veut d’autres : On peut adopter, devenir famille d’accueil, avoir une mère porteuse, peu importe… Je ne veux plus en avoir en moi. Mon corps doit me revenir et m’appartenir un moment donné… C’est aujourd’hui ce moment. Je n’en veux simplement plus. À la limite, il ira voir ailleurs, JE M’EN FOUS. Ce n’est pas sa décision, plus après quatre…

Le médecin m’a même gentiment proposé l’abstinence. (J’ai bien failli lui sauter à la gorge !)

Vous auriez dû me voir à cet instant. Déconfite, déconstruite, en pleurs, inconsolable. De mes 17 ans à mes 25 ans, je n’ai connu que ça, les grossesses, les accouchements et les nuits blanches. J’ai quatre enfants ; imaginez les maladies, les nuits à l’urgence, les imprévus de garderie, d’école, de rendez-vous, de blessures, et j’en passe. Le coût de la vie qui ne fait qu’augmenter, les cours de sport, le parascolaire, les fêtes et autres… Je ne pouvais pas imaginer qu’une personne ne se fie QU’À mon âge pour déterminer si j’étais prête ou non à mettre fin à ma fertilité incontrôlable. Moi qui me suis battue pour ma liberté et mon indépendance jusque-là, c’est toi, l’homme gynécologue de 60 ans, qui vas décider de l’avenir de mon corps ? Je ne pouvais y croire. Je suis sortie du bureau hors de moi et en pleurs. Mon chum ne savait pas quoi me dire ni quoi faire pour apaiser ma souffrance. Parce que oui, c’était une souffrance terrible, que je ressens encore aujourd’hui. J’avais envie de crier à l’injustice. Mais je suis sortie, la tête basse et le cœur en miettes.

Quatre mois plus tard, en novembre ou en décembre, j’ai un drôle de feeling, que je ne connais que trop bien. Le test est positif. Je suis de nouveau enceinte. Lorsque j’appelle mon conjoint pour le lui dire, ma voix est bloquée dans ma gorge. Rien ne sort. Je suis paralysée par la colère, la rancune, l’amertume, la peur. J’ai peur. On n’en veut pas, de cette grossesse-là. On suit donc la procédure pour une IVG. Je ne suis ni pour ni contre l’avortement. Je pense que ça doit exister, pour le choix de la femme qui s’inflige cette opération. Parce que ce n’est pas qu’un sujet ni un jeu. C’est une opération où on nous enlève la vie du ventre. C’est un choix que l’on s’impose pour diverses raisons, mais la première et la plus importante, c’est quand c’est pour soi-même que l’on prend cette décision. Dans tous les cas, ça fait mal. Mal au corps, mal au cœur et mal à l’âme. (Encore en écrivant ces lignes, je pleure, parce que le mal est encore là malgré le soulagement.)

Dans le processus, j’apprends que j’attends des jumeaux cette fois. Je ris jaune, parce que c’est du délire. Le destin est parfois chiant, mais là, je le trouve incompréhensible. Je redemande aussitôt la ligature. La gynécologue, une femme cette fois, n’argumente pas et fait tout en son pouvoir pour me l’obtenir. Et elle réussit. C’est un soulagement de me faire soutenir, entendre, comprendre par quelqu’un. Enfin.

Lorsque je rencontre les professionnels dans le cadre du processus, je largue ma colère envers le système et envers celui qui m’a causé tout ce que je vis juste parce qu’il me trouvait « trop jeune » ou qu’il a pensé à mon chum avant moi. Les personnes présentes me comprennent, m’écoutent patiemment et soulagent comme elles le peuvent ma douleur à l’âme. Elles sont extraordinaires. L’opération a lieu. J’en sors, soulagée, mais vide. J’ai un deuil à faire. Celui de mon IVG, mais aussi celui de ma fertilité. Un deuil officiel de grossesse, de recommencement, de renouveau. Et ça me va. J’étais prête pour ce deuil depuis longtemps, et il me convient.

Neuf mois plus tard, je me sens toujours mal. Depuis mon opération, j’ai des douleurs au bas-ventre. Je me sens bizarre, je sais que quelque chose ne va pas. Après les prises de sang, une nouvelle grossesse est confirmée. Oui, oui, neuf mois après ma ligature, je suis de nouveau enceinte. (Moins de 1 % de chances, qu’ils disent… fallait que ça me tombe dessus !) Et elle est viable, donc pas ectopique. Quelle chance ou quel malheur ? … J’en ris. J’en pleure. Je fais tout ce que je peux pour ne pas devenir folle. Je ne comprends plus rien. Je n’en peux plus. Je veux disparaître. Je veux démolir quelque chose, plusieurs choses. Je ne sais plus. À quel point la vie voulait que je sois enceinte pour me faire ça ? Devais-je le garder ? Parce que rendu là, croyez-moi, c’est un miracle. De mauvais goût, mais tout de même un miracle.

Je me suis questionnée à ne plus savoir comment réfléchir. Si vous saviez comment j’ai pleuré ! Je n’avais plus de larmes, et à la fin, je riais comme une personne qui a perdu l’esprit. Je n’étais plus personne. Je me sentais simplement comme une machine à bébés. Avec ou sans mon consentement, la vie et la médecine s’en foutaient, tant que je faisais des bébés. Je me suis fait opérer à nouveau. Deuxième IVG et deuxième ligature en neuf mois en plus d’un accouchement, tout ça dans la même année.

Tout ça parce que le gynécologue a dit non à MON choix, qu’il a eu cette emprise sur MON corps et sur MA vie.

Tout ça parce que le système de santé, SUR CETTE QUESTION, ne prend pas en compte la vie de la femme ni son avis.

Tout ça parce que, finalement, je n’ai jamais eu le pouvoir sur moi-même.

Tout ça parce que c’est injuste.

Tout ça parce que j’avais envie de vivre ma vie et qu’on ne m’a jamais donné le choix de le faire comme je le voulais et QUAND je le voulais.

Tout ça parce qu’on ne m’a pas écoutée au départ, lorsque j’ai dit non.

N’est-ce pas une des premières bases du consentement ? Sur le plan médical, n’ai-je pas le droit de profiter de mon corps comme bon me semble ? N’est-ce pas mon droit fondamental de décider si, oui ou non, je veux porter des enfants ? Peu importe mon âge, que j’aie ou non des enfants, que je fasse quoi que ce soit de la vie… n’est-ce pas mon droit fondamental de femme, d’humain de décider de ce que je fais de mon corps ?

Le système doit changer. Le système doit écouter ses patients, et non les détruire. J’ai vécu l’enfer, je ne suis pas la seule ni la pire.

Je veux que ça change, pour les autres qui vivent encore ou qui vivront un cauchemar comme le mien, par manque de choix, par manque d’écoute et par manque d’humanité.

Je veux que le droit des femmes et le consentement soient pris en compte dans le système de santé. Ce n’est pas normal qu’on se batte de tous les côtés pour ces aspects et que, lorsqu’on demande d’avoir le pouvoir sur notre corps, un médecin, un système, décident à notre place.

C’est injuste.

Soyez fortes. Soyez confiantes. Battez-vous pour la liberté de votre propre corps.

 

Marie-Élisabeth

L’outsider… la naufragée… Texte : Solène Dussault

Outsider est un mot anglais qui signifie « celui qui est en dehors ». Pour moi, pour no

Outsider est un mot anglais qui signifie « celui qui est en dehors ». Pour moi, pour nous, elle est celle qui a fait un choix. Celui d’être en dehors de nous. Elle ne s’est pas enlevé la vie. Elle s’est enlevée de nous. Arrachée à notre cocon de bienveillance.

Elle est celle du milieu. La rebelle, la revendicatrice, l’artiste, l’originale. Celle qui n’est pas dans un moule, qui a toujours eu une grande soif de liberté. Celle qui voit le monde à travers sa lunette à elle. Celle qui est partie à 18 ans faire le tour de l’Europe avec son sac à dos. Celle qui a fait des graffitis sur les murs de notre ville. Celle qui a eu toutes les couleurs de cheveux, qui a tenté toutes sortes d’expériences.

Et puis un jour, elle est partie travailler sur un bateau de croisière. Le début du naufrage. À son retour, les vagues géantes, le chaos, la descente aux enfers, les crises, les remises en question, les difficultés à gérer son quotidien. Les enjeux de santé mentale sont entrés dans sa vie, et dans la nôtre. Un tsunami infernal… Nous n’avons jamais su ce qui s’est réellement passé sur ce paquebot du cauchemar…

Je dis qu’elle est l’outsider. Elle s’est mise en dehors des liens qui nous unissaient à elle. Elle a coupé les ponts. Elle ne participe plus à nos pique-niques familiaux, à nos sorties aux pommes, aux anniversaires soulignés dans la simplicité. Il en manque toujours une : elle. Elle a prononcé des paroles qui tuent. Celle qui en souffre le plus est notre mère. Celle qui l’a mise au monde. Elle appelle son enfant à son anniversaire, mais doit laisser un message sur sa boîte vocale. Elle lui écrit des cartes de Noël, qui restent sans réponse. Elle s’est fait accuser de tous les maux de la terre. Elle s’est fait dire « va chier ». Elle est allée déposer des repas, des bas chauds sur le pas de sa porte. Souhaitant ardemment que la porte de son cœur s’ouvre, qu’elle soit touchée. L’ignorance, c’est tout ce qu’elle a eu en retour. Lorsqu’elle avait suffisamment de courage, c’étaient des reproches qui étaient vomis. Nous en étions toutes éclaboussées.

Nous avons appelé l’ambulance alors qu’elle se trouvait en plein délire, de ne pas avoir assez mangé. Le psychiatre qui l’a reçue à l’urgence s’est fait berner par ses paroles enjôleuses. Nous souhaitions qu’elle reçoive des soins, selon ses besoins. Tel ne fut pas le cas. Le lendemain matin, elle s’est retrouvée dans le stationnement, se sauvant de nous à toutes jambes. Combien de nuits blanches notre mère a passées éveillée, à se torturer avec les comment et pourquoi? Ma mère qui nous demande, la larme à l’œil et les lèvres sautillantes :  « Avez-vous des nouvelles, vous? Est-ce qu’elle vous parle? » Non, maman, elle ne nous parle pas. Ce n’est pas toi, c’est sa souffrance à elle qui l’aveugle et la confronte.

Je crois aussi qu’elle est naufragée sur son île. J’imagine qu’elle se sent seule ou qu’elle s’y trouve avec des gens comme elle, qui pansent leurs plaies. Une naufragée qui ne veut pas d’aide pour le moment. Qui a cessé sa médication, elle qui en avait pourtant tellement besoin. Nous lui avons lancé plusieurs bouées, des S.O.S., des cordes, des vivres, un bateau pneumatique. Ils sont restés sur la berge, à la dérive. Elle n’en a pas voulu. Nous avons souhaité être un phare pour elle, pour l’éclairer dans sa nuit.

Nous ne savons pas si elle est déménagée. Si elle travaille encore. Tellement de « si ». Notre famille est amputée d’un de ses membres. Nous apprenons à vivre sans elle, chaque jour. Elle est une abonnée absente et nous respectons son choix. Nous ignorons si elle s’est noyée…

Solène Dussault

Les poussières de liberté — Texte : Sophie Barnabé

Je me rappelle mes souvenirs d’enfance. Les étés parsemés de poussières de liberté. Tu t’en

Je me rappelle mes souvenirs d’enfance. Les étés parsemés de poussières de liberté. Tu t’en souviens ? Le plaisir d’une journée de vacances se mesurait à la noirceur des pieds, au contour de la bouche tachée par le Mr. Freeze à l’orange et à l’intensité de la démarcation rouge/blanc sur la peau.

 

Cet été, je sais d’avance que je devrais répéter mille fois à mes enfants d’aller jouer dehors… Pourquoi ? Pourquoi ne sont-ils pas attirés par la chaleur du soleil sur leur peau, le souffle du vent dans leurs cheveux ? Les jambes allongées sur le nouveau sofa sous la pergola, je me demande ce qui manque à leur bonheur. Je regarde autour de moi, tout est là. Notre cour Pinterest est magnifique…

 

L’été » 85… Que j’en ai fait des bouquets de pissenlits ! Je passais de longues minutes les pieds sur la première marche de la piscine et j’observais la peau de mes orteils devenir ratatinée. Ça. Je faisais juste ça…

 

Je mangeais des Revello qui fondaient le long de mes avant-bras et je m’essuyais dans l’herbe. Ça restait collant. Longtemps.

 

En jasant avec mes copines, je faisais glisser des bouts de gazon entre mes dents et pour passer le temps, je mettais mes mains en triangle pour emprisonner des fourmis. Que j’en ai fait des vœux à la vue de trèfles à quatre feuilles !

 

Le temps filait lentement. L’été, l’agenda n’existait pas…

 

J’ai encore des cicatrices laissées par les roches qui m’ont brûlé les mains et les genoux les quelques fois où j’ai fait des jumps sans casque avec mes patins à quatre roues. Je me souviens d’avoir marché deux heures, toute seule avec mon vélo, parce que la chaîne avait débarqué. La grosse misère ! J’ai eu les orteils en sang après avoir perdu ma gougoune tombée du pédalier… Orgueilleuse, pas une larme, mais la gorge nouée.

 

J’ai rencontré mon premier p’tit chum au parc. J’avais osé lui parler même si c’était un étranger. Mon premier french… Une vraie machine à laver !

 

Les vacances me donnaient l’envie d’oser, de tester, d’expérimenter. Je devais prendre des initiatives et il fallait que j’use de débrouillardise.

 

Quand j’y pense, je comprends un peu pourquoi je dois me battre avec mes enfants pour qu’ils sortent jouer dehors. Peut-être qu’il n’y a que dans mes souvenirs que l’été est si cool… Regarde autour de toi. Vois-tu la même chose que moi ?

 

À commencer par la piscine… Mes enfants doivent demander la clé pour aller se tremper les pieds, un petit geste qui, pour moi, était spontané.

 

Souffler sur les pissenlits ou chercher des trèfles à quatre feuilles… J’observe à gauche, puis à droite… Rien de tout ça. C’est vrai que sur un gazon digne d’un circuit de la PGA, ça ne pousse pas.

 

Et les fourmis capturées ? Oublie ça, je les ai fait exterminer !

 

Déguster un bon Revello. D’accord, mais pas sous la pergola au risque de tacher les coussins du nouveau sofa. Et si surgissait l’envie de se faire une cabane avec les chaises de jardin ? Jamais ! Ça pourrait défoncer le rotin !

 

Pas question non plus de mâchouiller de l’herbe et les Popsicle trop sucrés, je les ai sagement remplacés par des yogourts glacés. Ceux qui ont le même goût que les yogourts que j’ai mis dans les lunchs toute l’année. Ouin… mais c’est pour leur bien.

 

Puis, quand mes enfants désirent enfin sortir, je leur impose de mettre leur casque pour faire du vélo même quand il fait hyper chaud. Porter des protecteurs pour faire du roller, se badigeonner de crème solaire aux deux heures pour éviter de brûler et de chasse-moustiques pour ne pas que ça pique ! C’est plate en bibitte !

 

Les enfants doivent traîner leur bouteille d’eau pour éviter de boire au boyau, et sans téléphone, ils doivent lâcher leur partie de basket et revenir aux heures pour m’informer qu’ils n’ont pas été kidnappés.

 

Au parc, il n’y a plus d’enfants et si par miracle il y en a un, je répète aux miens d’être prudents parce qu’il pourrait être méchant. Bon… j’exagère un peu. Pas tant que ça…

 

Au fond, tout ce qui me fait craindre le pire pour mes enfants aujourd’hui me faisait tellement sentir en vie à l’époque. Je réalise que les étés de mon enfance étaient spéciaux parce qu’ils étaient propulsés par des élans de créativité, parfois freinés par excès de témérité. Sans agenda ni trop d’encadrement, ils étaient tout le contraire de la routine de l’année scolaire.

 

Les temps ont changé. Pour le mieux ? Pour le pire ? Le spa, la piscine, la pergola. Travailler comme des fous pour pouvoir se payer tout ça… Pour qui ? Pourquoi ? Cet été, dans notre magnifique cour aseptisée, mes enfants, je promets de vous souffler des poussières de liberté.

 

Sophie Barnabé

Les commentaires… Texte : Marilou Savard

Il est évident qu’on ne peut pas mettre tout sur le dos de la pan

Il est évident qu’on ne peut pas mettre tout sur le dos de la pandémie, mais une chose est certaine : c’est que comme nous sommes limités en activités, on passe beaucoup plus de temps sur les réseaux sociaux.
C’est à cet endroit que l’on peut faire un malheureux constat.
Il y a un si grand nombre de commentaires négatifs gratuits à l’égard d’autrui, probablement motivés par l’excuse que chacun a droit à son opinion.

Toutefois, n’oublions pas que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. C’est entièrement vrai qu’on peut s’exprimer librement comme on le souhaite, mais il faut penser que c’est un être humain qui est en jeu, qui a le droit d’être librement lui-même.

On est de plus en plus une société qui accepte la différence, mais quand quelque chose n’est pas à notre goût, nous sommes les premiers à exprimer notre désaccord et pas nécessairement avec les mots les plus gentils. On se dirige vers une société tranchante.

Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est de l’égoïsme, mais quand on y pense, c’est un peu plus penser à soi-même qu’aux autres de dire des choses qui peuvent blesser des gens, qu’on ait raison ou non.

Il faut se rappeler aussi qu’on ne sait jamais vraiment tout. L’arrière-plan. La raison derrière.
Donner le bénéfice du doute, c’est encore quelque chose qu’on peut choisir.

Les proverbes sont une formule présentant des caractères formels stables, souvent figurée, qui exprime une vérité tirée de l’expérience ou un conseil de sagesse pratique.
Ils sont là pour nous enseigner et nous dire ce qui est le mieux.
Je crois que l’expression suivante doit être remise en lumière :
Tournons notre langue sept fois avant de parler.
De nos jours, nous pourrions dire : tournons nos doigts sept fois avec d’écrire quoi que ce soit.
Il faut réfléchir avant de parler, il faut réfléchir minutieusement avant de s’exprimer.

C’est une chose de penser, c’en est une autre de communiquer.

En terminant, je tiens à dire que les commentaires constructifs sont d’une importance capitale. Ils permettent l’évolution pour une amélioration.
Toutefois, ça dépend du moment, du comment et de notre relation avec le répondant.

On sait maintenant à quel point un virus peut se propager rapidement. Est-ce qu’on pourrait en propager un nouveau ? Celui de l’amour, du respect et de l’acceptation ?

Marilou Savard

Le prix de la liberté (ou : Mais pourquoi donc travailler?) – Texte : Nathalie Courcy

Pourquoi, donc, mon ado adorée, faudrait-il que tu travailles ? P

Pourquoi, donc, mon ado adorée, faudrait-il que tu travailles ? Pas nécessaire, t’sais ! Tu es logée, nourrie, habillée, transportée, éduquée. Tu as même des REEE engrangés pour payer tes prochaines années d’études, don généreux de tes parents si aimants (et si parfaits… awèye, avoue !) Qu’est-ce qui pourrait bien te motiver à utiliser tes précieux temps libres pour travailler au salaire minimum et te faire possiblement suer à répondre à la caisse à des clients pas tout le temps fins-fins ?

Tu as un bon point. Mais moi j’en ai sept ! Pis 7, ben, c’est un chiffre parfait. Faque, j’ai raison.

  1. Tu as le goût de t’acheter (cocher les cases appropriées):

a) Des bonbons trop sucrés, pas full recommandés par ton dentiste et ta mère grano.

b) Des vêtements à la mode qui coûtent un bras pis la peau des deux.

c) Du maquillage, de la teinture, tout ce qui ne rentre pas officiellement dans la catégorie « Essentiels de l’hygiène corporelle ou mentale ».

d) Un voyage quelque part (ça c’est cool, parce que la pandémie te donne plus de temps pour économiser !)

e) Un ordinateur ou une machine à coudre ou un char ou… n’importe quelle bébelle électrique ou à moteur qui ne fait pas partie du budget familial.

   2. Tu as des ambitions d’études, de carrière ou de vie qui t’amèneront (trop vite à mon goût) à vivre loin du cocon familial. Je veux bien t’aider, mais je ne suis pas prête à payer deux hypothèques pendant vingt ans.

   3. Ton vécu dans la famille et à l’école t’a permis de prendre beaucoup de maturité et d’autonomie depuis près de 18 ans. Mais là, c’est le temps de passer au niveau suivant d’un jeu nommé Reality Check. Ça se joue comme Mario Bross, sauf que les pièces de monnaie ne s’attrapent pas en faisant des acrobaties dans les airs (et tu ne peux pas t’amuser à perdre des vies… tu tomberais direct Game Over si tu sautais dans le vide, faque essaye pas). Et je te jure que quand tu TE trouveras, tu crieras VICTOIRE ben plus fort que quand Mario trouve la princesse.

   4. Je me doute que ton but dans la vie n’est pas de passer des codes-barres au-dessus d’une machine qui fait des BIP stridents mille fois par jour ou de faire des crèmes glacées enrobées dans le chocolat à l’érable version cabane à sucre saupoudré de sparkles Il n’y a pas de sots métiers, c’est ce que ma prof d’Éducation au Choix de Carrière (ECC, pour les vieux de ma trempe) disait, et je suis d’accord. Mais je te connais, tu as une vision plus… visionnaire ? Pendant que tu fais tes heures, un, tu ne te mets pas dans le trouble (dans une ancienne vie dans la capitale québécoise, on disait que le travail et les cadets sortaient les jeunes du Carré d’Youville et les empêchaient de devenir des poteux… dire que maintenant, c’est légal !!) et deux, tu apprends. Mais ma foi du bon Dieu, qu’est-ce que tu apprends donc ? Deux ou trois notions pertinentes, du genre la politesse, l’effort, la ponctualité, l’esprit d’équipe, l’adaptation aux imprévus, le respect, la valeur des choses et du temps, l’organisation. Et plein d’autres belles valeurs quétaines dont tu découvriras l’importance à un âge vénérable comme le mien.

   5. Que dire des lignes que tu ajoutes dans ton CV ! À 16 ans, on peut se permettre de n’avoir que des expériences de gardiennage et de bénévolat dans son CV. Mais à 26, c’est moins hot. Ça prend des références. Ça prend des compétences en plus des diplômes. Ça prend des preuves que tu peux être une bonne employée, ou une bonne employeuse. Ou une bonne ce que tu voudras être. Ça prend aussi de l’expérience d’entretien d’embauche, parce qu’entre toi et moi, se présenter en entrevue peut être aussi agréable que d’essayer des maillots de bain dans une boutique où tous les miroirs sont en dehors des cabines d’essayage.

   6. Et puis oui, ça prend de l’argent. Mauvaise nouvelle, hein ! Les choses ont un prix. Je ne veux pas t’écœurer, mais la vie coûte cher, même pour ceux qui font du 0 déchet minimaliste tirant sur la simplicité volontaire. C’est en gérant ton propre budget que tu apprendras que le montant qui sort de ton compte doit toujours être moins élevé que ce qui y entre. Maths de base, 1reannée du primaire. Avec le temps, tu continueras à comprendre les mystères des taxes, des rabais, des factures et des T4, la joie de faire tes impôts et la nécessité de payer tes cartes de crédit avant la date limite.

   7. Un jour, tu verras dans ton compte le nombre magique que tu attendais depuis un bon bout. Celui dont tu rêvais, celui pour lequel tu travaillais si fort. Tu verras le montant qui te permettra de t’acheter ce qui te donnera encore plus l’impression d’être une jeune femme autonome. Ce sera à toi, comme aucun vêtement ni aucun objet que j’ai pu t’acheter depuis ta naissance. (Je me souviens encore de la radiocassette avec deux haut-parleurs intégrés que je m’étais achetée « dans le temps »… 130 beaux dollars bien économisés. Ihhhh ! Que je me sentais grande !) Cette journée-là, peut-être que tu seras reconnaissante que je t’aie un peu botté les fesses pour que tu te trouves un emploi.

Mais ma grande, j’y pense. Je t’ai souvent dit que nos enfants ne nous appartiennent pas et que la plus belle valeur que je peux vous transmettre, c’est la liberté. Mais pas n’importe laquelle. Une liberté responsable et assumée. L’argent n’achète pas tout, bien sûr. Mais l’argent bien géré aide à atteindre ce type de liberté. Et c’est ce que je te souhaite.

P.S. Tu te souviens, hein, de ce qui est écrit en mini caractères dans notre contrat mère-fille ? Quand tu seras riche, tu m’amèneras faire un tour de machine au soleil et tu me payeras la crème glacée. Je vais prendre celle aux mangues avec enrobage de chocolat blanc. S’il te plaît.

Nathalie Courcy

Rectifications d’une nouvelle génération

Quand nous étions enfants, nos parents nous répétaient sans cesse les ph

Quand nous étions enfants, nos parents nous répétaient sans cesse les phrases clés de la réussite. Comme si à l’époque, il n’existait qu’une seule formule pour réussir dans la vie. Je sais que quelques parents sortaient déjà du lot, mais il fut un temps où la majorité des parents souhaitaient ce chemin tout tracé pour leurs enfants. Aujourd’hui, j’ai envie de comparer… Alors voici le Top 5 des phrases que ma génération s’est fait répéter toute son enfance, et en contrepartie, ce que je dis aujourd’hui à mes propres enfants, trente ans plus tard.

1- « Tu vas te marier avec ton prince charmant. Et quand tu seras mariée, tu auras le droit de faire l’amour. »

Notre génération est celle qui a le plus rêvé à ce fameux prince charmant… Et tellement de ces petites filles ont été déçues en vieillissant! Aujourd’hui, je répète à mes filles qu’elles pourront choisir la personne avec qui elles ont envie de partager chaque journée de leur vie. La seule condition, c’est que la personne choisie les respecte et les rende heureuses.

Je m’en fiche que ce soit une fille ou un garçon. Je m’en fiche qu’il/elle soit riche comme un prince, ou vive une vie plus modeste. Je m’en fiche de savoir d’où il/elle vient et qui sont ses parents. Si cette personne fait ton bonheur, alors partage ta vie avec elle. Et pour le sexe… Je te souhaite surtout de ne pas être vierge quand et si tu te marieras. Parce que pour choisir la personne qui te convient, il faut savoir ce que tu veux et ce que tu aimes. Partager sa vie avec une personne qui connaît notre corps par cœur et avec qui ça clique physiquement, ça vaut de l’or.

2- « Si tu as plus de 80 % de moyenne générale, tu auras une grosse récompense. »

Notre génération aura été de loin celle qui vit aujourd’hui avec une méga anxiété de performance. On veut tellement être parfaits partout et réussir dans tout. Aujourd’hui, à chaque bulletin reçu, je m’assois avec mon enfant pour discuter avant même d’ouvrir le bulletin. Tu as fait de ton mieux? Tu as relevé des défis? Tu as fait de gros efforts? Tu as appris? Oui, alors c’est tout ce qui compte. Je m’en fiche de connaître les chiffres écrits sur ce bout de papier. Ça ne détermine pas qui tu es. Ça ne déterminera jamais combien tu vaux.

Tu as le droit de détester une matière. Tu as le devoir de faire de ton mieux. Tu as le devoir d’apprendre. Pour le reste, tout est relatif. J’ai toujours eu plus de 80 % de moyenne, sans étudier et sans faire de devoirs. Je ne suis pas plus intelligente ni plus riche aujourd’hui que les autres. Je n’ai jamais eu le sentiment de mériter ces méritas. Ma collègue qui étudiait tous les soirs, qui noircissait de notes ses feuilles en classe, qui mettait les bouchées doubles dans chaque matière, et qui finissait avec 65 % de moyenne générale, a toujours mérité toute mon admiration. Elle a beaucoup plus de mérite que je n’en aurai jamais. Et au final, on a fini avec le même diplôme en poche. Alors non, je ne regarde pas les bulletins de mes enfants, tant qu’ils sont en réussite. Et non, je ne les récompense pas en fonction d’un chiffre écrit sur un examen. Quelle ironie du sort pour une enseignante, non?

3- « Tu dois aller à l’université pour réussir dans la vie. »

Nos parents ont tout donné pour que nous puissions étudier à l’université. La plupart d’entre nous sont les premiers à avoir obtenu un diplôme universitaire dans leurs familles respectives. Sommes-nous plus heureux? Non. Sommes-nous plus riches? Encore moins. Alors oui, je répète à mes enfants qu’il existe des milliers de possibilités pour eux. Peut-être que l’un de mes enfants va choisir de faire un DEP. Peut-être que l’un de mes enfants va aller à l’université. Peut-être que l’un de mes enfants va changer trois fois de branche au cégep. Peut-être que l’un de mes enfants va se contenter d’un DES, aller voyager et finira par travailler sur un bateau de pêche dans les Antilles. Il n’y a pas de recette parfaite. Il n’y a pas de chemin à suivre. Et l’université n’est pas garante de bonheur si tu finis par décrocher un travail qui te rend malheureux. La vie est simple. Tu es heureux? Oui, alors continue. Non? Alors, cherche ta voie.

4- « Qu’est-ce que tu veux faire dans la vie? Combien d’enfants auras-tu plus tard? »

Je n’ai jamais compris pourquoi les adultes posaient ce genre de question aux enfants dès qu’ils sont en mesure de parler… Mon enfant, vis ta vie d’enfant. Profite de ton enfance. La vie s’occupera de mettre sur ton chemin tout ce qu’il te faudra pour décider. Tu n’as pas à te casser la tête avec ça. Tu n’as pas à décider de ton métier futur à 4 ans ni à 12 ans.

Tu n’as pas à choisir parmi les 5-6 métiers que tu connais à peine déjà. La vie te montrera qu’il existe autant de métiers qu’il existe de personnes sur Terre… Ne choisis pas maintenant et ne choisis pas avec ta tête. Laisse la vie te porter et ton cœur saura faire les bons choix. Tu n’as pas à décider à 10 ans si tu veux avoir des enfants et combien tu en veux. Il ne sert à rien de faire ces plans alors qu’il peut encore se passer mille choses avant que tu ne sois rendu là… Et sache que la vie est imprévisible et surprenante, mais elle sait ce qu’elle fait.

5- « Inscris-toi en Sciences/Sports/Piano/,etc. Ça t’ouvrira plein de portes plus tard! »

Quelles portes? À quoi ça sert d’ouvrir des portes si ce ne sont pas les bonnes pour toi? À quoi ça te servira de bûcher pendant des heures sur des cours enrichis en chimie ou en physique si tu décides de devenir policier? À quoi ça te servira de savoir jouer du piano si tu choisis plus tard de devenir biologiste? Je pourrais continuer de citer des exemples pendant des heures, mais vous avez saisi le concept. Ouvrir plus de portes ne mènera pas au bonheur. Cher enfant, ouvre tes portes. Cherche, débarre une porte et bifurque vers une autre. C’est correct de tracer sa propre voie.

Je sais que comme parents, « on veut ce qu’il y a de meilleur pour nos enfants ». Mais ce qu’il y a de meilleur pour eux, c’est justement à eux de nous le montrer. Le système qui nous a éduqués avait de grandes lacunes. J’espère que nos enfants poseront plus de questions. J’espère que nos enfants briseront les moules établis et feront évoluer ce système. J’espère qu’ils deviendront des adultes épanouis, heureux, et surtout, libres.

Joanie Fournier



La réouverture des écoles

Comme beaucoup de parents, nous attendons tous avec impatience les mesures

Comme beaucoup de parents, nous attendons tous avec impatience les mesures annonçant le déconfinement. Nous scrutons les paroles de notre premier ministre et on voit les foules se soulever dès qu’il est question de rouvrir nos écoles…

Le 22 avril, François Legault a annoncé qu’il présenterait sous peu un plan de réouverture des écoles et des entreprises par région. L’idée principale est de relancer d’abord les régions les moins touchées par la maladie et celles où la situation est stable actuellement. Il a spécifié que les parents qui ne souhaitent pas envoyer leurs enfants en classe n’y seront pas obligés.

Et déjà, face à la possibilité de laisser ce choix aux parents, j’espère sincèrement que ce choix sera éclairé, assumé et surtout, respecté. Je voudrais penser que tous les parents, peu importe le choix qu’ils feront, sauront respecter le choix des autres parents. Et disons qu’en temps normal, la parentalité de nos jours ne se fait pas toujours dans le respect de la différence… J’espère vraiment que cette pandémie aura appris aux parents à ne pas juger le choix des autres.

Alors voilà : peut-être que tu feras le choix d’envoyer tes enfants à l’école. Parce que tu dois aller travailler. Parce que tu as envie que tes enfants retournent à l’école pour apprendre et socialiser. Parce qu’il n’y a personne qui a une santé à risque chez vous. Parce que tu te sens à bout et que tu as besoin d’un break. Parce que tu ne te sens pas à l’aise d’enseigner à la maison. Parce que tes enfants ont envie d’y retourner. Je te dis : Let’s go! Envoie-les à l’école. C’est juste bien correct.

Alors voilà : peut-être que tu feras le choix de garder tes enfants chez toi. Parce que tu peux travailler de la maison ou que tu es déjà en congé. Parce que des gens ont une santé fragile chez toi. Parce que tu aimes ça rester en famille en confinement. Parce que tes enfants trippent à faire l’école à la maison. Parce que tu as peur des risques du déconfinement. Je te dis : Let’s go! Garde-les chez toi. C’est juste bien correct.

Alors voilà : peut-être que tu te sens bien perdu là-dedans. Peut-être que tu trouves que c’est une très grande responsabilité de devoir faire ce choix. Peut-être que tu as besoin d’y réfléchir encore. Peut-être que tu attends de voir ce que les autres vont faire autour de toi. Peut-être que tu as envie de tirer à pile ou face. Peut-être que tu vas laisser tes enfants prendre cette décision. Je te dis : Let’s go! Tu as le droit de te sentir perdu aussi, c’est juste bien correct.

Mon seul souhait, c’est que les parents prendront leur propre décision, sans juger celle des autres. Chaque parent fait de son mieux en ce moment. Et chaque parent prendra la bonne décision pour lui, pour sa famille, peu importe ce qu’il choisit de faire. Respect. Le but, ce n’est pas de se juger entre nous et encore moins de se sentir coupables de faire ce choix.

De plus, ça prend des parents qui feront les deux choix ! On a besoin de parents qui enverront leurs enfants à l’école. Parce que grâce à eux, l’économie pourra reprendre et cela permettra d’augmenter notre immunité collective. On a aussi besoin de parents qui garderont leurs enfants à la maison jusqu’en septembre. Parce que grâce à eux, nous pourrons échelonner les cas plus graves et éviter d’engorger les hôpitaux. Grâce aux choix de ces parents, nous pourrons échelonner la contamination et du coup, permettre à la société entière de mieux combattre cette cochonnerie.

Alors, encore une fois, peu importe ton choix, rappelle-toi que celui du voisin est tout aussi valable que le tien, malgré sa différence.

Joanie Fournier